La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Maghreb > Drapeau berbère

Drapeau berbère

vendredi 25 janvier 2019, par René Merle

De la Lybie au Maroc

J’ai vu pour la première fois le drapeau amazigh [1] et l’alphabet tifinagh lors d’un passage à Tizi-Ouzou en 1989.
Je l’ai revu souvent ensuite sur des initiatives kabyles en France, où l’émigration kabyle puis marocaine ont été depuis longtemps très importantes, et le demeurent. Symbole identitaire, linguistique et culturel : le berbère (tamazight) est sans doute, avec ses 2 millions de locuteurs, une des langues les plus parlées en France. Je l’entends facilement dans les rues de ma ville. J’ai même entendu notre ex-ministre de l’Éducation nationale le parler :
Ministre
Et je l’ai retrouvé dans les actualités en symbole identitaire et contestataire non seulement en Kabylie, mais dans d’autres régions berbérophones d’Algérie.Je l’ai vu dans des émissions de télé sur la Libye, porté par des militants amazighs anti-kadhafistes de l’extrême Ouest libyen.
Je l’ai encore vu tout récemment brandi lors des immenses manifestations de protestation politique et sociale dans le Rif marocain…
J’ai même appris que ce drapeau était devenu « officiellement » le drapeau de tous les Berbères du Maghreb depuis le congrès, tenu… aux Iles Canaries par des militants se réclamant de l’antique population guanche, submergée par la conquête espagnole.
Au-delà d’une même aspiration à la reconnaissance de la langue, on mesure l’extrême variété de situations géographiques, sociologiques, culturelles et politiques que recouvre ce recours à un symbole identitaire commun.
Dans ce kaléidoscope, la Kabylie tient une place particulière. J’y reviendrai.

Sur le drapeau, le bleu représente la Méditerranée et l’Océan, le vert les plaines et montagnes verdoyantes, le jaune le désert. Le symbole central, la lettre Z de l’antique alphabet tifinagh, représente par sa forme l’homme libre.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP