La Seyne sur Mer

Accueil > Identités, régionalismes, nationalisme > Encore sur l’identité, et pas n’importe laquelle ! Aryens...

Encore sur l’identité, et pas n’importe laquelle ! Aryens...

lundi 25 mai 2020, par René Merle

Confinement aidant, je me suis aussi replongé dans les œuvres de l’éminent archéologue et professeur de protohistoire Jean-Paul Demoule, (plusieurs fois mentionné sur ce site - voir ce mot clé), et notamment dans Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident [1]
De cette plongée vertigineuse, et critique, dans le mythe d’un foyer « indo-européen premier », vite baptisé « aryen » en Allemagne, dont dériveraient nos civilisations européennes, je reviens ici sur les pages consacrées à l’utilisation allemande de cette donne problématique.
Le Reich unitaire né en 1871 connut bientôt l’exaltation pseudo-scientifique des origines germaines et de la suprématie « aryenne ». Terreau fertile, qui engendra des monstres après le désastre de 1918 et dans le chaos de la République de Weimar. Avec l’avènement du nazisme, ce « racisme scientifique » devint un terrible instrument du pouvoir politique dont l’aboutissement extrême fut l’extermination de six millions d’êtres humains, au nom de la pureté de la race.
Cet abominable crime identitaire fut préparé, exalté, voire organisé après 1933 par une brochette d’anthropologues, biologistes, ethnologues, éthologues (ah, notre si sympathique Konrad Lorenz), généticiens, préhistoriens, raciologues, qui, dans leur grande majorité, poursuivirent leur cursus universitaire après 1945.
Pour ne citer qu’un cas entre cent, l’anthropologue Fleischacker était venu à Auschwitz sélectionner des déportés qu’il fit transporter au camp de Natzweiler, en Alsace, où ils furent gazés, afin de fournir matière à collection d’un musée de moulages et squelettes juifs et bolcheviks. Passant des délices de l’aryanité à ceux du monde occidental, Fleischacker demeurera après 1945 professeur d’anthropologie à l’université Goethe de Francfort…

Notes

[1L’ouvrage a été publié en 2014 au Seuil. Je consulte l’édition augmentée de 2017 (Points. Histoire}.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP