La Seyne sur Mer

Accueil > Personnel : écriture, souvenirs > Souvenirs personnels, réactions très personnelles... > Dans mon confinement...

Dans mon confinement...

jeudi 16 avril 2020, par René Merle

Dans mon confinement, je jouis heureusement d’un balcon plein sud sur la rade et le ciel.
Si je lève les yeux, renouvellement rafraichissant des souvenirs de la première enfance, le vol plané des gabians [1] et le défilé changeant des nuages, dans lesquels il est si tentant de démêler des formes familières ou inquiétantes. Les nuages, les merveilleux nuages [2]
Curieuse sensation de voir s’encastrer au bas du tableau la puissante ligne grise des navires de guerre, qui me rappellent que c’est par la force que les États se maintiennent, se mesurent et parfois s’affrontent.
Au dessous des nuages et des goélands impavides.

Notes

[1goélands

[2Attention, je ne me prend en rien pour ce cher Baudelaire :
— Qui aimes-tu le mieux, homme enigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
— Je n’ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
— Tes amis ?
— Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.
— Ta patrie ?
— J’ignore sous quelle latitude elle est située.
— La beauté ?
— Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
— L’or ?
— Je le hais comme vous haïssez Dieu.
— Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
— J’aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !
Baudelaire : Petits poèmes en prose, I (1869)

1 Message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP