La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > Lumières, Révolution française, Premier Empire > Diderot et Rousseau, 1782

Diderot et Rousseau, 1782

vendredi 25 septembre 2020, par René Merle

J’évoquais dans un billet précédent la vénération portée à Rousseau [1] par Robespierre :
Robespierre, le Peuple et Rousseau, 1792
On ne peut dire que cette vénération ait été partagée par une figure marquante des Lumières radicales
Dans une incidente de son Essai sur les règnes de Claude et de Néron [2], Diderot étrille en effet Rousseau de la belle façon



Diderot [3], qui connut personnellement et intimement Rousseau, en pointe ici les contradictions et les inconséquences supposées ou réelles. Il lui était insupportable que le vécu d’un philosophe n’aille pas de pair avec ses principes...
Cet antagonisme Diderot (et d’Holbach [4]) - Rousseau s’inscrit dans ces quelque vingt années décisives qui préparèrent les esprits éclairés à la grande secousse dont le Peuple fut le moteur

Notes

[1Cf. : mot43 ».

[2L’ouvrage, une réflexion sur les rapports des philosophes avec le pouvoir à partir de l’exemple de Sénèque, est publié une première fois en 1778. Peu avant sa mort (1784) Diderot en donne une version plus approfondie en 1782

[3Cf. : Diderot.

[4Cf. d’Holbach.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP