La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Court XXe siècle, 1914 - 1945 > France > Montéhus, la Jeune Garde

Montéhus, la Jeune Garde

dimanche 2 février 2020, par René Merle

Un chant de combat qui eut son heure de gloire

Dans la foulée de la Révolution russe de 1917, une jeunesse française "rouge", bien minoritaire certes, mais décidée, faisait entendre sa voix ouvrière et paysanne... C’est pour elle qu’en 1920, avant la scission de Tours entre socialistes et communistes, Montéhus écrivit sur une musique de Saint-Gilles ce chant de combat révolutionnaire, qui fut adopté ensuite par les jeunesses socialistes comme par les jeunesses communistes (ces dernières substituant à « la jeune France » une « jeune Garde » inspirée des « gardes rouges » de 1917). Montéhus est l’auteur des deux premiers couplets. Les autres ont été rajoutés.
Qui aujourd’hui connaît "la Jeune Garde" ? Et qui la chanterait, sinon en mode kitch ? Les espérances et les illusions révolutionnaires de 1920 sont bien loin derrière nous. Et, en dépit de certaines apparences violentes et minoritaires, elles ne sont pas celles de ceux qui manifestent aujourd’hui, alors que les quartiers populaires semblaient demeurer dans l’expectative.
Une question court à propos de ces derniers : une jeune relève montera-t-elle un jour des profondeurs de notre société, pour apporter une force nouvelle à la contestation sociale ? ou s’enfermera-t-elle dans des impasses communautaristes et cliéntélistes ?

Couplet 1 :

Nous sommes la jeune garde

Nous sommes les gars de l’avenir

Élevés dans la souffrance,

Oui, nous saurons vaincre ou mourir.

Nous combattons pour la bonne cause,

Pour délivrer le genre humain

Tant pis si notre sang arrose

Les pavés sur notre chemin.


Refrain :

Prenez garde ! Prenez garde !

Vous les sabreurs, les bourgeois, les gavés, et les curés

V’là la jeune garde ! V’là la jeune garde,

Qui descend sur le pavé.

C’est la lutte finale qui commence,

C’est la revanch’ de tous les meurt de faim

C’est la révolution qui s’avance,

Et qui sera victorieuse demain.

Prenez garde ! Prenez garde ! A la jeune garde !


Couplet 2 :

Enfants de la misère,

De force nous sommes des révoltés

Nous vengerons nos pères

Que des brigands ont exploité.

Nous ne voulons plus de famine

A qui travaille il faut du pain,

Demain nous prendrons les usines,

Nous sommes des hommes et non des chiens.


Montéhus

1 Message

  • Montéhus, la Jeune Garde Le 2 février à 08:06, par Olivier Girolami

    Bonjour René.
    Cette chanson prend aux tripes… Sur la forme elle accuse son siècle, mais sur le fond elle est malheureusement encore très actuelle !
    Amitiés

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP