La Seyne sur Mer

Accueil > Mistralisme, Félibrige > Mistral, la Bordas et la Commune de Paris

Mistral, la Bordas et la Commune de Paris

vendredi 26 juin 2020, par René MERLE


Après ses imprécations contre la Commune [1], Mistral, dans la belle prose que nous lui connaissons, entreprit d’en exorciser le souvenir par celui d’une belle fille du terroir (Monteux, Vaucluse), que la capitale lointaine et la politique avaient perdue (du moins le pensait-il)… On sent passer dans ces lignes le souffle d’une épopée qui l’horrifie et le fascine, celle du peuple brandissant le drapeau rouge.




La Canaille : Cf. : la Canaille

Mistral, on le voit, n’hésite pas à théâtraliser la scène par l’irruption du soudain salut à Sant Gènt, celui avec lequel la jeune fille innocente terminait ses premières prestations dans son Monteux natal. Ah, la pureté provençale loin des miasmes de la politique, à tout le moins de la politique "rouge"...

Notes

Répondre à cet article

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP