La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Faits de société > Individualisme ? Quand j’étais gosse, j’entendais une amusante (...)

Individualisme ? Quand j’étais gosse, j’entendais une amusante et...

dimanche 19 janvier 2020, par René Merle

Quand j’étais gosse, j’entendais une amusante et cinglante dénonciation des ultra individualistes (amis provençalistes et occitanistes, ne m’en veuillez pas si je ne la donne pas dans une de vos (nos) graphies, je l’écris comme l’auraient écrite ceux qui parlaient) :
« Iéou sé vouliéou, mi cagarié ei braillo / Lou cuou es miou, lei braillo soun pagado ».
Même si les locuteurs du provençal se comptent désormais sur les doigts d’une main (non, j’exagère), je ne traduis pas, ce serait un peu grossier.
L’individualisme clos a bien sûr depuis longtemps existé, mais vous conviendrez que le système néo-libéral, en niant les vraies solidarités, enferme chacun dans sa bulle et ses fantasmes, quitte à nous regrouper dans des rassemblements ludiques sans danger. Histoire de mieux gouverner bien sûr.
Mais si le système néo-libéral est une entité bien abstraite, le drame est que cette irresponsabilité ambiante est aussi assumée clairement par ceux qui nous dirigent. La catastrophe écologique en est la triste preuve. Et notre Président, qui nous mène au désastre, nous répèterait bien la comptine… s’il comprenait le provençal.
En tout cas, à leur façon, les mouvements sociaux qui secouent la France depuis deux ans sont aussi un bel antidote contre cet individualisme négatif et ces irresponsabilités.

2 Messages

  • Quand j’étais gosse, j’entendais une amusante et... Le 7 juin à 14:29, par Jean-Yves Royer

    Ieu pereu, de pichòt entendiáu cantorlejar aquò per ma maire (mai que mai), ma grand e mon oncle. Sabo pas tròp coma l’auriá escrich : lei quauquei letras que me mandet en provençau quand èro de sordat avián una grafia espontanèia basada sus lo francés, mai pron diferenta d’aquesta ; per ma grand, que sachet pas parlar francés avans les alentorns de sei vint ans (e arrestet de me lo parlar dins lo darrier desenat d’ans de sa vida, contenta qu’èra que li respondèsso parier) sabiá practicament pas escriure. Me n’avisèro de pichòt, un jorn que li aviáu demandat de me faire un mot d’escusas qu’èro per arribar tardier a l’escòla : deguèro li copiar lo mot, et aguet pron pena a lo recopiar sus un autre papier.

    Sa forma d’aquela cançoneta èra aquesta :

    « Ieu, se voliáu, cagariáu dins mei bralhas,
    Mon cuou ei mieu, lei bralhas son pagadas... »

    Mai bota, per ieu èra just un d’aquelei dires riserèus, coma « Tanta Margarida, que fètz aquí d’aut ? » ò la farandola de Misè Madon. Auriáu jamai pensat a l’i veire una denoncacion de l’individualisme !...

    Es qu’es aquò qu’avián en tèsta lo monde que cantavon aquò ? A l’i tornar pensar, m’aviso qu’es probable : fuguèsse just lo plesir de parlar de cuou ò de cagar, èra pas besonh de l’i apondre qunta morala que siegue... Ce qu’empachava pas de pichòts que l’entendián de l’i veire quauqua galejada sensa anar pus luenh. Mai ara que siáu grandet...

    Adonc m’a faugut legir aquelei linhas merlatencas per m’avisar de tot aquò. Coma disián pereu la maire e la grand : « La vièlha voliá jamai morir : totjorn n’apreniá !... » E manifestament es parier per lei vièlhs...

    La pròva ? Aièr èro anat passejar amb un collèga dins lei Rovièras d’Ongla, d’abòrd qu’una amiga de Sant-Maime m’aviá dich que quauqu’un li aviá aduch de rossons (lo nom que metem ais pès de Lura a ce qu’en francés li dien de « chanterelles ». Troberiam ren, e après aneriam a Ongla per de dire de beure un còp. Just una taula èra ocupada en terrassa dau Bistròt de Païs per quatre tipes que jugavon a la contrada. Un des quatre (pus jove que ieu, que podriá èsser mon fiu) e que se conoissem un pauc, me saludet ansin : « Alòr, siás anar boletar ? » Me fauguet una segonda per comprendre aqueu mot qu’aviáu jamai entendut, e li respondèro : « Nani, siam anats dins lei Rovièras d’Ongla e avem ren trobat. » Me venguet adonc : « Fau esperar encar un pauc, mai la setmana que vèn, n’i aurà. » E reprenguet sa partida.

    Vèno de regardar sus lo TDF. Lo mot boletar l’i es pas (pas mai d’alhors que rosson dins aqueu sens), mai sa formacion sus bolet, un dei noms generics dei « champignons » en occitan, e qu’es aqueu utilisat aicí es evidenta. Ce que fai que lo comprenguèro lèu. E òc ! Lei vièlhs an aquò dei vièlhas : deurián jamai morir...

    Répondre à ce message

    • Quand j’étais gosse, j’entendais une amusante et... Le 7 juin à 20:03, par René Merle

      Aqueu de còp ! Un messatge dau Joan Ives ! Tot d’una, cresèri qu’èra per mon siti « lingüistic ! » Remembrança, puei siguèri espantat de veire qu’èra per mon siti « politicò-generalista » (ren qu’aquó !).
      Te faguès pas de marrit sang, que vòli pas esclairar sistematicament de dichas provençalas la vida politica e sociala !
      Mai aquesta de dicha me pivelava qu’afortissiá au còp l’independéncia personala necessària e la conariá individualista fonsa…
      E puei, m’as comprès, èra tanben un biais d’évocar lo provençau per de legeires d’en pertot, que la grand part sabon pas manco que lo provençau exista (va sabi, francisme, mais ai pas jamai auvit dire « existir »).
      M’a fach gaug de te legir. E, coma va dises, aprenem totjorn quauquaren. Tant vielh que siáu, ne’n fau enca’ l’experiéncia.
      A tu e a un autre còp…
      renat merle

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP