La Seyne sur Mer

Accueil > Presse varoise et provençal. 1859-1914 > Presse varoise textes 1873-1875

Presse varoise textes 1873-1875

mercredi 14 octobre 2020, par René MERLE

René Merle, Les Varois, la presse varoise et le provençal, 1859-1910. S.E.H.T.D 1996, 416 p.

Textes 1873-1875

Ces textes illustrent l’article Presse varoise 1859-1910 : 1873-1875

[1] Le Var, 30-1-73.
“Draguignan, lou beou jour de Santo Barbo 1872. Bouan Moussu lou Président. Siou encaro tout espalaufi de ce que m’arribo ! Jugeas un pauc ! Iou que siou toujours esta, en fet de litturo, qu’un paure peïsan, bouan tout beou jus per faire uno gatado, mi veire counvida en tant bello coumpagno*, l’y a ben de que mi faire perdre lou recordare, et mi leissar tout baret ! Et baret va siou encaro ! M’excusarez ; es acot que fa que siou en retard per veni vous tirar ma reveranço et vous remarciar, tant ben qu’aquelleis braves Messies, vouastreis coulègos, de l’hounour que m’avez fach de mi recatar dins uno tant bello soucieta.
Ai entendu countar à moun ami Gellu* (1), lou cantaire prouvençau, lou pouèto "aux vers d’airain", coumo l’an dich en francès, uno poulido histourietto ; la veicito :
L’abbé Faou, que tout Marsiho a couneissu dins lou temps, ero jamais esta l’encavo que leis granouilhos an gès de plumos, et lou paure sentie ounte la bardo lou quichavo. Quanto si presente per estre ordouna capelan, Mounsignour si grattavo proun l’aurilho et si fasie proun tirar la mancho, perque vesie que lou nouveou vicari levarie jamai la peou eis favos. Mai l’abbé Faou li diguet ensin : - Mounsignour, sabi ben que siou un massacan ; mai quanto un maçoun bastis un oustaou, se li mette de belleis peiros de tailh, li fa tamben passar fouasso massacans. Vous n’en faut de massacans à la Gleizo, eh ! ben, iou n’en serai un !
Et l’abbé Faou siegue capelan ben que massacan.
Aro, vous dirai coumo lou paure abbé : - avias, graci Diou, proun de belleis peiros de tailh per basti la Soucieta Academiquo dau Var, vous manquavo un massacan, m’aves pres, la bouano-salut ; Fiat voluntas tua !
Excusaz mi se parli pas mieis latin que prouvençau ; n’en sabi pas mai.
Devi tamben uno bello candello au brave moussu Rimbaud que m’a durbi lou portissoun. A dit d’abord de iou tant de poulideis cavos que n’en siou enca tout crentous.
Gramaci, Moussu Rimbaud !
Mai un pauc plus luench vesi pounchegear leis ounglouns de la critiquo. Peirin mi reprocho de cauquar fouaro l’airoou, et trobi dins soun rapport aquestou passage que ai proun mangeoun d’espeluguéjar :
 “Malheureusement pour son talent, M.Peise est de l’école de Bellot, de cette pléiade de versificateurs auxquels le patois dégénéré du dialecte qui naquit le premier de la grande famille romane et disputa longtemps à la langue française l’honneur de devenir notre idiome national, n’a paru propre qu’à exprimer des idées sans poésie, quelquefois grossières, à l’aide de locutions triviales et d’images grotesques empruntées à des sujets rapsodieux”.
Qu’ensacado, paure Bellot ! hurousament que an pas acclapa eme tu lou Poueto Cassaire, lou Coou de mouchouar, l’Agileté et touteis leis pouesios que an fa recampar sus toun cros tout ce que sabie parlar lou bouan prouvençau ben grana per ti faire uno epitapho.
Un pauc plus luench, Moussu Rimbaud ajusto :
 “Ce vulgaire jargon, il faut oser le dire, n’a rien de commun avec le provençal qui a eu sa grammaire et ses dictionnaires, et où je trouve de véritables reflets de ce langage expressif et doux... c’est dans quelques uns des écrits de Gros et c’est surtout dans Mistral”.
Daize, Moussu Rimbaud, tout en rendent haumage à Mistrau, ooublidem pas que siam Troubaïres et que siam pas Felibres. Piei tant que s’agis de iou, poudès v’escrimar sus ma carcasso, reguigni jamai, mai quanto s’agis de desfendre meis mestres et meis amis, arto ! siou aquito !
Es dins aquesto esticanço que voou dire dous mots à Moussu Rimbaud que, n’en siou assugura, si fachara pas mai de ma franchiso que mi siou facha de la siouno. Siam aquito per charrar coumo dous bouans vieilhs. Mai si saup que perfès mi dien pas meste Franc per ren.
Après aguer dich à Moussu Rimbaud que lou prouvençau a pas besoun de iou per si defendre et per brihar, ajustarai : Vouei, siou de l’escolo de Bellot, et hounour m’en fau ; es, que aquelo escolo compto autant de mestres que d’escoulans. E de mestres n’i a uno bello tièro en coumençant per lou paure Bellot que a segui leis piados de soun quasi-houmounymo Bellaud de la Bellaudiere, et Brueys et lou bouan doctour d’Astros, et lou doctour Hypolito Leydet, et Fortuné Cheylan, et Desanat, et Reino Gardo ; et, dins uno autro estampo, Raynouard, et Estienne Garcin, lou doctour Honnorat et tant d’autreis senso coumptar leis braveis Toulounens, nouastre tant regretta president Thouron, et leis Pelabon, et lou bouan cura Richard, et Léonido Constans et tant d’autreis, senso ooublidar lou plus fort de touteis, l’ami Sénès, La Sinso !
Aro parlarai pas de cauqueis autreis dau gros grun coumo Benedit et Gellu que an fa bando à part et qu’appellarai lei radicaoux de l’orthographo. Aumen aquelleis an douna seis resouns (veire leis prefaços de Chichois et deis Cansouns prouvençalos) et an fa coumo Mmo San Zèno. Dirai soucament dous mots d’aquelleis que an deserta per seguir uno autro bandiero ... la bandiero deis Felibres.
Admiri leis obros de Messies leis Felibres dount m’honori d’estre l’ami, mai partagi pas seis ooupiniens en fet de lenguo et d’orthographe.
Moussu Bourrelly, un deis mai enrageas, a fa ben longtems soouco eme Bellot et es pas lou soulet. Durbez lou Roumavagi deis Troubaires et lou veirez marchar sus leis piados dau mestre eme Gaut et Vidau d’A-z-Aix, Crousillat de Seloun et même lou Capouliè dau Felibrige, Mistrau, l’Homero dau Miejour.
Mai aquelleis messies un beou jour an vira casaquo, perque ? Uno autro fes va vous dirai ; encui marqui souncamen aco per vous faire veire que l’escolo de Bellot es pas tout à fet de marlusso eme d’herbo.
Et piei se desgrunan lou chapelet deis defensours de nouastre bello lenguo reellament prouvençalo, la proucessien serie longo. Veicito moussu Bouillon Landais, l’archivisto de Marsilho eme seis articles beluguegeants contro leis Felibres, moussu L.Artaud eme seis brouchuros à prepau dau cantiquo de Santo-Anno d’Apt, et moussu Damaso Arbaud de Manosquo, eme soun pichoun libre su l’orthographo prouvençalo, et lou marquis de Lincel et Charles Dupuy de Nyouns, et tant d’autreis ; mi semble que la farandoulo es proun ben menado per si permettre de dansar en tant bello coumpanie* ; coumpagnie* que vaut ben autant, maugra la preferenci de moussu Rimbaud, aquello deis Felibres.
Aro se moun hounoura Peirin vau ben m’accordar de parlar un paouc de iou, li dirai que ma muso qu’appellarai puleou uno charruso de cigalo, es un pauc bouano voyo, un pauc bardouilho, un pauc senso-sens ; sabi que li diran jamai, ni Mise Peçu, ni Mise Sucrado, ni Mise Pesqui-pas. Mai puleou Mise Mès de Mars ! Que voulez ? se conto uno galegeado, poou pas si mettre de gants, la pauro filho ! serie troou empruntado ! Fau ben prendre leis gens coumo soun dins aquestou mounde ! Qu es na pounchu poou pas mouri carra ! Et piei es tant bouan de rire quanto l’ooucasien si presento, que fau pas va regrettar, subretout per lou temps que courre.
Et mi veicito per bouanhur à la fin de moun sermoun que coumenço à faire veni lou souan eis cardelinos.
En vous remarciant, Moussu lou President, ensin que Messies leis Membres de la Soucieta Académiquo dau Var, de l’hounnour que m’avez fach de mi reçaupre, iou un pauras que d’un escrivan n’ai que la grueio, ajustarai per moussu Rimbaud :
Peirin, gramaci per vouastreis bouans counseous, gramaci per l’estubado que m’a fa estarnudar mai que n’aviou envejo, mai per l’amour de Diou, se venez attaquar nouastre bouan Bellot, la glori de nouastro vieilho Prouvenço que Mistrau dau d’haut de sa grandour a auza tratar de Prouvenço levantesquo, e que pamen es la veritablo, et aquello qu’a lou mies counserva lou lengagi qu’a appres au pedas, respoundrai noun pas coumo Cambrono à Vaterloo, mai à pauc près coumo lou Chivalier d’Assas à Clostercamp : A iou, Prouvenço, vaqui l’ennemi !
Que lou bouan Diou vous tengue longtemps siaus et gailhards et iou tamben.
Peise”.
(1) - le conservateur Peise était en effet lié au contestataire Gelu avec lequel il avait en commun la même hostilité au Félibrige.
[2] Le Var, 15-5-73.
“Lettres provençales, n° 24.
Mestre Franc à Mestre Jean Rabasso. La Clapo, per sant Bounifai, lou 14 de mai.
Moun vieil cambarado,
Lou mes de mai es, coumo va sabès, lou mes dei pelerinages en touteis leis capellos de la Santo-Viarge ; cadun va faire seis devoutiens en cauque oouratori, siegue proche, siegue luench ; mai quand disi cadun, m’ahazardi un pauc. Vouali parlar d’aquelleis que, neissu chrestians, voualoun vioure coumo soun neissu, et pas deis autres saventas, vo estroupias de counscienço, que an mes lou bouan Diou à la retreto et que aurien voulountier prouclama la Coumuno au paradis s’avien pouscu li arribar : mai per intrar au Paradis faut un passo-port que leis entarro-chins delivroun pas.
Per n’en reveni, sauras que dilun matin, leis pelerins de Draguignan et deis envirouns se soun mes en routo per Lourdos. Eis Arcs, si soun rescountras eme aquelleis de Niço et de Grasso, et touteis aquelleis braveis gens si soun embarquas dins 24 vagouns ; chascun emportavo soun paquetoun ounte l’avie un pareou de bas, une camiso et de que mangear.
Tout es en ordre, tout lou mounde es encaqua coumo d’anchoïos ; lou chef de garo douno un er de chilet, la campanetto dindo, lou chivau siblo ... Bouan viage, braveis gens ! et revenes ben leou sans et gailhards, eme uno bounao prouvesien d’aigo benesido. Aquello aumen pago pas de drets.
En leis vesen parti ensin, m’es vengu proun de cascaveous en testo. Maugra qu’appelloun acot un trin de plesi, m’imagini que lou plesi sera pas troou gros per aquelleis que soun dins lei troisiemos, que an leis cambos embarrassados per leis paquetouns, leis estagnouns, que sabi mai ! et que soun ooubligeas de restar trento houros assetas sus d’un trouas de bouas. Soun segurs, leis mesquins, d’arribar eme d’agassins, mai pas eis peds.
Es egau, es un trin de plesi.
Figuras-vous un pauc cinquanto persounos ensacados dins uno tabatièro ! Miech’houro après duou pas mau senti l’escauffi ! ... et couro vendra lou moument de mangear un mouceou - car vous pensas ben que la devoutien levo pas l’appetit - couro cadun sortira sa tambouilho ... lou jamboun, lou buou à la dobo, leis sardinos counfidos, lou saucissot, lou froumage, leis aranges, cauqueis sebettos, un pareou de venos d’ayet, senso coumptar ce que mounto de dessouto leis banquettos et qu’appelloun en francès : lou protochlorure de pedium, que prefum !
Es egau, es un trin de plesi !
Et piei en routo poudes pas restar trento houros, subretout après aguer ben mangea et ben begu, senso ... prendre un pauc de distractien ... Aves bello cridar :
“Arrêtez, conducteur, il faut que j’aille faire mon tour ... de promenade !”
Bouan gra mau gra faut que gardes vouastre ... chagrin jusqu’à Marsilho, à men de ... Mai alors que diram* lei vesins ? Es verai qu’à Marsilho l’y a uno vingtèno d’oouratoris et aves quienze minutos per vous ... diverti, fa dounc 20 persounos per minuto. Eh ! ben, multipliaz 20 per 15, acot duou faire 300, et se lou diable es pas moun ouncle, en aqueou compte, esten 600 n’en restara 300 que ...
Es egau, es un trin de plesi !
M’an dit, et sabi pas s’es verai, que si trobo plus un soulet poualoun dins tout Draguignan et dins leis envirouns.
D’ounte vent que s’es fa un tant gros rafle de poualons, meme d’aquelleis que an ges de coua ? Mi songi qu’es per pas faire lou bouilhabaisso lou long dau camin. Que diable voualoun faire de tant de poualouns ? Va saurem quand seran de retour dau trin de plesi.
Et la nuech, quand lou souan leis arrapara aquelleis braveis gens, se n’en van faire de saluts eme la testo, en avant, en arrie, à gaucho, à drecho ... basto que fagoun pas leis capouchins de cartos ! que gangui ! et lou matin quand si revilharan et que si regardaran eme d’uils coumo de boulo de loto.
Es egau, es un trin de plesi !
Es pas lou tout, si troubara dins aqueou trin pas pau de vouyageours qu’auran pas paga seis plaços, et à l’arribado l’aura un brave boucan. M’acordarez ben que chaquo frumo aura embarqua eme ello au men uno ... nièro. Dounc se l’y a 400 frumos, acot duou faire 400 nièros que anaran faire vesito en aquelleis dau peïs. Pourra ben si faire que dins aquelleis de Draguignan se n’en trobo cauqu’uno de radicalos, et se aquelleis de Lourdos soun legitimistos ? ... et piei leis unos parloun lou prouvençau, leis autros lou Bearnés, et coumo faran per s’entendre ? Que chaple va l’aguer ! que de coous d’ounglos ! que malhur ! que desastre !
Adiou, moun homme, au retour ti countarai de fiou en aiguilho tout ce que si sera passa dins aqueou trin de plesi.
Mestre Franc”.
[3] Leis talounados de Barjomau eme aquelleis de Cascaveou, seguidos de Leis amours de Mise Coutau, F.Peise, Membre de la soucieta academiquo dau Var, de la soucieta scientifique de Draguignan et que a gagna leis Joyos eis juecs flouraus d’Azaï en 1864 et en 1869, Draguignan, Latil (1), mai 1873.
(1) - Latil, gérant du Var.
[4] “Lou Bouillabaisso” (Cf.1872) est doublé, pour faire bonne mesure, de “Uno indigestien”. L’ami Reifouar est malade, et manque mourir : “Mai qu’as mangea que t’a douna la fèbre ? / Cauquaren que l’avie troou de pebre ! / Qu’ero dounc ? ... - Quasi ren... / -Mai pamen ... -Per ma part / Ai ligi lou Progrès dau Var !!!”. Peise donne aussi “L’Aï coumunard”.
[5] Le Progrès du Var, 4-9-73.
“Pignans - Uno proucessien noouturno. Barna et Bartoumiou.
 Bartoumiou ! o Bartoumiou !
 Tè siès aquito, Barna ?
 Cu es qué fasié lumé à la proucessien dé ier oou soir ?
 Pourriou pas troou ti va diré, maï sé m’en rappelli ben, en va demandan aou prouverbo buléou eou va ti dirié.
 Ero pas viléno aquelo manifestatien politico-religiouso, parei Bartoumiou ?
 Noun dé sort, noun, surtout que la fin ero ben lou pendent doou coumensamen. Mi semblo que la ritournello tant agreablo de “oh Mario !” mi cascareio encaro dintré leis oourillos. Millo moundadou dé sort, quero pouri aquéou pas dé marcho ; n’en avié que lou trouvavoun tant agréablé à canta que buléou esto nué an pantailla que lou grand habilla dé négré qué suzavo tant, lou li fasié répéta. Penso en paou Barna, qu’uneï belleis paraoulos : Les prières seront nos armes, / Et la croix notre étendard !
 Non, Bartoumiou, éro pas ben ensin, mi semblo qué li duvès mettre caouqué changeament. D’ailleurs ti sérié excusa se ti troumpavès, car as coumo iou, as pas gaïré gaouvi dé paréou dé brayos su leï plancho dé l’escoro, maï ti duvès troumpa.
 Diou pas noun, Barna. Crési qué din tout l’univers, din tout sé qué viro et din tout sé qué viro pas, la viroun, la viretto crési qué n’ia qu’un qué si troumpo pas. Es ? ... mi semblo qué soun noum es oou bout dé la lengo ... es ... ajudo mi, Bartoumiou, viguen, coummo li dien oou papo ?
 Per aco, coummencen per lou coumenssament.
 Vouas coumença alors per San Pierre.
 Non, aco es troou luen ; la mémoiro mi servé pas per ana parla, en saven, dé doui mille ans. Sero moussu lou Patacuraire, éou es habilé dins aquéleis carcus ; penso en paou, mi disié un jour émé leïs provos din la mémoire, qué soun grand-péro ou soun ounclé es fabrican de caouvo fouar, avié agu la magnifico ideïo de faïre de sa testo lou réservoir ounte si rendé tout l’esprit dé seis produits, penso sé n’en duou avé despuei proché de cent ans qu’aco duro. Maï iou mi senti pas capablé dé m’aganta eï souvénir. Si coumençavian en d’aquéou qu’a un noum tant facilé à diré, qué chascun poou, oou men uno fes per jour, noumma invoulountariment maï par necessita. Sabi qué soun à poou près d’oou mumé timbré, soulamen lou proumié si dis gaïré en coumpagnié, es pas men un noum dé papo.
 Chutto Barna, li siou. Aou proumié, en parten doou cinquième, Pi cin, Pi siei, Pi set, Pi vué, Pi noou.
 Es aco, es aco, Bartoumiou.
 Alors leisso mi termina moun discours. N’en eri crèsi à l’infaillibilita. Eh ben, va duves saché, despuei tres ans es infaillible, Pi noou. Duou avé oou men proché de nounant’ans su l’esquigno : a resta maï de vuetant’ans pecadou e viei si poou plus troumpa. Emé tout aco, can si troumpavo enca agué la precooutien de m’empougna dous soous per franc, es aquélo perto dé soous qué la fa qué jamaï plus va li pardounaraï. Perdré un kilo de pan et un soou dé pébré per Pi noou ! Vaï perdu, maï li va douni pas.
 Ni iou, Bartoumiou, l’aï leissa la graïsso dé tres péços de vingt soous, é crésès qu’aqueleï siei soous mi vendrien pas ben ? Lou restéli pas l’argent.
 L’y a troou à dire su tout aco. Oousito sé si teisavian, es qué anarié pas mies ?
 Fen vo”.
Le Progrès du Var, 21-9-73, dans le feuilleton de Gustave Darny, par ailleurs intervenant politique, “Un roumerage”, une belle chanson d’amour “avec tout le charme de l’idiome des Troubadours : Roussignolet, cigalo, teisas vous / Aoussès lou cant de la bello d’Avous”.
[6] Louis Pelabon, Magaou et Canoro vo lou Proucès doou pouar, comédie en un acte et en vers provençau, Toulon, Castex, 1873, Toulon, Laurent, 500 ex. Février 1873. La 1ere édition est de 1835.
[7] Le Touche-à-Tout, 1-6-73. En arrêtant ses “Scènes populaires provençales”, Dominique écrit : “Adissias. Et Jeannet s’en anet tout coum’éro vengut ! Ai pareissut oou mittant déi troubairés prouvençaous senso crida : gare de dessouto et aviou gross’envijo de m’escapar senso tambours ni fleitets, maï aï pensa qué serié malhouneste de pas dire adissias et gramaci éis gens tant coumplésents qué si soun countenta dé merlatos faouto dé tourdrés (1). Encar’un cooup adissias et gramaci. Bénézi”.
(1) - écho de critiques fréquentes : Bénézi n’est que le pâle rival de La Sinse.
[8] Le Touche-à-Tout, 22-6-73, L.Pelabon, “A Thiers : L’Europo n’en counvent ; la plumo de l’histoiro, / Escrioura pas de noum plus grand qu’aqueou de Thiers ! ”. A la décharge du flagorneur, remarquons que Thiers doit alors quitter le pouvoir, et que l’Ordre moral va commencer.
[9] Le rapport de Gaut , les textes des lauréats, les discours sont publié in Bulletin de l’Académie pour 1873.- Concours de poésie, histoire et d’archéologie, ouverts à Toulon sous les auspices de l’administration municipale. Poésies et mémoires couronnés dans la séance du 7 juin 1873, Toulon, Laurent, 1873.
Mentions honorables : Richier, pour “L’Agriculturo”, Peise, avec “Lei dous* vèuse”.
Gaut salue ainsi Richier : “A Richié, de la Tourre, à l’oubrié manescau, / Cantant l’agriculturo en tabasant l’enclùmi ; / Devendra fourjèiroun en fourjant de contùni”. Et Peise : “Vaqui l’esprit prouvençau / Lou conte galejaire e plen de talounado / [...] Tanbèn sei bachiquèli an l’esté populàri ”.
[10] Victor Bourrely, de Rousset, médaille d’argent pour “Un villagi coumo n’en a gés”. Pièce publiée in Recuei de Pouësio mesclado de Proso pèr Vitour Bourrelly, à-z-Ais, Aubin, 1877 (posthume : V.Bourrelly, 1809-1876).
“Ero beu lou tèms mounte l’ome dóu campestre s’óucupavo que de sa vigno, e anavo pas, dins lei soucieta secrèto, prene de liçoun de desordre e d’imouralita. La pas alor regnavo entre vesin e dins l’oustau, e lei paraulo èron d’ate. Lei poupulacien avien la fe, e la fe l’inspiravo la soumessien à la lèi deis ome coumo à la lèi de Diéu. En vesènt la demouralisacien de nouesto epoco, ai de fes regreta bèn sinceramen lei tèms de puro e sano cresènço e de simplicita. Es aquélei sentimen que mi fèron coumpausa, pèr lou councours de Touloun, en milo vue cènt sètanto-tres, la pouësio qu’anas vèire. Lou presidènt de la coumessien mi fé lou repròchi, dins soun raport, d’avé semena dins moun champ quàuquei caussido poulitico. Disi pas que noun ague rasoun. Mai mi v’a perdouna, d’autant mai que m’a decerni uno medaio d’argent”.
Suit l’apologie du village idéal et cette conclusion, lue devant le public républicain de Toulon !
“Mai quouro e de quinto maniero / La Franço se redreissara ? / Faudra de tèms : acò sara / Quand veirés plus, dins lei carriero, / D’ome courre après la bandiero / Ounte es escri lou ça-ira ; [...] Sara quand la grando assemblado, / Travaiant pèr l’ordre e l’unien, / Contro l’intrigo e lei passien, / E contro la libro-pensado / Tant furiéuso e tant enrabiado, / Assoustara la religien”.
[11] Fortuné Martelly, de Pertuis, médaille d’or. F.Martelly, Lei dous Poutouns, Toulon, Laurent, 1873. 200 ex.
[12] Le Touche à Tout, 15-5-73.
“Compte-rendu de la soirée artistique et littéraire Par la coumaïré Poutigno.
Alors, moun bravé moussu Ursus, voulès meis impressiens de la souarado qué sès dounado oou théâtré dissato passa.
Péccaïré ! toumbas maou...
D’abord aï ooujourd’huei la mèro soulevado ... buï .. ès lou livagnoou qué mi gounflé coum’un sézé ... aquello maradié mi ven dé luen... dé moun proumié ... lou paouré moussu Oouban (en paradis siégué, éro un brav’homé, fazié fouasso ben eï paouré) vouï ... mi la dérabé émé leï ferré ... maï qué voou vous canta acquito ?
Parlen d’aoutro cavo ... qué vous disiou ? ... ah ! li siou.
Hé ben ! vous racountariou voulountiers meïs impressiens dé dissato oou souar, maï sabi pas escriouré en francès ... counouissi qué lou prouvençaou, la lenguo qué ma mèro m’a après ... aquo* vous fach ren ! lou prouvençaou vous agrado ! séren léou d’accord alors.
Téné, coumo sias un bravé moussu (acquo* si vés dins vouastrïs uïs é su vouastro bouano facho dé chrestian) quand Toino, moun hommé mi prouposé d’ana oou théâtré, l’oouriou claffi dé caresso, si leï caresso éroun encaro dé nouastr’iagé ... aimi tant la musiquo !
Aï toujours pensa qué lou bouan Diou nous a douna la musiquo per nous ajuda à supporta leï péno dé la vido ... aquo vous bresso, vous bindouasso ... é sé pluguas leï uïs, alors dirias qué leïs angé vous mountoun dins lou ciel.
Téné, sabès pas perqué mi siou maridado émé Toino ? hé ben ! parce qué jugavo doou flageoulé ... moun bravé Toino ! certo, li vouliou ben, maï quand avié l’ooutis à la bouco per iou, voulié dès francs dé maï.
Coumprenés alors qué la souarado de dissato éro uno festo per nous aoutré, ooussito s’en sian douna aven pas plugua l’uï d’un instant ; aven pas badailla ... é sabés, fazié caou, é la maradié mi tracassavo ...pourtant mi siou pas trouva embarrassado un soulet moument ... aï pas agu besoun dé toussilla.
Leï musicien an jugua d’abord un’ooubado qué manquavo pas tip. Toino m’a dich qu’éro un mouceou d’un chivaou dé bronzé ... leï chivaou frux m’oourien maï agrada.
Puï, lou mairo a près la paraoulo.
Ah ! aquéou si poou flatta d’aïma soun païs ! maquareou ! va la pas manda diré, anas !
“Nous, les provençaux, a grida a haouto vouas, nous sommes des braves gens que nous faisons du mal en dégun ; nous aimons la poésie, la peinture, toutes les choses qu’on fait de plaisir à l’esprit et élèvent le cœur ; seulement (ah ! l’avié un seulement) faut pas qu’on nous coousigue les agassins, ah ! maquareou ! si on nous coousigue, si on nous espooutit les arteou, alors nous sommes plus des bons amis ... le coquin de sort on nous monte au nez, et alors viro maou”.
Acquo, ès cé qué s’appello diré leï quatreï vérita eï gens .. sian ben ensin, anas nous aoutres Prouvençaous ! fen souvent leï marri, maï qu’u nous parlo émé bounta, nous endraillo.
Après lou mairo un moussu ès vengu dire uno messo basso ... espéravi, lou moument dé mi mettré à ginoux, et dé faïré lou signé dé la crous ... aqueou moument ès pas arriva ... tant pis ! un signé dé crous éscounoumisa per un’aoutr’occasien.
Douïs artisto de Marseilho si soun alors avança per canta un’arietto dé Patrarquo, l’ooupéra d’oou pitoua Duprat (1) ... Toino respiravo plus, et iou mi téniou tant qué poudiou ... sabi pas acquito cé qué sès passa ... tout lou moundé espéravo é coumençavoun plus ... lou pianisto éro malaou ... lou nas li soounavo é per l’arresta lou sang l’avien més la claou doou piano dins l’esquigno ! pareï qué an agu fouasso péno per la li léva ...
Dès lou coummençamen de l’arietto, Toino m’a serra la man, oou mitan mi dansavo sur leï pipiou et quand soun esta à la fin, meï paoureï man é meï poureï pé éroun en marmélado ...
Per iou, éri plus d’estou moundé ... oouriou baïa* lou bravé moussu XX ... qué a leï brigue dé caïré, tant tout mi pareïsié béou ...
Après d’aquo, moussu Victor Gelu, un bouan vieil, asséta dins un fooutuï, a dégréna une histouaro en prouvençaou, lou crédo de Cassian. Cassian ès un pastré qué racounto àn’un jouiné matelot seï crouyanço sur l’aoutro vido, après la mouart ... Toino badavo, badavo qué fazié veïré leï talouns ... iou brounchavi pas maï qué sé m’avien assétado su d’un paratonnerro ... foou diré sian dé gens simplé nous aoutré, é leï belleï pensado, quand soun ben dicho nous rendoun coumo lou ravis dé la crécho.
Es vengu un moument pourtant ounté Toino sès vira douçamen vers iou et iou vers Toino (va si sérian pas dich) è Toino avié leis uïs qué li souravoun, è iou aviou un vala su lei gaouto ... Escoutas, sian viei toutei dous ... si voulen toujours ben ... è nous fach tant plési dé creiré que nouastr’amour finira pas em’aquesto vido ... qué si veiren mai ! ... qué s’aimaren toujour, toujour. Es tant bouan dé s’aima ...
Bravé moussu Gélu, merci ! nous avès dich dins un lengagé sublime cé qu’avian dins lou couar, bravé moussu Gélu, merci.
Voulès qué mi répaousi un paou, moun bouan moussu Ursus ... aquo mi fara ben et à vous vous fara pas maou ... à déman la bouano saru.
La coumairé Poutigno”.
(1) compositeur toulonnais.
Le Touche à Tout, 22 juin 1873.
“Ounté nériant ? véguen ! A ! Li siou ... ès deïs histouaro coumo deï bas, foou pas li troou leïssa dé maillo.
Moussu Gélu vénié de nous émerveilla émé soun crédo dé Cassian ; Toino é iou avian suivi lou vieï pastré dins sa proumenado oou found d’oou firmament ; touteï dous érian candis.
Erian plus d’èstou moundé ... ooussi quand lou vioulounisto s’ès mès à si drandailla émé soun ooutis, a agu bello faïré leïs uïs dé putuguo, douarbi la bouco é la ferma, si chavira leï bréguo é deïcito é d’eïla, manda la testo à hiroou é à dia, réguigna doou darnier, tout acquo èro coumo si avié canta femmo sensiblo, à la pouarto d’un paour’hommé.
Toino é sa mouïé navigavoun oou septiemé ciel é n’èro pas l’ooutis d’aquéou bravé pitoua qué oourié agu lou poudé dé leï faïré descendré.
Si vioutavian dins l’infini émé moun béou Toino despui sabi pas quand dé temps : quand si fech un silence qué nous estouné. Douarberian leïs oourillo grosso coumo dé portissoou, s’espéravian en quoouqu’arren dé béou. Ah ! vouï, un aoutré moussu si metté maï à diré uno secoundo messo basso (1).
A pèno avié coumença qué Toino en sourien, digué fouart, anen aquo va ben ité, missa est.
Hurousamen leï cantaïré venguéroun en paou nous releva lou couar ; alors leï bouquets, leï courouno plouguéroun su lou thiâtré. N’en agué per touteï anas, é n’en resté encaro per lou peï frégi ... si vés qué sian oou més deï flous”.
(1) seconde intervention félibréenne.
[13] L.Pelabon, La peste de Toulon en 1721, Toulon, Castex, 1873. 300 ex.
[14] Le Touche-à-Tout, 6-7-73.
“A Moussu Louis Pelabon. Responso.
M’avès dédia un poëmo, / (Vous remerciou ben doou batêmo) / Ounté mi countas longamen / Lou refus que l’academio / A fach de vouastro poësio, / Ce que vous rendé pas countent. // Avez choousi un mari jugi / Car mi siou deraba lou fugi / A déchiffra lou prouvençaou / Deï vers qu’an gagna la vittoiro. / L’aï perdu touto ma mémoiro / Et huech jours n’eï esta maraou. // Vésés que pouadi pas vous diré / S’aquelleï vers m’an fach vo riré, / (Car lai ren coumprès) vo plourar, / M’an fach l’effet d’un bouan emplastré / Su d’un bouteou de bouas : leis astré / Soun plus facile à déchiffrar. Zampa”.
[15] La Guêpe de Toulon, n°1, 19-10-73 - “Préfaço senso libré.
Bravéi gens doou quartier vieilh, la bouano sarut Diou vous douné, et, à iou, proun dé toupet per oougear vous triar léi niéros uno fés per sémano et diré vouastréi quatré véritas. Branquégi, sabès, et pas per ren. Oh ! es pas d’uno espooussado qu’aï poou, Messiès ; crégni pas qué m’habilhés dé la bello manièro quan passaraï, meidamos, non. Ma crento é ma poou soun dé m’estré figura qu’és tant facilé qu’aco dé prendre la luno émé lei dens, et qué, maoougra qué siégui qu’un apprenti, pouraï vous plaïré coumo vous an pleisut Moussu la Sinso é Moussu ... soun clar dé luno (1). Sabi qué déjà l’afficho sénobri qu’an rapéga sus léis ooustaous a més lou péou ei favos et qué lei faros dé l’Académio van m’espélugear coumo uno mounino espélugeo uno nouï.
Sabi ooussi qué vous agrado pas lou soubriquet dé Testo dé sardino. Qué vourès ! agradar en cadun é à Moussu lou Dirétour d’un journaou si pourra quan la mar séra senso aïgo. Vigeas-la, véiren après.
Vous oouriou counta ooujourd’hui l’histoiro dé La Filho rooubado, maï s’encapo qu’és pas lesto. Li perdré ren ben ségur, car en plaço dé pampailleto vous dounoun une perlo, L’Ayé, noço prouvençalo, d’un escrivan qué counouissès ben (2).
A Dissato, lou prumié roumadan.
Féli Barouffo”.
(1) - La Sinse et son pâle rival, Dominique - Bénézi. (2) - C.Poncy.
n°2 - (26-10-73), chronique “Lei testos de sardinos, us et lengagi doou quartier dè besagno”, Féli Barouffo donne “La Filho rooubado”, en prose.
n°4, 8-11-73, “Lei testo de sardino. Us et lengagi doou quartier dé Bésagno.
Un arléri qu’a crésu mi faïré pèno m’a manda, l’aoutré jour, uno scèno pouvençalo émé la lettro qué vaqui :
Moussu Féli, L’entendes ren ! Vouastro filho rooubado ès pas uno scèno, ès un conté de mestre Arnaou. Avès encaro bésoun dé liçouns, et mi permetti de vous n’en dounar uno per ren. Si la suivès pas, sias un darnaga. Miquéou l’Hardi.
Grand merci ! Per vous punir, moussu lou beou parlur, vous faou imprimar tout viou.
Avias ooussi besoun d’uno pichouno liçoun, qu’aco vous n’en siervé. Féli Barouffo”.
[16] Le Var, 17-8-73, “Coumpliment à l’autour” d’un quatrain sur la croix de la Sainte-Victoire, par “B.J. Aumonier des Carm.”. Le Var, 12-11-74, compte rendu de l’ouvrage collectif Lou libre de la Crous de Prouvenço publié sans le poème de Peise.
[17] La Sentinelle, Ainsi le 10-2-74, on lit dans le compte-rendu d’une réunion à Saint Cyr, où l’orateur traite de l’amendement Barodet par rapport à la suppression de la morale. “Une bonne veuve, femme du peuple” s’écrie “Oh lou gus ! serié-ti pas miès plaça dins un poussiou, qu’à la chambro deis députas”, et toute l’assistance est de son avis.
[18] J.B.Menut, “Avanças pople des Prouvenço / Vèni vous d’ouna uno l’içoun / Avanças l’eou agues pas crento / Et pénétras ben la résoun / Vous diraïs que la Républico / A subi touteis lei dangiez / mai ooujourd’hui din la Patrio / Lan courounado des l’oourié”. Texte manuscrit, donné in J.B.Menut, Association d’Histoire Populaire, Tourves, 1995.
[19] Le Var, 26-2-74, en première page une parodie plaisante, “La mouar de Polito, Récit de Théramèno” , anonyme. Le 23-7-74, il donne des extraits de la traduction provençale de 2e eglogue de Virgile, par Méry - 26-11-74, B. “Le Mistral” : “Oh ! si soufflavés doux sus nouastré beou peïs, / La Prouvenço seriet un pichoun paradis”.
[20] C.Peironet, Leis escoubetos de Brugas, chansonette provençale par J.César Peironnet, improvisée le 3 déc. 1874 et dédiée à la joyeuse, attrayante et séduisante jeunesse du Puget-sur-Fréjus, Draguignan, Gimbert fils, 1874.
“ [...] Quoique nouvici / Lou beou Puget / Fa moun delici / Parlo soulet / Leis escoubettos (1) / Es quoouquaren, / Car leis filhettos / Leis fan troou ben // O que benèstre ! Va creires pas, / Vourriou ben estre / L’ami Brugas ! / Sadin la coualo / N’es tout soulet, / Vite rigoualo / Oou Plan Puget // Aqui s’entasso / Ben oou souleou : / Coumo delasso / Per Sant Andriou ! / Lorsque la fillo / N’en fa lou faï, / La perlo brillo, / Aco mi plaï. // A l’etiquetto / Souto sei degts, / Lou brugas peto, / Si fa soulet. / Après si serro / Su leis ginoux / Diou, sus la terro ! / Qu sian huroux ! // Lou travail lèguo / Millo mouyens : / L’ouvriero prègo / En travaillens. / La feniantiso / Fa tout lou maou ; / L’on s’en aviso / Senso fanaou. // O joueineis fillos ! / Fremos ! Vieillards ! / Dins les famillo / Chassen lei fards. / A la canaio, / Roumpen leis bras, / Quand l’on travaillo / L’on a la pax”.
(1) - la confection des balais de bruyère était une activité importante.
[21] Poésies diverses par M.Victor Thouron, élève de l’école normale, président de la société académique du Var, Toulon, Mihière, 1874.
[22] La Sinse, La Vie Provençale. Scènes populaires, préface de Louis Jourdan, dessins de Nizzéus, Toulon, Mihière, 1874. 500 ex.
“A Louis Jourdan.
Mestrè !! oou mès dé maï, quand la plumo a poussa su l’esquigno deï niados, leï niou soun plen d’esfraï ... Souto leï téoulés deïs oustaous, leï dindoulets, espoouris d’enfornia, réguignoun é pioutoun émé dé larmos dins la vouas.
An leïs alos tant faibles !!! Sé fléchissien dins l’er blu ounté si van lança ... Peccaïré ! su la terro en toumban, sugu, s’espooutirien ...
Subran plano souto la niado en plours uno maïré dé dindoulettos ... Lou temps a blanchi lou duvet dé soun frount ; maï, souto la capo doou souléou, l’y a pas sa parièro per, d’un coou dé plumo rapido, piqua dret dins lou vent é si jugua dé la tempesto... Lou dindoulet poourous, assura dé trouva un’alo maternello per sousténi seï proumiers pas, alors enfornié tout joyous.
Vous tamben, mestré Louis, avès coumprès ma poou ... Vouastr’alo vivornetto a tengu à plési dé mi faïré esquignetto. Doou préfound dé moun couar vous creïdi gramaci.
La Sinso.
 Lettre de Louis Jourdan. Paris, lou 25 abriou 1874.
Moun bravé Ami.
Véni dé lou légi aquéou capoun dé libré qué, enca’n paou, n’en crébavi dé riré.
Et avès lou front dé mi démanda uno préfaço.
Qué préfaço ! Es qu’un libré ensin a bézoun dé préfaço ? Maï, mount’avès la testo ?
Uno préfaço ès toujou un paou uno récoumandacien ; ès un Moussu qué ven davan lou publi et li dis : “Fès ben attentien ! Cé qu’anas légi ès pu béou qué naturo. Lou particulié qu’a escri aquéou libré ès pas un ... taroun, poudès mi creiré parcé qué siou dé seïs amis, etc., etc.”
Avès pa bézoun d’aco, vous, vouastré libré si récoumando d’éou mémé et vous respouandi qu’aquéou qué n’en légira la prémièro ligno voudra ana jusqu’oou bou. Fara coumo iou, si tendra leï couastos.
M’avès fa faïré uno pinto dé bouan sang et vous n’en ramerciou.
Sabès ! Es pa facilé dé mi fa riré. Emé tout cé qué si passo, avèn pa lou bouchoun à la rigolo eici, à Paris. Si vis dé caouvo en aquestou ten qué jamaï, dé ma paouro vido, v’aouriou crésu poussiblé.
Vouastré libré es vengu à prépaou et crési qué touteï leï Prouvençaous lou ligiran émé lou mêmé plési. Parli deï Prouvençaous qué parloun enca nouastré dous lengagi. Maï, aro, ven dé modo dé l’ooublida.
L’a pa lontèn qué disioù à-n-uno jouino damo dé nouastré péïs : “Sias fresco coum’uno flou dé peséguié”.
Mi digué d’un pichoun ton pounchu :
“Je ne comprends pas le provençal”.
“V’en faou pa moun coumplimèn, li diguéri, vouastré pèro qu’èro marchand d’ori, vouastré gran-pèro qu’èro tounèlié lou parlavoun et aco leïs empachavo pa d’estré dé braveï gens”.
Aquelleï belleï damos et nouastreï mousseiros si soun foutu din la testo qu’ès marri gianro dé parla lou prouvençaou. Qué voulès qué vous digui ? Mi fan toumba l’avélano !
Vous, qué sias un bravé pitoua, avès tengu à ounour dé counserva lou parla dé nouastro Prouvenço qu’ès nouastro mèro tamben.
Avès fa miès qu’aco : avès pinta un tabléou qué restara per nouastreï pichouns enfants.
V’en féliciti.
Aï ren à vous réfusa, vous mandi doun la préfaço qué mi démandas, maï l’escrivi en Francès per qué aquelleï qué saboun plus lou prouvençaou sachoun oou mèn cé qu’avès fa.
Adessias, moun cambarado, la bouano salu ! V’esquichi leï cin sardinos.
Vouastré vieï ami. Louis Jourdan.”
[23] Lou Bouan Prouvençaou, Armana doou Var per 1875, Toulon, trois pièces de G. de Six Fours (1). “L’enterramen doou Frèro peniten blanc Feraou de la counfraïriè de Reynier”, pièce plaisante - “L’erre”, moralisant - “Tanto Catharigno Champagno de Siei Four” : elle a sauvé les reliques lors de la terreur. “Lou lendeman, dous cents voulus / Que per maou faïré sabien l’us / Escaloun à Siei Fours, roumpoun lou tabernacle : / O proudige ! ô miracle ! / Leis vasos sacras li soun plus”. La pièce se termine par la leçon donnée par Catherine à une jeune pimbêche.
(1) - le curé Garrel, déjà rencontré en 1866.
[24] La Sentinelle, 30-1-75.
“Nous recevons d’un bastidan la lettre suivante.
Moussu lou Rédactour,
Siou qu’un paouré bastidan, mai dé bouano fé mi grèvo dé toujou téni moun chin à l’estaco, lou paouré Milor qué descasso tanben lei voulur de lapin. Siou pas saven, sabi pas coumo en durben un chin si poou recounouisse la ragi, dien mémé que lei médecin dei besti soun pas d’accor aqui dessus, l’un dis qué si récounouissé oou couar, l’aoutré ei tripo, un aoutré oou féjé. Tout cé qué sabi es qué sé Touroun é soun terrouar an agu lou privilégi déis chins enragea, es mai qu’estounan qué lei villagi d’Oouriouro, dé la Valetto, dé la Gardi é sei terrouar qué tocoun aquéou dé Touroun, agoun pas vis un souret chin gasta. Tamben si poou diré qué si léi chin dé Touroun an agu l’apidamio dé la poou. Chascu crégnié per sei boutéou, mémé lei frumos, quoiqué leis aguessoun tapa per seï longuei raoubos. Sé cooucun vénié dei bastido, coumo ooujou véni din Touroun émé léi chin gasta ; maï soun toutei emmourailla. Es igaou ren qu’en vous régardan vous pouadoun enrabia. E la poou s’estendé, é chacun s’armo, qu d’un pistoret, qu d’un fusiou, qu d’un gros bastoun, é chascun si crés en dré dé massacra lei chin qué rescontro.
Coumo fénira tout aco ? Nouestré mestré qués un Francio cantavo l’aoutré jou, et le combat finit faute de combattants. Tanben pensi que Moussu lou Mairo, quan l’ooura plu gés dé chin, ourdouna qué lei leissoun libré.
Un bastidan”.
La Sentinelle du Midi, 16-2-75.
“Nous recevons la lettre suivante :
Moussu lou rédatour. Sias esta assas bouan per escouta un coou lou paouré bastidan, pensi qué lou réfusarés pas aquesto fés. Meï vésin mi dien un paou avouca, avouca dé restanco sé vourés, maÏ permetté mi dé pleidéja encaro un paou per lei chins. Senso douté siou ben counten d’estré plus ooublija dé tenir toujou estaca lou paouré Milor, é nen rémarciou moussu lou méro, a près encaro un bouan arresta su leis chinos en foulié. Maï n’en veïci un qué mi va pas : tout chin qué aura mordu sera abattu. Mi semblo din moun pichoun bouan sen, qué l’oourié fougu coouqueis esplicatiens. Car lou chin poou estré tartuguéja, pica, maouména, é alor fa qué si venjea. Per qué la dé chin dé gardo ? Per garda senso douté. E coumo lou chin, n’a ni fusiou, ni pistouré, foou ben qué si servé dé seis armos naturéllos en gardan. Diou tout aco, per qué arribé pa a moun paouré Milor, cé qu’és arriba a Piéblan, d’oou coupaïré Vincen, vésin d’un fooubour, lou coupaïré poudié pas abarri un rin ni uno figo. Leis enfan d’oou vésinagi va li riflanvoun tou, avié bello si plagné eis parens - va li manjeavoun ver. Fenisset per si facha, si cachet émé Piéblan soun chin, quan leis gamins venguéroun, li court dessus, maï Piéblan qu’anavo plus vité qu’éou aganter leï braillos d’un galoupin, en déchirant leïs braillos, parei qu’escréviet la peou, quan lou galoupin rintret a l’oustaou, lou païré et la maïré siguéroun furiou deis braillos déchirados fouasso maï qué lou tafanari escrévia, maï si diguéroun, trouvaren mouyen dé si venjea. L’omé va veïré lou coumissari doou quartié, li desclaro qué lou chin dé mesté Vincen a mourdu soun pichoun, dé suito dous agen dé poulisso van a la bastido dé mesté Vincen e tuen soun chin souto seis ueis. Eh ben ! aco es pas justé, lou chin a pa toujou tor é réclami per éou, leis circounstansos atténuantos qué leis juras accordoun toujou eis omé et coouquéfés mémé, eis parricidos. E fin qué lou mestré d’oou chin coumproumés pousqué n’apéla oou coumissari, vo mémé oou mèro, avan dé veire tua soun paouré ami qué sés coumproumés qué per lou défendré. L’anédoto qué véni dé cita és pas un conté en ler, és uno vérita.
Un bastidan”.
[25] La Sentinelle du Midi, 19-2-75.
“Lettre Provençale. Uno pichotto Prouvençalo à moun ami Venturo, de la Peyrardo.
Chavano, lou 2 fubrié, lou béou jou de la Candéloua.
Moun viei Venturo, laïsso mé t’en countar uno bello ? Lou counséou radicaou de Chavano ven d’estré suspendu (1), et vaou té diré coumo : L’aoutré dimenché, nouastré cura, un sant homé que s’embarrasso doou ciel ben maï que de la terro, et de soun bréviari pu léou que deis papiés publics, digué aou prôné : Mes frères, poudié ben diré : Mes sœurs, perqué, coumo es d’usagi dins touto coumuno en prougrès, li avié pas un homé à la messo - maïs, es égaou, digué : Mes frères, nous célébrerons cette semaine la fête des Rois, l’une des plus solennelles de l’Eglise, etc. La festo deis Réis ! à Chavano ! viédazé !! aco toumbé pas oou soou, et, léou, lééou, lou prôné doou cura eigué fa lou tour doou villagi. Vaqui qué lou gouapou doou counséou, un goouzié radicaou qué avalo en saouço démoucratico et soucialo, diraï pas un vicari, aco es encaro troou marluço, maï un cura de grando parouasso senso li faïré toucar bando, tout coumo un bidounié avalo un mouïssoun dins un canoun de gros blu ; dounco l’aïglo doou counséou, Taravello, lou carrettié, vité, mando lou varlé de villo faïré créida pertout, que lou counséou se rassemblesso subran ! Et te diraï qué lou varlé de Chavano a uno embouchuro doou fué de Diou ; un coou de troumpetto coumo n’as jamaï entendu ; taramen, que lou dimenchi, après la messo, couro bouffo dins soun tiro-vin, fa bramar, de la part de l’ooutourita, capéou à la man, touteis leis azès deis venduzos d’ortouraillos. Dounco, émé un coou de troumbouno daquello futo, té demandi si la municipalita se fagué espéra ! Moussu lou Mèro, un francio de Paris, arribo en paou esboulifla daquéou raviro-meinagi, et dis à soun coounséou, déjà en séanço : Mais, Mais, que se passe-t-il donc ? La république serait-elle morte de la rupture d’un anévrisme ! Et Taravello, agantant la paraoulo, ripouasto dins soun jargoun : “Citoyen Maire, c’est pas de ça qu’on s’agit ; mais il s’en manque pas d’une line*. Il z’y a dans ce pays un cléricaux qu’on conspire contre notre bonne république qu’elle veut le bien de tout le monde. Ce cléricaux, il est le curé de l’église qu’on a eu la fronterie de dire dedans sa chaise de vérité qu’il ferait cette semaine la fête des Rois !! Oui, la fête des Rois !! Citoyens, je demande qu’on tire le rideau sur la statue de notre liberté, et que le conspirateur on soit pendu dans ses fonctions”. Comment, pendu !! li ripouasto lou Mèro, que n’es pas un estordi, vous voulez dire, sans doute, suspendu de ses fonctions ? Parfaitement, li fa l’aoutré. - Mais il n’est pas dans les attributions du conseil de - Parfaitement ! Mais alors j’opine pour susprimer au curé l’argent qu’on a à notre budget ; car il faut qu’on soit puni pour insulte ! et conspiration contre notre république. Et lou Mèro a béou corna eis oourillos de soun counséou, que lou cura, en d’aquello ooucazien, a ren fa ni ren dit contro l’ordre establi ; que la festo deis Reis es dins touteis leis armanas, et si célèbro dins touteis leis gléisos de Franço et de Navarro, poou pas si faïré escoutar. Et finis per se dreissar et dire : Allons ! allons ! Messieurs, un peu de dignité, et croyez bien qu’en persistant dans cette singulière idée, le conseil municipal donnerait à l’autorité supérieure le criterium de son - basto ! basto ! creido Tisto, lou manichaou, naoutré dounar de cristéris à l’ooutourité ? Hé ben, si lou parfé a bézoun de si faïré lavar la tripailho, coumo es veraï que siou Tisto lou vétérinari, sera pas lou counséou de Chavano que boutara la man à la soourengo !! Et touteis de bradarar : Parfaitement !! Parfaitement !!
Et paou de jous après aquello scèno radicalamen ridiculo, lou Préfé, sur lou rapport de nouastré Mèro, décidavo qué, couro un counséou pren l’armana per un couspiratour et lou criterium per la canulo duou plus se musclar deis affaïrés publicos. "On ne vit pas longtemps quand on a trop d’esprit".
Qué diré d’aco, moun viei Venturo ? Que, malhourouzamen, à l’houro d’huei, n’en es, en Franço, de la poulitico et doou poudé, coumo dé la fricoutaillo : Que l’on sieigué saven, coutaou, vo ben andouillo / Chascun fa, maou vo ben, en paou de ratatouillo.
Adiou, te serri la man, J.Cachèno”.
(1) - comme beaucoup de conseils républicains.
[26] La Sentinelle du Midi, 29-3-75.
“Pauvres rêveurs, vieux plagiaires d’un monde enseveli dans la tombe depuis deux mille ans ! Allez aux Panathénées et sacrifiez une hécatombe à la déesse Minerve ou Pallas, comme vous voudrez. J’aime encore mieux la naïveté de ce paysan qui nous écrit la lettre suivante :
Uno pichouno plaço, si vous plait.
Moussu,
Es ben pénible per un republicain, quan sias en pléno republico, d’avé a s’adreïssa ai conservatour per si fa faire soun drech ; maï, puisque avès encaro lou poudé et qué lei ministré vous lou lévoun pas, faou ben veni vous dire qué sian las d’attendre vouastre lési per nous lacha vouastrei plaço. Qu’ès aquelo republico mounte si changeo pas même un commissari de pouliço ? Tout aco mi semblo passablamen drolé, é vous dirai qué mi fa gaïre rire, sabès ! Quan aï vis qu’avian changea de gouvernamen, mi siou fruta lei main en espéran qué li duvié plus avé qué de republicains a gouverna la Franço ; maï ren bouleguo ! Avouas qu’es uno drolo de republico, aco... pas soulemen uno pichoto placéto de gardo champetro ... es uno marido plesentarié, à la fin, l’a dé qué si facha per de bouan. Avés réélamen un famous toupé ... Coumo ! l’a maï d’un mes qué vous prégoun dé vous enana e sias encaro aqui,ni préfet, ni sous-préfet, ni mairo, ni adjouin, ni giugi de pas, ni poulissoun, ni ... qué sabi ieou ! qu’agué fa soulamen lou semblan de si derengea ... n’a pui per fa toumbar la noiseto ... et à forço de vous préga finirai per vous dire, en bouan prouvençaou ... de nous garça un paou lou camp, entendès, Messiès ?
Plaço ei citoyen, ei frèros et amis de la santo républico ! Iou ai pas fouasso ambitien .. En quaranto-huié, avian la proumesso de nouastré bourgeoi ché* nous laissarié libre poussessour de soun ben, mai despui si sian recampa uno vigno et coumo voulen pas la douna à nouastre varlet, demandan pas lou partagé ; mai oou men uno pichouno plaço ... Aquelo de gardi-champètro m’anarié assas ...Voudriou pas que mi noumessoun préfet, quoiquo n’en a agu après settanto que n’en sabien gaïré mai que iou. - Nani, recounouissi qu’ai pas proun d’escrituro per aco - maï se réclami pas uno tan bello pousitien per ieou, faou pas qu’ooublidi meïs amis que soun aquéli d’aou Progrès d’oou Var. Aqueou paouré giournaou mi fa péno despuis un mès. A bello vous dire de li douna la mendro dei plaço. - A bello vous creida din leis oureillos que la républico es facho que per lei républicain. - Avès gès d’oouréios*, ni gès d’entraillos, - Boulégas pas. - Semblo que vous an candi. - Ieou ai pas tant de patienço. E puisqué lou ministré vous garço pas à la pouarto, vous véni dire sénso cérémounié de mi faire lou plaisi de mi garça lou camp e de faire un paou de plaço à meis amis d’oou Progrès et à ieou, ai pas maï à vous dire. -Tachas de n’en faïré vouastre proufi. - Qu’aquelo municipalita garcé lou camp, qué lou préfet, lou sous-préfet, le coumissari, lei giugi, etc., etc., nous fichoun un paou la pas en s’en anan e en nous laissan lei mestré. Es ben lou men, é v’aven ben gagna despui qué suzan.
Vivo la républico e lei placéto.
Un Ruraou manca”.
[27] La Sentinelle du Midi, 19-8-75. On critique la “nullité municipale” : le maire de Six-Fours s’est écrié devant l’affiche d’une fête religieuse : “Hé ben, aro li sian ! une afficho jaouno ! Aco es à si foutrédeis azés jusqu’à la brido”. Un voisin lui répond : “A vaï, Bédéno ! t’escaoufes pas la bilo en d’aco, es lou jaouno que t’esbourifflo ? He ben ! encaro un coou de souléou, et lou jaouno sera ... blanc !”
[28] La Sentinelle du Midi, 16-9-75.
“Lettres provençales.
Lettro dé mestré Pouaré à mestré Rifouar.
Mon bouan Rifouar.
La ben longten que teï pas escrit, maï es pas dé ma faouto, aviou ren à ti diré, acquestou caou siou plus éroux et eï uno bouano nouvello à t’announça.
Sabes qué nouastré bouan Cura sooucupo fouasso deïs maleroux e deïs ouvriers, surtout quan soun maraou, et ben sabes pas cé qu’a fa, es ana émé seïs vicari veïré leï riche émé leï bourgeois et là dis : “Quan leïs ouvriers soun maraou, n’a une grande quantita qué manquouns dé tout et quan dégun per leï souagnar, et ben eï pensa de faïré veni quaouqueï bouaneï sœurs per faïré aquello besougno, maï foou qué nous ajudés, et qué nous dounés quaouquaren, vous assuri qué sera une carita ben facho et qué lou bouan Diou vous bénira”. Alors aquéli Messiès en* durbi la bourso et en douna fouasso argent. Aquo es esta l’affaïré de quaouqueï jours et aro Brignolo a leïs Damo d’oou bouan Secours de Troyes. Aqueilei santei frumo demandoun ren qué la nourrituro, qué sièché dé faïou vo dé poumo dé terro, li fa pa ren, et sé puï après aqueïlé quan d’argent, li n’en dounoun, va prendran, maï démandaran pas ren eï paouré. Aquo es une bouano obro, veraï, moun bouan Rifouar, et coumo iou, pensaras qué nouastré Cura es un bravé homé. Dien fouasso maou deï capelan, surtout certains particuliers qué crésoun ni à Diou ni à diablé maï seran leï premier à n’avé besoun.
Mi demandaves cé qué pensavi de la politico ? Qué vouas qué ti digui, la fouasso japaïré qué fan dé bru ren qué per faïré parla deïlé, et que si servoun deï maleroux per marchopé, puï quan japoun trop fouar et qué leï fan resta tranquillé a coou dé canoun, eleï s’escoundoun, et es naoutré qué pitan.
La miyoua politiquo selon iou, es de viouré tranquilé émé sa famillo, eima et servi Diou et la Patrio, travailla per douna dé pen eïs enfants, ren prendré à soun vésin, leissa cé qué vous apparten pas, avec* l’ordre et la tranquilita, si soumétré à la leï, respecta leï aoutourita et obéi, et pui vouas qué ti va digui ? eben foou toujou estaca l’aï mounte lou mestré voou et alors avez jamaï dé difficulta. Din la semano foou travailla senso perdré uo minuto et lou dimenché, ana à la messo et si poouva, en fen ensin seras toujou tranquillé.
Leisso leï bramaïré dé cousta, fréquenta* qué dé bravei gens, agués toujou la counsscienço netto et séras éroux.
Quan anaras vouta, foou toujou rempli toun dévé de citoyen, maï foou toujou vouta per un ounestomé ami de l’ordré, de la religien et de la patrio, en fen ensin pouras jamaï maaou faïré et séras eimas et respecta de toutei.
Maresti, moun bouan Rifouar, car ma letro es déjà ben longo, surtout per iou, queï pas l’abitudo d’escruouré, un aoutré coou t’en diraï un poou maï.
Adiou, moun bouan Rifouar, ti serro leï douas men.
Toun booun* ami, Pouaré”.
[29] La Sentinelle du Midi, 24-9-75. “Lettres provençales. Lettro dé mestré Pouaré à mestré Rifouar.
Lou Val, lou 20 sétembré 1875.
Moun bouan Rifouar,
Hier lou pichoun villagé doou Val éro en grando festo, éro la fin doou Jubilé et dévient mounta en proucession la Santo Viergé à la capelo de Nouastro Damo dé Parago aou daou dé San Blaiso. Nouastré digné Cura, Moussu Marroin, avié proufita daquello bello aouquasien per fa faïré la proumiéro coumunion eïs enfants, qué dévien ensin forma un cortégé d’innoucenço à Nouastro Bouano Mèro.
Tamben dé bouan matin, leis clochos mendavoun din leis airs seï charmants carillouns et lou campanaïré fasié joyo. L’Egliso éro parado coumo eï jours dé grando festo, et t’assuri qu’èro dex cooups troou pichouno per counteni tout lou moundé.
Din leïs carrieros et su leïs plaços, chacun s’abordavo émé un air tout countent et si serravoun la man en si dian : Eh ben, anan accoumpagna Noastro Damo à la Capello ? et laoutré dé respouandré : Ségur qué li vaou ? Quan oouriou qu’uno patto l’anoriou* !!
Enfin lou souar après leïs vespros, la proucessien si metté en marcho per mounta la Reïno deis Angés aou daou dé la coualo, din l’ordré lou plus parfé.
Ah ! moun bouan Rifouar, qué malheur qué ti siéchés pas trouva aqui per veiré aqueou trioumphé dé la méro dé diou, l’avié aou men douas millo persounos qué li fasien courtégé, fiers darnier d’Ello, lavié maï de tres cents omé qué la suivien lou capeou à la men et un ciergé alluma, aqui l’avié dé tout, dé riché et dé mesquin, dé jouiné émé dé vieïs, éro tout counfoundu din un mémé sentimen d’amour et d’allégresso. Lou cura, anavo, vénié, parlavo à l’un à l’aoutré, vésias lou countentamen rayouna su sa figuro. Puis leïs doux Pèros capouchins fermavoun la marcho ; maï darnier deïlé l’avié tant d’omé et dé frumo que n’en avié davant, et tout aquo cantavo l’Ave Maria Stella et son Magnificat ! O quèro beou, moun paouré Rifouar, et saviou pouscu ti changea en mousco, t’oouriou fa veni per veïré aquello festo.
Quan sian arriva à la capello dé san Jacqué, la proucession s’es arrestado. Un pèro capouchin a mounta sus un ouratori et a precha. Mi siou révira per veïré lou moundé, ô qué dé poplé, beou san Joousé ! semblavo uno mar, n’avié jusquo quéroun quiya su la cimo deis aoubré. Lou bouan Diou èro tallamen countent dé veiré seis enfants tan sagé et tan attentifs à la paraoulo dé soun ministré qu’avié fa escoundré lou soureou per qué nous rastissecé pas leï moualo.
Lou capouchin dadaou dé louratori nous parlavo dé Mario et nous la mountravo eï pé dé Diou prégan per naoutré et toujours lesto per nous proutégea et per nous sécourir. Aqui foou qué té raconti uno histoiro qué lou pèro capouchin nous a dicho, reteni la ben, moun bouan Rifouar, car iou qué plouravi en l’escoutan, l’ooublidaraï jamaï, durbi teïs fénestroun.
“Un jour, un bastimen sé trouvavo aou mitan d’un cyclono. La tempesto èro din touto sa furour et lou capitani qu’aviès fa tout cé qué la scienço, lou sanfré et lou couragé li permétié dé faïré, sabié plus en qué san si recoumanda, car si vésié perdu ! Ero abriga et tremblavo per leï gens dé l’équipagé. Quan subran ! en regardant su l’avant d’oou veïsseou, vis uno frumo qu’avié un enfant su la faoudo qué li tendié seïs pichouns brassouns. D’un boun, es su l’avant, prend l’enfant din seï bras, puis lénoouçan vers lou ciel, s’écrio : -Bouan Païré qué sias adaou, vou n’en prégui, aou noum d’aquel enfant quès l’innoucenço mêmé, saouva-nous, proutégea-nous ?” Et aou mêmé moumen l’ouragan s’arresté et arrivé à sa destinatien en bouan por. Ero la Santo-Viergé qu’aviè visto ansin. Eh ben aro, es la mêmo quaouvo, quan prégan la Santo-Viergé dé préga per naoutré, ello prend l’enfant Jésus dins seïs bras et lou mountran à soun Pèro qu’es lou bouan Diou,li dis : “Moun Diou, aou noum d’aquélé enfant qu’es l’innoucenço mêmo, fes misericordi à vouestreïs enfants qué soun su la terro”. Et lou bouan Diou regardo Jésus-Christ et nous fa graci. Eh ben qué n’en diès d’aqièlo coumparaisoun, es pas véritablo et pas ben trouvado, digo en paou. Enfin, lou sermoun termina, leïs fillo en* maï prés la Santa*-Viergé sus seïs épaoulo et lan mountado adaou dé la mountagno en cantan dé cantiquo. Puis, la bénédictien doou San-Sacramen a termina aquèlo festo magnifiquo, et sen sian touteïs revengus en bracéto, counten coumo dé Diou.
Viés, moun bouan Rifouar, quaï ben empluga ma journado, et qué duvi regretta dé pas avé assista en touteïs aqueileï cérémounié, maï foou espéra qu’un aoutré coou seraï plus éroux.
Adiou, moun bouan Rifouar, qué la bouano Mèro ti proutégé tu et ta famillo, iou ti serri leïs douas mens.
Toun bouan ami. Pouaré”.
La Sentinelle du Midi, 2-10-75. “Lettres Provençales.
Polyto (1) la Trempo à soun ami Joousè Machoutin, de Siei-Fours.
Moun vieilh Machotto,
Aï liègi, la semano passado, dins un papiè de Touroun, qué Siei-Fours éro lou péïs deis miraclés. Sabi pas si aco es ben véraï ; mais, ce que sabi, es que Siei-Fours es lou péïs deis andouilhos ; et n’en troubi la provo dedins une lettro emprimado, adreissade à seis councitouïens, per moussu Lalion Isnard, curtivatour, ex-counsilhié maou à prépaou, -excuso ! vouliou dire : municipaou - que la facho saménar dins touteis leis bastidos de la plano. Vaï, ti fouti moun billet qu’aco es coucarren de pouli ! L’ooutour a lou coou de troumpetto. L’un, a besoun de liçouns de grammèro, et l’aoutré, de liçouns d’embouchuro. Toutou ! ...Toutou ! .. .hum ! .. .hum ! .. . et leis chins de jappar ...
Me demandaras, émé rasoun, ce que voou émé sa pancarto emprimado, lou citouïen Isnard ? Ma fé, n’en sabi ren, et ti diraï coumo la cansoun qué me cantavo moun raïré-grand - que Diou eigué reçu soun amo ! - couro éri un pichot moussi :
"Coco n’a pas un brin d’esprit, / Et sa raison tient du délire./ On comprendrait bien ce qu’il dit,/ Si l’on savait ce qu’il veut dire".
Cé qué lia de mens embrouilha dedins aquéou gribouilhage ounté la lengo francéso et lou sens coumun soun estrilha de man de mestré, es aquèou coou d’encensouar qué l’ooutour se mando per lou naz ooutant paou de vérita que de moudestié : “Je suis le plus bienveillant des hommes ... Je ne connais que l’humanité”.
Basto ! frère Isnard, lou public vous respoundra, émé tout lou respect dégu à un grand homé, qu’aco es uno puro blago. Qunatou avès, coumo counsilhié, refusa douas fés de voutar un secours eis malhuroux inoundas ; quantou avès agantar* la pouarto doou counséou per proutestar countro lou voto affirmatif de vouastreis coulégos, avès plus lou dret de vous prouclamar “le plus bienveillant et le plus humain des hommes”. Eh piei ! un coumunard à l’aïgo de roso ! un radicaou en sucré candi ! Viédazé ! frèro Lalion, si prenés vouastréis councitouïens per de couscrits, vous couïounas de tout vouastré long. Diou merci, naoutrés prenens pas encaro leis boufigos radicalos per dé quinquets de grand parouasso. S’es jamais vis d’agnèous dedins leis vanados de Mariano, et si n’en avié, leis paourés ! leis tigrés leis oourien léou chiqua.
Mais, me chamaras encaro un coou : que voou émé sa lettro emprimado lou pouéto Sieifournenq ? diou lou pouéto, perqué : "Ce génie incompris, cet écrivain cocasse, / Serait en train, dit-on, d’outrager le Parnasse". Ce que voou ? Hé ben li a dé finas que van dévina : Moussu Lalion Isnard a, coumo té vaï dit, douna sa démicien de counsilhié, après aver moustra un pan de naz eis paoureis inoundas, et, à l’houro d’huei, demando à "ses commettants", en recoumpenso de sa bouano acien, d’estré maï empèga dins lou counséou eis nouvelleis éèliciens.
Té, moun bouan Machotto, li viou gaïré pu luen qué lou bout d’oou naz ; mais, per l’hounour deis élitours de ta coumuno, vouali créiré que si lou citouïen Lalion, que se vento d’aver battu uno barloco coundamnado per la razoun, l’humanita et la mouralo, s’applantavo encaro un coou sus la scèno élitouralo ; l’y serié saluda per touteis leis siblets d’oou péïs, émé ritornello ooubligeado de ... coous de poumos de terro cuèchos.
Sus aco te serri la patto,
P. La Trempo”.
(1). Hyppolite Goirand, provençaliste et homme de droite, de Six-Fours, signe Polyto.
La Sentinelle du Midi, 21-10-75. “Lettres Provençales. Lettro dé mestré Pouaré à mestré Rifouar.
Moun bouan Rifouar,
En aquestou tem dé progrés et dé lumiéro, qué vouas qué ti digui, lou diablé li coumprend plus ren, et ïou li coumpreni pas maï. Cresi, ma fes de Diou ! qué lou moundé déven matou et qué dégun soou plus sé qué fa. Leïs uns vouaroun manda eiroou, leïs aoutré vouaroun tira à dia. Eh ben ! loouré de qué diré ; Mi fouti qué fagués coumo si fés pas !
Oou XIXe siècle si vis d’omé de talen qué parloun coumo dé foualé. Ben leou la souciéta, es péniblé à diré,maï sera plus qu’un grand espitaou d’aliéna. Parloun, parloun et saboun pas cé qué dien ! Per aqueileï beou parlaïré, la plus qu’uno quaouvo*, es dé faïré la guerro à tout cé qué poussédo quoouquaren et per arriva en aqueileï bello caouvo, foou démouli la réligien, la famillo, la proupriéta, l’ooutourita et seï réprésentan, foou estré l’ami dé Garibaldi, dé Naquet (1), dé Bismarck et deïs enterro-chin (2). En un mot, foou estré intransigean et irrécounciliablé ! foou faïré la guerro à l’ounestéta per faïré flouri lou capounugi. Foou faïré sorti lou bouan Diou dé soun Egliso per lou remplaça per un coumunard. Cé aquo countinué encampaou l’ounour sera plus ren, maï leïs marias séran tout. Leïs ounesteïs gens dévendran leïs fouça et leïs fouça d’ounesteïs gens. Per estré bouan citoyen, foou avé tua péro et méro, estré voulur, assassin, incendiaïré et partageaïré, et remplaça lou mariagé per lou coulagé et lou divorço.
Maî erousamen, qu’un omé es aqui qué veillo ! aquel omé es un sourdat franc et loyaou. Es lou nouveou Bayard deïs tem mouderno. Soun espaso a la pougnado dé Jouyuso et la lamo dé Durandal ; ten dé Charlémagno et dé Roland. Aquéou es lou typo dé l’ounesteta et tan qué sera aqui aven ren a crégné. Maï foou oussi qué leï braveï gens l’ajudoun ; foou qué leïs counservatour souartoun enfin de la cagno qué leïs dévoro et qué uno fes per touto marchoun contro leïs communards ; foou qué leïs aplatissoun et sé vourien sérié pas difficilé, car per bouaneur la maï d’ounesteïs gens qué dé canaillo. Eileïs va vouaroun tout per eileïs ; li foou la licenço, l’anarchio, la guerro civilo. Foou qué leïs frèros et amis siégoun libré dé faïré tout lou maou qué voudran et qué dégun li digué ren. Foou plus gés d’ooutourita, ni dé jugi, ni dé gendarmo, maï foou arresta et fusilla touteïs aqueileïs qué soun pas dé la bando et li voula cé qué an. Vaqui, moun bouan Rifouar, leïs principi de la démagogio et doou soucialismé, naoutré sian dé réactionnaïré et eileï ti diran : “Sé la réactien rélèvo la testo, la li couparen !” Vaqui leïs bouan sentiments d’aqueileïs braveïs gens.
Là un homé qué leïs géno entré touteïs, perqué aquel omé es la persounificatien d’oou dré et dé la justici. Perqué aquel omé es ounesté avant tout ; qu’à pas poou et qué voou plus sousténi leïs partisans dé la Révoulutien. Aquel omé, es l’ounourablé Moussu Buffet. Eh ben ! remarquo vo, touteïs leïs chins dogou li soun bourra dessus, fou qué lou déchiroun, qué lou démoulissoun, tamben, entendei leï japa, touto la muto es en surlévatien, et tout aquo, perque ? Perqué es un ounesté omé.
Lou prénoun per uno nouvello colono Vendômo et lou voualoun démouli, maï éou, a pas poou et sé touteïs éroun coumo éou, tout aquo serié ben leou fini. Touteïs leïs counservatours duvrien lou sousténi et li servi dé pounchié, et tout marcharié ben.
Foou, moun bouan Rifouar, sousténi lou gouvernament establi dé touteïs nouastreïs forço et l’ajuda en tout e per tout, per qué tengué testo à l’ouragé. Foou respecta leïs ooutourita et oubeï à la leï et veiran alors qué lou bouan Dieu li mettra seïs santeïs men* et qué prendra en pieta aquèlo paouro Franço, et l’empachara d’estré précipitado din l’abîmé duber per l’englouti. Déjà leïs avertissiments manquoun pas ; leïs inoundatiens et lou phylloxera n’en soun uno provo. Emé lou bravé Maréchaou dé Mac Mahon la ren à crégné, Diou la mes aqui et la choousi : entré touteï, perqué sabié qu’èro digné dé gouverna et qué l’omé qu’a dit : “Li siou, li resti !” poudié dire : “L’ordré, n’en respouandi”. Et n’en respoundra, car Diou es émé éou et mémé naoutré.
Adiou, moun bouan Rifouar, prégui lou Signour qué t’accordé touteïs leïs grâci qué pouas désira et ïou ti serri leïs mans.
Toun bouan ami, Pouaré”.
(1) - dirigeant radical. (2) - enterrements civils.
[30] Journal de Brignoles, 25-4-75, “Variétés” : un paysan à propos d’un dandy : “Sarie pas maou aqueou moussu ; mai a un paou troou gros gavagy”.
[31] Le Brignolais, 29-8-75, un article en français, signé “Jean Ailakolick”, sur la fête de “San Louisé” à Brignoles, fête ratée, les “pégons” étaient rognés.
[32] Le Brignolais : sont évoqués, d’après Nostradamus, Arnaud de Cotignac (30-5-75), et Geoffroi (6-6-75), dont on donne les vers au sujet de Flandrine de Flassans : “D’aquesta ingrata you non ay ren agut / Que dur affan en mon van exercicy ; / Et pensant you li aver fach servicy, / Ay conneissut que non fa son degat”.
[33] La Guêpe de Toulon, 5-9-75, “Uno pesco miracouloua.
Samedi, 21, sur le chemin qui va de La Seyne à Reynier, où je me rendais tout pédestrement, comme un simple mortel, pour aller assister à la fête qu’on célèbre annuellement dans cette charmante commune de Six-Fours, j’ai saisi au vol une histoire de pêche tellement au dessus de celle que St Pierre accomplit autrefois au lac de Génézareth, que je ne puis résister au désir de vous la raconter, ami lecteur.
Mais comme le narrateur s’exprimait dans cette belle langue provençale qu’a si noblement élevée Frédéric Mistral, notre premier félibre, nous conserverons cet idiome pour n’enlever rien à la hardiesse du récit.
Figura-vous, disait-il, qu’un matin à l’aoubo claro, mi prouménavi su lou bord dé la ma, dins leis envirouns doou Ca-Brun. Coumo l’ooudour doou salun fa mountar l’appétit à la gorjo, mi sentéri subran pougné per leis toucados dé la fan. Alors m’assétéri su d’un roucas qué mi servé dé taoulo, et mi préparéri à faïré marcha leis gensivo. A péno portavi ma forchetto à la bouco, qué m’arrestéri coum’escandi : un poupré d’uno grossou surnaturello mi dorbié dé quinqué à jitar l’esfraï dins lou couar lou plus soulidé. Maï coumo m’espaourissi pas facilamen, mi dreisséri su la roco, et espinchéri courajousamen la besti qué mi quittavo pas deis ueils. Oh ! duvié pésar oou men dès kilo !
Qué mouyen emplugar per la rendre miouvo ? Prenguéri un moumen ma testo dins meis man et réfléchisséri. Dé tens en tens rélucavi un paou lou poupré qué mi rendié la mumo, et déjà lou soupésavi dins meis man. Qué moucéou ! Doujé kilo leis duvié pésar amplamen. Enfin, uno idéio mi traversso la cervello. S’enviraoutavi la roco dé peiras, per qué l’animaou pousquessé pas si tirar deis patto ? Dit et fa siéché qu’un. Ramassi su la ribo dé peiro assas grosso et, leis pès dins l’aïgo, coummenci lou travail. La besti mi régardavo toujour ; la chier mé n’en vénié à la bouco. Qué carruro ! Anavo séguramen quatorzé kilo !
L’enclaou termina, mi mancavo enca un ooutis per la tirassa dé mount’èro jucado. Mi metti en resserco. Qué mi fourié tant. D’un bastoun n’aviou suffisamen. Maï dounte lou prendré ? Et serco qué sercaras. Ren appareissié. Et la besti mi lançavo toujour seis dardaï terriblé. Coumprénié qué li vouriou jugar un mari tour. Iou l’espinchavi émé gaou. Déjà lou visiou dins moun panié, et mi frottavi leis man dé plaisi. Qué poupré, santo Viergé ! Jamaï sé n’es vis soun parié. Oh ? sézé kilo leis duvié, ma fés dé diou, despassa dé fouesso. Maï coumo sé n’en rendré mestré ? Vaqui lou difficilé.
Subran mi rémémori qué dins moun panié eis prouvisien li si trovo uno forchetto. M’en armi et camini vers l’animaou. N’en siou à dès pas. Lou réluqui, mi réluquo ; m’avanci, fa coumo iou. Maougra qué sièchi pas poourous, vous diré qué moun couar mi fasié pas un paou tic tac dins la peitrino, sérié menti. Maï lou bonhur dé poussédar uno tant bello mérévillo, mi rendé touto la puissanço dé meis musclé. Fixi sus déou meis dous accubié coumo per l’escounjurar. Marchi douçamen senso lou quittar un moumen doou régar. Subran m’arresti. Oh ! l’avié dé qué estré esbaoudi ! Quinto pesso ! Oourié escranca la plus fouarto dé touteis leis balanço. En dian qué pésavo dès et hué kilo, diriou giès dé messongeo.
Enfin préni moun couragé à doui man, et mi jetti, forchetto en avant, su lou poupré. Moun armo si planto dins sa calotto. La besti duerbé uno dernièro fès leis ueils, puis leis réfermo per toujour. Vénié dé viouré. Alors la tirassi su la ribo, et aqui la despessi dé moun miès per la careja plus facilamen. Vingt kilo leis anavo, et pouriou diré maï.
La pouarti à l’oustaou, n’en douni en touteis leis amis et counouissenço, et m’en resto enca per nourri maï dé vingt famillo.
 Les autres - Et diré qué senso ta forchetto perdiè uno tant bello pesso ! Cé qu’ès deis caouvo !
 Moi - Et maintenant, lecteur, si l’on vous raconte un jour une histoire de pêche qui frise un peu le canard, n’oubliez pas la mienne, elle sera toujours de circonstance.
Louis Cernay”.
[34] - La Guêpe de Toulon, 14-3-75, “Une lettre de La Sinse.
En nous envoyant sa photographie, le populaire auteur de la Vie Provençale nous a adressé une lettre charmante que nous nous empressons de mettre sous les yeux de nos lecteurs.
A Moussu lou Rédactour de la Guêpo. Toulon, 9 mars 1875.
Maquaréou ! moun bravé pitoua, coumo l’anas, vous, vézi qué li mandas béou à la galigeado. La Sinso et Vittor van figura parmi leïs hommés illustrés doou départamen !!!
Non ! coulléguo, couyounen pas ... mi senti lou rougé mi mounta eï brégos ... changeas lou titré ooumen ... vouali pas avé l’air de caga plus luen qué meï brayos.
Souto aquesto réservo qué mi dicto ma moudestio ben naturello, vaquito ma figuro.
Fès n’en ce que voudrés, maï rendez la mi, car l’aï chipado à n’uno parento qué li tent.
Vous esquichi leï cinq sardinos.
La Sinso”.
[35] Lou Galant Cansounié, Draguignan, Gimbert, mai 1875 (1000 ex.) - Lou Rabayaire doou Var, Draguignan, Gimbert, 1876 (1000 ex.).
[36] F.Peise, La question du Quamquam et du Kankan tranchée par MM.li Felibre, Draguignan, Latil, 1875.
[37] Peise à Bourrelly, B.M.Aix, ms, 8° pcs 1086-1103
“Moun paure vieilh,
Siou en trin de faire un Armana ! Couro sias vieilh poudès pas faire autro cavo ! Va senso dire que coumptan per acot sus leis amis et coumo n’en sies un, et des flames, foudra que nous mandès uno pichouno pèço, autrament dire uno perlo.
Ti preveni : serem dins nouastre armana ni felibres, ni troubaires, ni ren de tout ... souncament prouvençaux. Cado oousseou pioutara coumo lou bouan diou va l’a apprès. Et seras pas en marrido coumpanie, moun ami Roussignoou de Pouciou ! Aurem Poncy, La Sinso, Pelabon, Louis Jourdan dau Siecle, monsieur Paul Arène, Paul Meyer, Jean Aycard, O.Teissier, Gelu, s’es pas troou vieilh, Dol et Mireur de Draguignan, Chauvier de Bargemoun et ben d’autres. Voudriou ben veire que l’ami Bourrelly tiresse lou cuou en arrie. Es entendu : mando mi leou uno fablo dau segound voulume de La Fontaine, vo ben uno de Florian que m’an dit que li travailhessès. Mi cargui de crebar la grosso caisso.
Adiou, passeroun, et ti faguès pas mai de bilo que iou. P”.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP