La Seyne sur Mer

Accueil > France contemporaine > Santé > Après une semaine de reconfinement...

Après une semaine de reconfinement...

mardi 10 novembre 2020, par René Merle

On nous annonce que la courbe épidémique donne comme un frémissement d’infléchissement, mais les services de réanimation de plus en plus engorgés, et les hôpitaux craignent le pire. Les premiers transferts de malades vers d’autres régions et vers l’étranger sont signalés, un clip qui passe en boucle tente de recruter du personnel hospitalier. Et, cerise sur le gâteau, on évoque une pénurie de certains médicaments.
Dire que l’on paie l’inconséquence criminelle de la gestion managériale des hôpitaux, à laquelle Mr Castex a eu sa bonne part depuis quelques années, ça peut défouler, mais ça ne fait pas avancer le schmilblick, cher à notre vieux Pierre Dac. Et personne n’a envie de rire.
On a tous la frousse pour les siens, et, tout en respectant les règles, un certain fatalisme pour soi-même.
Mais que les tenants du libéralisme et des économies qui nous gouvernent ne nous demandent pas cette fois d’applaudir les pauvres soignants [1], à qui on a beaucoup promis et si peu donné.
Ce sont peut-être sur des casseroles protestataires qu’il faudrait taper. Mais le peuple anesthésié et sidéré n’en a certainement ni la force ni l’envie, prêt qu’il est à s’en remettre à l’Ordre musclé. Ceux qui applaudissaient en avril ont bien vite oublié le sort des soignants dès le déconfinement, et les ont laissés bien seuls dans leurs manifestations…
Et pendant ce temps, de Belles Âmes médiatiques, des spécialistes de l’épidémiologie et de jeunes écervelés enfoncent le clou de l’égoïsme des vieux, qui sacrifient l’avenir de la jeunesse et de l’économie aux quelques années qui leur restent à vivre… Le cauchemar de la prédiction belge [2] est-il en train de devenir idéologie agissante ?
J’ai déjà ironisé à ce propos[[Cf. Les Vieux et l’économie, mais ce que j’entends et ce que je lis incite dorénavant le vieux devenu que je suis à me mettre en colère.

Notes

[1Cf. ce billet du 19 mars 2020 : Fenêtres et balcons de la solidarité.

[2Cf. ce billet du 21 mars 2020 : Les vieux ont-ils le droit de vivre ?.

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP