La Seyne sur Mer

Accueil > Identités, régionalismes, nationalisme > Francophonie, des ambiguïtés du concept

Francophonie, des ambiguïtés du concept

mardi 31 mars 2020, par René Merle


On nous serine que " Plus que la langue, la francophonie est une communauté de principes et d’idéaux. "
Nous voilà bien...
Plus que la langue bien sûr, puisqu’on ne doit pas beaucoup parler français dans nombre de ces pays observateurs (en vert sur la carte), mais l’intention y est...
Mais la langue quand même, dans des pays où elle fut jadis vivante culturellement (Egypte par exemple), la langue qui vit dans des pays fort anciennement colonisés (Canada, Haïti, Seychelles, Maurice) et qui s’impose pour la masse de pays décolonisés dans la seconde moitié du XXe siècle (avec des absences de taille, comme l’Algérie). La langue aussi bien sûr dans des pays européens qui, hormis l’épisode de départementalisation (1793-1815) ne relevèrent jamais de l’État français (Andorre, Belgique, Monaco, Suisse...)
Paradoxe d’une France qui se proclame fière de ce rayonnement linguistique, mais où on ne se prive pas de se foutre de l’accent français des Belges, des Suisses, voire des Antillais et des Africains, où l’on suggère tranquillement que les Québécois et les Haïtiens devraient faire effort d’intelligibilité, bref une France où il n’est de bon bec que de Paris... Paradoxe d’une France où les "élites" ont depuis longtemps fait soumission à la domination de l’anglo-américain du capitalisme international, et où la publicité nous rappelle avec une insistance croissante la nécessité de le connaître. Paradoxe d’une France où depuis quelque temps les réunions d’affaires, les débats de projets, etc. se font de plus en plus en anglais, même entre Français...
Mais enfin, et quand même, la langue...
La langue certes, mais aussi et surtout, comme nous le rappelle notre Président, les VALEURS !!!
75 états de l’Organisation internationale de la francophonie (56 membres et 19 observateurs) [Guinée-Bissau, Madagascar et Mali provisoirement suspendus au nom de ces valeurs] soit 890 millions d’habitants, tous unis par ces valeurs universelles que la France a miraculeusement générées, et qu’elle a portées de par le monde, le plus souvent le sabre à la main, de Jacques Cartier au brave général Bugeaud, de Ferdinand de Lesseps (pas de sabre, Bonaparte l’avait déjà brandi en Égypte) à l’amiral Thierry d’Argenlieu cher aux Vietnamiens... Valeurs universelles des Droits de l’Homme (et de la Femme sans doute) que partagent éminemment des observateurs comme les Émirats arabes unis (Emirates voyons, ah ce cher Qatar !) et la Hongrie qui désormais venère Horthy, des membres turbulents comme l’Albanie ou le Congo RD, etc., etc... Des valeurs que mettent en œuvre de la façon que l’on sait tant de dirigeants africains et balkaniques. Bref, côté valeurs, il semble qu’il y ait du pain sur la planche et des efforts à faire.
Mais comme la francophonie est aussi, à l’évidence, un considérable atout économique, commercial et stratégique, nul doute que ces efforts, pour être proclamés nécessaires, ne seront guère sollicités...

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP