La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > 1945-2000 > Montalbán, "Galíndez"

Montalbán, "Galíndez"

dimanche 29 mars 2020, par René Merle

Galíndez, un des plus sombres, et des plus éclairants romans de Manuel Vásquez Montalbán.
En 1990, Montalbán a déjà publié la plus grande partie des romans qui ont assuré sa popularité, romans dont, dans la cadre de Barcelone de la fin du franquisme, puis de l’immédiat post-franquisme, l’intrigue est soutenue de thèmes politiques et sociaux. Romans empreints d’une immense désillusion.
Mais dans Galíndez, publié en Espagne en 1990, Premio literario Europeo en 1992, le lecteur ne retrouve ni Barcelone, ni ce singulier et si attachant "privé" Pepe Carvalho.
Montalbán entrecroise ici de façon magistrale, et passionnante, la mémoire historique, (celle de la guerre civile espagnole en pays basque, de l’exil en Caraïbe et aux États-Unis de nombreux républicains), avec la vision d’un présent où le monstre froid de la CIA s’emploie à neutraliser tout ce qui pourrait nuire aux intérêts conservateurs des États-Unis.
Montalbán entremêle le destin d’un personnage réel, Jesús de Galíndez, (représentant du gouvernement républicain basque en exil dans l’après-guerre, lié à la C.I.A, mais torturé et assassiné en 1956 par les sbires du dictateur dominicain Trujillo), et celui d’une jeune universitaire américaine, Muriel Colbert, qui, sous la direction d’un directeur de thèse ambigu, cherche à comprendre ce que fut la vie et la mort de cet homme. Je vous laisse découvrir ce qu’il en adviendra.
Un grand roman sur la fragilité de la nature humaine et le cynisme de la "démocratie étatsunienne".
Publié en France au Seuil en 1992, le roman est facilement accessible en livre de poche (2002).

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP