La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XVe - XVIe siècles > Philippe Desan - Montaigne politique

Philippe Desan - Montaigne politique

lundi 29 juin 2020, par René Merle

J’ai récemment rappelé que je conserve précieusement les trois tomes des Essais que j’avais étudiés en prépa, (en 1953 !), et il m’est souvent arrivé d’y revenir, en picorant [1], mais toujours en fait dans la matrice originelle de ma jeunesse étudiante : une œuvre intemporelle saisie en pièces détachées en morceaux choisis. Montaigne le philosophe, Montaigne le moraliste, Montaigne l’antidogmatique, Montaigne le pédagogue, etc. Bref un Montaigne hors temps, éternel dispensateur de curiosité, de lucidité et de scepticisme.
Ce qui n’était sans doute pas la meilleure façon de replonger Montaigne dans son temps, et par là de mieux saisir la vérité du personnage et la vérité de l’œuvre.
J’écrivais récemment que trois ouvrages m’ont particulièrement aidé à supporter le confinement, et j’en ai déjà évoqué deux.
Voici donc le troisième : Philippe Desan, Montaigne. Une biographie politique, Paris, Odile Jacob, 2014.
Un sacré pavé, 727 pages, que Philippe Desan nourrit d’une érudition prodigieuse. Mais quelle clarté dans l’exposé ! Quelles lumières apportées à un personnage qui en quelque façon m’était resté plutôt énigmatique !
Foin des morceaux choisis hors temps. L’œuvre est enfin ici saisie dans sa totalité, c’est-à-dire dans le cheminement d’une carrière sans cesse confrontée aux bouleversements du temps.

Présentation de l’éditeur :
« Qui était vraiment Michel de Montaigne ? Peut-on se fier à l’auteur des Essais quand il dépeint un moi universel dans son "humaine condition", autrement dit un moi dissocié des vicissitudes de l’histoire ? À rebours du mythe auquel Montaigne a le premier largement contribué, cette biographie s’interroge sur l’historicité des Essais et leur inscription dans les pratiques politiques et sociales de la fin de la Renaissance. Conseiller au parlement de Bordeaux, ville dont il devint maire et gouverneur, négociateur et ami proche du futur Henri IV, Montaigne incarnait cette noblesse de robe qui voulait s’intégrer à la moyenne noblesse d’épée. Acteur de son temps, il conçut chaque édition de ses Essais (il y en eut quatre, de 1580 à 1592) comme le corollaire indispensable d’une carrière politique riche en rebondissements. À travers ce parcours se découvre ainsi un autre Montaigne que celui dont nous sommes familiers, détaché et stoïque : un Montaigne qui ne séparait pas sa vie privée de sa vie publique, un Montaigne pris dans les tumultes de son temps - il connut pas moins de huit guerres civiles et se retrouva embastillé par la Ligue -, un Montaigne enfin dont les prises de parole comme les silences obéissaient d’abord à des raisons stratégiques. Ni candide ni transparent, ne cédant pas non plus au machiavélisme de son époque, ce Montaigne-là donne une nouvelle épaisseur à celui de la légende littéraire. Philippe Desan est spécialiste de l’histoire des idées et de la Renaissance. Il occupe une chaire d’histoire de la culture à l’Université de Chicago et a publié de nombreux ouvrages sur la Renaissance et sur Montaigne. Il dirige également la revue Montaigne Studies. »

Notes

[1Sur ce site, cf. : Montaigne.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP