La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > France contemporaine politique > Macronisme > Le Président et les Intellectuels

Le Président et les Intellectuels

dimanche 27 septembre 2020, par René Merle

Cf. aussi : Retour sur le Grand Débat national

Une des dates les plus douloureuses de ma vie a été celle du 18 mars 2019.
En effet, le Président Macron avait convié cent intellectuels des deux sexes (majoritairement des hommes, allez donc savoir pourquoi) à un grand débat à l’Élysée « pour faire France » comme il disait, et il ne m’avait pas invité. Douloureux. Très douloureux.
Non, je plaisante, évidemment.
Non seulement mon statut d’intellectuel de quartier ne m’autorisait pas à participer à cet aréopage, non seulement je n’avais pas envie d’être serré comme sardines sur les chaises présidentielles, non seulement je n’avait pas envie d’être limité à un temps de parole de deux minutes trente, mais, surtout, le peu de sens politique qui me demeure me disait qu’accepter l’invitation était accepter une prise en otage politique.
Bref, j’ai été spectateur et auditeur…

Le Président et France Culture avaient donc invité une centaine d’intellectuels (à partir d’une définition de l’Intellectuel qui leur est propre). Quelques uns ont fait savoir qu’ils ne pouvaient pas venir, d’autres ont poliment ou moins poliment décliné l’invitation.
Bref, une soixantaine ont joué le jeu.

On peut agrandir l’encart pour le rendre plus lisible.
(La liste ci-dessus fait figurer en fait des invités qui n’on pas pu ou pas voulu venir. Je vous renvoie à une information fiable [1].
Mais, passant sur ma blessure d’amour-propre, je suis un peu aller voir (télé) et écouter (France Culture), un propos vespéral interminable (8 heures !) qui en a lassé plus d’un et d’une qui se sont poliment esbignés, et j’ai compris pourquoi les plus lucides ont vraiment eu le sentiment d’avoir été floués [2].
Bref, ce débat qui n’avait de débat que le nom, n’était qu’une suite de brèves questions suivies de réponses à la Macron, c’est-à-dire moins brèves et bien superficielles. Pitoyable de voir des spécialistes ou présumés tels des grandes questions qui conditionnent notre présent et notre avenir satisfaire ainsi leur égo en servant la soupe à un bavard présumé omniscient.
Quel dommage, et quelle triste image donnée de notre intelligentsia…

Notes

[1Cf. : Participants.

[2Cf. : Prise d’otage.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP