La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Seconde République > Seconde République : le parti de l’Ordre et la haine des faibles (Noirs, (...)

Seconde République : le parti de l’Ordre et la haine des faibles (Noirs, Femmes)…

mardi 25 février 2020, par René Merle

Vous avez pu lire sur le beau site de l’association 1851 [1] ce billet que j’y avais placé il y a peu.
Mais comme il vaut vraiement son pesant de moutarde, je le redonne ici.
Il s’agit d’un extrait de l’ouvrage du très réactionnaire Alphonse Lucas, Les Clubs et les Clubistes. Histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848, Paris, Dentu, 1851 (seconde édition).
Rien d’étonnant à ce que cette revue des Clubs soit essentiellement un catalogue des ennemis politiques de Lucas. Basses attaques et calomnies y abondent. Mais le plus révoltant est sans doute le cynisme avec lequel il donne le coup de pied de l’âne aux plus faibles. En voici deux exemples : l’un sur les esclaves libérés par la République en 1848, l’autre sur les femmes osant réclamer leurs droits...

"AMIS DES NOIRS (Club des), place du Carrousel (état-major de la Garde nationale) ; fondé en mars 1848. Président, Bisette, actuellement représentant du peuple.
Nous voulons bien être les amis des Noirs, mais il paraît que les Noirs ne veulent pas être les nôtres. Le 23 mai 1848, par suite de la liberté accordée aux nègres, trente-deux blancs, hommes, femmes et enfants, étaient égorgés et brûlés à Saint-Pierre (Martinique). Dix-neuf habitations étaient incendiées à la Guadeloupe, pour éclairer les dernières élections... Mais qu’importe ! soyons quand même les amis des Noirs.
"Liberté, égalité, fraternité, et vivent les rouges !" voilà quelle était la devise du club des Noirs."

En ce qui concerne le club des Femmes, rien ne manque de l’ordinaire litanie qui se veut spirituelle : liste des militantes avec remarques machistes sur leur physique et leur caractère, hystérie des participantes, cacophonies dues à l’inaptitude de ces viragos à un débat sérieux, et bien sûr, sucre sur les poires, le reproche majeur : ces soi-disant humanistes ont abandonné à leur maris les tâches quotidiennes et l’éducation des enfants... Voici quelques portraits :

"FEMMES (club des), secrétariat, rue de Trévise, 8 ; salle des séances, boulevard Bonne-Nouvelle (salle des concerts) ; fondé en avril 1848.

La citoyenne Jeanne Deroin, lorsqu’elle n’est pas détenue à Saint-Lazare, est visible tous les jours, de cinq à sept heures de relevée, à l’Association fraternelle des garçons limonadiers, rue du Roule-Saint Honoré. Elle n’est pas belle, elle n’est plus jeune ; ses allures sont celles d’une virago ; elle est quelquefois flanquée d’un mari dont elle ne porte pas le nom, qui l’admire sur parole et qui se croit très-honoré lorsque dans ses bons jours elle veut bien lui donner un canard. Elle exerce à la fois les professions de journaliste, de lingère et d’institutrice ; elle a fondé en 1848 une infinité de journaux rouges qui n’ont jamais paru plusieurs jours de suite. Elle a prononcé dans les banquets démocs-soc des discours échevelés dont les frères et amis eux-mêmes ont pris la liberté grande de se moquer. Elle s’est posée elle-même comme candidate, et elle n’a jamais obtenu qu’une seule voix, celle de son infortuné mari. En définitive, elle s’est fait dernièrement condamner à plusieurs mois de prison pour avoir conspiraillé, rue Michel-le-Comte, avec des blanchisseuses et un architecte.
À côté de Jeanne Deroin, et sur la même ligne, brille la citoyenne Pauline Rolland [2], une des adeptes les plus enthousiastes du citoyen Pierre Leroux ; ce grand homme que ses disciples eux-mêmes ne comprennent pas. La citoyenne Pauline Roland manie la plume la plus infatigable qui ait jamais pris place entre les doigts d’une républicaine ; c’est par quintaux qu’elle envoie aux journaux rouges des manuscrits qu’on n’imprime pas toujours, et que le public s’obstine à ne jamais lire. La citoyenne Pauline Roland se donne la qualité d’institutrice, mais nous croyons que peu de mères approuveraient les leçons qu’elle est capable de donner à de jeunes filles. Lors d’un procès récent dans lequel elle se trouvait compromise, elle s’est empressée de déclarer au tribunal qu’elle avait été saint-simonienne, qu’elle était aujourd’hui socialiste, et qu’en conséquence elle réprouvait complètement l’héritage et le mariage ; que, fidèle à ses principes, elle n’avait jamais voulu avoir d’époux, mais qu’elle était la mère de trois bâtards.
(Sur Pauline Rolland, cf. : Victor Hugo - Pauline Roland )
La demoiselle Henriette [3]
est une des notabilités du temps du Gouvernement provisoire [4].
Qui ne se rappelle ce nom : Henriette, artiste, placé au bas d’articles destinés à populariser les doctrines du citoyen Olinde Rodriguez[[mathématicien, banquier, théoricien saint-simonien] ] !-
Le citoyen P.-J.Proudhon écrivait en ce temps-là à la citoyenne Henriette : "Eh ! citoyenne, allez ravauder vos bas et écumer le pot". Deux années se sont écoulées depuis lors, et voici que l’artiste Henriette reparaît sur l’horizon.
Elle est visible chaque soir sur le boulevard Poissonnière, tenant une cage à filets, et dans cette cage, de pauvres hirondelles se pressent les unes contre les autres.
De temps en temps, elle crie aux passants : "Rendez la liberté aux hirondelles, - pour deux sous !".

Ces lignes pleines de bassesse, d’antiféminisme et d’antisocialisme prennent d’autant plus de relief quand on sait quel sera le sort tragique de ces vaillantes, mortes dans l’exil forcé et la pauvreté après le coup d’État.

Notes

[2Sur ces deux grands figures, cf. : [-699], Un extrait de « L’idéologie allemande » (Marx).

[3Sur Henriette D., Cf. Louis Devance, "Femme, famille, travail et morale sexuelle dans l’idéologie de 1848", Romantisme, 1976, vol.6, n°13-14. (sur le Web)
"La propriété, c’est le viol", Henriette..., artiste, La Démocratie pacifique, 5 janvier 1849

[4L’usage des Saint-Simoniens était de n’utiliser que le prénom pour les adeptes femmes

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP