La Seyne sur Mer

Accueil > Mistralisme, Félibrige > L’abstention de Mistral ? 1980. L’engagement de Robert Lafont (...)

L’abstention de Mistral ? 1980. L’engagement de Robert Lafont ?

lundi 20 juillet 2020, par René MERLE

L’enthousiasme occitaniste a pu (et j’y ai cédé moi aussi), dans une sorte de réécriture d’histoire, faire de la révolte des vignerons de 1907 une pleine prise de conscience « méridionale » porteuse possible d’une conscientisation occitaniste.
Une recherche historique m’a permis de prendre conscience qu’en ce qui concerne mon département, département essentiellement viticole alors, à tout le moins, il n’en avait rien été [1].
Un article récent de l’actif et bien connu occitaniste Jean-Louis Blénet dans le journal occitan en ligne Jornalet m’a à nouveau interrogé sur ce sujet [2].
Par faiblesse ou par manque de sens de la responsabilité, Mistral aurait donc déserté, voir « trahi », en refusant d’aller prendre la parole devant l’immense foule des vignerons languedociens (qu’il avait cependant salués dans un message) ?
Je ne vais pas ici me donner le ridicule de condamner ou d’approuver une prise de position, ou plutôt une abstention, que Mistral était à même d’assumer en toute conscience.
Je remarquerai seulement que :
— Les statuts du Félibrige interdisent toute prise de position politique et sociale, c’est-à-dire indirectement politique. Et ces statuts n’ont été violés que dans l’engagement pétainiste de 1940-1944).
— La mission du Félibrige s’étend sur tout l’espace de la langue d’Oc, et pas seulement sur l’espace languedocien.
— Le Félibrige prenait garde à ne donner aucunement prise aux accusations de séparatisme.
— Enfin et surtout, même si la langue a pu apparaître sur des pancartes, la revendication linguistique, axe fondamental du Félibrige, était absente du mouvement.
Tirant la leçon de cette absence de Mistral, Robert Lafont [3] est allé saluer en occitan l’immense manifestation montpelliéraine de la gauche languedocienne, PCF au premier chef (10 mai 1980), sous le slogan de « Vivre au pays » que des militants occitanistes clamaient en occitan par exemple sur le Larzac..
Quel bilan pouvons-nous tirer aujourd’hui pour la langue de cette prise de position politique ? A-t-elle donné un engagement réel et décisif de la Gauche en faveur de la langue et de la culture d’Oc ? Ou n’a-t-elle été qu’un supplément d’âme plaqué sur un mouvement politique en quête de pouvoir ? On connaît les péripéties qui suivirent, la rencontre de Lafont et de Mitterrand, le fameux rapport Giordan, l’entrée en masse au PS de militants politiques occitanistes, l’arrivée de Mitterrand au pouvoir, les promesses non tenues, le dépérissement progressif du mouvement protestataire occitaniste, l’implantation universitaire dans quelques foyers épars, l’avènement d’un respectable et actif mouvement pédagogiste, toujours en vaine quête de reconnaissance et d’aide étatiques… Bref, le lendemain n’a pas été sans doute exactement celui que Robert Lafont aurait espéré.

Notes

[1Cf. : René Merle "Autour de la crise viticole de 1907 dans le Var. Conscience "méridionale" et langue d’Oc" : I. Cf. : René Merle, "Autour de la crise viticole de 1907 dans le Var. Conscience "méridionale" et langue d’Oc". II.
J’y traite notamment de la place de la langue dans les manifestations et dans la presse varoise, et de la position des félibres du Var

[2Jornalet, 20-6-20. https://opinion.jornalet.com/joan-lois-blenet/blog/3211/1907-e-la-lenga
« 1907 e la lenga
Junh de 1907, vaquí una data bèla, la de la granda revòlta viticòla de Lengadòc. Se sap gaire qu’amb ela se joguèt un vertadièr drama per l’occitan. Imaginam pas uèi l’ample que prenguèt aqueste movement. Lo nivèl das manifestacions es estat astronomic. Aital aprèp los 300 000 de Nimes lo 2, se trapèron 600 000 manifestants au Clapàs lo 9 de junh, lo mes qu’es estat la cima dau moviment amb lo 20 la mutinaria dau 17en regiment a Besièrs, e una repression que faguèt ailàs de mòrts. La mitat de la populacion de l’anciana region a manifestar e aquò amb los transpòrts d’aquel temps ! Amb aquel vam de mobilizacion giganta d’un pòble, que gaireben totes, parlavan la lenga, demandèron au grand Frederic Mistral, prèmi Nobel dempuèi 1904, de presidir lo mitin de Montpelhièr. Pèire Devoluy, son successor coma capolier dau Felibrige, movement per la lenga fondat pel quite Mistral, lo venguèt suplicar de genolhós, mas de bada. Lo Mèstre èra tancat en contra de mesclar la lenga aus movements sociaus : refusèt regde. Devoluy diguèt qu’aviá vist Calendau, un eròi d’òc d’una d’un grand poema de Mistral, “renegat per son paire”. I ganhèt una rancura sorna dau Mèstre e se faguèt un fòrt replec conservator dau Felibrige, que refusèt las doberturas qu’engimbrava Devoluy “lo Capolièr de l’accion”, e lèu lo desbanquèron dau capolierat. L’escasença mancada d’afirmacion d’identitat e de la lenga amb la tancadura dau movement que portava la renaissença d’òc, vaquí un punt màger de l’istòria de la cultura nòstra. Las seguidas ne son plan vivas uèi ».

[3Bien que je n’ai jamais partagé la totalité de sa vision politique, j’ai le plus grand respect pour Lafont, éveiller de consciences et de connaissances, qui fut mon directeur de thèse

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP