La Seyne sur Mer

Accueil > Presse varoise et provençal. 1859-1914 > Presse varoise - textes 1870-1872

Presse varoise - textes 1870-1872

lundi 12 octobre 2020, par René MERLE

René Merle, Les Varois, la presse varoise et le provençal, 1859-1910. S.E.H.T.D 1996, 416 p.

Textes sept.1870-1872.

Textes illustrant l’article : Presse varoise - textes 1870-1872

[1] P.Rossi, Mes souvenirs, T.3, Toulon, Foa, 1891.
[2] L’Echo du Var, 9-10-70, “Appel.
Reveilhas-vous, pople Francés, / Et n’esperes pas que l’Anglés, / Ni l’Autrichien, ni l’Italio, / Ni lou Russo, ni la Turquio / Vengoun vou proucurar la pax ; / Vouëstre malhur leis lagno pas. / Nous dien ben, que la Républiquo / Trovo d’échos dins l’Amériquo ; / Aquel écho, parei qu’es mut, / Puisqu’aujourd’hui gardo lou chut. / O moun pays ! ô bello Franço ! / Series pas en peno, en souffranço / Si l’avie pas de trahisoun ; / D’allias n’auries pas besoun. / Vague la gardo natiounalo / Oou secours de la capitalo, / Et de Postdam, et de Berlin / Lou Prussien prendra lou camin. / Mai, per aquo, foudrié s’entendre / Souto un drapeou chacun s’y rendre. / Partisans de Napoleoun, / Ou de Philippo ou de Dantoun (1), / N’agues touteis qu’uno pensado, / La Franço, alors, sera sauvado.
D.Suou, bachelier en droit, 85 ans. Villecroze, 27 septembre 1870”.
(1) - les trois courants politiques, bonapartistes, royalistes (orléanistes) et républicains.
[3] La Republiquo, par Amable Richier, garde mobile, 12-9-70, Toulon, Laurent, 1000 ex.
[4] Lou Pan-Pan-Chi-Chi, n°4, Draguignan, Gimbert (1871).
“Lou naz affica, déclamatien” (pièce scatologique).
“Lou dré doou Seignour. Air : Le dieu des Bonnes Gens. Quatré-vingt-noou, temps d’hurouso mémoiro, / N’a délivra d’uno foulo dé maou / V’avèn pa vis, maï sé crésén l’histoiro, / Lou pople èro coumo leis animaou / Lei gran seignour, chacun din soun villagé / Ménavoun tout oou gra dé sei passien.// [Il dénonce le droit de cuissage] // L’y a enca dé gèn qu’an couragé dé diré / Qu’aquéou béou temps duvèn lou regretta, / Qu’èro bèn miès et qué duvèn mooudiré / Lou jour qué n’a douna la liberta”. Si ça revenait, attention aux riches et au seigneur : on les châtrerait.
Lou Pan-Pan-Chi-Chi, n°5. Draguignan, Libr.Laugier, Impr.Gimbert. “La Pax, (1871). Air : Le marquis de Carabas.
Partisan dé la pax / V’an déraba d’un marri pas, / Aro poudès durmi / Car la guerro vèn dé féni ; / S’avès amaga / D’argèn per paga, / Foou si despacha / Dé lou léou cracha, / Car lou mendré rétard / Allumariè maï lei pétard. // L’hourriblé Badinguet (1) / Es en train dé faïré lou guet, / Attendé lou moumén / Qu’aguén féni lou pagamén. / Pui es pas doutoux / Qué d’un air pitoux / Lou véguén véni / Per nous désuni ; / La Franço la raca / Dégun l’y es pa plus estaca. // Chacun per l’Empérour / Ressenté un’espèço d’hourrour, / Maï per un rei nouvéou / N’y a qué si crusoun lou cervéou. / L’y a dé gén fada / Qu’an leis hués benda, / Si sentoun perdu / Quan soun pa toundu, / Régardoun pa lou prix / Maï vouaroun un réi din Paris. // La pax nous couasto chier, / Maï per qué révenguessian fier, / Chaqué républicain / Emé la forço dé Vulcain / Duou si crampouna / Senço countourna / Oou gouvernamén / Qué couasto lou mén, / Et per lou counserva / Dei traïté duou lou préserva. // Per espragna d’argén / Choousissén qué d’hounestei gén, / Beïssén lei traitamén / Cé qué foou plus, va suprimén. / Quant ei capélan / Nous suçoun tout l’an / Foou plus lei paga / Vagoun si louga. / Agissén dé façoun / Qué paguén plus lei poulissoun”.
(1) Napoélon III.
“Lou Bugadier doou Villagé”, chanson très violente qui semble viser un prêtre tartuffe, Roden. On retrouvera un Roden, prêtre félibre, à Bandol.
[5] Lou Sant-Ermito ou lou dangié dé la fréquentatien dei fumello émé lei caloutin, Draguignan, Laugier (1871). Grossière plaisanterie anticléricale est accompagnée d’une publicité pour les ouvrages en dépôt chez Laugier : “On pourra se faire une idée de la manière dont le clergé a de tout temps trafiqué de la religion et abusé de l’ignorance du peuple”. Laugier diffuse en même temps Lou Troubadour sans souci, Lou Galoy Prouvençaou, Lou Phocéen, Lou jouyoux Marseillés.
[6] Cet épisode est traité en galéjade par Mistral, “Prefaci” à A.Richier, Tambourinado, Avignon, Aubanel, 1896.
[7] A.Richier, La Republiquo vo l’enfant de la liberta, cansounetto, Toulon, 12-2-71, 1000 ex.
[8] Cf. B.Bonnet, in Li Souleiado, anthologie des félibres parisiens, Paris, 1904.
[9] Ph.Chauvier, de Bargemoun. Lei Vilajouaso, Draguignan, Laugier, libraire-editour, Carriero de l’Evesca, mai 71. L’ouvrage est paru en deux fascicules, Lou niou de bouscarlo, Recueil de chansons provençales, et Bouihabaisso, Recueil de contes, déclamations provençales et pièces de touto merço. Laugier le donne ensuite en un beau volume, Poésies provençales par Ph.Chauvier de Bargemon, 1871.
[10] Peise, Histoiro d’un merlo et d’uno merlato , Draguignan, Latil, juillet 71, 1000 exemplaires. Peise, Lou Chilet,, Draguignan, Latil, juillet 71, 1000 ex. Le Var donne “Histoiro d’un merlo et d’uno merlato” en première page le 7-5-71.
[11] Le Var, 28-5-71, Cascaveou, “L’Aï coumunard.
Saurez que l’autre jour un aï / Que pantalhavo Mariano, / En tirant au reinard, fet petar sa caussano ; [...] Bramant coumo un despoutenta : / Guerro aux tyrans ! Vivo la liberta ! / Dien mume que voulie prouclama la Coummuno / [Un vieux cheval lui dit : ] / Sies mai d’aquelleis, tu ? Ti vesi proun veni ; / Senso estre bouan en ren, vouas mangear, vouas dourmi, [...] Ti crese libre, prend-ti gardo, / Moun beou, sies ren qu’un insurgea”.
[12] Le Var, 4-6-71, Cascaveou, “Lou Bouilhabaisso”.
Son ami Bounifai lui envoie de Toulon une bouillabaisse, mais le poisson pue, alors qu’il a quitté Toulon le matin même. “L’avie ren d’estounant se sentie pas la roquo / Ni lou prefum embeima de la mar. / Es que moun home avie fa la bestiso / D’envartouia sa marchandiso / Dins un numero dau Progrès dau Var”.
[13] L’Union du Var. 22-6-71. “Veiado d’un Meinagié (1). Figaniero, lou 20 de jun 1871.
Moussu lou Mésoungiè.
Es-ti véraï, malédicien de Diòu ! ce que disien, dissato à la chambrado, que lei descaladaïre de Paris avien brula la Meison coumuno (que disoun qu’ero tant bello) é toutei lei Palai dei Reis, dei Ministré ... qué sabi iou ! è que lei Parisien avien fa cé que lei Prussien avien agu vergougno de faire, pétard de sort !
Es-ti poussible, moussu lou mésoungiè, qu’aquello tron dé Républico tirasse toujou, noum d’un goï ! aquello coua de maoufatan, de pito-dardeno, de galoupin é de Gaspard de Besso, de galérian é de viedase, bouan qué per manja, s’empéga, raouba, brula, tout dévouri et si battre que contro lei Francès, é faire esquinetto ei Prussien, eis Italien, ei Russou, à l’Anglais, en toutei lei natien, per la perto et lou désounour de soun pays ?
Mi semblo pas poussible, é pamen es véraï, pareï, moussu lou mésoungiè ; car se l’y aviè que vouastei coulègo leis mésoungiès de Paris qué nous a diguessoun ; mai toutei lei paourés voulountari é sourdats de rétour, pécaïre, ben matrassa, nous an ben dich.
Acò es ensin, maledicien de Diòu ! Paris brula, la Franço arrouïnado en plen, pécaïré !
Cinq milliards, vouguent-à-dire, cinq fés dès fés cent milliens (é foou sounja qu’un soulet millien fa dès fés cent millo francs !). Bounta de Diòu ! Coumo pourren faïre per paga tout aco ? Es que disoun que l’y a plu que de pèço de cinq francs, é mémé gaïre plus que de papiè.
Es ren ancaro tout aco ! Siei milliards nous couastoun lei foulié d’aquelei bregand de Parisien de toutei lei pays (2), lei Dombrowsky, Cécilia, Delescluse é que sabi iou maï ! Vounge milliards, pétard de sort ! Cinq milliards per l’Empèri ! Siei milliards despuèi la Républico. Es veraï de dire que lei gens de l’Empèrour n°III (lou n°I es un aoutré) n’avien déjà avala pas maou de milliards avant la guerro, lei galavard ! Bounta de Diòu ! es doun la fin doù mounde, de nouastre argent, tout aco, moussu lou mésoungiè !
E coumo faren per paga, pétard de sort, car es ben naoutré, es toujour* naoutré, paoure marrias de paysans, es toujou* naoutré qué pagan, tin, tin, tin ! E dire que tout aco es pa’ncaro féni ! E dire que nou fòu encaro ana vouta !
Soun doun pa proun d’avoucat, de barjaire eilamoun à Versaillo. Encaro de destournié, aro, au beou tems deïs meïssoun, vous démandi un paoù ! Es que crésoun que lou pan ven tout soulet ?
Ah ! pécaïre, que vengoun fouïre, rességre, looura, saména, séoucla, meissouna, caouca, venta, vanna, lava lou blad, lou faïre séca, après l’avé pourta au moulin, pasta, enfourna, é toujou paga ! E vengoun mi diré se lei travailladou* dei campagno an pas lou dré de parla, é de nouma lou gouvernamen é lei députa de la nacien, pétard de sort !
E que manjarié lou gouvernamen de Paris vo de Versaillo (que nous fa à naoutré que sièche eici vo eila !). E que manjarien lei députa é seis élétours, leis ouvriés dei grandei vilos ; nouastreis fraïres doù rabot, de la gamato, de la forjo vo de la navetto, que an l’er de nous mesprisa. Qué manjarien leis avoucats (que l’argent li couasto que de blagua) ? Qué manjarien toutei tant que soun, sé lou paysan, lou travailladou* dòu campestré susavo pas dòu matin fin qu’où sero per nourri lou riche é maï lou paouré ?
Es-ti pas naoutré que poudan é que fouyen la vigno, la santo vigno d’ounte rayo aquello fouan bènésido qué réviscouaro lou couar dòu bravé travaihadou*, pèro de famillo, que n’en lampo émé seis enfants et sa frémo, résounablament, à la veiado ?
Es-ti pas naoutré que pouden, que fouyèn la vigno, aquello fouan dé la maladicien qu’empégo, qu’énubrié lou marri travailladou dei grandei vilo (fouan de la maladicien quan lou sang de la vigno passo per lei man maoudicho dei brigands de marchands é coumissiounari), fouan de la maladicien qu’empégo, qu’énubrié lou travailladou fénian, galavard, agroumand é maoufatan, que fa lou dilun émé sa gourgandino, é lei révolutiens de Paris émé seis cantinièros é tout aquéou fumélan parisien (3) que a fa abra Paris, é arrouina la Franço !
Meste Janet, de Figaniero”.
(1) Cultivateur aisé, et quelque peu patriarcal, qui est à la tête d’une exploitation importante, et souvent isolée. Pour l’auteur de l’article, il s’oppose au "païsan”, tout petit propriétaire et souvent prestateur de service, et au journalier,"travailhadou" ouvrier agricole. (2) - xénophobie devant l’internationalisme des Communards, parmi lesquels combattirent des étrangers partisans de la République française contre le Prusse, puis de la Commune. (3) - le mépris des Bien-pensants pour les combattantes de la Commune.
[14] L’Union du Var, 28-6-71, “Veiado d’un Meinagiè. II.
Figaniero lou 24 de jun 1871.
Moussu lou Mésoungié. E l’eiretage, meis amis ! L’Eiretage, voulent à diré, aquello santo terro, bagnado de la susour, de la trésusour dòu reire, dòu païré, deis droles, de touto la famillo, pétard dé pétard de sort !
Aquello santo terro, bono maïré dòu bravé travaiadou, bénésido de soun temps, d’aquéou Diòu que travaio émé naoutré, qué nous mando sa plueio en soun temps per nous ajuda, é soun soulèu, é sa nèu, mié fumié, é soun eigagno trélusento.
Aquello santo terro de la famiho, vendrien doun nou la raùba à nous aùtrés, à nous aùtrés que l’aven facho nouastro per un travaï de touto la vido, per un travaï de toutei lei jours de la vido de nouastreis enfants, de nouastreis reires !
E dé que dré et perque faïré, malan de sort ! E de que dré ! Es-ti pas lou travaï que fa la terro ? Es-ti pas lou meinagiè que fa lou travaï ? E quinté travaï que lou travaï dou meinagiè, voulent-à-diré lou travaï dòu païre qué poù diré : vaqui uno terro, un bèn que leissarai à meis enfants !
Vous a demandi un paù, aù noum dòù bon Dioù que nous ajude, l’y-a-ti, li poù ti avé un travaï coumparablé au travaï d’un païré, émé soun païré, souto leis ueis de soun païré, au travaï d’uno fiho souto leis ueis de sa maïré, au travaï d’une frémo émé soun homé !
Anen viguen ! sian-ti d’homé vo de bestiari ?
Ah ! regarda mi un paù aqueù moussu, aqueù mousseirot, aqueù lévènti de villajoun que logo de travaiadou à la journado (1).
Mi fan piéta, pécaïré ! De ségu, dirias ben que souartoun de l’espitaù, tant soun camina a lou languitòri d’un incurablé !
O misèri ! fan ben dous pas per minuto ! pecaïré ! Et charroun et si trantaïoun en caminant, balin balan ; charroun coumo de dévoto en counfessien vo coumo de bugadièro à la bugado ; trantaioun coumo de pantaiaïré, coumo d’ibrougné, coumo de viei escranca.
Partoun à vuech ouo per arriba à nòu. Arriboun, s’aplantoun, aregardoun, s’estiroun, badaioun, pregoun dòu moucadou, esternudoun, n’y a que prenoun la priso, quasi toutei atuboun la pipo e vagué de fa tuba, tubo que tuberas ! pipo que piparas !
O fénian, féniantas ! doublé rei dei féniantas ! Es toujou l’ouro dòu déjuna, encaro uno pipo é vaqui l’ouro dòu dina. Piei encaro uno pichounèto bouffarello é veici l’ouro dòu gousta. Dé qué lou mousseirot viro l’uei, soun dre coumo uno piboulo é régardoun lou souléou, és l’ouro de parti. Fòu que siéchoun à vilo à soulèu trémount. Se an travaia trés ouro, vouali ben estré un homé louga en journado, ô meis braveis amis leis meinagiès.
Mesté Janet de Figanièro”.
(1) ces journaliers fainéants sont pour l’auteur de l’article l’antithèse du “Méinagiè”.
[15] Le Var, 1-7-71, Cascaveou, “Leis pastres et l’aret, Fablo, dedicado eis Electours qu’an pas la voyo de vouta”.
[16] La Sentinelle du Midi, 3-6-71.
“On nous écrit de Pignans. Moussu lou Rédactour. Siou actiounari d’oou Progrès d’oou Var, (nous aoutrés l’appelan plus qué l’Engrais d’oou Var), e ben, va créirés, vo noun, aven jamaï vis un sou. Crésés ti qué moussu Oscar, farié pas miès dé douna en paou dé mounédo, de régla seis comptés, pu leou qué dé tant jappa contro moussu Thiers, lou soouvur dé la Franço.
Si souven pas, moussu Oscar, qu’es esta lou foulliculari de Philès, d’Arago, dé Dufauro (1), et aro fa lou communard ; maï, qué hommé ès, changeo d’ooupinien coumo dé camié, et Touroun liéjé un paillasso, un caméléoun coumo aco !
Duvès pas ooublida, moussu Oscar, qué vouasté pèro es toujou sous-préfet. Sé sias émé Paris, eou ès émé Versaillo (2). Leis foualés et leis bandits soun, en Prouvinço, aquéli qué sousténoun Paris. Farias diantramen miés, moussu Oscar, dé pas tant parla eis hommes dé seis drés, mai dé li parla en paou pu souven dé seis dévés.
Counouisses Franklin, moussu Oscar, lou famous républicain d’Americo, é ben, sé l’avès jamaï legi, ligé-lou, et soourès qué tout individu qué counseillo oou poplé aoutro caouvo qué lou travail, l’économio et la bouano conduito, es un traîtro, un assassinour, un empouïsounour dé poplé. Savès uno pocho ...
Quand vous oouren proun escarteira, moussu Oscar, s’attaquaren a vouasto cliquo e a cent l’arrestaren.
Un républicain dé l’ordré dé Pignans. D.Pellegrin, Propriétaire à Pignans, 1er juin 1871”.
(1) - Noms déformés des candidats de l’opposition sous l’Empire libéral : Philis, Dufaure. (2) Le père de Tardy, menuisier, vieux militant démocrate, avait été fait sous-préfet dans les Alpes-Maritimes par la République. L’auteur de l’article demande à Tardy de choisir entre la Commune, qu’il a soutenue dans son journal, et le pouvoir que son père représente toujours.
Le Progrès, 7-6-71 : Tardy affirme que la personne en question ne figurait pas dans la liste des actionnaires du Progrès, et fait état des excuses de La Sentinelle, qui dit avoir été manœuvrée par un inconnu.
[17] - Le Progrès du Var, 18-7-71, messidor an 79. texte redonné le 19-7.
“La Républiquo, Cansoun. Er : C’est moi qui suis Garibaldi.
Bessaï mi couneïsses pas ben. / Es iou que siou la Républiquo. / Es iou qu’armado d’uno piquo / Aï fa d’un paoure un citoyen ; / S’ero pas iou, pople de Franço, / Vous menarien coumo de muoux ; / Serias rouiga par* la manjança* / Et loourarias coumo lei buoux. // Refrain : Foou plus vougué de rouyouta / Ni d’Henri-Cinq (1), ni de sa clique*, / Foou manteni la Républiquo / Que vous douno la liberta. // Sabes qu’avant quatre-vingt-noou / La paourilho èro qu’une* esclavo ; / Es iou qu’aï roumpu soun entravo / Et que l’aï viestido de noou. / Vous aï fa de prouprietaris, / Avès cadun un poou de ben ; / Portariaz* enca leis ensaris. / S’ero pas iou, qu’es qu’oouriaz ? Ren. // Iou sousteni la pooureta ; / Siou vouastro reïno et vouastro maïre, / Deves ague lou couar d’un fraïre, / Et deourias plus me secuta / Per fa de ben à la pourailho*. / N’ia fouasso que mi fan de maou, / Tratoun meïs enfants de canailho, / Et voudrien n’en fa seïs esclaou // Aï pas besoun per m’abilha, / Coum’un reï, de tant de parure* ; / Mi foou pas tant de fournituro, / Ni tant de viouré par* manja. / Sabez quan’un reï n’en foou fouasso, / Qu’es que per eou que recoulats* / Dins soun palaï ; eou fa la nouaçe / Dins lou tems que vous espihas. // Serias maï, s’avias Henry-cinq, / Coumo erian dins l’ancien régimé ; / Vous farien maï paga la dimé ; / Vous tratarien coumo de chins : / Vous farien tirassa l’araïre, / Farias ce que leï bestis fan, / Et se va vouliaz pas faire, / Vous oourien leou mes oou carcan.
Amable Richier”.
(1) le prétendant légitimiste.
[18] Le Progrès du Var. 19-7-71 : un dirigeant républicain visite Bargemon et son cercle “essentiellement démocratique des Pimparrins” (oiseaux, mésanges bleues). A une jeune femme qui se félicite de la victoire de la réaction aux municipales : “aven maï gagna”, on rappelle le droit de cuissage. Le 18-7-71 : une lettre française de La Valette, terminée par “Ai pas poou”, et signée “Diraï tout” reproche au maréchal-ferrant Sénès d’accueillir les conservateurs, et dénonce les pressions municipales par rapport au vote et à la fête de Ste Anne. Le 31-7-71, Sénès répond en français et termine ainsi : “Pour aujourd’hui, je m’arrête sur celui-là. A plus tard l’histoire dé Moussu Mando la péiro, escoundé lou bras, et dé Moussu lou défensour deïs arrousants dé la Valetto”. 13-8-71 : un militant du Beausset, J.Paille, gérant d’un café, écrit :“L’on entend dire souvent : -Jens dé villagi, troumpetto dé bouas ; j’entends aujourd’hui répéter autour de moi : Cansoun dé villagi, troumpetto dé canno” à propos du nouveau conseil municipal réactionnaire.
[19] L’Ordre Républicain, 2-7-71. “Tribune pour tous. A moussu lou dirétour doou journaou l’Ordre Républicain.
La Gardo-prochè-Touroun.
Moussou*.
Vous, què duvès un paou tout saché et un paou tout counouissé mêmé nouastré pays dé granouillo (1), diga mi en paou, se la listo què nous mandoun per un pintré, moussu Michè et un munuisier, què fa de caisso dè mouarts, moussu Mussou ès pas uno listo dè blancs. Cresès pas què vouagui fairè un calembourg, en diant uno listo de blans ; ès vérai què moussu Blanc èro un bonapartisto (2) ; vouriè souto l’empiri en paou dè rougè à sa boutounièro ; ès què aro voudriè porta lou paris (1) per avè lou ruban de san Louis ? Qù saou ?
Mai, quand mi foutoun sù d’uno listo dè gens coumo moussu lou vicomtè de Drée (3) (què lou dien paysan, sabi pas perchè) mi diou "et mount’anan ?" Et quand certainis moussus de la Gardo què an un dè davant soun noum mi disount què foou vouta per lou Bruat, lou Lambert et la sequello dèis aoutros, mi diou, iou, (què ma frumo dis què aï dè bouan sens) "daisè ! mount’anan ?" ès què voudrient remounta lou casteou de la Gardo et faire ravéni messiès lèis barouns ? ero dè bravès gens, dis lou capelan ; mai la encaro un endrè, appelà lèi fourcos : mounte pendien leis vilens què tiravoun su lèis pigeouns d’oou signour ; et vous pouadi empega què eimi miès encaro paga un permé dè casso et même l’amando en temps prohibi, què d’estrè pendu èis fourcos.
M’en arrivo uno bello, moussu lou direttour ; bessaï comprénés pas lou patois ; aquello que n’en serié d’uno, vaou alors assaja dé parla francés ; lou parli pas ben, parqué les royalistos an gairé soungea dé lou m’apprendré en diant qué leis savens qu’érount paouré èro tout dè pantaillares, et supendant aï counoussu d’esperts qu’érount pas couyouns et qu’érount pas dè paysans lettras ; iou, siou pas fouar, maï mi semblo qué nous garçoun tout dé blancs su la listo et n’en vouren plus.
Non ! nous en voulons plus ; non ! nous en voulons plus de ces mousseiros qui nous disent qu’il faut démonter moussu Thiers qu’il veut la République ; la République, la vourens, sageo, hounesto, qué venden nouastré vin, nouastré bla, nouastré ori (1), qué paguen nouastré impôt oou perceptour et pa eï capelans.
Je vous salue que je désire que la présente vous trouve de même.
Flayoou lou siblaïré”.
(1) “r” pour “l”, palis, oli (dais, huile).
(1) - La Garde est alors entourée de terres très humides et inondables. (2) - Blanc, adjint sous l’Empire, maire sous la République. (3) - candidat royaliste.
[20] L’Ordre républicain, 14-7-71
“A Mussou, què fa de caissos de mouarts. La Gardo, prochè Touroun.
Pecaire ! siès pas fouar, paoure mussou, moun beou, / Et pas gès dé Garden levaran lou capeou / En entenden legi tei rimo senso fin : / Faï de caïsso de mouarts ; maï ti creses pas fin. / Mémé appuya que siès de touto ta sequello. / Per mounta lou Pegaso : Oh ! ta rimo es pas bello. / Toun vers poou plus feni : n’as dé dés-noou pés : / Ta muso coum’un aï soou qué faïre de pès. / T’a fougu tant de ten per aquello petado ? / As ti suza, moun beou, per coura ta bugado ? / A quant li vous sias mès per faïr’aquelli vers ? / A quant avès mangea dins leis pras touti vers / Avant de vous gounfla la véno pouético ? / Es ansin qu’oou mourraou trouvas la poulitiquo ? / Ven faou moun coumplimen : mounté doun as quéta / La rimo que jamaï fougué de toun éta ? / Parlès, moun paouré vieï, jus coume uno complainto. / Et ren m’a fa, moun beou, riré coumo ta plainto. / Moun paouré munuisier, bayo ben teï bourgeois. / Et crési vo-ti ben, siès un hommè dè bois. / Tïs ajudos bessaï sount d’aquello bramado, / Pu’oou darnier capelan fè la bello chamado. / Què sièguès ver ou blu, iou, m’en fouti pas maou, / Canto tant què voudras : mai siès un marri gaou.
Flayoou lou siblairé”.
[21] Leis adiou doou Versificatour, Per Louis Grimaoud. Hyères, Souchon (1871). 1000 ex.
“Lou versificatour vèn pèr nous averti / Que leis blasphematour lou forçoun de parti ; / Si vis caloumnia de toutei lei manièro : / Foou que vague creba sus de terro estrangièro. / Avès d’aqueleis gèn qu’emé soun air badin / Fan de discours mordèn, vous li plaçoun dedin ; / Marchoun din seis escrit massas d’intelligenço, / Mandoun à tout plesi que de mot d’insoulenço. / Avant que de parti, chacun deou bèn pensa / Que farai moun recit senso leis oouffensa : / Sieou, senso mi venta d’uno hounesto famio, / Que sabens empluga respect et moudestio ; / Lorsqu’un malavisa parlo groussieramen, / Duvèn lou releva de soun esgaramen. / Un bouan coumpousitour, que degun poou surprèndre, / Eis caloumniatour trovo toujour per rèndre. / Leis versificatour que sount doou Pouan-de-Las (1), / Per leis pouri discours jamai si trovoun las. / Per bonheur sian guida doou Diou de la lumiero, / Dis que nous counduira jusqu’à l’houro darnièro. / Apprehendarèn pas que siegoun redatour, / Nous an brutalisa, li duven soun retour. / Après li respoundrèn que per un journalisto / Jamai deis grand savèn sera dessu la listo. / Avant de si plaça redatour de journaou, / Que vague si chargea d’alluma de fanaou, / Duvèn s’emmagina qu’en portèn la lumièro, / Dèn paou mies resouna l’apprendrièn la manièro ; / Se n’en acquittarièn d’uno milloi façoun, / Jamai plus mandarièn de mot tant pouliçoun. / Faguèroun circula, per soun manquo d’usage, / Leis gèns doou Pouan-de-Las ero tout de soouvage ; / Fasian ges de progrès lorsqu’anavian vouta, / Que li fasian l’effet d’un pople revolta, / Voutavian per de gèn que leis couneissian gaïre, / Leis siou que soun presèn va metèn tout de caïre. / En’aqueleis placard que feroun afficha, / Cu serier lou gaspard qu’ouries dugu marcha ? / Disier que Badinguet l’avier fa sa fortuno, / Que va publicarier dins touteis leis coumuno. / De tant bouan citoyèn, poudie ges n’en trouva, / Per aqueou vrai mouyen vourier lou counserva. / N’aoutre li respoundèn : quan assistan eis voto, / Cercant rèn que de gèn muni de bouaneis noto, / De dignes citoyèn d’hounour, de fermeta, / Que l’or ni mai l’argèn, dugun poou leis tenta. / Lou citoyen Dooumas (2) poussèdo proun d’usage, / Digne de li douna lou gloriou suffrage ; / Poudèn touteis compta sus sa reputatien, / Jusqu’oou bout remplira sa brillanto missien. / Quoique siegue neissu din la classo ouvrièro, / Jamai din sei debu lou veiran en arrièro : / Parlo per soun pays’mé tant d’acharnamen / Que chacun nes ravir de soun devouament ; / Un digne deputa, que din soun entrepriso, / L’entendès debuta rèn qu’emé la franchiso, / Souvèn interrompu per de fiers ennemi, / L’a toujours respoundu d’un courage affermi. / Leis Francès n’an manda per un cas légitime ; / V’aoutrès leis ploungeas din lou found deis abime. / Din vouasteis pronostic, voures un potentat, / Per que vengue tenir leis reno de l’etat. / Aven nouaste mandat que per la Republiquo, / La duvens asséta coumo din l’Ameriquo. / Vouaste grand desaccord fa ges de reflexien / Que tranas lou malheur de touto la natien. / Doou citoyen Dooumas n’avèn la couneissenço / Qu’a rempli soun mandat ’mé touto la prudenço ; / Lorsque leis electien vendran se presenta / Toujour lou noumaren per nouastre deputa ; / Counouissèn dignamen que nous es favourable, / Touteis s’accordarèn per lou rendre durable : / Si levan bouan matin, emé nouaste renoum, / Metèn lou bulletin que portara soun noum. / Leis habitant de Cuers li rendran la parièro : / Per ben sache vouta soun jamai en arrièro. / Din lou departamen, à l’unanimita, / Respectuousamen vendran s’en aquitta ; / Voutaran per Dooumas d’uno ardour héroïquo, / Leis entendrèn canta : vivo la Républiquo ! / Quand s’agis de vouta, trouvan ren de tant beou ; / Leis gèn doou Pouan-de-Las soun toujour leis flambeou (3). / Tant qu’oourèn Moussu Allègre per respectable mairo, / Si pourèn despluga d’une amitié sincèro. / L’ooutour duou s’espera qu’oou premier changeamen, / Cayenno devendra soun darniers lougeamen”.
(1) Grimaud est du Pont-du-Las. Il y est né est y habite. (2) Daumas, député radical. (3) Le Pont-du-Las vote à gauche depuis le Second Empire.
[22] Dans La République Radicale, Dupont publie sa “Causerie provençale” en nov.déc.1871, sous la signature de “Micoulaou (de la Tapenièro), filhoou de Cascailhoun”. Micoulaou, une fois encore, s’adresse aux paysans, il redonne un article de 1850, puis traite de l’actualité. Le 6-12-71, Dupont, désormais Cascayoun, donne un violent article après l’exécution de Crémieux, et brave l’autorité militaire. “Nouastro Damo de la Gardi. Soouras qu’aquelo damo a changea de noum. Li dien plus que Nouastro-Damo de la Boumbardello. Es de sei peds que soun partidos leis boumbos qu’an tant espaventa la poupulacien. Dien qu’un escooufestrè pariè s’ero jamai vis dedins Marsilho (1)”.
(1) l’armée avait bombardé depuis N.D.de la Garde Marseille tenue par les Communards.
Dupont dénonce peu après les écoles congrégationnistes. Le 22-12-71 le journal est interdit par “le général Espivent, le vainqueur de Notre Dame” (L’Avenir du Var, 24-12-71). On comparera le ton bonhomme et populaire des textes provençaux de Dupont à son style français : ainsi, la profession de foi de “Dupont, comptable, ex-directeur des prisons départementales, Comité central républicain, 4e canton”. “Faire aimer la République par la répudiation des moyens violents et par le respect absolu de la loi ; améliorer le sort des classes laborieuses ; leur donner le bien être moral par l’instruction et l’éducation ; supprimer tous les impôts : les remplacer par un impôt unique ayant pour base le revenu ou le capital productif ; ramener l’ordre et l’économie dans les finances ; rendre le service militaire aussi court que possible, mais obligatoire pour tous les citoyens en état de porter les armes ; inspirer l’horreur de la guerre de conquête ; enfin mettre de plus en plus en pratique l’immortelle devise de nos pères : Liberté, Egalité, Fraternité. Telles sont les bases du programme dont il s’engage à poursuivre la réalisation” (La République Radicale, n°1, 8-10-71).
La République Radicale, 22-10-71.
“La Coumuno. Souto lou treihard doou Péro Bourthoumiou.
Chicouroun - Pèro Bourthoumiou, vous aï esquicha leis cinq sardinos, aï fa la reveranço a vouastro mouilhet, aï tasta vouastré vin claret. Aro, mi fariè gaou de saouprè coumo fez per aver, maogra vouastreis nonanto ans, un er pu fres et pu gaï que lou couraou d’uno pastèquo.
Bourthoumiou - Ren de pu simplè. Mi dooudino, moun fiou.
Chicouroun - Vous dooudinas, va devini proun. Maï de que manièro vous dooudinas ?
Bourthoumiou - De que maniero ? Escouto. Dret que l’aoubo pounchegeo, mi reveilhi, faou uno babeto à Eysabèou ...
Misé Bourthoumiou - Oh ! lou charaïre !
Bourthoumiou - Mi lèvi, m’estirailhi, mi vesti, douarbi la fenestro, amiri leis obros de Diou, escouti canta la cariandro, descendi à la cousino, déjeuni. Puis vaou faïré moun obro dins lou ben ; maï cherin, cherin, senso mi faïré de bilo et senso que dugun mi pouasquè dirè : obro facho, ti fas pas poou. A miech-jour dini ben, a quatr’houros gousti, à soupar mangi coumo un fifi. Crèsi pas que m’agoun rescountra maï de tres cooups fouaro de la Bastido passa l’houro coucarello. Crèsi pas ni maï que m’agoun vis prisar, fumar vo chiquar. Lou tabac couasto, fa senti maou, es un pouisoun (1). Leis cartos ? mi fan poou. Leis aï manegeados dins un temps que per juguar oou mariagi eme madameisello Eysabèou...
Misé Bourthoumiou - Ti vouas teisar, marido lenguo !
Bourthoumiou - Jamaï de ma vido aï cargua la cigalo. Qu s’empeguo un cooup, s’empeguo dous. Sièguè per l’hounestiso coumo per la santa un ibrougno es un gros maraou. Faou tout ce que pouadi per estrè en pax eme ma counscienço. Siou piètous per leis paoureis gens. Plagni lei couquins. Et per tout li diré : doou tèms que parpailhounegeavi, mi siou souvent countentar de fairé leis gatigous à Margoutoun ...
Misè Barthoumiou - Que saco de messongeos !
Chichouroun - Caspi ! mai sabez que n’a gairè que fagoun coumo vous, pèro Bourthoumiou ?
Bourthoumiou - Tamben n’a gaire que si tengoun tant de temps eis brancos, Chichouroun.
Chichouroun - Aco es parla coumo un libre. Mai es pas lou tout. Coumo fez ooussi per aver mai de blad, mai de rasin, mai d’oourivos et de plus belleis ooubrados de frueits que vouastreis vesins ?
Bourthoumiou - Faou coumo lou Coumita Cetraou républiquen, Chichouroun : escarti leis suçaires. Dins aquelo unien, ni négrès, ni blans, ni blus, ren que de républiquens ! Dins ma vigno, ni oouriviers, ni blad, ni figuièros : ren que de soucos ! n’es de memè de moun restoublè, de memè de moun plan d’oouriviers (2). Em’aquèou sistèmè, tout es pu portatiou, tout es pu bèou ; et siou tant countent de mei recortos que dounariou pas moun ben per toutis leis minos doou Perou.
Chichouroun - Sias en touto caouvo un hommè de judici, pèro Bourthoumiou, et si poou dirè que dugun soou coumo vous destaragnignar leis fenestrouns. A l’aveni, yiou tamben, mi dooudinarai ! A l’aveni, ren que des vignos dins ma garriguo ! ren que de belleis rapugos ! se meis rasins pissavoun gairè, aro si que pissaran !
Bourthoumiou - Aro, Chichouroun, es temps que charren en paou deis eleciens que van aver luech. Diguo m’in paou : que comtoun faire leis republiquens de nouastro coumuno ? si leissaran-ti mai embabouinar per moussur Briguetianibus ?
Chichouroun - Ah ! crèsi pas. Eou et seis amis leis rouyalistos nous an proun fa tenir la quouat de la sartan. Despuis lou Publicisto, surtout, n’aven toutis leis brayeis plenos. Afin de mai estrè mèro et per aver la crous, fara la tamboureleto se foou per intra dins lou counseou ; mai li fouti moun bilhet que sara pas leis republiquens que li faran l’esquineto.
Misè Bourthoumiou, tout en fiaran - Jeanno, quand voudras faire des magnans, fai leis soureto.
Bourthoumiou - Aco es ben à prepaou, ma frumo. En effet, que vourez esperar deis amis deis reis et deis amperours ? que n’aven tira despuis qu’an escamouta la revoulucien ? Ren de seriou. Fan, refan, desfan, et sa peiro toumbo toujours oou clapier. Oh ! per nous proumetrè mai de thouns que de sardinos, per nous fairè : moussur sias tout brut, quand an besoun de nouastreis votos, à n’ellis lou cacaraca ! Maï couro s’agis de nouastreis interets sount toutis d’Oouruou ... s’en foutoun. Basto que li venguè des cherpos, des crous, des pensiens et des bouaneis plaços, que li fach que siègue Napoleon, lou rei Barthazard vo lou rei Mourou que nous espaoussè lou casaquin ?
Misè Bourthoumiou - Es pas la memo caouvo per eleis, Joouseloun. Foou estrè justè : souto Felipo et souto Charles X pagavoun fouasso men de countribuciens.
Bourthoumiou - Eh ! que li sount leis impôts en d’aqueleis messiès ... quaouqueis garris de mai dins seis graniers. Ensin es ben entendu : pus de pacho eme moussur Breguetiantibus, ni eme leis blancs, ni eme leis blus. Coumo leis marseilhès, mettren que des demoucratos sus nouasto listo. Escoubo novo fa bel houstaou.
Chichouroun - Et quand oouren la coumuno, veiren en paou se l’a pas moyen, coumo dien aquleis farçurs, d’aboulir leis drets que pesoun sus lou pan, sus lou vin, sus la viando, sus l’hori, sus toutis leis caouvos, anfin, que sount necessaris à la vido deis paoureïs gens. Que n’en pensas, pèro Bourthoumiou ?
Bourthoumiou - Pensi que lou moyen si trouvara. Souramen quand vourez des carotos foou pas samenar d’espinards.
Chichouroun - Pardié !
Misè Bourthoumiou - Es leis mesteiroous et leis peysans que seran countents !
Bourthoumiou - Ah ! segur, coumo n’en seriè-ti aoutramen ? An carcula qu’à Marseilho un meinagè de quatrè persounos paguo 82 francs 2 soous per an senso countar une trenteno de francs de moubilièro. En levan aco dei milo frans anviroun que l’ouvrier gagno per an, li resto 886 frans dèzo-yuech soous. Coum poou-ti em’aquello soumo nourrir et viestir sa familho, quand li foou déjà 250 à 300 frans per lou lougeamen ?
Chichouroun - Es-ti poussible !
Misè Bourthoumiou - Jesus-Maria ! Va diès ben de bouan, Joouseloun ?
Bourthoumiou - Es coumo va vous diou. Jugeas per aco souret, coumo es necessari per naoutreis, d’aver leis counseous municipaous. Tout l’avenir doou poplè es aqui. Lou pouder coumunaou es la foundamento de l’ourganisatien poulitiquo. Quand seren leis mestrès de la coumuno, oouren lou gouvernament maï per n’arriba’ qui si foou plus fisar eis belleis paraoulos deïs Briguetianibus (3) ni piquar deis mans quand de temps en temps nous largoun quaouqueis anchoyos. Voou miès en paou de rousti que tant de saoussun.
Chichouroun - Pensi entièrement coumo vous ; et d’aquestou pas vaou engagear meis amis à faïre uno listo de candidats republiquens et à li bouta en testo lou citouyen Joouseloun Bourthoumiou.
Bourthoumiou - Yiou ? moun bravé Chichouroun, et meïs nonanto ans doui mes et seize jours, li soungès pas !
Chichouroun, en s’en anan - Aco li fa pas ren, Pèro Bourthoumiou. Leis vieilhs drapéoux fan hounour eis regiments.
Micoulaou (de la Tapenièro) Filhoou de Cascailhoun”.
(1) - De sa jeunesse à ses ultimes écrits, Dupont saisira toujours l’occasion de placer une condamnation du tabac. (2) - “r” pour “l” : oliviers. (3) jeu sur “Bréguétian”, le charlatan.
[23] L’Avenir du Var, 13-12-71.
“Bastido dei Limaço, 6 décembre 1871.
Moussu lou Redactour,
Siou pas d’aquelei que li van per quatre camin ; atout, permettè-mi de vous dire senso mi gratta, qu’avès agu une idéo flamo de faire un journaou que defendesse la Repeblico. Aco nous mancavo apéreici. Ero pas peca, digas en paou, que dins uno villo coumo Draguignan, ounte quasimen tout lou mounde es repebliquen, dins un arroundissamen que lei très quarts viroun mai d’aqueou biai, l’i aguesse pas d’aoutre journaou que lou Var et l’Unien doou Var ? N’en parlen un paou, aro que li sian, d’aquelei doui coupaire.
Lou Var n’a fach et n’a escrit de bello souto l’Ampiro. Aurai toujou souvenenci qu’en 1863, tirassavo din la fango Milo Ollivier, que lei democrato pourtavoun alors per députa. Gaire de tems après, quouro lou ven bouffé d’un aoutre caire et que l’ancien coumissari de la repeblico de quaranto-vué si fougué dévira la vesto per que li metessoun des galoun, lou Var lou mounté ei niouro. Moussu Milo eici ! Moussu Milo eila ! Parlavo justamen d’eou coumo parlavo aoutrefes de Moussu d’Atrainvillo, savès, aqueou long pampian. Lou sant avié chanja, mai leis litanié eroun toujou lei meme. - Tout aco es pa pouri, digas, moussu ?
L’Unien doou Var a p’agu la vido tant duro. N’en vouari ges dire de maou, aro qu’a passa l’armo à gaoucho. Avié bello faire floutta soun drapeou blanc, degun la vougudo segre. Que vourès ! à l’ouro d’encui aqueou drapeou es plus qu’un tourchoun (lou blanc si salisse vite) et puis fa troou souveni doou tèms ounté naoutré lei paouré, d’après ce que tenen de nouestrei devancié, poudian pas si si croumpa un mousseloun de ben senso la permissien doou seignour. Avian pas de bas alors, et souvent pas de souriè ; manjavian pa toujou à nouestre sadou, et pourtavian, pecaire ! de camié que nous gratusavoun la peou coumo s’aguessian la rougno - A prepaou, mi siou leissa dire que lou redactour de l’Unien doou Var èro à Marsillo et que fasiè lou breguetian din la carriero Santo. Parei qu’a su l’estouma la decouracien doou papo eme fourço aoutro, et que vende un remedi que li dien l’enguèn de Chambord. Mai lei pratico lou suffocoun pas !
Vouestre journaou (es pas senso intencien, mi pensi) a sourti de sa grueyo lou dous decembre ... Sabès que l’i a vingt ans d’eiço fasiè pas bouan din nouestreis endré ! Mi souveni qu’un de matin lei gendarme vengueroun n’en garbeya quienye de nouastro coumuno. Avien pas mai fa que vous et yeou ; souramen quaouquei fes, quouro si mettien en riboto, si plasien à canta la Marsilleso. Vous va cresés ou noun, lei meneroun estaca coumo de voulur de grand camin, coumo si fouguessoun de la bando de Veyan. Fayiè creba lou couar de va veire. Din la chambro ounte lei meteroun, l’i avié de Callassen, d’Ampusian, de Bargimounen ... eroun ben uno quaranteno entre toutei. Fouriè que fessoun tout aqui (en respetant la coumpaniè) ; empouyounavo de l’ooudour. Atout, eroun fourça de teni de countuni l’estro durbido et de prendre la sizampo ; figura vou un paou, au mès de janviè !
Quaouqueis uns d’aqueleis qu’avien ensino garça len, soun esta conseyier municipaou après lou quatre setembre. Lei vayien passa toutei lei jou lei capoun que leis avien denounça et vous poudès asségura qu’èroun què : l’i aurias tapa ...
Eh ben ! l’i an yamai (1) ren fa, jamai ren dit de sot, l’i an pas memé fa guigno doou pichoun det. Senso que se va digoun, aco, vouei, n’en soun de brave yens (1) ! Atout, au mes d’abriou sount esta nouma counseyiè doou bouan, et sabès ce que an fa ? an mes leis escolo gratuito. Aqui dessus, va vesès, an pas escouta lei counseou de moussu Rinaou, aqueou qu’escriou à prefa dins lou journaou doou Var et qu’és toujou doou caire deis moussus et dei gros babo. Jappo eme lei gros can et a pas crento de mouerdre lei pichoun. Mai a bello à dire, l’instrucien es uno bouano caouvo. Es nèci* coumo lou pan doou bouan Diou. N’en demandan qu’uno brigo, qus que pourriè nous la refusa ? Cadun poou pas estre riche, va saben, mai lou paoure que saup ni A ni B es qu’un aï caussa et vesti. Foou pas s’estouna si reguigno mai que d’un coou. La Repeblico a ren de mies à faire que de durbi la çarvèlo eis ignouren (2).
Puis que n’en sian à la Repeblico, es-ti verai, cadenoun ! que cercoun mai à l’escamouta ? S’aco si fa, amenara ren de bouan. Moussu Thiers, que ten l’esteve en aquestou moument et que dien qu’a tant bouano cabesso, deourrié pas va souffri. La mounarchiè adu toujou de revoulucien et de guerro. Si douei rei venoun à si prendre de bric en broc, si lou nas de l’un desplasé à l’aoutré, foou que s’anen estripa per elei. Et puei la monarchiè es jamai que lou gouvernamen doou pichoun noumbre, dei noble vou dei bourjoua, à luego que la Repeblico es lou gouvernamen de tout lou mounde. Aquo es plu clar que lou catechierme. Vaqui ce que si dian lou dimenge oou sero, à la chambrado, quouro aven chima un veire de vin.
Soustenès la Repeblico. Moussu l’escrivan, naoutre vous mantendren. Lachés pas, pétar de sor ! Sabès lou prouverbi : qu fedo si fa lou loup la manjo.
Aro, cuillen leis ourivo ; quouro aurai mai de lesè et que mi serai leva lou frei dei det, griffounarai buleou enca en paou eme vouastro permissien.
Adiou, Moussu lou Redactour, longo mai per vous et per la Repéblico.
Mestre Blaiso”.
(1) prononciation fréquente du “j” : jamais, gens. (2) la revendication radicale de l’instruction publique, (en français).
[24] Le Var, 17-12-71 - “San Cabedeou, lou beou jour de Santo Luci, 13 décembre 1871.
Moussu Cascaveou,
Ai legi cauqueis fés dins lou journaou que li dien lou Var de vers en prouvençaou que la barbo li tubo. M’an dich quero vous que leis avias fach, eh ! ben, la bouano salud ! vivo aqueou que vous a coupa lou fielet, a pas voula seis cinq soous ! parei qu’aquelleis que vous sias amusa à passar aou vinaigre, an agu proun de la sooumuro ; duvoun s’estre miès counserva que vouastre bouilhabaïsso (1). Qu’ensacado, Moussu lou Mèro !!! Mai laissen estar acot et voou prendre aren per vous desgrunar moun chapelet ; veici touto l’estiquanço.
Siam dins lou peïs uno miejo-dougeno d’amis que s’accampam touteis leis diminches vers lou sero à la chambretto per parlar de nouastreis affaires, doou vin, doou blad, deis ooulivos, deis fayoous, deis poumos de terro, et autreis caousos que nous interessoun, mai jamai de poulitico que nous enféto, e vaquito que touteis leis diminches, vers lou sero, vesem arribar un grand pelican, pas maou rafala, un pauc espia, eme uno barbo de menoun ; li dien moussu Rei fouar, ancien negouciant (cresi que fasie lou coumerço deis peous d’anguiero) mai charro ben en francès, et nous debito de sermouns, ounte es pas maï empacha que moussu lou cura, sus lei dreits doou mascle em’aquelleis de la femello, doou saffranage universel (1), de l’instructien de l’escritouaro, e de cent couyounados que li coumprenem pas un viedaze. Dis qu’es manda per faire l’inducation politique dei Ruraux ! Leis Ruraux ! mai que besti es acot ? naoutrei, pecaire ! badam coumo de limbers ; semblam d’ais dins un roumias. Tamben venem vous pregar, vous qu’avez un pauc mai de litturo, dé nous faire coumprendre s’es poussible, en bouan prouvençaou ben grana ce que tout aco voou dire. Assajam proun de legi leis journaous que nous mandoun, mai soun escrichs en francès, et avem bello mettre de lunettos, siam pas mai dins lou cas de destriar ce que l’an bouta dedins. Tout aro foou mai que voutem, à ce que se dis, et sabem pas soucamen de que viro. Per l’amour de Diou, venez à nouastre secours et fès que si delivrem de moussu Reifouar.
En attenden vouasto responso, brave Moussu Cascaveou, tenez-vous à l’abri doou maran et d’autreis marideis bestis que couroun per l’er.
Jean Rabasso”.
(1) Jeu bien sûr sur Suffrage universel : on comprend que l’expression ait plu, quand on connait le sens de "safraner” (rouler, dûper” en français populaire local.
(1) vers contre Le Progrès du Var.
[25] Le Var, 21-12-71. Cascavéou répond à Rabasso : il est poète, et ne fait pas de politique. “Qu de ren s’embuio, de ren si desbuio !”. Mais il le met en contact avec Franc, qui lui disait il y a peu, en regardant les jeunes arbres que la mairie avait plantés et qui ont séché : “Se la municipalitat avie lou biai, farie ben de li plantar de coumunards, aquelleis ooumen arrapoun pertout !”.
[26] Cf. Marius Bourrelly, Fables de La Fontaine en vers provençaux, Marseille, Gueidon, 1872.
Les deux hommes restent cependant liés : cf. Peise, lettre à M.Bourrelly, ms, 8° pcs 1086-1103, B.M.Aix.
“Draguignan, 9 d’abriou 1872
Moun bouan Marius
Mando-mi leou vouastre beou voulume que badi ! Veicito 14 timbres deis blus. Enfes attentien que compti sus l’autre quand banejara.
Digas-mi ! Es que vous farie pas plesi que parlessi un pauc de vous et de vouastre libre dins nouastre journau, lou Var, et que de tems en tems li metessi uno fablo ?
Feraud (1) m’a escrich que lei Talounados de Barjomau eroun touteis avalados. Ai envejo de n’en faire uno edicien coumo la vouastro, mai en plaço de 52 pajos, n’en aura 101. Que n’en penses ?
Sabi pas se vous aviou manda lou Chilet. S’ai fa aquello couyounado, tant pis n’aurez dous.
Bouano chanço, moun cher Marius, et longo-mai fagues tirar.
Peise”.
(1) - Editeur de Peise et des troubaires marseillais.
[27] Armana Prouvençau pour 1872 : “Menciounaren peréu dos martegalado, "Lou Chilet" e "l’Istòri d’un merle e d’uno merlato" (Draguignan, libr.Latil, 1871), dóu galejaire F.Peise, que mantèn em’esprit la boufounado marsiheso”.
[28] L’Avenir du Var, 22-12-71. “Fariboles.
“Le journal le VAR (compositeur, soulignez le Var, les grands noms ont droit aux grandes lettres) a publié la "poésie" suivante : "Un jour que charraviam eme l’ami Jirome / Mi disie coumo acot : - Leis redactours, moun home, / Nous prenoun quasimen touteis per de gournaus. / Ai bello cade jour legi trento journaus / Lou Pichoun Marsihés, lou Var, la Santinello, / La Fueilho de Brignolo et mai lou Toulounen, / Que li trovi dedins ? Pati pata pas ren. / L’y a ren dins leis journaus ? li diou, gros pantailhaire ! / Siou plus hurous que tu ! pamen cerqui pas gaire. / L’autre jour ai trouva dins lou Progrès dau Var, / Un mouceou de ventresquo eme dous soous de lard ! - Cascaveou".
Un de nos abonnés nous prie d’insérer la réponse que voici : A Moussu Cascavéou.
Qués aquéou Moussu Cascavéou, / Qué din certain journaou rimaillo, / Qué doou Prougrès a fach cimèou, / Qué de tout cousta lou tiraillo ? / Coumo sen siervé en amatour ! / N’en plègo lou lar, la ventresquo, / Et pueï arrangeo à seï lectour / Uno grosso indigesto lesquo. / “Sias jaloux doou Prougrès dou Var / Rassura-vous bravé coumpaïré / Car sé d’aquéou plégas lou lar / De l’aoutré sen touarcan P...caïré. / Un ami doou Prougrès, Signé Sounaillo”
[29] L’Avenir du Var, 24-12-1871, “Fariboles - Oou bas poplé d’oou villagi (1). Air du dieu des bonnes gens”.
Avanço ti, bas poplé d’oou villagi, / Sériousamen vouoli ti résouna ; / Despueï lou tem qué siès din l’esclavagi, / Jamaï dégun t’a pouscu liçouna. / Per t’exploita, din la puro ignourenço / Ti fan agi, en ti dian ; gardo chu ; / Tou cé qu’encueï vaou diré en ta présenço, / Vieï coumo siès, vas pancaro sachu ! // Aquéou qu’a fa la terro émé leïs astré, / Per nous basti, cerqué pas dous limoun, / Despueï lou reï, jusqu’oou dernié deïs pastré, / Tout es créa dé la mémo façoun. / Sa bello leï, dis pas qué la poourilho, / Es uno classo esclavo deïs moussu ; / Siès lou jugué de l’aristocratio, / Vieï coumo siès, vas pancaro sachu. // Sérié lou tem, ô bas poplé, vanello, / Dé réfléchir sur ta situacien ; / Fan contro tu dé cavo criminello, / Et l’as panca fa la mendro attencien. / En travaillan, l’ooupulen ti tracasso, / En ti moustran seïs dès long et crouchu ; / Foou déïs despoto enséveli la raço, / Vieï coumo siès, vas pancaro sachu ! // Dé toun bouon dréch faï ti faïré justici, / Mando oou démoun, lou reï et lou palaï, / Suppouertes plus tout aquello injustici, / La proun dé tem qué tirassès lou faï. / Prèn moun counsèou, coumprend din ta cabano / Qué siès légaou dé l’omé plen d’escu, / Ta liberta dessus ta testo plano, / Vieï coumo siès, vas pancaro sachu ! // Penden vingt ans vénès destré la rodo / Qu’a tirassa lou héro dé sèdan (2) ; / Sé changés pas toun ancieno método, / Séras ben léou dévoura deïs loups blan (3). / Presto l’oouriho à la voix qué s’appliquo / A rélargea toun cervélé pounchu ; / Ta délivranço es din la Républiquo, / Viei coumo siès, vas pancaro sachu ! // O poplé bas, voto la Républiquo / En rélévan toun vénérablé fron, / Servissés plus d’instrumen à la cliquo / Qué t’a troumpa, qué t’a fa tant d’affron ; / Pusqué lou tort en tout tem si réparo, / Douerbé leïs ueïs et gardès plus toun chu ; / La Républiquo a seïs enfan préparo, / Un avénir, qu’as pancaro sachu !
Cacho-Mécho (4)”.
(1) cette chanson figure dans les papiers de Choi doou Four, de Saint-Zacharie. L’a-t-il recopiée sur Richier, qu’il connaissait ? Est-elle de lui ? Les papiers de Choi contiennent plusieurs autres chansons évoquant le “bas-pople”. (2) - Napoléon III, qui a capitulé à Sedan. (3) les réactionnaires. Cf. la chanson du Loup blanc in R.Merle, Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise, op.cit. (4) Celui qui se tait, sournois.
[30] Le Toulonnais, 24-12-71. Ollioules. Des malfaiteurs essaient de forcer une maison de campagne. “L’un d’eux muni d’une pince tâchait de soulever le volet pour pouvoir y parvenir. "Troun de l’air qué fa frès (tron de l’air, comme il fait froid, disait-il à l’autre. Lou ferré es géla, senti plus mei dès (le fer est gelé, je ne sens plus mes doigts)". Au même moment, une voix partie de l’intérieur fit entendre ces courtes paroles : "Espéras, vaou vous passa qu’auquaren qué vous cooufara".
[31] Le Progrès du Var, 24-12-71. “Hyères. Bien qu’elle paraisse un peu sévère à l’égard des Républicains du Conseil et de leur excellent maire (1), nous la publions, et d’abord parce qu’elle est écrite en fort bons termes, et qu’elle ne s’écarte pas des règles d’une loyale discussion, ensuite parce qu’elle peut provoquer d’utiles et intéressantes réflexions.
Hyèro, lou vinto-cinq décembre setantun.
Moun bouan coupaïre
Mi demandès ce que fen à Hyèros, et se la Republiquo marcho ben ; que vouas que ti digui, sian toujou aou même b a ba. Cès vougu la fuzien per lou counsseou municipaou, et s’ès ren fach de ben ; lou mèro ès un bouan hommé, maï penso en paou troou à néou et pas proun eis aoutrès, proumetté maï de burri que de pan, et crézi que ten lou cuou en douas cadièros, voou meinaja la cabro émé lou coouré.
Maï que li faren, es coumaco, prenguèn patienço, Mariano émé lou ten arranjaran toutaquo*.
Ti diraï que leis comtés émé leis marquis doou counsseou mettoun de bastouns dins leis rodos, en tout ce que si voou faïre, n’avien proumé la revisien doou tarif de l’ooutroi, n’avien proumé d’escouba leis mouchards d’empluga de Badinguet, et n’en manquo pas, (sabi pas couro) crési qu’esperoun que n’en quarijoun mai, et leis counssiyés républicains si leissoun faïré, dien ren, sembloun mouart.
Anen, anen, moussu lou méro émé leis counssiyés, n’en foou fini, pas tant de proumessos, en paou d’actés, lou jou de l’an approcho, fès veïre ce que sabes faïré.
Vouas saoupre coumo l’ooutroi n’arrenjo, t’en voou douna uno visto. Sé moussu lou baroun a bésoun d’un faoutuei vo d’un canapé en bouas estrangié, sé voou manja de truffos à déjuna, l’ooutroi li dich ren, leisso passa. Maï sé un malhérous passo émé de planchos de bouas de pin per faïre un liech à seis enfants, l’ooutroi ès aqui, pago ou garo à la saisido. Leïs cavos de lusso pagoun pas, fan pagar que ce que fa besoun oou malérous et lou counsseou republicain émé la fusien leissoun faïré aco et ben d’aoutreis caouvos.
Parlen en paou deis emplugas, sortou d’aqueou de l’espitaou, que quand fa frech pren uno voituro, en arriban pren lou chicola, à miéjou se ploou dino ben, et jamai émé lei marri mousseous, lou souar retourno maï émé la voituro, et tout aco d’aqui qu va pago : ès leis bouans Hyèrens que li leisssoun plus. Maï ti diraï qu’aqueou empluga à dougé cent francs per ans, ès marguilier à la paroisso, fa partido deis Sant-Ubert.
Oouriou enca ben à ti diré, maï sera per uno aoutro fes. Téniti ben eis brancos, siéguès toujou bouan républicain, leis comtés émé lei barouns oouran bello n’en faïré bouï et rebouï, n’en faran jamaï chanja, séren toujou rougé. Toun ami, Patroun Lingousto”.
(1) le maire, Paul Long, républicain convaincu, répond, en français, le 28-12-71.
[32] Dans sa lettre à l’Académie du Var, Peise dit qu’il est Meste Franc, (Le Var, 30-1-73).
[33] L’Avenir du Var n°13, “Fariboles.
Souto la capo doou soureou / Si vis de caouvo sans pareillo : / Liege lou Var, veiras, moun beou / Uno nouvello mereveillo. / - Vouas que liegi aqueou torquo-man, / Mai puei mi creses ben coouvasso ? / - Liege lou, veiras meste Franc / Que serco tant ben lei rabasso ! / Meste Blaiso, Bastido deis Limaços, lou 5 doou mes de janvier”.
[34] Le Var, 4 janvier 1872, “Lettres provençales.
Meste Franc à Meste Jean Rabasso. La Clapo, lou beou jour de Sant Blai, 2 janvier 1872.
Moun paure Rabasso,
Que lou bouan Diou li mette seis santeis mans, et subretot que si despache. Siam mai eis electiens ! Despui cauque temps semblo que s’en levam l’envejo. Encui s’agis d’un deputa ; fau si creire qu’eiço es pas de marlusso eme d’herbo, à n’en jugea per lou mouvement que fouasso gens si dounoun.
Parei que lou peiroou ounte bouilhie la fe republicano avie l’er de si refregear, car sauras que lou citoyen Gambetta es vengu faire un tour à Draguignan per empurar lou gaveou.
Leis fraires et amis deis envirouns eroun esta counvouca et soun vengu countemplar la bello prestanço d’aqueou qu’ero parti en balloun per ourganisar la vitouaro et que a ouganisa ce que sabes. Avem agu lou plesi de veire leis mangeo-goubeous de Flayosc, leis mouffus de Trans, leis mangeo-jambouns de Lorgues, leis aurilhus de Callas, leis pisso-luen dau Muy, leis testo de moutouns de Claviers, leis darnagas d’Ampus, leis manjo-limaços de Callian, leis faux-témoins de Figanières, leis mangeo-limberts dau Puget, leis cambo de cassolo de Roquobruno, leis manjeo jaïssos de Montauroux, leis guinfaires* de Seillans et ben d’autreis encaro que soun vengu dounar la man eis mangeo can negres de Draguignan ; et touto aquesto farandoulo escortavo, senso n’en bouffar uno, lou gouvernour en chef de la défenso nationalo, que s’en anavo rede, serious coumo un chin que pisso dins lei cendres. Ges de cris, ges d’enthousiasme ! Succès de besti curiouso ! Semblavo tant si pauc l’entarrament de Caramantran senso lou refrain. - Arriba enco de Bertin, l’ancien ministre omnibus, en bouan patrioto que counoui soun pes et sa valour a vougu parlar qu’eis delegas, en ajustant qu’ero "inutile de parlar à la tourbe" !!! Voulie ben la peino de si roumpre leis cambos per li faire escorto. Et se vouas pas va creire, brave Rabasso, ti farai veni de temoins que n’an entendu tant ben que iou. - Que li farem en acot ! ren de tout ! Si saup que leis ambitiens, quand voualoun arribar, fan coumo leis pichouns chins, venoun prendre uno priso à la tabatièro dau vesin, mais quand si soun tira de davant, fan coumo leis gros chins, regardount de caire leis anciens amis et redes coumo Artaban, levoun la cambo contro leis murailles.
Parei qu’aquello manièro de faire que sento pas troou l’egalita, encaro men la fraternita es pas estado dau gous de touteis leis fraires : un peisan deis plus escoouffas et que pantailho de longo Marianno a pas pouscu si teni et dins un moument de marrido humour m’a dit : "Mai es pas la Républiquo que voualoun, es un Gouvernament !". - Tu qu’as de sens, moun ami Rabasso, songeo un pauc ounte poudem anar eme uno educatien poulitiquo coumo aquello.
Moussu Gambetta es doun vengu per leis electiens ; pamen a pas vougu designa lou deputa que duvem noumar ; acot es l’affaire dau coungrès dau Luc (1) que a dins aquestou moumènt lou mau de l’enfant. Soucamen nous a dit que foulié noumar de gens "probes et surtout intelligents"... Eiçot reven à dire qu’aquelleis que soun à Paris remplissoun pas touteis leis counditiens que faut ... Que coou de ped ! Faguem un pau aqueou compte, escouto : l’an passa s’es tant capitula que aro nous es ben permes de recapitular : sus cinq deputas que soun aperamount, n’en a un que coumo capacita, es un bouan home, en sa qualita de Toulounen fara, n’en siou segur, tout ce que pourra per soun peïs. Un autre a fach seis classos, et s’en vanto, au coullege dau Mount Sant-Miqueou (2). Parei que dins aquel establissiment leis proufessours de rethoriquo soun pas fouarts, car l’élèvo a fa à la chambro un soulet discours ! et que discours ! l’avie de tout aqui dedins, de pebre, de sau, de vinaigre, de pumentoun, d’aigo fort eme cauqueis raiados de petrolo (3). Tant ben acot l’a vougut uno chamado de proumièro classo, et despui a plus bouffa et a ben fa. Mi troumpi, a vougu durbi lou bec encaro un coou, et es esta per dire qu’aprouvavo un autre discours que sortie de l’ordinaire. Et leis tres autres, que soun per n’autreis ? pas que d’estrangiès que counouissem ni d’Adam ni d’Evo, et un surtout qu’avem nouma parce que ero lou gendre de soun beou-père (4). Et vouas pas que nouastreis vesins nous prengoun per de darnagas ? Coumo ! lou despartament dau Var es pas dins lou cas de trouvar quauqueis hommes dau tarraire per lou representar ? Es à faire creire que siam touteis de martegaus, de beou-loli, de buto-rodos, de pinto coucoumbres ... es à faire veni leis rouïtos, es à vous douna la vergougno, es à renegar nouastre païs !
Es lou moument pamen per leis braveis gens de si boulegar, a men qu’esperem lou mot d’ordre dau congrès dau Luc. Es que aqui n’en manquo pas d’amatours que soun pas fiers et que trovoun que 25 francs per jour si rescountroun pas souto lou pas d’un chin. S’ero pas aquelleis 25 fr. que soun à la cimo dau mat de coucagno, n’en a fouasso que s’assagearien pas souccamen de l’escalar.
Adiou, moun paure ami Rabasso, esperes pas per faire toun chouas la decision dau Luc ; sabem d’avanço ce que nous vendra d’aqui, et per ma part préférariou noumar un païsan qu’aguesse lou bouan sens per eou et l’envejo, dins sa simplicita, de faire lou ben dau peïs pus leou qu’un santibelli de gip vo d’argiero.
Meste Franc”.
(1) - Les républicains désignaient leurs candidats dans un congrès départemental des cercles locaux. (2) - Daumas, portefaix, avait été condamné en 1850 et avait subi dix années de forteresse au Mont-Saint-Michel, et déclaré qu’elles avaient été ses universités. (3) - allusion aux incendies de la Commune, allumé par les “pétroleuses”. (4) Dréo, avocat parisien, gendre de Garnier-Pagès.
[35] Le Var , 6 janvier 1872. “Lettres provençales, Meste Franc à Meste Jean Rabasso.
La Clapo, lou 5 janvié 1872.
Es deman que leis bouilhouns si dounoun. Qu voudra de la députatien faut que la gagne à tiro peous. Garo leis foutraus ! Coumo sies pas à pourtado de saupre ce que si passo, t’escrivi leou leou dous mots per t’avisar de pas ti laissar prendre à la lequo. Es que lou quatre de chiffro es ben mounta et l’a déjà mai d’un cuou blanc que ses assipa au trebuquet.
Sauras dounc, moun homme, que lou Coungrès dau Luc (1) que s’es douna per missien de tout dire, de tout faire, de tout mena, a mai fa deis siounos dins uno famouso séanço ounte a mes en pratiquo la bello deviso : Liberta, égalita, fraternita, en ensacant un paoure diable de journalisto de Touloun que s’èro avantura dins aqueou gangui. Lou Coungrès nous a dounc, seloun soun habitudo, empega un candidat. Et de que dret aqueleis cauqueis citouyens si permettoun de veni impousar seis voulountas à tout un départament ? Qu l’a douna aqueou poudet ? Es que siam pas libre de choousi qu nous agrado ? Es que prendrien la masso deis électours per uno bando d’aïs que si leissoun tirassar per la causanno ? La causanno es gauvido ; faut que pete et petara.
Pamen, auriam tort de pas estre de l’avis dau Coungrès, et per ma part counfessi que leis hommes intelligents que n’en fan partido an ben mérita de la patrio. Li tiri ma révéranço ! Poudien pas mies chaousi et coumo mi disié moun vesin Baloufo, que parlo francès coumo un libre : Dans cette pêche, ils ont été heureux en choix. - Mai en li ben reflechissent, mi vent de marteous en testo, et mi fau aquestou resounament : Es à creire que lou mestie de députa es plus facile qu’aqueou de préfet, car s’èro plus empachatiou sabi pas coumo nouastre homme s’en tirarie. L’avem vis à l’obro et per dounar uno idéio dé soun mériti citaraï sa counduito energiquo à Cavalaire (2) lou jour que cauqueis estrailho-braso manderoun l’urno ei broundos, soun escapado de la Prefecturo eme la coua en troumpetto, et sa citatien que mande à soun remplaçant de coumpareisse davant lou counseou de Prefecturo revoulutiounnari dau Luc (3). Que cagado, moussu l’einé ! Faut s’imaginar qu’alors èro pas ben fa en aqueou mounde au mitan d’aquello assemblado que l’a infligea un blâmo sévere ! Un blâmo es ce qu’appellan, nous autreis peisans, uno perruquo à très marteous !
Mai m’avisi que per celebrar leis vertus dau nouveou candidat impousa et que nous arribo arma dau mandat imperatif, voben dau mandat contractuel (uno crinolino nouvello) m’escarti de moun camin. L’a proun temps que plegam leis espalos, que si leissam mangear dins la man. Messiés leis bouto-en-trin, dau moument que li reviraviam pas leis dents, cresien que leis aviam perdudos. Li fau faire veire que nous boulegoun soucamen pas. Fasien d’autant mai de brut que disiam ren. Soun arriva tout aro à nous esquichar lei galets. A la fin finalo es uno couyounado, l’abstentien que s’es prechado jusqu’aro, serie, dins aquestou moument, uno capounarie, fouaro aquello fleoumo ! arriero, aquello cagno, que counsidéri coumo uno lâcheta. Quand sias davant l’ennemi faut si battre : leis armos soun égalos, avem cadun un moucèou de papier. Suivem leis counseous d’aquelleis que mettoun en avant un homme de la bouano, Moussu de Clappiers (4) ; et quand seren touteis aqui davant aqueou massapan qu’appelloun l’urno électoralo, eh ben, si coumptaren, et s’es lou noumbre que deou l’empourtar, veiras, moun brave Rabasso, qu’aquelleis que fan tant de varaï auran pas lou blanc dau pouare.
Avant tout, fau faire ben coumprendre à nouastreis amis aqueou prouverbi prouvençaou : Qu si fa fedo, lou loup la mangeo.
Meste Franc”.
(1) Cf. texte précédent. (2) - le camp des mobilisés varois, à Cavalaire, dirigé par Daumas, qui y avait quelque peu bousculé les rites électoraux. (3) Cotte, premier préfét de la République, sympathisait avec la Commune de Paris et avait entrepris la mobilisation des gardes nationales avant d’être remplacé par un homme de Thiers. (4) - Candidat conservateur.
[36] Le Progrès du Var, 10-1-72. “Le Luc. On nous transmet de cette localité, la lettre suivante.
A moun ami Eimable, maréchaou à San martin de Palièros (Var).
Vouas qué ti douni quouquès détaïls, su la manièro qu’aven vouta hier 7 janvié eici oou Luc ! Ti va vaou dire.
Aqueou qué li dien lou citoyen Cotto qué éro préfét l’a quoouqué temps, a agu 581 voix et l’aoutré qué li dien moussu dé Clappiers n’a agu qué 77, e su d’aco l’a eici oou Luc, coumo savès, un oustaou qué semblo uno caserno pupla d’aquéleis hommés négrès, qué li dien lei chivaliers dé l’amoussoir, sé mi fourié diré quand n’en-a, va sabi pas lou justé ; après, l’a la voix d’oou cura, qu’ès pas cura dé tout, attendu qué si pouarto fouar ben ; puis leis vicaires. Alors duvès véiré qué lei 77 voix dé Clappiers, soun leou trouvado.
Pareï qué nouestréï travaillurs dé la terro soun ennémis coumo dé justé, dei peiros, trouvoun qué n’en a toujours troou dins lei bens, et alors si foutoun pas maou d’ana foutré de Clappiers dins lou plan doou Luc.
Ti diraï ooussi qué sabi pas sé v’avien précha à l’égliso vou non, maï lou fet ès qué l’avié dé frumos, non, éro dé damos, qué anavoun pér oustaou faïre la proupagande per moussu dé clappiers, et sé ti diou qu’ès, va créiras déssuito : ès Mmo A... et Mllo E..., an goouvi un pareou de souliers chacuno, maï an ren gagna perqué leis Républicains éroun décida dé marcha toutéis unis.
Per n’en féni ti diraï qué mi tardo dé leou saché, sé à San martin avès fa coummo oou 2 juillet qué l’agué ren qué dé voix républicainos.
Ti séri la man d’amitié. Toun ami, Benoni”.
[37] Le Progrès du Var, 17-1-72.
“Nous recevons de St Zacharie la pièce suivante.
Citouyen rédactour.
Vénen vous demanda sé din vouastré journaou / Pourries intercala nouastrei vers prouvençaou./ Quoiqué siégoun bessai de pichouno importanço / Lei crésen ben utile à nouastro circounstanço, / Vanan signifia qué lou sept dé janvier / A l’escrutin sacra si li sian rendu fier, / Cadun érian muni d’un bulletin de Cotto / Car, voutan toujou fier per dé bouan patrioto. / L’avie din lou pays quatre cen hué voutan, / Per chaousi din lou Var nouastré réprésentan. / Doun, qu’oou despouiamen aven agu la chanço / D’agué trento hué voix de mai, senso influenço. / N’a cent quatre vint cinq per moussu dé Clappier, / E dous cen vint e trés per aqueou deis ouvriers, / Saben pas coumo va qu’aquello differenço / Fa marrouna leis gens qué nous fan councurrenço, / Mai quand leis rescountran semblo qué sei regard / Nous dien qu’aven coumés un crime dins lou Var. / Pourtan fen gés dé maou. Sian tout d’omé modesté / Que voudrian fa puni touteis leis malhounesté. / Talamen qué serquan dé trouva l’abruti / Qu’a sali lou manda qué dian Impérati. / S’alluquavias en paou nouestro afficho dé Cotto / Nous l’en amplido de ... v’ooujan pas mettré en noto / Ren qué dé li sounja nous douno maou dé couar, / En espéran lou jour qué descrouvren lou P... / Dins lou départamen douna n’en couneissenço / Car lou mairo qu’aven n’en gardo lou silenço / Oou luech dé ménaça toutei lei habitan / Quan li passo oou cousta n’en ris souto Barban”.
[38] Le Progrès du Var, 21-1-72. “Oou poplé doou Var.
Avanço ti, poplé mesquin / Lou sept janvier quitto ta cheïno ; / Per dépousa toun bulletin / Répousso l’omé qué t’entreino. / L’a proun dé tem, o poplé bas ! / Qué siés l’esclaou dé sa man rudo / Sé vouas sourti dé l’embarras / Quitto toun encieno habitudo. // Refrain : Poplé, méttras lou Var en doou / Sé vas pas vouta coumo foou (bis) // Leis electiens doou sept janvier / Poplé, an per tu foueço importanço / Pouédon déméni d’un gros tier / L’ooutorita de l’opulanço ; / Faï attentien qué dé long tem / Soun regard t’impouso silenço / Oui duvès prendré lou mouyen / Dé repoussa soun insoulenço. // Sé per malhur vésies flotta / Lou drapeou blan rouïga deis arno / Ti dounarien per liberta / Qu’un paou dé jour d’uno lucarno : / Per evita dé mettré en doou / Foueço respectable famio / A l’escrutin es vuï que foou / Repoussa l’aristocratio. // Sé vénoun ti sinifia / Dé pas soouta leïs testo fouelo / Qué soun toujour maou habia / Qu’an gè d’argen, ni ben, ni couelo / Respoundi li sévéramen / Voti per l’omé qué s’apliquo / A founda lou gouvernamen / Dé véritablo Républiquo. // Rapello ti qu’en Cinquanto un / Nouestreïs païré avien leïs ménotto / Lou Var issugué dé plagnun / Per l’aoutorita d’un despoto / Sounjèn countinuellamen / A chassa lou poplé mounarquo / Car, din nouestré départamen / Dé seïs griffo portan leïs marquo. Cacho-Mecho”.
[39] Le Progrès du Var, 30-1-72. “Le Luc. Nous recevons communication de la lettre suivante : A moun ami Eïmablé manéchaou à St.Martin dé Palliero (Var) (1).
Foou qué ti digui qué moougra leïs impôts qué nous toumboun dessus, aquéleis qué soun cargua dé leis mêtré, si roumpoun la testo per n’en trouva dé nouvéou, après lou pétrolo, ès vengu leis allumettos, tout dé caouvo qu’esclaro, pareï qué vouaroun l’oscurita, soun ennemi dé la lumiéro.
Alors pusqué mettoun aquelleis impôts, perqué pas leïs mettré su leis ciergès, attendu quès un ooujet dé lusso, pusqué la plus grosso partido doou temps brûloun din lou jour et inutilament.
Aoutro caouvo.
Es questien dé mettré un impôt su leis coumédios et eis endré mounté anas entendré canta, mi semblo qué alors si pourrié mettré un impôt quand anas entendré canta à l’égliso, attendu qué tant si canto à l’agliso qu’à la coumédio.
Tu qu’as en paou maï dé cabesso que iou, carculo en paou et mando vo diré à nouastreis représentants, pusqué soun paga per nous réprésenta, qué réprésentoun oou men nouastreis idéios.
Su d’aco ti serri la man. Toun ami, Bénoni”.
(1) - Richier, qui pour quelque temps est revenu au pays de son enfance.
[40] Le Progrès du Var, 3-2-72, “Leis diou d’estrasso.
Ah ! coumo diou duou restré inquié / En sé réviran sur la Franço, / Dé veïré tant de journalié / A genoux davant l’opulenço ; / Aquel amour, aquel incens / Qué duven brûla qu’à sa faço / Dé crestians pas reconeïssens / Lou proudigoun eïs dious d’estrasso. // Diou punira sévéramen / Tout passagi qué sus la terro / Tounbara din l’égaramen / D’adoura dé courounos fèro ; / Touteïs leïs ome soun égaou / N’importo lou rang et la raço, / Foou restré un foualé ou ben gournaou / Per adoura dé diou d’estrasso. // [...]”.
[41] L’Avenir du Var, 28-1-72.
“Carcés. On nous adresse de cette ville la pièce suivante :
Din un pays, enté l’esprit réactiounari / Es mai enracina qu’un vermé solitari / Din lei tripos d’un home attaqua d’aqueou maou, / Existo un paouré goï, un gros ouriginaou, / Que per si distingua vougué lou jour doou voto, / Anéanti d’un coou lei partisans de Cotto. / Ent-anas ? vaou voutar, et puis clopin-clopan, / Enrego lou camin, lou bilhet à la man ; / Tenié touto la routo, l’aguessias vi pécaïré, / D’esprit et de bouan sen, aurias di n’en a gaïré : / Ero ben ficela, un ruban rouge au .... / (Coumo lou maquignoun mét’à la quoua d’un muou / Per lou rendre élégant à l’hueil de sa pratiquo) / Coumpletto sa toiletto. Foou qu’en aquelo cliquo, / Li fen veire qu sian, di lou goï, aprés tout, / De touti aqueli gen, oui n’en vendren à bout. / Tout en parlant ensin arrivo à la coumuno, / Et, coumo un oratour que mounto à la tribuno, / Franchi leou l’escalier que conduise oou scrutin, / Venié rouge, blanc, blur et puis coulour canari, / Semblavo justamen lou préfet de Sénari : / Pénetro din la salo d’un pas grave impousan, / A la barbo doou moundé, proumeno lou ruban. / Chacun ero estouna d’uno talo surpriso ! / Maï lou goï, din lou nas, si bourran uno priso, / S’avanço doou bureou, remete oou présiden / Lou famou bulletin que per de gros argen, / Oourié pas vougu perdre ; après avé vouta, / Si retiro coumptant su la majourita. / L’estouma li battié et li battié ben fouar, / En soungeant que fourié attendré jusqu’oou souar, / Per saoupre si moussu de Clapier* l’empourtavo. / Enfin puis arrivé l’ouro que reclamavo : / Si rendé dei proumiers per lou despoujamen, / Coumo sigué counten, quand apres un moumen, / Agueroun tout fini ! sourté bouffi dé gloiro, / En touti lei cantouns ané canta victoiro. / Lou paouré crésié pas que fouguesse tant leou / Si repenti d’avé aluma lou gaveou. / Oou bout de doux tré jours aco changé de faço, / Lou goï disié en plouran et en fen la grimaço : / Trento milo per Cotto ! quienge milo à Clappier* ! / Din que siecle viven ! sian toujour lei dernier ! / Maï dei gouvernamen, aquelo Républiquo / Sérié-ty lou miyous de touto la boutiquo ? / Acot pourrie ben estré, a beleou pas resoun, / Mi cresi un dégourdi, siou bessai un taroun.
Un Interna”.
[42] Le Progrès du Var, 18-1-72. “Rians. On nous prie de publier la lettre suivante : Letro de Joousé lou bouscatier dé Rians à soun ami Nouré, lou carbounier dé Ginasservis.
Moun bouan Nouré, mi pren la fantasié dé t’escriouré, bessaï trouvaras fouasso faoutos dins ma lettro, mai qu’aquot t’estoune pas perque siou jamaï ana qu’a l’escolo deïs freros ignourantins ounte aï apres de couar lou Pater noster, l’Ave maria émé leï litanios quand eis drets de l’homé lei counoueïssi pas.
Malherousament leï fanaoux qu’esclaroun lou pays dounount tant paou de clarta que nous empachoun pas lou souar d’ana piqua de nas dins leïs tribuquets de la réactien. Quand nous plaçoun quoouque fanaou que fa un poou troou lumé, nouastreï gros savantas doou pays travaillon leou per lou leva, fan tout ce que pouadoun per nous empacha de li veïre clar.
Ce que fa queïs electiens marchant touteïs à l’escrutin coumo de mooutoun à l’abattoir sensso saoupré ce que fen, car à la fin doou coumpté se nous demandavoun ce que vénen de faïre et ce qu’aven mes, serian ben embarrassa per respouendre.
Travaillan tout l’an dins leï bouas coumo de malhéroux et pouden ren apprendre su la poulitiquo et leïssan eïs gros feniants que si tirassoun dins leïs cafés et su leïs plaços, lou soin d’estudia et de pensa per n’aoutre, et fen ni maï ni men que ce que nous dien de faïre es ce que fa quand ves aqui tant dé Clappiers.
Eïs electiens nous disien : voutes pas per Cotto perqué leïs républicains es tout de pillaïre, de vouleurs, d’assassin, de partajaire et s’avian lou malheur de vous faïre eme aquello cliquo serias perdu et dana per l’eternita.
Quand aguerian touteïs manda nouastre peiro oou Clappier nous venguéroun félicita en nous dian qu’avian ben mérita de la patrio qu’érian bravé et qué marcharian à grand pas dins lou prougrès, alors vagué dé se réjoui d’avé gagna leïs républicains de l’endret, crésian d’avé gagna partout puis aven resta oou mitan de la courso.
Tu Nouré qué sies homé dé counoueïssenço qu’as maï de leituro que iou mi traçaras un paou la boueno routo car commenci dé comprendre que siou pas dins lou bouan camin et qu’oou mies voutas oou mies vous roustissoun.
Toun ami de couar, Joouse lou bouscatier”.
[43] Le Progrès du Var, 20-1-72. “Responso dé Nouré lou Carbounier de Ginasservis à soun ami Joousé lou bouscatier dé Rians.
Moun bouan Joousé, M’empressi de respouendré à toun aïmable lettro. Qué vouas qué ti digui, à Rians marchas gaïre ben, sé countinuas à marcha coumo acot, si parlara dé vaoutré coumo déï Martégaoux (1).
Mi semblo pas poussiblé qué pousqués pas coumprendré cé que vous fa dret ou tort et qu’agués pas maï d’amour per la Républiquo, bessaï va sabés pas cé qués la Républiquo, poudes pas vous estaca en ello. Sé la counouisses pas, iou ti va voou espliqua en quoouqueï mots et retenè vo ben.
La Républiquo ès lou gouvernament doou poplé*, émé la républiquo, ès lou pauplé* qu’ès mestré et qué si gouverno soulet, tandis qu’émé un reï, lou pauplé és pas maï qu’uno besti qué ménoun per la caoussano et qué viroun coumo vouéron en li fen porta touto la cargo e l’assoumant enca dé cooups. Sé oou lué dé manda dé royalisto à l’assemblado l’avian manda dé républicains, d’hommé doou pauplé, n’en sérian pas eïs pénos qué sian et marcharié tout su dé roulettos, alors lou paouré quand s’anarié plagné, l’escoutarien en paou miès.
Maï qué vouas, despuis lou plus bas escarié jusqu’oou plus haout ès ren qué dé riché et parmi elli si fan pas dé maou, si soustenoun miès qué naoutré qué sian toujours en désaccord que si pouden pas entendré et que l’y anan enca servi dé plastroun.
Ooussit proufitoun dé nouastré faiblesso, dé nouastro ignourenço per nous ména coumo un troupeou dé moutoun.
Tu, Joousé, sé mi vouriès créiré, voutariès jamaï per elli. Ti fan créïré qué la Républiquo ès lou vol, l’assassin, lou partagé deis bens per ti faïré haï, mooudi cé qué ti farié dret.
Aquélli fabricant dé royoouta, vouaroun pas dé la Républiquo parce qu’ès pas à soun avantagé, eïmoun miès uno monarchio parcé qué ém’un reï ès elli qu’agantoun touti leï plaço, qué s’emparoun doou pouvoir, cé qué li douno tant d’ooutourité et dé privilégé et sé mi vouriés escouta creidariès émé iou : A bas la royouta ! Vivo la Républiquo !
Nouré ; lou Carbounier”.
(1) plaisanterie classique sur l’innocente simplicité des habitants des Martigues.
[44] L’Avenir du Var, 19-1-72.
“Brignoles. On nous écrit de cette ville.
Lou coupaïré Nourè dé Vins esten vengu oou marqua, emé sa sooumetto, vendré uno cargo dé gaveou et faïré seï pichouneis prouvisiens m’a un paou racounta cé qué s’ero passa eis électiens de sa coumuno, é coumo saou pa escriouré, m’a préga dé va vous faïré saché.
Lou 6 janvier, lou jour deis reis, jour remarquablé, la veillo deis électiens, moussu lou cura dé la paroisso, en bouan pastour visitavo seis bouans paroissiens, quèroun maraou senso doute, maï leis marrideis lengos disien qué distribuavo dé billé dé moussu doou Clapier, per iou va sabi pas, vaï fa quentendré diré ; maï cé qué mi va farié léou creiré, ès qué aou 2 juyet, n’en parlé deis électiens, su la cadièro dé vérita, en récoummandan dé vouta per leis hommés d’ordré. Pareï qué chacun l’entendé à sa manièro l’ordré ; maï lou dimenché lou 7 d’aquestou, touti leis électours qué marchoun souto la bandièro deis capelans, émé d’aoutré qué li marchoun pas, maï qué soun leis ènémis dé la Républico, fasien la propagando royalisto, é vou diraï quèroun, proché d’uno douzèno é mièzo, qué distribuavoun dé billé, é s’escaoufavoun pas maou contro lou citoyen Coto, en dian qu’èro qu’un marchand dé terraillo, é qué si leis moubilisas avien parti, n’èro l’encaouvo, enfin si durbien la cervello per fa vouta per moussu doou Clapier ; hurousamen qué moussu lou mèro dé Vins, émé quaouqueis braveis citoyens, disien lou countrari, é fasien veiré la vérita, en dian qué senso la Républico, jamaï leis partisans d’Henri cinq, sérien vengus démanda nouasté voto, avien résoun à moun avis, car senso 89, aquèleis qué fasien tant la propagando, sérien encaro coumo iou dé piquo mouto, cé qué vou diou ès la puro vérita ; é senso 48, avien jamaï agu l’ounour dé vouta, èroun pa proun riché coumo iou, maï sen souvènoun plus, an marrido mémoiro : va vou répèti, Vins ès pas cent lègos luen, lou couneissen.
La democratio a pas mourdu aou viouré qué méttien aou mousclaou, taramen qué su 184 électours 134 an vouta, é moussu doou Clapier, n’agu 35. Caspi ! En 1850 n’agué à Vins 33. Enco si pourto maï d’eici 20 ans, s’avanço tant per temps n’aooura 37, maï crési ben lou countrari. Aquest’estiou quand si pourtavo seï coulègos n’aguéroun 49 et leis aoutré 62. Aquesto fé an resta pu courts, an marcha coumo leï chambris, dé récueloun.
Citoyen rédactour, aï crésu ben faïré en vous mandan aquello nouvello. Quand si passara maï quaoucaren eïs envirouns dé Brignoro vous a faraï maï saché.
Salut et fraternita.
Piquo Moutto”.
L’Avenir du Var, 19-1-72.
“Démopolis, 16 janvier 1872
Moussu lou Rédatour,
Réçuben vouastré journaou à la chambrado désén pieï caouqué tèn (1). N’en sian satisfa et s’engayan à countinua et a mieï faïré per défendré la santo Républiquo. Ah ! la pécaïre ! La tiraillon dé tan dé cousta per la dérréna qu’a bèn bésoun d’ayudo. Pensan qué la vouastro li séra pa inutilo.
Quan Marianno, la désirado, avéngué l’an passa naoutreï paoureï trabayadou sichérian bèn countèn. "Marabaousso, si diyian (2), éro pa troou lèou ! Aro bessaï qué leï privilège aouran fin ! et qué nous réndran vo nous daran touteï leï dré qué n’an voula én 51 ; sèrén touteï fraïre et touteï hurou". Aquèlo maoudicho guerro qué n’a désavia a tout empacha. Sian en républico senso républicain. Coumo sé si poudié faïré un bouan civié senso lèbré !
A la chambrado, désenpieï qué lou séro, à l’entou doou fué vou dé la taouro, si sian més à légi leï journaou et qué légissèn ooussito én paou d’histori, n’avèn apprès de bello sus aquelleï qué vouaron tou counserva. (Perqué pas la Républico). Aquélleï moussu parloun toujou dé réligien, dé famillo et dé proupriéta. Seï litanio si counposoun gaïré qué d’aco : maï coumo soun fouar aqui déssus ! Sémblo qu’aquéou qu’és républicain és un fénian, un mangeaïré, un lico pla, enfin un bouan à ren qu’à faïré dé maou.
Ah ! pieï n’an troou di, avèn pa gaïré dé litturo, maï couneïssèn soun jue ; an troou fa veïré seï carto.
La réligien ? la saboun bèn counserva ! la pratiquoun mêmé pa et aquéleï qué déourrièn la faïré aïma la fan perdré. Elleï soun plu francé, soun catoulico, soun roumain, aïmoun qué lou papo ; maï la mamo, la paouro Franço, és pa rèn per elleï. Ah ! n’en pourrian diré ... maï suffi.
La famillo qu’ès qué la réspéto lou mieï, eleï qu’an de dardenno tou plén per si croumpa dé frémo qu’an perdu un vou plusier ferré, vo bèn naoutreï qué doou matin fincoou séro trabaillan énsemblé émé nouastro mouyé. Nouastro fremo allacho leï pitoua et leïs aïman fouasso leïs enfans. Per elleï, tou lou fran jou dé Diou, que plaougué, qué névé, trabayan finco qué siéchoun pu hurou.
Su la proupriéta, sénso ana cerca bèn luèn, n’ia fouasso qué sérien én péno d’én avoua la couménsanço ! Es nouastreï reïre qu’en trabayan tou l’an per rèn vé liavèn facho avé - quan li vèn pa d’aoutro façoun. N’i a qué si soun énrichi et si souvènoun plu qué sènso la révoulutièn anarièn énca bassela l’aigo per émpacha leï coua, coua, deï granouillo dé dérangea lou souan doou ségnour ; qué fourrié qué trabailléssoun per seï mestré et qué li démandéssoun un moucéou dé pan qué li darièn coumo eï chin.
Nou fan piéta aquéleï.
Lou paou qu’aven naoutreï, és bèn gagna ; avèn susa, trabaya lou fran jou dé Diou d’uno aoubo finca l’aoutro, avèn gaouvi maï d’un paréou dé bichar à gratta la terro per n’avé un moucèou dé nouastro, afin qué quan sérèn vieï dansén pa davan l’armari.
Qu’aquélleï qué nou la vouaroun préndré vengoun ! Leïs aoumarinier deï valoun aouran pa proun de fleïré per li espoussa l’habi vo pu léou per vé li escrasa su la peou. Ah ! savèn cé qué vouaroun ! Vourrien qué leï foutraou si dounéssoun maï, qué leï coou ploouguéssoun dru coumo la grelo ; naoutreï rémassarian leï coou, enca leïs espou, et apre lou chaple, quan sérian touteï abriga, espaouti, elleï rémassarien tou lou bouan et moco serian pu maou qu’avan. Ah ! per la marabouasso ! aco arribara pas, dien que nou faou dé leï. Vé ! mi fan mounta lou sacrébiou ! Va duvoun veïré cé qué n’an cousta jusqu’aro et mounte n’an ména. Leï reï vo leïs eïperou (3) si qué saboun counsarva ... per elleï. Aro vourèn faïré nouastreïs afaïré senso tout aquélo séquello.
Sérén sagé, ben sagé, fouasso sagé, car vourèn counserva la Républico et sé jusquèn d’aquéstou moumén avèn agu casi poou dé diré : vivo la Républiquetto (4), vourèn crida sènso gèno et à plen pooumon : Vivo la Républico !
Jaqué Bouonhomé”.
(1) - Le journal était envoyé aux chambrées. (2) - chûte du “s” intervocalique. "disian, disien”. (3) - empereurs. (4) - jolie formule pour désigner la “République sans les républicains”, qui durera jusqu’en 1876-77.
[45] Le Carillon, 30-6-72. Texte de Grimaud sous un portrait de lui. “Lou citoyen Grimaud douno la liberta / Oou chef doou Carilloun dé lou réprésenta ; / Si soou qu’aquel ooutour, maougra sa laido mino, / Per leï pouris discours n’a jés qué lou dooumino. / Un viéi, léi trés quart mouar, qué viou senso revers, / Doou matin jusqu’oou souar, parlo jamaï qu’en vers. / Si quaouqua darnaga refuso dé va créiré, / Que vengué l’attaqua, va li fara léou véiré, / Tan l’hiver qué l’estiou, pouadoun l’interpéla, / Maou tounerro dé sort ! si lou vias récula !
Touloun, lou 27 jun 1872. Louis Grimaud”.
Le buste-portrait a pour légende : “Louis Grimaud, Poëte improvisateur provençal Syndic de la corporation des Portefaix à blé de Toulon”. Grimaud est représenté sur un sac de blé, la tête coiffée d’une corbeille, encadrée de la pelle et du balai à blé. Le socle porte : “Poésies de Grimau : La guerro d’Orient, Lou choléra, La démand’en mariagi, Garibardi, La fiho dé Picoun, Léis entarramens civils”.
[46] Philémon Arnaud. Lou Bastidan amatour deis rimos, cansouns prouvençalos et francesos, 1877. Il date de 1872 la pièce suivante :
“Lei partégeaire.
Lia a dé gens faiblés de mémoiro, / A l’esprit fa per maou soungea, / Que crésoun ramassa de gloiro / En dian que vouren partégea. / L’entenden dire de tout caïre, / Que vouren partegea pertout : / Si n’autre sian de partégeaïré, / D’autre, bessaï, va voudrien tout (bis) // Entendi puis en prouménado, / Lorsque passo un républicain, / De gens dire en rigoulado : / Vaqui un pillard, un Mandrin. / Eleï ce que sount, n’aï qu’à faïre, / Li leissi dire seis mots doux. / Si n’aoutre sian dé partégeaïre, / D’aoutre, crèsi, va voudrien tout. // Se n’en trovo d’aquelei drôle / Que cerquoun à nous outragea : / Saï pa si soun timbra ou fouale, / Maï ce qu’avien, van tout mangea. / An pas sachu fa seis affaïre / Pouadoun pas joindre leis doueis bout, / Puis nous traitoun de partégeaïre, / Quand leis proumié l’i ou foudrié tout. // N’i a d’aqueleis que mi fan rire ; / Lou maï que poussèdoun es rèn, / Et quoouqueis fes l’entendi dire / Que vouren partégea sei bèn. / Saï pas ce qu’an poou, pécaïre, / Que l’i anen prendre, maï toujours / Nous dien que sian dé partégeaïre. / Eleï, bessaï, va voudrien tout. // S’es agu vis, per la misèro, / Leis ouvriers partégea lou pèn, / Eme leis paoures sus la terro, / Maï jamaï ni castèou, ni bèn ; / Car per chacun n’i oourie troou gaïre / Se si partégeavo sur tout. / Dounc que sian pas de partégeaïre. / Tant pis per qu va voudrié tout. // Poplè réveille-ti, regardo sur la terro / Es troou lontemps souffri, serie temps d’estre huroux / Vejo vers l’hourizoun que brillo la bannièro / Que ven ti delivra de toun sort malhèroux ; / Ven per chassar lou fleou qué douno la paniquo, / Qué ti tenié esclaou, l’absurdo royoouta. / Ô donné-li toun couar, eimo la Républiquo ; / Pople, reveille-ti, es per la liberta. // Per toun dret, per lou ben, jietto d’intelligenço ; / Réformo ce ques maou, marcho vers lou prougrès : / Renverso leis abus, coumpren que la scienço, / L’industrie, lou travail grandiran lou Français. / Qu’un jou lou mounde entier, d’uno voix pacifiquo, / Bénisse l’huroux temps de la prousperita : / Plus dé coumbats meurtriers. Vivo la Républiquo ! / Vivo leis poples reis ! Vivo la Liberta !
24-5-72”.
[47] L.Arnaud, Prouvençau, Muien, qu sian ?, Press’azur, Le Muy, 1992, cite ce couplet de “Maître Lambert” : “Li coulet-vert soun de passage / Au Muei pouadoun pas nisa / Aco es d’animau souvage / Que vivon dins la saleta”. Les Cols verts, (jeu de mot sur le canard col-vert et l’habit bonapartiste), sobriquet du cercle conservateur, opposé au cercle républicain surnomme les Patrassets (les gueux).
[48] Alphabet poulichinello, en vers prouvençaou, par C de R. Draguignan, Gimbert, 3-4-72.
Lei Peissounières de St Loourent, chansonnette de Brossard, créée par l’auteur à l’Alcazar de Marseille, Anen Fradari, blaguo de Brossard, Draguignan, Gimbert, 5-1-72, 500 ex. On retrouve la première chanson dans Lou Galoy Prouvençaou, n°30.
L’ami Simoun, chansonnette de Brossard, créee par l’auteur à l’Alcazar de Marseille, Faï leou, blague provençale créée par Brossard, Draguignan, R.B.Gimbert, 500 exemplaires, janv.72.
Lou Rabayaire doou Var. Nouvello descuberto d’uno mescladisso de pouesio prouvençalo, rabayado din la paillasso de Meste Rigaou, lou gaï pantayaïre qu’es mouart en creben dou rire. Cansoun, Romanço, Conte, Déclamatien, Dialoguo, Pastoralo, Coumedio, etc., etc. La collection se compose de 52 n°. Draguignan, Gimbert.
Lou Galant Cansounié , Draguignan, Laugier, Gimbert, 1872. Bilingue, et ton “noble”. “Ma Mignouno : [...] En quauquei ver voueli ti dire / Que toun amour mi fa souffri, / De mettre un terme à moun martyre / T’en prégui ou mi veiras mouri. H.L”.
“Lou ciel de ma Prouvenço : [...] Bèu ciel à ma Prouvenço” : Tu serves de mantèu / Et d’Avignoun à Venço / Souto tutout es bèu. / Din la nuech quand d’estello / Paroun toun front d’azur ? / Et puis an per dentello / Lei coutaù dins l’air pur”.
[49] Lou Sant-Ermito, 14-6-72, réed. 1000 ex.
[50] Lou Pan Pan Chi Chi, n°6. mars 1872.
“Lou Seignour de Callas”. Il humilie et vole un paysan qui ne l’avait pas salué.
“Et diré qu’ooujourd’hui l’y a dé gèn qué counspiroun / Per nous maï réjeta dins aquéou tèn affroux /.../ Sé durbèn pas leis huils, nous dounaran dé lagno. / Lei Seignour revendran pourrèn pas n’escapa”.
n° 9, 26-11-72, “Lei Bonaparto et lei Bourbouns, La Plainto d’un Mari, Déclamatien”.
“Lei Bonaparto et lei Bourboun, Air : Jeanne, Jeannette et Jeanneton”.
Lei Bounaparto dé tout tèn / Si soun appuya su la forço ; / An fa souffri d’hounestei gèn, / Oourien miès fa dé resta en Corso. / An versa lou sang à grand flot, / An espuisa nouastrei richesso. / Lei plébiscito et lei coumplot / Souvén n’an més din la tristesso. // Lei d’Orléan raménarièn / Lou gaou su toutéi leis afficho, / Per n’agrada n’arrangearièn / Uno Républiquo pousticho. / Lei paouré pourrièn plus vouta, / Lei riché goubarièn lei plaço. // Chambord es lou réprésentan / Dei caouso dé l’ancièn régimé, / Lei cléricaou qué l’eimoun tan, / Dièn qué l’y a qu’éou dé légitimé. / Afin dé countenta lei siou, / Fariè ferma fouasso d’escoro. // Aro nous foou ni maï ni mén / Qué manténi la Républiquo”.
[51] Lou Pan Pan Chi Chi, n° 10, - “Lou camp dé Cavalaïro (1). [...]
Maï perqué l’y a dé gèn qu’an l’air de guincha l’ueil et dé riré couro si parlo dei moubilisa ? Qu’avès à dire ? Siou eici per respouandré en tout lou moundé. N’en siou esta dei moubilisa et m’en faou hounour, li siou ana à Cavalaïro, aï souffri dé freï, aï coucha su la duro doou tèn qué vous ventouravias dins un bouan lit, bèn caou, émé vouastro frémo ou bessaï émé la frémo d’un aoutré. S’abès pas qué s’avèn la pax, s’apprend à naoutré ; couro lei Prussien an sachu qu’à Cavalaïro l’y avié uno armado de millo et quaouquei cents homés décidas à mouri d’indigestien pu léou qué dé s’ana faïré troouqua leis habillamén, aco es esta la fin dé la guerro. [...] Et quant ei Prussien es véraï qué n’avèn gés tua, maï ellei ooussi n’an pas tua naoutré[...]”.
(1) - Camp des gardes nationales du Var, dirigé par Daumas.
 “Lei Coutillon”, anti-clérical, contre la luxure des curés.
[52] Laugier vend Le Phocéen, chansons satiriques et grivoises, chaque cahier, 25 cent. La Testo dé San Trophimo, Eimi pas leis Capélans, Sias désarmas, en vente chez Laugier. Le 1er et le 3e de ces textes sont favorables à la Commune de Marseille.
[53] Laugier, sans explications, insère dans une couverture nouvelle de vieux fascicules de Désanat : Lou Troubadour Natiounaou, Recueil de contes, Chansons, Romances, Déclamations, etc, en vers provençaux, Prix 25 centimes, Par la Poste, 80 Cent. Draguignan, Laugier, Libraire, 15 rue de la République.
[54] Le Var, 1-2-72. “Lettres provençales, n°6 - Meste Franc à Meste Jean Rabasso. La Clapo, lou 25 de janvier 1872.
Mon paure ami.
Vaquito déjà cauqueis jours que te vouliou escrioure à prepau dau suffragi universel, qu’appelles, coumo un espoousso-salado que sies, lou saffranagi universel ; mai siou esta destourna per respouandre à meste Blaiso de la Bastido deis Limaços (1), un gros inquiet à moun avis, que coumo leis habitans d’aqueou mas avie sorti leis banos per mi traucar la boufigo. Si saup per esperienço que leis banos d’uno tortello, pas mai qu’aquelleis d’un escaragoou an jamai fa un trauc à la luno e que lou brama d’un aze es jamai ana jusqu’au ciel. Ai espera jusqu’aro sa responso, mutus, frutus e blago plus ! mi semblo que, coumo moussu de la Sounailho, s’es retira a la carriero deis Muts.
Encui, siou à toun servici et vau te larga ma petado sus lou suffragi universel. Ce que te vau dire sera beleou pas dau gous de tout lou mounde, mai sabes que siou d’Auruou et aquelleis en qu’aco agradara pas, anaran faire de gabis.
Lou suffragi universel tau qu’es pratica dins aquestou moument es lougea à la même ensigno que la liberta. Mi fa l’effet d’uno bello filho, poulido coumo un soou, arbouriado, accoumplido et destinado à faire lou bonhur d’un houneste homme, et que, coumo fouasso poulideis filhos, per escoutar cauqueis gourrins a agu lou malhur de perdre un ferre.
A moun ideo lou suffragi universel l’y a ren de plus beou. Cadun a lou dret de mettre lou nas dins seis affaires, mai encara* fau estre dins lou cas de lei menar aquelleis affaires, et senso faire un fau calcul mi semble que n’en a la mita que saboun pas ounte van faire testo. Et ti preni per exemple tu, que sies ren qu’un estudiant en moutto et qu’en fet de plumo de ferre counouisses que toun béchar. T’announçoun que fau noumar un députa, va ben. Et tu qu’en fet de politiquo sies autant espes que l’an que v’eroun touteis, vas noumar un deputa ! sies fier, sies boudenfle, fas lou pavoun, ti parloun de tei drets, de l’avenir de la Franço, dau prougres ; vas noumar un deputa ! Ti creses un homme et un grand homme eme toun mouceou de papier à la man ; vas noumar un députa ! Et coumo t’en prendras, digo-mi, buou l’oli ? Escoutaras l’un, l’autre, seras ambarrassa coumo uno gallino que a trouva un couteou, feniras per ti virar dau caire d’aquelleis que fan lou mai de brut et noou coous sus dex ti prendras à la visquetto de moussu Reiffouar.
Paure Rabasso ! Ti regales eme teis electiens coumo un dourgan dins uno bouito à musiquo. Ai pieta de tu et ti vaou enseigna lou mouyen de ti tirar d’aqueou brus d’abihos.
Dins toun village l’y a coumo pertout de gens intelligents et que soun à même de saupre ce que se passo per amoud haut. Te lei citarai : l’y a moussu Pito Soous, lou perceptour ; moussu Minuty, lou noutari ; moussu Cinq-per-Cent, lou negouciant ; moussu Sanctus, lou fabricien ; moussu Magaud, lou prouprietari ; moussu Saunier, lou medecin, et que sabi mai ! Touteis soun de gens ben entendus, que saboun qu’aquest’an Sant Jean es lou 24 de jun et Pasquo un diminche. Eh ben ! se aquelleis que an fa la lei avien agu de sens, en plaço de ti faire menar un equipage à quatre chivaus, tu que sies bouan qu’à menar un carretoun attela d’un aï, aurien mies fa de ti dire eiçot : choousissi aqueou d’aquellei messies que counouisses ben et qu’as lou mai de counfianço e digo-li ensin : vous que sias un lettru, que sabes legi dins lei gros libres, vous douni ma proucuratien et prendres per deputa aqueou que vous semblara estre lou mies dins lou cas de faire uno bouano journado. Es que per gagnar 25 francs per jour, si fau levar d’houro et si couchar tard.
Appelloun aquot l’electien à dous degrés, et mi songi que l’a ren que leis troublo repau que n’en voualoun pas, perque eiço fa pas soun affaire. Si vouas pas faire uno cagado, foou dounar aqueou poudet en aquelleis que n’en saboun mai que v’autreis, et que an per elleis l’instrutien, vo ben lou commerço, vo lou ben gagna hounourablament, plus leou que d’escoutar aqueou que a ren à perdre et tout à gagnar dins un reviro meinage, et qu’espero ren que lou moument de pescar un gros peï dins l’aigo troublo.
S’avies legi l’histori de nouastre païs de Prouvenço, auriès vis que dins lou temps leis electiens si fasien pas autrament. L’y avie que leis caps d’hostal, valent-à-dire, leis paires de familho qu’avien lou dret de voutar et lei coumunos d’alors avien mai de franchisos, mai de liberta, mai de benestre qu’aquelleis d’aquestou temps, si fau creire qu’avem fa coumo lei cordiers, siam ana de reculoun.
Aro ti vau citar un autre eixemple de l’agrament dau suffrage universel coumo lou pratiquans.
Sabi que lei bramo fam, leis acabaires, leis arrouinnas, leis jornalistos de tres per un soou, eme touto aquello que s’appello la couas de Robespierro, van mi faire la loubo. Pouadoun ben faïre et ben dire ce que voudran, acot mi fa pas mai qu’à un chin d’anar descau : siou esta nourri dins un bouas, et ai pas poou deis bestis. Ti voou cantar moun histori et se mi dies que moun ouncle es un viedaze, ti respouandrai qu’es tu que sies soun nebou.
Counouisses ben Jacque Bouanasso lou meinagie, aqueou poou si dire un homme de l’ancien tems, un travalhadou, la cremo deis braveis gens. Per soun malhur a agu tres garçouns que tiroun pas d’eou. L’eine s’ero engagea, mai aquestou moussu qu’avie que la croyo per eou, se cresie mai que lou capitani, tanben a fa un an de sallo de pouliço, un an de presoun, dous ans dins lei companies de disciplino, et tres ans en Afriquo eme leis zephirs ; compto se acot l’a pas fa seis sept ans ! Es retourna au peïs ounte rebalo sa peou coumo un pouar malaou. Lou secound s’es fa coundamnar en pouliço courrectionnello per ben de cavos que si pouadoun pas dire ; sabes que leis jugis vous dounoun pas souvent d’images. Lou troisieme tiro deis dous autres, si tirasso doou cabaret à la chambrado, s’empego coumo un lignoou, piquo sa maire, traito soun paire de vieilh corna, dis que lou bouan Diou es esta inventa que per lei C....
Eh ! ben, aquelleis tres espiandras an l’hounour, perque an vingt-un ans, d’estre electours coumo lou païre. Qu’arribara quand lou moument doou voto sera vengu ? Leis tres mandrins, leis tres espias, leis tres roussailhos, en sorten de cauque tubet ounte leis auran fa bouaro, ounte leis auran fassi coumo de poumos d’amour, en li diant qu’en voutant per un tau vo per un tau seran touteis libres, qu’auran qu’à durbi la bouco per reçaupre leis cailhos touteis roustidos eme lou lard per dessus marca, aquelleis tres acabas voutaran per qu sabes, dau temps que lou païre de familho que demando que la tranquillita, lou bouan ordre et lou travail sera perdu perque seis tres espiandras d’enfants auran vougu ... la Coummuno.
Aro va demandi à tu et à touteis aquelleis que an lou sens coummun, que an encaro un soou de bouano fe et de que parti que siegue : Es aquot qu’appelloun la veritablo expressien dau suffrage universel ? Respoundrai en aquelleis que va soustendran que soun bouans qu’à counfi de bouffets et à fouitar leis tavans à sieis liards lou cent.
Mai mi diras : Et l’instructien ooubligatoiro ! Quand saurem touteis legi et escrioure serem ben dins lou cas de choousi aqueou que nous fau. Ti respoundrai que quanto sauras lou b, a, ba, et que pourras mettre toun noum eme de lettros grossos coumo lou det, certifiaras per ta signaturo que sies un ai cabanu. Va ti prouvarai dins une autro lettro perque vesi qu’aquesto es bravament longo et qu’ai poou de faire venir lou souan ai cardelinos.
En attendent, moun bouan Rabasso, tenti à la sousto, sabem pas ce que poou arribar, mai siou segur que se lou ciel et la terro venien à si faire uno caresso, l’aurie une bello ooumeletto de Darnagas.
Meste Franc”.
(1) Cf. supra [23].
[55] Le Var, 25-2-72, “Lettres provençales, n°7.
La Clapo, per Sant Valantin, jour que l’agasso mounto au pin.
Moun bel ami Rabasso,
L’ooutre jour mi demandaves perque mettiou pas à l’escolo moun pitouet que coummenço à si faire grandet. Que ti dirai ? Es pas l’envegeo que m’en manquo, mai siou entrepres coumo un courdounier que n’a qu’uno fourmo. Dins l’ancian tems, dins lou tems dei tyrans, coumo dien, lou paire de familho coummandavo dins soun oustau, elevavo seis enfants coumo l’entendie ; mai aro que siam touteis libres, nous voualoun empega l’instructien ooubligatoiro, gratuito et laïquo.
Ah ! que n’en counouissi d’aquelleis estrayo-braso, que nous voualoun faire deveni touteis savents, qu’aurien besoun d’anar à l’escolo avant de faire lume eis autres.
Mai eiço es la questien : assagem de destriar ce que voou dire et ounte nous menara aquello instructien ooubligatouaro, gratuito et laïquo.
A men que prengui moun nas per uno barrugo, "ooubligatouaro" voou dire que serai fourça de faire ço que m’agrado pas, et que l’Etat vo ben un autre remplaçara lou paire de familho. Mai avant d’estre coundamna à mandar moun pitouet à l’escolo, vouali saupre ce que l’apprendran. Se duvon l’enseigna que lou B, A, BA, et à faire de barros, voou pas la peno de li faire gausi seis brayos sus leis bancs municipaux, et de li faire agantar de nieros et autro vermino. Mi cargui ben de l’aprendre la Santo-Croix.
Se l’educatien es coumpleto, patienço, siou de vouastreis avis ; mai se voualoun faire de moun enfant la mita d’un savent, ti demandi se iou, paire, ai pas lou dret de dire en aquelleis que voualoun faire legi lou pitouet dins leis gros libres : - Leissa-mi tranquille ! siou un peisan, vouali que moun fiou siegue un peisan coumo iou ! Basto que sache legi et escrioure, n’a proun, mai se n’en apprend jus ce que foou per estre un avoucat de village, vo un journalisto de ma tanto la Borni, coumo n’en vesen que troou, vous tiri ma reveranço.
"Gratuito" ! Se coumpreni ben, degun pagara ; et se degun pago, de que vioura lou mestre d’escolo ? De parpello d’agasso ? Mi respoundran : L’Etat, la coummuno ! - Mai que fournira lei dardenos per que l’Etat vo la Coumuno fague mangea lou mestre ? - Lou countribuable. - Va ben - Alors, iou que siou un paure diable, que ai que meis bras, que vouali faire de moun enfant ren qu’un peisan, per que cauque jour mi trate pas de viei carnava, foudra que pagui per elevar lou fiou de moussu lou Marquis que n’en voou faire un embassadour. Leis enfants pagaran pas, mai leis paires pagaran et souventeis fes un pauc mai que ce que duvrien. Piei se mettoun per aco de centimos additionnels, coumo à Callian e dins d’autreis endrets, iou qu’ai ges d’enfants, foudra que pagui per faire instruire aquelleis deis autres ? Aquello si, qu’empego ! En bouano reglo, coumo dis la vaco, que leis a fa que leis lipo.
"Laiquo" ! Paureis freros ! voou ben la peno de vous espiar, de vous sacrifiar, de vous levar la peou per vous veire tratas coumo va sias !
La mita d’aquelleis que vous tiroun dessus se souvenoun dounc plus que se vous erias pas cargas d’elleis et per ren, serien d’ais cabanaus. La poulido recounnouissenço que n’an ! Es ben lou cas de dire : - Fes de ben à Bertrand, va vous rende en ... siblant.
Va pouadi pas tout acabar encui, que seriou troou long ; mai en fet de resultats ooutengus per leis freros, vo per leis institutours laïquos, ti farai veire un autre coou de chiffros que ti faran restar eme un pan de nas. Paureis freros ! Vous pouadoun levar vouastreis oustaous, vouastreis bancs, vouastreis taulos, vouastre mouceou de pan ; ce que vous levaran pas es vouastro carita, vouastreis talents, vouastre bouan couar, et la chanço d’aguer mai d’elevos que leis autres.
Es egau, vivo la liberta ! aurem l’instructien laïquo !
Messies leis refourmatours, esperas que finissi ma petado : vouastreis tres mots : ooubligatoiro, gratuito et laïquo, à prepau de l’instructien, van autant d’accord que leis mots de liberta, egalita, fraternita, qu’empegas pertout, es coumo se mettias dins uno memo chambro, un chin, un gat eme uno rato ... sias segur que farien uno bello vido !
Se l’instructien es ooubligatouaro, l’a ges de liberta ; s’es gratuito, l’a ges d’egalita ; s’es laïquo, l’a ges de fraternita !
Et, jusqu’à tant que lou countrari mi siegue prouva, dirai :
Per ben de gens, la liberta es la liberta de tout dire et de tout faire ce que l’agrado ; l’egalita es coumo lou barretou doou moulin que dis en piquant : uno fes per iou, uno fes per tu, uno fes per iou ; la fraternita ! eh ben ! l’avem visto à l’obro vouastro fraternita ! la Coummuno es aquito per nous n’en dounar de nouvellos.
Moun bouan Rabasso, rappello-ti d’eiço : ce que nous manco en Franço, es pas l’instructien, es l’educatien.
Meste Franc”.
[56] L’Avenir du Var, 24 -7-72.
“L’abondance des matières nous a obligés de renvoyer, à ce jour, la correspondance suivante :
Lou mas dei Brusquejaire, 18 juillet 1872.
Coupaire Tony,
Gramaci de ta letro, lou fatour me l’adugué l’aoutre matin oou Cloue dei Brusquejaire, mounte èri entrein à meissouna. En vesen lou caché doou Pinacre sus la cuberto, coumprenguèri leou qu’èro lou coupaire que m’escrivié, atout poousèri vite l’oouramo oou soou, m’assetèri sus uno garbo et l’aguèri leou descachétado. T’asseguri coupaire que m’as fa ben plesi de mi manda uno letro : n’aoutre gen de bastido l’on ve pas souven de papié, de maniero que l’on soou tout-à-fet ren de ce que si passo à l’enfouaro doou meinage.
La nouvello que cercoun à escouba leis estrangié que soun uno grosso vargougno per n’aoutre m’a rempli de joio, quand vai liegi a sembla que mi levavoun un pès de cen quintaou dessus moun cor ; mai uno aoutro caouvo m’a fa toumba d’un cinquième : es touto la mounedo qu’aquelei mouestre voueloun per ficha lou camp. Car oou conte que fas din ta letro, parei que très miliar fan uno soumo, mai uno soumo ... doou fue de Diou émé enca’n paou ? Sabi pas iou mounte derrabaran tout acò. Es ben lou cas de diré qu’anan à la fin doou mounde de l’argen. Lou mestié de varlet d’establé l’istarié ben a-n’aquelei couquinas per passa l’estreiho. Et dire pamen que deven tout aquelei poulidei caouvo, en quaouquei marrias que pagavian encaro bougramen chier per arriva à nous faire pela coumo un pra per lou bestiari. Enfin caouvo facho counseou pres ; foou paga, paguen ; foou si restregne si restregnen : foou s’ensaounousi à l’obro per delivra la paouro Franço dei bourreou que li rousigoun lou couer de mai en mai, s’ensaounousiguen ; et puis après respiraren à nouastre aise et pourren tranquilamen, senso cregnenço que degun li mete soun nas, regla leis afaire de nouestre coumuno.
Acò es encaro quaoucarren, qu’es de regarda. Se sian malérous, aguen oou men lou sentimen de la liberta, es tout ce que nous foou per nous teni de longo l’ui duber, afin de plus jamai si leissa prendre ei léco d’aquelei capoun que n’an escourtega jusqu’aro.
Mai à prepaou, caouvo que mi siou leissa dire de matin per mestre Loui lou vivandié, un viei finochou que liegé pa maou dins lei papié à ce que parei, et que rodo de longo en toutei lei bastido doou terraire per croumpa de galino, d’uou, de froumaje ; esti verai que messié lei députa que soun asseta à la drecho de soun capoulié dins la chambro mounte toutei lei jour s’assembloun per faire léi lèi ; esti verai que la semano passado s’empuravoun, si bourravoun, toutei leis uns leis aoutre, anavoun, venien, disien, fasien per afin de faire toumba dins l’aigo lou plan doou gouvernaire que voou nous debarrassa oou puleou d’aquelei salei gen, qu’oou mai restoun sus nouestro peou mai se l’incarnoun ? S’aco es verai, ti fouti moun bihet coupaire, qu’aquelei messié an un famous toupé, pouden ben dire d’elei : qu’es tout un rai d’embulan. Mai ai leou devina soun plan d’aquelei Jean-Foutré que s’enrrabien de pas pousque veni oou bout de degoula aqueou viei boujaroun que préfero leissa rousiga lou troné per lou chiroun pu leou qué de li faire asseta un enfan dé Félipo vou ben aquel estrassa de goï, qué oourié leou més uno peïro dins lou sabot de la paouro Républico per la faïre gouiheja coumo eou. Vouii, si pensoun tout aquelei gros treipu de la drecho, uno fes nouestreis amis si seran einana, n’aoutre faren laïdo mino dins la Chambro, semblaren de poulo bagnado, et nouestre pu cour camin sera de faïre coumo elei de prendre d’aquelo erbo ; et puis per reveni, qu soou sé la pouerto sera maï duberto per n’aoutre ? Et vaqui perque messié lei deputa d’aqueou caïré, vesoun de marrit ui que seis amis leis Allemans vagoun s’engourga de biero dins sei païs, aro qué si soun embiba coumo d’espoungo de touto la millouro chucho dei croto de nouestrei paourei fraïre doou Nor.
Maï te n’en foutren de modo coumo acò a n-aquelei bougré, que per avé soulet lou privilège de manjea tout lou gibié, coumo aoutrei fes oou beou tem dei segnour, an ooumenta lei por-d’armo, per afin que la paouriho pousque pa’na cassa, et que parloun encaro, d’après ce que m’an dich, de metre un jandarmo de maï en cado brigado, afin de leis abriva en paou maï darnié la pacanaiho que ooujariè si permetre de tua un miserable fifi dins lei rouaï de soun ben ; que nous fan paga sufi que l’iver doou village anan à la chambrado per si cooufa, faïre la veilhado et beoure quaouquei fes doui liar de vin rendu sarabiquous per lei gari de croto. Mai que si gardoun ben pamen, de faïre de lei per faïre paga lei bei canapè, mounte aquelei fenian s’estendoun quan fa caou ; et ni per faïre paga lei bei miraou que van doou d’azaou oou dabas dei muraiho de sei saloun, mounte toutei lei damarié si pimpaihoun tout lou fran diou doou jour, doou tem que lei poourei fremo dei meinagié si sacréjoun à l’obro et si grasihoun la mita tout nudo à la raiho doou souleou ; que si gardoun ben encaro d’impousa l’argen plaça doou riche, per faïre toujour maï paga la terro qu’es tant avaro, que foou de longo engraissa, fouire, refouire, et abeoura de susour, per veire un beou dematin empouerta per lou mari tem, sacrèja per un grelas tout lou maou de recorto qu’erian parvengu à li traïre de ses intraiho.
Adiou coupaire, aquest an meissounan de marrit bla, es pertout aganta doou roui, l’ioura gaire de gran et la paiho sera ben negro. La recorto dei trufo sera pas mihouro, es verai que n’ia fouerço, soun grosso, mai n’en trouvan assas de pourrido en lei derraban. Et sus acò lou cura doou vilagé digué dimenje oou proné, que lou Bouan Diou voulié tout aquelei caouvo, per puni lei peisan qué si fan de mai en mai toujou pu marri.
Ti faou saché que lou campanejaire de l’égliso d’eici a perdu sa plaço. Veici coumo s’en va : èro lou jour de Sant Aloi, sabes qu’aqueou jour es d’un viei usagé que lei meinagié et ben d’aoutrei gen qu’an l’er d’estre pu dégourdi qu’elei, vènoun à la sounadisso de la campano en cavalo sus sei besti per lei faire escounjura, afin que lou sant li preserve doou maou de ventré dintre l’annado. Eh ben ! aqueou jour doou tèm que mestre Subleto lou campanejaire èro sus la pouèrto de l’egliso emé l’espouscaire rampli d’aigo emmasquejado pendu oou bras en coumpanié de moussu lou cura per faire aquelo ooupéracien, arrivo lou pichoun de Subleto et li dis : paire douna-mi la claou de l’estable ? Perqué faire, li fa lou campanejaire ? Voueli ana querre la saoumo per la faire escounjera coumo leis aoutré, li respouende Niclet soun enfan ; la saoumo es à l’estable et voueli pas que souerte d’encui, li replico Subleto.
Vaqui tout bouanamen perque lou paoure campanejaire, un viei de setanto an, es esta mes à la retrèto, après ave barregea lou mataou per lei viou et per lei paourei mouar mai de cinquanto an de tem, sufi qu’agu lou toupé de si rendré rebèle davan lou capelan per pas faire escounjura sa saoumo en coumpanié de touto sorto d’aï, lou jour de Sant-Aloi.
Adiou Tony, ti serri la man.
Toun coupaire, Papichi”.
[57] La Sentinelle du Midi, 1-9-72. “1ro Lettro prouvençalo sus la Casso.
Lou Clafar, aquestou 30 août 1872.
Moussu lou Redactour de la Sentinello.
Ai liegi dins vouastre journaou de l’aoutre jou, que leis voutairés d’impos oourien mies fa de diminuar lou pres doou permes de casso pu léou que de l’ooumentar. Siou pas fouar sus aquelleis caouvos ; maï, cresi qu’aves ben resoun.
Despueïs moun enfanso cassi et sabi ce que m’en couasto. En ajustan 15 francs eis 25 francs que pagavian dijà, nouastreis députas en fa un marri carcul per acampar dè soous.
Naoutrés, paysans mesquins, que n’aven pas la piero, vou va cachi pas, cassaren tout un et lou gouvernament et leis coumunos seran rasas de frès.
Se li anan pas émé l’arairé, trouvaren lou mouïen de loourar senso et n’en booudaren que mies lou gular à la barbo deis gendarmos que li veiran que de fué. Aco, moussu lou redactour, es ce que dias faire lou bracounage, eh ben, oui, aves cent fès rasoun ; maï lou permès sera raré, mai leis bracouniès faran boumbanço et lou gibié, per la faouto d’aquelleis que fan la guerro à la bourso deis cassairès, s’en anara en fumado.
Maï, perqué leis députas, qué soun sensa tout saché, et qué souven saboun ren, an parmés, per faire d’argen, lou permes à 40 fr. oou lué de 10 ?
Couro aven nouma aquelleis doou Var, que li diens leis citoyens Desfarrouïa, Drôle, Coste (1) et autreis que counouissi pas mai qu’aquelleis, semblavo que duvian estre librés coumo l’er : leis caillos, à leis entendre, nous toumbarien roustidos coumo dins lou bouan tem de la maouno : Libarté ! Egalité ! Fraternité ! Ah ! oui zé t’en f... de ça ... viou que de Libarté n’aven men qu’oou tem ounté n’érian pas en républico...
L’Egalita la coumpreni gaïré en vian lou citouyen Desfarrouïa et seis coulégos reçubre 25 fr. per jou per ren faïre, vo per maou faïre, et ieou gagnar que 30 soous en tiran lou diable per la coua d’un souleou à l’aoutré. Parli pas de la Fraternita que dins lou catachiermé republicain voou diré : que n’a n’en mangeo et que n’a gès tabaco.
Voou la peno de leissar lou bla s’espooussa per courré à l’escortin faire esquignetto de lapins coumo aquelleis !!
Moussu lou comte Chaspolou, mi disié, l’aoutro semano : Jean : Plait-i, Moussu. - "Escouto : aquelleis que ti proumettoun la liberta, ti la dounaran jamai. La liberta es uno dounzello que voualoun calignar soulés. Despueis que leis intrigants couroun après leis plaços et fan de révoulucien per empli leis pochos, va-t-i demandi, a tu que sies un gros cassairé, et que vas voutar coumo uno toouteno, qu’as gagna en liberta, coumo cassairé, despueis 30 ans ?
Escouto, doou tem deis Bourbouns, si mi souveni ben, lou permes coustavo 15 francs, n’en prenié ges et cassaves libre. Vengué Phélippo, en 1830, maï aqueou esten arriba per la revolucien, li fougué de gendarmos à gogo et leis pagué per ti serrar la brido. En 1844, oou noum de la libarté, ajusté 10 fr. ei permés de casso. Après 48, ti metteroun l’impos sus leis chins. Et despueis la debaclo doou 4 septembre (2), toujour en ti creidant : Libarté ! lou permés es vengu à 40 fr, la poudro à 230 fr. lou tilo, parloun de doublar la tasso deis chins, et mai que jamais recoumandoun eis gendarmos de ti pussugar si bronchès.
La liberta, moun ami Jean, aquello que foou oou pople, poou veni que d’un gouvernamen régulié et ben asseta, et, cresi mi, et digo vo à teis vesins, leis revoulutiounaris soun per intéres, leis ennemis deis bouans gouvernamens, et ti fabricaran jamai que de cheinos à tu et en touteis leis estourneous que leis escoutoun".
Moussu lou comte avié rasoun et coumo pouadi pas dire aquelleis véritas en chascun, vous serai oubligea, Moussu lou redactour, de leis mettre dins vouastre journaou qu’a la reputatien de virar de la bounao.
Jean Bourtouraïgo”.
(1) - les députés radicaux Ferrouillat, Dréo, Cotte. (2) - 4 septembre 1871, proclamation de la République.
[58] La Sentinelle du Midi, 1er septembre 1872. Un élu seynois a prononcé une allocution à la fin d’un enterrement : “il avait eu sur ses collègues l’avantage marqué d’introduire, ou mieux de laisser glisser les noms de Danton, de Marat, de Troppman, etc. etc. le discours en était ballonné, absolument comme le ventre de l’orateur”, ses amis le félicitent, “à l’audition des éloges, il s’émut, il se pâma mais revenant bientôt à son état normal, il s’exclama toutefois, dans la langue qui lui est chère, sa langue de prédilection : Aï agu qu’un tor, es aquéou dé pas m’estré pourta candida eïs élections de l’assemblado nationalo”.
[59] La Sentinelle, 14-9-72, “2e lettro prouvençalo sus la Casso.
Lou Clafard, aquestou 12 septembre 1872.
Moussu lou Redactour de la Sentinello.
M’aves fa fouasso d’hounour en pas mettent l’amoussouar sus ma lettro d’oou 30 d’avoust oou sujet de la Casso. Tan ben, m’aves douna de couragi per dire encaro caouqueis veritas eis freros et amis que leis charlatans de l’endrech gounfloun coumo de boucs, eme sa Républico, souciablo, coumunardo, uno et invisiblo. Fant créiré en daquelleis avalotavans que la Républico es, avant tout, lou règne de la Liberta. Eh ben, per ieou, que sious* pas plus estoupin qu’un aoutré, et que viou ce que si passo despueis lou 4 septembre, per ieou, la Républico es lou règno de la blago et d’aganto que poou.
La liberta et la demoucracie, sount coumo la poudro et lou fué, coumo lou chin et lou gat, et, l’experienci nous a appres, despueis 93, que lou jour ounte leis democratos mountoun l’escaroun doou poudet, l’ou pople poou dire à la Liberta : adiou la bello !
Tenez, à prépaou de la casso, ai dit l’aoutre jour, que lei démoucratos ant jamai ren fat per lou cassaïré, tout en li proumettent, lou jour deis éleciens, mai de fromage que de pan. Eh ben, aviou résoun et m’es revengu à la mémoiro despueis, que lia a dous ans, lou grand apôtro de la liberta, Gambetto (1), quand avié la man à la pasto empégué un décret dins touteis leis coumunos, en dian ei cassaïres, lou proumié de vaoutrès que brulo uno amorço, malhur !
Et la casso, duerbido lou 17 d’avoust, fougué de per Gambetto, fermado dins touto la Franço, lou 22 septembre, senso rimo ni resoun. Et leis ooutouritas sourtidos doou 4 septembre, que manjavoun gras et bouan oou rastelier de la nouvello Mariano, trouveroun, oou noum de la liberta, la caouvo touto naturello. Ah ! farçur !
Maï, ce que m’estouno, es pas que leï républicains nous escamouttoun la Liberta, aquelo de la Casso, coumo touteis leis aoutros, ce que m’estouno, es que jamaï un soulé journaou démoucrato eigué près la defense doou pople quand es esta questien de liberta. Coumo va que taou papié coumunard a jamaï escrit uno syllabo per cridar contro lou permes à 40 f. ? Coumo va que fet lou mu quand Gambetto nous soufflés la Casso senso dire perqué ni coumo ? A co vent de ce que leis journaous daquello jaougeo sount liégis que dins leis tubets, et que si japavoun pas coumo leis loups que leis fants vioure riscarien de perdre la clientello et de passar per réactiounaris. Maï ! Maï ! qu’un simple bedo, passe uno faouto dortographo, qu’un frero ignourantin doune uno tapo en d’un pichoun voourian ; oh ! alors garo ! Lia pas proun de fango dins legoût coumunard per n’en brutar touteis leis raoubos négros, et la galarié de piquar deis mans davant daquello grêlo d’injuros ! Si lia un endrech ounte bridoun leis azes per la coua, n’en a d’aoutres ounté prenoun leis bouffigos demoucraticos per de lanternos de Veniso, attubados oou pétrolo !
Aro diens, dins nouastre village, que si Gambetto, que s’attiffo de la pèou deis lapins, preniet un jour aquello doou pero Thiers, oouriant, en Franço, lou regno de la vrai liberta. Et ben iou respouandi, que seriant pire que jamai. Gambetto es un finas que voou desquilhar lou president per si quilhar a sa plaço, et per acot, batté touteis leis marchos, parlo touteis leis lengos et nous proumette touteis leis libertas, même aquello de la Casso ... Et puis ... Ensin, tenez, m’es esta counta qu’aquéou grand home de guerro, dins uno brifado que fet oou Hâvro, lia 6 mès, traté leis campagnrads de ruraous embeciles, et vaqui que, aquesteis jours, dins uno lettro qu’a escricho eis radicaous de sabi plus que peis, a dit que naoutres, peysans, eriant la reservo de la Republico. Coumo trouvas lou citouyen ? Après nous aver pourta la pouncho de sa botto oou plus bas de l’esquigno, nous roumpe lou nas d’un coou d’ensinsouar. Ah ! oui, la reservo de la Republico. Eh ben, aquello reservo, dins la cabosso deis gens de la clico, sabès ce qu’es, meis amis ? un troupèou de bestiari, que leis entrigants countoun menas per la barbo, oou scrotin un jour d’élécien, et, après s’en estre servi, li mettre lou pé souto la coua en li diant : vaï fouiré ! meis amis, marfisas-vous d’aquelleis oouratours de clubs et de cabarets, que sount paga per cridar et vous faire l’article. Vous dirant : ben manjar, ben dormi, ben paga et ren faïre, es la part que revendra en touteis aquelleis que nous dounarant sa voix per apouncheirar la Républico que trantailho ! Et ieou, peysan coumo vaoutri, et que vous pouarti d’interest, finiraï aquesto lettro, déjà troou longo, en vous diant, émé lou comte Chaspolou, et dins sa lengo : Amis, que d’affamés mordent à l’hameçon / De Dame République / Et qui du chou démocratique / N’auront même pas le trognon.
Jean Bourtouraïgo”.
(1) - Jeu sur Gambetta.
[60] La Sentinelle, 5-10-72, “Belgentier. Coumo leis appello moun ami Roumanillo, les enterro chin sont dans la jubilation. Belgentier vient d’inaugurer l’ère des enfouissements”. Roumanille vient alors de publier Lis Entarro-chin, galejado boulegarello, Avignon, Roumanille, 1872, avec traduction française, plusieurs éditions.
Le Var, 6-10-72, Sur les Enterro-Chin.
[61] La Sentinelle, 31-10-72. “M.Roumanille, le spirituel auteur des "Entarro-Chin", vient de faire paraître à Avignon, capitale du félibrige, son "Armana prouvençau per lou bel an de Diou 1873". En vente à Toulon chez Rumèbe.
C.Poncy , “L’envasien dins lei Vosge : Quouro souné la grand debino / Eis jou dé sang, ei jou dé fué, / Quitant sa frémo e sa bambino, / Jacqué cargué sa carabino / Et parté soulet dins la nué ; / S’engagé dins lei Franc-Tirairé / Maugrat lou fré, maugrat la fam [...]”.
[62] Le Var, 11-7-72. Dans un long éditorial français à propos de la loi sur le service obligatoire, un paysan s’écrie : “Leis députas an manqua leis quillos, aquélo leï voou pas un f... ! ”. Et un peu plus loin : “Aquélo leï voou pas un f..., c’est ce que les agriculteurs intelligents ont bien compris. De là cette parole déjà citée, et qui a fait le tour de la Provence”.
[63] La Sentinelle, 12-10-72.
“Ma 4eme Prouvençalo, A Mestre Mussugo, de la Coumuno de Couroumbaoudo (Var).
Lou Clafar, aquestou 8 d’octobre 1872.
Moun paoure ami esgara. Despieis qu’as quitta la Bédouro per anar t’enclapar à Couroumbaoudo, cresis pas que aiguès acampa mouffo : eilato, coumo eici, manquo pas de misero, et pertout lia, graci à Diou, de gens que pensoun miès que tu.
Trouvavès que dins nouastro pichotto coumuno, li avié troou de rouyalistos et de réactiounaris, et pas proun, à ta fantasié, de frèros et amis de l’Internatiounalo. M’arribavo de ti dire : Mussugo, es veraï, maï n’en faou pas estre facha : lei proumiès ti dounarant de bouans counsèous, et, oou besoun, de pitanço, et leis aoutres ti proumettrant la poulo oou pot, ti pittarant leïs soous, n’en seras per toun argen et restaras émé ta misero. Ti parlavi coumo un prouphèto, semblavo qu’eri mas. Moussu lou Comte Chaspolou, de soun cousta, t’a dit maï de cen fes davant iou : "Mussugo, siès un bouan travailhadou, as leis nervis jouïnes et solides ; l’obro ti manquo pas ; eh ben ! touto ta fortuno es dis teis bras. Si vouares ti levar de l’endret ounte lou bouan Diou t’a mes ; si, per rendre hurous, tu, ta fremo et teis enfants, reluques lou ben d’aquelleis que sount plus haout que tu ; toumbaras plus bas que va siès, et ta situacien, que ti fan creire estre marrido, n’en sera millo fès piro". Nouastro bouan comte, que li vis mies eme leis ueils fermas que tu couro leis as duberts, ajustavo : "Messugo, chascun aven nouastro plaço marquado ounté foou que resten per que l’ordre sieigue poussible. N’es pas à dire que lou travailhadou que poou, que soun économié, soun intelligenci, soun industrio, améliourar soun sort et s’eilevar, per de mouyens avouables, duguès pas va faïre, oou contrari, si va poou va duou, per que n’es, aqui uno questien de prougrès souciaou que interesso chascun ; maï foou pas que lou proumé desbrailha vengu, que ooura escouba dins leis tripots lou mouceou de terro leissa per soun païré, venguè dire à l’ouvrié que acampo de mounedo : - Aro, frèro, foou mettre leis bens en coumun. - Aro, frèro, foou faire la guerro oou capitaou. - Aro frèro, nous foou plus gès de riches. E acot, Messugo, es un cris de guero que ti menarié drech à crebar de fam".
Eh ! moun paouré avugle ! es ben à qui, débado, ce que marmoutiaves touteis leis feis que sorties doou club ounté leis frèros de la bando t’avien gounfla lou pérus eme seis sornettos démoucraticos, soucialos et coumunardos.
Et jusqu’aro, vious pas qu’aquelleis counséous eigoun fa la fortuno deis paoureis diables que leis escoutoun.
Si avies tant si paou l’ueil d’un cassaïre, et si te leissaves pas emploumbar coumo uno machotto per aquelleis bracouniès poulitiquos que n’en visoun que la bourso deis sots, ti diries ben, senso que ti va passoun dins la testo, eme un torteïroou : Qu’es acot, leis bens en coumun ? Qu’es acot, la guerro oou capitaou ? Qu’es acot, plus gès de riches ?
Mai lou jour ounte seren touteis paourés, que fara travaillar ? Mai lou jour ounte seren en coumun, et que, bouan gra maou gra, nous faran tirassar la barotto per lou servici ooubligatouara de la coumunaouta, que sera aquello liberta que nous prechoun tant ? Nouastre sort sera-ti-différen d’aquéou deis nègrès, que leis démoucratos-modèlos d’Américo fan loourar souto leis coous de routin d’un contro-mestro senso fuge ?
Té, frèro Mussugo, voou mies, per aro, que me corduri la bouco, car senti lou sang me mountar à la cabesso et pouriou te dire de caouvos que serien pas de recetto. Si la semano que ven ai embouta la piquetto et leva la rusquo, ti reprendrai la sarciduro eme de fiou de ma coulour.
En esperan, Salut.
J.Bourtouraïgo”.
La Sentinelle, “Bourtouraïgo à Messugo.
La Bedouro, 10 nouvembre 1872.
Moun vieilh, Diras que té négligi et que, coumo va chamo lou prouverbi, la luencheta es la maire de l’oubli : mai, acot n’es pas veraï, per ce que te regardo, seras toujours per ieou, maougra teis défaouts, un ami de bouano raço, me souvendrai toujour que sian esta ensen de touteis leis saouços bouanos vo marridos ; erian ensen de l’Internatiounalo, et coumo tu me leissari ambelousar per lei grivouas que nous cantavoun que l’houro ero proche ounte agantarian l’agasso oou nis senso gaïré courré. Souquamen, ieou, graci eis bouans counséous, ai larga l’ecotto ; ai caouca fouara* l’ièro, et tu que sies resta à l’eiroou eme leis barbidos eis dous ueils ? Qu’as acampa despieis ? Ce que lia de segu, es que lou rappoou es esta et sera toujours per tu, et la sivado per leis aoutres.
Ensin m’es esta dit que nouastreis frèros de l’Internatiounalo avien fa une grando assemblado dins lou peïs deis froumagis, et que lou pu net d’aquello bagarro ero esta uno mortaro cacado. Aqui li es ana lou gros capourié de Loundre, que li chamoun, cresi, Carlo-Mascle (1). Li es arriba dins un béou vagoun de proumièro ounté li avié tout à souha, jusqu’oou cousinié per faïré leis tartinettos, et leis frèros li soun esta tirassa tout béou jus dins lou vagoun ounté d’habitudo mettoun leis renaïres de Sant Antouano. Vaî, dins aquello musclo li avié pas gés de fricoutaïres. An dit eis frèros et amis que eroun ben hurous d’aver destroussa un cantéou de pan à la fumado deis ratatouilhos doou Grand Pountifé.
Eou, Moussu Mascle, ero embrailla coumo un grand seignour un jour de roumeiragi, et la bordilho avié encaro per toualetto, képis et varusos de la moubilo, émé ce qui ou fourié dins leis courduros. Ouf ! me gratti ren que de li pensa !! Et n’es pas besoun de te dire que touto aquello sequello de flafla, que mettié en espar de la foulo, lou grand apotro de l’egalita universello, ero eme naoutreis soous que si vero accounpa.
Maï, acot n’es pas encaro lou pu pouli de la festo. Couro, an demanda oou citouyen Mascle, de sourti seis comptes et de dire, ounté n’èro arriba lou toutaou deis founds de la soucieta, a respondu, fier coumo Artaban, qué la souciéta n’avié plus ni founds ni dougos, et qué la caïsso éro desbadarnado de touis les bords. Leis comptos qué duvien chiffra un pareou de milliens per sousteni lei grèvos et faïré la guero oou capitaou, avien fila per mailhos en passant per seis mans !!
Alors li an empéga per la mino qu’èro un .. voulur, an manqua de sé tira leis péous et leis paoureis plumas sen soun vengus émé l’oourilho toumbado.
Aro, nous dien qué la soucieta si va plantar en Américo ; maï, moun vieilh Messugo, creis vo ben, leis aoutreis poples an pas coumo naoutres, qué si léissan encoucaoudar per lou proumié blagaïre de café vengu. Leis frèros de l’Angloterra*, va viès, an tirar à seis frèros de Franço un sédoun qué n’es pas de terme, maï, n’en sera pas tout un émé leis Amériquen ! et, per toun compté si countinuès à t’encoublar émé aquelléis tirar d’aouffo, te soounaran eis quatré vénos et un jour ti restara par ressourço d’anar faire la paretto.
Vouales qué ti digui, aro, en qué sarvissoun leïs soous qué dounès per la soucieta ? Eh ben ! sarvissoun per croumpa de mouarts ... o, de mouarts !
Hier, dins un endrech, pas luen d’eici, un citouyen a vendu soun paren eis enclapo-chins, per 50 f.
Aquéou mesquin èro avuglé despieis 20 ans. Et si vuguen en anar coumo un lumé demandé lou capélan, qué arribo, lou counfesso, li cièro leis bottos et li dis : aro siès en règlo, pouades parti ... A descampa, lou paoure !! maï, Diou soou coumo ! Es lou cas de dire coumo lou prouverbi : qué miès voou anar soulé qué d’estré tan maou accoumpagna. Vaqui en qué emplugoun la pescetto qué larguès chaque mès coumo un bardot qué siès.
Sus lou traou daou paouro trespassa, un moustachu, qué sabié pas souquamen lou noum doou mouar, li a dit, en faguen semblen de plourar : adiou frèro ! adiou ! à reveïré. Maï, un farçur qu’aviè l’ueil sec li a respoundu : Frèro, coumo te pourra revéïré, li avié 20 ans qu’èro avuglé ! - Siès un cougouméou, sabès pas qu’oou diable lèvoun leis catarachos ?
Après acot tiri l’escaro et té saludi.
J.Bourtouraïgo”.
(1) - Karl Marx !
[64] La Sentinelle, 19-10-72.
“Montfort. On nous écrit de cette ville la lettre suivante :
Moussu lou Directour, L’aoutré jour en anen à Barjoou rencontri à Courrens un vieil ami qué mi dit : et que novo qué tu sies eïci tant matin et tant pressa ? Li respouandi : eï en paou d’affaouré à Barjoou et eï pas dé temps à perdrè sé vouari rétourna à l’oustaou encaro aquestou soir. Et mounsu Emilien Paul, vouastrè mairo, qué fa de beou ? Coumo d’habitudo, li respouandi, es toujours un ben bravè hommè et ben vis daou poplé. Nous aoutrè aussi es ben bravè et ben vis et cependant un dé nouastreïs pescoluno l’arrangeo pas maou. Té ! mi dit regardo en paou. Té vuou sorti un numéro doou Progrès doou Var qué sentié qu’empouïsounavo, sentiè lou crapaoud pourri à vous enléva. Préni aquesto fueillo pourrida* et avant dé ligi cé qué countènié mi faou douna uno priso à moun vieil ami afin dé pas tant senti la radicaillo. Qué ti vuou ! uno lettro pu pourrida* qué lou journaou ! Lou citouyen Pescaluno qué traita* dé gus mounsu Paul Joubert, lou mairo de Courrens, nouastré ancien counseilier généraou ainsi qué touteï leïs Bounapartistos (1). En vuant aquo d’aqui diou à moun vieil ami : sé lou citouyen Pescaluno èro pas un bestiou, un cagaïre si fariè counouïssè et veïrian en paou qué serié lou plus gus. Maï aco es parla per ren dirè, aquelleïs roussignoous coumunards van tout oou bu, aquo fa ben veïre qué ; qu’es na pounchu poou pas mouri carra ; ooussi lou prouverbi es pas faou, que dit : Sias toujours mascara que per la sartan.
Aquéou marias dé Pescaluno a lou toupet dé dirè qué monsu Paul voou impousa sa fierta et soun impoupularita dins vouastro coumuno !
Ti diraï, mon vieil ami, qué mounsu Paul es fier, maï vaqui coumo : es fier d’estré riché, hounesté et généroux, es fier aussi d’estré dins uno coumuno dounté dé pèro en fiou sur 500 électours 450 lan toujours douna seïs suffrages et qué eïs prouchainos électiens li farant pas défaou. Diguo en paou qué lou citoyen Pescaluno parlé ensin ? Qué la mountré en paou sa poupularita ? Quant à sa fierta duou estré counuïssudo, aquo m’a l’air d’un bourgeois passa à la raquo, buleou qué voou faïre lou moussu et concha lou plus beou marlus !
Enfin, moun vieil ami, lou lengagé d’aquéou Pescaluno, es aquéou d’un acabaïré qué, abandouna deïs hounesteï gens, si voou faïré uno popularita dins la classo deïs soufflo-mous, deïs débraillas et deïs entarro-chins.
Despuis qué lou Crapaoud voulant l’y a boumis dessus, soun venin l’a pénétra dins sa cervello, sa maradié es incurablo, aoussi trauvara sa mouart à Cayenno, dounte leïs langastos et leïs tavans lou dévourarant tout viou, à mens qué trouvé cu’aouqué San-Sébastien per s’y abrita.
Coumo éri pressa, li diou à moun vieil ami : Té ! voou ti douna un proublèmo à résoudre, sé pouadés pas lou dévina, et, quand aoura poun mangea et proun bugu, mi va diras et ti diraï lou fin mot. Escouto. "Es un mesqui qué diriè pas tant dé maou / Sé leïs messiès Paul vourien gari soun maou".
Adiou, moun vieil ami, gardo en mémoiro ma prédilectien et mi diras plus tard sé aï coumo fouasso républicains qué crésoun dé veïré doublé dé l’hueil gaouché et puis soun avuglé de l’hueil drech.
Recebès, Moussu lou directour, émé meïs remercîments, meïs salutatiens empressados.
Un Canga”.
(1) - Le 4-10-72, Le Progrès du Var a donné une lettre en français, signée “Un Pesco Luno”, critiquant la gestion du maire bonapartiste.
[65] Le Progrès du Var, 31-10-72.
“Le Luc. Nous avons reçu depuis quelques jours la lettre suivante, que nous regrettons de n’avoir pas pu publier plus tôt.
Lou Luc, lou 23 Ooutobré,
Moussu lou journalisto,
Crèsi que dé temps en temps quouqueis counversatiens en patois su vouastré journaou sérien pas nuisiblos et voou coumença ooujourd’hui, per vous diré ma pétado.
Din la nuech doou 19 au 20 d’aquestou més uno chavano èspaventablo toumbé su lou Luc.
Lou souar en vian qué lampavo doou cousta dé la mar tout en ploouven si diguérian toumbara fouar, foou prendré seis précooutien.
Din la nuech siché coumo l’avian prévis, uno plueyo fourmidablo toumbé, leïs Lucquens éroun su seïs gardos, maï leïs emplugas de l’égliso, si fisavoun senso douté, su la puissanço divino per pas estré inounda.
Vaï t’en oou tron-dé-Diou, din la nué la riviero creïssé, sorté de soun lié, et inoundé l’égliso, senso inounda leïs habitants perqué avien près seïs précooutiens.
Lou matin, quand la messo souné, leïs dévotos se li rendéroun, maï vaqui qué un miraclé s’acoumplissé, la proumièro dévoto qu’intré dedin l’égliso, resquillo din la vaso qu’avié depousa l’aïgo, et si garso oou soou senso si faïré maou, alors jugeas dé la puissanço divino qué permetè què seïs servantos toumboun et si fassoun pas maou, car sé lou bouan Diou va vouguessé aquello dévoto si serié tuado. Et despui aquéou jour an bello prégua per faïre cessa la pluéyo, maï lou bouan Diou si fouté dé naoutré et ploou toujou la mémo caouvo.
En d’aco vous saludi, Jacqué Sicori”.
[66] Reboul, Lei Fioli, cansounetto prouvençalo, Toulon, Tardy, Laurent, 16-12-72, 1000 ex.
“1er couplet - Un prouverbi, viei coumm’Adam, / Passo dé couroun’en courounno / Imposo l’ouvrier, lou paysan, / Un quart de sa suzou rançounno. / Lou maou s’es tant enracina, / Qué per paga lou contorôlé, / Foou qu’espargné su soun dina / Trouvas pas qué lou tour es drôlé ? // (Parla :) - Quéou prouverbi nous dis : tu paouré pagaras, / Quand séras pas counten tu paouré rénaras, / Diré qué sér’ansin tant qué l’aoura la cliquo / Dei gens qué nous voudrien fa marcha mé la triquo, / Crésés pas qué diraï long de ma narratien, / Dé maou deï royalist’ou ben deï religien / Respectarai toujou dé qué parti qué siégué, / L’homé dé bouèno fé pourvu qué s’assoussuégué / Oou respect dé la lei dei gens d’ordré et dé pax ; / Après qué siégué paour’ou qué siégué richas, / Duven lou respecta, car, eimo la justici. / Dé qu vouèri parla soun dé gens plen dé vici / Qué respectoun pas ren, sous l’habit dé l’hounour, / Cerquoun dé manténi lou poplé din l’errour. / Voudrien qué buguéssian à la grosso cougourdo, / Sé la métian oou na n’avalarian dé lourdo. / Lei counneissi méchants ; dé gens fouesso marri, / Ririen qué d’un cousta s’entendrien moun réci. / Escouta-mi sinoun un jour sérias sa dupo, / Car, doou règno qué sian cé qué lei préooucupo, / Es qué lou dénoûment. Subran voou m’expliqua, / Soun ni rougé ni blanc, lei gens qué voou blouqua. / 2e c. - Aven dé gens rougé dé sang, / N’aven d’aoutré rougé de roso, / N’aven dé blanc puei dé mié blanc, / Sujet en tout métamorphoso, / Puei n’aven dé touto coulour, / Habilla coumo la lingousto, / Dei parti mé dé sei furour, / Ensin crésoun d’estr’à la sousto. / (Parla : ) Qu’es qu’a toujou cerqua dé nous fairé dé tricho ? / Es lei fioli, ténés, quello racho maoudicho. / Lei fioli, m’entendés ? disciplé dé Judas, / Qué nous mandoun la peir’en escounden lou bras, / Dei gous et dei coulour cerquarai pas disputo, / Mai vouéri démasqua cé qué boun sen rébuto. / Attentien meis amis voou léva lou ridéou, / D’un fioli dévouéla voou pinta lou tabléou. / Chévu long, capéou haou, faquino boutounado, / Dé poou qué véguéssian sa counscienço taquado, / Lou muséou allounga, toujou rasa dé frés, / A soun air hipoucrit’ajusto lou mésprés, / Un libré sous lou bras qué vias la couverturo, / Bourdad’en flous dé lys, puei vias dé sa centuro,/ Sourti d’escapulairo largé coumo la man, / (Doou couélé dé l’ahbit vias lou nous doou ruban). / Prend toujou lou camin qué lou mén’à l’eigliso, / Pourtant dé Jésus-Christ suivé pas lei déviso. / 3e Ct : Lou vias courré, semblo pressa, /Quand entendé sounna la messo, / Marcho toujou leis ueils beissa, / L’ou dirié qués din la tristesso, / Sa man dégrun’un chapélet, / Mai sé rescountr’uno filhetto, / Tapo seis ueils, durbé lei dét / Per alluga s’es poulidetto. // (Parla :) Intro din lou san lué mé l’alluro moudesto / D’un pécadou countrit, qué voou sa part celesto / Assist’oou sacrifici doou grand républicain, / Qué mouré su la croux en disan eis humains, / Qué la fraternita vous siegu’universello / Permi vaoutré jamai l’existé dé querello, / Counservas coumo dré la santo liberta, / Et davant vouéstrei lei régné l’égalita, / Lou fioli prousterna, la façho contro terro, / Prégo dé tout soun couer dé pousqué fa la guerro, / Ei gens qu’a sa suzou vouèroun gagna soun pan, / Et dei Sano Maximo instruiré seis enfants. / Lou fioli maou countent dé tout cé qué résumi, / Si piquo l’estouma coumo ser’un enclumi, / En dian : mi l’an coupa, mi l’an coupa, coupa. / Coumo lei sentiments d’ooutrui vourien dupa, / Lei gens qu’an din soun couar la santo Républiquo, / V’an coumprés, tout d’un coou, l’oouran coupa la chiquo. // 4e Ct. Veirés escrit su dé journaou, / Blanc coum’uno plaquo d’ivoiro, / La souscriptien dé moussu Taou, / Per libéra lou territorio, / Lou fioli quand douno d’argent, / Eimo d’afficha sei largesso, / Figuro mé d’hounestei gens / Mouyennant quéou tour dé finesso. / Ei proucessien lei vias marcha per régiment / Lei fioli qoun pourta per lou sant-sacrament, / Cantoun per soun parti qué toumben en décadenço, / Bramoun coumo dé muou : Sauvez, sauvez la France ! / Coumo vourés qué Diou douné sa protectien / En aquélli bigot, dévôt per ambitien, / Méloun seis intérès ei festo dé l’éigliso, / Mai n’en sian révengu d’aquellei cafardiso, / Lei fiolo coumo soun vengu rich’en voulant, / Vivoun émé la poou qué n’infaguoun ooutant, / Eis paouréis ignourent li prouméttoun dé plaço, / Vien ren qué dé voulur dédin la basso classo, / Li fan touqua doou det qué quand oouran lou Rey, / Li dounnaran d’emploi, puis faran d’aoutre lei, / Per lou travailhadou, qué passé bello vido, / (Lei cailho toumbaran d’adaou touti roustido). / L’ooura plus gès d’impots, leis octrois prouhiba, / En un, li proumettran un buréou dé taba, / L’aoutré, la directien d’un posto d’incendio, / Tu ! Séras empléga per léva la bourdïo, / Tu ! eïs enterraments jugaras doou bassoun, / Tu conciergé oou palaï, tu geoulier dei prisoun, / Tu ! doou gouvernament vendras leis allumettos, / Per aganta lei chin suiviras la caretto, / Tu séras pésadou, tu séras clerc d’huissier. / L’a qué dé sottei gens, l’a gés dé sot mesir, / Tu ! doou san Mest’oouta guidaras lei camouflo, / Tu patin, tu coufin, et cœtera pantouflo, / Vous leiss’un poou pensa quand mêmé un Rey vendrié, / S’anarié s’occupa oou paysan dé l’ouvrier, / Uno fés oou pouvoir, lou bas popl’és dé caïré, / Lou Rey prend sa suzou per cafi lei mangeaïré, / Sé vouren plus paga dé tan gros tratamen, / Foou fairé respecta nouestré gouvernament./ 5e Ct - Leu fioli manquoun dé respect, / Sé vien lança din la paniquo, / Voudrien trouva dé marche-ped, / Per coumbattré la Républiquo. / Ensin crésé-mi bravei gens, / Foou pas qué siégoun taquo d’holi, / A plen goousié creiden ensen / N’en vouren plus ! A bas li fioli.
Reboul, Comique provençal, propriété de l’auteur”.
Le texte sera imprimé dans Lou Galoy Prouvençaou, n°29, Féraud, Marseille.
[67] Le Carillon, 3-11-72, Rue du Pin, Besagne’s street.
10-3-72, Bénézi, “Une quête oou cuou dé buou
Misé Buou - (penchée à sa fenêtre et criant à tue-tête) : - Thérésoun ... Thééérésoun !
Térésoun - (paraissant au coin de la rue). - Vouï ! Qué vouas maï ?
Misé Buou - Toutaro ti vaou démanda qué vouari mai ! Véni jita la toupino. Aquéli damos van véni é l’a eici un préfun qué tubo.
Térésooun - Té vé, voou miès leissa empesta lou saliber ... metti la man din l’arcovo...
Misé Buou - Et toun pèro qué douarmé.
Térésoun - Sé douarmé, senté pas.
Misé Buou (hors d’elle) - Espéro, marido gar ...
(Elle n’a pas le temps d’achever, trois dames fort bien mises et entourées d’une foule de femmes et d’enfants qui les suivent pas à pas, débouchent dans la rue et après s’être consultées se dirigent vers la porte de la demeure de Misé Buou qui s’est retirée de la fenêtre).
Térésoun - Méro ! ... ma ! ... mama ! ... mountoun, despacho-ti !
(Térésoun grimpe quatre à quatre les marches de l’escalier et arrive sur le palier avant les quêteuses).
Térésoun - Espérez un moment ... maman y va vous ouvrir la porte.
Misé Buou (paraissant) - Intras, intras, mei damos, intras ... maï rélévas un paou vouastri raoubos. Vé quan avès d’enfans la pas moyen dé resta propré.
Une Dame - Nous venons ...
Misé Buou - Maï intras.
Les quêteuses hésitent non sans raison à pénétrer dans la chambre d’où s’exhale un parfum sui generis des plus accentués mais misé Buou saisit l’une d’elles par le bras et l’attire dans l’appartement.
Misé Buou (fermant la porte).- Sentés bessaï ... qué vourés ... es aquello couquino qu’a pas vougu v’ana jita ... maï vaï més din l’arcovo et aco passara.
Une Dame (en proie à un commencement d’asphyxie) - Nous venons ...
Misé Buou - Va sabi ... Sian pas richès ... Moun hommé, Toino ... lou counouisses ben qu’èro mestré entretengu a douna déjà per sa médaillo, you aï douna à la pescarié ...
Une Dame - Alors nous allons ...
Misé Buou - Qués aco ... crésès pas qu’aven plus ren alors ? Mi counouissés pas ... oouriou plus qué vingt soous leï dounariou ... Vouari pas qué siégué di qué Misé Buou a pas maï douna qu’un aoutro ... ténès ... vaqui vinto-dou soous.
Une Dame - Merci, ma bonne dame, pour nos départements envahis ... Nous allons voir au second étage.
Misé Buou (à voix basse) - Prengués pas quello péno ... adamoun ès tout d’espeyas .. salés ... empestas ... an pas lou soou.
Les dames se consultent du regard et, jugeant du reste, par ce qu’elles ont sous les yeux, se décident à suivre le conseil et descendent dans la rue.
Misé Camouin, au troisième -Té ! mountoun pas ... Misé Buou mi va pagarés ... mi va pagarés ...
Les deux commères s’engueulent vertement pendant que les quéteuses vont de maisons en maisons prenant grand peine à récolter peu, mais l’obole du pauvre grossit toujours l’offrande du riche.
Rousino - Aquello rascasso dé Polino a douna dous soous ... Fourié qué seis escus si changessoun en ...
Maryo - Teisé-ti ... arribo ...
Polino - Vénès léou touti : l’a un bravé branlobas.
Rousino - Dé mounté ?
Polino - D’aco dé Tisté, lou marchan dé liquours.
Maryo - Qu’a maï fa ?
Polino - Va sabi pas ... l’a misé Buou qué crido coumo uno gaouto escooudado ... Ténès la fouté à la pouarto dé soun magasin émé lei damos qué quistoun.
Misé Buou (Arrive en s’arrachant les cheveux) - Aquéou salo ! Pas counten dé ren douna, a quéou vanu pié ! aquéou pito dardéno qué vendé d’aïgo per dé vin, sabès cé qu’a fa en aquéli damos ?
Maryo - Qué l’a fa ?
Misé Buou -Sé m’avien pas rétengudo ... oh ! ségur l’espéyavi ... Aquéou pouar, l’a fa ... lou grand signaou !
Toutes - Oh !
Térésoun - Mèro, quès lou gran signaou.
Misé Buou - Es lou saru dé moussu Rousaméou.
Polino - Lou foutran pa’n galéro ?
Misé Buou - S’éri gigi lou fariou guilloutina.
Morale de ce fait historique : le liquoriste en question s’est vu retirer l’autorisation de débiter des boissons.
Bénézi”.
[68] L’Illustration du Var, n°1, 31-3-72. “Encore un journal ! N’y avié pas proun, dites-vous déjà”. n°6, 5-5-72, une lettre de L.Jourdan, dans laquelle il glisse : “maï, dè qué mi mèli !”.
[69] Cf.symboliquement la place du provençal in A.Pellicot, Des oiseaux voyageurs et de leurs migrations sur les côtes de la Provence, aperçu des chasses usitées sur le littoral, Toulon, Laurent, 1872. L’agronome donne le nom provençal des oiseaux. N.Blache travaillera beaucoup à partir de cet ouvrage.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP