La Seyne sur Mer

Accueil > Langue d’Oc, études : auteurs, destin de la langue, événements historiques, (...) > Oc. Destin de la langue

Oc. Destin de la langue

Dernier ajout : 6 août.

Articles de cette rubrique

  • Occitan : unification, re/création ?

    6 août, par René MERLE

    Je me souviens m’être quelque peu énervé, il y a quelques années, quand j’avais lu dans Marianne cette tirade signée Éric Conan : « L’enjeu véritable n’est en réalité pas tant de sauver ou de défendre la dignité de langues régionales - qui, pour beaucoup, sont des dialectes locaux unifiés ou recréés artificiellement et guère plus parlés » écrivait-il savamment. J’avais donné alors mon point de vue, sans succès. Et depuis, c’est par dizaines que je pourrais citer des articles qui reprennent inlassablement les mêmes (...)

  • Provençal, langue d’un Peuple, arme du peuple ?

    5 août, par René MERLE

    René Merle, "Provençal, langue d’un Peuple, arme du peuple ?", Ostau dau País Marselhés, 26 mai 2006. Canevas de la conférence.
    Merci à l’Ostau dau País Marselhés pour cette invitation. Ce que vous faites dans la plus grande ville de Provence est porteur de jeunesse et d’avenir, et c’est un plaisir pour moi de le soutenir. 
 En traitant ce soir de la situation de la langue occitane en Provence, je voudrais, en regardant d’où on vient, et ce sera mon propos (la situation de la fin du Moyen Âge jusqu’au (...)

  • Désanat et la modernité : le chemin de fer

    30 juillet, par René MERLE

    Alors que Gelu vilipende "le progrès" et se lamente devant l’énorme bouleversement occasionné par les innombrables grands travaux du nouveau Marseille - "Marseille n’est plus Marseille" -, le courtier marron Désanat est bien représentatif de cette acceptation réjouie de la modernité, qui est celle du Marseille commerçant et industriel. Un exemple entre cent : son salut aux chemins de fer, dans son hebdomadaire Lou Bouil-Abaïsso (1er février 1845). On n’y cherchera évidemment pas de la grande poésie. (...)

  • De la symbolique de l’annonce et de la prise de parole publiques…

    14 juillet, par René MERLE

    Cf . : Salut a la mòrt ? Beaucoup de félibres et d’occitanistes attachent un grande importance symbolique à ce que les panneaux annonçant les noms des localités utilisent la langue d’Oc. De même, ils se félicitent de voir des rues reprendre leurs anciens noms en occitan, même quand ils n’ont jamais existé (comme je l’ai vu dans ma ville natale de La Seyne). Et que dire des pamoisons quand un homme politique important dit publiquement quelques mots dans la langue du cru, ainsi de François Bayrou parlant (...)

  • Écrire dans sa langue naturelle ?

    10 juillet, par René MERLE

    Avec une citation de Mistral, je reviens sur le choix de langue posé dans l’article Écrire en provençal ou écrire sur la Provence (en français) ? Paul Arène
    En conclusion de son magnifique avant-propos aux »,Œuvres complètes de Victor GeluMistral écrit de la langue provençale :
    « Es en se servènt d’elo que Gelu a crea, e qu’a pouscu crea obro virilo e pouderouso… e, iéu m’alassarai jamai de lou redire, pousquèsse-ti acò estre mai uno leiçoun per li fiéu de Prouvènço que, barbelant de glòri, se desounglon à (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 50

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP