La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Lumières, Révolution française, Premier Empire > Du Monarque...

Du Monarque...

samedi 4 juillet 2020, par René Merle

Le peuple français s’est choisi un monarque, qui fait ce qu’il veut et décide seul, car grande est sa sagesse. Un vrai monarque sait ce qui convient au peuple. Un vrai monarque sait écarter qui lui fait de l’ombre, car le soleil ne saurait tolérer l’ombre. Un vrai monarque suspend sa parole et son choix, et sait annoncer en temps voulu que le changement se fera dans la continuité, car tel est son bon plaisir.
Hier, la grande fébrilité des éditorialistes m’a incité à me reporter à un article de notre bonne vieille Encyclopédie, signé D.J., c’est à dire le chevalier Louis de Jaucourt, collaborateur majeur de l’entreprise de Diderot. Peut-être serait-il intéressant que notre Monarque le lise ?

" MONARQUE, s. m. (Gouvernement.) souverain d’un état monarchique. Le trône est le plus beau poste qu’un mortel puisse occuper, parce que c’est celui où on peut faire le plus de bien. J’aime à voir l’intérêt que l’auteur de l’esprit des lois prend au bonheur des princes, & la vénération qu’il porte à leur rang suprème.
Que le monarque, dit-il, n’ait point de crainte, il ne sauroit croire combien on est porté à l’aimer. Eh ! pourquoi ne l’aimeroit-on pas ? Il est la source de presque tout le bien qui se fait, & presque toutes les punitions sont sur le compte des lois. Il ne se montre jamais au peuple qu’avec un visage serein : sa gloire même se communique à nous, & sa puissance nous soutient. Une preuve qu’on le chérit, c’est qu’on a de la confiance en lui, & que lorsqu’un ministre refuse, on s’imagine toujours que le prince auroit accordé, même dans les calamités publiques : on n’accuse point sa personne ; on se plaint de ce qu’il ignore, ou de ce qu’il est obsédé par des gens corrompus. Si le prince savoit, dit le peuple : ces paroles sont une espece d’invocation.
Que le monarque se rende donc populaire ; il doit être flatté de l’amour du moindre de ses sujets : ce sont toujours des hommes. Le peuple demande si peu d’égards, qu’il est juste de les lui accorder : la distance infinie qui est entre le monarque & lui, empêche bien qu’il n’en soit gêné. Il doit aussi savoir jouir de soi à part, dit Montaigne, & se communiquer comme Jacques & Pierre à soi-même. La clémence doit être sa vertu distinctive ; c’est le caractere d’une belle ame que d’en faire usage, disoit Ciceron à César.
Les mœurs du monarque contribuent autant à la liberté que les lois. S’il aime les ames libres, il aura des sujets ; s’il aime les ames basses, il aura des esclaves. Veut-il regner avec éclat, qu’il approche de lui l’honneur, le mérite & la vertu : qu’exorable à la priere, il soit ferme contre les demandes ; & qu’il sache que son peuple jouit de ses refus, & ses courtisans de ses graces. (D. J.)"

2 Messages

  • Du Monarque... Le 4 juillet à 07:42, par DUBOIS Jean Michel

    Je préfère - de très loin - le papillon.
    Si celui qui soliloque pouvait migrer définitivement…

    Répondre à ce message

    • Du Monarque... Le 4 juillet à 08:28, par René Merle

      Oui, moi aussi. Le Monarque est un superbe papillon migrateur. Mais le nôtre, sorti de la chenille de la Finance, n’est pas près de nous quitter, sauf coup de balai imprévisible du bon peuple français si docile en définitive...

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP