La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XVe - XVIe siècles > Montaigne et la peste

Montaigne et la peste

jeudi 19 mars 2020, par René Merle

Notre Président nous a incité à profiter de ce confinement pour lire, et mon libraire favori [1] a fait de même.
Lisons donc.
Il paraît que La peste de Camus est un best seller depuis un mois…
Pour mon compte, j’ai retrouvé le très stimulant livre III des Essais de Montaigne. Et ce dans un inattendu rebondissement sur l’actualité, puisque c’est la peste déclarée en juin 1585 à Bordeaux poussa Montaigne, qui terminait son mandat de maire, et se trouvait alors à Libourne, à renoncer à rejoindre les jurats bordelais qui allaient procéder à l’élection du nouveau maire, et à se réfugier dans son château… où il entama ce complément décisif à son Grand Œuvre.
Sa lettre de désistement a disparu dans l’incendie des Archives municipales de Bordeaux en 1862. Mais copie en avait été faite, et publiée [2].

Cette lettre de désistement a été amplement commentée, et je me garderai ici de juger de l’attitude de notre gentilhomme par ces temps doublement troublés : la peste et les guerres de religion [3].

Notes

[1La carré des mots, Toulon, 30 rue Henri Seillon, Toulon

[2A.Detcheverry, Histoire des Israélites de Bordeaux, Bordeaux, 1850

[3Sur le contexte politico religieux, on lira cette mise au point de l’éminent spécialiste de Montaigne, Philippe Desan : Montaigne en son temps.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP