La Seyne sur Mer

Accueil > Identités, régionalismes, nationalisme > Que la fête commence, Tavernier

Que la fête commence, Tavernier

mardi 14 janvier 2020, par René Merle

Un regard sur l’unité française et le nationalisme breton

Les cinéphiles des années 1970 (il en reste encore d’à peu près lucides) se souviennent certainement du passionnant film historique de Bertrand Tavernier, Que la fête commence (1975), avec sa distribution d’enfer : Jean-Pierre Marielle, Philippe Noiret, Jean Rochefort, Marina Vlady, (accessoirement aussi les noms connus de la troupe du Splendid), et j’en passe...
On a pu le revoir tout dernièrement sur le petit écran, et il n’a pas pris une ride, je dirais même qu’il s’est encore bonifié quarante ans après... Décidément, Tavernier, outre sa façon de filmer, est un éclaireur de conscience et un révélateur de la vraie histoire de France, tourmentée, contradictoire... et passionnante.
Dans son tableau de la Régence, Tavernier mettait en scène un épisode peu connu, en dehors de la Bretagne : la conspiration indépendantiste et républicaine du Marquis de Pontcallec, (joué par Jean-Pierre Marielle), et fait comprendre pourquoi elle ne put recevoir un aval populaire.
La pathétique et très belle chanson Gwerz marv Pontkallek (complainte de la mort de Pontcallec) est dans le film interprétée par Gilles Servat.

Cf. paroles bretonnes et traduction :Pontkallek

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP