La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Espagne > Carme Forcadell emprisonnée pour des années

Carme Forcadell emprisonnée pour des années

lundi 31 août 2020, par René Merle

Depuis quelques jours, les gazettes et les chaînes en continu, grands soutiens des manifestants de Biélorussie, nous informent avec émotion qu’une chanson catalane est devenue leur hymne protestataire.
Il s’agit de la célèbre Estaca, chant d’espoir et de révolte que le jeune Lluis LLach lança courageusement face à la dictature franquiste.
Vous pouvez l’entendre en 1976 au lendemain de la mort du dictateur, en communion avec l’immense public barcelonais du Palais des sports.
L’estaca
La photo nous le montre, aujourd’hui LLach a perdu ses cheveux, mais n’a rien perdu de sa combativité. La femme qui est à ses côtés est Carme Forcadell, philologue, philosophe et militante de l’Esquerra republicana catalana, et la photo a été prise peu avant l’incarcération de Carme. En effet, celle-ci qui était alors président du parlement catalan paya le prix de la déclaration d’indépendance catalane. Emprisonnée en novembre 2017, libérée sous caution, puis emprisonnée à nouveau en mars 2018 pour « rébellion, sédition, malversation », elle fut condamnée le 14 octobre 2019 à 11 ans et 6 mois de prison qu’elle purge actuellement.
Il ne semble pas que cette condamnation, avec bien d’autres, ait particulièrement ému les gazettes, les chaînes en continu. Elle a encore moins ému les dirigeants français et les dirigeants européens, qui ont refusé toute immixtion dans les affaires espagnoles, les mêmes dirigeants aujourd’hui si prompts à condamner la répression en Biélorussie.
Mais on sait depuis longtemps que les vérités sont différentes d’un côté et de l’autre des Pyrénées, comme d’un côté et de l’autre de la frontière avec la Biélorussie…

1 Message

  • Carme Forcadell emprisonnée pour des années Le 5 septembre à 09:37, par PIERRE ASSANTE

    Oui, quel silence général, pour de multiples raisons. Organiser la consultation populaire est considérée comme un crime surtout lorsqu’elle rencontre un écho important.Il y a donc des prisonniers politiques, dont on peut partager les idées ou pas, mais il y a des prisonniers politiques dans l’UE. Il faut intégrer cette réalité dans nos jugements de valeur sur la réalité sociale et sa morale historique.
    Certes, on peut envisager de multiples façons de répondre à un problèmes historique. Mais le modèle libéral historique a des réponses à la carte et à la tête du client, selon qu’il gène ou ne gène pas. Ce qui contredit le principe de choix de société. Mais le capital s’adapte avec facilité à son propre mouvement, on le voit dans l’adaptation du moment des traités européens et de la dette pour renflouer le taux de profit qui a besoin aussi de l’économie réelle et des personnes qui la font vivre.
    Et il y a de nombreuses raisons de déprimer dans notre société, de lutter aussi.
    Pierrot

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP