La Seyne sur Mer

Accueil > Presse varoise et provençal. 1859-1914 > Presse varoise - textes 1905-1910

Presse varoise - textes 1905-1910

mercredi 13 mai 2020, par René MERLE

René Merle, Les Varois, la presse varoise et le provençal, 1859-1910. S.E.H.T.D 1996, 416 p.

Textes 1905-1910

Ces textes illustrent l’article Presse varoise 1859-1910 - 1905-1910

[1] Diplôme de Menut, de Tourves (Jeux Floraux 1905) indique : “J.B.Menut, de l’Escolo de la Targo, Mention honorable”. Mais on lit dans le poème qu’il soumet à ces Jeux : “L’Escolo de la Santo-Baumo / E lei Targaire de Touloun, / Toutei doues jouvento que soun, / Se l’ennemi mando la paumo / L’aquetaran à coù de poun”. Les félibres du pays de Saint-Maximin s’organisent donc. En janv.1906, Escolo de la Targo, Excursionnistes Toulonnais, et félibres de Nans, dénoncent les charbonnières qui vandalisent la forêt de la Sainte Baume. La Freirié prouvençalo se réunit à Nans en sept.1906. Cf.abbé Béguin, La Madaleno, Marseille, Aubertin et Rolle, 1905.
[2] L’Eveil Dracénois, 6-4-07.
“L’Escolo d’ou Dragoun.
Ei Felibre
Li avié, à passa tèms, din Draguignan une Escolo de felibrige que li disien : l’Escolo d’ou Dragoun (1). Mi sièu leissa dire qu’un à cha un toutei lei soci soun mouart (santo Estello leis ague reçaupu dins sa glori !), e tamben elo mai, l’Escolo dou Dragoun, pecaire, es mouarto de languimen.
Aro que cadun rende oumage à la Prouvenço e que de tout caire dins l’Empéri d’ou souleu s’acampoun lei freirié, perque recamparian pas nautri aussi la vieio Escolo d’ou Dragoun ? A Draguignan l’a, de segur, mai que d’un felibre. Anen, zou ! zou ! tout aqueleis que sentès quaucaren à qui dedins, boulegas vous !
Per estre felibre, sufis d’eima lou Prouvençau ; n’es pas besoun de l’escrieure, de faire de ver, qu’es que siegue.
Adouc, braveis ami, si recampen lèu, lèu, en un group felibrenc, nouastre group, lou religaren à la Freirié prouvençalo de Jan Mouné.
Dau ! dau ! Tambourin !
Boutas vous en trin !
Antoni Gal (2).
Brave coumpan m’a fa grand gau d’àusi vouastre rampelado. Voudrias pas que fessi lou Mut davans tant de bouano voio ! Ben ségur, serai emé vous brave Antoni Gau, moun cor de prouvençau tréfoulis de joio en sounjan que l’idèio naturalo encoubisse de jouvent coumo vous plen de zèle et de fue sacra per lausa nouastre bello Prouvenço ; eme plési piqui dei man e mi clini davans vouastre jouveline ardour.
Es félibre naturau lou Prouvençau que s’agrado à travès nouastrei coualo et nouastrei plan, que reniflo l’er san e reviscoulaire de sei pinedo et seis ouviero ; aquèu que s’aplanto, tout pensatièu en badan de plèsi davans noustrei oulivié qu’an de ramo d’argènt, e davans la verdour flourido de nouastrei prat qu’embaumoun la naturo.
Es félibre naturau lou Prouvençau qu’eimo coumo sa maire nourriço, soun clouchié e sa viloto, sei placeto e seis aléio de platano vo d’amarrounié.
Es félibre naturau lou Prouvençau qu’es afouga per nouastro bello parladuro, pleno de gàubi et* d’amour eme soun tron-de-l’èr, e soun cor-sus-la-man, e tamben mai per leis us d’ou païs e dei tradicioun.
Es félibre naturau lou Prouvençau qu’eimo soun cabanoun - l’aioli, la limaçado, lei baneto, la boui-abaisso, lei barnissoto, lei favo fresco (senso oublida lou jamboun), la radasso à l’oumbro de la cabano souto la triho trelusento de l’or dei panso muscado.
Es félibre naturau lou Prouvençau qu’eimo lou Tambourin, que sauto vo ben que fa sauta la jouventuro dins uno farandoulo espetaclouso que s’espendisse lou jour dou roumeirage din toutei lei viloto de nouastro bello countrado.
Pas n’es besoun, coumo avès dich per estre félibre de faire de cap-d’obro ; cadun fa ce que poù. Aquèu que parlo, que canto, que debito e qu’eimo tous* ce que s’arrapo à nouastre parladuro, es felibre naturau.
Nouastro bello Freirié fa bouano gràci en toutei, reçaup tout aquelei que sentoun boulega din soun pitre l’amour de la pichoto patrio.
Urous serai, moun brave Gau se va pouadi, de vous douna un cop de man ; ai pas gaire lou bras long, mai per ce qu’es de vous veni en ajudo, anan, me farai pas prega e vous va proumeti de bouan cor.
Que lei rai de Santo Estello rescaufoun vouastro vertadiero et jouvelino ardour, et zou, en avans courage
Jan lou Mut, de la Freirié Prouvençalo (3)”.
1) - Gal fait-il allusion à la vieille Escolo dóu Var, ou a-t-il déjà existé une Escolo dóu Dragoun ? Je n’en trouve pas trace (2) - Gal, de Seillons, étudiant. (2) - Jan lou Mut, F.Pélissier.
[3] Cf. Menut, “Un viage a la Santo Baumo”, 1906, manuscrit, exemple de la déclamation plaisante lue à la fin d’un repas.
[4] “A la Chatouno, Souveni de l’innouguracien de l’escolo laïco d’ou Luc, Juillet 1906. Ménut, Félibré, Counsihé d’arroundissamen”.
Aro que t’an basti l’oustau de l’estrucien, / Aro que lou gouver de nosto Republico / Ta traça lou camin de l’escolo laïco, / Quand l’ouro sounara part avant la réplico, / Chato, vai estudia, eme grando attentien. / Lèu, lèu, reviho-ti où trélus d’où soulèu. // Se vos metre de pan dins ta noblo paniero, / Sauto d’où lié matin coumo uno meinagiero / Ti vagues pas treina dins de salo carriero, / Penso de travaiha où grand temple nouvèou. // Aqui dintre aprendras lei pantai vertuous, / Tei mestresso pénoué , o chato verginèllo ! / T’aprendrant em’ardour, ses bono ta cervèllo, / L’art de vieure e s’eima d’un’amo fraternelo, / Et puis, t’aluncharan dei camin claounous // A l’aveni seras uno fremo d’ounour, / S’escoutes lei counseù d’où moudeste félibre, / Sé réténés enpaù la vertu dei bon libre, / Que lou pensour escrieu per faire un pople libre : / Dins la grando Nacien ilustro d’esplendour. // Gardieno de l’oustaou, faras de teis enfant / De citoyen ardi, s’un jour dévenes maire, / Li precharas l’amour, l’aprendras à ben faire, / Ouras dins l’atelié de rude travaihaire, / Capable à ti gagna per tei viei jour lou pan. // La que tu que pourras bouléga lou cervéu, / Emancipa l’enfant dins un aubo pu bello, / En lou bressan su tu, dei bras à la mamello, / Li cantaras un er de liberta nouvello / E l’enfant creissira, en eiman soun drapéu. // Es tu qu’alestiras, amé fidelita, / Lou bounur eici en bas d’ou Poplé de la Terro, / Es tu qu’adouciras dei pauré la misero, / Es tu qu’a laveni abouliras lei guero, / En samenan la pas, qu’atend l’umanita.
Tourvé, 1906. Menut, felibré, Counsihé d’arroundissamen”. (feuille volante, imprimée).
[5] L’Eveil Dracénois, 1905. Interventions en prose et en vers de lou Borni (rubrique de Lorgues), Fèli, P.Ferrand, Jean lou Mut, qui devient Jan lou Mut, Lolo, Pisani, P.P., Siga, Spariat, etc. Certains vers (J.A.Martin, Sophie, etc) sont empruntés à des revues provençales.
L’Eveil Dracénois, 1906. Présence régulière de Jan lou Mut, Spariat. Interventions de lou Bartavèu, Fèli, J.J.Barnabet, dei Crotto, etc.)
textes empruntés à des revues provençales (Chauvier, Lou Faroun, J.A.Martin, etc.)
L’Eveil Dracénois, 1907. Dans les premiers mois presque chaque semaine chroniques et vers de Jan lou Mut. J.J.Barnabèu dei Crotto (“Calendiè dei Cassaire” mensuel), Lovinet ou Louvinet (“boulangié-félibre à Tourretto de Fayenço”), A.G., Danieu A., Fretadou, lou coupaire Louiset, le chansonnier politique tropézien Jan lou Riflaire. Ils sont rejoints par le jeune Antoine Gal, de Seillans.
[6] L’Eveil Dracénois, 7-4-06, informe de “ce que dien lei Troubaire de Marsiho” et appelle à “founda lou parti coumunaliste e regiounaliste de Franço”.
[] J.B.Menut, “Ou Citoyen Allar (1) - e felicitacioun couralo.
Quand ta vouès serra ben coumprèsso / Quand dins la fiero, lei pantin / Oùran boura dins sa cabèsso / L’ar de dèstruire la noublèsso / Per faire un pople souverain / Quand toutei lei Républicain / Soustendrant proun la lèi laïco, / Bessai seran en Républico”.
(1) - Allard, socialiste, a été réélu député (Draguignan) du Bloc des Gauches, en 1906.
[8] Le provençal double plaisamment le français sur les scènes populaires. Un exemple entre cent : Le Petit Var, 3-4-07, au Cercle Fraternel du quartier (ouvrier) des Mouissèques, La Seyne, la troupe Noël Victor a joué Le Forçat de Toulon, drame, et “le vaudeville Tanto Rosino a été un succès de fou rire” .
[9] Je-dis-tout, publie en Une les dessins d’Andrieu avec légende en provençal. 20-1-06, une mauviette terrasse un colosse en lui soufflant dessus : “Le Jiu-Jitsu dévoilé : Iodo-Tanico, avié mangea l’aïé”.
[10] Le Cri du Var, 17-6-06.
“Saint-Tropez. Lou bridoun dé l’aï
Despui qu’en aquesto cita / Aven pui vis la fin pecaïré, / D’ou régimé gaga / Qu’ero la joie deï trounblounaïré (1), / Nous fan couïna dex cooû per jou, / A la brocho, à la sartan et mémo su la grillo, / Nous démandoun pas nouastré gous ; / Van faïré réflexien darnier la sacristio. / Soun quatré ou cinq fada / En qu serven dé ciblo ; / Noutari, counsul, d’aoutré fatras, / Un téneur dé bazard, grand vendaïré d’hostio, / Un ancien capélan, béu cassaïré d’ou soir, / Passoiro, marchand dé bric-à-brac ; / Mé qu’ouqueis aoutrès an lou divin espoir / Dé nous faïré créba, sé n’avien pas lou trac / Su touti seï journaous, torchouns plen de critiquo /Nous an agounisa deï mots leï plus vioulen ; / Dé ségu valoun men qu’uno chiquo, / Et li respouandré es à perdré un béu tem / Cépendant, dé la festo localo / Coumo an trouva mesquino l’organisacien / An dit qu’ero un pastis, uno festo ratado / D’ou moument qué l’avié jés de proucessien. / Aco es ben dit, maï fou pensa / Qué leï républicains an fa un tour dé forço / Et maugra la critiquo, pousqu réalisa / Qu’ouqueïs économios senso faïré d’entorso / Au portomounédo deï fioli-bourgeois. / Aven méme vis aquest-an, cauvo uniquo / Din leï annalos, lou ceouclé deï joies / Resta garni d’un bridoun de bourriquo. / Foou creïré senso douté qué lei saoumos et lei aïs / Oourran dispareïssus dé la circulacien / Despui qu’aven plus vis ou 17 de maï / La bénérouso proucessien !! / Aro, s’aquelleï gen qué creïdoun tant darnier / Voulien rempli lou rolé, en’an bouan bésoun, / Dé ségu lou plus maïgré arrivarié proumier / Et su mésuro li farian lou bridoun. / L’anarié coumo gant, va saben per avanço, / Maï coumo seï consorts pourrien estré jaloux / D’agué créa per leï rendré plus doux / Un ordré nouvéu par la festo proumiéro, / Sera l’ordré "de la Museliéro".
Lou Sycophanto”.
(1) - la célèbre bravade.
[11] Le Cri du Var, 16-12-06
“Tounin.
Meste Batisto, jadis anti-clémenciste enragé, assis sur un des bancs du jardin anglais, après avoir lu son journal, sort son mouchoir, prend sa tabatière, en tire une bonne prise et, satisfait, se livre au soliloque suivant :
 Lei soucialisto, un tas de maris que voualon se qu’es pas siéu, de mandroyous que, se fasièn lou candélabré, toumbarié de sei brayos crassouso que de mari sou, de pipo de terro mau culoutado, et de cauvo que, ve, ausi pas va dire ; e Allard, porto-drapèu de touto aquelo mandiho, de mounte sorte mai, aquel abriga : bèn segu qu’avant d’estre députa, duvié manja la soupo au fournéu économiqué ! -
En apercevant Tounin qui s’avance vers lui : Es aqui aquel estrayobrayo !
Puis l’interpellant :
 Mounte vas, qué, partéjaire ? Mai ti pouas broussa lou ventre ; toun députa pou brama ; es coumo se tiravo un pessu à uno vitro !
 Meste Basilo, sias un soucàu !
 Aro que li sies, digo mi que siéu un ai.
 Mi coutenti de va pensa.
 Tounin, farias mies de fairé marcha lou magau que de faire de poulitico.
 E vous, farias mies de vous métre la caussano !
 Que li voulès ei bourjoua ? fau de riche pèr faire de bèn ei paure.
 Voulèn plus ni riche, ni fénian.
 Aco es d’énguèn dé Meste Arnau ; jamai si veira ; de bramaire ne fau plus. Voulèn d’ome sérious, pas de soucialisto. Parlo mi de Clémenceau !
 Clémenceau ! si dis ben soucialisto ?
 Fada que tu sies ; ièu me diéu ben radicàu !
 Dins un tèms, lou coumbatias.
 Aro mi plai e lou défendi ; e tu, que lou vouliès, n’en voules plus. As tort ; leis estroupia de cervello coumo Allard perdran la Républico.
 Aco, ben ségu, vous farié plési ; dirès pas lou countrari ?
 Siés uno marrido lèngo, teiso-ti. Sabès bén que siéu pas de l’avans-gardo : Vivo Clémenceau !
 Iéu, n’en sièu ; Vivo la mandiho ! Fai-tira, Mauriço !
Lisiéu Liresti”.
Le Cri du Var, 23-12-06.
“Meste Batisto se paie le luxe d’un verre de rhum dans un bar de la ville ; il regarde farouchement Tounin qui s’y trouve également. Ce dernier dit à haute voix :
 Mèste Batisto mi vis, mi regardo e mi dis de bèure la gouto !
 A uno canaillo de soucialisto ! Diéu m’en préserve !
 Sias un pouar.
 Aqui lou prougrès : lei jouven d’aujourd’hui respétoun plus degun ; es tout de levénti espaùti ; saboun a pèno faire un zero ém’un canoun de cano que si cresoun avouca. Tout lou mounde vòu ana bèu e manja bouan. Encara* s’aco li proufitavo. Mai leis ome sembloun de cliqueto, lei fremo soun touti arnado ; s’an de drole li fòu uno nouriço, lei fihasso fan d’ordi proumié. Parlo mi de nouastei maire que avien un estouma gros coumo lei coualo dàu Màumount. Aussi nous fasien grandet robuste senso agué beisoun de si mètre d’estuché sus lou vèntre et dins soun la, li aviè pas d’aigo, e aquelli feranpaillo que parloun francès ! L’autre jou la barjoco de Toto l’estamaire, aquelo que s’amouro tant voulentié à la boutiho li disié la cauvo que lei mouissoun l’avien près per uno taverno :
T’es encore empégué ! Pas assez déjà que tu sais comme toutes les femmes y sont faites ; il faut que tu boives les liqueurs qu’il y a d’écriteaux dessus ; allons paye vite la liquefrolle que M.Batiste vient cercer.
 Et Toto, orguillous d’entendre sa fremo parla tant bèn lou francès, mi disié : Toineto, aurié fa uno mestresso d’escolo, se fôu pas estre un arléri, aco li rènde fouasso ! Lou vaqui lou prougrès. De moun tèms tout lou mounde si maridavo à l’oùnour de Diéu et deis gens. Aro entendei parla que d’enterramen civi, de batèmo civi, de mariage civi ; ièu diou que se que si vi, es que l’ia plus ni fe ni lèi. La coua vòu coumanda la testo : aco marcho pas e finira màu !
 Mèste Batisto, vouasto mouostro retardo !
 Coumo vouas que retarde ; n’ai jamai agu ?
 Vouali parla de vouesto cervello. Fès la estama, perqué n’a mai de besoun que la licofrollo que Toto vous a repedassa.
 Tounin, mi faguès pas prèndre bilo. N’ai proun de l’estoumagado de l’aùtre jour. Sias uno clico aperàqui que mi fasès péta : mai se mouarri t’asségure que lei campano sounaran ! Vouali pas que m’entaroun coumo un chin.
 Sounaran pas ! perqué Clémenceau a proumés qu’avant un més seran touti foundudo.
 Es pas verai ; moussu lou mèro m’où-s-a pas dit (1).
 E lei candelié deis égliso, es mai pas verai que lei foundran ?
 Qué vouas que n’en fassoun ?
 Uno grosso serengo per vous douna de lavamèn perque sias malàu.
Lisiéu Liresti”.
(1) “où”, forme classique, vivante dans la région dracénoise, devenue “va” plus au sud.
[12] Le Cri du Var, 6-1-07, “Pierrefeu. Deux de nos meilleurs amis, A.Odon, chef de musique, et B.Espanet, employé à l’asile, viennent de faire paraître une chansonnette provençale qui a pour titre : Lou Viouloun”. Pour le journal, il s’agit d’une chanson “qu’on ne trouve qu’au pays des cigales”.
[13] Le Diable Rouge, 28-7-06. “La Seyne, La réunion des philopalmes”. Des commerçants, dont l’horloger (socialiste) parlent provençal en buvant l’apéritif. Le journaliste se plaint de ne pas avoir été décoré.
“- Si, as résoun, dit le liquoriste, t’assuri qué sabés ben ti garça dé populo, din toun journaou, à tu lou ... ruban.
Un ancien artilleur en retraite qui passait par là, la marche guindée et la face rubiconde, ayant entendu la fin de ce dialogue réclame aussi sa part de l’assiette aux rubans.
Moi, dit-il, j’ai le droit de le porter rouge ! je le veux rouge, ça se voit mieux de loin. Anen boiro un pataclé dessu lou zinc et fen lei mouar.
Un grand escogriffe d’horloger que nous n’avions pas encore remarqué s’en mêle à son tour et réclame aussi une petite faveur pour lui.
 Alor et lei travailladou, dit-il ? l’a ren per éli ? Pensas qu’à vous, tas dé bourgeois ! Et vous crésès pas qué despui qué travailli ai pas dré à coouquaren ? Anen viguen sias pas résounablé.
 Maï qu’as fa tu per agué uno décoratien ? As jamaï ren fa.
 Coumo ! ai jamaï ren fa ? bé, as dé toupet coulègo ! et tu qu’as fa per agantar aquéou moucéou vert coum’un perroquet ?
 A fa lou cultivatour, dit une voix.
 Et iou aï fa l’horlogé !
 L’a gé dé rapport.
 Coumo l’a gé dé rapport ? Et pui ès pas véraï as jamaï cultiva ; ès qu’un marri marchand dé siro qu’ès tout jus bouan à faïré lou fumisto ! et aquest’artilleur qu’a tant l’air dé si paga ma testo ; a jamaï fa qué faïré dé bru émé soun sabré déssu lou trottoir, senso parla doou resto. Sé ès per aco qué voou la croix a pa résoun d’estré tant fier. Sias dé drolé dé socialisto ! Ana siou pa la mita d’un imbécilé ! Et avès ren fa de maï qué iou.
 Ti fachès pa.
 Sabi tout cé qu’avès fa per aqueli ruban.
 Et ben viguen, sabés alors cé qu’a fa lou marchand de siro, m’écriai-je.
L’horloger au paroxysme de la fureur ne prit pas garde d’où venait la demande et s’écria :
 Ah sugu ! lou sabi ! sé a cultiva ès jamaï que la carotto, coumo seï coulégo ! ”.
[14] Mori D. La Cheminée, Théâtre des Pupazzi Provençaux, Toulon, Imp.Artistique, 1906. Henseling écrit en préface : “Batistin (le héros de ce théâtre) a toutes les qualités et les défauts de Guignol mais il est né au Cuou de Buou”, à Besagne. Batistin, le barbier de Besagne parle le français populaire, d’autres personnages le provençal. Ces pièces ont été jouées à La Cheminée en 1904.
[15] Rapport du Sous-Préfet de Brignoles, 26-6-07, A.D Var, 4.M.41.4
[16] Coop. viticole Camps, registre des délibérations, 1-3-07.
[17] Edmond Ortigues, Camps-la-Source, Pays des Chapeliers, Serre, Nice, 1993.
[18] Coop. viticole Camps, registre des délibérations, 30-4-07.
[19] Lettre de l’Escolo de la Targo à Noël Blache. Archives privées. Merci à Jean Marie Guillon qui m’a communiqué ce document.
“Moussu lou Consou de Besso, nouastre ajudaire
L’Escolo Felibrenco de La Targo que seguis d’un couar esmóugu la boulegado d’independènci dóu Miejou de Franço ei lèi enganarello dóu Despoutisme Parisen, a destria la marco de freiresso dóu Municìpi de Besso. Estènt que vous, Mèste Blache, n’en sias lou capou e l’empuradou, voulèn eici vous manda nouastre recounfor arderous emai l’afourtimen que coumunian ensèn quouro s’agis d’apara lei dre dóu Païs d’O.
Coumo va dias senso cerca d’escampi, dins vouastro letro, tout en gardant prefound l’amour de Franço e de la Republico, cresèn que l’ouro pico de faire ausi au Gouvèr de Paris lou cri dóu sang e de la terro, que pouadon bèn badaiouna mai que jamai estoufaran. Voulèn viéure sus nouastro terro, de nouastro vigno ! Avèn proun endura, aro n’i a proun, lou pese crèbo !
Lou Pople sauvara lou Pople !”
Ont signé la lettre à Blache : “Esclangon, Fontan, A.Boyer, pharmacien, E.Blanc, mercié, M.Pelabon, Lacroix, tambourinaire”, 4 non identifiables. On reconnaît l’écriture d’Esclangon.
[20] Cf. compte rendu in Escolo Felibrenco de la Targo, cartabèu pèr 1909 : Au discours du maire de Carqueiranne “lou cabiscòu Esclangon respouande, dis au pople esquicha dins la salo basso lou presfa dóu Felibrige qu’es de releva dins tóutei lei classo lou goust e lou respèt de nouasto lengo, de sauva la persounalita de la Raço, soun engèni, soun idependènci”. L’emblème de la nouvelle commune dit en effet l’attachement à la langue et à la vie paysanne : une charrue et la devise : “Pèr la voio e pèr l’araire”.
[21] Compte rendu in Escolo Felibrenco de la Targo, cartabèu pèr 1909 :“De journado ansinto lei faudrié paga !”
[22] “Odo où Païsan. Souveni de la Manifestacien viticolo de Brignolo, Par J.B.Menut, Ancien Réjissour Officie doù Merite Agricolo Counseillie d’Arroundissimen, Tourves, Lambert 1907”.
“Noble païsan ardi, la muso ti saludo ; / Per ti defendre encuei dùoù pas faïre la mudo, / Ello qu’a fa trambla dins l’univer entie / Lei tyran qu’autrifes ti tenien su la paiho/ Alor que gémissiès entre quatre muraiho. / Ralio-ti païsan ei fraïre d’Argellie ! // Arbouro lou drapèu, sorte d’aqueù malastre, / Sameno tei doulour où mitan d’où désastre, / De toun plagnum* bessaï sortira la flambour ; / T’allasses pas païsan, travaiho eme courage, / Vendra de tems mioù mount’auras l’avantage / De tira mies parti doù fruit de ta suzour. // Desplugo toun ardour dins un aubo pu claro,/ Vaï toujour de l’avan, l’aveni ti preparo / Lou draïoù luminous de la revolucien. / Mostro où gouver, se dor, qu’as fa de sacrifici / Digo-li que ti foù un soufle de justici, / Tu que fas boulega lou soù de la nacien. // Tu qu’où trélus d’où jour t’envas dins lou campestré / Per adure en cadun uno part de benestre / Tu que per sùbriquet ti dien : coupo loumbrin ; / Tu que sies coundana per nourri de flanaïre / Lèu ! lèu ! rebifo-ti se ti ven d’esploitaïre, / E gardo din l’oustaù lou paù de toun butin. // Gardo lou ben sarra e quan sounara l’ouro / N’en dounaras en paù a la foulo, se plouro. / Foù pas qué l’innoucent pousque créba d’où fan. / Maï se deis intriguant ti vies la maù parado, / Que vouguoun s’engreissa de ta frucho suzado ! / Fai li veire de luen la paniero d’où pan. // Tu que sies lou cépoun de la noblo patrio ! / Tu que poues reuni uno grando famiho ! / Insurgo-ti se foù eme tout toun envan. / Se ti fan pas lou dré, armo-ti d’uno trico, / Escapo d’où sihoun é faï ta Républico ; / La Républico deï païsan”.
[23] La Marseillaise des Viticulteurs, Chant dédié à la Population Néoulaise, Arnaud Philémon, Félibre, Viticulteur aux Arcs (Var), Brignoles, imprimerie Vial.
“Vignerons des monts et des plaines / Levons-nous contre les fraudeurs : / Clamons nos douleurs et nos peines / A la fraude à ses protecteurs, (bis) / Soyons sans haine et toujours dignes / Demandons des Lois d’équité, / Qu’on nous donne la liberté / De vivre en travaillant nos vignes. // Refrain : Debout, Viticulteurs,/ Combattons les fraudeurs,/ Marchons, crions,/ Nous avons faim ! / Et nous voulons du pain ! //.../ Ouvriers des champs et des villes / Unissons-nous dans nos malheurs /.../ Car nul ne doit mourir de faim / Sous le beau ciel de notre France”.
[24] L’Eveil Dracénois, 1-6-07.
“Bref si dans notre département la misère n’a pas l’acuité qu’elle a atteinte chez nos voisins, le Var a donné une belle preuve de solidarité en adhérant en masse aux décisions de Béziers, de Perpignan et de Carcassonne, et il a été décidé que, par ses délégués, il se fédérerait avec les viticulteurs du Midi et s’associerait, sans réserve, à leur action.
Au retour, les conversations échangées dans le train montraient en quelle piètre estime étaient tenus la politique et les politiciens. On peut les résumer ainsi :
"Maï que manjoun de capelan, li fa pas ren que naùtre creben de fan". "Foudrié lei faire passar* à la couverto, tout’aquelei bougre que si pagoun 15,000 francs de rento eme la susour dou pople". "Pas de revenus, pas d’impôts".
Jacques Bonhomme”.
[25] L’Eveil Dracénois, 1-6-07.
“Chronique locale - En revenen de Sant-Barthoumiou.
Per vous counta dins lou detail lei plèsi de la festo, aco saié trou long ; e puei ques aquéu de Draguignan que l’es pa’na ? N’ai tant e tant vist faire la dineto sus l’erbo verdo dapès la sourço vo sus leis bord d’ou valoun ! L’a, belèu, ges de famiho que paire, maire vo enfant, li siegoun pa’na quauqun.
Crèsi pas que degun ague regrèta sei vint sou. Lei jouven s’en soun douna per mai qu’aco à faire de danso e de contre-danso eme de galanto chato, e quouro toutei an entouna en cor l’hymno de San-Barthoumiou accoumpagna per la musico, ero un charme de leis aùsi. N’iague que vougueroun li mescla “l’Internationale” mai li fèroun : chuto ! e si va fagueroun pas dire douei cou.
Parei que dins la grotto d’ou loup, n’ia qu’an pas vis lou loup - aprivada - es qu’avié segui lou proumié qu’ero vengu.
Es pas lou moumen de fa de coumplimen au coulègo Michèu, de l’Eclaireur ; aco sarié de soupo rescaufado e li pourrié resta sus l’estouma. Mai aro que n’a fa veni l’aigo à la bouco eme seis escursiens, se countinuavo n’en dirain pas de mau.
Manco pas de poulid endret per aquelei partido. E s’anavian à Pennafort,
Luench deis inquiet, luench deis jalous,
 Que n’en dias leis amourous ? - Escouta canta la cigalo, / La cigalo qu’es prouvençalo ?
Antoni Gau”.
A noter que cet article en provençal est place sous un article consacré à la défense de la viticulture, qui lui est en français.
Dans le même n°, une plaisanterie versifiée et quelque peu xénophobe de Lovinet sur les langues, “Sabi ben l’espagnou, l’italien, lou latin, / Lou piafou e même, crèse-va, lou bachin (1)”.
(1) appellation méprisante des Italiens de Ligurie, et par extension des Italiens.
[26] Le Cri du Var, 2-6-07. “Gonfaron - Théâtre municipal. Aqueù matau (1), partira ou partira pas ? Telle était la question que tout le monde se posait le jeudi 16 mai, à l’occasion de la réunion de notre conseil municipal. On savait qu’au cours de sa réunion, il devait discuter la question de la réglementation des cloches, et l’on ignorait dans quel sens il la résoudrait. Nous croyons être agréables à nos lecteurs en rapportant tout ce qui s’est dit au cours de cette mémorable séance.
1er acte - M.le n°1. Quelle est votre opinion ? Ièu trovi que lei campano m’empachoun pas.
M.le n°2. O ! Ieù, m’es egau, n’ai ren à foutre.
M.le n°3, La lumiero. Mai alors poudès pas lei leissa tranquille ! Qué vous an fa ?
M.le n°4, Avec Persil. L’i a d’autrei réformo à faire sens s’oùcupa dei campano.
M.le n°5, Senso Tripo. Ieù se mi voulias crèire, se n’en tendrian a l’arresta prefetorau.
M.le n°6, Pecaireto - Viadello ! mai quau prendrés d’arresta, aquèù de Besso (2) ? aqueù de Bargemoun ? aqueù d’où Luc ? Fès miès qu’acquo, se me voulès creire, per pas que coupiègoun sus nautre va leissarièn coumpletamen ensin.
Et tous en chœur : - Es fini, ren de fa.
La comédie se poursuit le lundi matin par le dialogue suivant entre un de nos édiles et un de nos amis :
 Rien de fait ?
 Coumo ren de fa ?
 E fai vo tu couioun ! aguanto rosairé. Avès vis aqueli* doui gros bougras ! N’avès pas proun de vouastro fueio per escrieùre senso m’aganta sus la plaço ?”
(1) - matau, le battant de la cloche, symbole de la querelle. (2) La municipalité socialiste de Besse a été des premières a règlementer les sonneries.
[27] Counferènci dóu Capoulié Devolouy à Touloun sus la dóutrino mistralenco, breviàri d’istòri veraio e de sciènci soucialo que mostro claramen en tout felibre la toco e la draio, Avignon, Seguin, 1907.
[28] Lei Toulounenco, Recuei de galejado, mounoulogue, sonnet, pèço de vers e cansoun que n’a quàuqueis-uno emé la musico. Pèr P.-A. Ginouvès, Felibre de l’Escolo de la Targo de Touloun, Touloun, Librarié F.Laigre, 5, Carriero dei Trés Dóufin. 1907.
[29] L’Eveil Dracénois, 28-9-07.
“Seillans.
La Fièro de San-Mathieu a fa veni dintre lei muraio de nosto pichoto cièuta un bouen noumbre de marchandoun que n’an adu de caùvo de toutei lei manièro. Despiei la plaço fin qu’à la routo tout ero plen.
Lou blad s’es ben vendu (a ço que dien) e mai tamben lei truffos.
Musico. La musico italiano de Grasso n’es vengudo regala dimenge que vent de s’escouro* d’un councert mai que mai agradièu que tout lou mounde a oùsi eme gàu. Sian dins l’ur où possible de presenta en toutei lei musicaire de Grasso l’oumàgi fortomen arderous de nostei plen gramaci e vièu ramarciment.
Festo de San Loùgié - Dimecre que vènt, 2 oùtobre, sara à Seillans lou roumeirage tant espèra de toutei, lou manifico festoun de Sant Laùgiè ! N’en veici lou Prougrammo :
Dimar où sero de vers lou 9 ouro, retraito ei flambèu (faut toujou de lume !) fuè de joio emai d’artifice, eme lou gracious councours de la Lyro Sèianenco que fa camin eme tant de voio e d’ardour lou valènt musicien e chef de musico Antoni Gal.
Dimecre dematin oùbado où Conse de la vilo e la coumuno, tour de vilo per lei tambourin e lei fleitet (Tutu ...panpan...tutu ...panpan...). Lou sero a doues ouro e mièjo, perèu à 3 ouro, councert de la musico. Lou dematin l’aura la messo a 10 ouro cantado per nostré excellent prèire M.lou cura Peyre, e mai la proucessioun mounte l’i aura la bravado (Poum ! Poum ! Poum ! lei coup de fusièu).
Lou lendeman juè de bocho e tout autrei caùvo. Resto plus qu’a souheta un bèu tèms em’ouco sara où coumplet.
Longomai ! en joio venguen toutei où roumeiragi de Sant Lougiè”.
L’Eveil Dracénois, 28-9-07.
“Lorgues.
Aven reçaupu la billetto. Dins quauquei jour se recamparen devers aquello bastisso que li dien la caserno ; mounte sian invita a passa dous an ei frès doù gouvernamen. N’an sampaia pas ben luench, ei quatre caire : aù 7e alpin en Antibou, aù 55e de ligno à Z’Aï, aù 159e à Briançoun, aù 7e cuirassiers à Lyon, aù 141e à Marsiho. Sieù segu que cadun de naùte fara un buon sorda ; dim* uno classo coumo la nosté es força. Es sempre marri de quitta sa mairé e de veiré lou clouchié s’en ana de mai en mai, pei* si perdre darrié lei coualo verto e lei plan d’oùlivié. Fa peno de leissa la pichouno (aqueli que n’an uno) qu’esperro que l’anes querre à l’oustaù. Sias pas luench de tems en tems li vendres fairé uno babeto reçaupres de poulido carto pleno de flour e remplido de mots dous. Pei* leis dous an passa vendres va tout reveiré e fares de buon paire urous ; va vous souheti. Mai au regimen fares voste deve coum’un Lorguian lou soù fairé. La classo 1906 aven fa veiré qu’érian pas de boùdufo, aven troù ben coumença per maù fini. Dins dous an se trouvaren touti trefouli per festa lou retour, n’auren que de buon conte à barjaca e d’ouro risento à si souveni. Per lou moumen, sigues counten, sigues urous, à la caserno, bravei coumpan, moun cor de counscri va vou souhéto ! E vivo la classo 1906.
Darrié counseou - Preveni leis ami que van leissa la pichouno eme peno que pouadoun lei counfida en d’aquelli que restoun aù port d’armo à l’oustaù. Soun aquito per aco e puei es pas per ren que soun d’ome de païo, d’ome laùgié. Parai ?”.
L’Eveil Dracénois, 28-12-07.
“Draguignan, Chronique locale. Pastouralo.
Gaio e countento, la foulo s’espandisse dins la pichoto sallo dou théâtré de “l’Œuvre”, e espéro, languissento, que picoun lei tres cop.
Un, dous, tres ... lei pastre, Roustido, Jourdan, Margarido, Tounin, soun toutei aquit*. Pièi vèn Barthoumièu, lou paùre mesquin, que nous fa petas* doù rire, soun meste, e lou mouniè. Subran un bru de sabot, douas ouriho que pounchejoun, es lou pichot ase doù coupaire Barbier !
Per dire tout ço que l’a de bèu dins aquelo Pastouralo fourié’n libre perque tout es mena de man de Mestre e adouba eme bouan gaùbi. Toutei picoun dei man : osco per l’adoubaire, lou brave e gènt coumpan Pelissier ! emai per leis artisto Pelissier fièu (Roustido), Icard (Jourdan), Kiasa (Margarido), Serraillier (Bartoumièu), Gibert, Missimilly, Gottero (lou mouniè - un bouan cantaire) ! etc. etc. N’en gardaren lou souveni.
Sara’ncaro douna douas représentaciouns d’aquelo pastouralo, la proumiero dimanche que vèn, e l’autro lou 10 de janvié emé lei rei-mage (Morard, Lapouge, Reinié Giraud) e touto sa sequello de page”.
[30] Le Petit Brignolais, n°4, 7-11-07
“A prepau de la criso viticolo.
L’Idropique.
Couneissés ben lou gros Davin / Qu’es tant amatour d’ou buon vin ? / Car, l’aimo ben dins sa naturo, / Et dis toujour que l’aigo puro / Es buano* que pèr lei mounié, / Mai que jamai dins soun gousié / N’i a fa passa la mendro gouto ; / Tambèn ven round coumo uno bouto, / Li pousso un ventre espetaclous, / Es tout boufi, deven afrous. / Se lou vesias de qu’es enfle, / N’i a a per fremi, n’es tout boudenfle ; / Boufo, pou plus si boulega, / A ges de voio, es fatiga. / Se vis qu’esprovo un gros malaise, / Se sentent pas troup à soun aise / Et troubla de se vèire ansin, / Va counsurta lou medecin. / L’ome de l’art, ren qu’à sa mino, / Coumpren soun mau, puei l’eisamino, / Lou chaspo et trobo soun bedoun / Fouasso tendu, fouasso redoun ; / Li fa : Mon bèu, sias idroupique ! / Alor Davin vou que li esplique / Ce qu’es aco, coumo si fa / Que soun bedoun s’es tant gounfla. / Sabès ce qu’avès dins lou ventre ? / Fa lou doutour, e meme au centre, / Es uno aigo ! Eù, tout espata, / Li dis : D’aigo, n’ai pas tasta / Uno gouto dins ma vido, / En l’aguen pas soulamen sentido, / Coumo a pousque rintra’qui dins ? / Alor sonjo au marchand de vin / E dis : Es eù, lou miserable ! / Que mi juego aqueù tour pendable, / De mi bateja lou bouan moust / Mé d’aigo pourrido doù pous, / Per mi fa manja dei microbe. / Se l’agante, ounte que s’atrobe, / Lou vouele trata de voulur, / Mi desgounfla, faire un malur. / De nous frauda la santo vinacho / Merito un bacèu su la facho.
Amable Richier”.
Le texte est bien antérieur à 1907. Il est paru dans La Sartan, 12-5-00, A.Richier, “L’estroupico”.
[31] Le Petit Brignolais, 21-12-07.
A.Richier, “Questien d’argen.
A passa lou tèms que leis afaire se fasien a la bouano franqueto, que l’argen si prestavo de la man à la man, sénso titre, ni papié, ounté cadun si picavo d’ourguei per rendré servici à soun semblablé. Quand vous sentias dins la geno, et qu’avias besoun d’argen, avias que de vous adressa au vesin, vo ben a-n-un coulègo, e aquestou se fasié un plesi, e meme un devé de vous satisfaire.
Es ansin que nouesteis encian coumprenien la Fraternita e la praticavon. Malur ! en aquèu qu’aurié fauti, manqua de paraulo ! ero guigna dou det et mau vist de tout lou mounde. Aquel amour-propre, aquèu respect qu’avien nouestei paire, an passa per uei e fa plaço a-n-un espèci de socialisme bastard qu’a pèr principi e pèr deviso : “Vengue à ièu” ! Noustei deputa nous n’an douna la provo en si voutant quienge milo franc. Voui ! aro que lou socialisme es tant en vogo e que lou mot de Fraternita es escri sus toutei lei mounumen, la soucieta deven piege qu’un boues de Cujo, ounté la matraco, lou coutèu e lou pistoulet, juegon lou pu grand role, d’un biais que tout aro se poudra plus sourti. Savès lou malur de rendre servici en quaucun, de li presta d’argen, sias segu en anant lou champeira, de n’arriba en de marridei resoun, e souventei fes de si batre.
[Richier place ici sa bonne histoire : Pico Mouto de Mountfouart demande à Serro Piastro de lui prêter de l’argent. Celui-ci tombe la veste et lui propose, tant qu’à faire, de se battre avant, puisqu’il faut toujours se battre avec les emprunteurs qui ne rendent pas l’argent].
A causo de la criso viticolo que fau endura, ni a fouasso que si trobon gena, fauto de nous pousqué vendre lou vin e faire quauquei soou.
Vaqui mounté n’en fau veni dins aquestou siecle barbare, de ce que lou vici, l’egouisme e la marrido fe regnoun en mestre. Oussi, lei gent au luego de tant se dire socialisto, farien fouasso mies d’estre un pau mai souciable”.
[32] Je remercie Mr et Mme Serpillon (descendante de Reymonenq) de m’avoir permis de consulter ces pages autobiographiques conservées par la famille, “Souvenirs de V.Reymonenq”. C. Galfré, Le Tigre en Provence, Georges Clémenceau, l’élu du Var. Edisud, Aix, 1991, donne de ce texte une version quelque peu déformée.
[33] Le Cri du Var, 26-4-08, fête à Draguignan à laquelle ont participé lei Jardiniero et les “sociétés prolétariennes” de gymnastique. 7-6-08, annonce sympathique d’une excursion populaire à Sillans, par train spécial, avec entre autre réjouissances réunion des félibres, lecture de vers provençaux, galéjades, danses des Jardiniero.
[34] Le Cri du Var, 20-9-08 : un article sur J.Aicard, jugé très bon. A la différence de Daudet, il aime les Provençaux. “Les Mokos que nous sommes souffrent parfois du ton légèrement ironique dont parle de nous Alphonse Daudet”.
Un peu plus tard, on félicite Aicard qui a offert ses ouvrages à la bibliothèque de la Bourse du travail de Draguignan.
[35] L’Eveil Dracénois, 4-1-08.
“La lengo dou brès.
La lengo dou brès, la lengo naturalo, la lengo que parlan en famillo rènd talamen bèn nostis idèio e nosti pensado, que, mai d’uno fès, ai pouscu releva, en charran eme de gènt dou pople, eme de païsan, de cauvo que valien un libre de mèstre. [...] E dire que i’a de gènt que s’oupiloun à vougué parla franchimand au risco de se faire foutre d’éli e de noun pousqué si faire coumprendre !
Parlas dounc prouvençau ! Parlas dounc vosto lengo ! Servès-vous de l’estrumen que Diéu vous a douna pèr escupi vosti pensado.
Pascaloun”.
[36] Grabié Trotobas, Pascau de Draguignan, Touloun, Rebufa e Rouard, 1932. “En memòri de Mèste Francés Pelissier que m’assabentè sur la vido de Pascau”.
[37] Le Petit Brignolais, 15-2-08, “Païs charman” : Vous diran que leï Tourven / Nen ès tou de bravi gen ... Un Tourven”.
Le Petit Brignolais, 11-4-08. Rancurely, “A l’ami Ménut”. Revient sur une critique que Menut semble avoir mal prise :
“Poèto, co es pas qu’u voou, la caouvo es ben seguro, / Per faïre de beou vers, duou véni d’oou pédas. / Mi semblo què ti viou, quand, las de ta journado / (Car de faire de vers rempli pas lou fanaou) / T’escoundré eilamount d’aou, din la chambro clavado, / Luen doou charivarin que si fa din l’oustaou, / E su lou blanc papier, léou s’alignoun lei rimo [...]”. Il encourage donc Menut à persévérer.
Courchet Gustavo, “A moun ami Amable Richier, Gonfaroun lou proumié d’Abriéu 1908” : ils se sont connus 17 ans auparavant.
également texte de M.C.d’A.
[38], Le Petit Brignolais, 25-1-08. A l’ouverture du carnaval de Rians “le jeu provençal lei Fiérouès sera exécuté par les membres du cercle Saint Laurent”.
Le Petit Brignolais, 15-2-08, “Un charivarin sus lei Tèule”, non signé.
“Parla mi de Rians qu’es lou païs qu’a lou miès counserva lei vieis us de la Prouvènso. Voudrièu que vous li trouvassias pèr lei darniè de Carnava quand dansoun la farandoulo. Aquèou jou, oublidant toutei lei mesquinarié de la politico, s’arrapon toutei per la man e parton en brandou, tout en marcant lou pas, baten lei entrechas, au soun de la musico. Puei, d’aqui passon dins lei soucieta, ounte li a toujou lou barièu plen de vin sus la taoule, e zoù ! vagué de beùre e si refresca lou bec au noum de la Fraternita [...]”.
Le Petit Brignolais, 25-4-08, Lei Jardinièro donnent “lei fieroua” à Montfort.
[39] Le Petit Brignolais, 25-4-08, Richier, “Lou Candidat. - Es ieu que sièu candidat / Per leis éleicien nouvello, / Mi viri de tout cousta, / Fau ben lou poulinchinello, / Sièu républicain cléricaou, / Au bésoun fau lou radicaou, / Sièu socialisto, / Mume, gros fumisto. / En fet d’ooupinien changi à tout prépau. / Sièu counservatour, / Ièu, viri toujour, / Aï l’habit tégnu de touto coulour”.
Richier a donné en 1903 dans L’Armana Marsihès cette pièce reprise de son Franc Républicain 1880-81.
[40] En fait le correspondant de La Verdière utilise surtout le français.
Le Cri du Var, 5-7-08, La Verdière : un conseiller pose la question, le maire chuchote : “Qu’a di ?”.
“Quelques collègues lui répondirent : Dis d’enaussa la man”.
[41] Le Cri du Var, 21-3-08.
“Aups, dialogue entre dous viei républicain sus lou cours.
Jan - As vis Badingué, Dimenche ?
Janet - L’ai ben vist aquèu rénégat de toutei lei parti, aquèu avalaire d’oustio. Viravo sus eû même à la Plaçe Novo.
Jan - Bessai, s’èro perdu coumo avié sourti de la gran-carriero per s’ourientar. Et èro soulet ?
Janet - Soulet coume d’habitude, galejaire. Per si respecta, fooù pas l’acoumpagna [...]”.
Cet article intervient dans une longue série plus française que provençale, et souvent grossière, dirigée contre Layet, avocat et maire d’Aups, que le journal appelle “Triple-Face”. La plupart des articles sont signés Maurel, ou “François Maureù lou gratto-papié” qui dit avoir demandé un emploi de cantonnier. Layet est réélu en 1908.
28-3-08. “Le Luc, Petit Papa, Petit Jésus, Air du Pendu.
Meis ami, aco es pas per rire, / Cè que voù vous racounta ; / Es vengu dins nouastré village / Un ome de négré habilla, / Per nous précha lou carémo / Et dire ren qué la vérita. / Sabès pas ce qué nous ven diré, / Aquel ome de vertu, / Que, senso un masclé, Mario / Nous a fa l’enfant Jésus.// Sé vésias lou souar nouastro égliso / Sabès plus vounté vous plaça, / Ren que de fremo e de fillo / Emé quaouques ome fada ; / Signaloux si ten à la pouarto, / Au mitan de dous abétoun, / Per fa plaçar tout lou mounde ;/ Puis coumençoun leï cansouns / Su la santo viergi Mario / Qu’a fa un poulit pichoun [...]”.
[42] Le Cri du Var, 19-4-08, “Sonnet prouvençau, L’Estama.
L’èr d’un gavouat, / Marido mino / Portant sus l’espalo’n farra / Que li fa gibo sus l’esquino / L’Estamaire fa que crida. // Cubris d’uno vièio faquino, / Que lei dènt deis ans an rouiga, / Figuro doulènto e mesquino, / Es bèn proche de debana. // Rodo pertout, dins lei carrièro, / Guincho de l’uèi ei bugadiero / E de luench l’òusissès rena, // Eme sa vouas que vous pertoco, / Que semblo sourtido dei roco, / "Lei cassèirolo à estama !"
Lou Paurè Brancassi (1), 22 de decembre 1907”.
(1) - Brancassi est un des pseudonymes d’Esclangon.
[43] L’Electeur, organe du Bloc républicain radical et socialiste, anti-municipal, dénonce sans cesse “la Gruppi municipale”.
12-3-08. “La pouarto d’or.
 Vé, Touano, siès aqui , qué novi ?
 Oou Lissandro, es tu, alors, maï qué mi diès ? dé diou frèro, qué fas, qué siès tant ben habilla ?
 As de bellis frusquos, è touto novos ! uno casquetto émé dé galouns ! esqué oouriès passa cheffè dé musico ? Cu troun dé l’air t’habillo dé la sorto, qué lou vagui en paou trouva ? Car ti respoundi qué lou travail coumenço dé dévéni péniblé : toutaro la plus mouyen dé pesca un mari gobi. Alors coumo quo, as quitta Sant-Mandriès et siès toulounen ? Viguen, diguo mi en paou sé qué fas, et despuis couro siès eïssito.
 La ben léou quatre ans qué siou à Touloun, maï ! eï uno bello taffo qué din très mes mi metoun la paille ou ...
 Et per qué ?
 Per qué, lou cousin Marius, ti rappello de Marius Escarto ? qué restavo proché la place doou Quatré-Septembré, l’oourié ren d’estounen qué lou débanessoun !
 Lou débanéssoun ... compréni* pas qué poou ben estre din les* légumés aqueou charaïré ?
 Eh ! siès ben rensigna, sabès pas qué Marius, il est le maire de Toulon ?
 Eou ? mèro dé Touloun ? galigès ? Ah ! soun dégourdi leï Toulounen !!! Marius, un sountaïre* parié, Lissandro, tu dois me prendre pour une totaine !
 Non, non, la provo qué ma nouma gardien dé la pouarto.
 Qué pouarto ?
 La pouarto d’un establissiment qué la, à la Rodo.
 Alors, siès counciergé ?
 Non, gardien de la pouarto ; siès ben borna coumprénès plus ren doou*. La lou counciergé quès per l’establissiment, maï iou, siou per la pouarto. Ti voou espliqua aquo, sioudamen, voudriou pas qué si sachèssé. Endaquéou establissiment, la uno pouarto quès presquo en or ! La villo la pagado doux millo doux cent trento francs.
 Oh ! Troun dé diou, aro coumpréni, qué mé uno pouarto ensin li fougué un gardien. Et ben ! moun viei d’après sé qué coumpréni, sé uno pouarto d’oustaou es facturado 2230 francs, qué douou estré lou resto ? Soun borni alors leï Toulounens.
 Adièou Lissandro.
 Adièou Toino”.
 19-3-08.
“Qué n’en diès d’aquello ?
Deux bons vieux amis dinant l’autre jour dans un restaurant du cours Belzunce, à Marseille, causaient tranquillement, lorsque l’un d’eux se retourna et dit à son copain :
 Digo, Choi, es pa Marius aquèou barbu qué la aquito prochi naoutri.
 Qué Marius ?
 Marius Escartegiguo qué restavo oou bou doou boulévard dé la Cordarié, prochi leï Catalans.
 Ah ô, as résoun, carrèou, maï sabès quès frusqua, pareï que la saouto plus ... arro*. Qu soou sès toujour anarchisto (1). Erro* enraja per la poulitiquo.
 Escouto, escouto ben Choi, daprès sé qu’entendi duou agué vira, car a lou résounamen d’un homé toutafé moudéra, bellèou d’un conservatour.
 Maï qu’es aquéou qué es émé èoou ?
 Aspèro, vanan démanda oou garçoun.
 Garçon... vous pourriez pas nous dirè, que sont ces mossieux.
 Lesquels, ceux-là, dit le garçon, eh bien c’est M.Escartefigue, maire de Toulon, avec M.l’adjoint de M.Chanot (2).
 Merci, garçon.
 Eh ben, qué n’en diès d’aquèlo ? d’anarchisto qué èro lou vaqui dévengu natiounalisté ! Escouto cé qué dien, soun parfétament d’accord su la poulitiquo : Ouriou jamaï crésu qué n’en toumbessé tant bas, eou qué cridavo tant !
Mi renségnaraï en paou à moun cousin Lissandro, éou mi renségnara, ségur sunqoou si vian, maï ti rendraï contè dé sé qué mi dira lou cousin. Eh ben n’en pouadi pas révéni tè qu’aquéou marapia siègué tant ben frusqua, dé ségu duou estrangla leï Toulounens, per di faïre la vido douço. Paureï Toulounens, leï plagni en dé parièros mans.
Escouto, escouto, es entren dé diré à l’homme dé Moussu Chanot qué sès pas élu din dous mès, l’ess* égaou, car arro a leï rougnoun gras.
Qué mouastré dé naturo, agué lou culo dé diré dé caouvo enssin !
Voou maï qué s’en anen, vé, oou tramen li diriou qu’es un ... manjaïre, ou li demandariou oou détrimen dé qu s’es engreissa coumo un proupriétaïré. Paureï Toulounens”.
(1) - Escartefigue avait effectivement été anarchiste dans sa jeunesse. (2) - Chanot, maire de Marseille.
[44] Le Petit Var, 28-1-08.
“A nouastre tour
Quatre paysans du cercle du 24 février du Beausset nous adressent leurs réflexions sur les événements du jour exprimés dans cette savoureuse et expressive langue qu’est la langue provençale. Nous nous faisons un plaisir de les insérer.
 Leïs aïs an toujou manja la paillo e la manjaran toujou. Vaqui un prouverbi qu’es toujou repeta eïs paysans que si plagnoun de soun sort. Eh ben, non*, n’en aven proun : aquo a que troou dura. Car, enfin : qu’es que fa vioure leis poples ? Es la terro, pas verai ? Et alors es-ti logique que lou paysan que travaillo, ques lou maï impousa, que patis de longo, sigué toujou sacrifia ?
Naoutré qu’aven tant fa de sacrifici per founda la Republico, afin d’avé un paou maï de liberta e surtout d’egalita, si tendrian maï tranquillé per reçubré leis coous. Ah ! non, aquo sera pas !
Coumprenen proun ben qu’à sei promiereïs annado la Republico, coumo un enfant jouïné, avié besoun de menageamen ; maï aro a trento-sept ans d’âge, es plus aco.
En coumptant sur sa forço, aven respira lou jou que s’es forma un ministéri coumpousa d’ome qué pouartavian su lou paoumé de la man, perce qu’aquéleis ome, noun soulamen défendien ce qu’èro nouastrei besoun maï noun fasien encaro veiré qu’avian lou dret dé réclama maï qu’aco. Vaï ti fa foutre, une fes qué crésian d’avé tout cé qué foulié per faïré un pas en avant - fa frémi dé va diré talamen semblo impoussible - en plaço de nous ajuda quand assajan d’un paou chanja nouastro situacien, noun fan métré en prisoun, vo ben noun fan fusilla avan qué bouléguen !
Sé voulen plus manja la paillo restan quand mémé testard coumo leïs aïs. Entendès, Clemenceau, foou qu’aco changé.
Espliquaraï en quaouqueïs article din nouastro lenguo sur lou journaou lou “Pichoun Var” - se soun bravé directour va m’ooutoriso - coumo s’en prendren per chanja aquelo situatien.
Ce que dian de suito ès què Clemenceau n’a trahi, n’a foutu et que de soun systémo n’en voulen plus.
Quatré paysans doou cercle doou 24-Février.”
Le Petit Var, 2-2-08.
Nouastre tour countinuo.
On nous écrit du Beausset :
S’aven resta quaouquei jous de countinua d’escrioure nouastreis réflessien es per douna lou temp à nouastreis amis d’apprécia cé qué li dian. Remercian ben lou pere Bertrand, de Cuers, dé sa bello responso (1). Sian countent qué noun coumprengoun ben. Se parlan deis paysans, ooublidan pas din nouastrei plaintos leis ouvriers, leis coumerçants et tout aquéli qué gagnoun sa vido en travaillan. Escriven encaro un paou aujord’hui et n’en faren maï din lou couren dé la sémano. Nouestré but, es dé cerca touti ensemblé lou moyen d’un paou miès asséta la Républiquo, dé la desbarrassa dé tout aquéli qué li fan dé maou, afin qué siégué eimado dé tout lou moundé. Per aco, foou qué chanjen lou systèmo d’aujord’hui. Sé va voulen ben, aboutiren é touti si trouvaren miès.
Foou qu’aqueou que travaillo manjé.
Vous diren din un aoutro létro cé qué countan dé faïré.
Leis peysans, jusqu’aro, avien toujou marcha en débandado, aqui soun maou é en mémé temp la forço deis charlatan politiquo en qué counfiavoun sa defenso ; aqueli vous proumetoun fouesso et puis, quand soun en plaço, prenoun per excuso qué pouedoun pas noun servi coumo foou percé qué un li dis blanc, l’aoutré li dis négré. Maï, quan vien veni la fin dé soun mandat, leis counoueissoun leis questiens qué li pouédoun servi per maï si faïre nouma. Parli pas dé nouestré députa Martin, aquéou saben qué fa tout cé qué poou per naoutré. Maï, viguès moussu Clémenceau, per si faïre nouma sénatour doou Var, proumété en touti qué si cargavo de l’affaïré dé la sourço dé Fouan-l’Evesqué. Dé l’entendré semblavo qué laïgo tardarié pas d’arrousa tout lou départamen. Uno fés ques esta oou Sénat, qu’aven vi véni ! Ren. Après, quan es esta ministré, puei présiden doou Counséou deis ministré si disian : “Aro l’affaïré va estré souloutiounado”. Ah voui ! fasiè maï lou mouar. Maï aro qu’ès à la veillo deis électiens, s’espaousso l’omé, pren per excuso qué tant qué lou Counséou généraou aviè pas prés une décisien fermo poudiè ren faïré per aquélo sourço.
Espaousso-ti un paou pu polimen é brosso-ti même sé voués, maï mandés pas la pooussièro qu’as ramassa din toun silenci su la testo deis aoutré. Ta défenso pren pas. Percé qué sé aviès bien tengu à noun rendré servici, ti sériès més pu léou en rapport émé leis consihé généraou é l’affaïré sérié souloutiounado aujord’hui. Es qué la poou d’uno vesto qué ti fa pensa à naoutré en aquestou moumen, pas maï. Aqui, Clémenceau, ti siès manqua. Encaro sé l’avié qu’aco su sa councienço : maï uno aoutro affaïré pu gravo sès passado l’estiou passa.
Aquel ome qu’avian tant admira, à l’époquo de la grèvo deis minours, per lou couragé qu’avié agu dé si présenta en persouno oou mitan d’aquéli explouata per ben counoueïsse sa situatien (2). Aquel omé qué la vido èro uno bello pajo d’histoiro de la Républico, a effaça d’uno barro facho émé dé sang tout soun béou passa politiquo, en fent fusilla nouestreis fréros dé misèro à Narbouno.
Crésès pas qué n’aviè proun fa dé maou ? Pareï qué non, percé qué a countinua à cerca dé maï espoouti din la misèro aquéli qué a pas pousqu faïré fusilla, en pas voulen impousa soun influenço à la Chambro deis députa contré leis sucriers quand la leï qué noun councernavo èro en discussion. S’aviè poousa la question dé counfienço la lei su lou vin naturel oouriè fa dispareissé la fraoudo, cé qué oourié douna un soulajamen à nouestro misèro. Aqui a tant maou agi qué parlaren plus d’éou coumo d’un ome ounesté, percé qué a trahi leis peysans doou Miéjou qué l’avien fa nouma sénatour. A pas mémé per escuso d’avé soulaja aquéli doou Nord qué planton la bettoravo, car ès pas éli, leis malhurous qué rétiroun lou bénéfici doou sucré qué récoltoun.
Tè, dirès, maï alor qu’a vougu faïré aquel omé tant puissant, tant savent, quès Clémenceau ? Qu’a fa de soun influenço en aquello occasien ? Cé qu’a fa ? Eh ben ! a près leis interès deis vounzé exploitours doou sucre doou Nord - aï escri vounzé exploitours, ô caprici de ma plumo ès voungé sangsuè qué voulien diré - contré leis intérès deis paysans de Franço, coumo pren leis interès deis gran financier en fen tua leis enfants doou poplé oou Maroc.
Quatré peysans doou cerclé doou 24-Février”.
(1) - Cf.[45]. (2) - Courrières. La grande grève des mineurs de mars 06.
Le Petit Var, 10-2-08
“Nouastrei reflexiens.
Aven reçu despuis déminché quaouquei létro dé félicitatien émé uno letro d’un républicain doou Golfo (1) : maougra qué la darnièro siégué pas signado, cé qué regrettan fouessa* - dian merci en touti dei encourrajeamen émé dei counseou : n’en faren nouastré profit, maï la récoumpenso qué voulen es qué d’estre suivi din nouastreis idéio per leis républicain.
Aro qué vous aven fa counoueissé quauqueis un dei tort qué n’a fa lou sénatour Clémenceau, n’en diren pas maï su d’aquel omé ; si réservan sulamen dé n’en diré aoutan en chaqué électien su leis aoutré qué oouran pas ben agi. Tout cé qué vous dian vous fa coumprendré qué lou systèmo en usagi per chaousi lei mandatari doou poplé voou ren et qué fa nouastré maou.
Per chanja aquélo situacien aqui un systèmo qué noun semblo bouen et qué poou estré mé en usagi lou jour qué lou poplé qué travaillo va voudra. Foou d’abord qué chaqué corps dé méstié si syndiqué, ooutan leis ouvriers qué lei propriétari qué vivoun en travaillant. Din lou despartamen aquéou travail s’es coumença : l’a de syndicat d’ouvriers qué coumençoun d’avé dé bouen resultat. Aqui mi semblo qu’entendi leis bourgeois qué dien : “les ouvriers des arsenaux se sont syndiqués. Ils ne veulent plus travailler et se font toujours augmenter”. Leis ouvriers an résoun dé réclama, saben qué travailloun ; es pas l’ooumentatien qué réclamoun qué noun fa ooumenta leis impositiens, es lou gaspillagi qué si produit dins touti leis arsenas qué noun fa tout lou maou.
Leis paysans, après leis manifestatiens dé la misèro, an coumença de s’organisa à soun tour : an founda un syndicat despartementaou qué débuto ben, maï que pourra douna un bouan résultat qué lou jour qué n’en faren touti partido. Syndica-vous, es qué din aquéli réuniens qué si discutara lei questien e uno fes lei decisien presso, lei déléga dé tout aquélei groupé dé travailladous, propriétaris et ouvriers si réuniran per leis estudia et faïré la part dé chacun et alors souren cé qué voudren. Pouren soumétré nouastrei bésouns ei mandatari qu’oouren chaousi. Aqui un pas en avant.
La fin à deman
quatré paysans doou cerclé doou 24 Février”.
(1) Textes non publiés dans le journal.
Le Petit Var, 12-2-08.
“La dernièro ei republicain doou Var.
Vous aven dit, din nouestro dernièro letro coumo voudrian créa l’organisacien deis électours. Aro s’agis dei mandatari ; per leis choousi ès pas dificilè. Tout en nous méfiant deis entrigants, qui* cercoun d’estrè à vouestro testo per si faïrè remarca, afin d’avé dé favours, volen* uno plaço en aquelo gruppi, qu’agrandissoun toujou leis acrobato politiquo ; aquélo gruppi, qué la pitanço es fornido per naoutri ; prénès d’omé din vouestreis endré, prénès surtout d’aquéli qu’an douna dé prova* de soun dévoumen aou poplé qué travaillo, sé émé lou mandat qué li counfia, pouedoun pas viouré, pagua lei. Foou surtout qué lou jou qué farès vouestrè choix, diguès à vouestrei candidat : “Vaqui lou programo qué vous cargan dé défendré et dins lou cas qué l’agui d’aoutrei réformo en discussien vendrès prendré nouestrei ordré”. Alors aouren un paou d’aquéou régimé républicain qué touti réclaman. Ce que tenen surtout à avé, ès que lou poplé siegué lou mestré et non aquéli qué noumo per lou représenta. Et quand parlan d’oou poplé, parlan non soulamen deis electours d’aujourd’hui, car maougra lou camin qu’a fa lou dré de voto, es encaro lun d’estré lou dré dé touti leis citoyens, mai d’aquéli que la leï aoutoriso pas à vouta. En regimé republicain, li duou avé lou maï d’egalita poussible es per aco qué foou qué la plupart d’aquéli qu’an pas lou dré dé vouta et qué pourtant souffrissoun dei memi péno qué naoutré, aquéli qué soun indispensablé per fairé dé nouveou citoyens, aven nouma lei frémos, agoun lou dret noun soulamen dé manifesta soun oupinien, maï dé pousqué éli memo la défendré. Noou serié troou long per déveloupa touti nouastrei réflexien, s’arrestan aujord’hui en prégan touti leis républicain qu’an per but coumo naoutré dé travailla per lou ben de touti et dé faïré eima la Républico en un régimé de liberta, d’égalita et dé fraternita, dé si rendro à l’appel dei paysan doou Var, lou 23 oou Luc. Aqui countaren leis élus qué, per sa présenço n’oouran prouva qué noun restoun fidèle et din lou coungrès qué suivra la manifestatien et qué séra tengu per lei paysan et leis ouvriers, simples électours délégua per leis groupamen républicain, foou qué prouven qué leis mestré es naoutré, afin qué leis élu si va tengoun per dit. Lei quatré paysans qué signoun aqui dessous prénoun l’engageamen : 1 - dé si rendré oou Luc lou 23. 2 - dé vouta, eis électiens municipalos, ren qué per dé candidats qué avan lou 23 février, si séran desclara senso si faïré tira la mancho - contré lou ministèri Clémenceau ; 3 - dé coumbattré en touti leis électiens aquéli qué respoundrant pas à l’appel deis très cerclès qué van organisa lou Bloc dé Gaoucho oou Luc.
Remercian ben lou “Pichoun Var” d’aves* permis en dé paysans dé diré sa façoun dé pensa dins sei colonno et engageant touti nouastrei amis, à lou manteni. Es lou soulet organo journalier doou Var qué prengué leis interès deis republicains. S’arestan en creidant : Oou Luc lou 23 et vivo la Républico, et signant : Marius PÈPÈ, GOOUTIER Gustave, MARQUANDET et GIRAOU”.
[45] Le Petit Var, 31-1-08
texte publié aussi en première page.
“A nouastre tour
Un vieux socialiste cuersois, écrit en langue provençale les réflexions que lui a inspirées la lettre des quatre paysans du Beausset.
 Aï legi émé plési la lettro prouvençalo escricho per quatré peysans doou cerclé doou 24-Février doou Boousset, è quoiqué n’en siechi pas un travailladou dé terro (1), leis approvi dé tout moun couar, vu quan pas envéio dé si leissa faïré. En effet, quès qu’aourié di qu’apres 37 ans de Républiquo, quand es arriva en testo doou ministéri lou famous Clémenço, ajuda per dé collabouratour coumo Briand e Viviani, aguessian maï changea uno pipo per un bouquin. Quès qu’aourié di qu’aquélei citoyen (dé lenguo) fessoun coumo lei chambres, anessoun dé récuroun. Fa ben veïré qué l’homme si néguo, noun pas din laïguo, maï ben din lou buri. Oui, meï bravé peysans, coumo aves di din vouastro lettro, es naoutré leis aïs, ou doou men nous prénoun per taou. Maï si leïssaren pas faïré, car quoiqué sichen pas d’ouvrier de la terro, sian coumo vaoutré d’exploita, e nouastro vengenso fara caouso coumuno émé la vouastro lou 23 Février, aou Luc. Aquéou jou leis Varrois*, surtout aquéli que si rappeloun de 51, e soun noumbrous, li faran veïré en aqueli qué dirigeoun lou timoun dé l’Etat, qué vouren plus dé pareï caméléoun é dé pareï troumpeur en testo doou gouvernament. Sé mi troumpi pas, leis aïs, coumo vouaroun ben nous appela, li ti van foutré uno carguo en aquéleis chivaous dé luxo qué per la porta li séra pa facilé. Cé qué durien faïré leis électours sénatoriaou, sèrié dé counvouqua un Congrés é démanda à moussu Clémenço qué, doou moumen qué coumbatté émé tant dé forço lou parti soucialiste qué l’a élu, vogué ben de bouano voulounta ou dé forço si démettré dé soun mandat dé sénatour ou, a défaou, li rétirarien la grando counfianço qué leis Varrois l’avien accorda en lou boumbardant a la Aouto Assemblado. Eis grands maous, leis grands rémédis. Per aquéou mouyen radicaou, pourrien demasqua, en mémé temps, lei rénegats dé la Républiquo.
Bertrand père”.
(1) Bertrand était ouvrier cordonnier.
[46] Le Petit Var, 1-2-08, 1ere page.
“A Brignoles - Au Cercle d’Action Républicaine de Brignoles.
Les Petits Dialogues.
Deux paysans dans le fond de la salle, assis à droite en entrant.
 Alors ?
 Dé qué ?
 L’y anan ou l’y anan pas ?
 Ounté ?
 Oou Lu, té.
 Tchutou.
 Perqué, tchutou ?
 Perqué, perqué ... perqué aco ! ...
  ?
 Va sabès pas qué li fan dé gabi, oou Lu ?
 Ben alors ?
 Et què sé l’y anavian, gros oousèou, noun li foutrien dédin !
La Mousco”.
Le Petit Var, 3-2-08, suite et fin du dialogue de Brignoles.
[47] Le Petit Var, 31-1-08 : “Rougiers. Lou Piquo mouto souffré douleur est prié de se faire connaître. Nous n’insérons que les communications dont nous connaissons l’origine parce que l’on ne manquerait pas d’insinuer que nous les fabriquons nous mêmes si nous agissons autrement”.
2-2-08. le lecteur s’est fait connaître : “Monsieu le praisident - Permeté a un modeste ouvrier de vous adraissez cest felicitations pour leuvre que vous avé entreprit d’un acord comun avec le grand parti Republicain du Var ... Puisse ma faible voie être entendue et entrainer avec moi la majorité des maleureux. Lou piquo mouto souffré doulour”.
[48] L’inscription perdure aujourd’hui, mais elle a été modifiée lors de travaux de peinture : “Passant / Aqueu cadran / Marquo l’aoubo nouvello / Reveille ti paysan / Et douarbi la parpello”.
[49] Cf. J.Seillé, Carcès 1870-1920, Toulon, 1993. Un industriel de Flayosc, Raynaud, installe une distillerie de marc. “Vous va dira en prouvençaou / Car es la lengo dé l’oustaou. [...] En vous counvidan toutei à n’aquesto réunien vous ai dich qué farian un baptêmo. Ai fach aqui uno grosso cagado. Mi siou avisa teou tard qué parla dé baptêmo en aquestou temps éro un paou rococo. Aro qu’un soulet hommé énmouarcé toutei lei lumés d’ou ciel, et qu’un autré attubé qué quand li plaî lei calens dé Paris, si duou véritablament plus pousqué charra d’acquéleis cauvos de l’ancien temps.
Vous prégui d’excusa ma bugado : pamen, coumo si trovo eici jès dé capélan et qu’aou countrari, l’a a pas maou dé fountiounari d’au gros grun, sérié, crézi, pas pouli dé lei coumproumetré élei qué m’an fach l’hounour d’assista en aquélo cérémounio. Ai pensa qué per tout arrangea éro ben simplé dé vous diré tout dé suito qué fen un baptêmo civil : si acco vous va, viri la pajo, et n’en parlarai plus”.
[50] Demande de prêt au Ministre de l’Agriculture, 7-1-08, A.D.Var, 14.M.7
[51] Lettre au Conseil Général, 7-1-08, A.D.Var, 14.M.7
[52] Le Petit Brignolais, G.Courchet, 18-7-08, “Dous garobouanten” : “En 1875, souto lou régimé aboouminablé de l’ordre mourau, Marsiho, la grando cita fouceano, se trouvavo souto la pato d’Espivent de la Viloboisnet, un brave ome qu’avié fa braca lei canoun sus la plato-formo de la Bouano-Mèro de la Gardi, tout prochi doou Santuari, d’aquel endrè de pas, de miséricordi e de pardoun. Per contro, au cousta li avié d’engin terrible per tèni lei Marsihès dins l’humiliacien e jita la rouino, la desoulacien dins lou camp souciau. Mai basto. Parlen plus d’aco”.
[53] Le Petit Brignolais, 26-12-08. “Flassans.
Dimècre passa, que plooùviè, anavi a l’oustaou de la Fouan fa de mesclo coumo faou a l’acoustumado quan si poou pa’na din lei ben raport oou ten. Debado que la carrièro doou Portègue sièche toujou pleno de cachomouré - soun tan salo lei carrièro de Flassan ! Li passéri per escourcho, car, moun Diou, poou arriva a tout lou mounde de cooussiga v’uno d’aquelei certèni cavo que pouarto bouanur. En caminan din d’aquelo carrièro vigueri que lou pourtissoun doou ya dei cabro de moun coulègo Meste Polito lou fusteyaire èro dorbi e mi digueri : “Tè, digué-li bounyou aqui’n passan”. Ero fouaso de bouan’ouro e Misè Polito aviè daya la mouissouro lesto e èro su lou poui de parti per ana voouta lou la per carrièro ; mi viravo lou cuou e m’aviè pa vi’ntra din lou ya ; s’aprouché doou traou de la trounblo e digué à soun ome que fayiè de mesclo (1) din la fenièro : “L’ar mé (2) laigo din lou la ?”. “Ah, tron de padiou, respoundé Meste Polito, lou fusteyaire doou traver de la trounblo, tron de padiou ! qu’uno ! qu’uno ! es que mi nen souvèni plu”. Et alor, abaroouvi, estoumaga, aglaya, entenderi ’quelei paraoulo ’spetacloua de Misè Polito : “Ah ! vaï, que li garço ’co que t’en rapèles plu, per estre pu segu ni n’en vaou metre ’nca’n coou.
Arbè Portaou, aqueou que fa de mesclo (1)”.
(1) - mesclo, mélange de foin et de paille. (2) - “ar”, prononciation très répandue dans le Var pour “as”.
[54] Le Petit Brignolais, 17-10-08. Menut, “A Moussu Clemenço Présidènt dei Ministre - Senatour d’où Var - Souveni de soun passage à Brignolo lou 9 Octobre 1908”. Texte lu au banquet officiel. En dehors de la publication dans le journal, le texte a deux éditions en feuille volante.
“La déjà couqueis an que dins noste village / Ti digueri de ver, ô mestre ! a toun passage. / Alor cadun courier per pousque t’escouta. / Encuei lei barjo-mau de tu soun dégousta. / Na passa despueï lor d’aïgo dins la reiviero. / E lou vént a treina milo coù la poussiero. / Mai, tu, ti sies ribla parei dins un gravie / Que boulegués pas mai qu’un pilastre d’acie. / E pamen, contro tu, lou tounerro cranéjo, / Se poudie t’englouti es pas faouto d’envéjo. / Tu, que doù mounde entie attirès l’attencien, / Semblo que dins lou Var aduès la désunien, / Tu, que t’esquintaras dintre la capitalo / Per sousteni la pas, as tous, su teis éspalo, / Se fougno lou soulèu, e se toumbo un verglas / Es tu que sies l’outour de tout aqu’eu tracas. / Se la plus jes de la dins lou sen de la maïre / Se pisso où lie, l’enfant, se s’empego soun païre. / E se lou caretié revesso aù plan camin. / Se crebo de la fan un feniant de gourin. / Se si passis la flour, e se toumbo la grèlo, / Se la pas proun de saù dintre leis escudèlo, / Enfin, per nen fini de tout ce que la de sot, / Casi, casi, ti dien, que vas fa Clémenço. / La jusco de marias que larguoun la critico / A dire que tueras un jour la Republico, / Qu’a sa plaço métras, lou Rei, vo l’Emperour. / Cus, que poù si pensa que fareis aqu’eù tour. / Tu, que despuei trente an ti rouigues la cervèlo, / A défendre lei dré d’un poplé troù flanèlo, / Bourra de jalousio, d’orguei, jamai countènt. / T’an coum’as fa per èù semblo que fas plus ren. / Si pou ben couquei fes manca enpaù la dounado, / Vous trapia tant si paù la faïço samenado, / Mai d’aqui ti bani, jita tant de mésprès. / O Clemenço ! creimi, per ieù es pas permes, / Regardo, lou païs, renouma per lei pruno, / Ti reçube de couar encueï dins sa coumuno, / Es pas ce que tan dit : que se venies un jour, / Ti reçubrien a coù d’aspro poumo d’amour, / Lei Bregnoulen per tu soun plen de sympathio. / E nautre lei peisan, cepoun de la Patrio, / Ti remercian oussi e sian mai que counten / Que nous as fa veni lou capoulie doù ben. / Puis qu’aven lou bounur d’agué nostre ministre / Restarai en paù mai de pluga moun rejistre / En aquélo oùcasien, seras de moun avis / Foù que vous fen sache que la terro souffris / Se poudias toutei dous roudeja la countrado, / Trouvarias en pertout de parcélo oùblidado. / Lei bastido, lei jas, soun dévengu casaù, / Lei couelo an mayouta lei superbe coutaù, / L’oulivié qu’autreifes coumblavo tan de joyo / Ei peisan prouvençaù, pousso emé jes de voyo, / Aqué l’aùbre béni emblemo de la pas, / Su cent n’a quetre-vint que restoun de campas, / Tout aqu’eù mau noun ven la proun de tems que duro / Es que si vende plus coumo foù la pasturo, / Saco duro encampaù, o valènt présidènt, / Per paga leis impos oùren plus jes d’argent. / Serco de mounte ven tout aquéù grand désordre, / E tacho en pau se poues où men li metre d’ordre, / Tu qu’as tan de poudé dins lou Palaïs-Bourboun, / Tu que ta voues qu’an voù fa fendré lou plafoun, / Digo-li : lou peïsan tout aro si fatigo / Es las, de ramassa per naùtrei leis espigo. / L’agriculturo alor reprendra mai soun rang. / Lou pople se patis si levara la fan. / M’aresti, Clémenço, mi n’en foudrie troù dire, / E puei de moun plagnun, leï flanur poudrien riré, / Aquéli ver venen de la part d’un peïsan, / Sabi ben coùran pas, l’écho que d’autre oùran, / Mai, ti les ai cuï où mitan d’où campestre, / Emé lou sentiment, que ti mérités, Mestre !
Menut, Counsié d’Arroundissament, Officie dou Mérite Agricolo, Officie d’Academi, Tourvé, lou 7 Octobre 1908”.
Le Petit Brignolais, 26-12-08, A. Richier. “A Clémenceau
Viei cépoun de la Republico ! / Ome d’acien et de gouvèrn / Tu qu’eis ouro lei pu critico, / Nous as prouva qu’avies de ner [...] As jamai cessa de coumbatre / Per la justici e lou bouan dré, / Senso crégnenço de ti batre / Emé l’espaso, au pistouré. / Per la puissanço de toun verbe, / Siès toujour terrible e superbe, / Mérites ben de la Nacien ; / E la Patrio en tu fisènto, / Aro poou vièure senso crénto,/ Dins lou Travai, la Pas, l’Unien.
A.Richier”.
[55] Le Petit Brignolais, 30-1-09.
J.B.Menut, “A la Roquobrussano. Odo à moun ami Victor Reimounen, sénatour d’où Var, counsihie générau, mèro de la Roquo.
Valènt fieù d’aquestou vilage, / Ma muso dins soun viei lengage, / Ven encuei per ti rendre oùmage, / E batre l’aubado à toun noum. / Lei Rouquiè podoun fa lei crano, / Tu, Reymounen dit : la Cabano, / As curbi la Roquobrussano / D’ounour, de glori e de renoum. // Es pas que n’en siguèsse senço, / Toun bèu vilage de neissenço / Soun cros gardo la souvenenço, / D’enfant d’uno grando valour, / Mai tu, qu’as l’amo fraternelo, / E qu’as d’esprit dins ta servelo, / Quand las adu ta bello estèlo, / A trelusi dins l’esplandour. // La déjà mai de siei l’ustrado, / Que, su la terro ensouleihado, / Anavian bousca la journado, / Toutei dous dins lou même tai (1). / Es aqui que t’entendiou dire : / Où mai buchan où mai sian pire, / Menut, ti va dioù pas per rire, / Dins poù de tems m’engajarai. // Avies resoun car, lou terraire / En’aqueu moumen rendie gaire / Dins lou campèstré l’afamaire / Manjé lei souco e sei rasin, / A nostro pauro agriculturo / Fagué tan de larjo blèssuro / Qu’en noun devastan la pasturo, / Fougué prendré un autre camin. // Tamben resteres pas plus gaire / De quita l’oustau de toun paire, / Per ana coumo navigaire / Cinq an dessu d’un gros batèu. / Per tu, la mar èro uno festo, / Ti foutiés ben de la tempesto, / L’aveni roueijavo la testo, / Tampis, se leissaves la pèu. // Lou tems passé, ti recampères, / Dintre l’Arsena ti placères / Coumo vétèrant travaihères, / La Republico en tu bouihié, / En cado reunien publico, / Ta voues ardènto e pacifico / Discutavo la poulitico, / Touloun ti noume counsihie. // Clemenço qu’es pas senço vici / En ti vian ome de justici, / A mes sa par de sacrifici / Per t’agué em’eu ou Luxembourg. / E lei coupo loumbrin tei fraire, / Sachen que fasien noste afaire, / Si sian despacha de ti faire / Em’orguei noste Senatour”.
(1) Menut a dû effectivement bien connaître Reymonenq, l’allusion au travail commun le confirme (les terroirs de La Roquebrussanne et de Tourves se touchent). Mais il reprend ici également les éléments d’une biographie diffusée par Reymonenq à l’occasion de l’élection sénatoriale.
[56] Le Petit Brignolais signale à l’occasion d’un banquet à Carcès que le Dr Reboul, de Montfort, s’exprime très bien en langue du terroir (6-3-09).
[57] Le Cri du Var, 31-5-08, “Saint Tropez. Le programme de la liste Barbier, chanté par le ténor Maria, accompagnement au refrain par tous les capucins.
Es nautrè que sian mandata / De la camarilla nouvello : / Se viran de tout cousta, / Fén ben leï poulichinello. / Sian republican, cléricau, / Quand voulén fèn leï radicau. / Erian bounapartisto, / D’autre opportunisto, / Aro sian clemencisto ; / Sian counservatour, / Sian admiratour, / Avén l’habit de toutei leï coulour.
Boni”. Ce texte reprend une chanson de Richier vieille de près de 30 ans.
12-7-08, “Cotignac, écho des élections municipales”.
“Aù bouïcouteur J... Segnour de Cotignac
Alor, ti siès facha ? moun bèu, as pas résoun [...] A un moument ingrat érès natiounalisto, / Aro, siès radicau presquo ... socialisto, / E desesperi pas de ti veïre deman / Cartouchiero au cousta, lou fusieu à la man / Béni à l’oucasien tout ce qu’és anarchisto [...] P.S - Excusa-mi, moussu, dé vous parla patois ; / Es la soureto lénguo que m’a apres moun paire, / Que crési countinua dins de termes courtois, / Sé lou ton e lou son a l’ounour de vous plaïre.
U.L”.
Le Cri du Var, 2-8-08, Gonfaron, “Lettre d’un vièi de la vieio a uno andouillo”. Attaque personnelle tout en provençal.
Le Cri du Var, 9-8-08
“Cuers - Fable de la Fontaine traduite en provençal et dédiée au premier adjoint.
Avèn dins uno carriero de noste loucalita un gaù que, facha de pourta toujou lou même plumaje, enrajavo et èro devengu jalous d’un modeste pavoun que lougavo proche d’èu. Un bèu jou, vaqui que lou pavoun vèn a muda. Lei bello plumo de sa coua li toumboun. Son vesin lou gaù, ren de plus empressa de s’empara d’aqueli bello plumo e de lei si coula tant bèn que maù su soun corps. La transfourmacien oùperado, lou vaqui, fier coumo Artaban, à si pavana din lei carriero e lei plaço publico, tandis que soun coulègo volatil s’en va figuro tristo e la testo basso. Coumo après sa transfourmacien aquèu gaù a besoun d’ana souvèn à la Coumuno e que per un animau de pareillo importanço la pouarto es trop estrecho e que pourrié perdre alor sei bello plumo ei milo coulour e de pavoun qu’ès devengu reveni à soun etat naturel, vo même devenguesse un* agaço vo pire, un simple darnaga, a vito douna ordre ei maçoun de relarga la pouarto de la coumuno per fin de pas abima soun bèu plumage”.
Le Cri du Var, 16-8-08 Cotignac
Vers provençaux. M.G.Tiregardi répond à un Tiviou. Signale par ailleurs qu’il a envoyé, sans succès, des vers patois à des journaux parisiens.
[58] Le Cri du Var, 13-12-08 - “Saint Tropez : a un rénéga.
Pople doù Var, veici l’ome sinistré (1), / Georgi Clemenceau nostre ancien députa. / Eme tout lou sang qu’a fa versa, ministré, / Aùra lou toupet dé maï sé présenta. / Après avé fa découra sa cliquo, / Après avé trahi seïs électours, / Après avé troumpa la fé publiquo / A mes partout lou doù et la terrour. / Eï syndicats a déclara la guerro ; / Per démouli la Counfédératien / A fa sourti de complot souto terro, / Réssuscita lou délit d’oùpinien, / Deï proulétari a serra lou servage / En fen servi la forço où capitau / Din chaquo grèvo n’en a fa qué carnagé, / Senso regret a décheïna lou maù. / Après ave trata de farandoulo / Deï vigneroun leï manifestatien, / A fa jeta sus l’innoucento foulo / Uno véritablo moubilisatien. / Puei aven vist, funesto cabalo, / Aqueleï qué démandavoun dé pain / Réçubré de cargo de ballo ; / Sus lou pavé a péri d’innoucent, / Triste vieillard à faço de vampiro / Sès bèn vaùtra dins lou sang deïs ouvriers ; / Dins sa coulèro, sa rage en déliro / N’a laïssa partout qu’immoula dè charniers. / Tout en vioulènt seïs ancieno proumesso / Tout en brulènt cé qu’aviè adoura / A ben sachu s’attira leï caresso / Deï réactours qué l’avien abhoura.
L’Argus”.
(1) - ce début reprend la chanson de Richier (1876) contre E.Ollivier.
[59] Le Cri du Var, 20-12-08, “Gonfaron. Je suis un vieux provençal, ne connaissant que bien vaguement le français, mais malgré cela délaissant un moment ma langue maternelle, avant de mourir, je veux dire encore un mot, tant pis si mon français décèle trop mon origine provençale”. L’article est en français, et traite de querelles locales. Il se termine ainsi : “Té m’arresti, ti leissi per lou moumen en ti dian : A réveïre propre a ren.
Un vieil de la vieilho”.
[60] La Croix du Littoral, 27-3-10. “Alleluia.
Despui l’an 1215, nostre Prouvençau l’an fouerobandi deis escolo, dei tribunau ; enco dei noutari, leis ate noun pouedon estre escri en prouvençau ; lei libre prouvençau, lei cansoun, leis sirventes deis Troubadour, carreja, emmoulouna sus la plaço, leis an brula coumo de marrid libre. Lei gen dou gros grun, per fair coumo lei degordi dou Nord, l’an couchado dei casteù, dei saloun, et mesprisado nostro lenguo a serva assousto dins la pauriho ; enco dei ped-terrous de la plano, enco dei pescadou de la mar ; e riboun ribagno de longo canto, recanto e encanto nostro rebelo lenguo d’O.
Sei Mestre de paris dounoun plaço eis escolo, eis eisamen ei lenguo estrangiero ; pagan de nostei soù aquelei qu’enseignoun a nostreis enfan la lenguo dei Prussian, deis Angles qu’an brula Touloun ; e lou Prouvençau a pas un marid cantoun à l’escolo ; e pou pas mouri nosto rebelo lenguo d’O ;
Per faire riseto au gouver, per si fignoula lei renegat defendon a sei drole de parla la lenguo dou pople, deis ignourent, dou coumun : se degaïarien la bouco, et maugrat lei malapia vou pas mouri nosto rebelo lenguo d’O.
Lengo d’amour, Mount-joïo d’esper, de longo desquiado, "700 an de cros, t’an pas rouillado" (Laforêt) e sempre regreio, dindanto, cascalejanto per lou bonhur e lou soulas de tout un pople ; surgentès sempre que mai lindo, que mai clarinello, qu mai encantadisso.
De pertou ardorous chivalie s’aubouron lei valent felibre per t’apara e repeta : “Sian toutei (1) d’ami / Sian toutei de fraire, / Sian lei cantaire dou peïs”.
Adounc, se nosto causo noblo e sacrado, a trouva proun de sabo per regria maugrat 700 ans de persecutien : la raço racejo ; se cougnado, trapaïado, ensanousido, se manten de longuo galoïo e dindanto nostro lenguo.
De que sera de nosto Religien santo abro* noun pas deis ome, mai abro* de Dieu, dou Crist Jesu !!! De que sera de l’Evangeli que repeto en cadun : Aves que 4 jour a passa sus terro, perque vous desavia, vous rouiga lou fegi, eimas-vous leis un leis autre. Que li vengoun lei Mestre de Paris, lei renegat, lei vendu, lei malapia de tout biai, per un riban, per uno plaço (2) soun devet, que li venguoun toutei, que se li mettoun deis ounglo, deis arpo, dei dent, que rouigon eme touto sa magagno la santo crous deou Crist : “Dou mai la davaloun / Dou mai mounto”, e sempre, la crous divino que mai trelusento aoubourata* sus noste paure mounde de sei bras gigantas, pèr nous apara, nous assousta, nous benesi e nous sauva toutei.
Ensin “Prouvençau e catouli, / Noste Fe n’a pas fali, / Canten toutei trefouli (3)”.
Se 700 an de persécutien an pas cabussa l’obro deis ome, l’obro d’uno raço, tou lou verin de l’Infer se qauvira* contro l’Egliso dou Crist !!!
Noste Fe pou pas péri.
La Seyne, lou dimecre 28 de febrie 1910”.
(1) L’auteur donne une forme "varoise" à la formulation de l’Armana Prouvençau, 1855. (2) un mot manque. (3) Cantique fort chanté sous l’Ordre moral.
La Jeune Provence, 10-10-10, “Poète et paysan, Charloun Rièu”, 1ere page, Louis Foucard au cercle catholique - 20-10-1 ; 80e anniversaire de la naissance de Mistral, 1ere page, salué par le pape. Nombreuses chroniques du Bastidan, contre la répression anticléricale.
[61] La Jeune Provence, 12-11-10, “Lou Bastidan” conte l’histoire de Miette, que ses parents ont laissé faire du théâtre. Elle finit par se suicider. “E aro, se rescountras un ome soumbre, que de longo varaïo, coumo s’avie begu, li digues ren ; sieuple pieta e coumpassien, escoutas soun plagnun : - Ma fiho, ma Mietto ; eres tan bello ! T’aurieu begu dins un veire d’aiguo ; iou, toun païre, t’ai degaïado, t’ai empouisounado. Ti menessi a l’egliso, en plaço dou teatre, series pas ounte sies. T’aguessi douna un mestie ouneste, aguessi escoundu, brula roman e musico, series eme iou per me counsoula e m’ajuda. Soures que sus terro sian que per travaïa e souffri, l’infer, mai li sieu deja en infer ! Ma vido, rouigado de remor, n’es que la coumensanço. Lou Bastidan”.
[62] La Jeune Provence, 9-12-10, “La Pastorale à Toulon. Les vieux Toulonnais se souviennent encore des crêches pastorales qui il y a trente ou quarante ans firent la joie de leurs enfants. Aux environs des fêtes de Noël c’était une tradition dans les familles de conduire petits et grands aix naïfs spectacles du mystère de la nativité. Certes, l’interprétation laissait un peu à désirer, la mise en scène était assez primitive, mais c’était “La Crêche”, et cela suffisait, car ce simple mot rappelait tant de vieilles choses toujours neuves que l’on passait volontiers par dessus les imperfections scéniques pour ne goûter que la beauté du divin récit. Les Pastorales ont remplacé les Crêches : nous n’en voulons point médire, nous bornant à faire remarquer que la bouffonnerie de certains de leurs rôles enlève presque tout caractère religieux à une représentation dont le but devrait être de commémorer la naissance du Christ” .
[63] Le Petit Var, 5-3-09, en première page : “La conduite de La Crau. Petin est conspué par la démocratie de La Crau aux cris de : Hou ! Hou ! la Calotte ! Hi, manjo bouon Diou !”. 300 personnes ont poursuivi Petin jusqu’à l’extrémité du village - 6-6-09, Chaînas, le journaliste d’Escartefigue, est qualifié d’“espouvantaou de figuièro, thuriféraire du héros de Narbonne, chantre du Petin de la Patrie française”.
[64] Le Petit Var, 4-3-09, “La priero d’un peysan à touti sei cambarado de la campagno de la 2e circonscricien (1).
Vous vaou dire lei qualita de nouaste mero Petin. Es un soucialisto de l’aoutré caire (2). Quand es esta candidat lou promie coou, entendias dire pertout que lou chantié aourié de paquebot, de chaland et surtout de chiminèio per la fumado ... aqueou fumisto.
En effet, despuei qu’es mero a fa fouaço travail.
A coumença de metre lei dret su la païo, su leï figo, su leï nose, su leï amendo, su leï uou. Aco es la suppressien de l’ooutroi.
Per lou travail es différend. A qui leïs ome an trouva lou benestre (3). Sabès quand li dounavo per jou ? 48 soou, 50 soou, lei pu fouart gagnavoun tres franc. Et encaro per vous faire travaïa, que misero ? Foulié appartenir aou sindicat jaoune, foulié ana la messo. Que de sacrifici foulié faire per trouva de pan. Et si di radicaou, ben mai encaro, si di socialisto. Mais s’éro verai, sérié lou Bouan Dieou, aqueou gus ! Et puei voulès vouta per un ome ensin, garo, garo !
Aro vaou vous dire lou sendicaliste qu’ero en 1904. Quand es esta mero per la premièro fes a coumença de supprima lou budget de la Bourso dou travail. D’un coou a tout supprima : aqui l’avié tres classo, uno de dessin, uno de matematico, uno de francès (4). Et si dis radicaou syndicalisto !
E se sabias lou brave couar que a. N’en voulès la provo. Quand lou secretari de la Bourso siegué mès ansin a la pouarto, aqueou bravo ome de Petin li digué per counsoulacien que l’embaoucharié à 3 franc per jou à la démoulicien. Urousamen qu’es sendicalisto. Alors, se l’ero pas, serié un Deibler !
Es talamen brave que dien qu’aquest an pagan pas d’impousicien. E finiraï per va creïre, car aven pancaro reçu lei fuèio, à men que nous fague lou tour de nous li manda après la bataïo, e alors paoure de naoutri, saouren ce que la plago nous en coueï.
Dien que leis eleicien li couaston 60.000 fr. Boudieou ! que s’arreste, autramen coumo faren per paga la noto !
Peïsan, meï coulègo, voutès pas puleou que de vouta per aquel ome. Mandas lou a Mama, à Mamers, que dien qu’es d’aqueou caïre ; pourvu que lou mandes proun luen.
Sabès ce que vous consihi, es que leï peïsan dou Var que soun touti republicain, dimenche que mandoun lou candidat Petin à l’agliso de soun païs (5).
Un vieï republicain Sieifournen”.
(1) premier tour, 27-2-09. Contre le socialiste Renaudel, se présentent 3 radicaux clémencistes, Escartefigue et H. Petin. (2) - Petin, maire de La Seyne, nationaliste, a rallié le camp clémenciste et se présente comme socialiste anticollectiviste. Il séduit une partie de la classe ouvrière. (3) Petin est industriel. Il a tenté une carrière d’auteur de théâtre et de chansons, avant de se lancer dans le commerce des métaux, puis la construction navale. (4) - rôle de la Bourse dans la francisation des Provençaux et des Italiens.
(5) Soutenu par les Clémencistes et Escartefigue, désistement de tous les candidats, Petin l’emporte au second tour sur le socialiste.
[65] Escolo Felibrenco de la Targo, Flourilege prouvençau, Trobo lirico di felibre chausido au det pèr J.Bourilly, A.Esclangon et P.Fontan. Touloun, 1909. 319 pp, avec traduction française.
[66] J.Lacroix, L’Encèndi de la Pegouliero, Coumèdi en 1 ate, en vers prouvençau, Avignon, Roche & Rullière, (1909), 36 p. Préface de P.Fontan.
Zèno, le jeune pêcheur amoureux de Margarido, est félibre ! Margarido le présente ainsi : “Es felibre e dei bouan moun jouvènt amourous, / L’empèri dóu soulèu leis espéli noumbrous. / De brave païsanas qu’en arregant l’araire / Alargon, pèr trescamp, sei cansoun dóu terraire. / D’oubrié, de prefachié, pescadou, carretié, / De ben pichouno gènt de tóuti lei mestié, / Qu’encanton ’mé sei vers, lou païs de Prouvenço / Dei terro d’Avignoun, fin qu’ei terro de Vènço”.
Un écho de la vie ouvrière. Paire Rouquié parle de Calaman : “Drè sa primo-jouvenço / Un còup plus pescadou, n’avié-s’uno cresènço ! / Casa dins l’arsena, ’qui se cresiè quaucun / Quant si rescountravian, ’m’un ai èro tout-un. / Dire qu’aqueu rabat, aquelo vieio agasso, / Arribè chefe-oubriè, rèn qu’en fen de rasasso. / Toujour eme lei gros, mespresous deis oubrié / Aguè tóuti lei grade emè gès de mestiè. / Que s’en manqué de pau, qu’un jour à la sourtido / Le faguessoun chamado”.
[67] Le Petit Var, 26-1-09 : Ferrero salue Aicard comme le grand poète (français) de la Provence. 24-5-09, la Une entièrement consacrée à l’élection de J.Aicard à l’Académie. Tout est en français, in fine mention de Ginouvès qui a donné à cette occasion un sonnet provençal.
[68] La Croix du Littoral, 3-4-10. “Teis ami ???
Oubrie, travaiadou, qu’an fa per lou paùre pople ? T’an proumes mai de froumage que de pan ; ben mies, te proumettien ren que de froumage e a l’assoudelado : mai que t’an douna ?
Li a mai de cent an, proumettien lou bonhur : l’aurie plus ges de malurous, cadun serie counten ; per aco li foulie lei ben dou clergie revent a dire 4 milliard de terro o de bastisso e 400 millien qu’eron per leis escolo, leis espitau, lei capelan. Lei 4 milliard li proufiteron ben tan que quauquei mes après (août 1793) avien tout escouba e tout accaba e lou gouvernamen fasie banquerouto de 18 milliard.
Li a 4 jour, te fagueron liguo, eme lei pensien per lei viei - lei retreto ouvrières, avien besoun ren que de dou milliard dei congrégatien e dei 40 millien dou budget dei culto. Ount’a passa lou milliard e lei 40 millien de revengu ? Anti demeni leis impousitien ? Dou milliard n’an fa qu’uno boucado e l’a pas leva la pepido : se lei gros valat s’emplisson pas d’eigagno, lei gros pei se sadoulon pas d’augo e de moissolo.
En 48, en 51, qu’an fa per tu travaiadou ?
En 70, l’ennemi segnourejavo dins nosto patrio ; nostei armado eron prisouniero en Allemagne, en Suisse. Per miracle quauquei sordat avien escapa ei ballo e ei boulet dei Prussien, maugra lou fre e la neu la mouart leis avie pas vougu. Aquelei valèrous enfan, avien douna soun sang per la patrio, et sei fraire, seis ami, sei parent, au noum de la Fraternita lei reçuberon a coup de fusieu, dins Paris desavia (1).
A dounc, au siecle passa que t’an douna per toun bonhur ? De cadavre, de valat de sang, d’ontan* approfounda : Deis egliso, prefeturo, musée n’an fa de clapie carcina dou fue (1). Vaqui ce qu’an fa per tu, oubrie.
E elei : Te bourron, te pougnon, manoun la peiro, escoundoun la man ; coumo leis anguielo, profiton de l’aiguo troublo per se gava, empli sei pocho ; li fas esquineto eprenon plaço a la gruppi. Quant n’aven vist d’aqueli de la politico, manjavon sa morvelo, aro ragouelon en auto ; tiravon casteu e aro an basti casteu. D’ounte ven tout’aquel argent ???
E serien leis ami, lei fraire dou travaiadou ? Oubrie, leisso esta aquelo boumiancaio, viro l’esquino en aqueli breguetian. Chaspo e t’encouardes pas aquestou coup : chausisse d’ome ouneste e seriou, o ben aven plu qu’a cabussa dins la bordiho e lou sang.
Lou Bastidan”.
(1) allusion à la Commune de Paris, 1871.
[69] L’Eveil dracénois, 19-3-10, 26-3-10,
16-4-10
“L’Enfan doù Païs. Aù Tubé.
Lou dimenche, à la vesprado, si juègo, si fa tuba, si charro poulitico. - Toinon, Jaquet, Fustin eme Nourè fan la mancho à-n’un cantoun. Arribo Tistè que si va seta proche d’elei.
Tisté - Salut à la coumpanié !
Leis autre. - Salut ! coumo va la boto ? [...]
Tisté - Que voulès ? toutei vouastrei beù moussu qu’an jamaï viscu eme nautre, fan coumo aquelei que vendoun de drogo per lei fièro ... Es tout de charlatan ... si pintoun lou mourre de rouge, e puei vous cridoun per vous fa pita : "Zou, zou, venès leù, citoïen, es ièu que sieù lou plus rouge ..." e zin boun boun, la musico !
Jaquet - Goutoun a ben resoun : "es pas que de pinturo lou rouge", e fin de conte nous la fan paga ben chier sa pinturo, coumo li poudro dei braguetian qu’an jamaï fa de bèn en degun.
Tisté - T’ou (1) pouades crèire, perque lou counoueissi, aqueù que li fa lou mai d’amour à la républico, es encaro moussu Jòusè, qu’es un cambarado per seis oubrié.
Fustin - Aco, dieù pas de non ... L’avié pa’nca la lei, que déjà lo pagavo l’assuranço.
Nourè - Leis autre pensoun qu’à si cerca de plaço... Mai lou vin, l’oli, tout ce que nous fa vieùre naùtre, lou paùre mounde, es tout bèu just se n’en saboun la coulour.
Jaquet - Aussi n’en dien quasimen ren dins sei tournado ... Frouman (2) pico sus lou Gouvèr, mï Allard n’a dejà fa veire qu’aco servié pas en grand caùvo.
Fustin - Pascaù (2), d’abord qu’es l’ome de la Prefeturo, va poù pas faire ... e puei si coumpren que lou Gouvèr que lou pago - e que lou pago bèn - es pardi pas per eù un marid Gouvèr.
Nouré - O, e alors pico sus Frouman, pico sus Gubert (2).
Jaquet - Es pas ce que a fa de mies, ni mai de li prendre en cadun soun prougrame : per la politico ’queu de Frouman - provo que vaù pas mies, - e per leis afaire ’queu de Gubert, mai per aquéu si ve lèu que se l’entende gaire.
Tisté - Se si crei qu’aco n’amuse, se mete lou det dins l’uei, e naùtre li metren pas sa biheto dins l’urno, (à son voisin) que n’en dies tu, Toinon ? sies mut !
Toinon - Que vouas, tout aco mi charpino ; m’an mes du coumita de la Prefeturo, aco mi va pas. Soun moussu Pascau d’Azaï aurié ben pouscu resta mount’èro, n Azai vo à Milan : es pas l’ome que nous fau.
Fustin - As ben resoun.
Jaquet - Tu, Fustin, parles per Frouman. Mai vai, lève-ti’co de la testo, es pas nouastr’ome. Es pas d’eici (3), e quand sera à Paris, lou veiren pas plus ... coum’Allard (2) qu’a parti senso suidamen dire merci.
Nourè - E puei as pas vist ce qu’an mes sus lei muraio ? que tron es mai’quelo "Internatiounalo" ?
 Tisté - Sabi pas ce que li coumprenès, vautre, mai vous va diéu tout court : mi senti pas gaire de goust per tout aco ; ce que li véu de pu clar es qu’es tout de "bourgeois", coumo dien, que contoun sus nautre per lei nouri.
Nourè - Iéu d’abord, lou pauc de bèn que moun paure païre m’a leissa, eme ce que mi sièu croumpa, vouali pas que me lou prengoun..
Toinon - Se fenissian la partido ...
Jaquet - O, es à tu la doune, fai coupa Fustin ...
Nourè - Vé n’ia qu’un que fasse nouastr’afair, es Jousé Gubert. Es pas fier, e ben vist de pertout mounte passe, perque dis de mau de degun ...
Jaquet - Puei es doù païs, counouei ben ce que nous fau despuei que v’estudié e vous proumetti que parlo ben, l’ai entendu dautres cop, si leissara pas faire la nico. Em’èu si pourra charra eisa, perque li fa pas peno de parla prouvençaù.
Nourè, Toinon e Tistè - Bravo, es per Jousé Gubert que faû vouta. Vivo l’enfant doù Païs !
Tisté de la Clapo”.
(1) - forme classique, usuelle dans la région, pour le pronom neutre “va”. (2) - Le sortant socialiste Allard ne se représente pas. Le candidat socialiste est G.Fourment, conseiller général de Callas. G.Pascal d’Aix, conseiller général de Lorgues, fils de proscrit, est candidat clémenciste. Il est propriétaire aux Arcs et consul de France à Milan. (2) Fourment est de Montpellier !
[70] Le Cri du Var, 17-4-10, “Le Luc. Elexien doou 24 abriou, Er de la jirado de décembré (1).
La caouquetemps su leis journaoux / Qué vians dès candidat resiblè / Parloun d’aquèou famous Pascaou (2) / Poudèz mi crèire mi fa riré / Per pousqué manja en paou de pan / Foou qué li faguens uno vesto / Lou rémandaren à Milan (bis) / Car à Paris series de resto. // Aven un marchand de saboun / Que n’en fas pas fouasso tapajé / Paou veni din nouastré cantoun / Aoura jamaï nouastreis suffrajé / Per leis ori éou ès counaissu / Serquariés jamaï nouastré avantagé / Foou qué li fen un pardessu (bis) / Qué li fassé tres bouan usagé. // Per lou candidat doou Cannet / Poudez va creiré est tout per riré / A coou segu es pas souret / Per tout cé qué ven d’en escriouré / Es poussa per quaou qui richard / Que n’en vouaroun faïré seis riasso / Vaqui la marcho deis canard (bis) / Quand s’aji dé faïré paillasso. // Républicain de cinquant’un / Fès appel à vouasto mémoiro / Dé députa n’en vouren qu’un / Foou qué rempouarté la victouaro / Naoutré Fourment aven choousi / Vous juri es un bouan soucialisto / Eou m’entendra nouasté parti (bis) / Emé leis escoro laïquo. // Coumo Fourment (3) n’en trouvas pas / Tant bouan républiquen sinsère / Poudens li counfia un mandat / A la chambro éou l’anas vèiré / Marcharo* contro leis moussu / Surtout per leis rétrèto ouvriéro / Per l’impo su lou revengu (bis) / Abouli leis counsèou dé guerro”.
(1) fameuse chanson contre le coup d’état du 2 décembre 1851.(2) candidat radical. (3) - candidat socialiste.
Le Cri du Var, 3-4-10.
“Fayence, air : la giérado de Décembré (1).
Lou 24 dins tout lou Var, / Républicains dé bouéno raço / Voutaren touteis per Fourment (2), / Et per leis home de sa classo, / Per faïre flouri lou drapeou / Lou drapeou dei socialisto / Escoubaran maï de nouveou / Aquélo bando dé fumisto.
Lou Félibré (3)”.
(1) fameuse chanson contre le coup d’état du 2 décembre 1851. (2) - candidat socialiste. (3) - Cette signature est d’autant plus intéressante qu’un boulanger de Fayence signe aussi en tant que félibre ses articles dans le conservateur Eveil dracénois.
[71] Le Cri du Var, 28-5-10
“Arrondissement de Brignoles. Planten de Vigno. Air : Béou souréou de la Prouvenço.
Cansoun créado (1) per festa lou succé d’oou 24 abriou, oou banquet d’oou 1er mai à Coutigna.
Escoutas braveis apachos (2) / Cé qu’entendi racounta ; (bis) / Paréi que Godin si facho / Sé per Vigno (3) avès vouta. // Refrain : Lou bouan vin (bis) és un présent, / Qué dé la terro nous ven ; / N’en buven, / L’aiman ben, / Es de Vigno (bis) qué vouren, / Dé Vigno n’en plantaren. //Dién qu’à la Sous-Préfecturo / Méloun lou rougé é lou blanc ? (bis) / N’aoutré buven l’aigo puro / Maï troublan pas sé qu’aiman (oou Refrin) // Ambard lou collectivisto / Eou qué douno seïs rasins (bis) / Buera lou vïn déis fumistos / Per purgea seïs entestins.// Per signa un manifesto / Leïssas lou vïn de Gooutier (bis) / Aquéou cru senté la pesto, / E picarias oou papier. // Dévoux, qué toujou rigolo / E qué nous trétavos d’aï (bis) / Soou qué doou vï de Brignolo / N’en tastara jamaï ! // Charles Albert (4) qu’a l’etiquetto / A trouva lou vin troou fouart (bis) / Buoura plu que dé piquetto ? / Jamaï dé vïn dé Mounfouart. // Per défounça vouastro terro / Récommandi Raymounenq (bis) / L’ancien fréro dé miséro / Planto dé vigno per ren. // Louis Martin plen de sagesso / Qu’eimo leïs vins dé rénoum (bis) / Buoura qué dé vin dé Besso / Cabasso et Gounfaroun. // Moralo : Clémencau que nous ordouno / Leïs vins rosés radicaoux ? (bis) / Fagué bouaro à Narbouno /Lou vin pur deïs sociaux. // Refrain : Lou bouan vin (bis) és un présent, / Qué dé la terro nous ven ; / N’en buven, / L’aiman ben, / Es de Vigno (bis) qué vouren, / Es de Vigno, maï n’aven.
Un radicaou.
(Dédiado eïs apachos et eïs voyous dé l’arroundissament dé Brignolo).
(1) - La chanson sera longtemps chantée dans le pays. Mr. P.Roux, chroniqueur provençal bien connu ("Piou") m’indique qu’elle était chantée, et sans doute composée, par le facteur Garnier. (2) Jeu sur le mépris dans lequel certains tenaient la population ouvrière de Cotignac, et reprise d’un mot à la mode. On sent toute la différence entre l’expression politique officielle et l’expression populaire (3) - Vigne, député socialiste sortant - (4) - Ch.Albert, clémenciste, conseiller général de Brignoles et maire du Val.
[72] Le Petit Var, 9-4-10 : à Besse, “Hou ! hou ! Marteou ! marteou ! A bas les traitres” crie la salle de 250 personnes qui empêche le sénateur Reymonenq de parler.
[73] La Seyne en scène, Théâtre de La Seyne - Revue locale : “[...] De mon petit nom siou Misé Toinon / La plus belle sportivomane. / Il faudrait me voir, du matin au soir / Menant mon arrestempanne. / Les gens épatés, me voyant passer / Quand je remont la brise / Disent bien sincèrement : / Quelle femme exquise / Et quel tempérament. / Ei passa su la Ciotat, Cassis / Bandol emé Sanary / Ei passa su San Céry / Oui, ma bello / Siou ana dintré Touloun / N’eï visita fouasso cantoun / E ara (sic) veni eïci / Per visita vouasto pays”. Curieusement, c’est le personnage de la modernité la plus absolue qui parle provençal.
[74] Nouvé Blache, La Bataio de Pamparigousto, Lou Jurat de Barbignolo, Marseille, Ruat, Toulon, Alfen. 1914
“Pamparigousto ?
Ounte s’atrovo ? Entre Lou Lu e Brignolo ; à la pouncho d’uno auto cimo rouscassouso, traucado d’aven - en uno espousicien miejournalo que la caufo livèr e l’abraso l’estiéu. D’en aut, se davalo, pèr de draiòu empereiga, vers la planuro drudo de Canto-Perdris (1). Li sias, parai ? Brave ! n’en siéu mai que mai countènt ! [...] Adounc Pamparigousto, emé si carriero proupreto, de tèms en tèms un pau escalanto ; sis oustau blanquinèu, sa Coumuno relusènto, sa tourre sarrasino ounte lou reloge picavo plan-plan sis ouro e pourtavo aquelo iscripcioun bèn couneigudo : “Passant, garo en uno d’aquesti” ; si font d’aigo clarinello e gisclanto, èro un villagi mai que mai poulit. Soun camp retrancha que countavo proche de douge cent pas de long, demouravo coume lou testimòni roucassous, enfoundra di gràndi lucho d’antan. E vous acerte que ça que i’avié belèu de plus atraiènt en Pamparigousto, èro encaro li Pamparigousten. Ah ! tóuti de bràvi gènt, de travaiaire inalasable ; tóuti païsan endursi, aman la terro pèr la terro, inteligènt, despachatiéu. Mai vièu coumo la poudro, moustardous que noun sai, abrasa d’independènci ; em’aco simplas e creserèu ; Cèlto-Ligourian de plen cor ! Quouro avien parla de Pamparigousto, avien tout di ! La Franço ? L’amavon bèn e degun au regimen fasié meiour sóudat qu’èli. Mai uno fes soun déute paga à la patrio, lèu s’abrivavon devers son vilage, sènso qu’un soulet jouvènt s’ajougnèsse dintre li cièuta qu’avié treva au service. Francès ? Oh ! que si ! Pamparigousten ? Sempre ! I’a coumo acò dins nosto Prouvènço pas mau d’encountrado que pèr ié derraba à si drole lou calignun de la pichoto patrio, li faudrié desranca lou fege e la pèu.[...] [Blache présente le maire, élu depuis 40 ans]. “Em’aco n’èro qu’un païsan ; païsan coumo soun paire, soun rèire-grand e lis autre davans éli. Gènt de la terro que toustèms "avien rustica de contùni e manja de grapié" pèr qu’à l’oustau lou viéure aboundèsse ; derroucasa li colo, prefounda li campas vuege ; senso plagnum ni lassige, lou cor sèmpre countènt e l’amo galoio. Raço ferano indestrutiblo, que li siècle an respeta maugrat si revoulun - raço qu’es lou bàrri, lou trelus, la drudesso dóu terradou prouvençau. [...] Ço qu’avié fa la fourtuno amenistrativo dóu Conse, èro noun souletamen sa drechiero inatacablo - mai subretout l’amourasso de soun village, soun èime sani, soun enavans ferous, soun enràbi de vèire nosti coumuno tutourado pèr de saco de Franchimand que ié couneissien ren ! Acò agradara toujour à nòsti Galés incourregible”.
(1) - Canto-Perdris. On reconnaît l’appellation traditionnelle si souvent reprise, Cf. Maître, Sénès, etc.
[75] P.Fontan, La Galèro, Touloun, La Targo, 1969.
Le Capitaine : “Dins un chantié secrèt ai mounta ma galèro, / Per l’ourguei de moun noum, en l’ounour de ço qu’èro / Antan nosto Prouvènço, e dins la bello espèro / De la vèire, tourna forto e libro deman [...] Règnon sus nosto terro / Li prince de Paris qu n’an fa Paris rèi, / Contro éli vau en guerro / E sus la Nosto Mar li metrai en desrèi. [...] Li pàuri counsòu, éli, d’enterin, / Lis esclau qu’an fa counsòu dóu terraire / An cluga lis uei, crento d’un afaire. [...][Les riches “gava”, qui ont peur de tout perdre, lui ont procuré des matériaux sans se mouiller, le peuple l’a aidé, et surtout les pêcheurs, les travailleurs]. Per lou fièr Ideau que me siéu fa, salut ! [...] D’abord que nosto terro es aro la vassalo / Dis arcandié d’Uba ; [...] Bord que de ciéutadan n’a plus gès au terraire, / Que tóuti, chin batu, lipon lou rude poung / Que li giblo [...] Car entre iéu la sente e touto frenissènto / L’amo de moun païs que vòu mouri jamai. [...] E, pople prouvençau ! quouro l’Astre voudra, / Reprendren lou gouvèr de la terro e di vilo”.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP