La Seyne sur Mer

Accueil > Presse varoise et provençal. 1859-1914 > Presse varoise - textes 1865-1870

Presse varoise - textes 1865-1870

mercredi 13 mai 2020, par René MERLE

René Merle, Les Varois, la presse varoise et le provençal, 1859-1910. S.E.H.T.D 1996, 416 p.

Textes 1865-1870
relatifs aux articles :
Presse varoise 1859-1919 : 1865-1867
Presse varoise 1859-1910 : 1868-1870

[1] L’Armana Prouvençau, 1865, P.Chauvier, “A Roso, nov.1861” - L.Jourdan, “A Mistral, mai 63” - V.Thouron, “Cristou e Batisto”, “A Mistrau, imitation d’Ouraci, 24-5-63”.
J.Garnier, “A Moussu ...” (chante Signes) s’adresse à un notable qui a quitté Signes pour Paris : “Vers lou coulet mounte es vouesto bastido, / Ah, que souvènt ai l’uei vira ; / E, Moussu, que siéu maucoura / Quand viéu lei teso en dòu ploura vouesto fugido ! / [...] / De plesi, d’agradanço eici tout v’envirouno : / Un castèu oumbreja, bèu-vesé se n’a v-un ; / Au cagnard, dins cènt brusc, un apié que vounvouno ; / Uno mar de blad rous purga de l’amarum ; / De petelin qu’à vouel atiroun l’auceliho ; / D’amendié qu’en abriéu jitoun sei flour de mèu ; / Un vignarés qu’embalo e que dins lei boutiho / Raio, eiça per óutobre, en un vin rouginèu ; / Lou sero, dei bouié la douço cantadisso, / Quand vènon sus lou germe emé vous s’acampa ; / Dei carbounié tambèn la douço charradisso, / Quand laisson la destrau, esten de recepa. /[...]”.
[2] D.Arbaud, De l’orthographe provençale, Aix, Makaire, 1865.
[3] Le Var, 20-8-65. P.Chauvier. “A M.Montois, Prefè dou Var
S’eme ma plumo de troubaire / Eri oumen segura de plaire / Dins de ver fa poulidamen / Voudriéu tacha de rendre oumage / A toutei lei grand personnage / Capourié dei despartamen ; //[...] Sa Muse : Car iéu, ve, moun paure troubaire, / Amperour, préfè, sabi gaire / Ni ce que fan, ni ce que soun. //
Lou Felibre - L’Amperour en Franço es, ma mio, / Ce qu’un bouen paire à sa famio / Es, quand saup ben mena soun trin ; / Eu coumpren tout, tout lou soucito, / Per soun gaubi ren periquito / Tant óu defouero qu’óu dedin. // Coumerço, marino, endustrio, / Ounour, glori de la patrio, / Gaubejo tout miès noun si pòu ; / Eimo lou respè, la drechuro, / A la bounta sus sa figuro, / Mai es un lien quouro va foú.// [Chauvier évoque ensuite les préfets] Magistre que, per sa cabesso, / Per soun grand saupre e sa sagesso, / An plen drech óu coumun respe, / E qu’en Franço, touei dins soun caire, / De l’Amperour fan leis affaire, / Atitra dóu noum de prefè. // Per sei founcien d’auto voulado / Es éu que dintre l’encountrado / A l’autèu de Majesta ; / Es lou bras fouer dou Gouvernaire, / Lou bras que d’un geste fa faire / Leis acte de sa voulounta. // Es l’ui de l’Amperour que veis, / Que veis e de longo surveio / Lou roudage administratiéu, / Per n’en traire tout lou ben estre, / Coumo v’entende lou Grand Mestre / Que voù fa lou bonhur dei siéu. // Ah ! lou Prefè es un bouen paire / Qu’a tant de souci dou louraire / Sempre troussa dins leis seilhouns ? / Coumo dou tachié (1) qu’à la forjo, / Negre e trempe, de longo forjo / Carcina coumo lou carboun ! // Dins l’estendudo dou terraire / Dount desplego soun saupre faire, / Es ben sa Majesta’n pichoun ; / Fa lei decré, présido, ourdouno, / E - Couer de l’Amperour - piéi douno / De soulas en quau n’a besoun. // M’aquelei que d’auto maréio, / Dignitari à grand lieuréio, / Que nous mando d’enquilamoun, / En qualei bouto sa counfianço, / L’Amperour es dintre la Franço / En pertout ! ... meme à Bargemoun !
Bargemoun, 15 août 1865, Philippe Chauvier, ouvrier-cloutier”.
(1) - cloutier : Chauvier évoque ici son travail.
[4] Rapport préfectoral sur les journaux du département, 1869, A.D.Var, 10 T3.3
[5] L’Echo du Var, 31-12-65, “Lei pastèco de Moussu Laforet, La Gardo, proché Touloun”. La pièce est anonyme. Datée d’oct.65, elle est signée Thouron dans L’Armana Prouvençau, 1866.
[6] Le Var, 18-6-65. “Littérature locale et populaire. C’est pour nous un double plaisir - et il sera partagé par nos lecteurs - de pouvoir publier aujourd’hui une jolie pièce de notre collaborateur, le felibre de Bargemon, précédée d’une cordiale et charmante lettre que vient de lui adresser le Prince de la poésie provençale. On remarquera que M.Chauvier s’est servi cette fois du dialecte de Vaucluse. Il a craint d’effaroucher la bello masiero [Mireille] en s’adressant à elle dans l’idiome un peu rude et guttural de notre Provence orientale. Il a préféré avec raison la langue douce et harmonieuse d’Avignon et d’Arles.
Moussu e gai counfraire.
La leituro de vosto pèço “mounte es soun escoundagno” m’a fa grand plesi. Ven pas à iéu de dire qu’es poulido, clafido qu’es de lausenzo pèr ièu ; mai m’es avis que touti aqueli que la legiran, vous n’en faran soun coumplimen. Tenès dounc pèr segur que n’en recebe la dedicàci emé’no pleno gratitudo. La plaço qu’avèn facho dins l’armana d’aquest an à voste galant moussèu entitula “à Roso” a degu vous temounia lou cas que fasèn de voste gaùbi. Ansin, toutis lis an, urous saren de publica qu’aucuno de vosti gènti publicacioun. Tout ço que vous demandan es d’estre brèu : senso parla dòu pichoun espàci qu’es à nosto dispousicioun per fin que touti, e subretout li jouine, agon soun soulein*, ai à vous dire que la soubrieta, la councisioun, es segond nautre uno di proumièro qualita pouetico.
De mai, sougnas vosto lengo (vosto pèço à Mirèio es irreprouchablo) e purgas-la de tout francihoutige ; ispiras-vous de terme e tour de fraso òuriginau di bastidan e mesteirau de voste pais ; e d’aquèu biais, e pau à pau, devendrès un felibre de proumiero man.
Vaqui. Aro toucas-me la man, tenès-vous siau e gaiardet, et recebès mi gramaci.
F.Mistral”.
Suit de Chauvier “Mirèio, mounte es soun escoundagno”.
[7] (Garrel), Annales de Six-Fours en Provence, depuis sa fondation par les Phocéens jusqu’à nos jours, Toulon, Aurel, 1866. L’ouvrage contient de rares incidentes provençales, dont celle des Pénitents criant “Géens qué dormez faut s’y reveillas et tous prégas per lei trépassas”, et l’anecdote de la Veuve (Cf.1859-64 [18]).
[8] Rapport du directeur de l’école normale, 1866, cité par A.Tramoni in “Jadis, naguère ... Les écoles normales d’instituteurs du Var, 1829-1989”, A.D.du Var.
[9] Armana Prouvençau, 1867 : “Un dialèite que fai pas grand causo e gaire parla d’eú, es lou dialèite marsihés. A-n-aquéli pamens qu’amoun li farcejado de la Canebiero, lei R venerablo dis infinitieú, leis S armounious dóu plurau, leis eou, lis oou, lis uech, lis achs, è autri agradanço, recoumandan especialament leis “Talounado” de Barjomau (Marsiho, libr.Feraud, 1865). Manco ni pebre, ni vinaigre, ni sau, ni aiet à-n-aquelo ensalado de cabanoun”.
[10] L’Echo du Var, 6-7-66. P.Chauvier : “Ai pui feni de remassa / Lei noum de cadun per carriero, / Mai pas senço cassa / Famousamen de niero / Ei bras, ei cambo ... Ah ! la boueno saru, / M’en siou fa de peçu ! / [...]”.
[11] “Pièces en langue d’oc”, datées de 1866 et signés “Amable Richier, âgé de 17 ans” - ms 172 B.M. Montpellier. (Richier est alors apprenti : cf. “Souveni de Barjou. Mi souvèni quand eri joueine é qu’aprenièu à Barjou lou mestié de maréchau enco dou brave meste Felipe”. Le Petit Brignolais, 18-1-08).
 “Lou trin d’oou gran San Maceou” : “[...] O que tapage, / Que roumeïrage, / Que l’y a a Baryoou lou jou de San Maçeou (1) / Car senso rire, / Va pouden dire ; / Oui va diren car l’a ren de tant beou” [...].
 “Dialoguo de Sounayo de Brignollo e Cascaveou de Baryoou, sur lou trin doou Grand San Maçeou, 17-1-66”. Richier présente la rivalité entre les deux cités pour la fête. “ [...] Cascayoun : Aqueou grand san leiman tamben nous es prouspèro, / Es eou que nous proutegeo, es eou qu’es nouestro pèro, / Ooussi per lou festa lou souar daqueou beou trin / Venen toutei dansar oou soun d’oou tambourin. / La veilho daqueou trin, leis fremos é leis fios / Leis hommes leis enfants tout si rende eis coumplios, / Anam à la parouasso hounoura San Maceou / E naoutrés leis paysans si metten proche veou, / Que foulo que vesez, que grando poupulasso / Din l’egliso aqueou souar lia jamaï proun de plaço, / O nia per estoufa e touteï plen d’ardour / Venen à San Maceou li mouestra nouestr’amour, / Coummençoun de canta, la vouas deïs joueineis fios / Retentis din l’egliso en cantan leïs coumplios / E puis quand an fini nouestre digne pastour / Si dreisso vers loouta per faire soun discour. / Apres pren l’aspersouar e benisso leis armos / De la yoyo aven leis ueils bagnas de larmos / Surtout quan entenden juegar aquel air tan beou / "Beou grand San Maceou / Leis tripettos leis tripettos / Beou grand San Maceou / Leis tripetos vendran leou" (1) / Tambours e tambourins venoun touca l’ooubado / Davant lou corps doou San après que l’an toucado / Senso faire de brut retournan à l’houstaou / Afin de ben soupa ben rempli lou fanaou [...]”.
[...] Tè aro m’en rappelli éri encaro pichoun / E moun païre aquel an l’avien mes en presoun / Per si vouguer mela dedin la politiquo / Vous dire en cinquant’un l’an de la Republiquo. / Poueden remerciar nouestre mèro nouveou / L’aven vis aquestan reviouda Sant Maceou / Car despuis aquelan cresi que l’ooublidavoun / Fasien pas fouasso brut lou jour que lou festavoun [...]”.
(1) c’est bien sûr la célèbre fête des Tripettes.
Richier évoque “la troupo dei juès coumandado per Joyo ...”.
 “Polémique entre le poëte Joye et le poëte Amable - Vers donnés à Monsieur Joye pour le féliciter d’une chanson qu’il avait faite en l’honneur de Saint Marcel”. - Responso oou poëto Richier - Répliquo à la responso d’oou poëto Joyo l’hermito de l’Abreguié”.
Richier a recopié le texte de Joye : “[...] Siou l’ami de toun couar / Lou medecin de l’amo / Se ti voues faire fouar / Ti sourtirai deis flammos. [...] La veritablo scienço / L’amour dei gros-savens / Din lou tem deis avens / Es lou fruit doou caremo / L’Evangilo nous meno [...]. Joye”.
Richier lui répond : “Lei pins fan pas de chichourlos - [...] Quand n’a que coummo tu voudrien fa leïs poëtos / Que farien fouasso mies de ramassa de pettos / Fricassoun leou de vers pourvu que rime en paou / Si cresoun d’imita Roumanillo ou Mistraou [...] Hélas, lou feble chant de ta muso pacanno / Eblouis que leis ueils de la raço paysanno / Troubaren qu’un paysan un rustre un ignourent / Que pourra dire Joyo es un homme savent / Pouden ben ti plaça oou rang deïs pinto coffis / Car fas toumbar leïs vers coumo un aze leïs loffis / Ti vian mettre souvent lou ped dins lou mourraou / Serié mies toun mestié d’escrioure eme un magaou [...] Creses d’anar oou Parnasso e vas oou Bissilhoun (1)”.
(1) - Le Bessillon est un sommet de la région.
[12] La situation de Toulon en 1865, par Louis Grimeaud* de Toulon, Toulon, Vincent, (1866). Deux autres éditions sans nom d’auteur, Toulon, Aurel, (1866). Présentation de l’épidémie, suivie de “Louanges à l’administration”.
“Parmi la soucieta sé la quaouqué amatour, / Vengué per éscouta lou versificatour / Entendre racounta l’histoiro naturello / Pleno de véritas une deis plus cruello. / Per soun dévouament din sa calamita / Senen rappélarent touto l’éternita. / Es un de meis amis que mi la desmandado, / Car senso aco daqui l’oouriou pas coumpousado. / L’an en millo huèt cent âpre soicente quatré, / Si souvendren longtens daqueou coou dé théatré, / Vengué nous âfligea d’uno talo façoun, / Qu’a fouasse derrangea dès fillos, des garçouns, / Leis fremos, leis vieillards et lei gens de tout âge, / Visien leis corbillards roula su soun passagé, / Coumo touteis leis jours anava* en augmentant, / Accablé dé terrour touteis leis habitants, / Une horrible pouisoun per sa vapour brûlanto, / A porta dins Touroun lou doou et lespouvanto, / Terrassavo leis gens d’une féroucita, / Senso trouvar mouyen per pousquer l’arresta, / Leis prenié talament d’uno forço rapido, / Qu’en douas houros de temps avien perdu la vido. [...] Li manquavo de bois per leis encévéli, / Leis décendien lou souar dédin sei drap de lit, / Senço certifica ni maï dé batistéri, / Leis mandavount campa dédin lou sémentéri, / Quand éroun din lou traou dessus soun estouma, / Li mandavoun dé caou per puléou counsuma. / Lou paouré entarro-mouart doublavé dé couragé, / Mai éro pas proun fouar per faïré tant d’ouvragé, / Serquavoun dé pertout à lou fa sécounda, / Emé cinq francs per jour dégun vourié aborda, / Alors vingt coumdanas leis fan sorti doou Bagno, / Vénoun per enterrar leis fidello coumpagno [...] [La nécessité le pousse à sortir du Pont du Las pour aller travailler à Toulon]. En intran din la vilo mi prévénoun d’avance / Qué leis salle d’asilo ére tout d’ambulance, / Aviou ben l’enttention de maï mi retourna, / Faguéri reflectien quaco poudiés pas ana, / Lavié déja longten quaviou leis poche sèque, / Qué per un trouas de pan mourien prés à la léque, / Quand aves gés d’argent poudés éstré aperçu, / Qué chez leis aoutrés gens sias gaïre ben reçu [...] L’ooutour da quel ouvragé s’appelo Louis Grimaou, / Un ancien pouartefaï (1) qué coumpose pas maou. / Viei pouartafaï de bla en face la coumune, / A belle travailla fara jamaï fortune”.
(1) - “ancien” au sens de âgé : Grimaud travaille toujours.
[13] La coumande deis Camies, Per Louis Grimaoud, de Touroun, Toulon, Vincent (1866).
“Lou versificatour chez Moussu Arnaoud Victor, / Camisié fournissour plaça dessu lou por : / Venis vous saluda, marchand des lingearies, / Foou mettre de cousta toutes plesentaries. / Est à bord doou Ramier qu’ai fa la traversade, / Aviou douze camies sount touteis estraçade ; / Coume vouarouns plus ren, per mai lei pedaça, / La jest d’aoutre mouyen que de leis remplaça. / Des peces de cinq francs n’ai pas leis poches plene ! / Per are men farias qu’une mieje douzène / Per fin que su moun corps pouasquouns ben resista, / Metrès de calicot de bouane qualita ; / Cerquares doou myoux qu’aves dins la fabrique, / Alors ooures toujou que des bouaneis pratiques. / Oouriou pas lou mountant de tout lou pagament, / Pensi que doou restant prendrent d’arrangeament ? / Ooures ben la bounta de mi faire lou credi ? / Fares hypouthequa sus tout ce que poussedi. / [il évoque un diseur de La Verdière qui comme lui composait, et qui est mort].
Vent pancare moun tour d’avez des capitaous, / Lei fouar coumpousitours soun mouar eis espitaous, / Man dit que marchariou sus leis traces d’Homère, / L’hivers, coumme l’estiou oouriou fouace misère ; / Aven proun des genie et de facilita, / Puis la philosophie per va tout supporta. / Pignateou m’a counta qu’un brave philosophe, / Duou jamais s’inquiéta din jest de catastrophe. / Lou pople d’alentour soun pas troou recula / Trovès ben d’amatour per t’entendre parla. / As qua li presenta des pourrideis (1) ouvrages, / Ti veiras entoura deis gens remplis d’usages”.
(1) “r” pour “l” : poulidei (jolis).
[14] La promenade champêtre, suivide (sic) d’une demande en mariage, par Louis Grimaud, Toulon, Vincent, 1866, 12 p. Grimaud se rend aux Sollies, et va voir le maire.
“Me siou enmagina de coumpousa l’histoire / Sus leis fets can passa din nouaste territoire, / Pear un paou déclama din vouaste directien, / Veni vous demanda une ooutourisatien. [...] Mi dis : poudest parti, va vous ai accorda, / Pourvu que parles pas d’afaires politiques / Per ven en achetar looura fouasso pratique. [...] Lou versificatour que soou ben coumpousa, / Rescontraras pertout de gens civilisa : / De touteis leis cousta que moun histoire règne, / Dugun per m’acheta à surmounta La Seigne ; / Din lou départament lai assas pénétra, / Dei peys coumo aqueou n’ai jamai rescountra. / N’en venderis cent dix dins une proumenade, / Aco siegue leou les, leis prenien à pougnade. / Ooublidarai jamai que leis gens de Touroun / De touteis meis travai nan croumpa de mourouns ! / Partent doou Pouan-de-Las : tout lou quartier d’Espagne, / Vaou jusque oou Pouan-de-Bois, leis gens de la campagne, / Senso troou leis vanta, touteis leis jardiniers, / Dugun per n’acheta resterount en darniers, / Vaou din lou Moureilloun, douneri ma séance / Oou café de Coumerce, agueri bouano chance [...]. (Il va à La Valette, au Beausset). L’ooutour per coumpousa l’histoire de Sourie (1), / Anez si repoousa souto d’un amourie, / S’appelle Louis Grimaoud, oou despampa deis vignes, / Din l’éternel repaou piquaras ben d’esquigno”.
(1) - “r” pour “l” : Solliès.
[15] Louanges eis habitants de la Seyne, par Louis Grimeaud (sic), Toulon, Vincent, (1866). Cf. aussi le texte précédent.
[16] Salut ! Salut ! Eis Toulounens - Toulon, E.Aurel. s.d. “La long-tems que mi siou promes / De veni prendre uno boutiquo, / Vo ben bazar, per leis pratiquo / Que countentarai de tout couar / Din Touloun ! doou matin oou souar / Trouvares ma pouarto duberto ; / Siou gaire enveyous de la perto, / Mai mi countenti de ben paou, / Vene mi veire à moun houstaou, / Trento sept dintre la carriero / De l’Arsenaou ! vous fares fiero / De pipo ! n’ai per touis leis gous : / Serai countent et mai qu’herous, / Dintre d’uno villo de guerro, / De vous reçubre coumo frero.
Marius Fautrier (1)”.
(1) - Il tient un magasin sur la port de Marseille.
[17] Cansoun à l’hounour d’uno découratien ben méritado, coumpousado dins uno houro Raport à l’oubli qu’aï fach, per distratien, de matin à dex houro. En vente chez Pernet, libraire, à La Seyne, Toulon, Laurent (1866). Sur l’air doou Bel ooutis.
“Aquestou matin su ma pouarto, / Me nes arriva uno fouarto, / Ti vuou arriva lou Tavan, / S’aprouchie en mi toucan la man. // Meis chier amis / Cantens en cens, / Vivo Duran (1) d’un couar countens, / L’an découra, / Va mérita / Per l’entrepide voulounta. // Vous vaou feni ma cansounnetto, / Vous preveni siou pas poèto, / Criden senso fach lou semblan, / Vivo vivo François Durand [...]”.
(1) - l’adjoint F.Durand a été décoré pour son courage pendant l’épidémie de choléra de 1865.
[18] Almanach de la Provence, 1866. “A Moussu Aleissandro Gueidoun, éditour de l’almana de Prouvenço” : S’avié besoun d’aquo li souhétariou bouan an / A vouastré tant poulidé libré ; / Maï que soou pas que lou maran / Li fa pas perdré l’équilibré ! / 31-12-65. Pietra”.
[19] Almanach de la Provence, 1866. L. Pelabon, “A S.EX. lou Ministré de l’Instructien publico.
Quand pleno de respect, ma muso a l’intentien / De ti souheta la bouano annado, / Et qu’èn vers prouvençaux, a teis hueis sa pensado / Poou si passa de traductien. / Ministre ben eima, d’uno oumbro de troubaire / Que tout en trabaillant coumo l’home duou faire, / Canto, rimo, coumposo, en desprit deis noou suor ; / Agréo, se ti plaï, digno et noblo Excellenço, / D’aquel enfant de la Prouvenço, / Lou vu de nouvel an que fa per toun bonhor. / Touloun, 1er janvier 1866. L.Pélabon.
Cette pièce de vers a valu à son auteur la lettre suivante :
Paris, 13 janvier 1866.
Monsieur, J’ai été très touché des vœux du nouvel an que vous avez bien voulu m’adresser, je vous en remercie et souhaite à la Provence de conserver longtemps l’un de ses plus chers troubadours. Croyez, Monsieur, à mes sentiments distingués. Le Ministre de l’instruction publique. V.Duruy”.
[20] Almanach de la Provence, 1866. Thouron, “Parabole du Samaritain : Vaoutre que quand la mouar a toussu lou prouchain, / Ve n’en réjouisses, s’es un Républicain, / E que dias : “va li foou ! l’aviou mes su ma listo, / Per iou es pa de plagne, éro un socialisto” ... Thouron date le texte de 1865 mais il a été publié dans Lou Gay Saber (15-2-54).
[21]Le Propagateur, 1867. “Les Dames de Toulon au marché. Les dames de Toulon vont au marché (situé sur le Cours) et cela fait leur éloge ; elles prouvent par là, qu’elles s’occupent de leur ménage et de tous les détails intérieurs concernant leur maison. Quelques unes de ces dames y vont seules, avec un grand panier sous le bras. D’autres emmènent leur bonne, qui naturellement porte le panier. Mais alors elles s’exposent à recevoir de la part des marchandes, vulgairement appelées répétièros, des sottises et des épithètes de toutes sortes, dont voici quelques unes :
 Tenès, regardas en paou, pouarto lou paniè.
 Cepandant à Liso per bono.
Ah ! reprend une troisième, c’est qu’on a peur qu’elle ne fasse danser l’anse du panier ...
 Et dire que l’on puisse rester avec une maîtresse qui vient faire son marché, ou qui vous accompagne !
Enfin une foule d’autres gentillesses du même genre. Mais les dames qui vont au marché sont tellement habituées à entendre ces balivernes, qu’elles n’y prêtent plus aucune attention. [...] - Combien votre chou-fleur ? dit une des deux dames à une marchande. - Huit sous, madame. - Huit sous, les deux ? - Et pourquoi pas la douzaine. - Suzoun as pas dous cooures (1) per yuè soous ? - Si, douno li la cadièro per la faire asseta, esperara que poussoun. - Si lèvaren oou clar de luno, per coupa des cooures per madamo.
Après avoir épuisé tout le vocabulaire de la Halle, la pauvre dame se trouvant ainsi assaillie, tourne les talons, et va rejoindre l’autre dame qui s’est tenue à l’écart pendant ce dialogue. [...] Allons, voici du thon, combien cette tranche ? - Cin fran, per vous, moun couar ! - Cinq francs, par exemple ! J’en serais bien fâchée... - Maï regardas aqueou mouceou, es un mouceou de reï, et puei lou toun a fa foou boun aques t’an ... es rare coumo leis hommes fideles. - Voulez-vous trois francs de votre tranche ? - Per què mi prenès, siou pas mouarto de fan encaro ! Mariano, as pas uno trancho de toun ensin, per la metrè en gous ? -Ah ! què ti diraï, li manquo pas lou toupet ... - E puei pouartoun capoto ! - Quand ti diou què la mettraï leou, iou la capoto ! - Espèro, la vaou en quan paou creida, foou què l’estoufi !
(et le marchandage continue)
Toulon 1867. Rosa Dancausse” (femme de lettres).
(1) “r” pour “l” : cooules, caulets (choux).
On comparera à la scène de La Sinse, (Le Moucheron, 28-2-64) :
“Scènes de la vie toulonnaise - Au marché aux légumes, mois de décembre, 8 heures du matin.
Gouthoun - Madaloun ! as pas un récariou ?
Madaloun - Sies ben jierado !
Gouthoun - Despui hier aï une s.... merasso ....
Madaloun - Sé préniés un poou d’artémiso, lou souar en ti couchant - ti passarié leou.
Gouthoun - Aco es bouan à diré ... maï, émé l’homé qué aï ... qué touteï leï souar rintro à mita empéga.
Madaloun - Vounté aganto aquelei lignoto ?
Gouthoun - Qué tron va soou ... qué vouas ... dé la coua d’un pouar si poou pas tira un plumé !!! (un moment de silence) anen ! mi senti miés - sé vouas toun précatori, ti lou passaraï.
Madaloun - Non ... aï pas frés ... aï l’embourigou bouillen ...
Les mêmes - Une jeune dame.
La dame - Combien les korets-flores ?
Gouthoun - Choisissez, belle dame ! L’y en a de tout prix ... de grands ... de petits ... comme l’y a de grandes dames et l’y a de petites dames.
La dame (rougissant) - Qu’entendez-vous par petites dames ?
Gouthoun (Elle feint de ne pas entendre l’observation - s’adressant à Madaloun) - Madaloun ! passo mi un poou ta pèço de moulletoun ... n’aï uno qué mi dévouaro l’estouma ... (à la dame) avez-vous choisi, belle dame ?
La dame - Celui-ci ... combien ?
Gouthoun - 15 sous ...
La dame - 15 sous ... vous avez pas crente de demander 15 sous d’un koret gros comme une agare ... j’aime mieux aller à la boucherie ... c’est moins cher ...
Gouthoun (voix traînante) - Allez à la boucherie. (La dame s’éloigne). L’entendés Madaloun ... à la boucharié !!! eï toumbado a vougu dire ... soun touteï leï mêmo ... bello dessus et pui déssouto ... coumo leï castagno ...”
[22] Louanges à l’Empereur, par Louis Grimaud, Toulon,Vincent, (1867).
“Louanges à l’Amperour de haouto renoumado, / Que fa brilla pertout touteis seis corps d’armado, / Per soun habilita et soun couragé altier, / Soun immortalita dins l’univers entier. / (Il loue ses campagnes et expéditions) / M’appeli Louis Grimaoud, sias un grand persounagé, / Dins leis travails que faou vous rendi meis hooumagé”.
Louanges au Bienfait, chant, par Louis Grimaud, Toulon, Vincent, (1867).
Louis Grimaud, Louanges à Phèbus, Toulon, Vincent (1867). “Salut counsoulatour d’uno bello apparenço, / Chacun est amatour de vèire ta présenço, / Despuis lou nouveou na jusqu’oou grand coumandour, / Venoun per admira ta divino splendour [...] ”.
[23] Vers à l’hounour de la Bouano Mero qu’an plaça oau terrouar de Casteau en recounouisenço d’avè saova la Ville de Cuers d’oau Cholera-Morbus en 1865, per Fournier Clément, Toulon, Aurel, 1867.
“ [...] Es vous Reino deau Ciel, es vous Vierge Mario / Que n’aves preserva d’aquelo epidemio / Per vouastre proutectien lou Cholera Morbus / Dins la villo de Cuers a pa plus pareissu / Venen a vouastreis pès à ginoux bouano Mero / Per vous remercia enfant, mero et pero / De n’avé garanti d’aqueou tant mooudi fléou / V’adouraren toujou jusqu’a din lou toumbeou / Aro que sias plaçado oou dessus de la villo / Prevendrez eis besouns deis noumbreuse famillo [...] Dou mounde seductour eviten l’artifici / Se vouren pas toumba dedins lou precipici / Si leissen pas seduire à soun enchantamen / Se vouren estre pur aou darnier jugamen [...]”.
[24] Le Toulonnais (18-6-67), V.Q.Thouron, un toast français “A la langue provençale”, et la traduction provençale du “Beatus ille d’Horace” (la pièce est en fait fort ancienne, et elle a été publié dans la bulletin de l’académie en 1857).
[25] Armana Prouvençau, 1867, “La dindouleto, Lucian Geofroy, Paris outobre 65”, “Lou Garri de la vilo (de Touloun) e lou garri de la couelo (de Faroun), A Touloun, V.Thouron” (la pièce date de 1835).
Louis Jourdan : “Ei Felibre qu’an signa l’Armana Prouvençau de 1866, E particularimen àn-Ansèume Mathieu". il demande plaisamment son adhésion.“Aquéu Toulounen, aquéu vièi journalisto / Voù tasta lou vin felibren ! / Voù s’escrieúre sus nouesto listo ! / Mai, moun paure Louis, que ti pren ? / Paris 29 de nouvembre 1865”. A.Mathieu a servi de couverture à Mistral dans la querelle graphique contre Artaud.
[26] Almanach de Provence, 1867 : l’emphatique “Troubaire dou Jaussemin (Cuers, 17-3-1866)” salue Gueidon : “Et d’un couar réjoui poousaren la couronno / Su lou front de Gueïdoun”. La pièce pourrait être de Bonnaud.
[27] L’Arapède, journal critique, satirique et littéraire, paraît pendant tout 1867. Collaborateurs : Escoubetto, le garçon de bureau, le Vicomte de Favouille, cuisinier en chef, Cascaveou, Masfamaou, lou Badaïre, Rasclonaveou. Une seule incidente : un roman de Marius Foutugus en 37 chapitres d’une phrase. L’auteur est épris d’une belle enfant du peuple. Au ch. 36, il lui propose d’aller sur la grève “cueillir des coudourés et les faire giscler sur la vague”. Au ch. 37, elle lui répond : “Maquareou ! coumo l’anas ! un paou pu lèou ! si sian pa enca vis !”.
[28] Le Journal de Brignoles, 31-5-68. 1ere et 2e page. “A Saint Louis, Evesque, Patroun et Proutectour de Brignolo.
Lou mistraou, quintou flèou ! qué neissé en Avignoun, / Despui mai dé trés més, coumo séro un démoun / Vengu per nous puni, mandavo seis bouffados, / Désoulavo, en furour, leis plantos dessécados, / Ero descooussana ! malhur eis jouinés brous ! / A la fueyo malhur ! Paoureis travailladous ! / Gémissian din lou couar dé veiré leis campagnos / Matrassados doou ven. Qu dirié nouastrei lagnos ? / Qu pourrié despinta cé qué sentian dé maou, / Quand si récampavian lou séro vers l’oustaou ! / D’aigo, d’aigo, plus gés ! tout sus terro secavo ; / Sé la niouro vénié, lou mistraou l’embarravo. / Leis favos passissien, leis pésotos tan ben ; / Eis granos per gréya li fourié dé bouan ben ; / Tout fasié maou dé couar. Lou bla, nouastro espéranço, / Proumetié jus dé paillo et gairé dé pitanço. / Un pous es pus qu’un traou, soun à sé leis vallouns, / La sourço la plus bello a beissa seis broussouns. / Lou tems es estanca ; gés d’espouar qué la plueyo / Vengué léou réfresca la planto émé la fueyo. / [Les Brignolais organisent alors une procession à Saint Louis]. / Jité leis ueis sur terro et nous fagué bouquéto. / Miraclé ! Sian soouvas, pople, travailladous ! / Lou lendéman matin, un nuagé soumbroux / Qué lou ven n’adusié, mounté de la marino, / Tamisé sur leis blas la plueyo douço, fino [...] E touteis cantaren vouastro bénévourenço / Abrasas per l’amour et la recounouissenço.
Lou Peysan de l’Amaroun, 7 may 1868”.
[29] San Proubaci, festo patrounalo de Tourvés, lou vingto-cinq d’aoust - Cantique à San Proubaci - Carami, cansoun dédiado eis Brignoulens, par Amable Richier (de Saint Martin de Pallières), Brignoles, Vian, (1868). A.Richier, Cantiquo a San Maourici (de Tourves), martyr, Tourves, lou 25 septembre 1868 - A.Richier, Estatuo dé la Bouano-Mèro Plaçado sus la roquo dé San Maourici (à Tourves), Brignoles, Vian (1868).
Richier circule beaucoup et se fait connaître. Le Petit Brignolais, 21-11-08, A.Richier, “Dins ma joueinesso aimavi fouesso de barrula d’un caire e de l’autre”.
[30] - La Sinse, 17-2-68, Théâtre de Besagne et Mœurs provençales, Toulon, Aurel, 5 numéros, 1000 ex. id le 19-6-68, 5 numéros, 1300 ex. id. 29-12-68, 4 numéros, 900 ex. Fascicules très illustrés.
[31] L.Pelabon, Une Séance de cour d’amour au château de Signes, intermède en vers mêlé de chants, Toulon, Laurent, 1868, ne contient qu’une pièce en provençal.
[32] Le Toulonnais, Thouron, à partir du 9-4-68, articles sur la félibrige à propos de Li parpaioun blu du prince félibre Bonaparte Wyse.
Préfaçant Wyse, Mistral écrit : “au moumen que la Prouvènço fièramen s’enarquiho dins sa lucho suprèmo contro lis esclapaire e li ressaire de sa lengo”.
[33] Le Var, “Nouvé” du Parisien Seignoret, 23-12-69. “Ai la pu douço souvenenço / D’oou gent parla dé la Prouvenço./ Pouri parla, se t’estroupiou, / De ma lengo coupo lou fiou”. Mais sur place l’intérêt pour le “gent parla” est bien limité.
[34] N.Blache, Histoire de l’Insurrection du Var en décembre 1851, Paris, Le Chevalier, 1869. Blache n’y utilise pas le provençal, sauf dans ce passage très connu : après la défaite, un tisserand du Luc, Giraud, dit l’Espérance et Antoine Bon, dit Pato, de Vinon, sont attachés l’un à l’autre. Le gendarme Mayère, du Luc, reçoit l’ordre de les abattre. Mayère, qui connaît Giraud, tremble.
“- Enca un moumen, murmura Giraud, leissa-mi encaro regarda aqueou beou soulèou”. Mayère tire, et les deux hommes s’effondrent. Les croyant morts, la troupe les abandonne.
“Giraud éperdu, croyant sortir d’un rêve, balbutia cette demande, restée célèbre dans le Var : - Siès mouar, Toino ?
 Noun, è tu ?”.
[35] La Sentinelle toulonnaise, 27-8-69. “Les dames de la ville, en petit nombre, qui avaient désiré être présentées à l’Impératrice ont été reçues immédiatement, puis est venu le tour des dames de la halle qui ont offert à l’Impératrice des produits du pays. L’une d’elles a prononcé en provençal les paroles suivantes : - Imperatriço ben aïmado, Qué sians hurouas de vous veïré encaro une fés et surtout en coumpagnié de vouastré gen pitoua, espouar dé la patrio. O digno maïre ! ô bel enfant ! récébès aquelleis moudestos présens qué venen vous faïré et qué seran d’ooutant maï agréablés à Vouastré Majesta, qué vous sount ooufferts par deis couars dévouas -”.
[36] 16-8-69, Luc Guillaume, Recueil de romances, chansons et chansonnettes, commençant par “L’argent” et terminant par “Leis Vélocipèdos”, Robert, Toulon, 500 exemplaires. L’auteur est souvent à Toulon.
[37] Leïs Electiens de soixanto noou, chant dédia eïs citouyen dé la populasso” (cahiers de Choi doou Four, Saint-Zacharie).
“Citouyen dé la populasso / Veïci lou vint’e trés de maï / A l’escrutin touteïs en masso / Foou s’ana présenta ben gaï / En rélévan nouestré visagi, / Présenta nouéstré bulletin / Sachès din touteïs leïs villagi / Faïré respecta l’escrutin. // Despuis quinj’ans / Leïs deputa dè Franço / Nous dounoun qué lou pan / Quand nous foou la pitanço / Em’attentien / Eïs Electiens / Anas vouta qué per l’oppousitien // Vous leïssés pas vira l’idéïo / Per uno bando d’emplégua / Prénes lou bulletin la veïo / Senso lou faïré désplégua / Sé qu’ooucun vous fa la grimaço / En vous vénen interrougea / Diguas li qué la populasso / Voulen mies estré dirigea // Per choousi dé bouon démocrato / Aven furna din tout canton / L’a troou de tem qu’apéreïlato / Nous noumoun seïs paoureïs mouton / Per change tout’aquelleis pastré / Duvès pas faïre réflexien / Sérés leïs ooutours d’un désastré / Sé voutas pas l’oppositien. / Sé leïs députa dé la gaoucho / Sount pron* noubrous eïs electien / Nouestre coumerço oora men maoucho / Et naoutrei oouren maï d’instructien. / Vueï sian priva d’ana à l’escolo / Faouto d’agué trés francs per més / Nouestreïs députas fan la colo / Exprès sur lou banc leïs an més. // S’occupen pas deïs gens en plaço / Qué laousoun lou gouvernamen / Tachen de suivré un aoutro traço / Et la suiven hounestament / Sé din nouestrei pichon* villagi / Voulen en paou dé liberta / Per aco foou nouestrei suffragi / A l’escrutin foou leïs porta. [...] Din la chambro legislativo / Manden li dé bouon citouyen / Vueï nouestreï paoureï voix plaintivo / N’an lou bonhur et lou mouyen / Ciouclen ciouclen touteïs leis liste / Et sachen fairé distenctien / Doou citouyen a l’égoisto / Per lou bonhur dé la natien”.
[38] Le Rappel de la Provence, n° 3, 23-10-69.
“Sant Estasie (1), lou 25 Vendemiaïré an 78 de la neïssenso de ma maïre.
Digami empaou, moussu l’escrivan, vou qu’avès grosso cabesso émé fouasso mémori es ti véraï ce qué mi racounté l’aoutré you moun coupaïré Bartoumiou.
Vaou lou trouba davan soun cabanoun ounté rouigavo, per fini soun gousta, un trouo de pan fréta d’un tron de véno d’aïè qué mi faïé véni l’aïgo à la bouco ; apré m’estré amoura oou frascou coumo es nouostr’abitudo li diou : "quinto nouvelo, coupaïre de la vilo éis oustaou de boi", pa gran caouvé mi respoundé, li sian abitua ; ïer à Touloun avien touteis perdu lou testamen, esseta iou ben entendu ém’aquéleis qué aï pas vis. Escouto : coumo rintravi dins la gran carriéro ti vène à l’aoutré bou un troupéou, pa dé pouar, éro d’omé dé véritablo créaturo de Diou ou doou reï, va sabi pas de cu éroun, qué anavoun, vénien, faïen semblan de fouiré ; mi diou qué tron de l’air es eisso, foou s’avansa ; sé fouguessé esta qué de blodo blanco (2) moourié pas tan surpré de li veïré faïré fouarse mouvamen, aquéleis leis counouissen n’aven oou paï, sabes, marco-maou é tirasso-malu.
Es pas dificilé per aprendré aquéou mestié, achétas douas cano dé télo ce qué couasto gaïre can vou dounoun leis soou, fés plus ren, mangeas bouon e métès empaou lou mourré partou ; maï èroun pa daqueleis, niavié de touto coulour, m’avanci e couro fougueri proché ti véou qué touteis estarpavoun de sablo ; en you mi pensi, aquéleis an escampa la bourso é coumo leis soou deis vilos soun pu pichoun qué leis nouostré, leis pouodoun plu trouba. Maî coumo veïou qué touyou séménavoun é yamaï ramassavoun ren mi planti davan un d’aqueleïs paysan de vilo qué cooussigoun maï de paouré moundé que ce qué coupoun dé loubri é li diou : "hola, moussié qué jé vou faito la, avé perdu qué qué choso". "Gros faïoou, mi respoundi, parlo la lengo dé ta maïre”. Aco mi rassuré empaou, pui s’aprocho é mi dis a looreïo (bessaï per si f.... de ïou) "Un d’aquesteis matin van maï oou Messico, maï tron de l’air aquestou coou, vespooutissoun tou é nooutran plu poou deis yen descooussana, vaï, leis pourtaras leis cooussanos. Déman duou passa un toumbaréu de matiéro fouorso fraïla* (3) é per qué prengué pas maou, lou reï qué li ten fouorso s’es imaina de fairé la routo soussa juscoou bou ; n’aven déia séména per des milo fran de sablo, sabi pa can ne foudra encora*, lou béou ten per leis oubrier, dien qué moussu lou rei voou leis touteis aclapa dé roussi".
Gramassi, coulégo, li diguéri, mai que la cargo fougué pas troou fourto é leis muou pa troou testar, san gramisséou leis proutéiara.
Lou pèro Cristoou, ancien proumié fleïtaïré de sant estaïé (1), découra de l’ordré de la couo de sébo per Micouraou lou gran”.
(1) - en début et fin d’article, forme “normale” puis locale du nom provençal de Sainte-Anastasie. (2) - les prêtres ? (3) - l’impératrice ?
[39] Le Rappel de la Provence, n°4, 30-10-69.
“A Cascailhoun, 2 decembrè, 1852.
Quand lou nebou doou corsou de brumaïrè, / Per si garar de la revoulucien, / Que, senso aco, lou fichavo de caïrè, / Durbet lou ventr’à la constitucien, / Per la vengear, senso fairè la mino, / Tu, vieil paysan, en plaço doou foouçoun, / Prenguerès lèou giberno et carabine, / Hounour à tu, moun brave Cascailhoun ! // Leis mestieroous que va mandoun pas dirè / Et leis peysans qu’aviè garis Sant-Clar (1), / Subran’me tu courreroun sus l’Ampirè, / Maï, per malhur, èroun samenas clar ! / Fouasso, aqueou jour, à l’ueilh avien la paillo ; / D’aoutrès, pu tard, si soun morduts lou poung, / D’aver vougu remandar la batailho. / Hounour à tu, moun brave Cascailhoun ! // Dret que Paris, oou bru deis fusilhados, / En morbinan, aguet mes d’aïguo oou vin, / Per faïr’enca quouqueis cascailhounados, / De l’estrangier prenguerès lou camin. / Aro, eissavaou, tirassès ta carcasso / Luen de Manetto (2) et luen de Teresoun ; / Maï de souffrir ton amo es pa’nca lasso, / Hounour à tu, moun brave Cascailhoun ! // Per fa crebar quaouquo peno loougièro, / Per countentar l’envegeo doou retour, / Jean lou Richas, Roch lou pouarto-bandièro, / Dedins la fanguo an vioula (1) soun hounour ! / Maï tu, moun bouan, (un jour foou que t’embrassi !) / Quasi mourent souto d’un toourissoun, / Oou coup-d’etat as pas demanda graci. / Hounour à tu, moun brave Cascailhoun ! // Vaï, se per n’aoutr’enqhuei viro de piquo, / Diou poou deman fairè virar de flour ; / Vaï la rendren à ta fe poulitiquo / La LIBERTA, toun pantailh, toun amour ! / Oh ! que bouanhur, après un lon martyrè, / De vous reveir’amis, vesins, frumoun ! / Et d’estr’eimat et de s’entendre dirè / Hounour à tu, moun brave Cascailhoun !
Rougè-de-Sero, vesin doou fihou de Cascailhoun”.
(1) - Saint Patron local (2) - l’anesse Nanetto, mal orthographiée par le typo. id. “viouta”. Cf.[41].
Le texte figure dans le livre de 1888, avec des variantes graphiques surtout.
[40] Le Rappel de la Provence, 13-11-69.
“Causerie provençale. L’Oourivier, Pouesio, Traducho doou Francès.
Aoubrè mascarat de reputacien, que plesir aï de ti reveirè ! Souto lou fres abri de teis pouridetos fueilhos, verdos dessus, blancos dessouto, de teis jugis parcious doou nord, yiou, avoucat doou miech-jour, pretendi enqu’huei trioumphar senso peno et faïrè roumprè sa sentenço !
L’oourivier a ben l’er paourè ; a meme l’er et la cansoun, an d’abord dich aqueleis ignourens. Per parla’nsin foou pa’ver vis teis ramèous argentats per la reino deis nuechs, ni lou jus rous coumo lou mèou que rayo de teis fruits mignouns !
(Eloge de l’olivier et de l’huile)
Es ansin que long leis verdos ribos doou Var, eis reyoun doou soureou tremoun, en 1855, lou pouèto Estiennè Arago, moun encian frèro d’eisil, mi cantet l’aoubrè lou pu precious de la Prouvenço. Aoubrè beni ! venerat deis maïrès, cantat per leis pouètos, glourifiat per leis philosophos, couro vendra lou jour que leis naciens, anfin desmailhoutados, gitaran enquilà toutis seis marrits brous de baguier, et si courounaran per toujours de teis glourious ramèous !
Micoulaou (de la Tapenièro) Filhoou de Cascailhoun”.
[41] Le Rappel de la Provence, 20-11-69.
“Causerie provençale.
Figanièros, lou 17 nouvembrè 1869.
A la citouyenno Cascailhoun, mountado doou Sant-Esprit, à Hyèros.
Ma bouano meirino,
Escuso-mi d’aver tant resta de t’escrioure ! La vendumi, leis nouaços de ma nèço Margarido, meis charadissos per lou journaou et l’oourivado, m’an pas permes, cresi-vo ti, de charrar en paou eme tu. Maï qu paguo tard paguo larg. Ti n’en vaou tant dirè de caouvos, que feniras bessaï per mi creidar : Basto !
Coumo vaï proumes oou citouyen Baoumè (1), aï manda sa letro à Cascailhoun. Es lou bravè Dooumas (2), de Touloun, que la fache partir per lou proumier vapour. Que lou bouan Diou l’accoumpagnè ! et qu’à soun retour nous aduguè de bouaneis nouvellos ! Pensi que sera aperaqui eis festos de nouvè. En d’aquelo epoquo seraï dins teis bras eme Madeloun. Legiren ensem, ooutour d’un bouan fuech de gavèous et d’oouriviers, la responso de nouastrè paourè vielh. Puis faren carenos. Mangearen la dindo, buouren lou vin cuech, cantaran : “Nous n’avons qu’un temps à vivre...”. Si catouregearen.
Lou souar de nouvè ti faraï venir lou Pèro l’enquiet, Revilho-matin, Tremoulo-Chrestian, lou cousin de la Dindouno, l’escambarlat de Carqueiranno, toutis les encians de la Repebliquo ! Que counsoulacien per tu ! per toutis ! de pousquer charrar ensèm de nouastreis joyos, de nouastreis doous, de Marianno, doou cooup-d’état, doou cadabrè de la tourrè doou jaï, doou peysan Guibaoud, mouart à Lambessa (3) ! et de tant d’aoutreis caouvos ! puis trinquaren en l’hounour deis nouveous coumo deis encians amis deis paoureis gens. Buouren un cooup à Rochefort, n’en buouren dous à Barbès. Lou dernier sera, eme resoun, per lou bouan Jèsus, per aqueou sant predicatour de la demoucracio que dounavo la visto eis ignourens, tiravo doou fangas leis Madalenos, sercavo à faïrè marchar dret leis sordats senso couar, leis capelans senso religion, les jugis senso counscienço, leis abrasamats, leis inoucents de la valeto, leis gousto-sourets, et cimentavo de soun sang soun obro de devouament en renden soun amo à Diou, à trento-tres ans, sus l’aoubrè de la crous !
Passa nouvè, prendren un jour de repaous. Aqueou jour, per paou que lou soureou barluguegè, vous metraï touteis douas en brasseto, et s’encaminaren per la gariguo de peirin. Coumo vous reveiraï me plesir vielh pourtaou de baruth, rouinos de castèou, roucas de bèou-valloun, baous de Fenouilhet, drayo embeimado de roumanious (4) ! et tu, bastidoun festounat d’uoûrrè ! et tu vigno doou diou Bacchus, que trouvaren despampado ... coumo toun bouanhur, santo frumo ! et coumo ta vido, ô Cascailhoun !
Et quand si seren ben rejoui la visto et lou couar, s’en retournaren plan-plan à l’houstaou, maï noun senso aver douna un souvenir à Nanetto, entarrado à man senèquo doou bastidoun ... paouro saoumeto ! que la fantasiè aviè reduicho en fum et que même en fen leis darniers badaous, semblavo encaro bramar lou noum de soun mestrè ! E dirè que si trovo tant de gens que refusoun uno amo eis bestis ! Es veraï que n’y a bessaï encaro que, coumo d’evesquès oou councili de M’en-souveni-plus, n’en recounouissoun meme ges eis frumos, en d’aqueleis santeis maïrès que leis an mes oou moundè, que leis an fa tetar, que leis an veilhas nuech et jour quand eroun maraous (5) et qu’oourien douna soun sang per l’espargnar uno grafinaduro ! Ah ! coumo virarien lèou de bord se poudien veirè ma pichouno Madeloun, quand s’enliasso ooutour de moun coual coumo uno lambrusco ooutour d’un eousè, et que mi dis eme passien, en mi trepanan doou fuech de seis dous lampans : se ti vouari ben, Micoulaou, es pas souramen perce que siès un bèou garçoun, maï es ooussi perce que siès un bouan republiquen !
T’aï dich, chèro meirino, qu’avian maridat Margarido. S’es enchooutrelado, l’ooura deman yuech jours, em’uno espèço de Nervi que li dien : Pignateou. Cooup segur aqueou fara pas mentir lou prouverbi : "Gaou de vilo, doulour d’houstaou". A leis couastos oou loung, eimo leis bouans moucèous, et soou ni A ni B. Mi troumpi : soou ben faïrè tubar lou cachimbaou et ben soufflar un veirè d’assintho (6). Es ben fachous que Margarido si sièguè leissa couiffar per aqueou mascaro lansoou. Aï ben fach tout ce que fourié per li fairè virar casaquo, maï aï ren pousqu gagnar. Es testardo coumo un mujou, et sabes que d’un sac carbounous si poou pas tirar de bello farino.
As entendu parlar doou vesin Rougè-de-Sero. L’aoutrè souar es vengut eme lou numero doou Rappel que counteniè seis couplets à Cascailhoun. Se l’aviès vis l’oouriè pres uno fouliè de rire. Semblavo Jean que ris et Jean que plouro. En emprimant sa cansoun an mes Manetto per Nanetto ; "dedins la fanguo an vioula soun hounour !" per "dedins la fanguo an viouta soun hounour" et n’a pas maï fougu per lou rendre quasi matou (7). Aqueleis gens de plumo soun sensiblès coumo si poou pas maï. Un ooutour de Paris, per un pouint, que fouriè pas, manquet de perdre la cabesso !
Revèni à nouastreis novis. Ti diraï que dijoou passat, Pignatèou a mena sa frumo à Marseilho, per li faïre suçar quaouqueis claouvissos. Après se n’estrè ben regalat, eou, et s’estrè empeguat coumo un lignoou : anen, zut* ! diguet à Margarido, retournen à Draguignan. En arriban, descendè vitè doou vagoun, rescontro un cambarado, et s’encamino em’eou per Figanièros. Oou bout d’un moument, metè la man dins la pocho de sa vesto per prendre sa pipo, la trovo pas, serco dins l’aoutro, si chaspo leis boussouns, si chaspo eici, si chaspo eilà, ren !
 Bougrè de capoun de judiou !
 Que t’arribo, Pignatèou ?
 M’arribo, qu’aï leissa ma pipo oou camin de ferrè !
 Et per aquo ti fas de bilo ... es bessaï encaro dins lou vagoun ... retournen-si.
En si reviran, Pignatèou vis venir Margarido que courriè coumo une perdudo eme la pipo à la man !
 Tè, ve ! dis em’un plan que m’oouriè pas fa rirè, aviou ooussi ooublida ma frumo ...
Ah ! paouro Margarido ! li siès pa’ncara oounté leis aïs debastoun !
Et tu bouan païrè de familho que fas tirar à toun pichot des gourados de ta bouffardo, et que li fas chimar de vin pur et d’eigarden en dian emé countentament : fumo et buou coumo un hommè ! vaï d’aisè ! juguès pas eme lou fuech ! senso aco, bessaï qu’un jour diras eme leis larmos eis ueils : fumo et buou coumo Pignatèou !
Puisque sian à parlar doou tabac, soouras que darnièrament aqueleis que nous gouvernoun oourien ben vougu que n’y aguessè à Paris ... de tabac. Per faïrè reussir soun plan avien 80 milo fusious que tiroun dougè cooups à la minuto et qu’an des sabrès de cavalariè per bayounètos, naoutreis avian que la lei per si defendrè, maï qu’es la lei poulitiquo souto leis Napoleons ? uno fino mousco que fa lou bèou-bèou eis citouyens, counfiso emè leis capouchins et prefèro leis sordats, tamben cadun a resta dins son houstaou, maougra que siègue ben em...betant de veirè un capouriè-d’etat que ten soun pouder d’uno generacien qu’a presqu’entièrament passa l’armo à gaoucho, tretar leis deputas de la nacien coumo un tas de cascarelets !
Maï “que va plan va san, disiet Cascailhoun en 1850, leis demoucratos sount pas tant sots de metrè leis peds dins lou mouraou, agnèous en febrier 1848, liens dins leis terriblos journados de jun, an feni per devenir reinards”, an-ti ben fach ? an-ti maou fach ? à la fin veiren leis cancès.
Aï plus ren à ti desgoubilhar, chèro Meïrino, sinoun que ti souhetan Madeloun et yiou, tout ce que pouadès desirar. S’as besoun d’argent, diguo vo mi, ti n’en mandaraï. Ti gènès pas, aquest’an meis oourivos (8) an raya coumo uno fouan, ooussi vaou prendré en paou de bouan temps eme Madeloun, qu’a d’hori fa fregir, ma bouano.
Toun ben eimat Filhoou, Micoulaou (de la Tapenièro)”.
(1) - Baume, le responsable du journal. (2) Daumas, alors ouvrier limonadier, militant républicain. (3) Dupont évoque ici la répression qui s’est abattue sur les démocrates hyérois en décembre 51. (4) Dupont a chanté en provençal ces sites hyérois dans L’Echo de Hyères, en 1863. (5) “r” pour “l” : malaous, malades. (6) Dupont condamne depuis toujours, chaque fois qu’il en a l’occasion, l’alcool et le tabac, contre lequel il s’élèvera quand il sera élu sous la IIIe République. (7) Cf. [39]. (8) olives.
[42] Le Rappel de la Provence, 27-11-69.
Article en français attaquant le maire d’Ollioules, Laborde, qui fait fermer l’hôpital le soir et qui a saisi des n° du Rappel dans l’omnibus.
“Ce serait le mot de la fin, si nous n’avions à vous relater un dialogue que nous avons surpris.
 Le Paysan. A la fiéro dé juillet 1865 (1), nous avès foutu coumo dé maquignouns que sias, maï nous arrivara pas l’an qué ven.
 Le Citadin. Pourquoi, mon cher ami ? Il fallait satisfaire la sottise d’aucuns et nous avons agi. Vous vouliez un changement, nous l’avons eu par votre accord. Nous nous sommes trompés, il est vrai, mais nous rectifierons en 70.
 Le Paysan. Rectifiar, troumpar, es tout dé mots qué vouren (2) plus coumprendré. L’an qué ven, sé vous escoutavien, sérian Gros Jean coumo l’aoutré coou. Faren cé qué vouren et oouren nouastro listo. Nous aregardo. Métren leis bouans et parlès plus.
Le Citadin. Avant de vous prononcer, réfléchissez bien : M.Laborde ne fait que des dépenses insignifiantes, quelques unes inutiles ; mais il veut payer les arriérés.
 Le Paysan. Leïs arriéras si pagoun toujours ; maï l’aïgo nous manquo et foou faïré bouaro besti et gens ! qué nous fa qué pagué tout ? d’aoutri oourien pagar et oourien pas pati doou sé, es l’aïgo qué vouren ! Qué nous la dounoun, mi fés suzar ! Coumo vous aï dit : en 65, nous avès foutu : avian un chivaou borni, nous avès vendu un chivaou qué lanso et qué mouardé : quand foou mandar eiroou, tiro toujours à dia.
 Le Citadin. Vous avez tort, mon ami ; nous avons toujours agi pour le bien, nous vous suivrons en élections, ne vous imposant personne. Faites donc tous vos efforts pour entrer dans une bonne voie.
 Le Paysan. Aco si veïra ; maï va vous diou : faren coumo vouren et sé si troumpan oouren jès de reprochi à faïré.
 Le Citadin. Je suis heureux en tout cas de vous avoir fait comprendre que, bulletin en main, vous êtes les maîtres. Pratiquez ce que vous me dites : entendez-vous.
 Le Paysan. Vouren jès de pratico et choousiren aqueou què foou. Soouren s’entendré entré naoutré.
 Le Citadin, en s’éloignant : S’ils pouvaient tous être de la même trempe !
Der Teuffel”.
(1) les élections municipales. (2) “r” pour “l” : vouren, nous voulons.
[43] Le Rappel de la Provence, n° 9, 4-12-69.
“Figanièros, lou 2 decembre. Esten dins l’eisil, à Niço, rescountreri un jour moussur Emilo Oourivier (1). Sachen que lou citouyen Barnabèou acampavo des materiaous per uno histori de nouastro rebifado de decembre, mi diguet que deviou ooussi n’escrioure uno en prouvençaou. Va li proumeteri ; maï en suiven soun counseou aï fa’n bèou petard dins la fanguo. Se "la lenguo de ma maïrè es la lengo deïs dious", coumo va dis un pouèto de Marsillo (2), cooup segur es pa’quelo de l’histori. Maougr’aco se l’obro a pas ben grana, s’en poou tirar quoouquaren. Lou vesin Rougè-de-Sero m’en a revira quaouqueis chapitrès en francès. Vous n’en mandi un per lou Rappel. Se vous agrado, diguaz-vo mi ; vous n’en largaraï d’aoutrès. Pensi que meis cambarados doou Var leis legiran eme plesir et que lou ministeroun neblat deis tuourariès (3) l’escupièra pas dessus coumo va ven de faïré sus Ledru-Rollin. Voudriou ben veïré que l’encian predicatour doou soucialisme dins nouastreis villagès, aougessè mesprisa l’histori deis bravès citouyens que s’armeroun oou noum de la lei, per defendré la Republiquo !
Per lou numero de dissato en yuech vous mandaraï lou Miougranier de mestè Benounin. Es uno oubreto que fara pas gaou eïs griffounairès de papier timbrat ; maï que fara pas peno eis paoureis gens que sount dins l’ooubligacien de pleidejar. Adioussias.
Micoulaou (de la Tapeniero), Filhoou de Cascailhoun”.
(1) - le père d’Emile Ollivier, Démosthène, était en exil à Nice, comme Dupont. (2) - F.Chailan, disciple de Gros. (3) - les Tuileries, siège du pouvoir.
[44] Eugène Garcin,Croisade du provençal contre le français, Paris, Poupart-Davyl, 1869.
[45] Lucian Geofroy, Mei Veiado, Poésies provençales, avec la traduction française en regard et la photographie de l’auteur, Paris, Dumoulin, 1869. Très longue et intéressante préface provençale avec traduction française.
“E que sujet pòu mies counveni a-n-un auditòri prouvençau senoun sa lengo naciounalo ? N’en vòli pèr provo que lou long trefoulimen qu’a courrigu dins tout lou Miéjour a la voues de quauquei felibre acampa sus lei ribo dóu Rose pèr reviéuda la Muso de Prouvènço despièi trop de tèms desendraiado. [...] E pamens noun siam* toutei d’acord, nous autre Prouvençau, sus l’aveni de nòsto lengo, sus la necessita de sa counservacioun. Ni en a que dison : Pople de Prouvènço, counsèrvo lou parla de tei rèire ; changes rèn a teis us encian ; gardo tei vièio cresènço. Que besoun as d’uno autro lengo que la tièuno ? [...] Toun terradou es lou pu bèu de la Franço, e te pòrje a bel èime tout ce que reclamon tei besoun. Que pos desira de mai ?
A-n-acò d’autre respondon : [...] l’animau rèsto tau que la Naturo l’a fa, e l’òme sèmpre prougrèssso. Adounco, vouié que lou pople de Prouvènço chànge rèn eis us de sei paire ; vouié li leissa que sa lengo, qu’a ges d’autro litteraturo que lei Nouvè e lei cant d’amour de sei troubadour, es vouié l’abeissa eternamen ; es vouié lou leissa en fòro d’ou mouvimen literari, artistique et souciau de soun epòco ; es vouié qu’eternamen arpatege dins la nué ; es vouié lou desgrada, lou faire descendre au nivèu de la bèsti. [...]
Aro voulès que vous semoundi moun avis ? [...] Coumo lei proumié, atrouvariéu ges de mau que la Prouvènço counservesse sa lengo mounte soun pople se moustro tant òuriginau, tant beluguet. Lei lengo soun lou proudut dei besoun e de l’ingèni dei raço mounte se soun fourmado, toutei an sa resoun d’èstre. [...] Mai de nòste tèms de routo se duèrbon de tout caire ; de ligno de fèrre se desrouloun dins toutei leis encountrado coumo lei countour encapricia d’un riau sènso fin. Sus d’elei passon, prumto coumo d’uiau, aquelei grèvo machino, empanachado de fum, qu’aduson de-longo, en pertout, de nouvellei caro, de nouvellei couneissènço, et, a sa sueito, de besoun nouvèu. A-n-aquéu fretamen qu’a ges de cèsso, lei modo naciounalo se gausisson, leis us loucau dispareisson, lei lengo même, perdon chaque jour sou óuriginalitat. Deja, dins uno partido de la Prouvènço, nòsto parladuro tant armouniouso se viro au franchiman, e, se noun se li pren gardo, devendra dins pau de tèms un patoues ridicule e groussié. [...] Uno lengo qu’a pas un mounument literàri serious noun póu pretèndre de sourti de soun abéissamen. De cant d’amour et de Nouvè noun bàston pèr faire participa un pople au prougrès que se fai a soun entour, e, se sa lengo noun li porge aquelo ressourço, es nécessàri que la cèrque dins uno autro lengo que la siéuno. Paris es lou toumple que retiro de-vers éu toutei lei celebrita que crèisson en prouvinço, que lei despatrio e lei fa sièuno. [...] Mai perqué nous maucoura ? Aquelo literaturo que nous manco póu espeli. Ais, Beziès, Castro, Agen an seis Acadèmi ; lou Felibrige briho sus lei ribo dóu Róse coumo lou souléu, quand se lèvo aperalin dins nòste cèu linde e siau. Dins sei tièro se comto pas rèn que de troubaire. Se s’assajon sus la zambougno felibrenco, lei pajo d’ou grand libre de la scienci et de l’istòri reston pas blanco nimai. Que lei savènt qu’enlusisson aqueleis Acadèmi fagon empremi, pèr justifica soun intrado dins soun sen, un volume de seis òbro dins la lengo que se soun douna la missioun de counserva. [...] Lei bardo de la Gaulo abouscassido nous an leissa qu’un souveni counfus de l’istòri de nòstei rèire. Ansin n’en sarié de la lengo prouvençalo se noun se fasié uno literaturo en rapor eme lei besoun souciau ; e Mirèio même, l’óbro de nòsto epòco mounte la legèndo s’es envautado dei beloio lei pu resplendènto sourtido de la laieto pouetico, Mirèio même noun la sauvarié de l’óublid. Fau d’istourian pèr enregistra leis annalo dei nacioun ; fau de savènt pèr li durbi lou camin escalabrous de l’aveni e dou prougrès. (il dit sa confiance dans le progrès) [...] Nòstei felen viéuran, n’en siéu assegura, dins uno epòco mounte la justici gouvernara leis òme, mounte la même lengo religara lei pople. Aquelo epòco, que veirai pas, la chàmi de touto la forço de meis aspiraciouns ; mai noun cresi que la counservacioun dei parladuro divèrso, neissudo de l’ingèni dei diferentei raço, n’en pòsque retarda l’arrivado. S’aco devié èstre diriéu : Mòre la lengo que m’a inicia a la couneissènço dei causo ! Mòre la lengo que tant de fes m’a endourmi urous, au bru de sei cansoun, sus lou sen de ma maire ! Mai la verita pòu se traire pèr tout lengage. Ce que meno au prougrès es leis idèio justo sus la naturo de l’òme e sus sei vertadié besoun souciau. Touto lengo póu lei counèisse e lei respèndre. A l’obro dounc, felibre de Prouvènço ! Lei sciènci eme leis arts devon de-longo se faire esquineto. [...] Autre tèms lei troubaire èron leis ensegnaire dei pople ; perqué servirien-ti vuèi qu’a reviéuda lei vièiei farço de Poulenchinello que lou bon goust a abandouna eis enfant, e que fan même aussa de pieta leis espalo de sei bailo ? Noun se déu óublida que, se la fourmo pouetico déu flata lou goust, lou founs deis idèio déu tambèn countenta la resoun. Es tèms, me sèmblo, qu’acoumence a prendre lou gouvèr deis òme.
Acabarai pas sènso rèndre au Felibrige la justiço que li es degudo pèr avé adoupta uno ourtougrafo simplo, pièique retrais la paraulo, e qu’ajudara a faire coumpreni lei diferènt dialèite de nòsto parladuro. Sarié a desira que lei troubaire de toutei leis encountrado de la Prouvènço se soumetesson a sei règlo. Dins leis óubreto que porgi vuèi au publi ai assaja de foundre ensèn lei dialèite que se parlon desempièi lei bord d’Argèns enjusqu’ai ribo dóu Rose”.
Pièces sur le Var : “Lei Mauro”, “Lou Clar de Besso, legèndo”, “La Prouvènço”. Une pièce philosophique : “Esperit e matèri”.
[46] Armana Prouvençau, 1870, salue Geofroy pour Mei Veiado, et en donne un texte où il dénonce Paris, “Villo ufanouso, geniho afrouso”, et “leis afaire ... Aco’s l’art d’engreissa sa coudeno en móusent soun vesin”. A côté, Chauvier donne “Miquelou” ! Fin 69, Mistral salue Geoffroy dans L’Armana pour 1870,
[47] Dol, préface à P.Chauvier, Lei Vilajouaso, Draguignan, Laugier,1871.
[48] Cf. P.Chauvier, Lei Vilajouaso, Draguignan, Laugier,1871. Chauvier évoque une soirée d’amis à l’occasion du carnaval à Flayosc, Chauvier a chanté, et en réponse Dol a improvisé ces couplets provençaux : “Avan que li pousque plus vèire, / Aro qu’avèn bèn fa gamoun, / Cantaren, en turtant lou vèire, / Vivo Chauvier de Bargemoun ! // Aquéu bregan l’a toujour lèsto, / Sa bouco es un niéu de cansoun, / E, sènso si roumpre la tèsto, / Trobo la rimo et la resoun”.
[49] Peise. ms, 8° pcs 1086-1103, B.M.Aix.
Lettre à M.Bourrelly. “Lou tron de Diou ti curara pas perque, se siès groumand siès pas feniant. Longo mai n’espellissès d’aquelleis poulideis cavos ! Maridarem lou gourrin eme la gourrino ; que vidasso van faire aquelleis paureis diables !
Aviou leissa ma testo à l’ami Feraud (1) que s’ero carga de ti la remettre. es que v’a fach ? Esperi sempre la tiouno que m’avies proumes, mi manquo à ma meinagearié : li gardi alin dedin uno plaço dou Dieu.
Et l’ortographo ? Se virès dau caire deis felibres, ti-maudissi. Attentien !
Entantou tenti caud, ensin t’enraumaras pas. Et, leou, leou, lou gourrin ! que badi !
Adiou, paure vieilh, de coumpliments eis ancians quand ti l’encambaras.
Peise”.
(1) éditeur marseillais de Peise et des Troubaires.
[50] Le 26-12-69, Le Carillon annonce la publication des Scènes de mœurs provençales, de son collaborateur La Sinse. La première livraison, “Le gros souper”, est mise en vente. L’ensemble devrait former un ouvrage de 350 pages, avec une préface de Louis Jourdan. La Sinse, Théâtre de Bézagne, Mœurs de Provence, Le gros souper, Noël. 16 p. Théâtre de Bézagne, le Jour des Rois, le Gâteau, la Crêche. 16 p. Marseille, Imp. du Petit Marseillais (1870).
[51] Nous savons par les papiers de Rossi (Bibl.Amis du Vieux Toulon) que Nasturby est Gueirard. Dans Le Troubadour, 29-3-74, Marello explique qu’il a pris auparavant ces pseudonymes.
[52] “Lou chans deïs Villageois, la veïllo doou péblicito*” (cahiers de Choi doou Four, Saint-Zacharie).
“ A répoussa lou péblicito / Rallien si chers Villageois / Lou comité qué nous invito / D’un bulletin Non a fa choix / [...] Unis toutis coumo dé frèro / Anen vouta ben libromen / Anen pourta senso coulèro / Nooutreïs plainto oou gouvernamen / Repoussen digno populasso / Lou gros pès dè noutreis impos / Car leï soou qu’oourian en dépo / Fan l’orgui d’uno haouto classo // Doou mairo, ni doou coumissari / Garden ben de s’intimida / Es l’instrutien deïs prouletari / Qué l’anan touteis démanda / Souto lou règno d’un despoto / Sian priva d’apprendré a legi / Doou trone lou faren fugi / En dian Non, din d’aquestou voto. // Quand mêmé eïs pouarto deïs mairio / L’oourien bréqua qu’aouqui canon / Plen damour per nouestri patrio / Anen fier per dépousa Non ! / Sé réfléchissen l’importanço / Deïs electien doou hué dé maï / Dins l’escrutin portaren gaï / Lou mot qué va soouva la franço // Bravo jouinesso patrioto / Vénès vouta senso retard / Rappéllas din d’aquestou voto / Leïs plours versado din lou Var / O chers citouyen doou terrairé / Qu’érias ben jouiné en Cinquanto’un / Vénés émencaro un plagnun / Tacha dé vengea vouestreïs païré // Digne journaou dé la prouvenço / Vous duven dé remerciment / Vaoutré nous dounas couneïssenço / Deïs défaous doou gouvernament. / En pratiquan la boueno traço / Qué vouestreï counseou n’an dicta / Un jour veïren la liberta / Qu’embrassara la populasso”.
Refrain : le premier refrain (“En rélévan lou front”, suite illisible) est surchargé d’un second : “Durben eïs prouvenceau / Lou camin libéraou / Prenguen / Leïs bouon mouyens / Faren dè Citouyen”.
Manifestement ces couplets se chantent sur l’air de “La Marseillaise”.
[53] Dans ses Petites œuvres françaises et provençales, Marseille, 1888, Dupont donne un texte de mai 1870, signé “Micouraou (de la Tapeniero), Fihoou de Cascayoun”, et intitulé “Lou Plebiscito”. Dans “uno carriero de Sant-Estropi”, Moussu Virgulo le maître d’école explique à Mestre Picoussin ce qu’est le plébiscite : l’Empereur a peur du peuple et il voudrait reprendre les rênes avec sa permission. Les républicains s’efforcent de s’unir en résistant aux interventions successives de Mme de la Didonasse représentant la noblesse, d’un Corse décoré et moustachu et de Mr le Curé, qui s’attire cette réplique : “Quand serès lei sarvitour de Jèsu e noun dóu Papo, vous escoutaren”. M.Virgulo, porte-parole de l’auteur, esquisse un véritable programme positif : abolition des impôts indirects, instruction gratuite pour tous, élections libres, justice sans entraves, grand rôle réservé à la commune, avec Maire, commissaire de police et juge de paix élus. Donc le programme de Belleville, présenté par Gambetta en 69.
Le journal va évoluer vers le socialisme, et Dupont ne suivra pas.
[54] Le Progrès du Var, 25-3-70, “Variétés, L’Agriculturo (Suite)”, le début a donc paru au moins sur un autre n°.
“N’en aï déjà proun dich, et leissi encaro à diré, / Par ce qu’es un sujet qué poou vous faïré riré ; / La terro produit plus coumo dins l’anciean temps, / Et coumo qué n’en siech, s’apprend en qu’oouquaren ; / Mi lévi pas d’aqui, la terro engraissado, / Prouduirié fouasso maï qu’en estent delleissado ; / Déjà depuis loungtemps vous parloun deis tourtaux, / Et vous pronoun toujours, lou certens gouanos ; / Et ben à moun avis despuis qué fant usagé, / D’aquelleis dous engraï, la plus jes d’avantagé ; / La terro n’en souffris et lou prouduit tant ben / Et dires coumo iou qué couasto prount d’argent. / Counouissi qu’oou transport la quaouqueis avantagé, / Et qué per l’emplugar vous couasto men d’ouvragé ; / Maï puis sé counfrountas, quand métes de fumié, / Veïrés qué lou produit si trovo pas parié ; / Lou fumié qué métres vous fara douas récorto, / Tourtaux et guano, per fès uno avorto ; [...] Aqueou qué va vous dis, es un vieil jardinié, / Et qué doou campagnard a suivi lou mestié. P.Rimbaud, c.m.”
[55] Lou Pan-Pan-Chi-Chi, Draguignan, Latil, 3000 ex. n°1, (avril 1870).
n°1. “Lou Bal champestré. - Souto lou béou ciel dé Prouvènço, / Quand ven l’estiou es un plési, / L’ouccasien dei réjouissenço / Chacun s’empresso à la saisi. // Refrain / Rèn dé pu béou qu’un bal champestré, / Aqui l’on poou si degaouchi, / Chacun jouissé doou bèn-estré / Qué douno lou pan-pan-chi-chi [...] Quan vé lei boutéou dei dansuso / Tartuffo di qu’es indécèn [...]”.
“La plainto doou Counscrit (Air de la Tarahino). - Lou sor m’appello, foou parti / [...] [Il n’a pas peur] / Maï cé qué m’a fa trémoura, / Es dé si battré parmi frèro [...] Moun Diou, vèni vous imploura / Afin qué l’y agué plus dé guerro, / Qu’aou luè dé s’entré-dévoura / Visquén toutei coumo dé frèro. / Fais qué lou cri dé liberta / Fassé bèn lèou lou tour doou moundé. / Et fais qué la fraternita / Existé émé l’égalita, / Qué la tyranié si préfoundé”.
[56] AD 83 - 8 U 21-1. Cf.E.Constant, E.Constant, Le département du Var sous le Second Empire et aux débuts de la Troisième République, Thèse de Doctorat d’Etat, Aix, 1977. p.1444.
[57] Le chanteur présente les chansons de Luc Guillaume, cf. Lou Troubadour Sans-Souci, Recueil dé Canson, Romanço et Cansounetto Prouvençalo et Francèso, par Luc Guillaoumé, d’oou Casino et de l’Alcazar, Imp. Doucet, Marseille. N°1 - “Lou sordat per forço - Leis impousitiens - Lou coouquillagi de Touloun - L’ooulivier -Maître Peuple et maître loi - Lou couscrit de Menpenti- Souvenir d’une amante”.
[58] Lou Bouffoun Prouvençaou, Recueil de cansous, Marseille, Carnaud. Luc Guillaume - id. Lou Troubadour Sans-Souci, cf. [57]. “L’Ooulivier (Air : Gloire et Charité).
Tout aoubré changeo dé semenço, / Car l’aoubré doou plus grand produeit, / L’ooulivier de nouestro Prouvenço, / Aro pouarto plus de bouen frueit, / Soun mari frueit es la misèro / Doou paouré poplé Prouvençaou. N’en souffrissé la Franço entièro,/ Sé l’ooulivier nous fa défaou. // Pensi qué fooudra lou suspendré, (sic) / L’avian planta mé grand espoir, / Mai soun holi, duvian coumprendré, / Qué signo l’eis papiers de mouart. / Quand parten per lou Sémentéri, / Nous n’en dounoun l’extrêmo-ounctien. / Vouren pas de soun ministéri, / Jamai changearai d’oupininen. // Aoutrei fès, quand nous esclaravo, / Fasié la joi deis Prouvençaous ; / Lou poplè avuglamen marchavo / Oou clar de seis maris fanaous. / Sa clarta, Dieou coumo èro drolo, / Nous dounavo l’oscurita. / lou changearen per dé pétrolo. / L’ooulivier, l’ai mes dé cousta // Leis Prouvençaou dins seis bastidos, / N’ena, qu’à l’houro d’ooujourd’huei, / En vian sa raço tant marido / Lou vien plus gairé de bouen ueil. / Sé l’ooulivier fa plus que nueirè, / Veirés qué plus tard leis paisans / Féniran pueis per lou destrueiré, / Dé tout ségu lou brularan”.
Un grand merci à C.Barsotti qui m’a communiqué ce texte et ouvert ses archives.
[59] Le Progrès du Var, coupure non datée. Donnée par E.Constant, Le département du Var sous le Second Empire et aux débuts de la Troisième République, Thèse de Doctorat d’Etat, Aix, 1977. E.Constant a trouvé ce texte dans les papiers de Blache, chez M. de Villaine, à Carnoules. Ce repérage montre combien il est délicat de traiter de l’utilisation du provençal sans l’accès à des séries complètes.
“Moussu Emilo
Vous permétés, senso qué dégun vous agué counsulta dins aquesteï grando circounstanço, dé nous adreïssa uno létro per nous douna des counséous et per nous diré coumo foou qué vouten. Gardas vouastrés counséous, naoutré saben cé qué aven à fairé.
Quand à vouastro létro oourias pouscu vous dispensa dé l’escriouré per plusieurs résouns, et la proumièro, parcé qué nous avés leissa en plan despui longtemps. Qué vous f... doou paouré poplé senso ren diré, aquo si vis quaouquei fés, maï que vengués nous va diré et nous vescriouré, aquo es plus fouart que d’aïgarden.
Despui plusieurs anados entenden plus ren en tout cé qué fés, en tout cé qué dias et mi roumpi la testo per vous coumprendre senso li parveni.
Coumo ! En 1848 nous préchas la républico, la liberta, la fraternita, naoutré simplé et hounesté vous suivian, parlavias tant ben ! San Jean bouco d’or a jamaï tant ben parla, aquo marchavo coumo su dé roulétos ! Lorsqué un jour arribo un Napoléon, qu’un tron lou curé ! qué nous emprisouno, nous mando à Lambessa, à Cayeno après nous avé fusilla et réfusilla, vous demandi pardoun dé la répétitien, maï siou un paou paren de Martin Bidouré (1). Et tout acquo per qué ? parcé qué défendian la counstitutien et la leï.
Mi souvéni qu’en aquelo époquo n’en avias uno grosso estoumagado. Ooujourd’hui, sabi pas perqué, vous métés d’oou cousta d’aquéleï que nous garçavoun dé coou dé fusiou et nous dias dé leïs aprouva, dé vouta per éleï, émé enca un paou nous dirias dé leis embrassa.
Ah ! pétard dé Diou ! aquélo passo la régo dé Michéou ! aquo sérié ren encaro sé ajustavias pas qué din lou cas qué voutarien NON sérian dé gens à si vengea, à emprisouna, à exila écétéra. Véritablamen vous sias troumpa ou avés perdu la testo.
Sian dé gens ounesté, dé gens dé travaï, sian dé bravé paysans qué serquen à gagna nouastré journado émé nouastré magaou et qué sian troou fiers per démanda ren en dégun.
Et es vous qué vénés nous accusa dé vouillé pilla leï richés ! et dé nous entreteni dins aquéleïs sentimen lou souar à la chambrado !
Ah ! Moussu Emilo avès maou parla. Aquo ès un lengagé indigné d’un homé ben éléva coumo vous.
A vous men qu’à tout aoutré éro permés dé s’esprima dé la sorto. Avés ooublida un paou troou facilamen leis ounesteta qu’avès reçu din leis meisoun deï republicain à uno espoquo dé fringalo qué lou diable dansavo din vouastrei pochos ! Erias pas cossu coumo ooujourd’hui. Nédavias pas dins l’or. Ai mémé entendu diré, ooutour dé ïou, à quooucun qué vous avié presta uno camiso, é qu’éro pas ben segu que va li aguessias rendudo !
Nani, avès pas lou dré, vous va répéti, de voula l’ounour d’aquellei qu’ant partagea lou pan et lou vin émé vous, couro avias encaro aquellei bellei sentimen de fraternita qué soun resta chez naoutré coumo un héritagi, qué n’avès fa, vous, respoundès ? N’avès fa dé fumié de litiéro un gros mouroun (2), ben gros, ben haou per mounta jusquoou ministéri et vous prousterna eï pès de vouastré Mestré l’empérour !
Moussu Ooulivié, vous sias mès doou cousta deï manjaïré, tampis per vous ! Ah ! tas dé ribouteurs foou enfin qu’aquello ripaillo finissé ! qué lou fué dé Diou vous coupé l’appéti à vous et à touteï aquelleï chins affamas qué nous dévoroun.
Anan vouta NON.
Un paysan deï Maouros”.
(1) - Martin Bidouré, fusillé deux fois après la défaite des insurgés varois en décembre 51. (2) “r” pour “l” : mouloun, tas.
[60] Le Toulonnais, 5 mai 1870
“Lettro d’un Mittroun.
E iou ooussi men melli, moussu lou rédactour.
E perque ?
Percéqué crési, simplé mittroun, qués enfin ten qué toutti leï travaïadou mettoun la man à la pasto. Ben travaïado, lévara ben ; ben lévado, lou pan séra bouan é l’estouma solidé.
Jusqu’aro nouastri patroun pastavoun, oben, fasien pasta per tout lou monde. Nous fournissien uno nourrituro qué crésien bouano per chascun : maï qué si poudié pas toujou ben digéra.
Pu léou qué dé countinua un régimé qué nous oourié fa gagna coouquo gravo maradié (1), sérié ten dé faïré ooujordui naoutri mémé, aquello bésougno. Si visian déjà maradiou é uno sorto dé langour nou ténié toui candi.
Qoouquéïs uns si sian révéia é leïs amis man carga dé veni vous boulégua toutti.
A vougué faïré acco, foou pa qué siguen dous, très, o ben uno pougnado. Foou estré cen, foou estré millo, nous li foou touï.
E cé, perqué arribé, foou qu’anen oou scrutin. Li vouraren (2) nouastre Vouï à la man.
Dirès Vouï, diraï Vouï.
Cé qué nous foou faïré es nouveou, va sabès. Crési qué séra bouan ; vaoutrès ooussi. DiguenVouï.
Dévini ben, cé qué coouqueis uns pourran dire ?
Aven gaïré ten, la cavo séra duro.
Duro ! ... tan miès. Es bésougno d’omé qu’entréprénen é dé sa réussito, vooubliden pas, dépendé nouastro tranquilita é l’avéni dé la famïo.
Ooussi, diren Vouï é chascun cercara à faïré diréVouï.
Car coumprénés, és pas souramen la liberta qué nouastri Vouï aménaran, ès lou calmé !
Emé dé calmé, lou travaï marcho, émé lou travaï lou bousson si garnis et cé qué li va pa va portan à la caïsso d’espragno.
Coumo iou, bessaï avés entendu dire : leïs ouvrié, leï pichouns éroun fouar dins un ten é coumo iou bessaï, avès léou respoundu : sian pu fouar oourjord’hui.
Ooussi coumenssan a estré raissounable. Ligen, é saben réfléchi. Sian, si senten fouar é pouren vouta Vouï. Comprenen ooujordui, en paou tar, toutti nouastri dévé é sian décida a s’en servi tout en réclaman nouastri dré.
Saben qué sian un poplé, entré leï man des quu an rémés tout poudé é ooublidaren plus, qué la réflessien ès utilo per juja juste é marja dré.
Leï travaïadou, é eïssi parli pas souramen deï mittrouns, leï travaïadou, saboun toutti qué leïs ouvrié vivien à peino l’a cincant’an, s’acco si poou apella viouré qué dé si tirassa senso dré, senso counsidéracien, coumo d’arimaou enquu leïssavoun jus per pa mouri dé fan.
Aro sian coouncun, va senten ! Et lou gouvernamen s’occupo dé nous fairé parié dé toutti. Oouren leï mémé dré, maï sachen s’en servi. Oou moumen mounté nous démandoun, saven poou dé la liberta ? diguen non. S’approuvarian dé chanjamen qué nous n’en dounarien enqua maï ? diguen Vouï.
Chascun conto émé naoutri ; lou gouvernamen mémé a counprès quéro ten dé nou réléva toutafé dé nouastro servitudo é dé nous leïssa vouta sulon cé qué la counssiensso nous dis.
Déjà jouissian daquelli dré émé coouco lisiéro. Nous démandoun sès ten de leï coupa. Diguen Vouï.
Tout pichoun qué sian, la miséro nou réven plu dé dré. L’ouvrié travaïaïré quès toujou un ouvrié patrioto poou counouïssé l’espragno é leï satisfassien qué procuro. Déman faren couneïssenço émé la liberta, la pu grando é la pu paissiblo qué jamaï nacien a couneïssu sé saben dire Vouï.
Aquelli qué nous la raménoun ès d’ounesti gens. Va pouden dire nousaoutré, proulétari, qu’aven séra la men d’aqueou qué leï dirigeo. Soun su leï fooutui deï ministré uno pougnado de grans espri, quan lou couar aou plaça. Nous envitoun a leïs ajuda, va faguen ! Emelli lou countrole deïs affaïré séra pu gran et l’économie pu parfaitto.
Diguen Vouï.
Qué nouastro sagesso nous fassé arriba tout d’un coou en aquéou païs dé liberta qué nous disien tan luen. Nous lou fou counquis à forço dé patriotismé é dé bouan sen, oouren l’un é l’aoutré, diren Vouï.
Enssin collèguo, seras leï ran, agués ni poou ni crento. Qué chascun metté la man à la pasto, per prépara lou pan qué nous couven lou miès é qué fara ? nouastris enfan.
En avan, suivès lou mittroun, dira Voui.
Diguas Voui.
Lou Mittroun”.
(1) - maladié, maladie. (2) voularen, nous y volerons.
[61] Dans ses Petites œuvres françaises et provençales, Marseille, 1888, Dupont donne (sans indication de lieu de publication) un texte daté d’août 1870. On le trouve repris dans La République Radicale (22-10-71).
“La Coumuno” : Le vieux “paire Barnabèu” mène une vie exemplaire. Il sait “escarta lei suçaire”, les rejetons qui épuisent les arbres. Les républicains sauront-ils en faire autant et écarter les tromperies de M.le Marquis qui veut être réélu maire ? Il le faut car les communes sont la base de l’organisation politique. Après les avoir conquises, on s’attaquera aux grands problèmes.
[62] Lou Pan Pan Chi Chi, Draguignan, Latil, n°2, “Plaço ei béou Peïsan. - L’y a pas dé mestié coumparablé. / N’y a gés qué sièchoun hounourablé / Et qué dounoun tant dé gazan / Coumo lou mestié dé peïsan”.
Suit l’apologie de la vie de travail et de distraction des paysans.
“La pouliço et lou cura” : la chanson est hostile aux deux.
Lou Pan Pan Chi Chi, Draguignan, Latil, n°3. “Lei dernier moumén d’un vieillar” : un jeune curé vient dire au mourant : “Crésias qué Diou v’avié douna la vido / Per estré hurous et viouré en liberta ; / Vous sias troumpa : oou paouré foou la brido, / Coumo leis aï foou qué siégue embasta. // Lou paouré duou resta din l’esclavagé, / Bèn travailla et si priva dé tout ; / Lou paradis séra soun héritagé, / Maï duou souffri la hounto jusqu’oou bout, / Emé lei dèn si duou durbi lei veino / S’un riché voou s’abéoura dé soun san ; // Sé dé l’infer voou évita lei peino / Tendra lei bras ei chèino dei puissan”.
Le vieux l’envoie au diable : “A soun enfan, li di : méfisa-ti : / Ounté veïras l’ourgueil et l’avariço, / Doou capelan trouvaras qué l’habi”.

Répondre à cet article

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP