La Seyne sur Mer

Accueil > Identités, régionalismes, nationalisme > P’tit Quinquin

P’tit Quinquin

mercredi 6 mai 2020, par René Merle

J’avais évoqué sur mon blog précédent, en donnant un article du dirigeant socialiste Desrousseaux-Bracke consacré à Gaston Couté et à la chanson socialiste, la figure de son père, le "goguetier" lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892), auteur du célèbre P’tit Quinquin.
J’y reviens pour mes nouveaux lecteurs.
Quelques mots donc sur cette douce et émouvante chanson, désormais emblématique de sa région.

Créée en 1853, L’Canchon Dormoire (berceuse) en "patois" (le mot en l’occurrence n’est pas péjoratif) du Nord – Pas-de-Calais (picard) est devenue emblématique, non seulement de sa région ouvrière dont elle est en quelque sorte devenue l’« hymne national », mais à la fois de l’amour maternel et de la rude condition ouvrière d’antan (celle qui chante est une ouvrière dentellière).
J’ai avec cette chanson un rapport particulier, qui n’a rien à voir avec des origines ch’ti. Le contenu de ce site le montre suffisamment, je suis originaire du Midi de la France, et m’aura fallu attendre bien des années avant que je visite le Nord-Pas-de-Calais. Mais, né en 1936, j’avais un âge suffisant en 1947-1948 pour lire les premières pages de l’Humanité, que mon père amenait chaque jour à la maison. Et j’avais été vivement frappé par les articles, et surtout par les photos, consacrées aux grèves des mineurs. Bien sûr, il y avait des mineurs dans différentes régions de France, mais, dans ma mythologie personnelle, la mine, c’était le Nord. Or, mon père, qui avait été élu Conseiller de la République communiste après la Libération, et plus tard député, nous chantait volontiers Le P’tit Quinquin, à tout le moins son premier couplet et son refrain… « C’est la chanson de Maurice… ». Ainsi Maurice (Thorez pour les non pratiquants), que je n’imaginais pas ainsi, chantait donc ces paroles pour nous affectueusement exotiques... Quelques années plus tard, étudiant à Paris, j’étais bombardé d’office par Jean Ellen (le futur historien Ellenstein) au comité national de l’U.J.R.F. Et c’est là, à la fin des repas, que j’ai vu mes aînés, se tenant par les bras, entonner religieusement « la chanson de Maurice ». En 1956, l’U.J.R.F cédait la place aux Jeunesses communistes et aux Étudiants communistes… Et là, on passait à autre chose, et je n’ai plus guère entendu la chanson… Mais elle fait partie de mon panthéon chansonnier, dégagé de toute mystique antérieure...
Si vous voulez l’écouter, voici une des nombreuses versions que vous trouverez sur le net (avec pour la plupart beaucoup plus l’accent chti que celle-ci) :

« L’Canchon-Dormoire
Dors min p’tit Quinquin / Min p’tit pouchin min gros rojin
/ Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main.
Ainsi l’aut’ jour, eun pauv’ dintelière,
/ In amiclotant sin p’tit garchon 
/ Qui d’puis trois quarts d’heure, n’faijot qu’braire, 
/ Tâchot d’lindormir par eun’ canchon. 
/ Ell’ li dijot : Min Narcisse, 
/ D’main t’aras du pain d’épice 
/ Du chuc à gogo 
/ Si t’es sache et qu’te fais dodo.
Dors min p’tit Quinquin / Min p’tit pouchin min gros rojin
/ Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main.
Et si te m’laich eun’bonn’ semaine, 
/ J’irai dégager tin biau sarau, 
/ Tin patalon d’drap, tin gilet d’laine 
/ Comme un p’tit milord te s’ras farau 
/ J’t’acaterai, l’jour de l’ducasse 
/ Un porichinel cocasse,
Un turlutu, 
/ Pour jouer l’air du capiau-pointu.
Dors min p’tit Quinquin / Min p’tit pouchin min gros rojin
/ Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
Nous irons dins l’cour Jeannette-à-Vaques,
/ Vir les marionnett’s. Comme te riras, 
/ Quand t’intindras dire : un coups pou Jacques / 
Pà d’porichinel qui parl’ magas.
/ Te li mettra din s’menotte,
/ au lieu d’doupe, un rond d’carotte
it’dira merci 
/ Pins’ comme nous arons du plaisi
Dors min p’tit Quinquin / Min p’tit pouchin min gros rojin
/ Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
Et si par hasard sin maite s’fâche,
/ Ch’est alors Narcisse ; que nous rirons !
/ sans n’avoir invi’, j’prindrai m’nair mache 
/ J’li dirai sin nom et ses sournoms,
/ J’li dirai des faribolles
I m’in répondra des drôles ;
/ Infin un chacun 
/ Vera deux pesta’c au lieu d’un
Dors min p’tit Quinquin / Min p’tit pouchin min gros rojin
/ Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
Allons serr’ tes yeux, dors min bonhomme
/ J’vas dire eun’ prière à P’tit-Jésus
/ Pou’qui vienne ichi, pindant tin somme, 
/ T’fair’ rêver qu’j’ai les mains plein d’écus, /
Pour qu’i t’apporte eun’coquille, 
/Avec du chirop qui guile 
/ Tout l’long d’tin minton 
/ Te pourlèqu’ras tros heur’s de long
Dors min p’tit Quinquin / Min p’tit pouchin min gros rojin
/ Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
L’mos qui vient, d’Saint’Nicolas ch’est l’fête.
/ Pour sûr, au soir, i viendra t’trouver.
/ It f’ra un sermon, et t’laich’ra mette 
/ In d’zous du ballot, un grand pannier. 
/ I l’rimplira, si tes sache 
/ d’séquois qui t’rindront bénache, 
/ San cha, sin baudet 
/ T’invoira un grand martinet.
Dors min p’tit Quinquin / Min p’tit pouchin min gros rojin
/ Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main
Ni les marionnettes, ni l’pain n’épice 
/ N’ont produit d’effet. Mais l’martinet 
/ A vit rappagé l’petit Narcisse, 
/ Qui craignot d’vir arriver l’baudet 
/ Il a dit s’canchon dormoire 
/ S’mèr, l’a mis dins d’nochennoire 
/ A r’pris son coussin, 
/ Et répété vingt fos che r’frain.
Dors min p’tit Quinquin / Min p’tit pouchin min gros rojin
/ Te m’fras du chagrin si te ne dors point ch’qu’à d’main »

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP