La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Socialistes 1871-1918 > Clovis Hugues – « Misère »

Clovis Hugues – « Misère »

jeudi 8 octobre 2020, par René Merle

Steinlen
Clovis Hugues a 20 ans. Le futur député socialiste vient d’être condamné à quatre ans de prison pour sa participation à la Commune insurrectionnelle de Marseille. Ce poème sera publié en 1875 dans son premier recueil, Poèmes de prison.

AUTRE MISÈRE

L’autre hiver, la tête lassée,
J’entrai dans un café-concert,
Horrible taverne adossée
Au fond d’un vieux quartier désert.

Les décors avaient sur la scène
Des airs de tristesse. Une enfant
Chantait une chanson obscène
Dans ce lupanar étouffant.

Elle était là, le front tout pâle,
Ses yeux lugubrement profonds,
Soulignant l’allusion sale
De gestes tristes et bouffons.

Sous sa robe étroite et fripée
La misérable avait, hélas !
De vagues raideurs de poupée,
D’étranges lourdeurs de corps las.

Un tout petit bout de dentelle,
Festonné d’ourlets jaunissants,
Esquissait sa poitrine frêle,
Ses seins ronds, fluets et naissants.

Quand elle exprimait, les mains jointes,
Quelque charnel désir d’amour,
Ses deux coudes montraient leurs pointes
Dans l’étoffe cousue à jour.

Elle avait douze ans, la pauvrette !
Douze ans ! l’âge charmant et doux !
Et son sourire était honnête,
Pendant qu’on lui jetait des sous.

Marseille, prison Saint-Pierre, 1871

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP