La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Pouvoir présidentiel - Constitution - Citoyenneté > Élections municipales...

Élections municipales...

mercredi 11 mars 2020, par René Merle

Ainsi la campagne électorale des municipales s’achève. Sauf décision contradictoire, elles auront bien lieu le 15.
Les grands médias ont focalisé sur l’élection parisienne et accessoirement sur celles de quelques grands villes, en ignorant la masse des autres communes, si ce n’est par le pittoresque (le plus vieux maire, la plus petite commune, etc.)
Qui ira voter, malgré le coronavirus, le fera sans doute par fidélité à ses opinions, (s’il en a), par attachement à une municipalité sortante (ou le contraire), et par soutien à un programme qui lui apparaît réaliste.

Pour autant, on n’a pas l’impression que l’enthousiasme règne.
— Difficile de se passionner pour les élections municipales, quand on sait que les communes sont grandement dessaisies de leurs pouvoirs au profit de communautés de communes dont les dirigeants ne sont pas élus au suffrage universel direct. Ce qui rend problématique la réalisation des programmes (réalistes ou mirobolants) que suscite la campagne électorale.
— Difficile aussi de se passionner quand on voit les enjeux politiques se dissoudre à droite derrière la figure des notables grands et petits, et se dissoudre à gauche dans des listes « citoyennes » qui n’annoncent pas trop la couleur et dont l’hétérogénéité ne laisse rien présager de bon en cas de victoire.
— Difficile encore de se passionner quand on sait que les communes fournissent majoritairement les « grands électeurs sénatoriaux », et que l’on ne sait pas, en votant pour une liste volontiers « apolitique » et d’intérêt local, pour quels candidats sénateurs, tous marqués politiquement, voteront nos conseillers municipaux « citoyens ».
— Difficile encore de se passionner quand on sait que du côté de bien des démocrates, une fois de plus le barrage au Rassemblement Nationale et à La République en Marche, les amènera à voter pour des représentants des partis dits de gouvernement pour lesquels ils n’ont guère d’estime.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP