La Seyne sur Mer

Accueil > Presse varoise et provençal. 1859-1914 > Presse varoise - textes 1894-1904

Presse varoise - textes 1894-1904

mercredi 13 mai 2020, par René MERLE

René Merle, Les Varois, la presse varoise et le provençal, 1859-1910. S.E.H.T.D 1996, 416 p.

Textes 1894-1904

Ces textes illustrent l’article Presse varoise 1859-1810 : 1894-1904

[1] P.Chauvier, Li Fiho dóu soulèu, Draguignan, Latil, 1897, (recueil de chansons et poèmes antérieurs). A.Richier, Tambourinado, Avignon, Aubanel, 1896. L.Pelabon, Moun ate de neissenço, Toulon, Isnard et Brun, 1896.
[2] L’Aioli, 27-9-94, “Nous mandon, doú caire de Faiènço, aquesto cansoun poupulari que s’es cantado proun i darriéris eleicioun : [...] Lou coumble de l’afaire / Serié lou deputa, / Sènso èstre fin charraire, / Qu’aurié l’ounesteta ! / D’ome d’aquelo estampo, / Si n’avian quàuquis un, / Netejarien la chambro / De tout lou vièi ratun. // Un tau bonur, mei fraire, / Lou veú panca lusi ; / Lou païsan, pecaire, / A lou tèms de pati. / Li a plus qu’uno manjanço, / Li a plus que de voútour / Que devoron la Franço / Pire que lei signour”.
[3] En 1894 La Sartan publie des chroniques de Draguignan, Gonfaron, Toulon.
10-11-94, “Gounfaroun - Desempuei que faguerian vouela un ai l’a pas tant agu de mouvimen que deminge à raport aou servici d’onibus que venon d’inaugura.
Nous an voula la caisso de la soucieta de secours ! Aquelo tubo. L’avié 2000 fr. dintre !”.
En 1895 chroniques du Beausset (sur les élections, contre les faux socialistes, pour Trotobas, de Signes, déjà rencontré en 1862), de Lorgues, d’Ollioules (il manque une pharmacie), de Saint Raphaël (les élections gagnées par un maire qui a promis des emplois à trop de gens), de Saint Zacharie (les fêtes), de Sollies-Pont (un cierge minable le jour de la St Joseph), de Toulon.
En 1896 chroniques de La Cadière (la Lyre vigneronne), de Lorgues, du Plan de la Tour, de Pourrières (sur le percepteur), du Puget, de Toulon.
En 1897, chroniques de Draguignan, La Cadière (la Lyre vigneronne), Pourcieux, où Spariat est prêtre et sans doute correspondant (la fête, une protestation contre ceux qui se moquent de Pourcieux : à l’arrêt du train, un voyageur a demandé où étaient les “pouars”), Pourrières (les fêtes, la chasse), Saint Zacharie (la vie municipale, l’apéritif du 1er janvier, la fanfare, la fête, le “troumpetaire”, etc), Toulon.
2-1-97, “Sant-Zacharié - Moussu Fabre, counsihé generaou, a fa vouta 100 fr. pèr lou sendicat des oubrié potié de Sant-Zacharié. Si n’en poou pas dire ooutant de noueste counseou municipaou, mai sera bessai per l’an que ven.
Lou pichoun de noueste proumié adjouin es esta reçu à l’escolo dei posto de Paris, aco nous fa plesi en touti. Souidamen, saben pas s’es esta reçu à la posto vo ben aou telegrapho : s’es aou telegrapho anara plus vite. D”.
 La Sartan. Draguignan -
En 1894 Tapeno traite des fêtes de quartier, de la fête de Trans, des pierres qui encombrent le Champ de Mars, du manque d’eau, de la chaleur, des courses de vélo, et il égratigne la municipalité.
14-7-94, “Draguignan - Que fa caoud ! Puei leis astarlot vous diran que nouesto planeto si rafrejo ! li pouden assegura, en d’aqueli que countoun de cavo ensin, que soun un paou malaoutas e li dounan per counseou de si tapa. Deminge passa s’es couneissu qu’erian d’estieou : touti leis artisan e negouciant en desarta la vilo per ana prèndre lou fres à la bastido e manja l’aiòli. Adieou, lei cafè ! Adieou, la musico ! Nanè, alestisse la gouarbo per deminge que ven que nous diguessoun pas qu’aven jes de bastidoun. Tapeno”.
13-10-94, “Draguignan - Lei courso de virocipèdo, deminge passa, soun estado un paou bagnado ; la plueio si n’es mesclado, ça qu’a fa que tout lou mounde a couru, virocipedisto vo noun. Mai lou coou d’uei èro magnifique, souto l’espouscado. L’aviè de plesi de veire tout aquelei dameiseloto tant ben abihado, landa coumo de joueinei cavaloto, en si meten lou moucadou vo ... lei raoubo su la testo !
Es dooumagi, maougra tout, car la soucieta qu’aviè alesti aquellei festo s’ameritavo pas la vesito de la plueio. Li fen noueste coumplimen en souvetan qu’un aoutre coou l’aigo sigue pa de la partido. Nous agrado mies l’aigo à la bouco que su la testo. Tapeno”.
9-6-94- “Draguignan. Semblo ralamen que l’ague de boufado de ven nouveou ... Lou counseou municipaou s’encagno contro lei pedas blan que quaouquei fioli an vougu faire flouteja ei fèsto de Jano d’Arc. Mai alor es que nouestei counsihè si derreviharien un paou ? Es bessai lou courrent doou lume electrico que leis a fa reveni à la vido, car an mume vouta l’eleitricita. Parlas-mi d’aco ! ou men li veirèn touti un paou pu clar. Tapèno”.
En 97 Tapeno tient une chronique très régulière : le mistral, le coiffeur, l’été, les fêtes et processions, le club hippique, le Vélo-Sport, un procès, l’hippodrome, la chasse, la fête de Trans, la musique militaire, les pavés, les travaux, la rivière, l’automne, la musique, le froid. Il commence sa galerie des personnages dracénois : Ciro boto, la Dobo, Lélé, Madamo Niero ...
24-7-97, “Draguignan - M’en sieou pres un paou troou tard per vous porge uno longo tiero de nouvello. Aven coouca, aven venta e sian ana porta noueste blad oou moulin de la Foux, per lou lava la semano qu ven. Tout aco m’a pres de temps, e, pamen, de l’oumbro d’uno pailhèro vouèli pas vous leïssa senso vous dire un mot.
Parei qu’aquestou souar à l’aoubergo de Marius Feraoud, lei soucietari doou Vélo-Sport Dracénois, que soun touti de sartanié, si fara uno flamo taoulejado à l’ooucasien de l’aniversari de la foundacien d’aqueou club. Es mai que de segur que la Sartan sera representado en d’aqueou guletoun, e que, coumo d’acoustumado, si trincara mai que d’un coou en l’ounour doou cyclisme e de la grando Prouvenço. Ni leis Angles, ni lei Prussian, pas mai que lei Babi (1), n’en pourra faire jamai veire ei virocipedisto prouvençaou. Aven dintre lou Vélo-Sport Dracénois, lou famous Magno, lou coulègo de Pastaire, de Marsiho, qu’es lou proumie deis Arpo-Maritimo, e lou grand Matieou. Emé de couraire ensin, digo-li que vengon !!! Tapeno”.
(1) surnom méprisant des Italiens : les crapauds.
 La Sartan, Lorgues - En 1895 apparaît un disciple anonyme de Tapeno.
14-12-95, “Lorgues (Var) - Lou pèro Thibounet avié resoun de nous dire, l’aoutre jour, que lei jouenei gent doou café de Franço voulien festeja grandamen la santo musicienno. Aqueli dragoun de la joio an fa taoulejado dous jour de durado e poudès mi creire que si soun frisa lei chevu. Que cantadisso, que s’es facho en aqueou festin espetaclous ! Qu cantavo en la, qu en do : mai l’armounié l’èro toujour. Lou pu flame de la fèsto es esta la danso. La sallo èro superbo emé seis aluminacien. Lei fiheto eron vengudo à mouloun e lei garçoun avien fa de mume. Basto aquello bello jouinesso prouvençalo s’es regala de lou mai qu’a pouscu”.
En 96 la chronique désormais signée traite du carnaval, de la nouvelle harmonie locale, de la fête, de la Saint-Antoine
18-1-96, “Lorgues (Var) - Dimar de la semano passado, la un joine couble d’amourous que si soun lia pèr l’estaco doou mariagi. Es l’ami Tardiou Elie, emé madameisello Angèlo Joanin. Lou sèro dei nouaço aquelei bravei novi soun ana tasta la luno de meou e lou bouilhabaisso à Marsiho. Lou mume sèro, dins la sallo doou group amicaou doou cafè de Franço, un punch èro semoundu pèr lou novi, sòci d’aquel escaboue de regala.
Basto ! avieou oousi dire que la fin doou mounde èro arribado ! Parei que soun panca decida, à Lorgues, de la veire e lei mariagi que si fa desempuei quouque temp n’es uno boueno provo. Souvetan à noueste ami fouesso bouenur e fouesso marmaiho, car n’en foudra, de sourdat à la Franço, se la reino de Madagascar fasié mai de pegin e se leis angles desbarcavon encaro un coou su d’aquelo terro qu’es nouestro. Cranihet”. On remarquera le ton patriotique et colonialiste sans état d’âme.
12-12-96, “Lorgues (Var) - Faou afourti que Sant-Antoni a de voguo ! Lou counoueissi gaire, mai es de segur que Sant-Antoni duvié estré un gros calignaire ! Duvié pas caligna renco la coué de soun coumpagnoun careou ! Tout aco es per vous dire que l’a toujour un escaboué de dameisello que li soun tancado davant ! Ti fan de noouveno, li degrunon de gran d’ooulivié tant e puei mai. Parei qu’aqueou Sant a la renoumado de faire atrouva lei cavo perdudo. Mei dameisello, aourias-ti perdu quoucarren ? Cranihet”.
 La Sartan, Toulon.
17-12-94, “Touloun - M.Prosper Ferrero, noueste Mèro sartanié (1), es arriba de Paris emé lei pocho pleno de belei paraoulo de menistre per lou ben de nouesto vilo. Mai proumetre e teni soun dous. Souidamen, noueste Mèro es testard e, quouro va foudra, mandara dire ei menistre de s’en souvéni de sei proumesso. Lou Tambourinaire”.
(1) On notera la sympathie manifestée au maire socialiste élu en 1893, et l’indication que celui-ci lit La Sartan.
En 95 apparaît sur 7 n° une chronique en prose de “Janet” (Gelin), “La vido à Touloun” : le mariage de la fille du préfet, le spectacle estival du bord de mer, une critique du conseil municipal, des articles sur le théâtre, les spectacles, et des vers sur l’orphéon de St Jean du Var.
En 96 “Janet lou Pantaihaire” traite de Carnaval, des spectacles.
En 97 Janet lou Pantaihaire donne des articles plaisants, et Brancassi (Esclangon), en prose lui aussi, traite plus sérieusement des projets municipaux, de la modernisation, du théâtre, de la délinquance, etc.
[5] La Sartan, 6-7-95, présente La Sinse “noueste plus brave coumpaire Sartanié ! Enca mai sartanié que felibre, maougra que n’en ague la cigalo !”. “La Sinso” a pourtant les honneurs de l’Armana de 1895. En 97 La Sinse donne “Aou pei fregi”, extrait d’un livre en prose sur Toulon qui ne verra pas le jour.
[6] Journal des Fêtes de Carnaval, Toulon, 1896, “Lei bicycleto, air du Cabanon”.
[7] L’Assainissimen dé La Seyno. Paroles de l’Anglais J.R. lancée depuis le siège des Jeunesses socialistes
“Oui n’en sian dé bravé garçouns / De La Seyno proché Touloun / Anan forma un régimen / Per l’exterminemen / Dei sali conduit infectours / Que respendouns de sal’ooudours / Preféran leis toumbaréou / En d’aqu’ellei boornéou. / Leis Toulounens en* un bravé toupet. / L’aoutré jour n’en parlavi à Cluseret (1), / Avien projéta de faïré passa / Sa salo merdo din nouastro cita. // Refrain - Anen meis enfants travaillen contro aqu’eou projet / Car eïla à Paris plan plan, fan tout à la sourdino / Emé leis estrangiers et parmi la dé gros bounet, / Préféraren toujours leis torpilleurs et leis toupino. // Coumprénen que leis Toulounen / Vogoun soun assainissimen / Maï pas à nouastré détrimen, / Car nous aoutré Seynens / Noun, voulen pas estré emmerda / Ni aganta lou coléra. / Sé voualoun s’assaini / Qué la fagoun frégi. / Siou un abitant qué resti sus lou Port, / Compréni que sé passavo, oui, nous portarié tort. / Vous coumbatraï et coumo un enragea / Car nouestrei counseillers, noun, s’en occupoun pas. // Sé sian fourma un Coumita / Es par qué la merdo passé pas, / N’en sian pas amatour, / Féli faïre une aoutré tour, / Sé voulès félo déversa / Din un aoutro localita ; / Noun, vous diren pas ren / Et n’en séren counten. / Nouastré Counsuou soun la mita fada, / En* pas vougu jamaï démissiouna / Car alors sérié troou ben ana / Et toutei ensen oourian manifesta”.
(1) - Cluseret, député (socialiste, puis nationaliste) de la circonscription.
[8] La République du Var s’amuse des prétentions littéraires de l’adjoint Valès “lauréat des concours de Clémence Isaure” (10-7-96). Mais elle a pour têtes de Turc les conseillers V.Reymonenq, Roncagliolo, ouvriers à l’arsenal, Bonnet, charron, Revest, ouvrier. Le conseil municipal évoque la rue du Canon.“Ountès aco ?” dit Roncagliolo (10-7-96) - Valès récite des vers à l’oreille de Bonnet, qui demande : “il est du provençal ou bien du français ?” (18-9-96). La parole de Bonnet s’émaille de résurgences provençales, Revest amuse par ses “èhbè” et son zézaiement provençal d’ancien régime (“ze te dis ...”), etc.
[9] La République du Var, 13-7-96. L’article reprochant au socialiste Milhaud de s’exprimer en mauvais français se termine par “l’a plus ren à faïre”.Le 20-10-96 : un dialogue à propos du Comité d’Action (pourtant à droite et anti-municipal), signale qu’on a adjoint au Président Simon “fils d’un juif converti”, le secrétaire Vital Milhaud, “juif en exercice”. “D’aquelli djudious, pa men ! Ils se fourrent partout, c’est vrai, mais enfin, il n’y en a pas beaucoup, et si on les mettait pas en vue on ne les apercevrait que dans les couloirs du tribunal de commerce, les jours de faillite”.
[10] L’Echo du Var écrit du maire de La Seyne : “M.Bernard est un brave homme, d’après le brave électeur ; dans cette circonstance, brave se rapproche trop d’un qualificatif qui a une saveur particulière en provençal”. Un article de “Jean Marteau” se termine par : “Ohé ! les socialistes pour rire ! Et les principes, qué n’en fén ?”.
[11] L’Echo du Var, 28-2-97.
“Sur le Marché. Portefaix et Courtières.
La Courtière - Quand t’auras fini de faire du pé, Marius, te me le diras, qué ! Te cries partout que t’es pas assez payé, que te crèves de faim, que t’as des enfants à nourrir et te réclames à la mairie pour qu’on t’augmente ! Tout ça pour faire croire que nous sommes des avares et nous causer des embarras. J’aurais jamais pensé ça de toi, sas. Te veux me mettre sur la paille, qué, mandrin !
Marius - Mai escoutas, Anastasie, que je vous dise un peu. Je veux pas vous mettre sur la paille, ça, jamais, une vieille connaissance ...
La Courtière - Te vas dire à présent que je suis vieille.
Marius - L’aviou pas fa exprès. Vous dites que je crie partout misère, mais est-ce que j’ai pas raison de me plaindre ?
La Courtière - Te plaindre ! mais te prends tout le fruit de ma sueur, je travaille que pour toi, tout ce que je gagne, il faut que je te le donne pour payer ta journée. Je me lève tous les jours à deux heures du matin, même l’hiver, lorsque les massacans se gêlent. Et t’oses te plaindre !
Marius - Comment ! vous ne voulez pas que je me plaigne ? Vous gagnez de l’or tous les jours et vous me reprochez les 20 sous que vous me donnez ! Je charrie pendant des heures entières les sacs et les corbeilles qui peu à peu vous apportent l’aisance, et vous avez l’air de me traiter de feignant ! Est-ce que je me lève pas comme vous le matin, et même avant puisque c’est moi qui vais vous réveiller. Je trime quel que soit le temps, je reçois à peine 20 sous par jour, je vous fais gagner 50 francs, lorsque je gagne pas de quoi me nourrir et vous voulez pas que je me plaigne ! Mais je commence à en avoir assez de cette vie-là. Je suis bon, je me contente de peu, mais je veux pas qu’on me roustisse.
La Courtière - Tu vas dire que je te vole tout à l’heure ! Mais, pechère, je gagne à peine de quoi me nourrir, moi et mes enfants ! Si c’est possible, bon Dieu ! de s’entendre parler comme ça !
Marius - Et les belles robes ! Et les bijoux ! Et le bastidon ! Et les obligations, les coupons de rente ! Vous feriez croire, à vous entendre parler, que vous n’avez pas de chemise à vous mettre !
La Courtière - Pas de chemise à me mettre ! Te crois que je suis comme toi ! J’en ai 26 douzaines dans mes garde-robes, brodées de la main de ma fille Aphrodisie. Et puis après, qu’est-ce que te me reproches ? De gagner beaucoup d’argent ! Je fais bien. Il faut que je pense à ma vieillesse, à mes filles à marier, à mon fils qui veut se faire officier.
Marius - Et moi, vous croyez que j’ai pas besoin de mettre de côté pour ma vieillesse, lorsque je pourrais plus porter les sacs ! Vous savez bien que j’ai comme vous des enfants à nourrir, à élever. J’ai pas de bastidon, moi, pas de bijoux, pas de maisons, pas de rentes, il faut que je me nourrisse et que je nourrisse les miens avec ma journée, ma seule journée. Si vous me donnez 20 sous par jour, comment voulez-vous que j’arrive à joindre les deux bouts ? Je ne demande pas à posséder tous les biens dont vous jouissez, je vous demande un modeste salaire, un tout petit salaire qui suffise à mes premiers besoins. Et vous me le refusez, alors que je contribue à vous faire gagner beaucoup d’argent, et que, somme toute, je turbine plus que vous ! A la fin, la colère m’échappe. Si vous ne voulez pas donner ce qu’on vous demande, on vous le prendra.
La Courtière - Ah ! te crois que j’ai peur. Mais, mon brave, j’en connais qui sauront me défendre.
Marius - Le Cercle des Droits de l’Homme (1), qué ! Je le crains pas ? Je croyais d’abord que c’était quelque chose, mais, puisqu’Abel s’en est mêlé, il est tombé - avant que de naître - comme un fruit trop mûr. Sès creba coumo uno fouïrasso !”.
(1) - Cercle créé pour soutenir les courtières et le député Abel.
[12] L’Echo du Var (9-5-97), rend ainsi compte du premier succès des courtières, des conseillers municipaux démissionnaires et du comité de protestation républicain socialiste.
“En route les courtières. - Il fallait cependant célébrer la prétendue victoire par une manifestation éclatante. On ne pouvait raisonnablement se porter en foule devant les bureaux de L’Echo du Var, ensuite devant la Mairie, et organiser un petit chahut en règle en criant : Conspuez ! ... Ces manifestations ne sont pas de mise pour des dames qui se respectent. Aussi les courtières songèrent-elles à célébrer leur joie d’une façon plus comme il faut. Au lieu de manifester dans la rue, elles iraient faire une promenade champête aux environs de Toulon, dans une bastide aménagée pour la circonstance, où un bon gueuleton les attendait, avec après une bonne partie de rigolade. Cette manifestation intime avait l’avantage de ne pas faire beaucoup de bruit, et elle permettait aux courtières de montrer leur reconnaissance aux conseillers municipaux qui avaient fait opposition au projet de réorganisation des marchés, en les invitant à partager le contenu de leurs bouteilles. Dès le matin, ce fut un brouhaha indescriptible dans le quartier de Besagne. Des allées et venues nombreuses dans les escaliers et dans les rues, des frous-frous de jupons empesés et de robes de soie, des chuchotements à voix basse : “Thenaïs passo mi la couarbo”, des appels, des coups de sifflet sur le trottoir : “Qué Marius ti lévès”. Ce n’était pourtant pas encore l’heure à laquelle nos mégères font leurs offrandes en des amphores gracieuses au dieu Vidange”. Cinq omnibus emmènent ces dames et leurs familles, et au repas le conseiller municipal Matheron (un commerçant) chante Lei chichi fregi, accompagné de Maurin, un commerçant en vins.
[13] La République du Var, 10-6-97, relate l’excursion du cercle des Sans-Gêne de Toulon à Montrieux. Les Toulonnais ont eu du mal à trouver des places sur les tables de pique nique. Arrivent des jeunes de Méounes qui s’exclament : “N’en levan qu’oucun et aouren la plaço”. Mêlée générale.
[14] La République (3-1-98) intitule “La Bugado” un long article en français, signé Sant Artoun, apparemment consacré aux techniques de lavage, mais avec un chapeau en provençal : “L’y avié tant et tant dé lingé salé din la "bugado" d’oou Panama, que ni lou lissiou parlementari, ni la potasso deï jugi n’an pouscu lou rendré blanc”. L’article se termine par : “es égaou, dit Polito à sa fremo, se mettien lou Panama din la tino, quand vegès lou lessiou, sortirié quoouquaren d’oou traou de la tino”.
[15]Le Petit Var (20-4-98) relate comment le candidat Abel a été conspué au Pont du Las : “la foule entonne ensuite le refrain : adiou paoure carnava”. La République indique simplement que les Ferreristes du Pont du Las ont entonné un chant de carnaval. Le 29-4-98, à propos toujours de groupes manifestant contre Abel au Pont du Las, elle signale qu’un homme du peuple a été soutenu par la foule quand il crié à ces “dégommés municipaux” : “Poudès creida coumo lou jaquot, perço qué aro, vous an léva leis granos !”. La République mène surtout une campagne xénophobe, contre le syndicat des exotiques et des étrangers, contre Ferrero l’italien, Ferrero le Zoliste qui n’a pas soutenu la grêve de La Seyne. Le provençal n’y apparaît pas, même dans les articles signés “Un Toulonnais de Toulon”. Sinon par un mot désignant les Ferreristes, “partisans de la Gruppi”.
Le 24-4-98, après la victoire, des délégations se massent devant le siège du Petit Var, qui signale : “parmi elles, se trouvaient les portefaix de la place Louis Blanc, traqués par la municipalité et par certaines fameuses courtières ; ceux de la place Armand Vallée, qu’en termes de mépris, hier, les gazettes de M.Abel appelaient les descargaïrés dé gavéous”.
[16] La Sartan, 26-3-98, “Draguignan - comités électoraux échauffés et divisés : “Anen, anen, chicouta-vous, mai fes de bouano besougno que lou Var es lou despartament de l’avant-gardo roujo e dei permès de casso !!”
La Sartan, 7-5-98, “Draguignan - Quinto chamatan bravei gent de Dieou ! Quouro feniran aquelei basarutagi, car ralamen n’en a per deveni rababeou ! E dire que de segur l’aoura baloutaji. N’en ven un per douna d’espicacien, e debana soun programo e zou à n’eou ! Dreyfusard, caloutin, escapa de galero, jesuito e que sabi encaro ! L’a ren de troou brut per si jita su la facho. Vous asseguri que profurarieou mi demanda un soou à n’en judieou que de mi faire legi lei sentenço per un escaboue de marridei lingo de pati ! Tapeno”.
La Sartan, 23-4-98, “Sant-Zacarié - Semblo, di nouesto pichouno vilo que leis eleicien soun per l’an que ven. Pas degun si bouleguo ! E pamens es pa lei candidat que mancon ! En fouero de M.Carle Rousso, lou deputa mut aven M.Ambard, abouticari e ajouin aou mèro a Marsiho. Puei l’a M.Octavo Vigno, prouprietari e lou pichoun Aubert noutari à Bras. M.Rousso fa pas per naoutrei à raport que dien que la luno rousso es la pu marrido. Vigno aourié de chanço, mai la luno rousso fa maou à la vigno, e, coumo si fa plus jes de proucessien aven pas de beson d’octavo. Lou pichoun Aubert es un paou jus de taiho e, maougra siegue de Bras aourié lou siou pas proun loung. Fin finalo es Ambard qu’a lou mai de chanço d’estre nouestre deputa, e, en istent abouticari, pourra fourni de poutité ei deputa malaout de la poulitico. Meste Ramaigo”.
La Sartan, 23-4-98, “Nans, Paoure pople ! espiho-ti, en esperant que t’espihoun ! Piarre Mignoun”.
30-4-98, “Nans - A per eicito leis eleicien caoufon ; lei gent acoumençon d’estre las de s’estransina per leis aoutre. Se lei deputa nous fasien agué lou quart de ço que nous proumeton, la Franço seriè leou un peïs de coucagno. E moun coulègo Parpahioun mi disié l’aoutré jour à prepaou dei candidat :
 Vé, aqueleis aprenti députa es tout d’arleri, tout de gus ! L’a mai de vinto cinq ans que voti, ieou, per lei rouge, ebè, en arriban eiçamoundaou, destignoun que devenon blanc.
 Alor, li respounderi, foudra li manda de blanc e aquelei, devendran rouge.
 Noun ! noun ! vagon touti si faire brusca, mi rebequé Parpaihoun.
E si quiterian ensin. Pito-Soulet”.
[17] Un an après la bataille électorale, Lou Gau, journal des félibres catholiques, ouvre en oct. 99 un “concours di patrioto” dont le thème est la déclaration provençale d’un député qui pose sa candidature devant des provençaux. Coffinières est membre du jury.
[18] La République du Var, 5-2-98. Texte de l’affiche annonçant l’arrivée de Tartarin, roi du Carnaval
“Tartarin ei Toulounen.
Bravi Gens !!
Oouvi lou testamen din lei paperasso de Mestre Barna, noutari à Balaguier (1), et de per la voulounta de moun paoure païre, qu’a roumpu sa pipo l’an passa, aribaraï à Touloun lou dissato douge febrier d’oou bouan an 1898. Oou rétour dé moun long viagé en Africo et après avé dégusta uno ooussinado oou Péro Louis (1), aï près ma plumo d’aouquo et aï escri subito oou Coumita Toulounen dei festo dé Caramentran qué m’embarquaraï à Sant’Eoume (1), à un’houro, su la barco à iou prestado graciousament per patroun Vincen. A uech ouro, coum’un mari targairé, mi vigearan subran fouaro lou port à la pouncho dé Besagno, en plen Cuou dé Buou. Tirassi émé iou fouasso récréatien, un plen carnié et uno manno de babouato. Anas, fréro, si parlara eïci longten dé iou ! A quest’an va faraï fouart !
Lei fueillo de baguier marcharan ! Trouva-vous fouasso davan iou ! Que leï tambourinaïres embouquoun lei galoubets ! Que touteï lei gento pastourello si débédénoun din dé danso doou pays ! Que dégun siegué d’avar ! Que touteï leï Toulounen s’enlaçoun en graciouso farandoulo jusqu’oou dimar gras, jou dé moun pétégémen. Avant de dévissa moun billard, leï faraï sorti de seï trouou, lei Toulounen ! Foou que vous boulegui toutei jusqu’oou jou de moun apotheoso. Oh ! alors ! meis enfants, aquéou jou, lou plus béou dé ma vido, senso mi plagné, qué si fassé fouasso brut. Qué Morand, l’artificié toulounen, vous esblouisssé per sei petarado oou mitan de la parado deï targaïre. Et lou dimar au soir, coumo vous oourai proun foutu en caïre, laissa-mi garça lou can su l’air ben counouissu de : - Adiou paouré, adiou paouré Carnava ! -
Ensin siégué dit, ensin siégué fa et trounpetta din Touloun et leis enviroun.
Signa Carnava XII. De moun grand noum Tartarin, enfant de Chichois et de misé Mathiou.
Pèr légalisatien ben counouissudo, l’officier de l’état-civiou dé nouastro bello citado, Mestré Louis, lou pescadou”.
(1) points du littoral seynois.
[19] Les Coulisses, n°10 -27-1-98. “La Pipéto - Mesté Célestin, la pipéto / Qu’ai reçu dé vous en présen, / M’agrado, car es poulideto ; / Maï l’an ooublida quoouquaren ! / Coum’à la jouvento piouzello / Qu’en plours va oou liè nuptiau, / Manqu’uno caouvo essentiello : / A pas lou traou.
Nicolo”. (N.Cauvin, du Petit Var).
[20] La Sartan, 1898. Toulon - poésies de M.Pelabon, galéjades d’Esclangon, échos de “Chincharro”, qui évoque entre autres les dessins de R.Andrieu. 19-11, Fenelon Revest parle de la Cheminée. 3-12, les tambourinaires de La Valette ont fait fête avec ceux de La Seyne, Ollioules, Toulon, et envisagent la création d’une société. 17-12, les poètes de Toulon préparent pour janvier le centenaire de E.Pelabon.
Par ailleurs La Sartan donne en 1898 des chroniques de Draguignan (Tapeno) (la musique, les fêtes, la pluie, la chasse, les élections, le cirque, le vélo, le manque d’eau, la chaleur, les trottoirs), de La Cadière (la Lyre vigneronne, la fête), de Lorgues (une chanson bacchique), du Plan de la Tour (la fête), de Pourrieres (la fête), de Pourcieux (l’eau), de Saint-Cyr (les fêtes), de Saint Zacharie (les élections, la fête, le cercle républicain, les champignons), de Toulon.
[21] J.B.Menut, “A la poumpo de l’ami Francès Vidau pastado per uno tièro dé Félibré saven - Eloge a Moussu Bourrelly (1) : La deja couqueis ans d’aco mi n’en rappeli / Quand venieu saluda lou pauré ami Bourrelly / En venant faire lis ensert / Mi disie : venes maï per enserta la souco ? / Voues que lou vin nouveou nous desborde dei bouco / Sies un ouvrier d’ou tron de ler ! // Escoutas, li disieu, O sublime pensaïre ! / Se voules m’ensigna coumo un ver duau s faïre, / La pouesio es moun pantaï / Mi respoundie : pichoun, la pu bello di rimo / Es de fa triounfla dins de fraso sublimo / L’amour, lou beu e lou verai”.
(1) Bourrelly, le poète provençal, est maire de Pourcieux, où Menut vient exercer son métier de greffeur (ensertaire).
[22] Spariat, Lou Sant Aloi de Broussinet, Marseille, Ruat, 1898.
[23] Icardent, boucher à La Valette, Tassy, paysan d’Evenos, Canolle paysan d’Ollioules, Vieil, maçon de Toulon, Véran, coiffeur de La Valette, etc. Cf. A.Bernard, “Les tambourinaires dans la région toulonnaise”, Lou Terraire, 53, 1994.
[24] La Targo. Janvié de 1899. Li Rei. n°1 - 2 sóu. S’armejan un cop per mes.
Le titre est illustré par un targaire (jouteur) dessiné par A.Giraud et accompagné d’un quatrain : “Targaire de la bono meno, / Arrapa sus nosto tinteno, / Ie faren bèure un cop sala / Li que si trufon dòu parla”.
“L’aven bateja La Targo, qu’acò sono la francour e l’ardour de nòsti boucho e mandaren béure sala li que se trufaran de nosto Matrìo (1)”.
(1) C’est la distinction développée par les régionalistes comme Berluc-Perussis entre la patrie française et la matrie provençale.
Editorial :
“Nosto toco.
Un journau prouvençau de mai qu’espelis : n’i a deja pas proun, dires, de l’Aioli, de la Vihado, de la Sartan, dòu Gau e de tant d’autre di mai afelibri. Bèn non ! e se nosto pichouno fuéio (qu’aujaren jamai acoumpara i belli e bono publicacioun di felibre miejournau), a de deforo mai que moudèsto, - pamens, cresen, adus quàaucaren de nouvèu per la proupagando felibrenco.
Noste raive sarie d’espandi au luen nosto proupagando, faire counèisse nostis idèio dins la Campagno coumo dins li Vilo. Que vous sufise de sache que fen coumo poudèn, e qu’esperan ben que lou póu que pouden faire, dounara au men l’idéio à d’autri de nous imita : sara nosto mai douço recoumpènso.
Ço que voulèn d’abord ? - Voulèn tres causo :
Voulèn ramena lou païsan à sa terro, e l’empacha d’ana se perdre dins li Vilo. Voulèn que li Prouvençau reston fidèu à sa Prouvènço, e que noun se leisson brula lis alo per aquèu flambèu trop esbrihaudant que ie dien la Capitalo.
Voulèn piéi, veirè nosto lengo tornamai faire flòri. La voulèn veirè enca richo e pouderouso coumo l’èro i’a mai de siéis cènts an. Oùbliden pas qu’érian alor lou soulèu e que Paris n’èro qu’un calen senso òli. Oublidén pas, tamben, que devèn i Franchiman aquelo abouminacien que per un "eufemismo" trop fort an apela la Crousado dis Albigés. Oubliden ren ! ...
E voulèn ço que nous a rauba la Counstitucien Jacoubino, nosto liberta de Franc Prouvençau. Voulèn de mèstre (bor que n’en fau encaro), voulèn de Mestre prouvençau que coumprengon nosti besoun e que parlon nosto léngo ; n’aven proun d’aquelis arléri, d’aqueli fouçat de la poulitico que n’en soun empacha e que nous mandon, semblo, per coumpli sa counquisto. Voulen faire nosti lei - au mens aqueli que tocon lou mai nostis interès - Voulèn : ... mai me menarie trop luen e noste ami Maybon (1) va vous n’en parla coumo se dèu.
Avans d’acaba ma dicho, uno recoumendacien : lou meiour méjan de nous ajuda es de faire legi à voste entour aquèu journau. Aven besoun de l’ajudo de touti lis ome de bono voulounta : e coumo is ouro de dangié li boni voulounta mancon jamai, an vuei uno belli òucasien d’espincha. J.B”. (J.Bourrelly).
(1) il s’agit de l’article français qui suit.
[25] La Targo, n°1, Janvie de 1899. “Courris, entre lis ome de la Causo, un maletendu qu’es de regreta. Se dis que li jouvènt soun de descaladaire, que travaion que pèr soun ambicioun, que volon faire pèr aqui un felibrige senso la lèngo”.
[26] Lou Felibrige, janv. 1900, écrit du journal La Targo : “ Bravo ! acò vai ben, e se tout en vouguènt estre poupulàri, vouès, o valènt targaire,espurga voste journalet di marrìdis erbo ourtougrafico e di francihoutige que l’estoufon, de-segur farés prouado dins la bono vila de Touloun”.
[27] La Targo, n°2, Fébrié de 1899, La Candelouso, écrit de la nouvelle rue Pelabon, ex-rue du Parti : “N’es pas lei plus flámé de la Vilo, se n’en mànco ! Mi basto ! vau miés un aucèu au carnié que dous à la voulado”.
[28] Le fils Coffinières, Alban, lit à la soirée Pélabon son “Salut d’un anarcho à la Cheminée” (qu’il répètera souvent. Cf. Les Coulisses, 17 au 24-6-99, “A la Cheminée, soirée”).
[29] L.Pelabon, Canoro et Magaou. Acteurs : Robliglio, F.Revest, Pelabon, Henseling, Esclangon.
E.Pelabon, Lou Groulié Bel-Esprit. Avec Hélène Icard, Suzette - A.Esclangon, Groulié - Mme Chalas, Marotto - Revest, Tribord - Pelabon, Trottoir.
[30] Les Coulisses - 30-12-99 : à la Cheminée, le diseur Esclangon, Aicard, toujours avec “la vieille scie provençale La Vieho”. “Le poète chevelu Pelabon a déclamé son Mistraou”. - 9-6-00 : les Coffinières lisent leur Mireille et Vincent, bien long et bien embêtant.
Nov.1899, La Croix du Var signale et L’Indépendant du Var publie de Paul Coffinières Mirèio e Vincèn, condensé relié par récitatifs en vers français. Lou Félibrige condamne cette trahison de l’œuvre mistralienne.
[31] Escolo felibrenco de la Targo, cartabèu pèr 1909. Ce compte rendu d’activité écrit de la soirée de La Valette, terminée par la reprise de la chanson de Magali et une “trounadisso” d’applaudissements : “Leis aurian vougu vèire aquéli que vous dien que lou pople coumpren plus lou prouvençau !”.
[32] La Sartan, 1899. Toulon - Chincharro (“Letro de Toulon”) s’étonne que le roi choisi pour le Carnaval de Toulon soit un roi de France, il rend compte des spectacles toulonnais, de la catastrophe de Lagoubran, des représentations de Maniclo au profit des sinistrés
La Sartan, 4-3-99, “Touloun - (La municipalité a offert une représentation gratuite de Petrarque, du Toulonnais Duprat). “Aoussito l’avié quaouqu’un à la pouarto ! Ome, frumo, enfan, vieih e joueine de touto classo, tout eiço s’amoulounavo per reng de dous talamen que, quouro an durbi, la coue fasié lou tour doou tiatre ! E cadun, en intrant, s’es carra mounte a pouscu e vous asseguri que, doou parterro aou paradis, aquelei bravei gent si levavoun lou fret. Basto ! es esta uno boueno vihado artistico que n’en gramacian lou counseou municipaou.
Imaginas-vous qu’aven plu ni mèro ni counsihé. Aquelei bravei gent parteron à Paris en delegacien per l’entarramen de Fèli Faure e despuei leis aven plus vist. Sian foueço enquiet e tout lou mounde si demando ço que tron pouedon faire à Paris.
Sian à la veiho, parei, d’estre senso deputa. M’es esta dit que lou brave Ferrero anavo douna sa demissien. Plus jes de mèro, ni ajouin, ni deputa ! Qu’ana deveni, paouei de naoutre ! Chincharro”.
La Sartan, 25-3-99, Toulon - (après l’explosion de la poudrière de Lagoubran). “Justamen moussu Pastoureou (1) fougué manda à Paris per s’entendre emé lou gouvernamen afin d’agué de secous, e quaouquei fada digueron que lou mèro s’èro leva de davant.
A dounc lou sèro d’aquelo nué tarriblo, fouesso gen si sount ana coucha en bastido, d’aoutrei, aquelei qu’avien ges de bastido, s’aloungavoun su lei banc de la plaço de la Liberta de crento que lei teoule de seis oustaou li toumbesssoun sus lou coco ! D’aoutreis encaro après agué soupa, si soun acamina deves Faroun e Coudoun e an passa la nué à la bell estello ; pourian mume cita de famiho qu’an passa la nué dins lei bras leis un deis aoutré en plourant e fen d’ate de countricien !!!”
(1) maire de Toulon, nationaliste.
La Sartan, 24-4-99, Touloun - Moussu lou mèro ven de douna l’ordre de suspendre lei fouiho que si fasien desempuei l’esplousien de Lagoubran per fin de veire se noueste deputa èro pa doou noumbre dei vitimo, car despuei aquelo catastrofo s’èro plus entendu parla d’eou.
Aqueou brave Ferrero (2) fasié la radasso aou souleou e aier lou brut a courru que l’avien vist passa dins la vilo. Lei repetiero e lei peissouniero si chaspavon de bouenur de veire que soun beou Prousper èro enca vieou. Chincharro”.
(2) Ferrero est toujours député socialiste.
[33] La Sartan, 1899. Chroniques de Draguignan (la protestation des chasseurs), de Pourrière (la fête), de Saint Zacharie (le bal, le concert, les fêtes, le poète local ou l’enterrement civil).
La Sartan, 28-10-99, “Draguignan - Es estou sèro que la soucieta dei cassaire, qu’a souena la rampelado de touti lei fraire en Sant-Ubert doou Var, dounara uno grando acampado aou tiatre municipaou per proutesta countro d’un voto doou counseou generaou que voudrié empacha la casso ei tourdre à la repasso. Lou menistre a demanda eis acampado despartementalo soun avis aquit dessu e quaouqueis un de nouestei counsihé an douna uno respounço favourablo à l’avis dou menistre. Es aboouminable ! Aoussito li fara caoud, à l’acampado d’aquestou sèro. Lou citouien François pourrié ben li leissa soun mandat de counsihé generaou. Dien mume que din soun cantoun li vouelon garça uno ensacado. Aganto aco, Chichois ! Faras mies, un aoutre coou, de ti mescla de tei dardèno ! Tapeno”.
La Sartan, 18-02-99, “Sant-Zacharié - Lei mobile de 70 si soun acampa, deminge, aou café de Cacou e an festeja l’aniversari per uno grando taoulejado. Aou mitan doou repas, lou poèto Feou a debana quaouquei rimo su l’anado terriblo e aquelei vers èron pa pita dei verme.
Lou sèro s’es fa la farandoulo. Es Cran emé Flasquin que menavon la bando, leis aoutre l’anavon à l’après. N’en avié qu’avien un paou la cambo fareto, aco es lei soubro de la guerro, mai es un ounour per elei.
Su lou tard lei galino avien douei testo e d’avé manja la soupo aou froumagi e quaouquei bougneto e begu encaro pa maou cadun ané si coucha su lei doues ouro de matin. E lou coulègo Cacai èro aquito per durbi lei pouarto à n-aquelei qu’avian manqua lou draioou. Meste Camfre”.
La Sartan, 23-12-99, “Sant-Zacharie - Dimar passa lou citouien Polito Besson es esta mes en tero, pecaire. Seloun sei radiero voulounta l’a jes agu de capelan à soun entarramen. L’avié fouesso mounde vengu d’en tout lué e de touti lei parti. Polito Besson es esta regreta de touti. L’a renco dous ancien counsihé municipaou que li sount pa vengu. Aoussito lei soci doou cercle doou Vint-Un (1) li gardon un chin de sa chino.
Semouden à la veouso e à seis enfan nouestei sentiment de coumpatido. Meste Caspi”.
(1) Cercle républicain avancé. 21 septembre 1792, Première République.
[34] Le Petit Fifre, n°1, 14-7-99, légende du dessin de Mouissolo : “Et be, es pa’nca feni aco ! Cresi ques maï iou que foura que remeti l’ordre !”.
[35] Le Petit Fifre, 12-8-99, Clopin Trouillefou inaugure en première page la série des scènes bilingues sur la vie politique toulonnaise. Cf. par exemple, 9-9-99, Tonin (Esclangon), sur l’anniversaire du 4 septembre.
[36] Fête de Pourcieux (3-9-99) organisée en l’honneur de Bourrelly. Y participent six tambourinaires de La Valette, 7 félibres de la Targo : Esclangon, Boyer, Simon, Bourrilly, Reynier, Pelabon, Grinda, plus Bernard d’Ollioules et Maybon de Carnoules, 9 fillettes récitent aux jeux floraux, Menut porte un brinde. (L’Aiòli, 27-9-99, La Targo, janvier 1900).
[37] Lou Felibrige, janv. 1900. “Signalan l’aparicioun, à Draguignan, de l’armana : Lou Franc Prouvençau, que parèis despuei vint-e-cinq an, que Peise avié espeli e espandi emé soun envanc galejarèu”. Je n’ai pas pu retrouver ce n°.
[38] Spariat prêche en provençal à Saint Maximin, le 22-7-1900, pour les fêtes de Sainte Madeleine, à Tourves, le 30-8 au roumavagi de San Proubaci. Cf. Spariat, Panegeri de Sto Madaleno, Avignon, Aubanel, 1900.
[39] J.B.Menut, “Où Grand Loubet, Capoulé de la Republico Frances. O valènt Capoulié, où noum dé moun villagé, / T’adusé emé fierta lou salut fraternaù. / Li Tourvèns man carga de ti rendre l’oumagé / Qué ti mérites bèn, ô fraire Prouvençau.// [...] Se voloun estrangla la bello Republico / Se voloun t’assouma mai a’grand coù de trico, / N’autri, li Prouvençau, faren vira li poun. Fa à Tourvé, lou 15 Sétembré 1900, Per J.B.Menut, Viticultour-Félibré, Counsihié d’Arroundissimen, Chevalié doù Mérité Agricolo e counsihié municipau, Déléga de l’Agriculturo e Déléga per lou Mèro aù banquet aufert per lou capoulié de la Républico à l’Expousitien de 1900”, Feuille volante imprimée et bilingue.
[40] La Sartan,1900 - Chroniques du Castellet, de La Cadière, du Muy (les vendanges), d’Ollioules (les conscrits), de Pourrières (le riche paysan Servi Lazare, devenu maire, la fête, le cercle St Hubert, les vendanges), de Saint-Cyr (la fête), de Saint Zacharie (“Moussu Feou, nouesto poueto”, souhaite à tous la bonne année au cercle républicain), de Toulon (une chronique seulement).
[41] Néoules Revue, n°1, avril 1899, publication érudite qui accueille R.Reboul) et s’ouvre au provençal. Ainsi un écho (Oct.99), à propos de la fête de Garéoult le 3 sept. donne le cantique : “Entendes nouastro prièro, / San Feli, tant que viouren, / Toujour seres nouastro pèro, / Toujour vous invouquaren”. Sept 1900, “La Peissounaio”, “Lou Bartavéu” (extrait de Le Clocher Provençal, Valréas) dec.1900, V.Bonnet, “Cant patriouti” (extrait de Le Clocher Provençal, Valréas).
[42] La Targo. Journau poupulari adouba touti lei mes de la man dei Felibre Toulounen.
[43] Affiche, reproduite par La Targo, Febrié de 1900. “Au pople de Touloun.
Es encuei que Mercuro, messagié dei Dieu, legira au pople de Touloun l’assabé de Plutoun, Dièu deis Infèr, Réi dou Carnava Toulounen de 1900. N’es sa voulounta que dins soun Empèri si fague fèsto a peto-pèu e va mando à dire en nouastro lengo qu’es tambèn la lengo dei Diéu. Vaqui sa dicho :
Brave pople de Touloun
Bouano salud ti sie ! L’infèr a bandi soun vouar. Emè l’ajudo dei Matago de Varigoulo, dei Masc de Fanfarigoulo, dei Dra, deis Escarinche, dou Barban, dou Marmau, de la Garamaudo, de la Bambaroucho Mourroudo, dei Banaru dou Trau dei Fado e de tout ço qu’a fa pacho, passarai lei pouant levadis de Touloun, lou Pouderous, dissato de Vespre, 27 de Febrié. Vagues pas mouri d’espravant ! Siéu ni pèsto, ni Cagosango ! Siéu iéù, Plutoun, Diéu galoi deis Infer, Caramentran pèr aquest’an. N’ai un gros proun de mi brusca lou rable pèr fa rousti de galo-bouan tèms à l’àste de l’Infèr. Au boiou la fichouiro ! Pas tant Jigé de mi desseca ! Mi vouali douna d’ande, iéu, vouali mi tréfouli estènt l’abat de tei fésto galanto.
S’entamenaran proun lèu lei semano dei très divendre. Vengue la joio e l’estrambot ! Fouaro ! Fouaro lei chin que japon luego de rire. Fouaro ! lei facho sourno e lei mourre de cagaire. Que lou fièu de l’embourigou n’en pete !
Siéu Rèi de Touloun, Rèi de carto pèr très jour. Qu’un tron de rire aprefoundisse tout ! Zou ! la jouvènço, en brandou ! Coutigas vous ! Zou ! la farandoulo garçoun e fiho, fiho e garçoun touarsas vous à l’entour de moun Càrri. Siéu Plutoun, Réi dei bambocho e vivo l’Infèr !
Pople ! Va sabi que m’acabaras ! Que mi negaras ! Que mi cremaras ! Mai estratisses pas ta raço, ensouveni-ti, tu, que ti parli ta lengo meiralo, ta lengo que pinto, la lengo dei Diéu ! que vouali aouvi bresiha de longo. Ensouveni-ti que sies de Prouvènço, brès de Soulèu e de Mistrau, e sunco la flamado bruscara moun pèu, que l’èco resclantisse e que ma darriero belugo siègue embarado au Paradis, pèr bouta galejado e cacalas e boulegugi dins leis amo dessecado dei Sant anequeli.
Amen ! es la gràci que mi souvèti.
Lou Rèi dei ...fichoueiroun.
Plutoun”.
[44] Escolo felibrenco de la Targo, Cartabèu, 1909 : on peut lire dans cette publication qui dresse le bilan de l’action de l’école depuis sa création, à propos du carnaval 1900 : “Sus lei plaço, relarg e crousadou de Touloun, douge diablas fan sa passado, recampant lou mounde, puei Mercùri, friquet, de dessus soun càrri arengo la poupulasso en lengo prouvençalo qu’es la lengo dei Diéu ! E la poupulasso manjo e béu. La dicho de Plutoun peréu afichado sus lei muraio de la Vilo, es servado au Museon Arlaten. Es un ounour que Mistral tenguè de faire à l’Escolo pèr lou bouan biais e l’ouriginalita d’aquelo proupagando”.
[45] Coulisses, 28-10-99 : compte-rendu d’une soirée de La Cheminée. Esclangon et M.Pelabon lisent Mireille & Vincent, en strophes provençales, A. et P.Coffinières un récitatif en français, Esclangon dit des pièces comiques de Peise, L.Maurel chante la Fooucade de L.Henseling.
[46] Les Coulisses, 3 au 10-2-00, propos sempiternels du maire d’Hyères (Jules Massel) : “Aco s’arrangeara. Ooù pichoun, qué t’arrivo. Aaï que vas sercar. Les principes, les principes, qu’es aco les principes. Ti faguès pas de marrit sang, aco s’arrangeara”. 28-7 au 4-8-00, à Hyères, dans une rue mal pavée, “une brave femme disait dans son langage imagé : Se lou prefet toumbavo, l’aurien déjà fa ententien”.
[47] Le Petit Fifre, 24-2-00, dialogue : “Le Lavoir de la rue Fougassière”.
[48] La République du Var, rubrique “Lou bouen vielh rire”, par Lou Faroun (Aubert) : 19-2-00, “Lou manquo de sentido”, plaisanterie du curé Rabattu qui se termine par : “D’uno bello raubo escarlato / Sencho-la, per la mettre oou dau d’un repousoir ! / Aimi la Republiquo et ges de démoucrato / Mi la derrabara doou couar”. 26-2-00, “La Metempsycoso” : “Doou tems que lou gouvernamen / Nous ourganiso talamen / Qu’en ooumentan impots, patento, / Deis doueis mans nous mouso la rento, / Aganto actiens et interès / Per nous faïre pagar leïs frés”.
[49] Le Petit Var, 24-9-00. “Lettro de Pignoou, dè Nébro (1), à Chois, dé la Mouart-dé-Goouthier (2) ; dous pitouas qué vugoun lei caouvos dé haout.
Alors, Chois, és maï un franciot qué voou estré nouastré députa ? Pareï qué, per lei Parisiens, leï frémos doou Miéjour soun pas foutudo d’espéli un pitoua dé talent, per nous représenta eïs assemblado dé la natien.
E, davant une taoulo ouffenso à nouastrei mouiès, à nouastreï maïres, leï taravellos farandouloun pas per carrièro. Qu’ès dounc dévengudo la vieillo fierta deïs anciens ! Ooourié ti foundu coumo un aïé maou fa ? Nanni ! Uno pensado ensin intrara jamaï dins ma cabosso. Es leïs estrangiers qué fan couré aquéou brut ; é nous aoutrés, bounias, finissen par va creïré. Aco, séro véraï !
Pourtant, viguen, oou temps dé la proumiero Revoulutien, leï representants doou Var éroun dé Prouvençaou é crézi qué faguéroun pas marido figuro à la Counstituante coumo a la Counventien. L’abbé Sieyès, lou Frejusten, sigué mêmé députa dé Paris.
Diré, dounc, qué lou moualé deï Prouvençaou dé talent ès roumpu, ès si garça de naoutré oou delà dé cé qué la galejado permette ! D’hommes de talent ! M’aï n’aven a booudré, eïcito. Oou pays doou souleou, poussoun coumo de gramé ; soulamen leïs aven vis creïssé, grandi, jugua eï billos, é alors, n’en fen jès de cas. Leï counouissen.
Ah, qu’un estrangié si présenté ; vité, li porgen la coupo d’amour, coumo Gyptis, la Marseilleiso, oou grégou, nouvéou débarqua oou Lacydon. Oou mens ès counnouissu, oou maï a dé vertu. Lou farian doura, sé va demandavo. Maï, va démando pas ; la députatien li suffis.
Foou diré qué aquestei franciots t’an un pivéou doou fué dé Diou. “C’est nous qui avons fait toutes les Révolutions, toutes les Républiques. Nous sommes les Méqous, les premiers moutardiers du Pape, et nous serions tant bien de l’Empereur, s’il le fallait !”
 Ze te crois !!!
Canto, canto, moun beou ; pouadés méme sibla, sé t’agrado. Oou desballajé, t’espéran.
Té, Chois, voualès un chantilloun d’oou sabé d’aquellei béou blagaïres. Escouto. L’an passa, su la couasto d’azur, un franciot, vuzen négréjea leïs ooulivos, si metté à gémi en leï crézen malaoutos. Un aoutré, pitan d’ooulivos verdos, li trouvavo pas lou goust d’aquellei doou restaurant. Quant à seï damos, prenien dé vies marins, per dé vichés.
Puis, per cé qué regardo la parladuro, l’azé fouté se si coumprenen jamaï.
A la ginouflado, dizoun l’aïé ; à l’aïé dizoun l’aï ; à l’aï, dizoun l’âne ; et Anno ès lou noum dé ma paouro tanto ; oou buou li dien un bœuf, à l’uou li dien un œuf é oou muou, un mulet, é non un mœuf, coumo la lougiquo v’exijarié (3). Lou moumen ès vengu dé diré eï franciots qué n’an vis la Prouvenço qu’à travers leï tableous dé Cordouan, vo dé Montenard (4), qué San Clar es à Bormo.
Fouaro dounc l’estrangié ! Que vagué pinta dé gabis chez eou é qué nous laïssé débrouilla tous soulets. Per desfendré nouastré pays, leï gens dé talents manquoun pas souto leï béous rays dé nouastré béou souléou ; é puïs sérien senso talent, oourien encaro, per accompli aquesto missien, l’amour qué tout pitoua pouarto à n’aquello qué l’a espoouti lou nas su seï nénés gounflas dé la.
Per encuï, t’en diou pas maï, Chichois, espéri ta responso.
Pignoou dé Nebro”.
(1) - Evenos, plaisanterie classique sur le petit nombre d’habitants. (2) - Lieu-dit désert dans la chaïne derrière Toulon.(3) - plaisanteries classiques depuis un bon siècle. (4) - peintres toulonnais.
[50] La Targo, janvier 1900, n°8, Nasturby : “Ami, leissas la poulitico / De caire, e v’en troubares bèn. / Es uno poùfiasso publico / Que pren tout e vos rende ren /.../ Tout en eimant la Republico Vous faguès gès de marrit sang / E d’un bout à l’autre de l’an / Cridas : “Buei ! de la poulitico !”.
[51] La République du Var - 5-10-00
“Dialogue instructif : on nous écrit en provençal. Moussu lou Direttour, siguès assas bouan d’insera din vouasté vaillant journaou, lou dialoguo qu’aï agu hier oou soir émé mesté Coouvin. Vou saludi d’amitié. Pascaou, de la 2e circounscriptien.
Mesté Pascaou - Té ! qué bouano nouvello, Coouvin, qué sias à Souliès, coumo sias ?
Mesté Coouvin - Vé Pascaou ! Pas maou coumo vias ? Eh bé sian vengu per saché cé qué fara aquéou Coungrès (1).
Mesté Pascaou - Oh ! oh ! crési qué si soun pas entendu, qué voulès ! Leïs uns vouaroun : Marguèry (2) ; d’aoutré : Strobant (3), et d’aoutré encaro voudrien Roquo (4).
Mesté Coouvin - Quués aquéou Roquo ?
Mesté Pascaou - Coumo ? Vous ooucupas dé politico et counouissès pas Roquo ? Eh ben ! Roquo es aquéou, qués tout, oou Pichoun Var, qué réçubé leïs cous, qué fa faço en tout cé qu’arribo oou journaou. En un mot es taramen ooucupa qué pourra presquo pas veni parla eïs électours.
Mesté Coouvin - Alors, sé a pas lou temps pequé si présento per députa.
Mesté Pascaou - E bé ! per touqua leï 25 francs per jour. Fès ententien que fumo qué dé cigaro de gendarmo.
Mesté Pascaou - Maïs sichés tranquillé, a pas sorti doou Coungrès, avien tout fa per aco, maï an pas réussi. Ooussi sé lou véyias fumo uno bravo pipo ! Dis qué leï paysan l’an trahi et qué leï délégua chacun voulié lou siou. En voutan la candidaturo multiplo aco fa pas soun affaïré, car a poou d’arriva lou dernier et crègne fouasso leï Jacquot. Aquelleï Jacquot an uno lengo dé p...outenci et dévoiloun touteï leï maniganço.
Mesté Coouvin - Maï leïs aoutré : Strobant, Coreil (5), Marguéry.
Mesté Pascaou - E bé, din moun village et din d’aquéou dé ma frumo, dien qué Marguéry duourié pas si présenta émé la vesto qu’a remporta la dous ans. Coreil, dégun lou counoueï et dégun soou perqué si ven metré oou mitan. Quant à Strobant sé nou provo qué despuis dous ans a fa touteï leï jous un paréou de soulié, voutan per éou.
Mesté Coouvin - Alors à vouastré diré lia qué Grébauval (6).
Mesté Pascaou - Ebé ...
Mesté Coouvin - Et pourtant, qué ven faïré aoussi aquéou eïci.
Mesté Pascaou - Cé qué ven faïre ? Ven countinua cé qué a déjà fa per naoutré. Et coumo voou s’en ooucupa encaro maï voou qué li dounen lou dré dé parla. Car s’encoou séra nouastré députa, alors poura diré : Meïs électours an bésoun d’aco, foou qué va li dounès. Et aquéou ooumen es capablé dé démanda et d’obteni coouquaren car voudrai pas lou coumpara émé leïs aoutré coumo capacita ?
Mesté Coouvin - Voui, maï es un blanc.
Mesté Pascaou - Es un blanc ? En réprésentant lou quartier dé Bellovillo-Coumbat ? Ebé, diguas éïs Strobant, Coreil, Marguery et Roquo qué vagoun si présenta din d’aquéou quartié et veïrés coumo leïs faran couré en li dian anelleï, qu’en effet, soun pas dé républicain.
Mesté Coouvin - Pourtant lou tratoun dé nationalisto, alors es pas républicain.
Mesté Pascaou - Ah ! es per aco qué lou crèsoun blanc. Permetta-mi qué vous expliqui qué sias din l’errour. Lou nationalismé es vengu dé l’affaïré Dreyfus. Lia per counséquent despui : lei Dreyfusards e lei nationalisto. Coumo Dreyfus es un prinçé dé la finanço, un capitalisto, enfin un gorgea d’or, touti aqueleï qué soun dé soun caïré es dé républicain. Van jusquo à estré mémé de socios, bessaï es per partagea lou veau-d’or. Tandis qu’aqueleï qué soun countro Dreyfus, c’est-à-dire leï malhérous, leï pès-d’escaou, leï senso lou soou, leï mendiants, n’aoutré, enfin sian leï blancs, leï reactionari. Tandis que sian nationalisto. Sé mi coumprénias pas ben fa vous vo expliqua eï candidats : Strobant, Coreil, Marguery et Roquo. Soulamen cé qué vouari vous diré ès qué tout aqueleï endividus si dien senso patrio. Qué n’en dias mesté Coouvin, sérié pas pouri qué leïs Allémands nou venguéssoun boiro lou vin en nous dian qué soun socialisto ?
Mesté Coouvin - Tron dé pas diou Pascaou, coumprèni, foou qué vouten per Grébauval, oou men aquéou si dis Français en si dian nationalisto. Iou qué crésiou qu’aqueou mot vourié diré qu’èro blanc.
Mesté Pascaou - E ben aro sias illumina”.
(1) - le congrès de la gauche, réuni à Solliès-Ont, qui doit désigner le ou les candidats. (2) Marguery, propriétaire viticulteur, maire de Saint Cyr, s’est désisté pour Cluseret en 1888. Radical modéré, dreyfusard. (3) - Stroobant est syndicaliste (cordonnier) et socialiste. (4) - E.Roques dirige Le Petit Var. (5) Coreil, pharmacien, maire de Sanary, conseiller général d’Ollioules, prend une étiquette socialiste.
[52] La République du Var, 12-10-00.
“Lettre du terroir. Moussu lou Directour dé la Républico doou Var.
Permettez-mi dé vous diré, sé qué sabès d’oou resto, qué : quu fa lou paou fa lou proun. E mé vouastro bounta, anaraï jusquoou bout. Qué voures, lou sang sanguino ; é séren jamaï troou per terrassa aquelo bando dé senso-patrio qué vouaroun plus dé sordats per défendrè nouasteï fillos, et diraï miès, seïs maïrés ! contro l’estrangié qué nous guetto.
Siou, li poudès counta, Moussu lou Directour, vouesté sincèré ami. Vous diraï doun qué quand liégi toutéï leï jours leïs mots dé mespris qué lanço à Moussu Grébauval lou journaou de E.R.(1) pouadi pas m’empacha dé mi faïré dé marri sang su la marrido fé d’aquélo fueillo. Farié miès dé n’en pas tant diré et dé n’en prouva un poou maï. Et pusqué respouandé pas sus cé qué li démanda despuei maï d’un més, iou li vaou respouandré su leï questiens que paouso :
1° - Tratas, Pichoun Var, Grébauval dé boulangisto. Eben quu a enventa Boulangier, es-ti pas Clémenceau, Floquet et Cie ? Doun, coummo Clémenceau, Floquet et Cie èro leï Diou dé la Républico, Grébauval es alors un dé seïs disciplos ? sé sias pas dé pantayaïres dirés coummo iou.
2° - Dias qués l’élu deï réactionnaris dé Belloville-Combat. Eben, ou sias dé blagur, ou ben couneissés pas aquéou quartié. Et alors vous diraï, qué mémé émé un fanaou, sérés pas foutu dé trouva din Bellovillo, un noumbré dé réactiounaris per forma très soouquos dé meïssouniers ?
3° - Parlas é rabachas ooussi oou sujet doou banquet de la villo de Paris. (polémique sur un banquet prévu à Paris par Grébauval et empêché par le Préfet).
4° - Quand a estré députa d’oou Var et mairo dé Paris er (2) justament per aco qué fa nouasto affaïré et oou maï va répétarès oou maï l’attirarès de vouas. Et, es en aboulissen leis abus qué si coumetté eï hallo, qué fara qué vendren pu chier et que leis Parisiens mangeran nouastéi prouduits millou marqua. Aquo vous couyouno va vias.
Aoussi la campagno qué ménas contro eou es, coummo aco, touto à soun avantagé et après nouasto reussito, et coummo laourès fouasso countribua, vous mandaren un plen capéou dé remerciement.
Mesté Pascaou”.
(1) - Le Petit Var. (2) - er, pour es. Prononciation typique de cette zone varoise.
[53] La République du Var, exemples d’incidentes provençales au début de la campagne : 6-10-00, Six Fours, lettre en français, terminée par “Ero plus fouart qué dé pébre”. 16-10, titre d’un article de La Seyne le contre Parti Ouvrier de la Seyne : “Fen de bru”. Mais ce papier signé “pour le groupe ouvrier socialiste patriote, M” utilise des citations latines ! 19-10, lettre d’un ouvrier de l’arsenal : “en lisant le papaphar ... du P.O de la Seyne”.
[54] Le Petit Var, exemples d’incidentes provençales au début de la campagne : de nombreuses lettres en français, notamment de Hyères, parlent de “Grébaumaou”. 16-10, Argus (un journaliste ?) présente le flamboyant prometteur parisien, qui est censé dire : “je vois bien que le paysan le plus illettré à qui je viens de promettre son chemin rêvé depuis quarante ans ou la poule au pot tous les dimanches, me répond par une bouffée de fumée et avec un sourire narquois : -Moussu lou cura vous dounara un bouan coou de man. Porta vous ben”.
[55] Le Petit Var, 17-10-00, “Responso d’oou paysan dé Bregaillon (1).
Louis, qu es aqueou JD, qué conto leïs escus d’oou cafetier d’oou cantoun ? - Es un certain homé à tout faïré d’un massacra dé frès, neïssu sabi pas enté, maï qué si crèi quoouqu’un ! Es maï un estrangiè oou despartamen, un nouveou débarqua, qué crèi de touteï nous avala ! Vague plan qué li resten pas oou goousiè.
Mesté François”.
(1) quartier de La Seyne, où Grébauval a sa propriété.
[56] La République du Var, 20-10-00, “Lettre du terroir.
Lettro adreissado eï candidats : Roquo, Coreil, Marguery, Martin, Claude (1) ... é d’aoutré d’aou mêmé acabit, sé n’en a encaro.
L’a ben un prouverbi qué dis qu" : “Per récolta foou samena”. Sias uno bando dé sartimbarcos, qué vous fès porta countro moussu Grébauval, qué s’avès saména caoucaren er (2) dé ségu la grano dé discordo, surtout vouasté capourié Emilo Roquo.
Hurousamen qu’a poussa qué din vouasté camp.
Coumo, ignouravias qué din lou pays deïs flous qu’embeimoun é deis fruits tant savouroux l’aviez pas dé plaço per lou Chardoun ? Eben meissounarès vouasté marri gran sourés.
Cé qué mi fa réfléchi es qué tant qué Cluseret èro viou vous sias jamaï oouccupa dé naoutré ; vous foutias pas maou qué nouastei prouduits siguessoun admé ou non eis hallos ; qué lou trin deis primours anessé vité ou daïsé, dé mémé qué lou vin si vendessé ou qué restessé din leïs touneous. Enfin noun counoussias pas, alors. E aro, qué nouasté députa es mouart, aro qué la plaço es vido vénès nous faïré lou beou beou é nous proumettré la luno entièro.
Perqué nous n’avès pas fa agué un mouceou avant, coumo a fa Moussu Grébauval ? Maï, vaqui, la plaço èro pas vacanto, l’aviez ren à gratta, é alors avès fa coummo lou ditoun : “Jès d’argen, jès dé suissés”. Mi pareissés estré pratiqué. Avès coummo leis Anglais.
Pardi, vous sias dit : gens de villagé, troumpetto dé bouas. Aven qué de l’ana é li diré qu’escounjuran la grelo et oouren touteïs leï vouas d’aqueleïs paysans. Macareou, meïs belleis moussus, es pas coummo aco qué si tries lou gramé ; sabès pas qué sian naoutré leis couyouns de Cuers (3), qué prénoun leïs lançoous per dé serviettos ? Avès bello cultiva vouastei proumessos enterressados, maï faran pas racino. Sian, bessaï va sabès, presquo toutei dé jardiniès, vous tratan dé saouturs.
Oourias miès fa dé pas coummença aquélo marido campagno mounté sias vengu noun diré qué vourès plus justamen cé qué naoutré vouren, ooumen vous aourian pas counouïssu, é coummo aco, oourian toujous ignoura que la Franço avié d’enfants qué li vourien pas ben.
Anas vous présenta en Allemagno, din lou pays dé Dreyfus vouasté patroun, aqui vous assuri qué sérès elus. Quant à naoutré, voutan per Grébauval, aqueou qué tratas dé blanc, maï qué saben, naoutré, qués tant rougé qué nouasté bouan vin dé prouvenço.
Mesté Pascaou.
A mesté Pascaou - Poudès nous escrioure tant que vourès ; vouastrei noto soun troou ben escricho et émé tan de bouan sen per que regretten la plaço. Noto doou Direttour”.
(1) - Cf. [51]. Martin, radical, Claude, socialiste. (2) - "er" pour "es", prononciation typique de cette zone. (3) - appellation traditionnelle des Cuersois ; si l’auteur est bien de Cuers, on peut penser, entre autres, au vétérinaire Rastagne, félibre très conservateur.
[57] La République du Var, 28-10, “Lettre du terroir :
Moussu lou diretour de la Républico doou Var. Mi permetrès dé vous escriouré lei réflectiens que mi siou facho en esten a la réunien de Siès-Fours, dissato passa.
Aï gaïré retengu dé caouvos perqué leis gens dé la Mèquo fasien tro de bru, maï sé qué aï ben retengu es quan lou présiden Juga, Juva, Tuba - sabi pas ben soun noum - nous parlavo deis tentaculos ; tout d’un coou cresiou qu’ero uno flour, alor diou à moun coulègo Batisto, lou manéchaou : “Qué flour es, la tentaculo”.
 Maï es pa’uno flour.
 E qué ès alors ?
Un moussu qu’éro proché naoutré mi dis : “la tentaculo es se qué an leis poupre eis esquinos”.
Alor qué nous raconto, aqueou gran manché d’escoubo, émé sa cravatto roujo ? Per qué va counouissè tamben, foou qué eou siégué lou poupré, ou dooùmen dé sa famillo. Vaï-t’en en galéro, emé teis tentaculo ! Joua !
Mesté François Gibeli, Peysan eis Playos (1)”.
(1) - quartier de Six-Fours.
[58] Le Petit Var, 24-10-00, La Seyne, une lettre signée “Aganto”. La Seyne, Brégaillon, une lettre signée “Faï ta malo”. Six-Fours, Reynier, écho de la réunion de Grébauval, qui se plaint que ses gardes du corps le lâchent : “Et un loustic de lui répondre : Lou pardessu vou lachara pas, seguès tranquille aven ben près leï mesuro”. 30-10, Hyères, la Moutonne : à propos des promesses de Grébauval : “et pour conclure, nous ajouterons un mot d’un brave ouvrier des champs : Parlo bén, durben l’uei, pourrié si faïré qué nous couïounessé miés qué cé qué parlo”. 27-10-00, à nouveau lettre signée “Aganto”.
[59] Le Petit Var, 28-10-00. “Nous recevons de Seillons : Moussu lou directour, Vous escribi coumo sabi la charadisso qu’aven agu l’aoutré jour à la garo dé Hiéro émé un ami d’aquello loucalita :
 Lou Hieren - Té vé, siès eïci, é qué bouan vèn t’amèno, digo mi cé qué dias à Seilloun su nouastreis électiens.
 Lou Seillounen - Siou ben counten dé ti rescountra ; de vouastreis électiens n’en charan fouasso, é t’assuri qué nous farié ben péno que, après agué manda Cluseret, mandésias à la Chambre aquéou Parisien qué ven din lou Var, sabi pas per cé quès, maï à coou segu es pas per nouastreïs belleis ueils ; vouari parla d’aquéou qué l’apélan Crébo-Maou.
 Lou Hieren - M’estouno que agués tan marido ooupinien dé nouastré candida parisien, Moussu Crébo-Maou, coumo li dias, ès présiden doou counséou dé Paris, présiden deï hallo, présiden dé ben dé cavos, si débrouillara perqué venden miès nouastreïs poumos de terros, leïs tartiflos, leïs coucourdos, leïs carotos émé tout lou resto.
 Lou Seillounen - As résoun ; per la caroto soou ben la tira, car sé vous proumété tout aco, t’assuri que ès pas per leïs Varois qué travaillo ; ès, oou countraire, per seïs amis leïs Parisiens, per qué seïs électours de Paris mangeoun les cavos millou marca ; maï quant à naoutré, s’en foute ben.
 Lou Hieren - Es veraï, aviou jamaï réfléchi en cé qué mi diès, maï en matièro politico durian pas toujou s’occupa dé nouastreis intérêts particuliers ; sé lou couneissiés à qué siguessès eïci, voutariès per eou ; à l’entendre semblo un bouan républicain.
 Lou Seillounen - Qué vouas qué ti digui, un ome qué changeo tan souven dé vesto inspiro pa grando counfianço ; encui si dis républicain perqué foou qué sieché ensin, la douzé ans èro boulangiste, encui ès ni maï ni men qu’un nationalisto ; per conséquen, bonapartisto, legitimisto, papisto, ti diraï qué lou mot nationalisto vaou diré tout aco émé lou resté ; ti diraï oussi qué vouastré candidat es protectionisto à Hyèro é libré échangisto à Paris ; naoutré lou crésen tout bouanamen je m’enfoutisto. Sabès coumo voutan à Seillloun, é ben sé Crebo-Maou si présentavo à Brignolo, pouadès estré assura qué li donnarien pa une voix ; lou trin siblo, voou parti ; diguo eïs amis qué si souvengoun dé cé qué veni de ti diré.
 Lou Hieren - T’accompagni jusqu’à la portiéro, é afin qué partès countent ti pouadi douna l’assuranço qué, d’après cé qué veni d’entendre, voutaren touteis per leis candidat doou coungrès républicain dé Souliès.
 Lou Seillounen - Lou trin siblo, adiou ; arrangea vous per qué crébé-maou.
Un peïsan de Seilloun”.
[60] La République du Var, 29-10-00, “Réflessiens.
Sabian qué l’avié dé Francés qu’aïmavoun la Républico dé plusieurs manièro, maï cé qué ignouravian din nouastei villagés (qué vourès sian tant arreïra) es qué n’aguessé, d’aoutré qu’avian chanja soun effigio, c’est-à-diré soun imagé, sa figuro enfin.
La bello Marianno, per qu’u tant é tant si soun fa roumpre la figuro, é prouscriré per n’en cita qué caouqueis uns : leis Baudin, Victor Hugo, Louis Blanc, Ledru Rollin, la bello Marianno es plus ren per aqueleis endividus, dien qué pago pas proun ! Qué vourès, ello, èro la Républico deis paourès, tandis qué la nouvello, aquelo dei Roquo é Coumpagnié, a leis pochos pléno d’or é la jès dé danjié dé parla d’ello ben fouart ... oou countrari !
Quan érian jouiné, la longtemps d’aco, démandavian ei vieis cé qué èro la Republico ; avant dé noun respouandré s’assuravoun qué dégun poudié leis entendré é alors nous dizien : Meïs enfants, la Républico es lou gouvernament dé la paourillo ; seis leïs nous ordounoun de s’aïma é dé si régarda coumo dé frèro ; dé touteis s’ajuda, dé pas si mesprésa leis uns leis aoutrés ; é puis, es ello qué nous a fa touteï égaou, riché et paouré, en nous dounan lou bulletin de vote.
Maï, es per aco, tant ben, qué leï fourtunas é leï gorjas, quan si mettoun émé naoutré es per s’en servi ; mefia vous d’elli, é leï prengués jamaï per mestré.
En 48 saludérian émé joie aquello bello Républico per qu’u nous avien dis qué duvian viouré per la servi é mouri per la défendré. S’érian taramen inspira d’aquéleï bouanei paraoulo dé nouasteï vieis, que pus tard, en 51, quand sigué en danjié, partérian en phalanjo per défendré sa coustitucien. Es aqui qué récounouissérian qué s’éro glissa parmi naoutré dé faou frèro, é qué leïs traïtrés èro justamen aquélei qué avien creida lou pus fouar, aquélei qué vourien paeïsse pus rougé qué leis aoutrés. Es elli qué faguéroun partido dei coumissien mixtos é qué nous dénouncéroun per noun manda oou for dé Lamargo. Un dé meis coullègo : Labry, lou menuisié de F ..., mouré en Africo.
Aqui cé qué vous arrivo quana* vous fisa en dé sooutur qué lei théorios simplos dé la vieillo Républico suffisoun pus per arriva à lei faïré viouré su l’esquino dei paouré bougré : creidoun pus fouar qué leis hommé dé bouan sen é lei gogos si leissoun prendré.
La nouastro li dien Marianno, la siouvo li dien Dreyfus. La nouasto distribué lei bouannei maximos d’in lou moundé entié. La siouvo jièto l’or à plèno man en coouqueis uns qué cantoun sei louanjé senso si soucita se lou bla es pas amelli é sé uno rouado a pas brûla lei bouros dei souquos, se un essu de ven a pas acana lei fruits pa encaro madur.
E voutarian, naoutré, per aqueleis apotro qué soustènoun lou trôné d’or su lou caou es asséta Dreyfus ? Mai viguen ! tron dé diou ! sian ben toujour leis enfants de 89 é dé 48, é coumprendren, bessaï, qué lei mandatari d’un milliounari paou estré qué dé faou républicain ; é qué lei vraï es aquelei qué soun trata per elli dé réactiounari per noun douna lou chanjè. Alors nouastreis intérêt, é aquelei dé la Républico, mai pa aquelo dé Dreyfus, aquelo qué quan sian en campagno ou à l’atelier cantan ou siblan sei vieilleis airs, alors, diou es dé vouta per Grébauval è d’escarta leis aoutré candidats per li leissa lou temps de pousqué mounta la gardo à la pouarto d’oun trésor dé soun patroun.
Mesté Pascaou”.
[61] Le Petit Var - 30-10-00, “On nous écrit de Saint-Mandrier
Moussu lou diretour doou Pichoun Var,
Vé, Moussu lou diretour, excusa nou nouastr’exigenso, maï despui lou jou, - aco èro dimécré passa - qu’aven vi rapuga din lou péïs dé papié rougé, ver, jaouné, prouclaman, coumo sero l’arrivado doou méssiré, la candidaturo de Grébauva-alo, avèn di tout dé suito, leï quoouquei soouraïres quérian rassembla, aquéou jès dé remissien, lou foou faïré passa oou blu.
Si rapelan for bèn lei famouso e bello proumesso doou paouré mouar, aco si passavo en 1898 : pécaïré qué lou bouan diou agué soun amo ; vouren parla ben entendu doou députa qué sian en trin de ramplaça !
Subran, la delivransso deï plajé doou Lavandou, dei Favièro, dé Gouloun (1), etcetera : aco avan leis électiens, ero coumo uno affaïré facho, arrestado, councluso. Plus jés de soussi per naoutré, nouastré gagno-pén ero assura.
Pueï, leis électiens an lué, lou deputa deï soourairé es élu e quoouquei més apré, - aco éro per nouastré satisfactién - aprénen qué lou députa a ren vougu faïré per naoutré et mémo quavié rén démanda du tout oou Parlamen.
La lissou es troou bélo é troou fresco e sen rapélaren lontén. Aqui perqué, moussu lou Dirétour, dé candida coumo lou parisien ques lou natiounalisto Grébauva-alo, naoutré nèn vouren jés. Sespéran bén éntendu, quan nous fara sa visito, a dé belli paraoulo. Parei qué charro ben, dien qués un mécou per la charadisso, maï naoutré leï marin tout en fén leï soouraïré, sian ooussi pescadou, quand va foou, é tout lou béou broumé qué nous pourra manda lou moussu dé Paris, nou fara pas couré, ne poudés estre segur.
Es a Paris, actualamen, qué li resti, es lou souré counsuou qué li pouden douna : pui seï afficho an coumo éou, troou dé coulour.
Nouastreis entencien sooun dé vouta per un candida quoura qu’uno bello nuanso - lou rougé - un républicain assura, energiqué é antinatiounalisto é qu’uno fès per touto, voougué ben penssa oou paouré travailladou.
D’avansso, moussu lou dirétour, leïssa nou vous rémercia d’aquelo hospitalita ; avian aco su lou couar e aro qué sian soulaja, permetté-nou dé vous diré queis électiens doou 18 nouvembré qué ven, soouren, naoutré leis soouraires, si rappéla den cé qué oouren à faïré.
Quatorgié soouraïré de la presquilo”.
(1) plage où les “soouraïré”, les lesteurs, allaient charger le sable.
[62] La République du Var, 31-10-00, “Lettre du terroir.
Responso à la lettro de moussu Estrobant (1) doou Prouvençaou de dissato 27
Moussu Estrobant, prenès lei counséous d’un peysan de 54 ans. .. Sé jamaï vous prénié envijo de cracha a la figuro de caouqun, vous engagi de veni à Sieï-Fours. En qualita de peysan, mi foou dous o très jours per faire uno responso escricho, mai vous prégui de creiré qué mi fourié pas cin minutos per vous leva de devan naoutres sé aquello envijo vous prenié.
[La lettre attaque aussi des responsables socialistes seynois, “lou marchand de limounado de Turin ... lou terriblé orlogié à la cravatto sanglanto”]. Lou Peysan patrioto”.
(1) - Strobant, candidat socialiste.
[63] La République du Var, 4-11-00, “Lettre du terroir - Lettro d’un Pèro de famillo de 4 enfants, ouvrié dé l’Arséna, à seis coulègos dé l’industrio et aoussi dé l’arséna.
Chers coulègos, aï pas la prétencien dé vous diré de vouta per Jean ou per Pierrè, maï sé qué vous douni per counseou è de vouta en masso contro d’aquellis que soun per lou Ministéri sensa de “Défensi* républicaino” et ma raisoun es maï que bouano, n’en vaqui leis motifs : Vous devès touti rappela que la uno bando de mès, à la Chambro, en* fa la proupousicien de douna à l’ouvrié de l’Arséna dous soous per enfant per leï faïrè mangea et per pousqué li croumpa un pareou dé sourié quan lou besoun si farié senti ; aquelli qué prenoun tan ben la défenso de l’ouvrié si soun empressa de vouta contro ou de s’absteni, ero troou per l’ouvrié.
An préfera découra Paquin acqueou ques esta coundana 103 fes per enfractien à la leï doou travaï et mumè Antido Bouyer (1), aquèu que lou parti ouvrier de La Seïno a fa veni par vous fairé uno counferenso a vouta contro.
Ouvriés de l’arsèna, jouinè gens appela a estré ouvrièr de l’arsèna et péro de famillo, farès justici a l’élécien què va si fairè, d’aquellis què mantenoun un parié Ministeri, se vourès pas qu’un jour vous ajudoun din vouastrei revendicaciens en vous fen fusilla coumo en fa à nouastreis coulègos de Chaloun et de la Martiniquo.
Qué n’en dias, vous Moussu lou gran présiden d’oou parti ouvriè de la Seïno et vous aoutré sei membré ; dounas lou dementi en aquellei provos sè poudès.
Louis Bounifaï, ouvrié de l’arsena, pèro de 4 enfans”.
*Antide Boyer, un des premiers députés socialistes de Marseille.
[64] Le Petit Var, 8-11-00,“Grébauval et les Provençaux” montre le mépris ethnique de Grébauval pour les méridionaux en citant un article qu’il avait publié en 1889 dans Le Beffroi d’Amiens, sur un député de gauche : “Il est le plus septentrional de ses collègues, tous méridionaux, tous quelque peu Provençaux ou Gascons, qui comptent conquérir la Gaule et qui partent en guerre contre le Boulangisme, à la façon de Tartarin”. Mais la gauche varoise a si souvent eu recours aux candidats “exotiques” que le thème est peu tenable.
[65] Le Petit Var, 1-12-00, “Grebauval su l’aoubré dé la crous
Païré / En suzan deï péds, aï mounta, / Jusqu’oou sommet d’oou Golgotha, / Leï bouas pésants dé moun suplici. / Grâci ! esloigna dé iou aqueu tristé Quilici !
L’escavénié doou Brusc (1)”.
(1) - quartier de Six-Fours.
[66] La Sartan. Le correspondant de La Cadière, Toni Sebeto, ne cesse en vers comme en prose de critiquer le maire radical de La Cadière et les élus, il ironise dans “Un escaoufestre”, sur la réponse cadiérenne dans Le Petit Provençal à un article de Palliès dans Le Petit Marseillais. Naturellement Sebeto soutient Grebauval. Par contre le correspondant du Castellet en est l’adversaire. La défaite ne décourage pas le correspondant de La Cadière qui se verrait bien publié dans les chroniques provençales de La République.
La Sartan, 08-11-00, “Lou Castelet (Var) - Aven agu, deminge passa, leis eleicien per nouma un deputa per remplaça lou paoure mesquin de Cluseret que s’es leissa mouri. Lou bureou doou voto es esta empura touto la journado car voulian pa manda moussu Grebauval à la Chambro. Dins aco agué 15 vouas e soun aversari 71. Lou sèro, quand adugueron lou resultat deis aoutreis bureou, l’agué uno destribucien de coou de pèd e de coou de poung, mai aco es pa’stonnant. Lou sèro, su lei 10 ouro, quand uno despacho mandado per Remy, de Touloun, nous aprengué lei 4.500 vouas de majourita à moussu Martin, leis eleitour ami d’aqueou candidat si sian acampa aou cafè de Charles e aven festeja la vitori. Ieou, que foulié que mi levessi de grand matin, mi sieou ana coucha aou mihou : avant que lou champagno siguesse escouelo ! Zèdo”.
La Sartan, 15-12-00, “Leis afaire de la Cadiero. - L’a vué jour disian : osco per lei siblet, vuei pouden dire : osco per lei petard ! aro, per dourmi à la Cadiero, faou avé lou souon dur vo estre sourd coumo noueste mèro ! Lou tron li petarié aou tafanari que li farié ren : vuei sounjo renco à la Sartan ce qu’a dit e ce que pourra dire su soun comte. Es coumo dirias “inoutisa” per aquelo brave Sartan que li pendouelo à la chierpo coumo uno casserolo à la coué d’un chin ! Es talamen ben arrapado que li poudrié fa tira dessu, se lei menavo encaro, lou gros gris, Vidaou emé l’ai de Martin ! De segu la demarrarien pa ! Es egaou, aqueou paoure ai serié’sta countent s’èro esta’icito l’aoutre deminge !
 Aro lei fouon pisson, mai lei lingo basaruto dien que noueste reçubedou es malaout e pisso din l’oustaou d’un vesin. Mai Dieou garde que si parlesse de lou gari ... Vaou mies que manquen d’aigo l’estieou que ven.
 Anavi ooublida de vous dire que moussu lou Mèro a reçu uno flamo letro. Es lou cas de dire, eicito, que sias jamai trahi que per lei vouestre !
“Qu’aourié dit, l’escrieou soun fraire, que resto aou Baousset, quand menaves la carreto su la routo de Marsiho, que quaouque jour seriès un Mèro ? Ti souvenes doou gros gris de Vidaou e de l’ai Martin que menaves de man de mestre ?
Aro sies plu carretié e tout lou mounde ti ven counsurta ... Car, anen, despuei que pouartes la ventriero sies un dei lume doou peïs. Tout lou mounde soou que teis ooupinien sanjon pa e aquelei bei messies que couneisses si vènon metre à ginous davant tu. Aco mi fa plesi per la renoumado de noueste noum. Mai fai ben d’entencien à ce que ti dieou : Que fagues foueço per elei, que t’estrancines lou cerveou per li faire plesi, tout aco sera de temp perdu : es coumo se pissaves din la fouon ! Car n’en a pa v-un que ague tei principi, es tout de gen à coucha defouero ... Degun, mies que ieou, counei toun patriotisme e toun ounestiso. Es per aco que, senso avé l’er de dous er de ti douna un counseou, veni, vuei, aou noum de touti lo Frances, ti prega e ti reprega de plu faire de propagando per aquelo bando de judieou que sount lei pu gran enemi de la Franço.
Adiou, pouarto-ti ben, ti faou doues babeto, lou bouenjour à tei galino.
Toun fraire per la vido”.
Ebé, que n’en dias d’aquelo letro ? Serié ralamen un pecat mourtaou de pa l’avé sartanejado. E sian segu que, quand l’aoura legido, noueste counfraire la République du Var, mancara pa, tamben, de la faire fregi per sei leitour.
Toni Sebeto”.
[67] P.Chauvier, Lei Testo-Rousso, Draguignan, Latil, 1901. Dans sa préface Auguste Angles, directeur du Petit Poète, croit complimenter Chauvier en disant que ce poète naturel, jadis révélé par Dol, ne lit rien.
[68] Odo, Salut ei Tambourinaire Prouvençaux (Ei festo Brégnoulenco) 27 Août 1901, Menut, Félibre, Officié d’où Mérité agricolo, feuille volante, imprimée.
[69] La Sartan, 1901. chroniques du Castelet (sur l’état civil, on critique le maire), de Châteaudouble (représentation de la Bello Judit sur la grand place), de Draguignan (article signé maintenant “Couloumbino”), de Fréjus (chronique locale), d’Ollioules (la musique), de Pourrières (le renouveau de vieux jeux provençaux), de Saint Zacharie (la fête au cercle républicain). Elle publie régulièrement des articles plaisants de Spariat et “Lou Bouen viei rire”, par Lou Faroun (Aubert).
23-3-01, “Pouriero - [...] quaouquei regala doou cercle Sant-Ubert (1) à l’ooucasien de la mié-carémo, si meteroun din la peou de faire lei mes, un viei jué prouvençaou que dato deou rei René.
Es deminche passa, à 2 ouro, que s’assagé, per lou proumié coou, aou pourtaou de la crous de ferri. Lei badaou mancavoun pa. Lou proumié mes poudiè pa mies si capita per mestre Ventre. De lou veire tremouela vous fasie boulega lei tripo. Touei dous emé sa mouié aouriasdi uno bessounado.
Meste Mouto, quiha su lou chivaou gris de mestre Carnabot, fasien la sasoun d’iver. Guihaoussin, su lou chivaou de Barrico, fasié lou printemp. Bourrely e Arnaoud, su sei chivaou, un fasié l’estieou l’aoutre l’aoutouno.
L’An èro fa per meste Miqueou doou Mèro. Sa frumo èro Ciceroun, doues mounino ensen que nous an fa rire à pissa ei braio.
Marius de Norino, eou, va couchavo tout davant, fasié lou cassaire, representavo Sant-Ubert. Mai lou sèro fugué pas soulet : n’agué quaouqueis un qu’avien cassa ei lignoto.
Quan es esta feni, mes e sasoun cadun a pres sa plaço din l’armana d’aqueste an en esperant aqueou de l’an que ven. Grossei Peire”.
(1) société de chasseurs.
La Sartan, 16-2-01, “Sant-Zacarié - Aou cerclé doou Vint-un de Setembre (1) an fa quaoucarren ! La salo èro cafido de pichoun drapeou e de beleis arbuste entre-mestra de serpentin. Lou sèro, après la soupo, grandei danso, e vaquit de mounde emé d’estrangié de defouero, tout aco esquicha coumo d’anchoio. Si sount touti ben regala : lei counfèti an ploougu à coufin e l’avié de masco dei pu chanudo. Rasofin”.
(1) cercle républicain avancé.
La Sartan, 1902 - chroniques de de Saint-Cyr (les fêtes), St Zacharie, de Tourves (les sangliers, pour titiller le déclamaire local). Elle publie du Chauvier, et toute l’année Spariat et lou Faroun.
La Sartan, 11-10-02, “Tourves - Lei savent dien que lei sanglié sount de la raço dei “soulitari”. Aco si poou ben, d’uno façoun generalo, mai es pa toujou’nsin. La provo n’es que, pa pu luen d’uno semanado, s’es vist un senglié de bello carruro, intra tranquilamen dins la vilo, en plen jou e passa quasimen entre-cambo dei gen davant la fouent-doou-camp ; la marmaio l’a courru darrié à lou touca. La besti perseguido a, alor, landa vers lei ruino doou castelas de Valbelo, travessa lou Parc ounté lei chin que l’an destouca l’an coucha vers la couelo de Sant-Proubaci, ounté an perdu sa traço. Vous afourtissi qu’aco n’es pas uno craco ! es la puro verita.
Em’aco, lou gai felibre Léandro Giraou, qu’a tant ben passa en revisto toutei lei curiousita de soun endret nataou, dis pa’n mot dei senglé de Tourves.
A la proumièro cansoun qu’espelira, mancara pas de segu, d’ajusta lei senglié à la listo doou gibié tourven. G”.
La Sartan, 1903 - chroniques La Cadiere, (“Plagnun d’uno fouan”), Hyères (la fête), de Saint-Cyr (la fête, un bœuf échappé), de Tourves (le troubaire local, provoqué sur les sangliers, la fête de St Probaci).
La Sartan, 14-02-03, “Tourves - La Farandoulo dei Senglié.
Prouvençaou, veici la nouvello / Que mi sieou leissa racounta : / M’an di qu’aou peïs de Vaoubello, / Lei pouar vivoun en liberta. / Aco’s un paou fouart de va creire / Tamben, sieou mounta su moun ai / E siou parti per ana veire / S’aqueou conte èro ben verai. // Refrain : Lei pouar soouvagi / D’aqueou vilagi / Sount caressant e familié. / E lei cassaire / Li leissoun faire / La farandoulo dei senglié. // Darnieramen, uno groupado / De senglié toutei ben lipa, / Vengueroun teni l’acampado / Dins lei carriero de l’Uba, / E lou capoulié de la bando, / Gros soulitari d’Empiourian, / Fagué dansa la sarabando / A soun troupeou de pouar feran. [...]
Léandro Giraou”.
La Sartan, 1904 - chroniques de Brignoles avec Meste Chichourle (où l’on apprend que l’on joute à Brignoles), de Pourrieres, de Tourves avec le félibre Paulin Guisol (“Lou castanié de Tourve”), de Toulon (“La Vido à Touloun”). La Sinse est présent avec des poésies triviales.
La Sartan, 12-11-04, “Pouriero - Lou lendeman de la Toussant, l’agué uno acampado à la fermo de Secaroun. Lou gardo avié counvida quaouqueis ami qu’avien boueno dent e si mastegué de man de mestre. Lei pintadoun e aoutrei bestiari agueron su l’alo. Tout aco seguè arrousa de bouen vin blanc. Per dessu lou marca, si mangè uno marlusso à la matrass qu’avié aou men très an. Basto tout aco ané ben. L’aviè proun lou mulatié qu’aviè poou que li prenguesson sa frumo, mai n’en seguè ren.
Souvetan que de festo ansin si fagon souvent. Lou Marlussaire”.
[70] Lou Faroun, Lou Bouen Vieilh Rire, Garbo de falibourdos, Gailhardaries, Talounados, etc. Cuilhidos un poou de pertout et adubados en patois marsilhès. Eme une Prefaço de Sénès dit La Sinso et de Jean Aicard, Toulon, Lieutaud, 1901.
[71] Je n’ai malheureusement pas encore pu retrouver ce document.
[72] E.Pelabon, Lou Groulié Bel-Esprit, édicien dóu Centenari, Ruat editour, Marsiho, 1901.
[73] Escolo felibrenco de la Targo, Cartabèu pèr 1909. “A n’aquelo fèsto de l’Amour, de la Bèuta e de la Raço pounchejèroun tres dei primadié em’un jouvènt nouvelàri desmascla dóu franchimand - que si fan vèire tambèn à Fouant-Segugno pèr lou cinquantenàri dóu Felibrige (mai 1904). Tant lèu de retour, ardit e valènt, decidon de reviéuda l’Escolo de la Targo”.
[74] Le Diable à Quatre, n°5, du 29-11 au 6-12-02.
“Conseil municipal, Direction : Pascalon - Metteur en scène : Porchier.
Les constructions navales. Répétition générale qui fait tout l’effet d’une représentation ordinaire. Le conseil - les majoritards s’entend - vont demander à Pelletan les crédits nécessaires pour la construction de nouvelles unités de combat et pour les réparations urgentes à effectuer à quelques gros navires.
La vaillante Fanfare des Revendications populaires donne son avis sur des airs variés.
Pascalon - La séance est ouverte.
Cauvin - Alors, fermons les portes et les estres.
Rat - Perqué faïré ?
Cauvin - Pour bouçer leï courent d’air.
Rat - As ren d’autré qué ti geïno qué ? Parpello d’agasso !
Pascalon - Ne rééditez pas à cette séance les scènes de violence et d’injures qui ... qui ...
Rat - Qui ... qui ... accoucho, tron dé Diou ! un démêlouar à moussu ! Quiqui es lou noum d’un chin !
Magalon - Mes chers collègues, les constructions navales ... question qui passionne ... crédits à faire voter par les Chambres ... Je dépose un vœu ...
Rat - Oouh ! foirain. Mountès lou védéou qué vouas dépousa ?
Hours - Mon cher collègue, laissez-donc parler Magalon. Ces messieurs sont de mon avis.
Rat - M’en fouti. M’avès touti roumpi ... la tat ? là.
Michel - Hours a raison.
Gardiol - C’est vrai.
Rat - Tu, raméou dé malhur, mi marchés pas su leïs agassins. L’a pas proun d’aïs aou Counséou senso encaro véni mangear la civado ? Metti ta lengo quooqué part et feï mi lou plési de faïré lou mouart, viédazé !
Pascalon - Voyons, c’est fini ou non ? M.Magalon, déposez votre vœu.
Rat - Qué ! Magalon, vas pas faïré aco eïci ?
La Fanfare - “Magaloun es un brav’hommé”.
Magalon - Nous ne sommes pas prêts ! Le Maroc s’agite. Les insurgés foirains insultent la France. Toute notre flotte a trinqué dans les derniers événements politiques ...
Strobel - O enfant chéri de mon cœur ! Combien sont douces à mon âme de patriote vos paroles.
Cauvin - Dois-je demander la clôture de cette question ?
Rat - Muou, asséto-ti, resto tranquillé et aouras dé sucré. Lou roubinet à ... bestiso ès dubert.
Magalon - Je poursuis ... Le cuirassé Micholet ne tient plus sur l’eau, la cuvette à vapeur Jauvat est fêlée, la gamatte électrique Antelme s’est échouée, le pétrin à pédales Cauvin est usé, le sous-marin à fromage concentré Michel de Barbentane est démodé et ... je m’arrête. S’il nous fallait aller au Maroc pour défendre ...
Strobel - Oh ! partons pour le Maroc. Suivez mon élan, mes amis. Ralliez-vous à mon panache blanc.
La Fanfare entonne l’air connu de la Belle Hélène : “Pars pour la Crète” (bis).
Rat - Fou estré baroc per anar oou Maroc. Qué n’en diès Rouro ?
Roure - Viva l’Internazionale !
Cauvin - Si, si, foutons le camp au Maroc, je rapporterai des portefeuilles en peau de marocains pour mes amies.
Strobel - Oui. Partons. Mais avant que de partir demandons à Pellatan de faire voter les crédits nécessaires aux constructions neuves. Que diriez-vous d’un cuirassé à trois ponts et de cent canons : le Strobel ? Hein, c’est ça qui ...
Magalon - Et d’un fin croiseur filant 100 nœuds et portant le beau nom : Amiral-Magalon ?
Hours - Croiriez-vous qu’un sous-marin dernier type plongeant profondément et très rapide et avec ce nom : L’Hours V, ne serait pas utile ?
Roure - Et oun monitor dè proumier rang, armé dé cinqué cento canouns, avec dé toubes à tourpillia avec cé noum si bello : Fratelli Branca, ou bene : Lou Vermouth Torino Fraternello. Qué vous disez dé ça, signori ?
Rat - Hue ! Macaroni ! Mangeo-morvéou ; vieil babi !
Michel - Tout ça c’est très beau, en effet, mais il faudrait aussi réparer les unités citées par M.Magalon. C’est très bien d’avoir des bateaux neufs, mais les vieux, réparés, constituent une escadre de réserve.
Rat - Qué réservo ? dé musclé ? Despuis qué li sias, la majourita, la coumuno ressemblé qu’aco.
La Fanfare - Démission ! Démission !
Rat - Aro es fini lou discours pas véraï. Qu’ouro cessarès dé nous parla et mounta dé batéou coummo tout esca va dirès. Foou pas creïré qué lou poplé mouardé à vouastreï bouniment, es plus fin qué vous, marias !
La Fanfare - Vive Rat ! A bas le Conseil ! Démission ! Vive Rat !
Rat - Aï ren démanda iou. Vouriou qué counstruiséssoun uno grosso tour floutanto em’aquéou noum : La Soucialo Victouriouso.
La Majorité - Jamais de la vie ! Vive l’Armée ! Vive le Roi ! A bas Rat ! Rénégat ! Sans-patrie ! Sans-patrie ! Vendu ! Hue !
Rat - Oooooh ! Bramas pas touti ensen bando d’escooufestré ! Voures pas ? Non ? Eh ! bé, faraï battré campagno par lou Diablé à Quatré et veïren.
La Fanfare - Bravo Rat ! A la porte les majoritards. Vive la Sociale !
Titania”.
[75] Le Diable à Quatre, 27-12-02 au 3-1-03, “La Vestorale”. Avec tous les personnages marquants de la vie politique toulonnaise
Le Diable à Quatre, 7 au 14-2-03.
“Lou Pelaou municipaou / A la séanço Escartofigo (1) / Bravamen s’és descarcassa / Per faïré coumprendré eï boufigo / Doou counséou qu’avien despassa / Lei limito de la soutiso, / Et qu’éroun touti de fada. / L’a més lou nas din ... sei bestiso, / Mai l’agrado d’estre em...da ! / Din la sallo leïs électour / Vésien, clar coumo l’aïgo purro, / Qué dins aquéou barlan dé tour / N’avié dé verdo et dé maduro. / Mai lei counsilhé an ren vis / Ou dooumen an ren vougu veïré ; / Dins leïs uïs d’agué tan dé vis / Es pas poussiblé dé va creïré ! / Bessaï leis an ensourcela, / Bessaï que Satanas, pécaïré, / Leis a touti décervela, / Et l’a vira l’espri dé caïré ? / Maï leï millo suppousicien / Que nou trotoun per la cervelo / Chanjoun pa la situacien, / Qu’es dé ségu pa deï pu bello. / Cercarian jusqu’à l’an que ven / Cé qué dé tout aco retourno / Aoutan n’emportarié lou ven, / Et dé chaqué bord n’as Livourno ! / Lou mouyen ? / Ounte lou diable li vis gouto ? / N’en viou qu’un et senso hésita / Lou diou a cadun que m’escouto : / Foura, per gari nouastre maou, / Qué lou Sant-Espri, Diou deï luerno, / Vengué fa brilla sei lanterno / Din lou pelaou municipaou ! /
Le Bon Petit Diable”.
(1) - un des cinq élus socialistes.
“La décoration de Mimile (1). Rat : - N’en siou tout estoumaca. Mimilo d’oou Pichoun Var vin de reçubré la crous. Mi fa plési per aquéou muou dé Miçolet (2) qué l’espero déspui longtemps et qué si poou piqua su l’ambouliguo. Récounouissi pourtant que si Miçolet ès un muou, Mimilo voou pas gaïré miès. Li manquavo que la crous à n’aquel aï ! Mi semblo qué lou viou : D’uou sembla un coouvin su d’uno mouto. Mi pensi ooussi qué lou Diablé-à-Quatré fara pas ploura dissato. Va li a déjà proun fa gagna. Crési qué li va douna lou bada”.
(1) - Roques, du Petit Var, a été décoré de la légion d’honneur. (2) - Micholet, maire nationaliste
Le Diable à Quatre, 18 au 25-7-03.
“Micholet lou Targaïré
An mounta su la tinteno / Leï Targaïré Toulounen. / Aqueou qué n’agué lestreno / Micholet, nouastré éminen / Mairo, émé sa grosso veno, / Fougué pa debesquilla ; / Leï lanço su sa bedeno / Fasien ren que resquilla. / Vengué d’abord per lou battré / Fourcado, qué d’escoundoun / Fasié tant lou diablé à quatré. / Espoouti coumo un coudoun, / Nouastré paouré secoundari, / Qu’a la targo és un patari, / Dins la darso fé qu’un bound, / Leï fifré dounoun l’aoubado / A nouastré premier alcado, / Et Garri, doou Mourailloun, / Li planto lou pavailloun. / Et la terriblo lancetto / S’abatié su lei plastroun ; / Et n’aguéroun ben léou proun / Dé si lava lei brayetto. / Lei réac et lei dévot / Touti creidavoun : bravo ! / Maï Rigaou, qu’èro en coulèro, / Li digué d’uno voix fièro : / “Vouastré mairo dé cartoun / Aurié léou piqua d’esquino, /Maougra soun ventré redoun, / Sé fasié pas dé pigino. / Apprénès qué Patata, / Carga dé billets de millo, / A porta, per si lesta, / Lei finanço dé la Villo.
Le Bon Petit Diable”.
Le Diable à Quatre, 30-5 au 6-6-03.
“Micholeff à Pétersbourg. (On décide le conseiller Rat à accompagner le maire dans son voyage).
 Rat, au nom du Diable, il faut que vous partiez en Russie.
 Boffo ! perqué faïré ?
 Pour nous tenir au courant des faits et gestes de Micholet.
 Des fesses de Micholet ? Ah ! nani ! Iou, regardi jamaï lou darnier d’oou pèro et mairo dé Touloun. Anas-li vous.
 Rat, j’ai pas un pié.
 Paouré mesquin ! Aquo mi décido. Parti pertu, Diavolo, per lou Diablé et per lou Mourailhoun !
[ce qui donne des lettres de ce type : ]
/.../ Copain Hague. Eïci l’a enca dé neigeo. Aven traversa la mar Blanco qu’és plus léou négro. Lou rei doou pays qué li dien Chrestian IX, perqué es batéja et es ben vielh, nous a ben réçu et nous a fa mangea uno bouillabaisso d’estocofis. Es bravo ! Vitor s’es maou tengu à taoulo ; li mettié léï coudé dessus et bavavo sus sa cravato !
/.../ Pétersbourg. Qué d’émoutien ! En sorten dé la garo Vitor et iou aven esta arresta coumo espien. Aquello empéguo ! Coumo creïdavi, aù posto, lou coumissari russou mi fa : Ze vous envoye en Sibérie, vous savez ? Iou li diou : En si bérie ou en si bémol, ze m’en fice ; ze connais pas la musico ! Enfin Vitor s’es décida à parla. Après forço patati et patata nous an leïssa parti.
Lou tzar qu’aven vi lou lendéman mi parei bravè. Maï lou souar aï changea dé cansoun ; voulié m’emprunta vingt soous per ana veiré dé fumélan. Aï pas marcha. Alors a découraVitor dé l’ordré dé Cinq-Aï et iou aï agu dallo ! [...]”.
[Le maire veut rester en Russie où il est bien reçu alors qu’à Toulon on le conspue].
[76] Le Diable à Quatre, 25-4 au 2-5-03, “Expressions locales. Tous les soirs de cette semaine Strit, l’auteur et créateur de cette parodie qui a fait courir tout-Toulon au Casino, a été l’objet d’oviations enthousiastes. Nous croyons être agréable à nos lecteurs, en la publiant aujourd’hui avec l’autorisation de l’auteur. Air : Viens Poupoule.
Il est r’connu qu’en tous pays / On a des mot choisis ; / En Angleterre on dit “Schoking” / On chant’“God save the king” / Le Belge dit c’est entendu / “Pour une fois sais-tu / Mais les mots qui sont les plus gais / Sont ceux du Toulonnais / Le sam’di / Très gentil / Il prend sa p’tit femm’ et dit : // Viens ma nine (bis) viens, / Allons au cabanon / Fair’la soup’ de poisson / Ah ! / Viens ma nine (bis) viens, / Car après le safran / On y va carrément. // En argot pour dir’ j’vais manger / On dit : j’vais morfiller / Ici c’est bien plus chic que ça / On dit : Vooù mastéga / Un’ gigolett’, ça c’est plus rosse, / S’appelle une “picosse” / Une noix ou plus distingué / Radasse ou tardalié / Puis vraiment / C’qu’on entend / Rue de la croix d’temps en temps. // Viens cagole (bis) viens, / Plaque donc ce cavé / Ce n’est pas un miché / Ah ! / Viens cagole (bis) viens, / Ièu marchi dé vin pié / Faguès pas tant de vié. // Un vieux gommeux tout décati / Arrivant droit d’Paris, / A la poissonneri’ se rend / Acheter du merlan ; / Un’ poissonnièr’ bien éduqué’ / Lui offre un beau rouget / Mais le gommeux peu confiant / Prend le poisson et l’sent / Se campant / Sur son banc / Ell’ lui dit : Caramentran. // Vaï t’escùndre* (bis) vaï / Ti siés pas régarda /Figuro dé fada / Ah ! / Vaï t’escùndre* (bis) vaï / As pas coumo èu coulègo / La coué que li boulégo. / Avec sa femme l’autre jour / Pour faire un petit tour / Un brave agent se promenait / Tranquill’ment sur les quais, / Quand tout à coup v’la qu’des grévist’s / Arriv’nt à l’improvist’ / Gesticulant faisant du bruit / Not’ brave agent se dit : / Maintenant / C’est l’moment / De nous montrer foutons l’camp. // Viens chichourle (bis) viens, / Van mi faïre vira / Ou ben m’escagassa / Ah ! / Viens chichourle (bis) viens, / Sa femme lui dit tout bas ; / Marius forcès pas”.
[77] La Sartan, 10-5-02, “Sant-Zacharié - Deman es mai leis elecien ! Lou candidat Vigno (1), que resto soulet su la rego, rescountro pa maou de testard e, premi lou noumbre, lou coulègo Tistet n’es v-un. Lou trovo pa proun avança, alor nous dis : “S’avian un ome coumo Fresquièro (1), lou mèro de Marsiho, anarié ben !”. Es verai qu’aqueou l’agrado raport qu’un jour à Marsiho, Moussu Fresquièro juegavo ei bocho emé soun frèro e eou, Tistet, marcavo lei pouin. Es despuei que s’es fa tant rouge ... Aco voou pa men dire que pico tant su lou cieoucle que su lou tambourin. E vous asseguri d’uno caouvo, es que se la revoulucien esclatavo, Tistet si cagarié bessai ei braio... - Lampan”.
(1) Vigne, le député socialiste. (2) S.Flaissieres, maire socialiste de Marseille. Jeu sur Fresquiero, nom d’un personnage des vieilles comédies provençales.
[78] La Sartan, 14-5-02, “Tourves - Tourves es de segur un peïs ben prouvençaou e si poou afourti qu’es pa’n retard en politico. L’a quiense jou qu’à l’escrutin dei deputa tout a vouta dins aquelo coumuno : gen e besti. S’es vist, fetivamen, veni metre la biheto dins l’urno, en fouero dei gen qu’an de noum coumo vous e ieou, lou Castor, lou Matre, l’Esquiroou, la Machoto, lou Lapin, lou Aooubi, la Lebreto, la Rato, la Mousco, lou Gatoun, la Bouscarlo, lou Gaou, l’Animaou ! E dire, pamens, que tout eleitour ensin soubriqueta, soun, tamben, coumo vous e iou, de bravei e bouen citoien. Es egaou, en vesen tant de bestiari en aquel endrét, l’aourié, bessai, l’ooucasien de fissa un point de l’istori-Santo, que dis que, l’Archo de Nouvè s’ané, après lou delugi, encala su lou cresten doou Mount-Ararat en Armenio. Serie-ti pas su la couelo de Sant-Proubaci ? Lou Felibre de la Fouent dei Lèco.
[79] Le Petit Var, 27-4-02.
“Aux Toulonnais. On nous communique :
Cambarados, souto la capo doou souléou, l’y a jes dé villos tant desbinados, per leïs estrangiers, qué Touroun. Seïs oustaous sérien dé poussious ; leïs habitants jitarien leï passarès dé l’estro ; pissarien dé partout ; parlarien uno lengo dé soouvagé, etc., etc.
Maï, qu’uno plaço dé députa si présenté ; subran, lou tableou changeo. Dé béous moussus dé desfouaro, vènoun, la bouco en cuou dé poulo, leïs uïs dé cabros, lou têta doux, é li dizoun : “Toulon, vous êtes belle, comme Phebé ! Si tu voulais, petite, ze te représenterai au Parlement. Z’y dirai que l’y a rien de plus joli au monde que ton “cuou dé buou”, “manze garry”. Picheïrés. Ze canterai les divins parfums de ton port et célébrerai le poétique parler de tes peïssounières ... que ze ne comprends pas ... mais, que c’est pas nécessité de comprendre pour en goûter les charmes”.
Encuï ès un moussu dé la Pathie françaiso (1) è deï bords dè la Garouno qué nous counto flouretto... Canto ! canto, moun beou ! Fè li veïré qué sabés ména vouastro barco, senso avé bézoun d’un timounier gascoun qué n’a jamaï navigua qué dins dé bénitiers.
Lou rémandarès à soun pays, coumo leï cambarados de le segoundo circounscriptien féroun doou Siré dé Brégailloun.
Encaro un mot ! La capélanaillo ès soulevado. Moïnes é capouchins cantoun : Sauvons Rome et la France. Zou !! Respounden li, déman, per lou cri dé nouastréï païres de 93 : A iou Bezagno, vaqui l’ennemi !!
En avant touteï per Ferrero. E vivo la Republiquo Démocratiquo Socialo é Laïco.
Un amant dé couar dé Touroun.
Pisistrato Riffouart”.
(1) Ligue de la Patrie française, anti-dreyfusarde.
[80] C.Sénès, Provençaux, Toulon, Imp.Petit Var, 1902.
[81] L’Eveil Dracénois, n°2, 16.7.04. “A nouastré ami Efo. Chailan (1) a dis : la lengo dé ma mairé, es la lengo deï Dious ! Julo Simoun, lou grand liberaou a dis : la lengo prouvençalo, es la lengo doou couar !
Vous ! qu’ensségnas émé tant d’outourita et dé scienço, la lengo françaiso, défendés jamaïs à nouastrés enfants dé parla prouvençaou.
Vouaïs ! l’aimant aqu’ello bello parloto et tout enfant dé nouastro bello Prouvenço, Français avant tout abandounara jamaïs l’accènt dé soun pays.
A soun bouan cousta nouastro parloto, sabis* pas cé qué entendais per scienço réalisto,maï si es cé qué crési lou prouvençaou vous a dévança et dé ben luench ; es taramen véraï qué quan dian en quoouqu’un lou mot dé Cambrono, et ben va dian d’une* manièro que senté l’ayet.
Enfants qué anas à l’escoro apliquar-vous toujour, métais touto voustro* bouano voulounta a apprendré la lengo françaiso qu’es la lengo dé nouastré maïré la Franço. Maï rappella-vous toujour qué la lengo prouvençalo es la lengo dé noustré maïré nourriço et qu’es pas uno marido lengo !
Amis lectours la béouta dé nouastro prouvenço, est* lou charmé dé sa parloto qué a fa la joie* et leis délicis dé Mistraou, dé Roumanillo et dé Pièré Bello*.
Jean (2) lou Mut”.
(1) - Troubaire marseillais. (2) - il n’a pas encore provençalisé son prénom.
Jean lou Mut tient ensuite régulièrement chronique. Parfois articles du Rigolo. Mais Jean Laboureur s’adresse aux paysans en français.
[82] Où Pople escandinavo, Menut, Félibre, Capoulié d’où Counssèu d’arroundissiement Brignoles (Var), Tourves, 4 dec. impr - A Moussu Bonnerot Prefet dou Var, Souveni de soun amicau banqué, 16 nouvembre (1904), feuille volante imprimée.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP