La Seyne sur Mer

Accueil > Religions, croyances > Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage. Jean-Luc Mélenchon et « l’islamo (...)

Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage. Jean-Luc Mélenchon et « l’islamo gauchisme ».

samedi 24 octobre 2020, par René Merle

Il faudrait être bien naïf pour ne pas voir que les imprécations de la double opposition dite de gouvernement contre l’islamo gauchisme, visent avant tout à jeter un voile pudique sur l’impéritie en matière d’islamisme des gouvernements successifs de MM. Sarkozy et Hollande. Ajoutons, du côté de la gauche dite modérée, l’espoir de récupérer une partie des électeurs de la France Insoumise irrités par M. Mélenchon.
Du côté du gouvernement, la manœuvre est tout aussi claire : se dédouaner, et dégommer un éventuel candidat rassembleur en 2022.
Comme dit le vieux proverbe, « Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage » [1].
Et en l’occurrence, la rage islamo gauchiste serait celle de la manifestation parisienne du 10 novembre 2019 contre l’islamophobie. Et le principal enragé serait M. Mélenchon
Une fois écarté le rideau de fumée des accusations de nos proclamés chevaliers de la laïcité, il n’est pas déraisonnable pour autant de revenir et de réfléchir sur ce qui s’est passé, et sur ce que cela implique.
Et d’abord, en revenant en priorité à l’appel à la manifestation, tel que le donne Libération du 1er novembre 2019 [2].
M. Mélenchon se défend comme un beau diable en disant : « mais enfin, quand on manifeste, on ne sait pas avec qui on va manifester ! ».
Il était pourtant clair que parmi les initiateurs annoncés figuraient des figures plus que contestables de la défense des musulmans. Et il était écrit noir sur blanc qu’outre la légitime protestation contre des agressions racistes et xénophobes on entendait bien protester contre les « lois liberticides » !
M. Mélenchon se débat aussi comme un beau diable en disant : « Mais enfin, on n’attaque que moi, alors que les dirigeants d’autres partis et organisations étaient présents ! ». Et il a parfaitement raison. Il suffit de lire la liste des signataires.
Chacun peut se faire une opinion sur cet épisode qui réapparait aujourd’hui à grand fracas.
Pour mon compte, j’avais donné mon sentiment à chaud et je n’en change pas un mot [3]. Et je rappelais alors le lucide propos d’un journalisme algérien sur la menace de l’islamisme européen, et particulièrement français [4]

Notes

[1J’adore l’origine médiévale de l’expression :« qui bon chien veut tuer, la raige li met seure »

[2« Tribune. Le 10 novembre, nous dirons stop à l’islamophobie.
Depuis bien trop longtemps, les musulmanes et les musulmans en France sont la cible de discours venant parfois de « responsables » politiques, d’invectives et de polémiques relayés par certains médias, participant ainsi à leur stigmatisation grandissante.
Depuis des années, la dignité des musulmanes et des musulmans est jetée en pâture, désignée à la vindicte des groupes les plus racistes qui occupent désormais l’espace politique et médiatique français, sans que soit prise la mesure de la gravité de la situation.

Depuis des années, les actes qui les visent s’intensifient : qu’il s’agisse de discriminations, de projets ou de lois liberticides, d’agressions physiques de femmes portant le foulard, d’attaques contre des mosquées ou des imams, allant même jusqu’à la tentative de meurtre.
L’attentat contre la mosquée de Bayonne le 28 octobre, en est la manifestation la plus récente et les services de l’Etat savent que la menace terroriste contre les lieux de culte musulmans est grande.
Il a fallu que cette violence jaillisse aux yeux de tous, à travers l’humiliation d’une maman et de son enfant par un élu RN au conseil général de Bourgogne-Franche-Comté, pour que tout le monde réalise ce que des associations, des universitaires, des personnalités, des syndicats, militants et au-delà, des habitants, dénoncent à juste titre depuis des années : l’islamophobie en France est une réalité. Quel que soit le nom qu’on lui donne, il ne s’agit plus ici de débats d’idées ou de critique des religions mais d’une forme de racisme explicite qui vise des personnes en raison de leur foi. Il faut aujourd’hui s’unir et se donner les moyens de la combattre, afin que plus jamais, les musulmanes et les musulmans ne puissent faire l’objet de tels traitements.

Puisque les discours et déclarations d’intention ne suffisent plus, parce que l’heure est grave : le 10 novembre à Paris nous marcherons pour dire :
 STOP aux discours racistes qui se déversent sur nos écrans à longueur de journée, dans l’indifférence générale et le silence complice des institutions étatiques chargées de lutter contre le racisme.
 STOP aux discriminations qui visent des femmes portant le foulard, provoquant leur exclusion progressive de toutes les sphères de la société.

 STOP aux violences et aux agressions contre les musulmanes et les musulmans, qui se retrouvent progressivement déshumanisés et stigmatisés, faisant d’eux des terroristes potentiels ou des ennemis de l’intérieur.
 STOP aux délations abusives jusqu’au plus haut niveau de l’Etat contre des musulmans dont le seul tort serait l’appartenance réelle ou supposée à une religion.
 STOP à ces dispositifs de surveillance de masse qui conduisent à une criminalisation pure et simple de la pratique religieuse.

Les conséquences, notamment pour des salariés licenciés et des familles déstabilisées, sont désastreuses et ne peuvent plus être tolérées. Cette criminalisation se fait au détriment des libertés fondamentales et des principes les plus élémentaires d’égalité censés guider notre pays.
Nous, musulmans ou non, disons STOP à l’islamophobie et nous serons nombreux pour le dire ensemble le 10 novembre prochain à Paris.
Nous appelons toutes les organisations, toutes les associations, tous les collectifs, toutes les fédérations de parents d’élèves, tous les partis politiques, toutes les personnalités, tous les médias, toutes les personnes solidaires à se joindre à cet appel solennel et à répondre présent à la marche du 10 novembre prochain.

Il en va des libertés fondamentales de tous. Il en va de la dignité et de l’intégrité de millions de concitoyens. Il en va de notre unité à tous, contre le racisme sous toutes ses formes qui, aujourd’hui, menace une nouvelle fois la France.

Un appel initié par Madjid Messaoudene (élu de Saint-Denis), la Plateforme L.e.s. Musulmans ; Le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) ; le Comité Adama ; le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) ; l’Union communiste libertaire (UCL) ; l’Union nationale des étudiants de France (Unef), Taha Bouhafs (journaliste).
Premiers signataires : Action Antifasciste Paris Banlieue (AFA) ; Arié Alimi, avocat ; Pouria Amirshahi , directeur de publication de Politis ; Manon Aubry, eurodéputée ; Etienne Balibar, universitaire ; Ludivine Bantigny, historienne ; Yassine, Belattar, humoriste ; Esther Benbassa, sénatrice EE-LV de Paris ; Olivier Besancenot, NPA ; Saïd Bouamama, sociologue ; Leïla Chaibi, eurodéputée LFI ; André Chassaigne, député, président du groupe GDR ; David Cormand, secrétaire national d’EE-LV ; Laurence De Cock, enseignante ; Vikash Dhorasoo, ancien de joueur de foot, parrain d’Oxfam et président de Tatane ; Rokhaya Diallo, journaliste et réalisatrice ; Pierre Jacquemain, rédacteur en chef de Regards ; Eric Fassin, sociologue ; Elsa Faucillon, députée PCF ; Fédération syndicale unitaire (FSU) ; Fianso, artiste ; Front uni des immigrations et des quartiers populaires (FUIQP) ; Geneviève Garrigos, féministe, militante des Droits humains ; Vincent Geisser, politologue ; Alain Gresh, journaliste ; Nora Hamadi, journaliste ; Benoît Hamon, Génération.s ; Yannick Jadot (eurodéputé EE-LV) ; Mathilde Larrère, historienne ; Mathieu Longatte (Bonjour Tristesse) ; Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT ; Jean-Luc Mélenchon et l’ensemble du groupe parlementaire La France insoumise ; Marwan Muhammad, auteur et statisticien ; Younous Omarjee, eurodéputé ; Stéphane Peu, député PCF ; Edwy Plenel, journaliste ; Maryam Pougetoux et Mélanie Luce, Unef ; Jérôme Rodrigues, gilet jaune ; Julien Salingue, docteur en science politique ; Pierre Serne (porte-parole de Génération.s) ; Michèle Sibony et l’Union juive française pour la paix (UJFP) ; Laura Slimani, élue de Rouen, direction nationale de Génération.s ; Azzédine Taibi, maire PCF de Stains ; Sylvie Tissot, sociologue ; Aida Touihri, journaliste ; Assa Traoré, comité Adama ; Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac ; Union syndicale Solidaires ; Dominique Vidal, journaliste et historien.

A sa demande, le nom de Caroline de Haas a été retiré de la liste des signataires. Elle précise toutefois qu’elle sera présente à la manifestation. »

2 Messages

  • Sommes nous à " l’automne " de la vie de la FRANCE

    Le poème de Ronsard,
    France de ton malheur tu es cause en partie :
    ru es marâtre aux tiens, et mère aux étrangers,
    qui se moquent de toi quand tu es aux dangers,
    car sans aucun travail les étrangers obtiennent les biens qui à tes fils justement appartiennent.
    Pierre de Ronsard 1524 /1585 vers datant bien du XVI siécle.

    Répondre à ce message

  • l’islamo-gauchisme, voilà un mot à la mode.
    Avec lui on est vite mis au banc des accusés, sans espoir de s’expliquer . Forcément avec les chaines en boucles, qui se déchainent . Sans compter ceux qui ont un avis, parce qu’ils ont entendu que...
    Depuis peu, je me dis si il n’y aurait pas deux France.
    Celle politique, républicaine, où tous les coups sont permis, normal, comme donner des leçons aux gauchos islamistes supposés, et lynchés derechef, et celle qui a coup de milliards vend des Rafale au Qatar, des Leclerc à l’Arabie Saoudite et autres trucs d’armement,confortant les pouvoirs en place.
    Ces mêmes pays qui hurlent contre Charlie Hebdo, ou qui décapitent des fois.
    De qui ou de quoi se moque t on en ce moment ?
    Mélenchon et Quattenens se sont exprimés sur toutes les accusations.
    Qui va relayer ce qu’ils ont dit ?
    Sans jeu de mot, c’est plutôt le téléphone arabe qui prédomine.
    Orwell a t il imaginé que nous serions complices, par la paresse intellectuelle , et la facilité de conclure, sans sortir des jeux pervers où on nous enferme ?
    Je comprends , tard peut être, bien que suspicieux depuis longtemps, mais là c’est flagrant, les intérêts d’avoir des chaines aux ordres.
    On peu y agiter des hochets , qui masqueront l’essentiel .

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP