La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Maghreb > Un timbre à l’effigie de Mouloud Mammeri

Un timbre à l’effigie de Mouloud Mammeri

vendredi 25 janvier 2019, par René Merle

Mammeri n’a pas toujours eu droit à cette reconnaissance officielle, loin s’en faut.

Le 28 décembre 2017 était officiellement présenté le timbre algérien à l’effigie de Mouloud Mammeri [1917-1989]. La première oblitération a eu lieu le 30.
Ainsi était honoré officiellement le grand écrivain, anthropologue et linguiste que fut Mammeri, éminent défenseur de l’identité et de la langue berbère, et particulièrement celles de sa Kabylie natale.
Mammeri n’a pas toujours eu droit à cette reconnaissance officielle, loin s’en faut. En 1980, l’interdiction de sa conférence sur la poésie kabyle à Tizi Ouzou fut à l’origine du « printemps berbère », vague de manifestations, violemment réprimées, réclamant l’officialisation de la langue tamazight et de l’identité berbère.
Mammeri est mort en 1989 des suites d’un accident de voiture. Sans la moindre représentation officielle, une immense foule (au moins 200.000 personnes) accompagna ses obsèques, chez lui à Taourit Mimoun, en Kabylie.
Cette information philatélique m’a renvoyé à la complexité de la situation d’un pays dont l’histoire et le présent sont si fortement liés, pour le pire et le meilleur, à notre histoire et à notre présent. J’y reviendrai sans doute.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP