La Seyne sur Mer

Accueil > Presse varoise et provençal. 1859-1914 > Presse varoise : textes 1886-1893

Presse varoise : textes 1886-1893

mercredi 13 mai 2020, par René MERLE

René Merle, Les Varois, la presse varoise et le provençal, 1859-1910. S.E.H.T.D 1996, 416 p.

Textes 1886-1893

Ces textes illustrent l’article Presse varoise 1859-1910 : 1886-1893

[1] Le Petit Var, 26-12-86. Le titre en provençal barre toute la une : “Lou marca dé Toulon oou moument dei Calénos”. Le texte occupe toute la première page et une partie de la seconde. En voici le début.
“Lou matin : su la plaço San-Jean (1).
N’ès plus la nué é n’ès pas enca lou jour. Lou gazo blanquèjeo à travers lou veire enfuma dei quinquets ; per moument tréluzé é per moument s’amouasso ... fa lei badaous ; dirias une créaturo qué va rendré soun amo à Diou.
Un ventoulet, fresc é gai, si lèvo émé lei proumiers rays doou jour é, dé sei bouffados mustoulinos, acano lei darnièrei fueios roussidos deis platanos doou cous ...lei rédoualo su lei trottoirs, lei cabussélo dins lei valas, leis enmoulouno dins lei cantouns, é lei fueios enfroumignados sembloun si turta en rizen, coumo lei coudourés barutélas per la ma su lou sablo d’or dé nouastré béou rivagé.
Es l’houro ounté lei meinagiers, lei bastidans, lei jardiniers arriboun ... à la tèlo leis uns deis aoutrés, toutei an arboura oou tendoulet dé sei carretos un gros fanaou dé télo qué si bindouasso dé tout cairé oou balalin balala dei rodos su lei pavés gibous, dons lei gandoros desfounçados ... De luen, creirias à uno mascarado dé fiélouas en riboto.
Lei bestis qué sentoun l’establé, s’estiroun dé plési, rénifloun é si gangassoun dé la testo à la coua en fazen carillouna lei cascavéous qué, coumo dé flous d’argent, enguirlandoun lei bras dé sei largei coulas. Dé sei mourrés visquous, dé sei babinos ennoustouirados d’eigagno, douas bouffados dé vapour s’escapoun coumo d’uno chooudièro troou pléno ... aquesto fumado, si mélan à la tubadisso dé soun péou calouren é dé sei pissarados, leis envartouillo d’uno nioulo qué lei grandis, lei groussis, lei desformo é n’en fa d’arimaous espétaclous, dé bestis dé l’apoucalypso.
Mai ben léou cargos é bestis soun rémisados, é lei carrétos atiérados lei bras en l’air davant leis establés. Alors lei bastidans, enclappas souto la limouzino espesso, batten la sumèlo é si fruttan lei mains, s’en van, en tirant lou castéou, à la Pipo de Cano.
La Pipo de Cano es un pichot establissement ounté si buou qué lou café oou la. Vingt persounnos an péno à l’y téni en temps ordinari ; mai, qu’houro arriboun lei festos lei counsoumatours l’y s’empiéloun per centainos”.
(1) - au bas du Cours Lafayette.
Sénès va suivre ainsi la vie du marché jusqu’à sa fin.
[2] La Justice du Var, proverbes dans des articles polémiques : 9-9-86, “Le Président Hilarion dès lors ne connaît plus de bornes et comme on dit en Provence : Métté la man eis marideis raisouns”. 24-11-86, “tout délayeur de tomettes que je suis ... en bon provençal cela s’appelle Manda la peire, escoundre lou bras”. Météo : 15-12-86, “Exceptionnellement, Ste Lucie n’a pas été brumeuse, Santa Lucia la lagagnoua comme on l’appelle dans nos pays”. 29-1-87, on fait parler des poissonnières : “Vè, ma bello, qué vous vendi ? - es fraiss, moussu”. Etc.
[3] La Justice du Var, 10-2-86, La Sinse, “Enco dòu Fotografo”, pris dans Lou Franc Prouvençau, 1886.
[4] Le Petit Dracénois, n°1, 17-10-86. “Les chambres (1) : Aqueleis ly mandoun beou - Au travail ? Nenni à la fourchetto”. (1) - Il s’agit bien sûr des députés.
On trouve aussi des noms provençaux de plantes dans la chronique scientifique.
[5] Par exemple, Le Petit Dracénois (28-11-86) M.Bourrelly “Lauréat de plusieurs académies et maire de Pourcieux”, donne en vers français sa philosophie de l’élu en butte à la pression des électeurs.
[6] Le Radical du Var, 21-2-86, dans une polémique avec La Justice à propos des écoles : “Sias en paou testard, coupaire, que n’en dias d’aquo” - 9-7-87 : des conseillers généraux se frayent un passage parmi les candidates attendant les résultats d’un examen. Des loustics crient : “passara, passara pas...” - 25-7-86. Chronique de la Motte. “Nous engageons donc l’auteur de l’article du Var à ne jamais oublier que même pour convaincre "les moutouns dé soun villagé", il faut toujours dire la vérité”.
[7] Le Radical du Var, 25-7-86 “Aups. A prepau d’un article publica per Lou Var.
La sceno se passo sus la plaço Sant-Charle.
Lou citoyen Arèno asseta sus lou banc de l’Agnèu legis lou journau lou Var. Mèste Magau s’approcho d’èu, li pico sus l’espalo e li fai coum’acò : Que dis de noù la gazeto ?
Arèno (se revirant). - Tè ! es tu, eri justement en trin de legi un article sus z’Aup, parlo dei republicain e li tano pas mau la coudeno.
Mèste Magau. - E que n’en pou tant dire.
Arèno. - Dis que doù caire doù mèro, lei counséié an de pego au dabas de l’esquino e que lei radicau que li fan lou contro vènon épiletique.
Mèste Magau. - Que tron voù dire aquèu mot : épiletique !
Arèno. - Que toumboun doù mau de la terro, pardi !
Mèste Magau. - A qui n’en contes uno que tubo ! Es quauque estroupia de cervelo que dis acò ?
Arèno. - V’auras leù devina per pau qu’agues treva leis Escolo.
Mèste Magau. - Seriè ti moussu l’avoucat ?
Arèno. - Précisamen.
Mèste Magau. - Alor es pas estounant ! Ero bel à veire qu’ero qu’auqu’un qu’avié un coù sus lou reveio-matin. En tout cas se toumbo pas doù vartigo, agu ben pica d’esquino quand sés vougu cima per leis éleicien.
Arèno. - As resoun ! te rapeles de la fès que vougué se faire pourta pèr lou Counsèu generau ? A qui n’en prengué un de moule que se pourtavo ben.
Mèste Magau. - Es verai ! aquelo fes riguerian ben ? Sufi qu’à z’Aup avien agu la majourita, lei counservo-tout eron dins lou delire, avien prepara un pounchou mouestre. Pui quand vengué lou resurtat deis autro coumuno doù cantoun, adiou moun pounchou e ma bello terraio ! Toumberoun mouert e per se remettre fougué que n’en prenguesson e puei mai n’en avalasson de tè emé de tihu, li anavon à Cournudo.
Arèno.- Ooussi perqué avien fa lou civié avans d’avé la lèbre. Tamben moussu l’avoucat ero pas fier, semblavo uno galino bagnado e juravo que jamais l’agantarien plus.
Mèste Magau. - Fau ben veire qu’eis avoucat, li a gaire à se li fisa, elei viron souvent l’esquino doù caire que vouelon ana. Ansin, moussu disié ben tout aco en jurant de jamais plus se mela de ren, ce que li empacho pas encuei, de mai faire des sieuno e de maca dur sus lei republicain.
Arèno. - Efétivamen, me sieù avisa que fasié mai lou viedase. Despuei qu’auqué temps fasié lou mouert, boulegavo plus, puei tout d’un coù a parti en guerro coum’un ai descaussana e aro paro plus d’en lué.
Mèste Magau. - Ce que m’estouné ben, sigué de lou mai veire cima sus lei plancho eu derniereis eleicien quand lei candidat counservo-tout fasien sa tournado e que vengueron à Z’Aup quista de vouas.
Arèno. - Dedièure ! l’avoucat coum’ero mai anssa ! l’avieù jamai tant vist escaufa. Urousamen qu’avié jura de plus se mela de ren. Duré qu’auquei jour que se n’en dounavo de mouvamen per courre caire e de l’autre, ana soulicita Pierre e Jean.
Mèste Magau. - E noun li a fouesso rendu !
Arèno. - Li a rendu que lei républicain qu’a tant l’er de vougué mascara, lou feroun mai pica de couesto, ce que li arribara touei lei fes que voudra se mela d’eleicien, car per la politico es un gros soucau, li entende ren.
Mèste Magau. - D’abord ques pa pu fouert, que s’en mele plus ! Vague à Pamparouno fairé de gabi.
Tisté”.
[8] La Sentinelle du Midi, 19-8-87
“Il est peu dans nos habitudes de publier des vers, dont la place est toute tracée dans un journal littéraire ; nous demandons cependant la permission à nos lecteurs de leur mettre sous les yeux une boutade d’un poète toulonnais qu’on reconnaîtra bien vite sous le pseudonyme de Rado (1) :
Oou Jardin dé la Villo
L’illustré Dutasta, nouastré ben eïma maïro / Va prendré en tem en tem une grosso coulèro / Oou jardin dé la Villo ... Ah ! son paouré pitoun / N’en déven rougé viou, dirias un pémentoun (2), / Tarament l’émoutien anime sa figuro, / Li pinturo lou nas, qu’es plus dé tout naturo./ Mi dirès : maï perqué si metté coumo aco, / Si fa dé marrid sang, qué li monto oou coco ? / Garo cé continué ! quaouquo attaquo l’ensuquo ; / Dé la pouncho deis peds li va jusqu’à la nuquo, / Paraliso soun corps, sa lenguo et cétéra : / L’a qu’aco, créso vo, qué débarrassara / La villo dé Touroun et touto la coumuno / D’un homé qu’en noouv ans a sachu fa fortuno, / En créant, coumo mairo, un tout pichoun journaou (3) / Emé l’ajudo dé Pianet, Loourent, Artaou. / Veiren Bézard, et ben d’aoutrés versa dé larmos / Poumpiers, sergeants dé villo estré dins leis alarmos ; / Touteis régrattarant lou mairo Dutasta, / Qué paou, vo proun chascun avié tant détesta. / Ponteil, Bonfils, Bounet et touteis seis fidèlos / S’en rouigarant leis poungs et n’en veirant dé bellos, / Car, d’aquelleis pas un s’éro jamaï permés / Dé diré un souret mot, l’èroun per troou soumès. / Lou mestré leis ténié dedin sa men trooucado / S’occupavount dé ren, qué fessé de cagado, / Vo ben dé bouan travail, s’engarçavount pas maou / Lou mestré fasié tout : èro senso défaou. / Espéren qué jamaï si veiren din la passo / D’un malheur coumo aco (4), tant qué tendra la plaço / Dé mairo dé Touroun ! Maï qu’es qué vaou serca ? / Din l’aygo trouble aviou-ti bésoun dé pesca ? / Nani ! Duviou parla soulament dé la bilo / Qué si fa nouastré mairo oou jardin dé la Villo, / Touteis leis dematins, quand va veiré leis flours / Dé toutes qualitas et dé touteis coulours. / Es drolé, quand s’agis dé choousi la nuanço, / Aquello dé soun nas obten la préféranço (2) ! / Sabès p’anca perqué dégarnis lou jardin ? / (Li foou pas fa la figuo, es un rusa malin) / Coumo l’an réproucha seis troou grosso despensos, / Voou en troumpant l’espien soouva leis apparenços. / Anfin, per coupa court à touto observatien, / Per pas troou fa dé frais per l’inauguratien / Doou musé, car leis founds manquount à la coumuno, / Lou mairo Dutasta nous fa dé bla dé luno, / Dégarnis un endrech per n’en para la cour / Dé l’establissiment qué van oou proumier jour / Bessaï din quaouqueis mès, la caouvo es p’anca lesto, / Inaugura ... Faran uno certaino festo ! / Lou Pichoun Var va dich ... anas mente jamaï, / Démandas à Loourent, va dira qu’es véraï.
Rado (1)”.
(1) - Qui se cache sous ce pseudonyme, déjà utilisé par un collaborateur du Moucheron sous l’Empire, et de la Toùténo ? (2) - fine allusion à la maladie qui colore de rouge le nez de Dutasta. (3) - Le Petit Var, dont suivent les noms des responsables. (4) - l’attaque est d’autant plus basse que Dutasta est malade et mourra en 1889.
[9] La Sentinelle du Midi, 9-2-88
“Chronique méridionale. Conversation entendue par un chasseur, caché dans un poste, derrière une maison de campagne.
Par un gros marrid tem, mestré Benoit, qué si trovavo oou cabanoun, agamouti davant lou fué, vis passa mestré Nicot qu’avié l’air dé reflechis.
 Eh ! coupaïre Nicot, mounté vas coumo aco ?
 Vé ! coupaïre Benoit sies aqui ? Mi languissiou à l’oustaou, alors mi siou dich, maougra lou marrid tem vaou faïre un tour fouaro lou villagé.
 Intro un moument et véni ti coouffa, caupaïré, charraren en paou.
 Vouari ben ! mi semblo qu’en charrant et en si coouffant si poou faïre tuba uno pipo.
 Vagué !
Pas pu léou si siguéroun asséta qué mesté Benoit digué :
 Eh ben, coupaïre Nicot que n’en dies d’aquesteis affaïrés et d’aquelleis citoyens qu’aven mandà à Paris ,
 Oh ! vé, mi fasses ren diré ! Serquoun toujours d’argent et n’en an jamaï proun. Finirant par t’impousa teis poulos, ta cabro et ta saoumo. Et n’en oourant pas maï per aco. S’avien à faïré émé iou, n’en trouvarien d’argent et dé braveis mourount, creis-ti vo !
 Bigré ! et coumo fariés per n’en trouva ?
 Aco es pas pu difficilé qué dé bouaro un veiré dé vin. Ti va vaou diré din douas résouns.
 Per aco, sabi qué quand érian pu jouiné, éres lou capourier, lou pu dégourdi dé la bando.
 Escouto-mi, coupaïre. Aquéou famous Clémanceau, qué semblo qu’es éou qu’a coupa la patto à coco, eh ben ! qu’es qué fa touteis leis coous qué mettoun un nouvéou ministéri ? Serco dé lou faïré toumba.
 Nicot, ti douni résoun aqui dessus. Viés pas qué li vourié estré ; maï farié léou coumo leis aoutrés, quand li sérié, destégnirié léou. Maï leissen aquelleis esquichobougnetos ; diguo m’en paou coumo fariés per trouva tant d’argent ?
 Aco, ti va vaou diré ...Quan an fach à Paris aquelleis électiens, t’en rappéles, l’a un paréou dé mes, quand an nouma Carnot, président ? Eh ben ! siou ségur qué lou matin quand s’es léva, li pensavo pas. Emé tout aco, l’an empéga dougé cent millo francs dé rento. Es qué n’oourié pas proun dé la mita ? Aqui l’oourié siei cent millo francs dé gagna.
 Maï, moun bravé Nicot, émé aco anarian pas luen.
 Espéro en paou ... Vaqui cé qué voudriou. Foudrié qué tout aquelleis qué an maï dé tres millo francs dé pago li rétenguessoun uno journado per mes. Figuro-ti qué n’en a qué an vingt, trento, quaranto millo francs per an, et mémé, n’en duou avé qué an fouasso maï qu’aco. Es qué va saben n’aoutrés ? Regardo en paou l’argent qu’aco farié ! Voudriou counouissé quoouqu’un d’en paou lettra qué mi fessé aquéou conté. Siou ben ségur qu’alor n’en oourié troou d’argent. Qu’es qué fan elleis per n’en trouva ? Vaï, si mettoun pas dé gants per va carcula. Sount léou lés. Flanquoun lou varlet dé villo, lou cantounier per un mes à ped et lou tour es juga. Lou paouré diablé a toujours tort. An pas lou toupet dé douna siei à sept cent francs à l’adjouint doou mestré d’escoro et émé aco n’an pas proun per mangea et n’en a troou per mouri dé fam. Es qué foudrié pas en d’aquelleis gens qué an fa d’estudis ooumen dougé cent francs per an et lou lougeament ? Dies pas coumo iou coupaïre Benoit ?
 Coupaïré Nicot, toco-mi la man. Sabiou qu’éres un homme dé testo, qué siés lou flambéou doou villagé, maï ti counouissiou pas gaïré. Ti respecti ! Estou saouar à la chambrado n’en parlarai en paou deis républicains et crési qué farien fouasso miés dé ti manda à la plaço d’aquelleis charlatans qué vénoun nous endourmis émé seis belleis mots qué, ben souvent, coumprénen pas.
 Leisso esta aco d’aqui, coupaïré ! S’éro per parla prouvençaou, fariou ma plugo ; maï aquellei dégourdis dé parisiens, émé seis belleis phrasos dé francios, m’estourdirien et pourriou pas li respouandré. Adiou, coumpaïré Benoit, si fa tard, pouarto-ti ben !
 Adiou, Nicot, couro s’agantaren maï, n’en passaren encaro mié picoutin”.
[10] L’Indépendant du Var, n°1, 6-7-90, évoque avec effroi 1851, la première mobilisation républicaine du 6-12, les “bandes” descendues sur Aups remontent vers leurs villages en chantant : “S’es pas en qu’ui sèra deman”. 21-8-90, on fait s’entretenir en provençal les membres de la musique Benoiton de Draguignan, en voyage à Genève. Etc.
[11] Lou Peïroou, Journalet deïs enfants doou Var, que parêi touteïs leïs tres mes. Direction : Degun. Collaboratours : Qu n’en voou estre n’è. n°1, 15-12-90.
“Lettro deïs enfants doou Var A Messiès leïs Mairos deïs 145 coumunos doou despartament, despuiéis Aiguines jusqu’à La Valette.
Moussu lou Mairo,
Si sians pas troou curious, uno questien, s.v.p. - L’an passa, couro venguérias à Paris, per l’Expousitien, restérias-ti un soulet jour senso pensa à vostro communo ?
Respoundès : nanni.
N’erian segurs. Ni leïs cascados dé fuè, bapteyados “fontaines lumineuses”, que vous fasien clincha la parpélo ; ni leïs ribotos espetaclousos que vous trigourravoun lou couradoun ; ni la touré Eiffel, ni touteïs leïs merevillos, qu’an fa bada lou mounde entier oou Champ de Mars coumo un gros limbert, tout aco, - et lou resto - empachavo pas que chasque jour pensessias oou pays nataou, eïs platanos doou cous, eïs oumés de la plaço, eïs amouliés doou pra de fiero, eïs soucos de la bastido et jusqu’aïs brancos doou pin bastard d’ounte leïs cigalos fan gnin, gnin, gnin, gnin.
Cependant érias à Paris en passant, et ren que per vous diverti.
Nous aoutres, que vous escriven, sian à Paris dé longuo, attélas à un travail qu’es nostre gagno-pan et que nous reten eïci de forço, et oou pays li pensa encaro maï. Sian uno bando de francs Prouvençaoux, neïssus eïs Adrets ou à San-Zachariè, à Bargimoun ou à San-Troupez, à Cabasso ou à Draguignan, à Figaniero ou à Ginasservis, à Six-Fours ou à Pignans, ou en quaouqué villo, village ou villageoun doou Var, quaou que sié, que cercan tant que pouden, à retrouva lou Var à Paris. es per aco que si réunissen, en coou per més - et maï si foou - leïs richés émé leïs paourés, leïs bourgeois émé leïs ouvriers, leïs orfevros émé leïs grouliers, leïs savens que fan de librès émé leïs ignourens que podon yus signa soun noum, leïs blancs émé leïs negrés, leïs jouine émé leïs vieils, din l’intentien d’un paou viouré de la vido de l’oustaou m’ounté si goouvisseroun nostréis premiereis brayos.
Quan sian réunis, qu vou canta canto, qu voou sibla siblo. Degun coumando, chascun fa ce que voou, chascun es libre de pensa ce que li plaï, maï que digue ce que penso en Prouvençaou, pas en d’aquéou Prouvençaou fignoula, de moussus e de francillots, inventa per tres avignounens fins coumo l’ambro - maï en véritable Prouvençaou grana, soulide, aquéou que parlavo et qu’escriviè tant ben Victor Gelu, lou plus flamé deïs poètos de la Prouvenço.
Touteis leïs siéis més, la réunion si fa davant la taoulo, garnido d’aioli qué lardo et de marlusso que tubo, de limaços à la suçarello, de méringeanos fassidos, de poumos d’amour à la sartan, dé pebrouns counfits, de buou en daubo, de caillétos roustidos, vou de quaouqu’autreï bouen fricots, ben pebrats, que rejouissoun leïs soulidés gousiers de la Prouvenço.
Leis enfants doou Var, esparpillas din Paris, vènoun, paou-à-paou, en aqueleis réuniens amicalos. Ben léou l’y vendran touteis et nous poudès ayuda, moussu lou Mairo, perque siaguen oou coumplet.
Escoutas :
Avez un varlet de villo que publico, de vostro part, leis avis utiles à touteis leis habitants de vostro communo.
Fé-lou véni, émé sa troumpeto, s’es un troumpetoun, émé sa caisso s’es un tambour, et diguali de fairé aquelo publication :
“Touroutoutou, Plan Ram plan plan, de la part de Moussu lou Mairo, faou saché eïs braveïs gens doou pays que l’y a a Paris une soucieta deïs enfants doou Var, que demando pas miès que de recebré touteis leïs compatriotos que si trouvaran de passagé din la capitalo ou que li seran establis. Per si mettre en rapport em’aqueleis frairés, l’y a qu’a escriouré un mot oou gérant, lou citoyen Romain Archier, que resto boulevard Montmartre, numero cinq, que vous fara sache tout ce que foou, per trouva, en tout’houro, de bouens cambarados décidas à vous aijuda en tout et en pertout”.
Vous pregan de coumanda acquelo crido, moussu lou maire, et per vous remercia, vous mandaren nouostre journalet, lou Peiroou.
Leïs gens doou Var que nous vendran veiré seran leï ben vengus. Quand seran émé naoutrés, leis Parisiens pourran diré que leï recounouissoun à l’assent, maïs li respondren que l’assent qu’aven à la lengo l’aven tant ben oou couar. En aqueleis que voudran maï d’explicatiens, n’en seren quittis per li rapppela que si réunissen tant voulentiers quand sian éloignas de nostre clouchier, ès parceque sian de l’avis d’un vieil philosophe qu’éro pas un darnagas, lou nouma Ciceron, que disié de soun temps : "Nostreis pairès et nostreis mairès, nostreis parents, nostreis amis, leïs eïmans touteïs oou coou, en ben eïmant nostre pays".
Adiou sias, moussu lou Mairo, vous la souhaitan boueno, accompagnado de plusieurs aoutros. Tenez-vous gaillard et ooublidez pas :
Lou Peiroou”.
[12] Lou Peïroou, n°1, 1890, adresse un salut “oou plus poupulari deïs hommes poulitiquès de nouastre despartament, lou brave sénatour Daumas (1)”.
(1) - Daumas, condamné à 10 ans de forteresse en 1850, député radical depuis 1871, a été élu sénateur en 1889.
[13] La Toùténo, 2-1-86. “Cigalo et Félibre - A canta, canto, cantara / Jamai mourra / La cigalo dins la Prouvenço. / Lou Felibre àussi cantara / Cigalara.
O.M” (O.Monier).
[14] La Toùténo, 13-2-86. “Après encuei, la Toùtèno parei plus. Perqué ? nous demandas. Qué vous fa. S’aquéou pichoun journaou vous agradavo, si lou légissias émé plési, si sa disparicien vous fa péno, vian pas perqué aougmentarian vouastri regrets. Si vous désagradavo é si vous génavo, fruta-vous lei man é prégas Diou qué dei cendré de la Toùténo naïssé pas un journalou fouasso mai envérina. L’y a ren sus terro qué noun fassé plési eis un é pèno eis aoutré. Eis un é eis aoutré,li dian pas adiou. La Rédacien de la Toùténo”.
[15] La Toutèno, journal littéraire, satirique, mondain, théâtral et financier. Paraît le samedi. 2e année, 2e série, du n°38, 22-5-86 au n° 60, 23-10-86. (Le dernier n° de la première série était le n°37)
[16] La Toutèno, 12-6-86. P.Chauvier : “Salut à la damo Toutèno, / Que nous revènt, e longo-mai / La flourissen, quelo maèno, / Emé lei flour doù mes de mai, / Per si rendre la vido eisado, / Coumo au béu tèms de Barjomau (1)”.
(1) - Barjomau : pseudonyme de Peise, versificateur plaisant mais aussi violent polémiste anti-républicain.
[17] La Toutèno, facido touti lei dimècre Per dé Félibré doou gos grun, journaou tout en prouvençaou, A.Dominique, Foundatour. Boucodor, dirétour, Estouma rafréja, Rédatour en chef, Sécrétari dé la rédacièn, Arléquin qué, en galéjan, dis la vérita. Zou ! qu’èn agué, la Goyo ! n°61-69 (du 6-11-90 au 31-12-90), 3emo annado, 3èmo sério.
[18] La Toutèno, n°61, 6-11-90. “Dins Touloun, qù ès aquélo qué va lou maï chin-chan. Es la coumuno, diantré !”.
“Eï Toulounèns.
Cè qu’ès l’hommé ! Encuèi, taou ès lou Diou qué fa ploouré, qué dèman, séra escarégea et mès sus l’aoubré dé la Crous. Pouadi pas m’empacha dé mé senti piétous en pensan à Fouroux. Douas fès, l’avénir s’ès entrédubèr davan d’éou émé dé tralusènço dé prouspérita vo bessaï mumé, dé glori ; la prumièro fès, dins la Marino ; la ségoundo, dins la politico, et, douas fès, a fa cabucèlo.
A agu poou dé sé néga dins la mar et s’ès néga dédins uno salo cuvèto dé frumo !
Anavi franchamèn à l’escontro doou prouverbi qué dis qué cé qué lou Bouan-Diou a marca a rèn dè bouan ; et mé figuravi qué Fouroux, marca coumo v’ès, pourriè pas sé laïssa destourna pèr lèï coutilhoun et dévendrié quoouqu’un à Touloun, vo èn Franço !
Mès siou troumpa qu’à mitan* : es dévèngu célèbré, maï dé qué célébrita, pécaïré !
Es pas un journaou dins tout lou pèis, qué noun agué parla d’éou et aquéli qu’an vougu l’inoucenta soun pas aquéli qué l’an fa lou mai dé bèn.
Fouroux ès toumba ! hé bèn ! ès dooumagi ; èro jouïné, aviè d’engin, émé d’aploumb, et èro pas dèsplaïsèn, pèr aquéli qu’an pas dé parti-près et qu’aïmoun Touloun, dè veïré l’Administracièn municipalo rajouïnido, ana fermé dè l’avant.
Es toumba, Fouroux ! Maï a pas féni dé rédouèla. Fin qu’aro, l’y a qué sèis adversaris, vo lèïs endiférèn qué l’an jita la pèïro, vo qué l’an jugea sévèramèn.
Maï espèras dins quienzé jour ... un mès, suncoou miséricordi sera perdudo, suncoou lou nouvéou Mèro coumençara dé pounchègea. Alors veïrès tout’ aquéli qu’a proutègea, touti séï créaturo, touti sèï lippo-pèd, vira casaco, lou foutré dé l’escalo et crida qué Fouroux ès mèns puni qué cé què va méritavo.
Aouran pas maï de pèno pèr ooublida Fouroux què n’en an agu pèr ooublida Dutasta !
En oouran mèns dé ségur ... aquèstou èro un mestré, l’aoutré n’èro qu’un marrit apprenti.
A.D.”.
[19] La Toutèno, 13-11-90. “Leï Toulounèns - aro pouadoun plus diré non - an fa’no gaffo en nouman per Mèro un jouïn’hommé qu’avié pa’nca tasta dé la vido et qu’aviè maï dé besoun d’argèn qué dé counséou.
Aoussi avès vis cé qu’èn a fa doou counséou, uno garbo dé santoun qué poudièn plus qué faïré lou signé dé : Brigadié, avès raison !
Sa vido municipalo aura estado, couma’aquèlo déï pouarcs, courto è bouano. Qué séïs électours, dins soun sant paradis, agoun sa bèl’amo !
Pamèn mé sèmblo qué sériè tèms dé cerca aquéou qué duou ramplaça Fouroux à la Coumuno, et dé lou cerca entr’aquéli qué pourran plus faïré seïs électour courna.
Qué nouastre Mèro mangé nouastr’argèn, aco es talamen naturèou qué n’èn avèn jamaï vis un qu’aguè fa aoutramèn.
Maï qu’en vigean nouastrei pocho, nous emplissé nouastri frumo et nouastri filho ! aco es un paouc fouar, mestré Rifouar ! Dèspasso la règlo dè Miquéou.
Duvèn dounc, vo ben préndré per Mèro quaouqué bouan vieilh qué pousqué plus ... mé coumprénès ; vo bèn qué fagoun oou nouveou Mèro cé qué fan eï gaou per n’en faïré dé capoun.
Vaou mumé plus luèn ; - siou radicaou, iou ! - coumo, uno fès nouma, lou nouvéou Mèro pourriè vous manda oou bouas quand vendrias pèr l’adouba, proposi un mouyen pèr qué pousqué pas nous couyouna.
Touti leï candida à la tayoro duouran sé soumettré d’avanço à l’ooupéracièn, tant bèn léï jouïné coumo léï vieilh, voui, mumé léï vieilh, dé poou d’un révénez-y !
Alor pourrèn dourmi tranquilé quan nouastri frumo anaran à la Coumuno.
Maï mé dirès : et leï candida qu’oouran pas la tayoro, coumo farès per li rendré cé qué l’aourès pres ?
Va li rèndrèn pas.
Espéraran soun tour. Séran lé Mèro à la suite.
Arlequin”.
[20] La Toutèno, 20-11-90. “Léis ouvriè dé l’arsèna.
L’ya a paou dé gèn dins Touloun qué noun siegoun ouvrié dé l’Arsèna, vo parèn d’ouvrié dé l’Arséna.
Dounco foudrié pas estré dé Touloun per pas estré fiér déis ouvrié dé l’Arsèna et per pas léis aima.
Soun la vido de Touloun et soun sa perto !
Léi vias aquéli, bravès hommé qué sè lévoun avant jour per ana travailha éi forgeo, éi bassin, éi calo, qué tèms qué fassé, qué plougué vo qué nèvé, qué pouartoun, per mangea à miejour, un moucéou dé pan et quaouqui nosé et qué rintroun lou soir à l’oustaou, plus envijous dé dormi que dé soupa, talamén soun alassa !
Léi vias ! En léi vian, vous dias : aco ès d’hommé !
D’hommé ! Non, ès dé grands enfantas qué sé laissoun léva la péou dé dessus l’esquigno per dé gèns qué li passoun la brosso per davant. S’esquichoun per espragna quatré soou et perço qu’ès un taou vo un taou qué voou faïré la carriéro dé l’Avènir, dièn ren (1).
Et pamèn, èn résounan, qù la pagara aquèlo carrièro ? Es pas aquéli qué vèndran séis oustaou dous cooup mài qué cé qué valoun. Es pas léi boutiquié qué réçubran un’indannita dé despençamèn, es vous aoutrés, ouvriers qué restas dins la carriero doou Pous, déi Poumèt, dé l’Espitaou, doou Canoun, déi Riaou, dé l’Aspergé.
Vous dounaran bessai un an dé rènto èn vous foutèn à la pouarto ; maï ount’anarès vous ajoucar émé vouastrès ènfan ?
Léi proupriétari d’oustaou vous faran sara séis cou
s. Ounte pagavias cènt fran, n’èn pagarès dous cènt. Coumo l’y aoura, dins Touloun, fouass’ouvrié estrangié, léi viouré sèran plus à dounacièn et foudra coupa léi liar en quatré.
D’aquéou tèms, léis capitalisto qué faran la carrièro s’engraissaran et suncoou la carrièro sèra facho aourès uno Canébiero qu’aoura pas léva dé dédins Touloun léi pouciou ounté naissé la vérolo, la fébré typhoïdo, lou maran et lou choléra.
Léi capitalisto et léi mourpién déi capitalisto aouran léi goussé rigèn et vaoutré mangéarès dé baouco !
Annèn, ravilha-vous ! Cridas èn d’aquélis estourdi - ès aoutré noum qué foudrié li douna - cridas-li qué sias la vido, l’amo, lou sang dé Touloun et qué voulès pas qué dé vouastré vido, dé vouastr’amo, dé vouastré sang, sé fassé d’argèn per paga léi déouté d’estrangié, vo un lié dé plumo dé pardigaou per quaouquès affama.
A.D”.
(1) projet, non réalisé, de percement du vieux Toulon par une grande rue.
[21] La Trompette, 3 juillet 1887
“A la vue de celui qui les a jetés sur le pavé (1), leur colère ne connaît plus de bornes : -Insaco-lou, crient-ils comme des forcenés. - A coou des pètos d’aï ! - Manda-li des calous ! - En galèro, brégand ! - Leïs enfants an plus dé pan ! la fremo plouro ! - Zou ! su d’eou ! Et aussitôt une grêle de calous et des cacatruès pleut sur l’ex-ministre ...” Mais les manifestants parcourent ensuite en ville en chantant (en français) le chant boulangiste “En r’venant d’la revue” et criant : “Aube, à la lanterne”. Officialité du français, et spontanéité du provençal. A l’élu qui veut les calmer, ils répondent : “Vaï ti coucha Bazilo !”
(1) - L’amiral Aube, ministre de la marine.
[2] Bulletin de la société académique, Toulon, 1888. La Sinse, “Ma réception à l’Académie, (ce que l’on entend au marché)” où Madaloun, Gouthoun, etc. commentent plaisamment la promotion du poète.
[23] Louis Pelabon, Lou proumié centenàri dou Groulié bèl esprit, Toulon, Isnard, 1888.
[24] L’Indépendant du Var, 12-3-91. Congrès de l’Œuvre des Cercles Ouvriers, à Toulon
“Brinde prounouncia au coungrès régiounau dis Oubrié à Touloun (1).
Missegne, Messiés,
Siéu l’enfant d’un oubrié, et se me demandon ço que veni faire aici dins uno assemblado tant impausanto, respoundrai que veni teni la place d’aquéu brave oubrié que soun travai e si susour m’an fa tout ço qué siéu e que sarié fier e urous de s’encaro atrouba au mitan d’aquéli que fuguèron sis amis.
Siéu un enfant d’ou pople et pèr miés vous lou prouva, vous parlarai dins la lengo dou pople, dins aquelo lengo mervihouso e bello, trop mespresado per d’uni que i a, dins aquelo lengo que cantas dins vostis atelié e que charras emé salivo e gaiardizo dins vostis afaire, dins la lengo nostro, car verés, i’a rèn de tant goustous coume lou pan de vosti susour e lou vin de vosto vigno.
Aquela* magnifico assemblado me remèmbro li famousis assemblado generalo d’autrifés ounte èroun representa lou clergié, la noublesso e lou poplé.
Adounc, Missegne et Messiés, béurai iéu i tres causo qu’an fa, que fan et que faran toustèms l’ounour, la glori et la forço de la Patrio !
E d’abord lève moun vèire au clergié tant dignamen representa eici pèr Missegne de Frejus et Niço.
Mounsègne de Frejus, es pèr la proumiero fes qu’ai lou plesi de vous véire et moun plesi es d’autant mai grand e mai sensible que vous vese au mitan dou poplé, au mitan dis oubrié qu’amas tant e que vosto presenci acourajo que mai.
Mounsegne, sias pas prouvençau, es bén daumage ! Mai se noun sias prouvençau d’ourigino, voste noum d’au mens l’es bèn, car noste divin Mèstre, l’ou sublime oubrié de Nazarèt, a di que lou reiaume paradisen apartèn i Mignot. Vostis armarié soun tanbèn prouvençalo : Aquéu blu que vese dins voste blasoun, aco’s lou cèu sempre seren dé nosto Prouvènço bènastrado ; lou rampau d’oulivié carga d’oulivo drudo que dounon lou bon oli, l’oli rous que lis ancian luchaire se n’en vougnien lou cors pèr èstre mai leste e mai adré dins la batèsto, aco’s la pas, e me remèmbro un fèt de l’istori antico :
Après l’endoulible qu’avié nega, lava lou mounde carga d’iniquita, noste grand-reire Nouvè bandissé de l’arco uno tourtouro pèr saupre lou tèmps que fasié, e la tourtouro revengué ’m’un brout d’ouliviè au bê. Mounsegne nous aves adu la pas. E aquelo crous rouginello e flamejanto trelusént dins l’or, aco’s la carita dins un grand cor d’or !
Mousegne de Niço, n’ai qu’un regret à vous exprima : es de pas avé fa moun servici au grand seminàri souto vosto peirenalo direicioun”.
Mounsegne de Niço coupant lou brindaire : "Lavès ren perdu !".
“E nimai nosti fraire dis Aupo-Maritimo i’an ren perdu, car touti sabèn eici emè quento sagesso e’mé quento afecioun lis amenistras, o pountife que la Gleïso a counsacra pèr evangelisa li paure dins la carita. Lève moun vèire au clergié que comto eici de valènts aposto coumo Mounsen l’abat Garnier, l’ouratour poupulari, samenant à bel-eime, à pleni man aquelo paraulo tant franco e tant sincero, que fai greia dins leis amo la fe, l’esperanço et l’amour ! au clergié que conto eici de savènt tant umble e tant grand coume Mounsen l’abat Vigouroux lou paciènt furnaire d’ou Rèu e d’ou Verai dins lis santis Escrituro ! au clergié que comto enfin eici quauquis uns de nosti levito qu’an bravamen carga li braio rougeo d’ou soudard !
Lève moun veire à la Noublesso. Messiès, i’a dos meno de noublesso : noublesso qu’a un noun*, un titre, un blasoun e la noublesso d’ou cor.
Glori i valènt chivalié qu’an ilustra nosto Prouvènço e nosto Franço, qu’an counquista soun titre sus lou prat bataié émé l’espaso ! Glori i nobli chivalié que soun blasoun es puléu un bouclié pèr apara li dre de la Glèiso e dou pople qu’uno beleio inutilo e vano !
Salut à Moussu l’armirau Rallier du Baty, à Moussu de Montety, à Messié li Comte de Villechaiso et de Martinenq, à Moussu lou Vicomte de Bernis, à Moussu de Lacouture e à touti que se soun devouas à la causo dou pople.
Mai salut tambèn à la noublesso dou cor, car un gand cor, un cor amaire e generous es, n’en counvendrès, encaro un bèu blasoun emai se vegué pas !
Enfin lève moun vèire au Pople ! à n’aquelo classo interessanto dis oubrié ! S’èro pas li bras rufe e gaiard dou travaiadaou, quau es que bastirié d’oustaou pèr nous assousta ? quau es que traucarié li mountagno pèr uni dous pople fraire ? quau es que jitarié sus li grand fluve aquéli pont gigant qu’unisson dous vilo sorre ? Quau es que fourjarié lis aubus et lis espaso pèr apara la Maire-Patrio à l’ouro dou dangié ? S’èro pas l’oubrié, Messies, quau es que pastarié lou pan, lou bon pan blanc que fai lingueto à la famiho après la journado e que fai viéure lou mounde ?
Missegne e Messié, vole pas abusa de vosto patiènci e de la permissioun que m’acordo lou valent e simpati capoulié dou ciéucle catouli dis oubrié, Mounsen l’Abat Pastouret. Ansin dounc vau acaba.
Lou clergié enauro nostis amo vers lou paradis, vers lou reiaume azuren, vers lou ceu - Lou ceu es blu ; brinde au blu !
La noublesso a per simbèu l’ièli, l’ièli blanc que dèu counserva blanc coumo la nèu dins sa fe, dins si mour ; brinde au blanc !
Lou pople douno soun sang per la Patrio, tant émé lis armo qu’émé lis outis - Lou rouge es lou sang, lou rouge es la vido ; brinde au rouge !
E de meme que lis tres coulour naciounalo unido ensen fan lou drapèu qu’ès l’amo de la Patrio, doumais l’unioun fai la forço, de meme lou clergié, la Noublesso e lou Pople dèvon s’uni per faire la forço de la nacioun !
Missegne e Messiés,
brinde au blu, au blanc, au rouge, à la patrio !
L.Sparia*, Curat di Rouviero (2)”.
On constate que le typo a été plus que déconcerté par la graphie mistralienne.
(1) Cette organisation qui prône la collaboration des classes a un certain écho à Toulon par l’intermédiaire des patronages religieux. (2) - Les Rouvières, près de La Verdière.
[25] Dans l’Armana prouvençau 1888, Spariat depuis “Li Rouviero”, dédie en tant que “pretre dóu Felibrige” un “Cantico à Santo Estello patrono dóu Felibrige”.
[26] Charles Dupont, Petites Œuvres françaises et provençales, Marseille, Shickler, 1888. Dupont vit toujours à Marseille où il a été longtemps conseiller général radical.
[27] Les Troubadours et les Félibres du Midi, par M.Jules Arnoux, Agrégé des lettres, inspecteur d’Académie du Var, Paris, Gedalge jeune.
[28] Lou Franc Prouvençau, 1886. “Ce que l’Armana Prouvençau, nouastre grand einè, a agu lou meriti d’entreprendre, la reneissenço de nouastro lengo, nautre aussi v’aven essaya. Aven vougu, nautre aussi, entreteni l’amour dòu peis ounte sian neissu. Pensan qu’es encaro lou milhou mouyen de fa neisse l’amour de la Franço. Qu eimo ben sa prouvinço, eimo encaro miès la grando patrio.
Uno cauvo, pamen, nous fa peno, e despuei tròu de temps l’aven sus l’estouma per que finissen pas per va dire. Leis adoubaire dòu Franc Prouvençau an per ensin dire fourma l’Escolo dòu Var. Aquelo Escolo que n’a fa soun obro ben eimado, es pas per dire, es de segu entre lei plus vivourneto, lei plus travailhadoua. Crei avé ben merita dòu Felibrige, e soun obro aussi. Pamen, jamai, entendès, jamai l’Armana Prouvençau a sounja de dire un mot de nouastre travai, ni announça nouastro publicacien. Coumo vai ? Nouastro ambicien es tròu pichouno per faire ombro à la bèlo escolo d’Avignoun. Deven, segu, ave de defau ; mai enfin sian bouan cambarado, nautre, e es pas nautre que dins la Fraternèlo estitucien dòu Felibrige, cercarian à faire uno questien de boutico. Es que serias pas de nouastre avis, counfraire Roumanillo ?”.
L’Armana prouvençau de 1887 annoncera sans autres commentaires la parution du Franc Prouvençau. Celui de 1889 écrit sans ménagements : “Lou Franc Prouvençau pèr 1888, armana que parèis despièi trege an, e que meritarié tóuti nòstis eloge se l’editour, se counfourmant i principe felibren, n’espurgavo emé siuen li galicisme que lou gaston”.
[29] A.Richier, Lou Franc Prouvençau, 1887. “Toutei lei Felibre saboun que, sus la prièro de l’Escolo dòu Var, la Mantenenço de Prouvenço aviè, à l’oucasien dei Juè-Flourau tengus à-z-Ais àquestan, establi un pris per lou mihour sounet regardan F.Peiso, l’òutour dei Talounado e lou paire dòu Franc Prouvènçau. Es un Felibre dòu Var, A.Richier, qu’a agu lei joyo, e veici lou sounet.
 A la memori de Peise, Foundadour dòu Franc-Prouvènçau e de l’Escolo dòu Var.
Quand per fes me remembre aquèu grand fouligaud / Que nous fasiè tant rire emé sei Talounado, / Me semblo de lou veire alura coum’un gau, / Toujour lest à larga quauquo grosso petado. // Tant sus lei Siei-Fournen que sus lei Martegau, / Se plasiè d’atrenca de bouenei galejado, / Adoubavo un fassun que n’aviè ren d’egau, / Falié bada per forço e prendre la becado. // Un pin fa’n pin (1), disiè, bèn que l’aubre siè mouert, / Ounte s’es desmata regriho que pu fouert / De noumbrous pinatèu, car sa sabo reneisse. // Vègues soun Armana coumo ven flòri, encuei ! / Cadun se li miraio e saludo ém’ourguei, / L’engèni e lou renoum doù valent meste Peise.
Amable Richier”.
(1) - Titre de la pièce (1877) de Peise et Sénès.
[30] Fernand Hauser, Victor Gelu et son Œuvre, Félibres de Paris, Marseille, Bibliothèque du passant, 1891. L’ouvrage est couronné par les Félibres Parisiens.
[31] Le Petit Var, 28-9-88, La Seyne, un ivrogne casse tout dans une boulangerie. Quiproquo. Les gens : “Ah, es Moussu Boulangié que sercavoun partout”. Le forcené dit au docteur : “Sias lou Mèro, vous !”.
[32] Le Petit Dracénois,
17-7-92. Au banquet du Peiroou parisien, présidé par le docteur F.Brémond, de Flayosc, et le le publiciste Ricard, d’Aups, vice-président, prononce un discours en provençal.
21-8-92. La danse “leï jardinieros” de Draguignan a eu un grand succès à Aix.
25-9-92. La collaboration de l’érudit R.Reboul est saluée par un félibre hyérois. “Un pasto-mortié.
Signo : Robert Reboul, si dis pasto-mortié, / Es de Rocobrussano, habitavo Sourié (1) ; / L’aven vis aprenti noutari dins Marsiho, / Plus tard si maridè, prengué uno bélo fiho, / Qu’èro d’enquilamount mount’an pourta sei pas, / A qui, dé Castéounoou (2), l’an fa jugi de pax ; / A per tiblo uno plumo, un papier per gamato, / E broyo habilamen qù ten souto sa patto, / Es un bouan escrivan, cercaïre courajou, / Per faïré seis escrits bouquino nuech é jou. / Quand voou faïré un portrait lou fa senso paleto / E soigno lou détail senso avé de lunetto. / A l’esprit fin e viou, es mistourin mai vert ! / Es vaquito pinta, Biographo Robert.
Louis Garcin (3), pintre, Hyères”.
(1) - Sollies-Pont. (2) - Chateauneuf, Sarthe. (3) félibre depuis 1885.
13-12-92, “es pas troou lèou”, titre d’un article en français saluant la loi de protection sur le travail des enfants.
[33] La Sartan, 26-9-91. Texte en prose de La Sinso, “Aou pei frégi” (sur une gargotte sympathique) : “es lou titre d’un chapitre d’un nouveou libre, La Vie Toulonnaise, qu’alestis moussu La Sinso, de Touloun”.
[34] Affiche invitation aimablement communiquée par B.Rotger, historien de Sanary.
“Comitat manteneire dou Tambourin. Founda en 1888 - Presidént d’onnour : F.Mistral. Villo dé Sannary. Dimenche 22 mars 1890. Acampado de tambourinaïre souto lou patrounagi deis autorita de Sannary.
Lou matin, à 9 ouro é mièjo : Arribado dei tambourinaïre de Marsiho, Aubagno, Touloun, La Valèto, Mazargue, lei Penno, lou Mouans, Bouc, Tourtour, Ollioules, la Seyne & Sieïs-four ; deï déléga dou félibrige de Paris e de Prouvenço émé dei representant de la presso.
Aubado à la Coumuno
A 10 ouro e miéjo : ausido dei jouine tambourinaïre-escoulans per la jurado que décernara lei pres et lei primo.
A miejour Grando Taulejado a l’auberjo de meste Guiou
A 2 ouro e miéjo Roumavagi Poupulari per touti lei tambourinaïre, solo, duo e tambourinado d’ensemblé
A 4 ouro : distributien dei pres. Près d’ounour de la villo de Sannary, près dou president dou Coumitat manteneire, près dou souto president dou Coumitat manteneire, près dei felibre dé Paris, e de primo en bello mounedo baiado ei toucaire de tambourins qu’auran fa flori d’escoulan nouveu
Grando farandolo poupulari
Per lou Coumitat mainteneire lou president empacha, lou vice-president :M.Sicard”.
L’auteur ou le metteur en page ne possèdent pas encore parfaitement la graphie mistralienne.
[35] Lettre au maire de Sanary, (aimablement communiquée par B.Rotger, historien de Sanary, qui l’a publiée dans “Lou Liame”, journal de l’association San Nari).
“Marseille, le 28 d’abriéu 1890.
Moussu lou Mairo,
Apreni eme plesi que, vous e voste Counseou Municipau (1), voulès que dins touteis les parladuros voste pays tant galoï, pouarte soun noum prouvençàu ! Toucas aqui ! Siou deis vostre ! Maï attentien, se lei gazettos que dounoun la nouvello la dounoun ben, manquariè uno lettro où noum que voulès douna oufficialament à San-Nari. San Nari es San Nari, maï sera jamaï Sanari ou Sanary. Coumo : coumissari, noutari, etc. an fach : commissaire, notaire, etc., San-Nari aviè fach : Saint Nazaire. Se revenès où Prouvençaù fòu que diguès San-Nari.
Es lou noum d’un san que li disien : Nazari, per abreviatien : Nari, maï pas : Ari, adounc poudès pas dire : Sanari fòu que digues : San-Nari. Que se voulès l’y es facile, maï fòu toujours douis mots et douès N.
Vous demandi ben pardoun de veni m’òucupa de ce que mi regardo pas, maï se naùtreis prouvençaù sian pas souagnous de nouesto lenguo, qu n’en prendra souin ?
L’a ’n’escabouo de prouvençaùs lettrus que trabailloun à la reneissenço dóu parla de nouestei grands. Siou pas a n’aquello òuturo maï, planplanet et dins la baïsso, l’ajudi tant que pouedi.
Aï cresu ben faïre. Se mi troumpi voudres ben mi pardouna rapport à l’ententien. Vous prègui, moussu lou mairo, de vougue ben agrada meis respects couraous et amistous, eme meis gramacis per lou plesi que m’avès fach, vouset voueste counseou municipaù, en reprenen lou noum vertadiè et ben dou terraïre de : San-Nari.
Lou recevour de l’Asilo deis Fouolles de San Peïre. Peiré Gay”.
(1) municipalité républicaine avancée.
[36] La Sartan, 11-7-91, “Noueste sartanié daou Baousset (la capitalo dei tapeno) nous mando aquestou racounte : La Sant Aloi aou Baousset.
Lou vinto-cinq daou mes passa s’es celebra eicito, l’antico festo de Sant-Aloi, patroun dei maquignoun, dei carretié, deis ai e dei muou. A noou v’ouro daou matin proucessien generalo dei besti de l’endret, touti ben pimparrado de poumpoun, de cascaveou enribana, de bridoun flouri e atapado de bello peço picado que lei mouihet, per aqueou jour, tiron de l’armàri. La proucessien a fa lou tour doou peïs, e un coou arribado carriero de la Republico, lou prieou, en desplegant la bandiero a fa la creido : “A vint fran lou gueierdoun, lou mourraou e lou drapeou emé lou dina : qu li mete mai ?”
A dès ouro, benedicien deis animaou, e lei gent que badavon n’an proufita.
A uno ouro de l’après dina, taourejado espetaclouso à l’Hôtel de France. Aou dessert, lou nouveou prieou encanto mai lou près que mounto aou darnier escaloun de l’escalo.
A 5 ouro, partenci daou vilàgi per lou champ de cours que s’atrovo devans la bastido de M.Daoumas, aqueou qu’a soun espessarié din la carriero de l’Academio, à Marsiho, e que vende uno poutitè per tua lei punaiso.
Après lei courso, cadun es ana mountè a vougu en se diant : A l’an qué ven / Besti e gent / Se sian pas mai, sieguen pa men. I....”
[37] La Sartan, le correspondant de Carcès critique constamment la municipalité.
11-9-93, “Carcès. Duvrias ben, coulègo sartanié, un paou sartanéja aou vinaigre nouestre Mèro, ques luen de faire lou bouenur deis abitans. Qu crido per uno cavo, qu per l’aoutro e degun es countent. Tamben esperan lou jour que pourren li carga uno vesto que li vague finco ei ped ! Ensin li pourrien dire : Aro, digo nous mai que t’encarcès. R.B.”
[38] Sénès, Provençaux, Toulon, 1902, article “Peise”.
[39] A propos de la visite des Cigaliers et Félibres parisiens en 1891, pilotés par Coffinières, le comédien marseillais Foucard évoque (Lou Felibrige, mai 92) “l’espantamen que me prenguè, l’estiéu passa, quand m’atrouvèri à Touloun, pèr la vengudo di messiés de Paris : Eto ! l’avié de que ! franc de ma pichouno que diguè ’n coumplimen, vestido en peissounero, degun parlè prouvençau”.
[40] L’Armana Prouvençau, 1892 donne “Lou limbert de Tamaris, Tamaris, 13 août 1891” par “Auban Coufiniero, Secretàri de l’escolo de Tamaris”. En 1893, il annonce la naissance des Echos de Tamaris. Mistral envoie des messages aux banquets de Tamaris. Le 1-12-92, le journal s’ouvre sur un extrait de lettre : “Mes compliments pour tes extraits sonores et leur excellent esprit. "Tu sies la troumpo que publico / E sies la man que trais lou gran". Toun vieil ami, Mistral. Maillane, 24 octobre 1892”.
[41] Lou Felibrige, dec.92, P.Guisol rappelle les fêtes qu’il a organisées à Tourves en l’honneur de d’Astros : “Mai ço que li a a’gu de mai sutiéu e de plus fourtificant, es que de gènt, de famiho divisado pèr de ressentimen e de vièii rancuro, se soun, aquéu jour, recounciliado dins l’estrambord e la joio coumuno !”.
[42] Parmi les intervenants varois : Grinda, Sénès, Blache.
Les Echos de Tamaris, 10-9-92, Blache, “Fooù que lou pichot Tamaris / devengue un ome ! / Ounte tout canto, ounté tout ris / meme un prud’home / Ounte li cor valent, urous / vengoun en rode / Ounté touti lis amourous / bramoun soun ode. / Ount li fioù di Prouvençau / trigoun si niero / Ounte faguen figuo ooù mistraàu / Sous ta bandiero !”. Ce sont les premiers (et derniers) vers provençaux de Blache que je rencontre.
Les Echos de Tamaris, 11-6-92.
La Sinse, “A Pau Coffinièro.
Avant qu’un prince d’Orient fessé sorti deï flots blus dé la mar, entré Sablettes et Balaguier (1), uno villo dé castéous é dé palaïs dé maï bello figuro é dé maï gento tournuro qué leï Pomponiana, Olbia, Tauraentum de¨patricians romains : l’y avié dins un pli dei coutaous, oou found d’un valoun, dins lou tuf escarteïra, un traou, soumbrous, estré, qué s’alloungavo dins la coualo.
Dé tousquos et dé baguiers espès li fazien dessus coumo un tooulissoun toujours verd : é dé sa vouto, tapissado d’eourré, dé quiquoros é dé mousso doourado, l’aïgo douçamen desgoulinavo, l’hiver. Oou temps deï millo Dious, lou poulid ragas avié dégu servi d’asilo à quouquo gento dryado vo ben hamadryado. L’esprit de la divino piouzello l’avié d’ailleurs jamaï quitta. Avias qu’un mot à diré, uno paraoulo à prounounça é l’écho respoundié. Leï gens dé la countrado l’anavoun counsulta dins leïs mouments pénibles dé la vido é leï fillettos, en maou d’amour, li venien dé pertout counfia seï secrets [...]”. Sénès, qui, dans un registre inhabituel, invente une légende sur Tamaris.
(1) A Tamaris donc. Un “antre” de ce type a effectivement existé. Cf. le nom du quartier, “le Crouton”, aujourd’hui reçu péjorativement en français.
N.Blache chante en français la Provence (30-7-92) et les paysans du Var, race forte (3-9-92). Aicard s’en tient au français, comme Henseling, et c’est en français que le vice-président du Peiroou, A.Ricard, donne “L’accent provençal” (3-9-92). L.Geoffroy, l’ex-communard, salue Mistral (1-2-93).
[43] La Sartan, 15-7-93. “Besso, Var. La soucieta d’agricurture e d’orticulture s’es acampado eicito deminge passa, souto la présidenci de moussu lou mègi Barnier, per la destribucien dei joio agricolo. Uno cavo que nous a foueço fa plesi es que lou brave poèto Menut, l’ensertaire (1), de Sant Meissemin, es esta medaiha. E vaquito, à-n-aqueou prepaou, lei quatre flame vers qu’acò l’a fa faire per estre grava su l’envè de sa médaiho : - Messiès, quand din l’oustaou intro quaouco médaiho / Se vesias mei pichot / Courrou per m’embrassa ; / L’einé dins un cantoun, espincho la muraiho, / E l’entende que dis : l’oustaou s’es enaoussa (2)”.
(1) - greffeur. Spécialité reine en ces temps de reconstitution du vignoble après la maladie. (2) - Menut fait volontiers dans le registre noble : Cf. “Plagum su la toumbo de Peiresc”, primé à Aix en 1893.
[44] la Vie Provençale, 1892. Dès le n°1, long article sur le tambourin, avec citations provençales. Quelques intervenants extérieurs, comme Sextius Michel, félibre de Paris. Des Varois : Janet lou pantahiaire (de Jules Gelin, du Pont du Las) qui chante les paysans dans une tonalité à la N.Blache (23-7-92) , Derepas, Sidor, Auguste Sénès. Le 11-12-92, apparaît J.B.Menut, de Saint-Maximin, avec Li cant de Mirèio, en rhodanien et graphie mistralienne.
En 1893, la revue dit accueillir sans ostracisme aussi bien les félibres que les troubaires.
La Vie provençale, 18-2-93, “Lou Telegrammo, coumédio-uyaou en très partido”, de Pital Hugues (!), qui donnera ensuite des vers et des scènes réalistes, son revanchard “En routo” explique que “la guerro e l’amour saben faire” (12-3-93). Jules Gelin, alias Janet lou pantahaire, donne en feuilleton son long poème bastidan “Toinèto è Loourens”. On salue “Lou Peirou” (3-12-93). Sur des registres plus populaires interviennent Jè, lou Renaire, et J.Guigues, de Rians, en prose.
[45] La Sartan, 20-2-92, “La Seyno, Var - Nouesto municipalita e lou publi si mandon de chameto à raport à n’un pàti que voudrien tanca su lou quai Hoche. Es pa’no cavo à faire, mai aven fourça lei municipaou à li metre lou nas e anaren empega soun pàti un paou pu luen. R.F”.
[46] Le Villageois, journal Barjolais, républicain, indépendant, des Travailleurs du Var. Barles, adm.à Draguignan. n° 1, 7-2-92. Contre le socialiste Vincent, maire de Flayosc : “Souto la peou, lia l’aï”.
[47] Le Petit Démocrate, journal républicain socialiste, n°2, 12-8-93 : le candidat Janet visite l’arsenal, fait le tour des ateliers, serre des mains, annonce même une promotion. “Quelques-uns de ses amis en étaient si honteux qu’on les a entendus répéter à plusieurs reprises en provençal : Va un pòu trop fouart !”. 19-8-93 : le Janétisme comme le Boulangisme est une mode creuse, et on cite à ce propos la laitière qui ajoutait toujours de l’eau, et un jour s’écrie : “Ah, Tron de D... Aï oùblida lou lat !”.
[48] P.Audibert, Curé de Sainte Anne d’Evenos de 1892 à 1898, fait construire le clocher et y fait apposer une plaque : “Vautre que cantas, o campano / Quand arriban, quand sian countènt, / Vautre que plouras quand partèn, / Laùsas Diéu, la Vierge e Santo Ano”.
Juin 92, Spariat écrit dans le journal de Coffinières qu’il a préché Carème entre Aups, Tourtour et Rians. La vingtaine de sermons ont été un triomphe pour lalangue provençale, les églises étaient pleines malgré la comédie et la pluie.16-6-92 Spariat fait chanter à 5000 pèlerins à la Sainte Baume le cantique qu’il a composé pour la circonstance.
1892 : l’abbé Beguin de Brignoles met en souscription son poème Santo Madaleno, qu’il ne parviendra pas à publier avant longtemps.
[49] Le Parti Ouvrier, 15-8-93, compte rendu du meeting de Milhaud à La Valette : “La séance qui avait duré deux heures et demi, est levée à cinq heures. L’enthousiasme était si grand, que nous avons pu entendre dans ce langage imagé de notre Provence dire par un citoyen : Milhaud aujourd’hui, passo lou rastéou à La Valetto, leis autrés passaran la fourco”.
[50] Le Petit Var, 15-7-93, le journal raconte comment la foule toulonnaise s’arrêtait devant les mats de cocagne, “très intéressée à savoir celui qué décrouchara la saoucisso”, comment elle a suivi “l’antique joute qui a fait les délices de nos pères et à laquelle, nous, leurs petits-fils, nous assistons avec le même intérêt [...] et il faut voir comme le vainqueur est applaudi et comme il est fier, juché sur sa plateforme, et tout cela aux sons du fameux air : A gagna la targo / Lou patroun Vincent, / Eme sa lancetto, / N’a fa toumba cent !”
[51] Le Petit Dracénois, 12-2-93, “Les élections législatives dans le Var. Le soir après avoir achevé la lecture du journal, nos paysans font de la politique. Ils s’occupent à leur façon des élections législatives qui peuvent avoir lieu sous peu, si la dissolution de la Chambre était demandée par M.Carnot pour clore cette période néfaste qui prendra dans l’histoire le nom de Panama.
Nous avons entendu dans une assemblée où nous avions été invité, quelques propos qui indiquent d’une façon précise que la succession du siège qu’occupe notre député actuel est ouverte. "Moussu Clémenceau fa plus per n’aoutré. Paouri bougré, penan proun per aligna doui peço de dès saous, tandis que eou é Cournalius Herso (1) amourounavount de milliens, Rochefort va dit et provo".
Nous laissons cette opinion formulée dans nos villages en langue provençale, à la méditation de nos lecteurs qui ont toujours voté avec enthousiame pour M.Clémenceau. Cet homme politique d’un très grand talent est irrémédiablement perdu par suite des dernières révélations du directeur de l’Intransigeant”.
(1) Cornélius Herz, principal accusé des malversations du scandale de Panama.
[52] La Justice du Var, 20-7-93, “Oou Picho Dracénois
O picho dracénois, qué sies picho moun béou, / Tei colono n’en soun ramplido qué dé fèou ! / Mai tei méchanceta dé fiou blan courdurado / Troumparan pas dégun ? Ta fueïo délurado / Vaï passi tou d’un coou oou souréou caou d’Avous ! / Alor, la vérita sourtira dé soun pous, / E a nu n’en métra toun funesté programo ! / Per tu, leis électour, mountaran uno gamo, / Qué té counvendra pa ? pouadès estré segur / Qué nen répoussaran teis ami, lei pu pur, / Qué nous présentaras, - ralias ou boulangisto - / E n’oouran pas bézoun d’un ben gros pouarto visto / Per pousqué distingua sé quès ta qualita ; / Saboun dé qué cousta trouva la vérita ! / As béou leis inounda dé tei calembrédaino, / Teis articlé nen soun toujour mémo rengaino / D’oou prumiè oou ségoun ... D’oou ségoun oou darniè. / Souvén lei électour té métoun oou paniè / E senso té légi ? Disciplé dé Gribouïo, / Voudriès nous fa manja d’aquélo ratatouïo, / Facho dé rataïouns qu’as ramassa partou, / Qué vènés nous ooufri e mé toun air piétou ? / D’aco destroumpo-ti ! ta bando panachado, / Coulour dé l’arc-en-ciel, a figuro machado, / Coumo lei chambri vouo marcha a réculoun ! / Leis électour d’oou Var, li faran un vestoun / Qué li pinssara ben ... Faran pitouzo mino, / La coulour dei ralia, l’oouran darnié l’esquino ; / E coumo lei reinard, battus, hountous, counfus, / Juraran, un poou tar, qué li révèndran plus ! / Sachoun, lei candida, qué poussès oou Pinaclé, / Qué jamaï picho san n’a fa dé gros miraclé !!!
Un électour d’oou golfé”.
[53] Le Petit Dracénois, 23-7-93, “Eis Electours de l’arroundissament de Draguignan. Air : La Lanterne magique.
L’i a maï leis électiens en Franço, / Poplé aqueou coou faï atentien, / Voto libré en touto counfianço ; / Cerco lou ben dé la natien. / Car siés un poplé fier et libré, / Foou pas qué v’ooublides jamaï ; / Cerco la pax et lou travaï ; / Sachés légi din lou grand libré ! // Refrin : Anén, poplé réveillo-ti ! / A tout estrangier digo-li : / Qué soun entriguo duou féni, / Vouarés plus dé sa poulitiquo ; / Plus dé féniants / Ni d’entrigants / Vivo la bouano Républiquo ! // Choousissé leis hommé capablé / Per ména leis affaïré à ben ; / Qué siégoun, surtout, respétablé, / Su sa counduito l’i agué ren. / Senço ni haino, ni disputo / Vaï pourta dédin lou scrutin /Ta voulounta : toun bullétin ; / Prend libramen part à la lutto.// Foou éloigna leis exotiqué, / Et chez tu prend toun députa ; / Manquo pas d’hommé poulitiqué / Per teis drets, per ta liberta ! / Eis estrangiers, eis grand charaïré / Digo-li qué vagoun aillurs, / Et mandélei chez lei taillurs / Lei vestiran en pantayaïré. // Qué Clémenceau, l’hommé sinistré, / Qué per naoutré a jamaï ren fa, / Eou qué toumbavo lei ministré / A soun tour siéché chavira ! / Vourèn pas plus qué nous défendé, / Soun talènt douno lou dégout ; / Et qué s’envagué à Bournemouth / L’i a ségu coouqu’un qué l’attendé.// Per leis électien généralo / Foou toujou cerqua lou mouyen, / Ooutant ben qu’ei municipalo / Dé choousi qué d’hounestei gens. / L’hounestéta en poulitiquo / Unido à la scienço, creï-mi / Fara prouspéra lou pays, / Et respecta la Républiquo !
Les Arcs, A.Ph”.
[54] Le Petit Dracénois, 28-7-93, “Boite aux lettres”, 1ere page, F.Rouvier.
“Camarades, entonnez la chanson "Aux Electeurs" (1), autour de vous, que votre chant ait de l’écho dans le cœur de ces braves et honnêtes paysans qui aiment, comme nous, profondément leur pays. En leur récitant les vers du poète, tous apprendront comment il faut s’y prendre pour éloigner les exotiques. "Foou éloigna leis exotiqué, / Et chez tu prend toun députa ; / Manquo pas d’hommé poulitiqué / Per teis dret, per ta liberta !".
En effet de tout temps on a trouvé dans le Var des hommes capables de défendre les droits et la liberté du peuple.
"Eis estrangier, eis grand charairé /(comme l’est Clémenceau) / Digo li qué vagoun ailleur".
Les courants de division que l’on voit dans nos villages n’existeraient pas si l’on suivait ces excellents principes : "Et mandelei chez lei taillurs / Lei vestiran en pantayairé".
Qué n’en dias moun bouan ?
Fortuné Rouvier, candidat républicain socialiste agricole”.
(1) - Chanson d’Arnaud Ph. publiée dans le même n°.
[55] Le Petit Dracénois, 30-7-93, “Un dialogue. Jacques, cultivateur à Beaudinard, Pierre, cultivateur à Vérignon.
P. - Bonjour coupaïré, coumo iou, anas à la fièro dé Sillans ?
J. - Ebbé vaou croumpa, un trentanié de fédo, n’en faou proufita couro soun à cambi dé panouchou.
P. - Fés ben, coupaïré, un raï d’avé enrichissé. A prépaou qué novos aou villagé ?
J. - Li novos, es qu’quéou gusassas dé Marius Courna ou dé Cournamarius va pouadi pas diré.
P. - Digas, Cournélius (1).
J. - O Cournélius aquello mousco baouvino qué m’a suça li quatré soous qué dounéri à Panama es pancaro mouart. Si éro esta l’aï dé moun paouré grand dé San Laourent, l’ia ben longtemps qu’aourié li ferré en l’air ; maï li voulur, an lou périer pu du qué la roco. Si vénient eicito Panama e Cournamariaus, leis attrapariou per lou coualé e v’assuri qué farien léou li badaou.
P. - Eis ami dei couquins, li dirés ren ?
J. - Sé n’en couneissiou, veirias coumo li parlariou.
P. - Moussu Clémenceau, nouastré Députa es l’ami dé Cournélius.
J. - L’ami dé Cournamarius, pas poussiblé ; maï qué mi dias aquito ?
P. - Es ben véraï. Lou suçaïré dé Panama lia fourni li proumié founds per imprima soun journaou la grando Justiço dé Paris. Pas la counfoundré émé la Justiço dé Draguignan, car la pichouno Justiço a leis feissetto troou emboudousclado d’uno matiero jaouno qué fa recassigna lou nas.
J. - Couro a agu la provo qué Cournamarius éro un capoun, lia pas manda un cooup dé ped oou c... ?
P. - Nenni, mestré Jacques. Moussu Clémenceau sabié (lia cinq ans d’aco) qué Cournalius voulavo Reinach (1), qué Reinach voulavo de Lesseps lou chef dé Panama e aou luogo dé li manda la pouncho d’oou soulié ounté sabès, la lissa parti en Angleterre. Poudié lou faïré foutré din maï la lissa courré luen. Leï gendarmo ensin li demandoun plus seï papiers.
J. - Maï moussu Lantiyo e soun cousin Pétareau, mi dien dé vouta per l’ami d’un couquin - soun douis couquins douis gusassas alors ...
P. - Alors voutarès pas per moussu Clémenceau ?
J. - Jamaï dounaraï moun bulletin à l’ami d’un hommé qué m’a voula. Un députa déou faïré arresta leï couquins. Moussu Clémenceau sabié qué Cournamarius ero un escroc devié si teni luen d’aquéou bandit. Voutaraï per un bravé hommé d’oou pays qué couneïssaraï ben, voutaraï per un hounesté péro de famillo qué fa pas dé bru, maï qué travaillo dignament.
P. - Avès raisoun dé vouta per un d’en per eicito. Si chaquo centrè noumavo un Députa couneissu la Chambro dé Paris farié pas tant dé foutaiso.
J. - Si ven à Beaudinard moussu Clémenceau li diraï : Couro m’aourès fa rendré li quatré soou qu’aï perdu. Couro oouraï tana la péou à Panama et à Cournamarius, voutaraï per vous, moussu Clémenceau, maï aquestou coou vouastro billetto qué méttiou din la pocho d’oou courcet, la déchiraraï avant d’arriba d’avant moussu lou mairo. Dins la caïsso, mettraï lou papier qué noumara un hommé ben vis e ben aïma din lou vésinagé.
Si Clémenceau venié per malhur mi cerca garouillo, li fouti un cooup dé magaou et li cridaraï anas viouré émé lou mangeo dardenos dé Cournamarius.
F.P.
Les cultivateurs ont du bon sens. Ils voteront tous pour des candidats républicains connus et blâmeront par leurs suffrages la conduite de M.Clémenceau qui est toujours coupable de n’avoir pas fait arrêter Cornélius Herz”.
(1) Cornélius Herz, le financier corrupteur et son complice.
[56] La Justice du Var, 27-7 et à nouveau le 8-8-93
“Un députa en herbo !
[...] Toun programo nés arresta / Mété léou teis aficho rozo, / Afin qué couneissent ta prozo ! / Nen sara gaïo ou morozo, / Ressemblara oou députa. // Diras, senso nous moulesta, / Sé siès ralia - capélanisto, / Républicain ou ben fumisto, / Ou tout oou mén d’oupinien mixto ; / Sachén sé qués lou députa ! [...]
Un électour d’oou golfé”.
[57] Le Petit Dracénois, 13-8 et redonné le 17-8-93
“A moun ami Rouvier, Après aguet legi la Justiço d’oou Var, d’oou uech d’aous
Quant Clémenceau s’es présenta / Din lou Var, mé soun air bounasso, / Fouasso disien qu’èro dé raço / Per pousqué ben teni sa plaço, / Et faïre un crano députa ! // N’en a fouasso qu’é l’an pourta, / Lou crésien bouan, aguet la chanço / Dé réussi ; si fé boumbanço, / Qué coou per lou Var et la Franço ! / D’aguet un tant bouan députa ! // Coumo eou dégun poudié lutta / Contro lou maou dé l’infortuno, / Ero lou lioun dé la tribuno, / N’oourié pousqu’u douna la luno / Tant èro un fouar bouan députa. // Soun prougrammo plèn dé clarta / Proumétié fouasso : maï, pécaïré ! / La lèou sachu métré dé caïré, / Car fasié pas ben soun affaïré / Dé nouastré tant fouart députa. // Parlavo fouasso liberta / Qu’u soou qu’alès* qué vouriè diré ? / Est-y la liberta per riré / Ou dé l’entriguo ? Qué souriré ! / Qu’en parlant fa lou députa ! // Coummo eïmo ben l’égalita / Oou Panama fa pas la guerro ; / Es un ami dé l’Angleterro, / Voou la fraternita su terro / Nouastré demi-diou députa. // Moougra tant dé capacita / Sa souplesso et soun élouquenço / Eou qué a tant toumba d’excellenço / Leïs électour dé la Prouvenço / Bandiran nouastré députa. // Parlo mé voulubilita / Coumo touteï leï fouarteï testo. / Dé soun talent n’aven dé resto, / Foou li faïré uno grosso vesto / Lou vouren plus per députa !
Uech d’aous* souar. A.Th. Un Electour d’oou cantoun dé Lorgues”.
[58] Le Petit Var, 16-8-93
“On nous écrit du Golfe :
Eï travailladou dé l’arrondissamen dé Draguignan.
Mei chair cambarado.
Quoiqué la situatien élétoralo fougué ben claro mi préni la liberta dé véni diré un pichoun mo en daquélei dé nouastei cambarado qué pourrien encaro si leissa trompa, si leissa prendré ei filés de noastés ennemis.
Esaminas ben la caouvo è veirès qué li a pas à se li troumpa. D’un cousta avès lou sitoyen Clémenço, l’uno deï gloiro dé la Franço qué lou départomen doou Var a lounour dé pousséda despuis vuech ans, l’un déi pu fouar ouratour dé la Chambro, un déi républicain léi pu soulidé et deï miès trempa qué liagué souto la capo doou sourèou, qu’a toujou counbatu per la Republico et qué sès toujou dévoua per èlo.
Dé l’aoutré cousta, tranchen tout court, avès touté lei réactiounaris coualisa ensemblé contré naoutré. -Vouta contro Clémenço es vouta contro la Républico et fairé lou jué dé la réactien.
Attentien, meï chers amis, é vous leissès pas prendré dens* aqueléis piegés perfidé et grossiès. Pensi mèi cher cambarado que m’oourès ben coumprès é qué dimenché qué ven anarès toutéi colono sarrado vouta per Clémenço é mountra a la réatien qué lou Var es toujou esta l’avan gardo dé la Républico et qu’oojourd’hui vourès pa ana en réculan.
Vivo la Franço ! Vivo la Républico ! Vivo lou citoyen Clémenço !
Signa : Tisté dit lou pico-mouto”.
Dieu sait pourquoi, C.Galfré, Clémenceau, Edisud, 1991, présente curieusement cet article comme le texte en vers d’un pêcheur tropézien.
[59] Le Petit Dracénois, 31-8-93, “Lou Panama, Er : Adiou paouré Carnavas.
Bravei gènt, vénès entendre, / Lou récit doou Panama / Qué vous faraï d’un er tèndré / Coumo sabi m’esprima. / Vénès plagné lei victimo / D’uno bando dé fripoun, / Qué jusqu’oou dernié centimo / Nous an cura lou boussoun. // Adiou paouré ! adiou paouré ! / Adiou paouré Panama ! / Lei victimo fan rèn aouré, / Qué dé si plagné è brama. // Li avié’n tèsto dé la bando / Lou troou célèbré Reïna, / Un voulur fa dé coumando / Per nous toutei arrouina. / Clémenceau si fasié vougné / La pato pèr Cornélius / E crégniè pas dé si jougné / A n’un prussien dei pu gus. // Vésian fouesso paouré diablé, / Si nourri qué dé fayoou, / Tout l’an s’espeya lou rablé / Per s’espragna quoouquei soou. / Aro li resto, pécaïré ! / Qué lei dous uei per ploura, / Révènon d’aquelo afaïré / Emé lei boussoun cura. // Manja leis économio / Dei paourei travaiadous, / Es la pu grando infamio ! / Li a rèn dé pu moustruous ! / Ni a pèr si touesse dé ragé / Dé veiré aquélei bandit / Soulicita lei sufragé / Dei bravé gènt qu’an rousti. // Clémenceau, maï as pas crènto ! / Dé véni mendia lei vouas, / D’aquélei qu’avien dé rento / E qu’as suça jusqu’eis ouas ! / Sies pa’ncà las dé nous toundré, / Voudriés maï nous esploita ! / Fariès miès dé t’ana scoundre, / Jamaï plus té présenta.
Anti-Chécard”.
[60] La Justice du Var, 25-8-93, “Lei Fioli, Cansoun dé 48 rémésso à noou per la circounstanço. Air : Vivo Mariano !
Candidats dé la ligo / Escoutas ma cansoun ! / Cessas vouestreis intrigo / Broussas vouestrei vestoun, / Vestoun quan fa ei fioli, / Ei ralia blu ou blan ; / Vestoun quan fa ei fioli / Qué faran à Jourdan ! //
(énumère ironiquement les candidats, sauf le socialiste dont bien sûr on espère les voix. Critique aussi “Bèrenguièribus”, du “Démocrato”)
La réactien en masso / Es Jourdan qu’a pourta . / Li jiten a la faço / Toutei sei saléta. / Cantén a bas lei fioli / Lei ralia blu ou blan / Criden a bas lei fioli / A bas ! A bas Jourdan !!!
Un électour d’oou golfé”.
La Justice du Var, 27-9-93
“Moun Coumandant (1)
[...] Vourès plus dé la phalanjo / Deis anciens republicain / Sur la brècho li a longten /Per elei jis dé louanjo ! / Leis voudrias a Cago-Manjo (2), / Ben a l’abri d’oou seren. // Nous dias qu’en Franço tout s’uso, / E qué lei foou à l’escar, / Lei toutei métré oou rancar ; / Qué soun dé cervèlo cruzo, / Dé crétin, d’azé, dé buzo ! / - An dé dèn dé léopar ! // Qu’après métrias à sa plaço / Bourgeiro ou capélan ; / Un ralia, un entrigan, / Ou quoouqu’un d’aquélo raço, / Man crouchudo é rapaço ; / Tout oou mén un sacristan ! // Farias uno républiquo / Qué nen oourié qué lou noum. / Voudrias pa d’un frès mourroun ? / Mai paloto, rachitiquo, / Senso forço, anémiquo, / Per la tua d’un coou dé poun ! // Doou poplé prénès ben gardo, / Destroumpa-vous duermé pa ! / Sé crézès dé l’arrapa, / Es aqui qué vous regardo. / N’a la liberta la gardo ! / Vous défiou dé lou troumpa ! // A moun coumandant viei pandoro ! / Poulitiquaïré dé gran ton, / Repouza-vous ... Suzas d’oou fron ! / Sé Pétrarquo n’a canta Lauro, / E Parny, soun Eléonoro, / Cantas, vous, lei Caméléon !!!
Un électour d’oou golfé”.
(1) - Le Commandant Vialle, Chef d’escadron de gendarmerie en retraite. (2) - Cago-manjo : cul de basse-fosse.
[61] Lou Felibrige, 1893, se félicite du discours de Jourdan au banquet de la victoire. Le nouveau député a déclaré : “Pèr qu’aquéu gramaci fugue mai courau, ai vougu l’espremi dins la bello lengo poupulàri que parlon tóutei aquélei mestierau e que, me semblo, a l’èr d’èstre nouesto lengo de famiho”.
“Osco !”, ajoute le journal.
[62] Le Petit Dracénois. Arnaud Philémon, 3e prix de l’Académie Clémence Isaure de Toulouse, donne en français “Les Fêtes franco-russes en France” (22-10-93) et un “Sonnet du jour de l’an, à la France” (31-12-93).

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP