La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Capitalisme > Le jour d’après

Le jour d’après

mardi 14 avril 2020, par René Merle

Alors que dans les bonnes pages des magasines et sur les sites de référence de la Toile fleurissent utopies vertes et roses, généreuses ou bouffonnes, alors que le Président, avec une empathie surjouée, feint de mettre de l’eau dans son vin amer, Alain Minc a tranché dans l’Obs : pas d’autre alternative que le capitalisme. Avis aux brebis égarées !

Et très prosaïquement le MEDEF remet les montres à l’heure : il vous faudra travailler plus et bénéficier de moins de protections sociales.
Dans ce contexte, inutile de jouer les Cassandre pour comprendre que la crise actuelle annonce l’explosion d’une terrible crise mondiale, économique, sociale, politique, culturelle et peut-être guerrière, hélas…
C’est bien de la crise systémique du capitalisme qu’il s’agit. Et elle se greffe sur les données anthropologiques que pointait Freud dans son Malaise dans la culture, publié à l’orée de la crise qui mena à la guerre [1]. J’y reviens :
« La question où se joue le destin de l’espèce humaine me paraît être la suivante : son développement culturel réussira-t-il, et dans quelle mesure, à se rendre maître des perturbations de la vie en commun causées par les pulsions humaines d’agression et d’auto-anéantissement ? Sous ce rapport, l’époque actuelle mérite peut-être un intérêt tout particulier. Les hommes ont porté si loin leur domination des forces de la nature qu’avec leur aide, il leur est facile de s’anéantir mutuellement jusqu’au dernier. Ils le savent, d’où leur inquiétude actuelle, leur malheur, leur angoisse. Et il faut désormais s’attendre à ce que l’autre de ces deux « puissances célestes », l’Éros éternel, fasse un effort pour s’affirmer dans son combat avec son tout aussi immortel adversaire. Mais qui peut en prédire le succès et l’issue ? »

1 Message

  • Le jour d’après Le 14 avril à 09:25, par DUBOIS Jean Michel

    Bonjour M Merle,

    Alain Minc c’est souvent trompé ; alors pourquoi pas un autre ailleurs ?

    « Tout va très mal, soyez optimistes » Lucien Sève

    Salutations

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP