La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Lumières, Révolution française, Premier Empire > Philosophes des Lumières...

Philosophes des Lumières...

lundi 30 mars 2020, par René Merle

Je traitais récemment de l’offensive anti-philosophes de 1770 [1]. En attaquant les philosophes les plus avancés, que combattaient en fait Église, Parlement, et Pouvoir ?

La défense des philosophes, dans leur grande variété et Dieu (?) sait qu’elle était grande, mais sans nuire à leur homogénéité (j’en excepte Rousseau, figure à part), était qu’ils ne s’attaquaient à l’intolérance et aux valeurs révolues d’une mince caste de privilégiés que pour mieux soutenir le pouvoir royal dans ses efforts pour assurer le bonheur de son peuple.
En fait, et les historiens le savent bien, en éclairant leurs concitoyens, ils n’entendaient pas révolutionner la société en en ébranlant les fondements. Leur idéal de monarchie éclairée, voire de despotisme éclairé, correspondait aux valeurs montantes d’une bourgeoisie déjà en partie capitaliste et de l’aristocratie foncière, dans ce qu’elle avait de plus avancé (les physiocrates).
C’est dire que pour ceux qui étaient encore en vie en 1792 la Révolution populaire fut une terrible désillusion, d’autant que leurs adversaires conservateurs leur en faisaient porter le chapeau.
L’irruption populaire (petite bourgeoisie et plèbe) avait pu se nourrir de philosophie, à sa façon, elle n’en portait pas moins un dépassement radical de leur vision de la société.
On a pu lire sur ce site la sévère condamnation que leur adressa Robespierre, qui, sous estimant leur œuvre libératrice des esprits, leur opposait la vertu de Rousseau :
Robespierre et les Lumières. Parler au nom du Peuple contre l’idéologie progressiste bourgeoise. Le discours du 18 floréal an II

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP