La Seyne sur Mer

Accueil > Langue d’Oc, études : auteurs, destin de la langue, événements historiques, (...) > Oc. Auteurs, érudits > Hervé Dirosa et Claude Sicre "Notre Occitanie"

Hervé Dirosa et Claude Sicre "Notre Occitanie"

vendredi 19 février 2021, par René MERLE

Je viens de lire d’Hervé Dirosa et Claude Sicre Notre Occitanie. L’ouvrage est très riche. Quelques réflexions en première lecture.
J’écarte immédiatement la possible polémique sur le « notre » Occitanie, ici Occitanie Région préfacée officiellement, et mise en images départementales. Le texte de Sicre, tout enraciné qu’il soit dans un horizon d’enfance et un kaléidoscope de vies, y compris la vie « en Région », n’a rien de régionaliste. Et le Provençal que je suis a grandement apprécié l’éclairage qu’il porte sur ce qui s’est passé en Provence deux siècles auparavant.
Oui, je viens de lire du meilleur Sicre, meilleur au sens non pas de la notation professorale, mais à la mesure de l’acuité de la pensée, une pensée qui dé/range, qui dé/place, et qui par là même peut surprendre, voire abasourdir certains occitanistes pris dans le face à face victimaire du Nous (un peu vite proclamé) et de l’Autre, le grand Autre oppresseur, un grand Autre auquel pourtant l’on ne se fait pas faute de demander en Droit reconnaissance et finances, sans parler de l’accueil dans son Éducation nationale…
Mais laissons cela, ou plutôt ceux-là, pour en venir à ce que je viens de lire. Et de voir, puisque l’ouvrage est un indissociable compagnonnage du plasticien et du théoricien.
N’ayons pas peur du mot « théoricien », car c’est seulement du théoricien d’une pratique que je veux dire quelques mots. La pense de Sicre est éminemment une pensée dialectique, qui refuse l’opposition métaphysique binaire. C’est dans ce sens que l’on peut comprendre sa référence fondamentale à ce que d’aucuns peuvent appeler, bien à tort, une sous-culture, et que je préfère appeler « subcultura », au sens que lui donna le grand Catalan Montalbán, grand consommateur de la chanson et du cinéma « populaires », au sens encore que politiquement lui donna le subcomandanteMarcos. Pas d’opposition binaire entre une sous-culture soudain portée aux nues et la grand Culture, soudain anathémisée. Mais la révélation d’une Atlantide si évidente, et pourtant ignorée, à partir de laquelle Sicre élabore sa vision tonique et démystifiante de l’Action en responsabilité qui fracasse l’abominable mise en abyme Paris – Province. Un Sub qui signifie Ici et en même temps Ailleurs, comme le SOUS-marin dont le périscope révèle les deux mondes. Un Sub qui n’est pas retour aux catacombes, mais nous amène, et parfois par des formules décisives, vers des hauteurs, comme des profondeurs, où l’oxygène risque de manquer à qui reste le nez collé sur la vitre. En faisant éclater la notion de « Province », rebaptisée « Région » ou plus récemment et bouffonnement encore « Territoire », Sicre fait aussi éclater la fausse opposition « Jacobins – Girondins », « Oppresseurs – victimes » à laquelle il substitue le devoir d’agir et de créer en responsabilité en se dégageant du rouleau compresseur de l’emprise centralisatrice uniformisatrice.
René Merle

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP