La Seyne sur Mer

Accueil > Presse varoise et provençal. 1859-1914 > Presse varoise : textes 1859-1864

Presse varoise : textes 1859-1864

dimanche 4 octobre 2020, par René MERLE

René Merle, Les Varois, la presse varoise et le provençal, 1859-1910. S.E.H.T.D 1996, 416 p.

Textes 1859-1864

Relatifs aux articles :
Presse varoise 1859-1910 : Années 1859-1861
Presse varoise 1859-1910 : 1862-1864

[1] Armana Prouvençau, 1859.
“Veici un nouvèu Felibre (1) ! Es dóu gros grun e de la bono meno. Siegue lou benvengu e longo-mai cante emé nautre ! Fara gau en tout lou mounde de legi e d’aplaudi de vers prouvençau dóu celèbre maçoun toulounen, dé Charle Poncy. Vesian proun, quand legissien si poulit libre franchiman, qu’escriéurié coumo un mèstre, se lou voulié, la lengo prouvençalo, la bello lengo de soun paire. L’a vougu, e veici soun Sant Miquèu. Brave, Charle ! brave, e gramaci ! E a l’an que vèn, quand te sounare, manquèsses pas de veni. J.R” [Roumanille].
(1) - Félibre n’a pas alors d’autre sens qu’auteur provençal publié dans l’Armana. C.Poncy, “San Miquèu”. [La Saint-Michel, date des fins de bail, des déménagements].
“Que Diéu benigue Sant Miquèu ! / Parlas-mi d’un Sant coumo aquéu / Per desgourdi lei lougatàri, / Pèr li fouita lou sang, pèr fa courre lei garri, / Pèr mestre l’estampèu dins toutei lei meisoun, / Pèr faire mai de brut qu’un còup de Tremountano, / E pèr faire esquinta, pendènt uno semano, / Lei pouerto-fais e lei maçoun ! // Quand vèn aquéu Sant-Tourmentàri, / Garo eis aragno dóu plafoun ! / Garo ei fourneiroun de l’armàri ! / De la croto au granié, curo tout jusqu’au foun ! / Lei taulo, lei terrai, lei tablèu, lei cadiero, / Lei lie, tout es en l’èr ; s’en roumpe la mita. / Tout crido, gènt e chin ; dirias que pèr carriero, / Un encendié vèn d’esclata. // Se sourtès, gueiras de tout caire : / Un manobro, au bout de vint pas, / V’embrounco l’espalo ! e, pecaire ! / V’enfarino de gip : sias blanc oumo un pedas. / Dòu tèms que v’espóussas, passo uno Genouveso / Cargado coume un ai, e pu testardo qu’éu, / Que, pèr si soulaja de soun fais que li peso, / Pan ! v’espóutis lei dès artèu.// [...] (Poncy explique l’origine de l’expression :) Quand Satan e sa negro clico, / Pèr faire lou paradis siéu, / Prouclamèroun la Republico, / Cresien tout unimen d’avé destrouna Diéu. / Aguessias un pau vist aquélei tafanàri : / De cherpo de menistre èron cadun muni ; / Un si fasié prefet ; leis àutrei coumissàri. / Ero un pelau à plus feni ! [Et Saint-Michel fait “déménager” les agitateurs !].
[2] Une des rares incidentes provençales du Toulonnais, J.A.Toucas, “Les tonneaux vinaires”, 29-9-59 : “Quan l’an finis per un noou, la Prouvenço porto doou”.
[3] Armana Prouvençau, 1860 : “Louis Jourdan, l’ardènt fiéu de Touloun, franc coume l’or, bon coume lou pan, dous coume lou mèu, viéu coume la poudro, Louis Jourdan, lou generous ami di felibre de Prouvènço, din sa revisto semaniero Le Censeur (20 de mars de 1859) parlè d’aquelo chato coume de soun enfant un bon paire parlarié” (Mistral).
[4] C.Dauphin, Madéloun, Lei Pins, Aurel, Toulon, 1859, 300 ex.
[5] Almanach de Provence , Marseille, Gueidon, 1859.
[6] Le Toulonnais, 27-1-59. Les recrues piémontaises défilent en chantant : “Li bei figeui si fan soldà / Li macacu resta à cà” (Les beaux jeunes hommes se font soldats, les singes restent à la maison), “Anduma, anduma prest asse bâte incontre i aleman” (Allons, allons vite nous battre contre les allemands).
[7] “Le Chant du départ de l’armée d’Italie”, “L’entretien des Dormiassos”, Toulon, Vve Baume, (1859). 3000 ex.
[8] Le Toulonnais, 31-5-59. “Traduction en vers provençaux de l’Ode d’Horace à la Fortune, O diva gratum que regis Antium.
Déesso qu’Antium adoro, / Aquelleis qué fas exhaussar / Déman pouodès leis débaoussar. / Lou paouré en travaillan t’imploro, / Dégun, de tu voou si passar. / Quand l’ouragan bramo et si lévo / Quand la bourrasquo leis soulévo / Leis marins qué soun tracassas, / An, vers tu, leis bras enhaussas. / Ti cregné lou Daço ferougé, / Ti cregné lou scyto que fugé, / Et ténes dessouto ta man, / L’estrangier coumo lou Rouman. / Fas frémi leis méros deis reis, / Leis tyrans subissoun téis léis, / Et crégnoun qué senso respé / Leis révesses émé lou pé : / An poou qué la fam, la miséro, / Armoun seis poplès en couléro, / Et de si veiré révessas, / Dessus seis thronès fracassas. // La necessita ti précédo, / Tout l’ooubéis et tout li cédo ; / Pouarto dedins seis durs pougnets, / De ploumb, de claveou, de cougnets, / Emé lou croc de la vengeanço. / Maï, après tu, ven l’espéranço, / Et la raro fidélita, / Qué leis suivé, quand as quitta, / Deis puissants la richo démouoro : / Pas-pu-leou, lou bonhur s’escouoro / Et cesso la prouspérita, / Pas-pu-leou, qué tàn vis défouroro, / La courtisano, l’ami faou / Qu’éroun aqui per mangear, bouoro, / Quittoun et lou mestré et l’houstaou. // Nouostré Emperour, ven de si mettré / A la testo de seis sourdats, / Eou même a vougu li remettré / Lou drapeou, signé deis coumbats : / L’hounour, la gloiro leis rallio, / Et déjà fugeoun a grands pas / Leis oppressours de l’Italio ! / Veillo su d’eou ! su seis guerriers ! / Bravei jouvens qué ren descouoro, / Et préparo-li teis lauriés / Car l’ennémi déja trémouoro. // Deis Roumans, despuis troou de tems / Dins leis discordos, lou sang couoro ; / Hélas ! n’en siguen répentens. / Qué l’errour siégue pardounado ! / La révolto a ren respecta, / Deis Dious a proufana l’aouta, / Dins lou sang sa man és trempado / Et la plago es panca fermado. / Aro, siguen touteis unis ; / Siégues sensiblo à nouostreis larmos, / Fourtuno ! et trempo nouostreis armos / Virados per leis ennémis. / Garden l’espaso et lou couragé / Per doumpta l’estrangié soouvagé.
V.Thouron. 18 mai 1859”.
Cf. Poésies diverses de M.Victor Thouron, Toulon, Mihière, 1874 : pièce datée d’avril 1854.
[9] . Je remercie Maurice Sivel qui m’a permis de consulter les textes conservés de Choi doou Four (F.Barthélémy). Il chante modestement tous les aspects de l’existence, des amours de jeunesse aux roumavages dans la campagne printanière, du travail du paysan menacé par le phylloxéra à la prière ou à l’engagement politique. Comment choisir dans ces centaines de pages ? Une simple évocation de ces concours d’orphéons qui mettaient en relations et en rivalité toutes les localités : “Es ooujourd’hui qué foou meïs chers cantaïré / Rénouvélla la festo deïs Tourvens / Imités pas sé vourés toujeou plaïré / Lou tour qu’a fa l’orphéon dé Courrens / Per si trouva émé seïs adversaris / Chacuon* juré dé pas diré dé non / Puis lou jeou* dit : foou qué vou va déclari / Faguéroun leïs poltron (bis). // Leïs Courrencié, sé creïgnien la critiquo / Serien vengu puleou senso sourié / Maï es pu leou coumo dis la chroniquo / Quan agu poou doou choeur San Zacharié / An respondu qu’avien gés de voituro / Per creïr’aquo déguon* es pron dindon / Crési puleou qué la vérita puro / Es qu’an fa leïs poltron (bis)”.
Ou encore ce chant de bienvenue, “La Pentécousto”, sur l’air de “La Marseillaise”.
“Es ooujourd’hui la Pentécousto / Vénés messiés leïs Estrangié ; / Manjaren ensemblé la crousto / Eïs oumbros dé San Zacharié (bis) / Fen aquestan un roumavagi / Qu’un grand programo fa l’accus / Prénés voiturés omnibus / Et vénés din nouesté villagi / Oourés vou va juran / L’accueï deïs abitan / Vénés, (bis) / Chers Estrangiers, dedin San Zacharié”.
[10] Le Toulonnais, 13-9-60. La délégation des “Dames de la Halle” remet un texte français à l’impératrice, puis s’adressent à l’empereur. “Elles firent part de leur embarras, car elles voulaient lui adresser leurs vœux dans cette langue provençale si bien faite pour exprimer la tendresse, et elles craignaient qu’il ne les comprit point. "Pouden que vous parlar prouvençaou", lui dirent-elles. "Qué li fa", répondit l’Empereur avec une délicieuse bonhommie”. Nous reproduisons ces vers que beaucoup regretteront de ne pouvoir comprendre : "De nouastri bords marins, près dins un bouan paragé / Sire, vous apportan un plat dé couquillagé. / Soun pesca desta nué, nen ségués pas ficous / Li vous aven choisis gros, frais et ben courous. / Dédins aquéou gorbin tout embeïmo la roco, / Quatriplo l’appétit, soun parfum vous provoquo. / Cé li foulié d’orbi si farian un hounour / Dins aquesto oucasien de servi l’Emperour ! / Maï sérié troou paga, noublesso impérialo, / Cé per aquéou présen li damo dé la hallo / Qué vénoun vous oouffri emé sincérita / Avien poousqu complaïré à vooustro Majesta".
"Gramaci deis damos de la hallo de Touloun, à Sa Majesta l’Imperatriço.
V’adusen nouastré gramaci / D’estré vengudo jusqu’ici ; / Pas puléou vous sias présentado / Qu’avés pesca touteis leis couars / Et n’avés rempli la barcado. / Nouastreis hommés soun pas tant fouars / Per pescar lou peï, la toouteno. / N’aven pas men la gouarbo pléno. / Per vous, si soun prés oou muscla : / La v’adusen, récébé-la. / Séren countents sé v’agrado. / Ah ! S’avias agu la pensado / Dé faïré véni lou pichoun ! / Dé nouastré amour oourié la marco. / L’oourian fa dé luen un poutoun, / Lou li mandan, et qué la barco / Qué soun péro n’a lou timoun / Siè saouvo, et vougué de pu bello ! / Maï adioussias ! Vous, sias tant bello / Qué pourrian pas s’assadoular / Dé vous veïré et dé vous parlar / Adioussias ! Adioussias !"
La députation des dames de la halle allait se retirer lorsque l’une d’elles, une mère sans doute, s’approcha de l’Empereur : "Coumo va lou pichoun ?" lui demanda-t-elle. "Va ben !" répondit l’Empereur”.
L’Armana Prouvençau 1861 donne Louis Pelabon comme auteur du premier texte. Le second texte figure dans les Poésies diverses par M.Victor Thouron, Toulon, Mihière, 1874, avec la variante vers 3 sq. : “Pa puléou vous sias présentado / Qué partout mounté sias passado / Avès pesca touteis leis couars”.
[11] Armana prouvençau pèr lou bel an de Diéu 1861, adouba e publica de la man di Felibre.
Dans “Passage de l’Emperaire e de l’Emperairis”. Mistral relate la visite à Marseille et cite le discours de l’empereur, qui évoque “lou genio de la Franço, que d’uno man tèn l’oulivié, mai qu’à soun coustat sènt soun espaso. Que règne en pas sus aquelo mar, la ciéuta fouceienco, pèr lou dous aflat dóu coumerce ; que civilise, en li trevant toujou que mai, li nacioun barbaro ; que di nacioun civilisado sarre l’estaco amistadouso ; qu’engaje li pople d’Europo à se veni touca la man sus li ribo felibrenco d’aquelo mar. [...] Lou dimars, 11 de setèmbre, li Majesta s’embarquèron pèr Toulon. Uno escarrado de grand veissèu de guerro lis esperavo dins la rado. Tant lèu que pareiguè lou bastimen que li pourtavo, uno rounflado fourmidablo de cop de canoun estrementiguè Touloun, e à la canounado se mesclè l’estrambord de la poupulacien. Li Majesta vesitèron la vilo novo, l’arsena, lou barcarès, e de long dòu camin, rescountrèron li peissouniero Toulounenco que ie venien semoundre de canestello de fru, de pèis e de couquiho. - "Sire, li bòni femo ie faguèron, poudèn vous parla que prouvençau". E l’Emperaire, en prouvençau, respoundeguè d’un biais bounias : "Que li fa ?". Adounc uno d’entr’eli ie recitè un coumplimen (compausa pèr L.Pelabon, lou digne felen de l’autour de Maniclo), ounte, en parlant dóu Prince Emperiau, i’avié aquest poulit mot : "Avès bèn fa de l’avé retengu, / Car s’à Touloun fuesse vengu, / Vous l’aurian rouiga de caresso !". Uno autro, prenènt la paraulo, venguè à L’Emperairis : "Pas-pu-lèu vous sias presentado / Qu’avès pesca tóutei lei couer, / E n’avès empli la barcado./ Nouesteis ome soun pas tant fouert !". E uno autro apoundeguè : "Coumo va lou pichoun ?" - "Va ben", respoundè l’Emperaire. E baie milo franc i peissouniero pèr faire uno gousteto à sa santa.
Felibre de Bello-Visto” (un des pseudonymes de Mistral).
[12] (Lou Cassaire, 22-2-63), Sophie de Toulon (Bourrelly) : “Fouèro la pouarto d’Italio, / En là deis barris de Touloun, / Ounté juégount la coumédio / Dins de barracos [...]” .
[13] C.Poncy, Armana Prouvençau, 1860, “La Véuso de Sièis-Four - Un veissèu, dins Touloun, arribavo deis Indo. / L’avié resta quatre an au men. / Lei femo (1) dei marin courrien au bastimen, / Abramado coumo de dindo ! / N’avié doues de Sièis-Four, Qu’en arribant au quèi, / Siguèron foueço estoumagado : / Seis ome avien peri pendènt la travessado, / E leis avien fa manja’i pèi. / Adounc lei pàurei véuso, à l’afrouso nouvello, / Pèr faire esclata sa doulour, / Si diguèroun : Que fèn ? ... Plouran eici, ma bello ? / O bèn, anan ploura à Sièis-Four ?
Charles Poncy, Touloun, 1859”.
(1) - Mistral a modifié le “fremo” toulonnais.
C’est le registre de la moquerie traditionnelle des Toulonnais, des urbains, à l’égard des gens de Six-Fours. On comparera avec le traitement en dignité de l’anecdote in Annales de Six-Fours en Provence, Toulon, Aurel, 1866 (Garrel, curé de Six-Fours). En apprenant la disparition du matelot, la femme s’écrie : “O beou grand San-Pierre qu’uno qu’arrivo à qui ! Aro qué fen coumaïre, plouren eici, vo anan ploura à Sei Fours”. Garrel ajoute : “Cette pudeur de sentiments nous paraît admirable”.
[14] J.A.Toucas, Etude sur l’origine de la langue provençale, et notes historiques, archéologiques et morales, Toulon, Vincent, 1860.
[15] C.Dauphin, Lei Vieils Camins, Marseille, Gueidon, 1860.
[16] Les Soirées de la Société (ancienne) de Saint François Xavier, 10 n° de Janvier 1860 à février 1861, Toulon, Aurel. Richard y utilise la graphie Raynouard et ajoute : “L’u accentué doit se prononcer ou”.
n° 3. “Sermon à meis ouvriers. Per lou diminché de Rampaou / Batti la rampelàdo, / Amis, veici lou temps Pascaou, / Faout qué fagués vouastro bugàdo. / S’avès enclouti lou peiroou / De vouastro counscienci, / Faout qué la Pénitenci, / ’Mé soun marteou lou rendé noou ; / Vo s’a besoun d’un estamàgé, / Vo ben d’un escuràgé, / Leis plours d’un couar adoulenti, / Lou frutadou doou repenti, / Emé lou bouan saboun de la grâci Divino, / Li farant maï lusir l’esquino ; / Et lou peiroou roupt, désanzat, / Qu’a ben besoun d’estré abrazat, / Fara, leou, poulit veïré. / Amis, poudés m’en creïré, / Sérias fouasso countents, / Sé va fasias de tems en tems. / Maï, doou mens, per la pasco ! / Anem ! pas gés de fiasco ! / Et toutis, tant que sian, / Fem lou dever d’un bouan chrestian. / Faout puis q’un coou per amatar un Souïssé ! / Et sé la mouart veniet per nous faïré escarouissé, / Senso avet fach signar lou millou passo-port, / Seriam ben maou réçus, en toucant l’autre port. / Aqui si trovo plus dé Consou, ni dé Mairo, / D’huissier, de Procurour, par pousquer nous parar, / Et, sé lou Jugi-Grand nous mando fa lanlèro, / Par toujours, luen doou Ciel, si sentem ambarar. / Vès pas, meis bouans amis, aquélo baganaùdo ! / Vous laissés pas quichar dins l’infernaou destrech ! / Vous l’y trouvarias à l’estrech, / Et puis, la milloua plaço, en Infer, es troou caoudo. / Aqui, moussu Mistraou (1) pago plus lei regrets ; / Mounté piquam, restam, friats coumo la poouto, / Et par un éternello vouto. / Aouzès dounc et boutas à proufit meis segrets. / Rendès à vouastris couars la pax et l’innoucenci, / En li fasent bavar touto sa pestilenci ; / Puis, partès doou pèd drech, marchés plus de guingoï, / Vo sé v’entortissez enca, restez pas goï. / Gardès pas, per déman, cé qu’enquei poudès faïré ; / Maï, beleou, mi dirès : “Es uno grosso affairé ! / Lou cabudéou sera long à désembillar ; / Es ben lourd, pourrem pas vous lou dégoubillar !” / - Oh, quand seriet tant lourd qué lou fouart dé la Marguo, / Toutis poudès venir mi portar vouastro carguo, / V’alleougearem, ben leou, dé vouastreis faix pésants. / Lou prouverbi, bessaï, seriet plus dins leis nascos : / - Sé tout l’an s’en teniet deis vendumis, deis pascos, / Vèirias la fin deis aïs ... émé deis capélans”. / Es égaou, sé fouriet, en fent talo terràdo, / Mourir, mourrieou countent, se vouastro amo es saùvado. A.R”.
(1) - “proverbe toulonnais. On dit à quelqu’un qui témoigne du repentir de quelque chose : Vaï t’en trouvar moussu Mistraou qué pago leis regrets (moussu Mistraou ero regrattier)”.
[17] Le Var, 14-6-60.
“Nous nous faisons un plaisir d’insérer une pièce provençale que l’on nous envoie de St.-Paul-près-Fayence, au sujet du départ de M.Mercier-Lacombe, bien certains que ces vers, pleins de verve et de sentiment et dictés par la plus belle de toutes les muses, celle du cœur, seront très agréables aux abonnés de notre journal.
 Nouastreis régrets à Moussu lou Préfet.
Avant dé nous quitta, permetté-mi, Préfet, / Qu’en quatré vers patois t’exprimi moun régret. / Ben qué siché un jargoun qué n’entendés pas gairé, / Qué l’agués pas apprès din lei bras dé ta Mairé, / Lou coumprénés pourtant ; et soouras déméla / Sé, céqué moun couar dis n’es pas la vérita. / Coumo restérian mecq, hier din nouastré villagé, / Quand lou Var announcet qu’aviez toun changeamen, / Qué quittariès ben leou lou ciel et lou rivagi / Deis bravés habitants dé toun départamen / Ounté dé toueis les couars n’empouartés lou suffragi, / Ounté grands et pichouns cadun ti rendié ooumagi, / A l’instant nouastreis hueils s’humectérount de plour / Et lou moundé attrista n’en plouret tout lou jour ; / Pouadi mêmé ajusta, senso mi troumpa gairé, / Qué d’amoun lou Boun Dieu n’en vouguet aoutant fairé. / Per iou, touteis les jours, Préfet, ti plourarai / Et de toueis teis benfachs toujours mi souvendrai ; / Car, tant qué din lei prats toumbara dé rousado, / Tant qué d’oou roussignoou n’entendrai la roulado, / Tant qué dintré moun couar fourmarai dé désir, / Gardarai dé toun noum toujours lou souvenir ; / Aro, per t’exprima franchamen ma pensado, / Ti désiri, Préfet, qu’avant passa l’annado / Nouestré bouen Empérour ti démandé à sa cour / Et ti placé à Paris Ministré ou Sénatour.
Fabre”.
[18] “L’Instituteur public de St Paul à Monsieur le Marquis de Fleury Préfet du Var.
Permettez-moi qu’en cette circonstance je vous adresse, Monsieur le Préfet, l’épître suivante dans notre idiome provençal.
Béni-sié lou Ségnour ! Loousa-sié ta justici ! / As sachu deis méchans démasqua l’artifici, / Counfoundré l’impousturo et la duplicita / Qu’en sécret ourdissien dintré l’ouscurita ; / As sachu déméla l’intrigo et la bassesso / Qué mettien en avan émé ruso et finesso ; / As sachu ! ... N’en renden graci à Tu, glori à Diou / En moun particulier, Préfet, t’en remerciou, / Et pouadi t’assura qué tan qu’oourai dé vido / Séras dé meis vieils jours la boussolo et lou guido. / Lorsqué T’ai démanda d’avé moun changeamen / N’aviou pas l’intentien d’avé d’avançamen, / A moun âgé vouliou mi rapproucha d’un frairé / Qué lorsqu’éri malaou mi tenguet lué dé pairé ; / Car, senso eou, Lachésis oourié dé soun ciséou / Despui lontems coupa lou fiou doou cabudeou. / Vaqui céqué vouliou. N’en diou pas davantagi / Puisqué n’en pouadi plus rintra din lou villagi / Ounté en cinquanto dous fouguéri avuglamen / Révouqua (crési à tort) et ben injustamen ! / Lou perqué ? N’es qu’aviou souto la républico / Trata dins un escrit dé tyran Louis Philippo ! / Parlavi franchamen ; iou qué dessus lou couar / Pourtavi lou Toundu despui qué n’éro mouar ! / Iou, qu’encaro oou jouven, din lou gran-Séminari / N’en fouguéri accusa d’éstré eis Bourbouns countrari ! / Iou, qu’ai pourta trento ans Napoléon sus iou / Qué n’éro à moun oustaou régarda coumo un Diou ! / Iou, qué n’oouriou souffert la mouart per sa famillo / Et qu’en cinquanto dous passéri per l’estrillo ! / Iou, qué n’éri malaou, mai dè la mita cuech / Dè la peyro souffriou despui quaranto uech ! / Iou ! ... S’aguessi creida, leis gens qu’éroun dè l’ordré / A coou ségu m’oourien accusa dé désordré ; / Et lorsqué n’ai pourta ma plento à l’Empérour / Jamai dé meis plants n’a légi la tenour, / Aoutramen siou ségu qué m’oourié fa justici / Et d’après meis escris couneissi l’injustici. / Se T’en disi lou mot, es parcéqué voudriou / Qué touquessés oou det cequ’éri et céqué siou. / Excuso-mi, Préfet, aquélo sourbounado, / Per ben ti va counta mi foudrié uno journado : / Et mêmé lou souleou sus soun charri dé fuec, / Farié escoundré trés fés leis oumbros dé la nuec. / Mai viren lou fuillet et changen dé lengagi ; / Lou chantré doou printems quan n’en fa soun ramagi / Réjouisso leis couars, announço lou beou tems / Sa voix coumo la tiou réjouisso leis gens : / Aoussi, noun la dégun qué noun l’agué vantado / Et qué n’agué béni Toun noum din la countrado. / Aro s’as décida qué n’en resti à San-Paou, / Sé noun li faou pas miés, li farai pas pu maou ; / Et mêmé tacharai, sé lou pouadi, miés fairé. / N’en passi cadè jour, sieis houros à l’arairé, / Dégun m’a jamai vis quan l’houro avié souna / Qu’aguessi dè la man l’estèvo abandounna ; / Qu’aguessi négligea mié-quart d’houro l’escolo. / Per lou zèlo, es verai, n’en faou moun protocolo, / N’en vaou pas mandia leis enfans per oustaou. / Aco mi semblo bas et mémé pas légaou. / Ensin, sé quoouqu’un dis : moun enfan n’appren gairé / Per aqueou pouadi pas mi servi d’amboutairé, / L’enségni dé légi, d’escriouré, dé chiffra, / Et per aco d’aqui mi foou ben escrima. / Vaqui, Préfet, lou sort d’un paourè pédagogo / Qué bénisso lou Ciel ! et voguo la pirogo.
J’ai l’honneur d’être avec une entière confiance en vos bontés et une pleine soumission à vos ordres, Monsieur le Préfet, votre très humble, très respectueux et très obéissant serviteur et subordonné.
Fabre.
A seis Majestas impérialos Nouesté Empérour et Impératriço.
Siro, en cinquanto doux dé moun humblé villagi / T’escriviou : deis francés Siés l’Elu doou suffragi, / Et jamai gis de Rey n’en pourra si flatta / Qué siéche coumo Tu sus lou troné mounta. / Ti désiravi alors qu’uno frémo chérido / Débanessé emé Tu l’escagno dé la vido ; / Qué n’aguessés d’enfans qué pousqu’essoun un jour, / Siro, après Tu régna per avé nouastré amour. / Despui, lou Diou d’oou Ciel nous es esta proupici, / L’ou Princé Impériau deis couars fa lou délici, / N’en demandi oou Boun Diou qué proutégé seis jours / Et qué souto seis pès fassé naissé leis flours ; / Qué siéché dé Gusman lou moudélé et l’imagi / Et qué n’agué dé Tu l’esprit et lou couragi ; / Qué Ti ressemblé en tout, en talens, en bounta, / Et per leis malhuroux rempli d’humanita. / Déjà per seis Vertus nous coumblo d’espéranço, / N’en fara coumo Tu lou bounhur dé la Franço. / Enfant, din moun jouven, n’aimavi lou Toundu, / Et l’ai toujour aima d’oou Troné descendu. / Crei-ti que gémissiou, quan luen dé la Patrio / Sus lou roucas péla fasié soun agounio ; / Qué n’ai versa de plours lorsqué n’es esta mouar / Et qué pendant trento ans l’ai pourtat sus lou couar. / Après quand Siés vengu, siés esta moun idolo. / Cé qué ti disi eici n’es pas uno hyperbolo, / Voudriou qué din moun couar li pousqu’essé légi / Veiriés qu’en trait dé fuéc Toun noum li sérié escri ; / Et pouadi t’assura qu’oou bout dé ma carriéro / T’aimarai mémé enca, Siro, din la poussièro. / Excuso moun jargoun, Ti parli franchamen, / T’ai durbi dé moun couar, Siro, lou sentimen.
L’Instituteur de St Paul près Fayence, Dépt. du Var, 10 7bre 1860. Fabre”.
Enregistrée bureau des pétitions n°19362, A.D.Var, 1 J 182
[19] Jadis, naguère ... Les écoles normales d’instituteurs du Var, 1829-1989, A.D. du Var.
[20] A.Richard, Soirées de la Société (ancienne) de Saint François - Xavier. 9 n°. Mars 61- sept. 61.
n°1, “Carèno”. n° 2, “Lou premier jour de l’an, et leis Reis, eis Ouvriers de Sant François Xavier”. Cex textes ont déjà été publies à Toulon (Vve Baume), le 1 en 1855, le 2 en 1856.
n° 6, “L’ermito dé Pignans et lou pastré deis Maouros”, sur l’existence de Dieu. n° 7, “La ségoundo entrévisto dé l’ermito dé Pignans ...” : sur l’inégalité des conditions. “Car parqué nous a pas créa touteis egaous ? / Parqué l’y a dé richas qué tirassount carrosso, / Qu’ant dé viouré à gogo, d’houstaous et dé jardins, / Qué patissount dé ren, / Quand n’aùtrés, gros mesquins, / Dins l’estranci roulant nouastro péniblo bosso ! / Sé, parmi seis enfants, l’y a pas l’agalita, / Coumo excusarés Dieù de partialita ? [...] L’aùtour dé touteis leis mourtaous, / Sabiet cé qué fasiet quand nous fet pas égaous ; / Quand formet de paysans, de bourgeois et de pastrés, / Car l’inegalita / Es ben uno necessita, / L’Egalita si trovo, aù jour de la naissenço ; / Siam égaous, en prenent, en laissant l’existenço ! / Coumo la terro es pas lou séjour doou répaou, / Vaqui parqué lou frèro aù frèro es pas égaou. / Eici touteis rénam, l’y a gés d’âmo countento ; / Voudriam aver l’houstaou senso pagar la rento. [...] Emé patienço, dounc, portem touis nouastré faï. [...] Et puis coumptas sur Dièu, boutas, es pas peirastré. A.R”
[21] Recueil de chansons provençales, “Lei bouffets crébas, Leis couiffos à la charlotto, Lou siècle e la countrobande, Es toujours ei bons”, Hyères, 1861, 3000 ex. Ce type de recueil est assez rare dans les années 60.
[22] (Garrel), “Lou frero penitent blanc de la Plano Reynier, Quartier dé Sei-Fours”, 1861, manuscrit relié à la fin d’un exemplaire de (Garrel), Annales de Six-Fours, Toulon, Aurel, 1866. Je remercie Mr.Gensollen qui me l’a communiqué . Le texte est publié dans Lou Bouan Prouvençaou, Toulon, 1875.
Le début présente d’abord Six-Fours déserté sur sa colline. “A quatre pas d’eici, dins uno richo plano,/ Vias un pichoun endré, que de luen dato pas : / Soun estré de neissenço, au dire de Tanto Anno / Dei frémos deau* quartié, la souretto en étas / De pousquer précisa la dato countestado / Pourrié gaire passa la cinquantiemo annado. / Aqui, pèr fantasié, d’illustrés Six-Fournens / Venguerount à grand frés, basti lei monumens. / Eh ben ! va dirias pas, maugra tant dé jouinesso / Reynier a despassa, surtout per sa finesso / Seis freros e seis surs, leis ainés de long-temps, / Faut pas désavoua que va mérito ben. / La villo de Sei-Fours de vieillesso ecrasado / D’aquéou darnié pichoun s’éro enfin accouchado ! / Délors lou Benoni, lou prévilégia / Per soun béou cagassan soun couar s’ero inflama. / Mémé m’en assura qué per trooup dé féblesso / Dé soun esprit l’a fa soun unique héritier, / Aussi, per désigna lou talent la finesso / L’on noumo plus Sei-Fours, mai la Plano Reinier, / Tarament lou pichoun l’impouarto sus sa mero, / Seis fraires de Sanary, mémé sa sur La Seyno / Qu’enfin a depassa la reguo de Miquéou, / Aussi tout Renairen es un franc Estournéou. / Veici qué peaut servi de provo pas pichouno”. Garrel conte plaisamment comment les pénitents de Six-Fours ont failli enterrer un cercueil vide en laissant le mort chez lui.
[23] L’Ermito de Canto-Perdrix, “Estrenno oou Coupaïré”.
Texte donné sous le titre “Lou librè senso egaou”, Almanach de la Provence, Marseille, Gueidon, 1856. Il est signé ***.
Le Moucheron, Toulon, 1864, cite “Lou jou dé l’an, amis, parents, / Chacun si fa quaouquei présents. L’Armana Blu”.
Texte complet in Lou Rabayaire du Var, Draguignan, 1872, in Le Var, 2-1-73, repris du Rabaiaire doou Var.
Peise donne le texte dans son Franc Prouvençau, 1876 : “Un poète provençal dont nous regrettons de ne pouvoir faire connaître le nom, a résumé dans un petit poème, de fort bon aloi, toutes les vertus de cet illustre vétéran. Le poème avait paru dans un almanach d’un sou, il y a une quarantaine d’années”. Ce texte était signé “Un Canderouen” et Peise en conclut que l’auteur était brignolais (Candeloun, hauteur près de Brignoles).
L’identification de l’auteur est possible grâce à une reprise de 1883 :
Courrier du Var, 30-12-83. “Nous croyons être agréable à nos lecteurs en leur offrant aujourd’hui une pièce de vers provençaux, composée par un Brignolais éminent, M.Maître. C’est une lettre du jour de l’an à un Coupaïré, publiée il y a 22 ans, dans l’ancien Journal de Brignoles, et par conséquent, inconnue à la génération nouvelle”.
Dans ses notes biographiques, R.Reboul, s’appuyant sur la biographie de Maître par Nozeran, Brignoles, 1863, identifie formellement Maître comme l’auteur de la pièce.
“Estrenno oou Coupaïré
Oou jour de l’an, ami, parent, / Chacun si fa quoouque présent. / Yiou mi siou demanda, Coupaïré, / Quintou présent vous poudiou faïré ; / Car à un hommé coumo vous / Vous foou quoouquarren de bouan gous, / Jougnen l’utilé à l’agréablé, / Dé vous plaïré, en un mot, capablé. / Après tout ben examina, / Vira, tourna et rétourna, / A drécho, à gaoucho, dé tout caïré, / Veni vous présenta, Coupaïré, / Quoouquarren dé toujours nouveou / (Ben que seis ans despassoun millo), / Moblé dé pocho et dé burèou, / Moblé dé campagno et dé villo, / Quoouquarren qué souar et matin, / Coumo l’ouraclé doou destin, / Counsultoun leis vièis et leis jouinés, / Leis citadins, leis vilageois, / Leis artisans et leis bourgeois, / Leis séculiers émé leis mouines, / Leis grands tout coumo leis pichots, / Leis savens tout coumo leis sots ; / Quoouquarren, enfin, d’admirablé, / Qu’a pas au moundé soun semblablé, / Et per va tout diré en dous mots, / Un ARMANA ! .. .Vous vési riré, / Avez un air dé vous truffa. / Maï permettez mi dé vous diré, / En mémé temps dé vous prouva, / Qué l’y a din gès dé bibliotèquo, / Françaiso, latino vo grèquo, / Un libré qu’en utilita, / Sur d’aquéou pouasqué l’empourta. / Durbés Démosthèno, Homèro, / Buffon, Lafontaino, Rousseau, / Racino, Corneillo, Voltairo, / Tacito, Molièro, Boileau, / Virgilo, Cicéroun, Horaço, / Et tous leis messiés d’oou Parnasso ; / N’y aura-t-y un qué per un soou / Saché vous diré coumo foou / Lou jour dé la luno nouvello ? / Qué prédisé coumo un sorcier : / Aujourd’hui plueyo et déman grèlo, / Béou, et lou resto d’oou quartié. / Quu, senso l’armana, soourié / Quand durara lou tems deis masquos ? / Quintou jour toumbaran leis pasquos ; / Leis jours hurous per samena, / Per planta, per faïré vouyagé ; / En qué tems l’on poou countracta / Davan l’égliso mariagé, / Ou ben quouro foou démanda / A Mounseignour uno dispenso ? / Est-y pas dédin l’armana / Qué vias leis fiéros dé Prouvenço, / D’oou Lenguedoc, dé la Coumta, / Emé deis prouvinço vésino ? / Quu miés qué l’armana dévino / Sé leis magnans réussiran, / Sé l’ooura dé vin et dé gran, / Et deis aoutrés fruits dé la terro ; / Sé l’ooura la pax ou la guerro, / Et cœtéra, et cœtéra. / Sé n’en vénen à l’agréablé, / Quintou libré n’enseignara / Miès qu’aquéou libré incoumparablé / Qu’oou més dé jun leis jours soun grand, / Qué per nouvé va soun pas tant, / Qu’en janvier lou temps si réfréjo, / Qu’alors per fés toumbo dé néjo ; / Qu’en estiou fa caou oou souréou, / Surtout durant la caniculo ; / Qué leis plueyos dé sant Michéou, / Siéis més plus tard, siéis més plus léou, / (Disi pas aco per ridiculo) / Toujours toumboun din sa saisoun ; / Pui leis noums deis sants et deis santos / Qué nous an douna per patroun ; / Pui leis histoiros amusantos, / Leis énigmos per leis savens ; / Ensuito leis coumandamens / Dei philosopho à seis disciplé / Qué nous signaloun un maou triplé, / A fugé en tout tems, en tout lué : / Leis frémos, lou vin et lou jué. / Trouvas-ti din d’aoutrés ouvragés / Dé counséous millous et plus sagés ? / Enfin, (et veici lou plus grand / Entré touteis seis avantagés) : / Quand arribas oou bout dé l’an, / Et qu’avez fa tous leis usagés / Dé vouastré armana qué si duou, / Alors vous n’en torcas lou C... / N’avez per uno sémanado. / Maï vous leïssi sur d’aquéou gous. / Diou vous douné uno bouano annado, / Coupaïré, adiou, counserva-vous.
L’ermito dé Canto-Perdrix”.
Maître semble avoir écrit d’autres pièces. Cf. Le Journal de Brignoles, 30-7-65, “Causerie” signée “Un Garçon-Epicier” : “Vous faites suite à cet Ermito de Canto-Perdrix, à cet excellent Protée que tout le monde chérissait”. Lou Franc Prouvençau, 1879, donne une pièce “de l’auteur de l’Armana blu”.
[24] Voyage de Patron Séouclet à Paris, en vers prouvençaux. Par M.Edouard Bougrain, de Barjols, Brignoles, Perreymond-Dufort et Vian, 1861. La visite à Louis XVIII d’un patron pêcheur marseillais. (Bougrain a soumis cette pièce à Méry 12 ou 15 ans auparavant).
[25] Marius Trussy, Margarido, poème en vers provençaux, Avec traduction française en regard du texte, précédé d’une Ode à la Provence ; d’un prologue ; et de la légende des tombereaux d’Argens, dite de Saint-Michel-sous-terre, Marseille, Féraud, Paris, Garnier, 1861. “Hooumagi ei bravèi gèn de Lorgué, ma vilo natalo, Paris, 19 dé mars 1861”. Réed. Plan de la Tour, Les Introuvables, 1980.
“Prélogo. II. Vivituer parvo benè - Horace (ad Grosphum)
Dins eicestou pouli masagé, / Cadun a sa part d’hérétagé ; / Pa fouaço, mai cadun eici fa cé qué déou : / Pèrqué, couro la vido es rudo, / Diou mando oou paouré, d’abitudo, / Un vésin qué li presto ajudo, / Un assèti dé peiro et sa par dé souléou : / Eici n’en foou pa mai pèr viouré ; / Dégun soou ni légi ni’scrioure ; / Cadun si pouarto bèn et tou lou moundé viou : / Voui, cadun riégèn soun arairé, / Fa sa régo drécho, pécairé, / Tou daisé ; et s’enquiétan pa gairé / D’avé soun troua dé pan, pèr couro fara niou”.
[26] M.Trussy, Margarido. “Legendo”.
(Deux paysans discutent).
“Lou Prougré !!...vaqui’n mo vandalo, / Fouaro d’éou foou tira l’escalo ! / Mai, judiou qué vous sias, qué fa vouasté prougré ? / Mété tou sèn dessu dessouto ; / Jamai s’es vis talo derouto, / Dé bra rounpu, dé cambo routo ; / Si vés qu’aco, bouan Diou ! ... Ténè ! citén qu’un fè : / Vouastei gus dé camin dé ferré, / Qué lou Diablé venguéssé quèrré ! / Pourrissoun lou péhi ! ... Qué prouduisoun ? Pa rèn ! / En partèn dé la capitalo, / Entréprénèn sardanapalo, / Soun arribado si ségnalo / Pèr tant dé fè nouvèou qué dégun n’es countèn ! / Marchan dré su la décadènço ; / Rèn qué din ma bèlo Prouvènço, / Véguès tou cé qu’an fa vouastei camin tan bèou ! / Nouastei termé si desnaturoun ; / Dooutrés n’en rién ; milo n’en juroun ; / Pèr paou qu’aquélei caouvo duroun, / Sabès qué prouduiran ? ... la Tourré dé Babèou !! / [Les paysans évoquent alors la francisation du provençal, comme l’avait fait Laugier] / Choua, nouastei diou s’en van ! // [...] Aco’s lou cri dé la Prouvènço. / Prougrè ! ... ta fatalo enfluènço / Si fa déjà senti din sei méndré hamèou ! / O, d’aquèou tan pouli peisagé, / Tan bèn counsarva d’iagé en iagé, / As rétouca lei parsounagé ; / Prougré ! ... va sabés bèn, as sali lou tablèou”.
[27] Lou Rabaiaire, 13-4-62. P.Chauvier, “La chambrado, Cansounetto, Air : Amis pour bien passer la vie, / De Bacchus suivons les leçons.
(Chambrado : genro dé souciéta fouerço en usagi din la Prouvenço, mounté l’on si réunissé per béouré, s’amusa é fairé ribotto).
Meis amis, vivo la chambrado ! La chambrado d’ounte venen / Passa gaillamen la souarado / A l’abri de tout marri tem. / Quand la sé vers ello m’empouerto, / Adiou la bilo et lou chagrin ; / Va leissoun tout darnié la pouerto / Vo din un veire dé bouen vin. / Tra la la la la la (bis). // Aquello doun iou faou partido, / Es uno coumpanié d’amis / Qué per boiro et fa la partido / Si sian choousi din lou pays. / Aqui per dégun l’i a de gèno, / L’un canto quan l’aoutré es inquiét ; / Per soulagea soun cor en pèno, / D’aoutré estourniguoun per darnié. // Aqui, l’un counto sa journado, / L’aoutré d’un espri pu plésen / Raconto quaouquo talounado / Oou genro dé Garo-Bouentem. / Tu-quan-tu s’amouran la lipo ; / D’un ren rian coumo dé giboux ; / L’esprit dou vin et de la pipo / Nou douno dé moument jouyoux”.
[28] Armana Prouvençau, 1862, Jóusè Garnier, “Lou Rabi, Signo (Var), lou 25 mars 1861”. Le Rabi est un “valoun de Signo, qu’un valat dóu meme noum arroso”.
[29] “Lettres adressées à V.Q.Thouron”, ms 156, B.M.Toulon. Mistral écrit en français. Seule la fin est provençale : “voste amistous counfraire, e bèn countènt de l’èstre”.
[30] Cf.L.Geofroy, Mei Veiado, Paris, 1869. Cf. une pièce de 1862 : “A moun ouncle e ami Adolfo Gasquet Sus la lucho pouetico soustengudo en villo d’At, lou 14 de setèmbre 1862 e sus ce que m’aprenié dòu prefa que s’es douna lou Felibrige. N’en siéu tout esmougu, pecaire ! / De ce que m’aprénes de nóu. / Sabiéu pas qu’aquelei cantaire / Dóu Prouvençau vouguesson faire / Reviéuda nòsto lengo maire / La tira de sout’soun lançóu. / Me n’es vengu la car de poulo ! ”.
[31] Le Toulonnais, 26-11-62. Fête de la Sainte Cécile célébrée par la société chorale des Enfants de Provence, à Ollioules.
“ Parmi les discours prononcés, nous avons recueilli celui-ci en vers provençaux du secrétaire de la Mairie, que nous reproduisons à la suite de ce compte-rendu.
Messies,
L’a un an ooujourd’hui, qué per Sante Cécile, / Dins un jouyoux gala, en si fens pas de bile, / Si m’ettérians, eici, leis uis coumo lou poung. / Ooussi vive lou chœur ! ... A v’aoutré lou poumpoun ! / Per festa, coumo foou, vouastre Sante Patrouno / La joie brille partout, l’esclat nous envirouno ! / Coume de cambarots, sians déjà rouge encra ; / Cé quès, quand despassas leis bornes de l’extra. / Mais tou jouyoux qué sians deis splendours de la festo / D’oou parfum de Bacchus, si troublens pas la testo ; / Car l’a ren de plus laid, lorsqu’avès ben marcha, / Qué foou décadéla ! puis ana si coucha ! / Ah ! fi dounc ! foou qué l’homme ooutant prudent qué sage / Si presté, non jamais, oou ridicule adage, / Qué vous dis, en vous viant : aqueou es empéga ! / Ou ben que leis enfants vous creidount : oh ! qué ga ! / Ooussi permetté mi dé vous faire l’éloge / Dé touti v’aoutré : car, ou ma muse déroge, / Ou ben cé qué dirai séra la vérita : / Despuis qué v’aoutré chœur forme sociéta / Gès, eici, coumo v’aoutre ant douna tant de proves, / De sagesse et d’unien. Et certes soun pas noves / Leis proves, mai toujours es bouan de déclara / Qu’avez, eïs ooucasiens, sachu vous mésura. / Sera dounc pâ ooujourd’hui qué ternirias la feste / Per d’esclandres patents ou d’actien malhouneste : / Oujourd’hui*, quant surtout lou chant par mille échos / A fach vibra, dins v’aoutré, un millien de bravos : / Et qué vous a porta dins l’âme satisfache, / Aqueou bonheur d’avé ben rempli vouastre tâche. / Tout en électrisant de noumbrous oouditours, / Que vous aploudissient en signé approubatours. / Oh ! oui aves acquis, dins aqueste journado, / En cantant vouastre messe, une vrai renoumado, / Renoumado qu’ooura soun rétentissiment, / Dins touti leis peys mounté la lou talent, / Qué soou apprécia lou chant et la musiquo / Et qu’oou mérito ooussi, soou l’estré sympathiquo. / Amis, persévéras dins d’aquéou beou sentier / Tout émailloux dé flours, qué vous offre, en entier, / Vouastré digne Bellour, homme savent, capable, / Qué dé v’aoutré fara un chœur irréprouchablé, / Et que counvertira, ensin qué va vous dis, / En un grand Orphéon per l’hounour d’oou peys. / Persévéras, amis, car la persévérançe, / Vis toumba, d’avant d’elle, obstaclé et manigance. / Qué tramount dé coumplots per la fairé avorta : / Un jour vendra, Messies, mounte pourrès coumpta, / Su lou councours d’amis que vous sera prospero : / Su l’appui benveillant de nouastré digne Mairo, / Qué fara ressorti, eis uis de soun conseou, / Coumben un Orpheon subventionna per eou, / Fara sa gloire ... Et puis, es ren, quand seis annales, / Dirant qu’es l’ornament deis festos natiounales. / Aguès dounc bouan espoir, formens touti aquéou vu / Et nouastri prévisiens s’accoumplirant, sugu ! / La réalisatien dependé un paou de v’aoutré : / Pax et unien, toujours ! Et puis sé quaouqui chaoutré, / Per esprit malveillant, cercavo à va troubla / Arrière batelier ! Si dis ... Fès lou trembla. / Du reste, avez à qui un bouan mestré d’escoro ; / Touti lou counouissez lou Président Canoro ; / Eou, vous manquariet pas, sé vous escartavias ; / Ooutriment va savès est sugu un bouan toubias, / Qué vous dirigeara vers l’hounour et la gloiro, / Emé Moussu Bellour, courres à la victoiro. / Pouarti dounc un toast à la Societa / Buvens touti, Messies, à sa prosperita”.
[32] Le Toulonnais, 30-12-62, J.S....d, “Galantarié d’un Mari”. (Sicard). Repris par L’Echo d’Hyères, 11-1-63.
[33] Cansoun é poésié prouvençalo, par Philippe Chauvier, Aix, Achille Makaire, imprimeur-éditeur, 1863.
[34] Le Journal de Brignoles, 7-6-63 : “A prépaou d’un Pélérinagé, Pèço dédiado eis Cantairés dé Brignolo.
Cantairés Brignoulens, es la vouas d’un ami, / D’un peysan, que d’adreisso à vous, escouta-mi. / Oou d’aou dé l’Amaroun (1), la ginesto flourido, / Pins, rouvés et roucas, moun couar, tout vous counvido / A véni passégear, en cantan vouastreis airs / Que farien rétenti d’harmounioux councerts / Leis valouns souroumbrous et la coualo pélado [...] . Lou Peysan dé l’Amaroun”.
Il veut bâtir une chapelle et la vierge veillerait sur eux.
(1) - “Montagne déserte aux environs de Brignoles”.
[35] Recueil de chansons commençant par “Grandeur du Messie” et se terminant par “La Bouano nouvello”, Toulon, Vincent, 1863, 1000 ex.
[36] Lou Cassaire eis bouèneis pèços prouvençalos et à tout escrit francès sur la Prouvenço , Marseille, Feraud. Prend la suite du Rabaiaire en janvier 1863.
22-11-63. (Peise), “Uno espino de Rascasso.
Ben lou bouanjour, Moussu Bounaoud, / Coumo siaz ? Et vous ? - Pas ben maou !”
[suit une kyrielle de vers en “aou”].
“Quand per lou prumier coou sus lou front doou Cassaire, / Toun noum trelusiguet, / Senso arriero pensado, à la vouas d’un counfraire / Cadun applooudiguet !!! [...] Picho ti bateget doou beou noum de poèto / Mi disiou cependant : / “Leis grands hommes à Cuers si fan pas la cambeto, / Mai l’azard es tant grand ! [...] Ah ! vouas saoupre perque refusoun toun ouvrage ? / Eici que sieguen francs, / Es que sente un paou troou l’ooudour de la Ferrage (1) / Eme de cinq cents francs (1). / Foou permettre à n’un vieil renaire / De ti dounar un bouan counseou : / Per t’illustra coumo rimaire / Escalo eis ruinos de Casteou(1). / Aquit senso attaquar Sophio / Pouas dounar d’alo à toun genio ; / Canta leis beoutas doou pays. / La carriero ounte as fach toun nis, / Lou Pous de Guillot, la Ferrage, / De Santo Therèso l’oumbrage (1), / La ribièrio que vous fa poou / De la grosso aigo, mais quand ploou ! / Et s’as encaro un paou de forço / Canto leis c... de la Corso (1), / De Roumpi-Cuou, doou Patilloun, / De Vooucros et de soun valloun (1). / Se per hasard l’aren ti manquo, / Alors moun bouan, à coou de tanquo / Vai revilhar l’ami Boudin, / Sera co doou marchand de vin, / Co de Siméon sus la plaço, / Vo ben à faire la radasso / Oou found doou café d’Oriant. / Sabem qu’es un famoux feniant / Mai quand voou manegear la plumo, / Per lou vers la barbo li fumo. / Suive leis counseous de Boudin / Ti mettra dins lou bouan camin ; / Coumo leis tres quarts deis troubaires, / Fa mies leis vers que seis afaires !
(1) “Oou bout de la proumenado de la Ferragé si troboun leis principaous nécessari-hous doou pays. La carriero de 500 francs ero dins lou temps un impassé. Per la trooucar, coustè 500 francs à la Coumuno. D’aqui lou noum. Per li passar l’estiou foou de bottos, per l’hyver foou de béquillos.
Leis ruinos de Casteou si coumpousoun d’un bastidoun.
Dins lei ribas de Santo Thereso l’a qu’uno platano ; Diou ti creisse !
Appelloun lou vieilh quartier de Cuers : la Corso. Sabès pas perqué ? ... ni mai iou. Lou fet es que despiei que leis gens de peraqui prengueroun leis gattos per de gats et leis lançoous per de mouchouars, li digueroun qu’eroun de c... lou noum l’a resta”.
6-12-63 - Fournier, “Vers dedias à Moussu Barjomaou, Poeto prouvençaou à Marseilho
Mi dounas un renoum que meriti pas gaire ; / Mi disez troubadour, siou qu’un faible rimaire ; / Appoulloun counouissen qu’eri qu’un biberoun / Emun cooup de soun luth m’a mes a un cantoun ; / Tamben m’amusi plus qu’à faire de ribottos / Car, à vous tout beou jus, pourriou pouarge leis bottos./ S’aviou goousi des bancs dintre qu’aouquo pensien / Alors pourriou aver tant-si-paou d’instructien. / Se per fes faou des vers en fasen meis tournados / Es per passar lou tems dins leis grandos journados / Aquit lou vrai moutif que fa parlar de iou. / En fet de troubadour, siou pa’ncaro enfourniou, / De ma vido ai pousqut faire uno bouano rimo, / Vu, que doou mount Parnasso, ai jamai vis la cimo. / S’apprend à moun chivaou que mouestro lou rasteou / Car la graisso que pouarto es de vis de gaveou, : Si poou plus tenir drech, marcho que per brescouastos, / De quatre cents pas luench lo countariaz leis couastos / Leis loups, leis courpatas, l’a deja fouesso tems, / Que pleidigeoun sa carn apres seis recuyem. / Se que l’a de segur, que faran pas capturo / A plus ren que le peou la miou vieillo mounturo. / Per faire qu’aouquo rimo, ai pas despendu un soou / Se fa que meis vers dindoun pas coumo foou ; / Per la pountuatien, la counouissi pas gaire, / Vouguez ben m’excusar, s’ai manca lou bouen caire. / Poeto Barjomaou, vous soumetti meis vers, / Et se vous plasouns pas, mandaz-leis dins leis ers [...] [il dit avoir bien des vers en réserve) N’en poou aver de bouans, mai fouasso vouaroun ren. / S’un jour eri ooubligear d’oousar la marteliero, / Bessai qu’aclaparien touto la canebiero ; / Se que vous diou, troubaire, es que galantarié, / De si creire poeto es pas tant sot Fournié / Mi trataz de fenian, de mouissoun, d’accabaire, / Aquot mi facho pas, siaz un gros galegeaire ; / Coumo counouissez Cuers millo fes mies que iou, / Foou que d’uno Cuersenquo aguez sourti doou nou.
Cuers, 1er Décembre 1863, Fournier Clément, Garde Forestier”.
3-1-64, “Barjomaou” (Peise) : “Salud oou brave Moussu Fournier, gardo-fourestier à Cuers, et poeto prouvençaou coumo n’a gaire”.
[37] Lou Cassaire, 29-3-63. “A Moussu Feraoud, en responso eis escri de Moussu Barjomaou, Sophio, Sign, Arnaoud et Coumpagnié.
Despiei longtemps liegi lou Rabaiaire / Qu’avez desbategea per mettre lou Cassaire / Mai s’agis pas d’acò ; voueli, tant soulament, / Vous dire que siou Sieifournen. / [Son père lui a fait jurer de défendre le pays :] / Surtout escouto ben ma voulounta radièro : / Fai toujour respecta nouastro antiquo bandièro ; / Que jamai l’impoustur li bave soun alen, / Defende toun pays, coumo un bouan Sieifournen ! / Jureri tout acò la man su l’Evangilo. / Duvez coumprendre alors que m’an mounta la bilo, / Aquelleis escrivans que, dins vouastre journaou, / Escrivoun, chasque jour, que siam de Martegaou. / Tant qu’ai vist pounchegear qu’uno misé Sophio, / Aqueou mascle-fumeou qu’es ni homé ni filho ; / Moussu lou rimegeaire ; / As bello signa Barjomaou, / Ti couneissen senso fanaou : / Sies de Sieifours. Dins toun bas agi, / Dins lei carrieros doou villagi, / Ti sies proun tirassa la peou ; / Semblaves un gros gargameou. / T’en souvent plus, qué ? gros arleri ! / Quan anaviam oou cementeri, / Mangear leis figuos d’escoundoun ? / Aro qu’as la sebo oou boussoun, / Nous renounciés, nous aplatisses, / Et coumo de safran nous trisses.
Venturo Boues Dur (Sieifour) dit lou Boureou dei Cranos”.(Goirand ? ou Peise lui même ? Le curé Garrel est à écarter, il est originaire de Cuers).
[38] Bulletin de l’Académie du Var, 1863. V.Q.Thouron, “Une pastorale et un dialogue en vers prouvençaux avec la traduction en regard : Counseous d’un paire à soun fiou su lou mariagi. Pastouralo en vers prouvençaoux que a agu per joio uno medaillo d’argent oou councours qu’a dubert en 1863 l’Acadèmio d’Agen - Lou pleidejaire e l’avoucat, primée aux Jeux Floraux de Ste Anne d’Apt en 1862”.
La pastorale a été publiée dans Lou Bouillabaisso (5-2-45), et “Lou Pleidejaire..." en 1824, à Toulon.
Armana Prouvençau, 1863, V.Thouron, “Lou pleidejaire e l’avoucat”.
[39] Le Toulonnais, 7-3-63. in “Mes samedis”, chronique signée Eyram.
“Regrets d’un jardinier.
Pascaou, vaï, cresi mi, vaguès plus à la villo ; / Sinoun pourriès mouri d’uno attaquo de bilo ; / Mounte siegue qu’anès, lou matin, vo lou souar, / De pertout, rescountras de gens qu’ant maou de couar / Despuis leis gros cacans jusqu’à la populaço. / Leis hommes ant blemi, leis frumos ant la méraço ; / S’aoutreifès èrouent gaïs, aro sount ben changeas / Touteis sount morbignous et bessai enrageas. / A leis veire, dirias que sount sus d’uno mino, / Voben que dins Touroun li règno la famino. / Pourtant l’a ren d’aco ; degun s’en doutarié, / Lou morbin es vengu d’uno parfumarié / Per eici, per aila, tout lou jour, boulegado. / Chascun es ben d’avis que l’a qu’uno bugado / Que pourra, de Touroun, chassa la saleta ; / Maï coumo si fara ? chascun voou countresta, / N’a que ténount eis pots, d’aoutreis à la tinetto ; / Lou parti lou pu fouar, va prend sus sa baretto. / Voou plus dorénavant que si giete oou vala, / L’oourié-ti lou motif de vouyé s’avala. / Qu dounc l’emportera, s’ant touteis doux raisoun, / Un de vouye geita, l’aoutre de dire noun ? / L’a maï de quarante ans, que dins nouastro communo, / Vivoun sus d’un produit que fagué sa fortuno. / A fin de la trouva, sercount dins leis fumiers ; / Maï crèsi qu’en sercant, escampount seis deniers. / Coumo sié que viroun, par la salubrita / Dins toutis leis cantouns, vuas la maoupropreta. / Escouboun chaque jour, et fant fouasso mourouns, / Sus lou bord deis valas, dins touteis leis carriéros, / L’oourié de qué lassa siéis cents escoubillièros. / Avant que la récolte fouguessé affermado, / Vusias pas eis valas de debris de sarado. / L’avié fouosso paysans, menant un carrettoun ; / Dès fès lou jour, fasien tout lou tour de Touroun, / Per courré à l’après, deis grueillos de gorgano, / Deis caloux de coouret, deis peous de mérengeano. / Dins toutis leis sésouns, aquellis bouaneis gens, / Si fasien de fumier per mettre dins seis bens. / L’èroun accoustumas, li venien en famillo ; / Despueis que venount plus, seis bens sount en guenillo. / De Touroun lou terrouar, maïgré et patissen, / Fa plus ce que fasié quand li mettien l’incen. / D’oou bestiaou, va sabès, li manquo la ressourço ; / Quand n’en trouvas en lué, foou despluga la bourso. / Es pu eisa, sugur, per aquellis qu’ant ren, / De si passa de pouar que de douna d’argen. / Et puis, l’esten neissu, counouissi la portado / D’oou fumier que faran dedins touto l’annado. / Ant un aï, ant un pouar, ant ooussi de lapins ; / Entré touteis, per jour, n’en en fant doux couffins. / S’ant un paou d’appaillun, fant uno pousseirado, / Et quand seis bens oourant noumbre de carteirado, / Mountè anaran piqua, mé tant paou de fumier ? / Ant recours oou tourteou, maï li foou de denier. / Quand va prenien partout, fasien d’économio ; / Lou ben s’en en sentié, et tamben la famillo. / Tout ce que diou aqui, me ren sera tout un ; / Chascun va poou légi, maï parli en degun : / D’ooumens siou entendu, maï ren que d’une oourillo ; / De l’aoutro, ce que diou, s’enva mé la bordillo. / Ce que fa la coumuno, va fa tout per lou ben ; / Tantpis per leis tarouns que n’en sount pas counten. / Pourtant sount mes aqui per touto la puplado ; / Jamaï, a leis oousi, l’oourient tant ben menado. / Fouasso si va creïran, maï toqui lou cousta / Mounté leis suspichous s’agradoun à douta. / Dien : “li counouissount ren, sount pas de la partido ; / S’avisount même pas que fan tort eis bastido. / Despueis que d’oou fumier ant serca lou proufit, / Semblo, la fé de diou, que lou voudrient counfit”. / Que s’inventarié pas, oou sièclé deis lumiéros ! / Que t’a pas dit qu’un jour, de touteis leis fuguiéros, / De touteis leis poussious que si fa dins Touroun, / Partout esparpillas, vo rangeas en mouroun, / Que t’a pas dit qu’un jour, à la bouano avanturo, / Farant sorti lou jus de quaouquo counfituro ? / Oou tems que vous ei dit, quand mé lou toumbareou, / De l’aoubo grand matin, oou coucha doou soureou, / Leis jardiniers countents, poudien fa seis tornados, / Marchavias à pas secs sus toutis leis calados. / Alors, sus lou pavè, fasias ges de balan, / Jamaï un gros fumier, din l’aïgo rigoulan, / Carregea de partout, d’uno courso abrivado, / En tapan leis valas, formavo de buournado. / Ero troou beou alors, puisqué v’ant plus vougu, / Voben érount fadas, voben avient begu. / Toujours despueis d’alors per paou que fagué plueiyo, / D’oou portaou noou oou vieil, semblant dins uno sueyo. / Vouguerount assagea, tout d’un commun accord, / De faïré escouba lou mitan et lou bord, / Senso maï s’énquiéta mounte anarié l’orduro. / L’a de gens, ben segur, qu’ant la testo ben duro. / L’escoubo fara tout, manquara pas de bras ; / L’aïgo embaro tout, lou maïgré me lou gras. / Dès lors, v’en souvenès, per l’aïgo emportado, / Touto la pourridié oou port es saménado ; / Maï va pas fouasso luen ; s’arresto sus lou bord / Et donno soun perfum eis habitants d’oou port. / L’hiver senté pas troou ; l’a que quaouqueis bouffados ; / Lou mistraou frésqué n’en chasso leis fumados. / Quand lou frech a passa, qu’arribo lou beou temps, / Alors, touteis leis jours, sentount aquel inguen ; / Surtout, quand lou zéphir passo souto la tendo / Mounté soun assetas en attendent la vendo. / Lou mouviment que fant, tout lou jour, leis bateoux ! / Entretent d’oou fangas l’ooudour à seis museoux. / Jamaï m’arrestariou, quand siou dins la carièro ; / Per chassa leis ooudours, preni ma tabatiéro ; / Doou tabac que countent mi clafissi lou nas, / Vo faou tuba la pipo et marchi à bouan pas. / Aïmi maï doou tabac, respira la fumado / Que l’ooudour que sabès à moun entour giétado. / Passas mounté vourrès, poudès rouda Touroun, / De tant que sentué maou, sourtirès tout redoun. / Per leis damos, lou musc vo l’aïgo de cologno, / Fa que sentoun pas tant l’ooudou de la c...... / Jamaï, dins la villo, pourriou m’accoustuma ; / Se li vaou quaouquo fès, es jamaï per flana. / Pourtent dient qu’ooujourd’hui ant trouva la maniéro / De leva la pouisoun que la din lei carriéro. / Per aco la coumuno dounara quoouquaren ; / Si creidara pas tant, fouasso serant counten. / Lou mouyen quan choousi per leva la bordillo, / Counsisto, va m’an dit, à garda en famillo, / Rejoun et ben sara tres jours, cinq jours lou maï, / Noun pas leis aïgos brutos, maï ren que lou gros faï. / Huroux leis habitants d’uno tant bello villo / D’avé souto lou nas, vo la fosse mobilo, / Voben uno tinetto de grosso dimension, / Qué réjouis leis hueis en creidant l’attention. / Si fa ren tout oou cou, temouin la grando Roumo. / N’ès ensin de Touroun ; paou à paou si façouno. / Mé lou tems finira per ave bel aspect, / Maï sentira ben maou parlant senso respect. / Déjà senso branda ; oou son de la trompetto, / Ant invita chacun à louga sa tinetto ; / Maï coumo per dansa, foou ave lou viouroun, / Chascun a respoundu qu’éro pas la raisoun, / Qu’en toutis leis oustaous, l’avié que de toupinos, / Que fourié, avant tou, si prouvi de latrinos, / Voben de la tinetto carcula lou reven, / Afin de noun paga maï que ce que duven. / N’avié tant de furious et tant d’aoutreis féroços, / Lou brut ero tant fouar et leis pleintos tant grossos, / Que lou Mèro touca, proumettet sus lou coou / D’ajorna leis tinettos, maï per lou darnié coou. / En tems que si farant, défenso eis fumellos / De giéta, oou vala, leis mendros bagatellos. / Dins Touroun, chaque jour, courré vingt toumbareous ; / Leis uns pintas de frès et portant de touneous, / Reçuboun proupramen ce que diant la pu fino. / Leis aoutres encaissas, ant pas tant bouano mino. / Ooussi senso façoun, coumo senso choisi, / Prenoun ce que li ven, lou noou et lou goousi, / Hormis, ben entendu, ce qu’es per leis barriquos, / Coumo v’ant fa saché en toutis leis pratiquos. / Chascun aduè, soun pot, qu n’a maï, qu n’a men ; / N’importo, vénès toujours, siégué vidé vo plen. / Dounavo tout d’un trait, en daqueou carignaïré / Qu’ant plaça per aco garçoun de l’emboutaïré. / Leis frumos matinièros sount jamaï en retard ; / Sérié tanpis per elleis se si levavount tard. / Soourien ce que n’en couit, s’anavount manqua l’houro / De la part de la lei, leis mettrient à la bourro. / Qu va pourrie souffri, leis veïré en plen jou, / Senso jes de respect, giéta lou p....... / Se sias d’oou fumelan, oousservas la décenço ; / Un homme es différent ; poou manqua de prudenço : / Siégué mounté siégué, que li siguès vo noun, / Poou si déboutouna dins lou promie cantoun. / Maï que vaou dire aqui ? semblo qu’ei la moustardo ; / You que siou qu’un paysan, aco noun mi regardo ; / D’abord que leis moussus va trouvount pas troou maou, / De mi facha souret seriou un arimaou. / Dins un sujet ensin, se moun mot pouadi diré / Duou estré sourament ren que per faïré riré. / Pourtant senso menti, regretti lou fumier / Que dins lou temps passa, preniou à plen panier, / D’éici, d’éila, pertout, tout de long deis cariéros. / Meis pras n’en sount groumand et tamben meis figuiéros. / Lou fasiou tubegea oou found de moun poussiou. / Fourié veiré moun ben quand veniant sus l’estiou ! / Per un paou aoujord’hui foou délia la bourso ; / Aoutreis fès, un mouroun coustavo qu’uno courso. / Se Diou voou vendra maï lou tems mounte ei flouri. / Meïs pras serant maï verts et moun jardin pouri. / Tout passo, tout reven, ensin fara ma lagno. / Déjà leis habitants ant toutis la poustagno / De pensa que, ben leou, coumo un lapin oou traou, / V’ant estre parfumas de dabas jusqu’adaou. / Ensuite, la Mairio, coumo sié que s’arrangé, / Veira, de soun cousta, qu’a ren gagna oou changé. / Quand fassé escouba d’oou matin jusqu’oou souar, / Lou pati li sera, de pu fouar en pu fouar. / Pensi pas qu’eis bestiaux li mettoun de brayettos ; / Mounte un aï dresso coua, leisso un mouroun de pettos. / A dounc, per reveni, passara pas un an / Que tout ce que v’ei dit s’en vague en viran.
P.Rimbaud”.
[40] Le Moucheron, n°4 -13-9-63, Casimir Dauphin, “La Muso Prouvençalo”.
“Emmalaoutido, touto pâlo, / Sus un coulet bousca dé pins, dé roumaniou, / La muso Prouvençalo ; / Passavo lou front pensatiou, / Cantan pitousamen sus un ear dé cigalo : / "Emé la Prouvenço m’en vaou ! / Moun beou lengagé toumb’en peço ; / Meis bellei sorrés de la Grèço, / Durbé mi lou ciel doou répaou ! / Emé la Prouvenço m’en vaou !" /
Un Troubaïré : "Non, non ! t’envagués pas, ô ma musa* immourtello ! / Per tu la mouart a gés dé day ; / Siès toujours jouino, toujours bello ; / Per tu lou temps a gés de fay". /
La muso en oousen lou cantaïré / Agué poou, puis lou regardet, / Si rassuret, / Et d’un signé lou fet assetar à soun caïré. /
La Muso : "Ami, mangearas plus lou meou dé moun féstin ! / M’en vaou, subissi moun destin ; / En paou pu tard, en paou pu d’houro, / Foou laissa cé que nous entouro. / Men vaou en espoussan meïs pès dédin lou Var, / Qu’embaré méis amours oou fin found déis abimés : / Per quoouqueis enfants légitimés / Aï puis agu troou dé bastard. / Parcé qu’émé Bellot qué m’avié révillado ; / Bellot, l’ami de ma pensado, / En brasseto et cantant courriant en paou partout, / A la mar, à la casso, à tout, / An dit : és capablo dé tout. / Coumo ma suor de Roumo aï léva la sordino / Eïs plumos de Gélu, de Benedit, beou maou ! / Crésiou d’avé meïs jouvenaou ; / Maï de badaous m’ant prés pear uno Messalino. / Et parcé qué Cheylan, / M’embrassé, din lou fén qué senté ei bergamoto, / Uno bando en riboto, / M’a prés per un rébus dé troupo dé bouïmiant. / Et m’an couru darnié mi mandant cent apostrofos, / Pressos din léis vallas fangous deïs pescariés. / M’ant estrassa, m’ant fa dé boffos, / M’ant acclapa dé pourridiés ! / Meïs belleis sorrés dé la Gréço / De feous, d’ennui moun âmo vesso, / Durbé mi lou ciel doou répaou". /
Lou Troubaïré. / "Capriciouso, escouto en paou : / As Jooussemin, as Roumanillo, / As Aubanel, Thouroun, Mistraou, / Et d’aoutré de mêmo famillo (1), / Qué t’eimount et qué tous léis jours / T’adorount, divino mestresso ; / Ti cachourient, ti fant millo caresso ; / Ti cantount, ti cuerbount dé flours ! / Et reino, ém’uno cour pareillo, / Vouas plus régnar, perqué quouqu’eis bouffouns, / Fant doou boucan uno merveillo, / Pilount ta lengo à coou dé pounts ? / Escupissount en l’ear ; resto, laïsso leï faïré ! / Resto encaro en paou ! oh ! pas gaïré ! / Din quouqueis ans entarraras / Lengo, Prouvenço et seïs cantaïrés ; / Dessus la toumbo deïs troubaïrés / Jitaras quouqueïs flours et puis t’ennanaras”.
Texte repris sous le titre “La Muso et lou Troubairé”, avec quelques modifications , dans C.Dauphin, Lei Bastidanos, Draguignan, Latil, 1878.
(1) - 1878 - “As Jooussémin, as Roumanillo, / As Bourrelly, Gaut et Mistraou. / As Aubanel, douço famillo”. Les étoiles du firmament renaissantiste ont quelque peu changé.
Le Moucheron, n° 9. 22-11-63. C.Dauphin, “L’Ooutour manqua”.
Steck : “J’ai eu à donner mon opinion sur les dispositions poétiques d’un jeune homme qui m’a présenté une chanson dont voici le premier couplet : - Ben lou bounjour madamo Galla / Siamou touti de bons enfans ; / Vénen eici per mangia une soupa / Et puis une bouana duba ; / En attendant qué sa (1) duba si fait / Anant dabas si lava on paou leï pés”.
(1) forme grassoise.
On retrouve cette chanson dans les scènes provençales de La Sinse.
[41] Le Moucheron, 20-8-63 : “Mais le spectre livide imposant silence avec majesté s’exprime en ces termes : Sabés pas qué siou ? - Non ! Non ! - Vous ne me connaissez pas, vermisseaux ? - Nenni, nenni. - Par Pluton, je suis Démocrite ! [...] Sian pouri ! dit Stock. Bien ! dit Stuck. Diable, dit Stick. Tron de l’air ! dit Stack. Fouchtra, dit Steck. Ouf ! là là ! dit le gérant, nous sommes tous f..ichus ! sé s’énavian !”.
[42] V.Gelu, Correspondance, lettres à Mouttet et Piétra, A.M. Marseille. Toutes les citations de Gelu qui suivront sont tirées de cette correspondance.
[43] Armana Prouvençau, 1864, V.Thouron, “Counsèu d’un paire à soun fiéu sus lou mariage”. La pièce est également tirée à part, V.Thouron, Counseous d’un paire à soun fiou su lou mariagi primée par l’Académie d’Agen, s.l., (1864). Armana Prouvençau, 1864, “Roso Mirèio. J.Garnier, Signo, 16 de juliet 1863”. Garnier identifie la fraîcheur virginale de son amie Rose à celle de Mireille.
[44] Lou Cassaire, 8-5-64, M.Bourrelly, “Hyèros”.
“Mi diaz se fasieù lou jacò / En arribant dedins la villo. / Mi disieù : Mai es ben acò, / Hyèros ? Mi nen feri de bilo ! / Ce que trouberi beù, d’abor, / Ero l’hostel deis Isclos d’or, / Eme quauqueis bellos bastidos, / Qu’alinc vous li dien de Villa. / N’ai v’uno eici, l’autre es eilà, / Et sount quasi toutei poulidos. // Mais Hyèros, qu’es ? un cagadou / Que s’empego contro uno roquo. / Estrechos coumo un courradou, / Dins sei arrieros, tout si toquo : / Mounto, descendo, Roussignoù, / Vai d’aise de ti foutre au soù / Dessus lei calados pounchudos ; / Ten-ti drech dessus toun bastoun, / S’uno fes perdes toun aploum / Prendras de belleis estouessados. // Tout en cerquant leis arangiers, / Arribi sus uno placetto / Ounte l’aviet quatre palmiers / Qu’avien l’er de mi faire bouquetto. / Renifli ... qu’es que sente mau ? / Es un vallat long deis houstau / Qu’a jamai gies d’autro menestro / Que l’aigo deis teùles ... quand ploùt, / Et mounte, lou sèro, quant foùt, / Giettount leis pissadous de l’estro. // Aro foùt anar vers la mar, / Mi dient : es à cinq kilomètros. / - Et la plano de Beùregard ? / - D’eicito es à tres millo metros. / - E leis arangis ? - N’ia plus gies, / Lou freg leis a tua. - Bon, tant mies, / - Mai avem de belleis salados, / Eme de plans de cachoufliers, / De frambouasos, de pesseguiers, / Eme d’aspargos ensablados [...] Roussignoù (Poucieù)”.
[45] Lou Cassaire, 13-3-64, Bourrelly : “Sieu plus felibre. Vai-ti far fouche ! Roumanio / Viant qu’escrivi pas coumo escrieù / M’a plus vougut dins sa famio”.
Bourrelly ne veut plus de ce “Proucusto prouvençaù”.
7-8-64, Frementano, de Tourves. “Que voulez que digoun leis gens / Quand despueis doueis mes qu’acot duro, / Vous escupez sus la figuro : / Entre touteis avançaz ren”.
[46] Lou Cassaire, C.Garrel,Valcros, 17-1-64, “Ma vido champetro”. “Dins mon treizième lustre ai p’anca destela” écrit ce ménager. Les Garrel sont nombreux à Valcros, l’un d’eux sera maire de Cuers. Garrel curé de Six Fours, est originaire de Cuers. Est-il l’auteur ?
31-1-64, Bonnaud fait l’éloge de Cuers. “Patrio, Vers dedicas à mei coumpatriotos”.
[47] Lou Cassaire, “Amable Richier, de Saint Martin de Pallières, Var”, 12-6-64, chanson, “Au tems deis vioulettos / Dins la bello sesoun / Eme leis filhettos / Anarem sur lou gazoun / Au tems deis vioulettos”.
La Sartan, 2-4-04. Richier est alors égoûtier municipal à Marseille.
“Ma proumièro cansoun
Si capito qu’aquestei jour, en furnant dins lei paparasso de la bibliotèco de la Vilo, ai destousca un viei journaou prouvençaou “Lou Cassaire” que si publicavo à Marsiho en 1863, sus lou quei doou Port, 32, enco de Marius Feraoud lou flame marchand de cansoun prouvençalo. Devinarias jamai ço qu’ai trouba dins “Lou Cassaire” ? Ma proumiero cansoun !
O cant printanié, tendre souveni, dous pantai de moun enfanço, ti retrobi vuei apres quaranto an ! Coumo lou tèmp passo ! Avieou à pèno douge an quouro un beou jour mi troubant dins lou boues de moun vilagi à travès lei bouissoun, leis aoubriho qu’acoumençavon de si viesti de fuèio, en vesènt replendi lou souleou, poussar lei planto, rama leis aoubre e verdija lou soou, d’oousi canta l’aouceliho, de respira lou perfum dei vieouleto, mi senteri ispira pèr la naturo e fagueri aquesto cansoun”. (Il donne la chanson et la date de “Sant Martin d’en Paliero, Var, printemps de 1863”)
21-8-64, Logogrifo : Siou mounte se rejougne un simple bouscatier ; / Siou mounte ven dourmir un negre carbounier ; / Siou dintre lou valoun, au coutau, sur la plano ; / Abriti lou paysan quand fa grosso chavano, / Se mi levaz la testo eme lou coui, / Ce que mi restara, noun jamai sera moui, / Lou chaspariaz uno semano, / Mi troubarez jamai sus la testo d’un muou, / Mai mi veirez toujours sur d’aquello d’un buou. / Le mot est Cabane, (dans lequel se trouve Bane)”.
13-11-64, “Vitourino : Touteis leis sero, Vitourino / Anavo si pavanegear, / Dins soun villagi, la mesquino / Fasiet ren que gourrinegear [...]”. Victorine se marie, devient la maîtresse d’un riche, son mari la quitte, elle est enceinte, chûte moralisante.
[48] Fêtes agricoles et Jeux Floraux d’Aix, Concours de poésies provençales en 1864, Aix, Aubin, 1864. “Odo au bon Rei René, de Lucien Geofroy, de Paris. [...] Vergogno a nautre ! Nosto epoco / Que, ’sturto, dou passa se moco, / E cres de la resoun ségre lou dre camin, / Que s’apenso èstre esmancipado / Dòu prejuja, e, qu’abramado, / Se dis au creirounge escapado / Despièi qu’a remplaça pèr l’or si Diéu d’alin !”.
[49] Le Journal de Brignoles, 5-1-64, Lou Peisan dé l’Amaroun, “La Chumineyo doou Rei Réné à Brignolo.
Un cantoun sabi fouaro villo / Qué toujours séra préféra, / Couro fa frei, su cent, su millo, / Tant qué Brignolo existara. / Souven lou capelan l’y passo, / Quan per durbi lou paradis / Dou mouar qué pouartoun, testo basso, / Marmoutié lou De Profundis, / La grando damo enpanachado / L’y fa flouta seis pavillouns, / Et la filletto, fin cooussado, / En gangassan, seis coutillouns, / D’aquéou pouri séjour la plaço, / Brignoulens, la counouissès-ti ? / Moountas lou Cours, la croux en faço, / A drécho viras, es aqui [...] [il donne l’origine du nom] / Aqui, quan lou souréou dandrayo, / Emé un ciel blu, seis béous rayouns, / Quan, davan l’astré, si mirayo / La caliandro, dins leis vallouns ; / Aqui, couro siblo la biso / En nous fasen bouffa leis dés, / Que souto leis viestis tamiso, / Qué la nèjo es su leis coulès, / Alors si fa grando assemblado, / Vènoun, lou bastoun à la man, / Toutéis leis viéis dé la countrado, / Qu soou sé li vendren déman ! / Vers la pouarto doou sémentéri, / Caminoun proun à pichoun pas, / Mai teisen-si su lou mystéri / Qué méno dé vido à trépas. / D’aquéou cantoun què la vieillesso / Quitto jamai quan sian d’hiver, / Mounté, per gari sa féblesso, / Buou lou souréou coumo un limber, / Canten eici leis avantagés, / Diguen-n’en touteis leis plésis, / Et sé lei vieis soun leis pu sagés, / N’en foou célébra leis récits. [...] L’y ven de marchands dé brouquétos, / D’ori, d’estrassos et dé pèous, / Dé marchands dé fus, d’escoubettos, / Dé marlusso et dé cruvèous. / Lei viéis, - soun péou blan m’intéresso, / Emé noublesso, ooutourita, / Coumo leis sagès dé la Gréço, / Soun leis reis dé la souciéta ; / Lou proumié qu’arribo, enrégo, / Lou ségoun si mété à cousta, / Cadun à soun tour fa sa plégo, / Deis jouines si fan escouta. / Vous dien dé contés, dé nouvellos ; / Soun lengagé es plen dé résoun. / Mai soun mus sus leis coucourellos, / Per éleis soun plus dé sésoun. / Vous diran sé l’avié dé figos / Et dé nouis, dissato, oou marca ; / Se l’y avié dé moundé eis boutigos, / Per vendré, vo ben per croumpa. / Aquéou qu’empouarto, aquéou qué leisso, / Va saboun tout, mémé lou prix, / Elleis fan la haousso, la beisso, / Coumo à la Bourso dé Paris. / Louisé carrégeo émé lou mètro, / Segu n’es pas un ignouren, / Car counoui su lou baromètro / Se fara dé plueyo ou dé ven. / Eou vous dira qué dins la plano, / La Burlièro, oou Vabré, eis Counsacs, / Lou ben couré siéis francs la canno, / Qué n’en voou dous su leis Hubacs. / Pui, soourés sé vouastré coupairé, / Couro croumpé soun nouvéou loou, / A ben ou maou ména l’affairé, / Si l’a paga fouasso ou pas troou. / Un dira qu’a fa leis poudados, / Et l’aoutré qué ven dé menca. / Jean, qué soun ben trés sémanados / A cavouira per lou seca. / Vitor es un homé dé testo / Su quéqué siégué es entendu, / A toujours la paraoulo lesto, / Et raramen l’an counfoundu. / Eou counoui tout, bichar, araire, / Carrettos, fourcos et magaou, / V’ensségnara coumo foou fairé, / La pacho d’un muou, d’un cavaou, / Sé l’ai de Paou mouardé, réguigno, / Eou vous dira : l’an embula ; / Lou maquignoun fé dé maquigno, / Tout l’oustaou s’en es désoula. / Sé leis sémenços soun sourtidos, / Aqui, meis amis, v’apprendrés, / Et sé leis favos soun roustidos / Per la rouado, n’en gémirés. / Saboun, coumo lou tem va mèno, / Quand voou lou vin, quand voou lou bla, / Mai jamai si metran en péno / Sé lou counséou s’es assembla. / Joousé parlara dé la luno, / Toni parlara dou mistraou, / Et Jaqué surtout n’en dégruno / Su leis mourins et lou canaou. / Pleidégearan, va poudés créiré, / Toutéis leis drés deis bens eigan, / A la Tourré, oou Plan, à San-Peiré, / A la Resclaouvo et San-Sumian. / Quand n’an proun di su leis campagnos, / Vous charraran su lei mestiés, / Vous pintaran leis jouas, leis lagnos, / Qué pouadoun passa leis ouvriés. / Incoumparablé chuminéyo ! / A toun fué mi siou rescoouffa, / Et dé tu sabi, qué mervéyo, / Lou ben et lou maou qué s’es fa. / Et puis s’avanço la réservo, / La coumpanié deis vieis sourdats ; / Per soun bounhur Diou li counservo / La mémori dé seis coumbats. / Engranoun ... Durboun la campagno, / Partoun dé Strasbourg, dé Turin, / Traversoun touto l’Allémagno, / Introun trioumphants dins Berlin. / Jiétoun dé pouants su la Vistulo, / Su l’Escaut, su lou Nieper : / Et puis lou coumandan calculo / Sé prendré seis quartiers d’hyver. / Mai ven lou jou dé la batayo, / Aqui fan péta leis canouns, / Touteis fan soufla la mitrayo / Qué dévesso leis escadrouns. / Sembloun dé généraou d’armado, / Marchoun en amoun, en avaou, / Pui fan sibla la fusillado / Qué suivé l’ordré dé l’assaou. / Battoun la marcho, la rétrèto, / Souanoun la cargo, couro foou, / Et sé fujoun din la défèto, / Coumo à l’attaquo an gès dé poou. / Parloun ensin uno ouro entièro, / Senso escupi, ni s’avisa / Qué lou souréou, din sa carrièro, / Darnié la Loubo a trécoula. / [l’auteur honore ces anciens soldats] / Eis Brignoulens / Moougra lou frei dé la sésoun, / En coumençant aquesto annado, / Ai descendut de l’Amaroun / Per vous bouta ma mourayado / Et per vous oufri moun présen. / Court et bouan foou qué vou lou fassi : / Qué Diou vous accordé la graci / Dé veiré en santa l’an qué ven !
Lou Peisan dé l’Amaroun”.
[50] Le Var, 5-1-64 : le “Bouen an” d’un “Ami de l’Ordre” souhaite “Au cafetier fouaço pratiquo / Fouaço malaùt aù medecin / Eis intrigan la republico / A l’ibrougno un barriou de vin.”
[51] Le Var, 22-9-64, publie le long compte rendu du concours, de Gaut, en vers provençaux (Cf. Fêtes, 1864, op.cit.[48]).
29-9-64, Seignoret, “Réné, Rei dé Prouvenço” : Vous parli dé long tèm. Eri’ncaro pichoun ; / Per la premièro fés sourtiou dé Bargémoun, / Aviou jamai rèn vis, intrèri din Azai. / Qué lou trouvèri bèou ! Crésiou faire un pantai. [...] [Devant la statue, un vieil homme l’informe] / Quand légiras lei libre, apprendras, moun pichoun, / Qué la Franço d’alor èro enca dins la nué ; / Mai Réné nou fasié brilla dé milo fué. / La cour dóu rèi Réné lusié coumo l’estélo, / Quand la niouro d’ou ciel un moumen s’escartelo, / En aquéou fué la Franço alumé soun flambéou”.
[52] L’Echo du Var, P.Chauvier, 4-9-64, “Lou pichoun philosopho” : Sé mi disien, en fèt de poulitico : / Qu’es qu’eimés miés l’ampérour vo lou rei, / La mounarchié vo ben la republico ? / Li respoundriéu : fès tout à vouesto lei. [...] Vivo la joi ! puisqué ren mi tourmento ; / Counouissi pas ço qu’ès lou chagrin”.
[53] Louis Pelabon, Les anciens troubadours du Var, leurs notices biographiques, suivies, chacune, d’une strophe provençale résumant son texte, Toulon, Vincent, 1864. L’ouvrage est dédié au sénateur du Var, le Comte Siméon (Toulon, 1-1-64). “Stanços à Santo Anno”, une des 46 pièces sur le même sujet envoyées aux Jeux Floraux d’Apt le 14-9-62.
[54] V.Thouron, “Un soldat du premier Empire devenu berger et un soldat sous Napoléon III revenu du Mexique, pastorale en vers provençaux”. Thouron lit cette pastorale à l’Académie en 1864 mais ne la publie qu’en 1868, Toulon, Aurel.
“Eglogue. La scène se passe
dans les environs de Toulon (Var)”. Baptisto est le soldat et Christoou le berger.
B - Bonjour, péro Christoou, couma va la santa ? / Vous qu’avès tant courru, pièi vous sias applanta, / Sias pastré : aro, estendu souto l’ombro deis touscos, / Escoutas la cigalo, en vous couchant leis mouscos. / Quand avès souan, dourmès ; mangea quand avès fam. / Es uno bello vido ...
C - E qu siès, brave enfan ?
B - [se présente, il est le fils de Nouré, avec qui Christoou était en Espagne. Il a fini son temps]. Aï ben proun barroula : si siou encaro viou, / Es pas faouto dé guerro e faouto dé mi battré. / Dé dex, qu’érian parti, tout beou just restan quatré.
C - Dé qué pays vénès ?
B - Venen dé Mexico.
C - N’aï pas entendu parlar, qué pays ès aco ?
B - Tout lou pays voou men qu’un cantoun de la Franço. / Graci à Diou, l’aï quitta, n’aviou pas l’espéranço, / Car per la febré jaouno ès ben rénouména : / Huroux sé n’en réven, aqueou qué l’ès ana !
C - Perqué li sian ana, qu’ès qué l’anaviam faïre ?
B - Lou sourdat va soou pas, leis chefs va saboun gaïre. / Coumo li fa plési cadun poou résounar ... / Qu dis quès per l’argen que vourien pas dounar ; / Qu dis qu’aqueou pays, esten dins lou désordré, / Démando un imperour per maï restabli l’ordré, / E qué per leis sourtir plus leou d’aqueou dangier, / Li dounan per counseou dé prendré un estrangier. / M’an di qué va partir ...
C - Sé fan coumo en Espagno / Per li s’y manteni bessaï qu’ooura de lagno.
B - L’a encaro dé Francès qué per eou si battran.
C - Oui, maï, entandooumen, quand n’à qué li mourran ?
Baptisto. S’ès déjà qué troou vist ; fouaço, d’oou tem qué l’éri, / L’y gagneroun la crous ... la crous d’oou cementeri. /
C - La crous ! l’aviou gagnado ... oouriou degu l’avé ; / E s’eri découra, gardariou pas l’avé. / Maï, parlem pas d’aco. Leissem leis caouvo tristo ... / Diguo mi cé qué fas .. parlem dé tu, Baptisto. / Aquellei qué soun mouar an plus besoun de ren ... /
B - Tout de mémé es fachous d’an mouri tant luen / E de laissar seis ouas dins un pays soouvagé, / Eimi mies, si Diou voou, mouri dins moun villagé.
C - As résoun ! maï que vouas, leis Francès de tout tens / An troou eima la guerro et soun jamaï countens ; / Si méloun un poou troou deis affaïres deis aoutrés, / Semblo que seriè tem que soungessian à naoutrés. / De deoutes lou pays seriè pas tant clafi. / Oourian pas tant de peno e ben maï de proufi ...”
[55] Le Moucheron, 9-9-64, Ben Roumi, (Un de ces nombreux pseudonymes pseudo arabes, qui se veulent amusants, comme Ben Pebra, Ben Sala, etc.)
“Botches et pitchons”. “Mais, laissons la parole aux joueurs ! rien d’original comme ce langage moitié patois, moitié français, ce qui est sans doute une politesse de ces messieurs afin que tout le monde puisse comprendre. On rit aux éclats, qu’y a-t-il ? C’est un pointeur de renom, dont la boule vient d’aller à six mêtres du but, parce qu’il est tombé sur un pignon ! Counservo la dounado, lui crie infailliblement un farceur du camp adverse ! Il y a une plaisanterie invariable, c’est lorsque le premier qui joue met un mauvais point, on lui crie : ça gagne ! C’est comme l’éternel coup de pied de bobèche, ça fait toujours rire ! Un pointeur reste-t-il en chemin ? Curti, lui crie-t-on ; et lui de répondre en forme d’excuse : Aviou troou rétengu ! Quelquefois il va au devant de l’apostrophe et dit lui même en lâchant sa boule : Ah ! siou cour ! Si c’est le contraire, il dira : Tron dé l’air, siou long ! Le pointeur qui rencontre un caillou ou pignon dit toujours : senso la peiro anavi dessus ! Si sa botche dévie du droit chemin, il y a toujours quelqu’un pour lui dire : Es pas dré ! On vient de mettre un bon point ! Ben juga, crie-t-on [...]. Allons, disent quelques-uns à leur tireur : Tira la botcho ! ... Nenni, disent quelques autres, Tiras pas, es pas lou jué, pointas fouar per réfendre ! - Tira ! ... - Pointa !...Et le pauvre tireur étourdi de tous ces ordres qui se croisent et se contredisent finit par ne faire qu’à sa tête [...]. S’il touche bien franchement, il sourit d’un air triomphant, en disant d’une façon très peu modeste : Pan ! à la bastido ! S’il n’enlève pas la boule bien nettement, on l’appelle raspailleur ! Et s’il ne touche pas du tout, il se confond dans la foule en murmurant : Poudès pas tira ooujord’hui, et les farceurs de l’autre camp, enchantés d’être débarrassés de ces deux redoutables boules, de crier : A un aoutré pus fouar ! Il ne faut pas oulier une plaisanterie également éternelle, c’est lorsqu’un joueur ne se met pas exactement au but, on lui dit : Lou pé din lou sourier ! Si celui qui lance le pitchoun le jette à courte portée, on appelle çà jouer à la tcha tcha. En général c’est le tireur qui conduit la partie, c’est lui qui indique où il faut jouer. Rarement il est satisfait de ses pointeurs, surtout quand il voit la partie compromise : Capoun de bouan Diou, leur dit-il, jugués pas la botche couma* aqui, porta la botcho coumo aquo ! [...]
Il me reste à parler de ces joueurs honteux, si je peux m’exprimer ainsi, ce sont les joueurs qui n’ont point de galerie et qui n’en demandent pas, car une galerie les gênerait et les ferait plus mal jouer. Là, on s’égorge en famille ; ce sont des groupes qui n’admettent pas d’étrangers, ce sont des Messieurs qui s’amusent, des employés pour la plupart, et qui jouent aux boules uniquement pour prendre de l’exercice après leur journée de bureau ! on y parle que français !”
[56] Le Moucheron, 19 -11- 64. “Intra Muros, Bilogie Imitée des Grecs, par La Sinse et Nemo”.
On notera les trois niveaux de langue, provençal populaire, français populaire marqué de provençal (document linguistique sur une phase déjà presque dépassée alors), et français “noble”.
“Sc.II. Le Vieux Théâtre - Besagne (jupe courte).
Le Vieux Théâtre (Il est aveugle et fou). - Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis !
Besagne - Paouré viei ! qué pantaillo ? es borni dei dous uis ... / L’an créba lei miraou ... é l’an fa l’avanio / Dé li tout rétira, mêmé la coumédio ... / Es foualé despuis lors, é fa qué répépia ... / Fa pèno dé lou veiré, aquéou paouré espia !
[...]
Sc.V. Les Cariatides.
Première cariatide. - Que tu penses, la mêre, / De ce grand mousseiro qui nous vire l’arrière / Et fait signe du doigt de la main gauce, et puis / Avance le pied droit ? /
Deuxième cariatide. - Qué mé diès ? Ze ne puis / Te dire ce qu’il veut, du moins ze présuppose / Que s’il garde longtemps encore cette pause, / C’est pour pas faire voir son front qu’on est banu, / Sa fache dé cénobré avec son air bourru”.
Le Moucheron, 15 - 12 - 64. “Intra Muros, suite
Le Nouveau Théâtre - Tout m’accable à la fois, et la fatalité / A posé sur mon front son sceptre détesté.
La Grille - Je ne te comprends plus.
Bezagne. - Es facilé ma bello / Dé dévigna lou maou qué troublo sa cervello. / Sabes ben qu’ooujourd’hui un vieil marri ténor, / Un ténor tout arna si pago oou pés dé l’or ... / Maï qué douné lou si, vo dooumen qué lou kière, / Deux mile francs par mois ? qu’un tron dé diou ti cuere !!!
[...]
La Tinette. - Au baquet (1) de la vie innocente convive, / J’apparus un jour et je meurs. / En ses bas lieux Toulon ne veut pas que j’arrive. / On dit que mes parfums ont d’étranges saveurs.
Bezagne - Quand leis enfans soun pas dé termé, / Poudes li proudigua millo é millo douçours, / Vou pétoun din lei man, quand lei cresés ben fermé / Sès pas hui es déman vo ben din quienzé jours. /
La Tinette - Vous avez méconnu mes services !
Bezagne / Mesquino ! - L’an fué dé diou dé temps qu’emplugan la toupino.
La Tinette - Mais vous n’y songez pas ... le progrès, le bon ton !! /
Bezagne - Eh ! dites aux bourzeois de refaire Toulon ; / Sinon nous pouvons pas, ma cère, en conscience, / Avec votre progrès, vos arts, votre science, / Garder dans la maison, au fond du collidor / Un meuble comme vous ... buï, ce serait trop fort. /
La Nouvelle Ville - Je m’explique, à présent, quand l’aube paraissait, / Ces étranges parfums que le vent m’apportait ... / Au lieu de me donner cette parfumerie, / Que ne me nourrit-on de la pâtisserie / Faite avec de la chaux, des pierres, du mortier !!!
Bezagne - Aï paou qué faguéssias dé tort à moun quartier / Et qué vouastreï meisouns ounte l’a jés d’orduros / Siguessoun préférado à meï vieï mazuro”.
(1) - baquet : le Marché central vient de déclamer : “Au banquet de la vie, infortuné convive...”, la Tinette reprend sur “baquet”, on comprend pourquoi.
[57] Le Moucheron, “Scènes de la vie toulonnaise”. Une scène seulement, quand il faudrait pouvoir les donner toutes.
18-6-64,
“A la crêche. Mois de janvier - Sept heures du soir - Après les rois - Dans le couloir qui conduit à la salle.
Premier groupe. Misé Tauni (1) - Mius, son fils, âgé de 7 ans - La Coumaïré.
Misé Tauni - Coumaïré, qué plaço prenen ?
La coumaïré - Leï ségoundo ; es pas tant chier, é pui séren pus tranquillo.
Misé Tauni - Leï pichoun pagoun mita plaço, pas véraï ?
La coumaïré - Va démandarés à Moussu Poumet (2).
Misé Tauni - Sérié pus fouar qué dé pébré sé Mius pagavo coumo uno grando jen.
A Mius qui frotte son nez contre les jupes de sa mère :
 As pa enqua fini dé ti frutta lou nas contro moun fooudiou ?
Mius (pleurnichant) - Aï jé dé mouchouar.
Misé Tauni - Qu’as fa doou tiou ?
Mius (toujours sur le même ton) - L’aï perdu.
Misé Tauni - Marri gusas, ti faraï veïré dé perdré leï mouchouar ; estou souar en intran à l’oustaou ti garci quatré patado, qué sé ti manqui vouari qué lou tron dé diou mi cueré, brégan ...
Mius (pleurnichant toujours - Es Lazaré qué mi l’a couyouna !
La Coumaïré - Fouti-li un emplastré quand lou veïras.
Mius (à demi consolé) - Vouï, meïrino, déman, manquaraï pas.
Deuxième groupe - Jeunes demoiselles - Jeunes gens - Mamans - Petits enfants - Quelques papas.
Un jeune homme (criant) - Oh ! Marianno, et ta sœur ? Soun touteï caoudo - touteï bouillento ... brûloun .. brûloun ...
(Les demoiselles rient aux éclats).
Une demoiselle - Ce M.Auguste ... mon Dieu ! comme il sait faire rire ...
Une autre demoiselle (interpellant M.Auguste). M.Auguste ..., faites un peu le coq ?
(M.Auguste fait le coq ... Rires prolongés).
Un petit enfant (à sa mère) - Man ... man ... pourquoi qu’on rit ?
Une jeune fille - Bête ..., c’est M.Guste qui fait le coq...
Un autre jeune homme (criant, plaintivement) - Boudiou ... boudiou ..., ma bouano madamo Ribou ... aï leï doulours .. aï ... aï... qué trébourigno din lou ventré ... boudiou... aï lï trés suzours.
(Grands éclats de rire)
Le premier jeune homme - Glou, glou, glou, glou, glou ..., hâ...ï..., hâ...ï..., hâ..., miaou..., miaou..., miaou ...
(Chaque cri de bête est accueilli par des rires qui s’éteignent sur ces mots :)
 Oh ! ce M.Auguste comme il sait faire rire.
Le petit enfant (à sa mère) - Man ..., man..., M.Guste fait bien l’animal.
La mère - Vouï.
Une jeune demoiselle (à un jeune homme). Taisez-vous donc, Chois, finissez ... vous m’avez fait mal au bras avec vos puçus.
Un jeune homme (à une demoiselle) - Rosa, pourquoi que vous riez pas comme les autres.
Rosa - Je suis indisposée aujourd’hui.
Le même jeune homme (après un moment de silence) - Je vous ai rien fait pourtant, pour que vous soyiez fachée.
Rosa - Pourquoi que vous voulez careigner Madelon.
Le jeune homme - Moi...Madelon... Je peux pas la sentir.
Rosa (souriant) - Je le saurai bien allez ...et alors ?
Dans la salle
Voix diverses - Accumencez ... accumencez ...
M.Auguste - Silence au poulailler ... cacaraca.
L’ami de M.Auguste (imitant une vieille femme malade) - Ohé ! Moussu Loougié, mi couï ...Moussu Loougié mi couï ...
Voix diverses - Accumencez ... accumencez ...
Mius (à sa mère) - Ma mèro ?...
La mère - Oou !...
Mius - Faran veïré lou pichoun qué a lou gros capéou ?...
La mère - Taïso-ti ... van coumença ...
On entend frapper les trois coups. La toile du théâtre se lève rapidement. Il est censé faire nuit sur la scène.
Joseph (le bras droit armé d’un baton ) - Marie ... Marie ... courage ...
Marie - Joseph, la force m’abandonne ... frappez à la porte voisine et demandez la retirée pour cette nuit.
Joseph - Oui ... Marie ... J’y cours ...
Mais Joseph ne peut faire un pas - la coulisse dans laquelle il doit manœuvrer n’a pas été graissée sans doute - alors, une grosse main sort de la coulisse, saisit Joseph aux genoux et l’entraine vers une toile représentant une maison.
Joseph (agitant le bâton devant son visage). Holà ! Holà ! de la maison ... (il frappe deux fois).
Marie - Joseph, frappez pour la troisième fois, peut-être qu’on vous ouvrira.
Joseph - Oui, Marie ... Holà ! holà !
(Il frappe tellement fort qu’on entend à l’intérieur un grand bruit de vaisselle qui tombe à terre).
Mestré Peïssé (paraissant à la fenêtre, la tête ornée d’un bonnet de coton) - Oh ! couquin dé sor ... qu piquo, coumaquo ! Espéra un paou ... vou vaou trouva la marcho ...
(Il se retire de la fenêtre et paraît subitement à la porte).
(En colère) - Oh ! qu sias per piqua coumaquo ..., qué vourés ?
Joseph - Arrière, brave homme, nous sommes de braves gens ... que nous sommes pas ici per vous faire du mal ... Nous venons vous demander la retirée pour cette nuit ...
Mestré Peïssé - Sias souré ?
Joseph - Marie m’accompagne ...
Mestré Peïssé (après avoir regardé attentivement) - Sias hurous d’avé dé bouaneï figuro coumo avés... sabes éri ben décida ... Téné..., vuas ben la porto roujo ..., anas..., oourés qu’à poussa ... intrarés..., trouvarés d’appaillun..., uno saoumo... uno vaco émé soun védeou... Avés jès de phosphorico ooumen !
Joseph - Merci, brave homme ... Allons, Marie, venez ...
Marie - Oui, Joseph.
(La toile tombe).
Un petit enfant (à sa mère) - Man ..., qu’ils vont faire dans l’étable ?
La mère - Rien...
Rosa (à son amoureux). Siméon..., soyez chage..., maman on va voir que vous me tenez la main...]
Siméon - Je suis si heureux !
Rosa - Et moi ! ...
Elle soupire.
M.Auguste (criant) - Orgeat, limonade, bière - achetez l’analyse de la pièce ...
Rires.
Une demoiselle - Ce M.Auguste, comme il sait faire rire...
Misé Tauni - Mius boulégui pas tan - ti garci un espooussado...
Mius (pleurnichant) - Boulégui pas.
On refrappe trois coups et la toile se relève - Il est encore censé faire nuit. On entend au loin les sons d’une trompette d’un sou : tuw ... tuw ... tuw ...
Une voix de jeune femme - Berzers, berzères, abandonnez vos troupeaux à la rigueur du temps et venez adorer Zésus de Bétélem dans une étable ...
tuw ... tuw ... tuw ...
Mestré Peïssé (à la fenêtre) - Oh ! tron dé sor ... qué troumpetto coumaquo, en aquest’houro ?
Ici on voit descendre des frises une petite poupée - Elle est suspendue par un fil qui la tient par le milieu du corps - Un autre fil sert à agiter le bras droit armé de la trompette ...
La poupée (portant la trompette à son oreille) - Tuw...tuw...tuw... Berzers de ces côteaux.
Mestré Peïssé - Dé coutéous, n’aven jés.
La poupée - Je viens en ce jour auguste.
Mestré Peïssé - Marianno, vé ... creïdoun toun pichoun ...
La poupée - Vous annnoncer l’arrivée du Messie qui a été prédite à vos aïeux ...
Mestré Peïssé - Leïs aïés, aquest’an soun touteï pourri ...
(Rires dans la salle...)
Voix diverses - Bravo, bravo, Poumet !!!
M.Auguste - Caracaca..., hâ...î, hâ...î...
Rosa (à Siméon) - Comme il est bête ce M.Auguste !
Misé Tauni - Mius..., sé boulégués maï, ti fas empoouma...
La coumaïré - A quoouquaren aquéou pichoun !
Misé Tauni - Veïren aquo à la fin.
(Les tableaux se succèdent - Les tambourins accompagnent les chœurs de bergers et de bergères allant adorer Jésus. Toutes et tous ont des cadeaux - Au dernier tableau, une étoile se détache des frises et bondit dans l’espace, agitée par une main très visible. Les rois mages entrent en scène, l’un derrière l’autre... Ils sont richement costumés à l’orientale).
Balthazar (à ses camarades) - Entrons.
(Ils s’avancent vers l’étable).
Balthazar - C’est nous que nous sommes les trois rois mages..., que nous sommes venus ici conduits par la planète mystérieuse - et que nous vous apportons de l’or, de l’encens, de la myrrhe ...
Un enfant (pleurant) - Maman, nous s’en allons, j’ai peur du mourou ...
La mère - Tais-toi.
M.Auguste - A la porte !!! à la porte !!! Fès-lou téta.
Un autre jeune homme - Asséta-vous dessus ... A la porte !!!
(Le vacarme va grandissant et devient même très bruyant, quand on annonce la fin du spectacle).
Misé Toni (à Mius) - Ah ! marry fénas, as tan bouléga qu’eï ren entendu ...
La coumaïré - Avié coouquaren, vou diou, aquéou pichoun ...
Une demoiselle (après avoir passé la main sur le banc, à la place occupée par Mius) - Je crois bien qu’il devait bouger ... avec le clavéou qu’il avait dans le dernier, aussi !!!
La Sinse”.
(1) - Tauni : dans les éditions ultérieures Sénès corrige en “Tôni”. (2) - Poumet : la crêche des frères Pomet, rue Pomme de Pin à Besagne.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP