La Seyne sur Mer

Accueil > Identités, régionalismes, nationalisme > Enfermement nostalgique ?

Enfermement nostalgique ?

lundi 22 juin 2020, par René Merle

Depuis la création de mon site Remembrança [1], des amis m’ont demandé si je ne m’enfermais pas dans une identité de nostalgie et de repliement, que bien peu partagent avec moi désormais. Un monde mort...
Je ne peux mieux leur répondre qu’en reprenant le petit texte que j’avais placé en éditorial il y a quelques mois, à propos d’Hestia la déesse du foyer, et d’Hermès le nomade, dieu des routes et des carrefours…
« ‘Les Grecs anciens les ont exprimés sous la forme d’un couple de divinités unies et opposées. […] Pour qu’il y ait véritablement un dedans, encore faut-il qu’il s’ouvre sur le dehors pour le recevoir en son sein. Et chaque individu humain doit assumer sa part d’Hestia et d’Hermès. Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui est étranger, se prolonger dans et par lui. Demeurer enclos dans son identité, c’est se perdre et cesser d’être. On se connaît, on se construit par le contact, l’échange, le commerce avec l’autre. Entre les rives du même et de l’autre, l’homme est un pont. »
(Jean Pierre Vernant, La Traversée des frontières, 2004)

Notes

[1pour y accéder, cliquer sur « Remembrança » à haut à gauche de la barre des menus

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP