La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Europe de l’Est > Carnavals nazis et apologie d’Etat du nazisme

Carnavals nazis et apologie d’Etat du nazisme

mercredi 4 mars 2020, par René Merle

L’indignation a été générale (ou presque) après les deux carnavals (allemand et espagnol) qui à leur façon réhabilitaient les nazis et ridiculisaient les Juifs.
Il semblerait que cette indignation soit sélective. J’en veux pour preuve la situation en Lettonie qu’il faut replacer dans le contexte européen.
Je signalais et condamnais en septembre 2019 la résolution « historique » votée par la majorité du Parlement européen, Droite, Sociaux démocrates et Verts confondus, qui réécrivait quelque peu l’histoire et mettait sur le même plan nazisme et communisme [1]
Au même moment, le ministre de la défense Artis Pabriks, professeur d’histoire, membre du Parti libéral-conservateur Unité, n’avait pas de ces coquetteries d’équilibre douteux et choisissait son camp dans l’histoire tourmentée et douloureuse des Pays baltes, et son rapport à la Russie Tsariste, à l’URSS, à l’Allemagne.

A l’occasion de la commémoration des combats de More (1944), où les légionnaires SS lettons avaient résisté à l’armée rouge, il déclarait que ces Lettons engagés dans la Waffen-SS étaient « la fierté du peuple letton et de l’Etat »
« Nous honorerons la mémoire des légionnaires défunts, nous ne laisserons personne discréditer leur mémoire »
Rappelons que ces légionnaires avaient notamment participé à la liquidation physique de dizaines de milliers de Juifs lettons.
Au fond, rien d’étonnant dans les Pays baltes où les nostalgiques du nazisme ont pignon sur rue et, ultimes vétérans SS en tête, défilent “démocratiquement” dans les rues pour commémorer leurs “héros”.
Par contre, plus étonnante, et donc plus significative, est l’absence de réaction de l’Union européenne a de pareils propos, qui l’engagent d’autant que leur auteur fut député européen.
Il est vrai que les trois républiques baltes, depuis leur adhésion à l’Union européenne, sont à la fois un rempart atlantiste contre la Russie, et, dans l’UE, un pôle de blocage de toute initiative anti libérale.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP