La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Court XXe siècle, 1914 - 1945 > Italie, 1914-1945 > Hobsbawm parle de Gramsci

Hobsbawm parle de Gramsci

vendredi 1er février 2019, par René Merle

Pour qui comprend l’italien, comment ne pas être ému par ce propos du célèbre historien gallois [1917-2012], un des hommages à Gramsci les plus émouvants que je connaisse. Dans un italien parfait, Hobsbawm s’adresse à "Nino" qui est né la même année que son père, mais Nino n’est pas comme un père pour l’historien, il est bien plutôt un compagnon vivant de pensée et de lutte. En faisant référence à sa condition de Gallois (dans le cadre de l’État multinational britannique), Hobsbawm montre l’importance pour Gramsci de sa Sardaigne natale. Galles et Sardaigne, deux entités périphériques liées au Centre, et en même temps opprimées par le Centre. Certes, Gramsci est bien plus qu’un Sarde, mais sans cette appartenance il est impossible de le comprendre.
Je n’arrête pas de te lire, dit Hobsbawm à Nino, car tu es vivant non seulement pour tous les intellectuels du Monde, mais aussi pour tous ceux qui veulent un monde meilleur. Les progrès obtenus par les luttes dans les pays industrialisés avancés sont loin d’être encore à la portée des immenses masses misérables des cinq continents, et donc la lutte continue, plus que jamais

Les biographies de Hobsbawm abondent sur le Net. En clin d’œil, donnons celle d’un journal qui l’a longtemps boycotté* :
Hobsbawn
* Ne pas confondre Le Monde avec Le Monde Diplomatique qui a contribué à l’édition des travaux d’Hobsbawm, que toutes les maisons d’édition françaises, bien conseillées par les historiens en cour, (chiens de garde de la pensée unique) avaient refusées !

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP