La Seyne sur Mer

Accueil > φιλοσοφία > Homo homini lupus est. L’homme est un loup pour l’homme ?

Homo homini lupus est. L’homme est un loup pour l’homme ?

jeudi 2 avril 2020, par René Merle

Plaute, l’initiateur de la formule, la complétait par un rassurant « quand on ne le connaît pas »…
Précaution balayée par Hobbes qui, comme tant d’autres, loin des apologistes du Bon sauvage, pointait le rôle nécessaire de l’État pour nous permettre une vie supportable en commun, entre « loups » potentiels.

J’ai donné récemment un billet où le jeune Marx, non sans imprudence (nous en discutons entre adultes confinés), évoquait « la bonté naturelle de l’homme » [1]. Il est vrai qu’il ne pouvait pas avoir lu Freud…
Je pensais à tout cela en découvrant ces infos où des salauds intiment (anonymement) aux infirmières qui habitent leur immeuble de déguerpir ! Le beauf lupus contemporain, dans toute sa splendeur. Espèce qui n’a jamais été en disparition…
Je m’étonne d’ailleurs que notre Président, pour conforter sa popularité, ne fasse pas fusiller un de ces délateurs devant la porte de l’immeuble, ou, mesure plus radicale si le délateur ne s’est pas démasqué, fusiller tous les occupants… Voilà qui aurait de la gueule.
Mais remarquons aussi que si l’homme peut être facilement un loup pour l’homme au plan individuel, il en va aussi de même des États. Que penser de nos amis étatsuniens qui viennent de nous piquer les masques que la Chine devait nous envoyer ?

3 Messages

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP