La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Medias et intelligentsia > Idéologie dominante et réseaux sociaux. Sauver le soldat Macron

Idéologie dominante et réseaux sociaux. Sauver le soldat Macron

jeudi 26 mars 2020, par René Merle

« Jamais vingt volumes in folio ne feront de révolution ; ce sont les petits livres portatifs à trente sous qui sont à craindre. Si l’Evangile avait coûté douze cents sesterces, jamais la religion chrétienne ne se serait établie. »
Voltaire, lettre à d’Alembert, 5 avril 1766

De fait, les cheminements des « livres de poche » imprimés aux Pays Bas et autres brochures porteuses de Lumières, arrivant par ballots de contrebande, ont creusé en profondeur la société du temps [1], alors que l’Encyclopédie, par exemple, séduisait et entraînait les couches supérieures éclairées de cette même société.

Il est fréquent, et bien discutable, de comparer cette diffusion désaliénante d’antan au rôle actuel des réseaux sociaux.
Depuis que j’ai découvert Facebook (après bien du retard à l’allumage), je mesure combien les réseaux fonctionnent dans la proximité de l’entre soi politique, ou culturel, ou amical. Ils confortent des opinions déjà affirmées, mais ne peuvent, et pour cause, guère déborder sur ceux qui ne sont pas des « Amis », suivant la terminologie Zuckerberguienne. Et il en va de même de ceux qui arrivent à suivre l’avalanche Twitter.

Pendant ce temps, pour le plus grand nombre, pour la masse immense des non politisés, ou des dépolitisés, les médias servent à pleines louches une soupe compassionnelle qui chloroforme, masque soigneusement l’essentiel : la logique du profit, c’est-à-dire la logique du capitalisme, et dédouane les servants embarrassés du capital. Et si les responsabilités évidentes du capitalisme dans la crise de société sont quand même pointées, ce n’est pas pour l’attaquer frontalement, mais pour proposer des réformes qui le rendraient plus solidaire, plus distributif, plus responsable, plus humain, comme s’il était dans sa logique d’être humain, comme s’il n’avait pas pour seule finalité le profit...

À ne voir les choses que par le petit bout politique de la lorgnette, l’objectif est clair : sauver le soldat Macron. Un Macron qui est passé en force à deux reprises (Gilets jaunes, retraites), mais dont les municipales ont montré l’impopularité… Alors, puisque le second tour catastrophique n’aura pas lieu, puisque la situation exige une gouvernance forte, puisque l’union et la solidarité nationales sont nécessaires, puisque « rien ne sera plus comme avant », faisons en sorte qu’à l’issue de la crise un Macron régénéré apparaisse comme notre Sauveur…

1 Message

  • Saint Macron ! Le 26 mars à 07:56, par DUBOIS Jean Michel

    Bonjour Mr Merle,

    Saint Macron notre sauveur !
    Son entourage allant, paraît-il, jusqu’à avancer son « soutien physique », sa « présence thaumaturge ». On croit rêver. Et pourtant chaque jour ajoute la bêtise à l’imposture.
    Ce roitelet est nu, ces gens sont fous ! Et ils veulent nous embarquer dans leur Nef.

    Merci pour ce regard éclairé.
    Prenez soin de vous.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP