La Seyne sur Mer

Accueil > φιλοσοφία > Althusser et les deux traditions matérialistes

Althusser et les deux traditions matérialistes

lundi 16 décembre 2019, par René Merle

Démocrite, Épicure, Machiavel, Hobbes, Rousseau, Marx et Heidegger...

On a peine aujourd’hui à imaginer l’écho des publications d’Althusser des années 1960-1970 dans les milieux se réclamant du marxisme, (et ils étaient fournis à l’époque), comme les controverses qu’elles suscitèrent.
Mon propos n’est pas de revenir sur la querelle un peu trop vite schématisée par la question : « le marxisme est-il un humanisme, ou une science ? »
Question qui pouvait se formuler autrement en ces années de découverte des œuvres de jeunesse de Marx : « peut-on déguiser le Marx de la maturité en jeune Marx, idéologue éthique cherchant ses marques ? »
Querelles qui peuvent apparaître bien vaines aujourd’hui, (après l’effondrement de l’Union soviétique et la victoire du néo libéralisme, comme après la triste fin du philosophe meurtrier), mais qui ne le sont probablement pas.
Je veux seulement pointer ici ce point de vue d’Althusser [1] qui déconcerta nombre de ses disciples structuralistes et déterministes, et qui illustre ce que vous pouvez lire sur ce site à propos du clinamem (voir ce mot clé) :

« Mon intention, ici, est d’insister sur l’existence d’une tradition matérialiste non reconnue par l’histoire de la philosophie. Celle de Démocrite, Épicure, Machiavel, Hobbes, Rousseau, Marx et Heidegger, avec les catégories qu’ils ont soutenues : celles de vide, de limite, de marge, d’absence de centre, de déplacement du centre dans la marge (et vice versa), et de liberté. Matérialisme de la rencontre, de la contingence, en somme de l’aléatoire, qui s’oppose même aux matérialismes reconnus comme tels, y compris à celui communément attribué à Marx, Engels et Lénine, lequel, comme tout matérialisme de la tradition rationaliste, est un matérialisme de la nécessité et de la téléologie, c’est-à-dire une forme déguisée d’idéalisme. »

Notes

[1Louis Althusser, introduction,Sur la philosophie, L’Infini, nrf, Gallimard, 1994.
Une partie de cet ouvrage, les entretiens de Louis Althusser avec Fernanda Navarro, avait été initialement publiée au Mexique sous le titre de Filosofía y marxismo, Siglo XXI Editores, 1988

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP