La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Libertaires > Louise Michel contre la corrida

Louise Michel contre la corrida

lundi 15 février 2021, par René Merle

Louise Michel est ainsi honorée dans le musée qui lui est consacré dans sa localité natale Vroncourt-la-Côte (Haute Marne), où est repris de texte de ses Mémoires ( F. Roy, 1886)

Sa position rejoint tout un courant socialiste et libertaire de défense des droits des animaux, d’opposition à la vivisection et à la corrida (courant non socialiste méridional en l’occurrence, on l’imagine) auquel la Revue socialiste fait écho à la fin des années 1880.

Dans la « Chanson de cirque. Corrida de Muerte », (sur l’air de « Cadet Rousselle » [1]), Louise Michel lie l’engouement du Tout Paris pour la tauromachie à sa délectation devant la mise à mort des Communards.

Les hauts barons blasonnés d’or,
Les duchesses de similor,
Les viveuses toutes hagardes,
Les crevés aux faces blafardes,
Vont s’égayer. Ah ! oui, vraiment,
Jacques Bonhomme est bon enfant.
C’est du sang vermeil qu’ils vont voir.
Jadis, comme un rouge abattoir,
Paris ne fut pour eux qu’un drame
Et ce souvenir les affame ;
Ils en ont soif. Ah ! oui, vraiment,
Jacques Bonhomme est bon enfant.
Peut-être qu’ils visent plus haut :
Après le cirque, l’échafaud ;
La morgue corseææra la fête.
Aujourd’hui seulement la bête,
Et demain l’homme. Ah ! oui, vraiment
Jacques Bonhomme est bon enfant.
Les repus ont le rouge aux yeux.
Et cela fait songer les gueux,
Les gueux expirants de misère.
Tant mieux ! Aux fainéants la guerre ;
Ils ne diront plus si longtemps :
Jacques Bonhomme est bon enfant.

Notes

[1Laurent Tailhade, Œuvres complètes de Louise Michel, Librairie internationaliste, Alforville, 1900-1910

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP