La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Court XXe siècle, 1914 - 1945 > France 1914-1945 > "Le Matin", la "Révolution nationale" totalitaire et l’Angleterre, juillet (...)

"Le Matin", la "Révolution nationale" totalitaire et l’Angleterre, juillet 1940

jeudi 26 novembre 2020, par René Merle

Cf. : « Révolution nationale 1940 ». L’approbation enthousiaste du grand journal conservateur "Le Temps"

Dans ses éditoriaux, le grand journal d’information - qui, à la différence de l’élitiste Le Temps, se veut populaire (à droite, et très à droite) - n’a que deux ennemis : les gouvernements précédents, responsables de la catastrophe, et l’ex-alliée, l’Angleterre !
La révision de la Constitution apparaît comme une nécessité bénéfique, qui fait l’unanimité.
Quelques extraits :

– 8 juillet – Le journal se félicite que l’aviation française bombarde Gibraltar, il relate "le succès éclatant" des raids de l’aviation allemande sur la Grande Bretagne – C’est sans la moindre émotion qu’il donne en première page l’annonce de Laval, ainsi titrée : « Avec la nouvelle constitution, il n’y aura plus de partis politiques » - « Il (Laval) a préparé un texte, à soumettre à l’Assemblée nationale, qui prévoit l’abolition du régime parlementaire actuel et donne les pleins pouvoirs au président du conseil, le maréchal Pétain, pour instaurer une nouvelle constitution française. [...] M. Laval a souligné que cette nouvelle constitution devrait s’accorder, en France, avec les régimes politiques des états totalitaires, régimes qui ont si bien réussi à relever deux grands pays [1]. Grâce à cette adaptation, la France pourra fixer des bases plus saines et plus solides de collaboration avec ces deux états et ce pour le plus grand bien du pays. La nouvelle constitution française ne sera pas une imitation servile mais tiendra compte dans la plus large mesure du caractère français. Dégagée de toute tendance réactionnaire [2], elle facilitera la reconstruction du pays en tenant compte des grands problèmes sociaux. L’État affirmera d’une part son autorité souveraine et d’autre part, garantira les droits du travail, de la famille et de la patrie. Cette réforme nécessiterait la suppression des partis politiques et la création d’un parti unique. Ce sera dans l’histoire française une véritable révolution."

Le Matin - 9 juillet – On lit en manchette : " Il me semble que les Anglais sont la pire race qu’il y ait sous le soleil. Lord Byron " ).
Et voici l’éditorial :
" QUAND ON NE FAIT PAS SON DEVOIR
Que peuvent penser en ce moment, sur les bateaux qui les emportent, les hommes qui hier étaient les maîtres de la France ? Les Daladier, les Léon Blum, les Campinchi, les Vincent Auriol les Jean Zay, les Mandel appraissent comme des maudits [3]. Peut-on espérer que des remords les assaillent ? Comprennent-ils quelle a été leur stupidité criminelle de mettre la France aux ordres de l’Angleterre et de déclarer la guerre ? Responsables de notre impréparation militaire, ils osent parler d’attaques foudroyantes et de victoires décisives. Les responsabilités de ces maudits sont terribles et doivent les écraser. Que chaque Français se pénètre bien de cette idée : quand on ne fait pas son devoir, la ruine n’est pas loin. Les « masses » ne sont pas responsables mais elles payent les fautes et les crimes des chefs qu’elles se sont données.
"

On conçoit que les lecteurs du Matin, et ils sont alors encore nombreux, ne soient pas portés à la moindre action de résistance contre un occupant posé en modèle constitutionnel "totalitaire" efficace, et un État français naissant qui effacera les tares de la gauche, et de la République.

Notes

[1Évidemment, l’Allemagne et l’Italie. On ne peut plus clairement s’aligner sur le fascisme et le nazisme

[2L’adjectif ne manque pas de piquant sous la bouche de l’ancien socialiste révolutionnaire Laval

[3Daladier, Mandel, Zay, Campinchi étaient effectivement sur le "Massilia", en route vers le Maroc où ils espéraient former un gouvernement continuant le combat contre l’Allemagne. Auriol, Blum, étaient à Vichy et refusèrent les pleins pouvoirs à Pétain

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP