La Seyne sur Mer

Accueil > Francoprovençal : France, Italie, Suisse > Francoprovençal généralités

Francoprovençal généralités

Dernier ajout : 13 août.

Articles de cette rubrique

  • Mon itinerari francòprovençau

    13 août, par René MERLE

    Mon itinerari francòprovençau - Occitans, revista de l’I.E.O, junh de 1993. Vaquí lei vacanças, e bessai la possibilitat de rescontrar la lenga que, despuèi que la baptejèt l’Ascòli i a mai d’un sègle, lei lingüistas sònan “francòprovençau”. Es per l’escrich qu’auretz tot d’una pròva de sa (misteriosa) existéncia : de cronicas dins lei jornaus, de còps que i a de libres dins lei librariás d’estiu, entre la guida dei passejadas e la cosina regionala. Per l’entendre, es un autre afar ! Ausissèm pas gaire (...)

  • Mon intérêt pour le francoprovençal

    25 juillet, par René MERLE

    Cf. les textes de la rubrique : Francoprovençal : France, Italie, Suisse
    J’ai souvent été interrogé à propos de la simultanéité, a priori surprenante, d’intérêts linguistiques différents, en dehors de ceux portés à la langue et la culture d’Oc. Je voudrais seulement aujourd’hui répondre à des questions sur la place que tient sur ce site le francoprovençal (arpitan). Passe, me dit-on, que vous sacrifiez à la langue d’oc : elle fait partie de votre patrimoine personnel, familial, provençal, vous la parlez, (...)

  • Arpitan francoprovençal

    25 juillet, par René MERLE

    On sait (ou on ne sait pas) qu’en 1873 le linguiste italien Ascoli a baptisé franco-provençal un ensemble de parlers gallo-romans alors encore vivants en France, Suisse, Italie.
    Cf. les textes de la rubrique "Francoprovençal"
    Francoprovençal : France, Italie, Suisse
    Pour ne pas laisser s’installer la fausse idée que cette langue n’était qu’un mélange de français et de provençal (ancienne appellation de la langue d’oc), le colloque de dialectologie francoprovençale de 1969 (Université de Neuchâtel) a (...)

  • Léon Clédat et les parlers franco-provençaux

    17 mai, par René MERLE

    On a peine à imaginer aujourd’hui la floraison d’études et de revues consacrées aux patois de France dans les trente dernières années du XIXe siècle, floraison qui, bien entendu, procédait de l’inventaire avant disparition et non d’une tentative « renaissantiste ». Parmi ces initiatives, signalons particulièrement celle de Léon Clédat, professeur à la faculté de lettres de Lyon, qui mena une enquête serrée sur les « patois » de la région lyonnaise (au sens large). Voici sa méthode de travail, telle qu’il la (...)

  • Lamartine, la Bourgogne et le Midi

    6 mai, par René MERLE

    Un des critiques littéraires les plus en vue du temps, André Thibaudet, salua Mistral dans le numéro spécial de La Nouvelle Revue Française, (n°200, mai 1930), publié à l’occasion du centenaire de la naissance du poète. Dans "Lamartine et Mistral", Thibaudet évoque bien sûr la rencontre parisienne de 1858 : le jeune poète provençal de 28 ans, encore inconnu, et le poète de 68 ans, déjà quelque peu oublié, mais dont un article va assurer à Mirèio de Mistral une renommée nationale.
    De cet article, j’extrais (...)

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP