La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Classes sociales et Mouvements sociaux contemporains > Le Mouvement social... et notre Alien

Le Mouvement social... et notre Alien

mardi 11 février 2020, par René Merle

Bien que le feu couve sous la cendre, notre Alien président a cru désamorcer le mouvement Gilets jaunes par la trique, et surtout par le chloroforme du Grand Débat.
Outre la trique et l’indifférence, il compte bien désamorcer l’actuelle protestation sociale en l’occultant par le virus chinois et la préparation (légitime) des municipales.
Il n’en reste pas moins que se sont mis en mouvement des pans entiers de la petite (rien de péjoratif) middle class salariée et la couche supérieure (rien de laudatif) de la middle class (cadres, avocats, pilotes, etc.). Middle class salariée plus du public aux emplois relativement sécurisés, que du privé, où l’emploi ne tient qu’à un fil...
Un temps suiveurs des Gilets jaunes, les pauvres et les précaires regardent manifester ceux qui en ont encore la possibilité.
La jeunesse des lycées et des facultés a d’autres soucis immédiats, et elle attend son heure pour entrer dans la danse, à sa façon.
Si notre Alien compte sur la lassitude pour que s’étiolent les manifestations à répétition, il apparaît bien dépourvu devant la multiplication de formes d’action nouvelles et créatives, qui à terme peuvent embraser le pays. « Grévilla » multiforme…
Nous verrons bien qui l’emportera dans l’opinion de l’immaturité ou de la responsabilité...
Sinon, notre Attila pourra achever son travail de destruction de tous nos acquis sociaux !

1 Message

  • Le Mouvement social... et notre Alien Le 11 février à 19:00, par jean-yves salmeron

    Le feu couverait il aussi chez Paris Match qui annonce un recul de 4 points de notre Président ?
    Clair et net dans l’annonce.
    Je cite :
    "Il continue ainsi à creuser sa « popularité de classe », selon la formule de Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Le président baisse chez les ouvriers (19 %, – 7) et les employés (25 %, – 6) mais perd du terrain – fait nouveau – chez les cadres supérieurs (51 %, – 7). Si le chef de l’Etat chute de 5 points chez les retraités (42 %), il recule nettement à droite. "
    Tu as raison René, le feu couve sous la cendre, même dans la presse valet de pisse.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP