La Seyne sur Mer

Accueil > Personnel : écriture, souvenirs > Écriture personnelle : nouvelles, romans, poésies, préfaces... > Le joli mois de Mai. Lo polit mes de Mai (Nouvelle)

Le joli mois de Mai. Lo polit mes de Mai (Nouvelle)

lundi 30 novembre 2020, par René Merle

Je continue à alimenter en archives ma rubrique Écriture personnelle : nouvelles, romans, poésies, préfaces...
Nouvelle bilingue publiée dans la Revue Verdon, août 2005 (n° consacré à la marche). (Association Pays et gens du Verdon, B.P 06, 83630 Aups).
En hommage aux irréductibles Vaudois. En souvenir de l’horrible répression de 1545 en Luberon.

"Le joli mois de Mai
Maintenant tu marches. Le vent est tombé. Le soleil se cache. Ça ne fait rien. Tu n’en marcheras que mieux, car maintenant les jambes te pèsent, sur ce mauvais sentier qui monte. Tu ne chemines plus par en bas, au long de la Durance. Maintenant tu marches dans les buis et les pierrailles, car en bas quelqu’un pourrait te reconnaître. Tu ne serais plus le colporteur, comme là haut dans les Alpes, mais tu serais le “Barbe”, l’hérétique, l’ennemi.
En définitive tu as toujours marché. Il y a trente ans et plus que tu marches, vagabond des chemins. Tu as tant de fois laissé ta trace dans les pierrailles de Provence et dans la neige des Alpes. Tu as tant de fois vidé ta hotte de colporteur devant le pauvre monde, entre Provence et Piémont. Tant d’années au service de la Lumière. Tant d’années.
Au début, tu n’étais qu’un jeune homme, qui travaillait votre terre avec ton père... Tu écoutais le “Barbe” quand il venait en cachette, la nuit, vous parler de ce qui mûrissait en Suisse, en Alsace, en Allemagne, où il était allé prendre langue... Il vous parlait de Libre Arbitre, de Prédestination. Tu ne comprenais pas tout. Il disait que nous autres, les Vaudois, nous avions reçu la Lumière de l’Évangile dans les Ténèbres, bien longtemps avant Luther, mais que maintenant le moment était venu de se retrouver avec lui, dans la religion enfin réformée...
Et un jour le “Barbe” t’avait dit qu’il fallait que tu prennes sa place, car la mort rôdait autour de lui, il le sentait. Et il t’apposa les mains. Et ils l’ont brûlé sur le bûcher, les inquisiteurs de la croix papale, ceux qui servent les riches et adorent les images.
Tu ne t’es jamais marié, tu n’as jamais eu d’enfants. “Barbe” tu es devenu. Tu n’as jamais menti. Tu n’as jamais juré ou blasphémé. Pauvre de savoir et de lecture, mais fidèle serviteur.
Le sommeil te gagne, mais tu marches. Ce soir, tu dormiras dans un abri que tu connais, sous la roche, tu ne feras pas de feu. Il y a des semaines que tu n’as pas dormi, ne parlons même pas dans des draps propres, mais dans une bonne paillasse.
Demain tu seras quasiment arrivé, après Lure tu verras le Luberon, au loin. Au bout du voyage, chez toi. Enfin, ce qui a été chez toi. Avant que les soldats du Parlement et du Pape n’y viennent, en ce printemps de 1545... Nous pratiquions notre Foi entre nous. Nous n’avions jamais fait de mal à personne. Et ils nous ont massacré comme des bêtes. Et tu te demandes : comment des hommes peuvent être aussi mauvais ? Qui arrachera le mal du cœur de l’homme ?
C’était un joli mois de mai, comme celui d’aujourd’hui, tout fleuri de genêts et de cistes. Tu arrivais du Val Cluson, où tu étais allé pour le synode. Tu t’étais arrêté du côté de Sisteron. À l’auberge, il y avait des gens qui venaient d’en bas, des marchands de Manosque. Ils t’ont raconté. Ils t’ont raconté ce qu’avaient fait les soldats. Qu’ils avaient tué les hommes, qu’ils avaient violé les femmes et les filles, qu’ils les avaient fait danser nues avant de les jeter du haut des murailles, qu’ils avaient rempli de poudre le sexe des vieilles pour les faire exploser, il t’ont raconté que les enfants qui n’avaient pas été tués, ils les avaient vendus dans le Comtat. Et tout cela, ils le tenaient de gens de La Bastide, presque des voisins à toi, qui avaient ratissé les collines aux côtés des soldats. Et ils riaient.
Après-demain, qu’est-ce que tu vas leur dire, aux survivants ?
Tu es passé par Paesana. Paesana où les Frères attendent le Prince qui balayera les privilèges et nous fera égaux, tous égaux : plus de gros et de petits, plus de puissants, les biens seront en commun et la loi sera la même pour tous.
Mais tu es aussi passé par le Val Cluson*, le Val Cluson d’où étaient venus tes grands-parents, il y a plus de soixante et dix ans, quand les Seigneurs du Luberon les appelaient pour défricher, le Val Cluson où les “Barbes” t’ont dit qu’il ne fallait pas contester les autorités, et ne pas chercher vengeance. Le salut est en Dieu, et c’est en nous qu’est notre perte.
Tu es ensuite passé par le Champsaur, où des frères la préparent, la vengeance. Ils disent que le jour est proche où ils dévaleront sur le Bas-Pays, comme des sauterelles, et qu’ils dévasteront tout, car dans ces terres d’en Bas, rien ne pousse de bon. Il faut défricher. Apôtres de la guerre. Alors sortiront les pousses neuves de notre religion, réformée.
Qui a raison ? Et que leur diras-tu aux survivants, qui peu à peu ont recommencé à faire leur vie, fidèles. Que leur diras-tu ?
René Merle"

* Val Cluson : vallée de langue d’Oc faisant partie alors des Escartons dauphinois, aujourd’hui en territoire italien. Lieu historique de références et de retrouvailles pour la diaspora vaudoise.

Version en occitan (provençal)
"Lo polit mès de Mai...
Ara camines. Lo vent a calat. Lo solèu se tapa. Li fa ren. Ne’n caminaras que mielhs, que lei cambas te pesan sus la marrida dralha, a la pujada. Camines pas plus avau, lòng de Durença. Ara camines per lei boissieras, lei claparedas, qu’avau quauqu’un te poiriá reconoisser. Seriá pas plus lo còlportaire coma amondaut, mai lo barba, l’eretic, l’enemic...
Fin finala as de lònga caminat. I a trente ans e mai que camines, barrutlaire dei camins. As tant de còps laissat tei piadas dins lei clapas de Provença e dins la neu deis Aups. As tant de còps vuejat ta gòrba de còlportaire davant lo paure monde, entre Provença e Piemont... Tant d’annadas au servici de la Lutz. Tant d’annadas.
A la debuta, ères ren qu’un joine, que facturava lo ben ambé ton paire... Escotaves lo Barba quora veniá d’escondon, a nuech, vos parlar de cò que s’amadurava en Soïssa, en Alsaça, en Allemanha, mont’èra anat prendre lenga... Vos parlava de Liure Arbitre, de Predestinacion... Compreniás pas tot. Disiá que nautres, lei Vaudès, aviam recebut la Lutz deis Evangèlis dins lei tenebras, ben longtemps avant Luther, mai que ara èra vengut lo moment de se retrobar amb eu dins la religion reformada, enfin...
E un jorn lo Barba te diguèt que faliá prendre sa plaça, que la mòrt li virava a l’entorn, va sentiá. E t’apausèt lei mans. Lo cremeron sus lenhier, leis inquisitors de la crotz papala, aquelei que servon lei rics e adoran leis imatges..
Te siás pas jamai maridat, d’enfants n’as agut ges, Barba siás devengut. As jamai mentit. As jamais jurat o sacrejat. Paure de saber e de lecturas, mai fidèu Servitor.
La sòm t’aganta, mai camines. Esto sera dormiras dins una bauma que conoisses, sensa faire de fuòc. L’a de setmanas qu’as pas dormit, diguem pas meme dedins de lançoùs nets, mai dins una bòna palhassa.
Deman seràs tant vau dire arribat, qu’après Lure veiràs Luberon, ailalin. Au tèrme dau viatge, en cò tieu. Enfin, çò que siguèt en cò tieu, Avant que lei sordats dau Parlament e dau Papa li venguesson, dins aquela prima de 1545... Practicaviam sa fe entre se. Aviam jamai fach de mau en degun. E nos an chaplat coma de bestias. E te demandes : coma vai que d’òmes siguesson tant marrits ? Cu derrabarà lo mau dau còr de l’òme ?
Polit mes de Mai, coma aqueu Mai d’encuèi, tot florit de ginestas e de messugas. Arribaves de la Vau Cluson, ont’ères anat per lo sinòde. T’ères pausat dau caire de Sisteron. A l’alberga, l’aviá de monde que venián de la baissa, de mercadiers de Manòsca. T’an contat. T’an contat çò que faguèron lei sordats. Qu’an tuat leis òmes, qu’an violentat fremas e filhas, que leis an fach dansar nusas avant de lei faire cabuçar dei barris, qu’an emplit de podre la natura dei vielhas per lei faire petar, t’an contat que leis enfants que sont pas estats tuats, leis an venduts dins la Comtat. E tot aquò, va tenián de gens de la Bastida, quàsi de vesins tieus, qu’avián rastelat lei còlas de cotria ambé lei sordats. Risián.
L’autre deman, de que li vas dire ai subrevivents ?
Siás passat per Paesana. Paesana onte lei fraires esperan lo Prince qu’escobarà lei privilegis e nos farà egaus, toteis egaus, plus ges de gros e de pichons, plus ges de cataus. lei bens seron en comun, e la lei la meme per toei.
Mai siás passat enca’n còp per la Vau Cluson, la Vau Cluson d’onte vengueron tei reires i a mai de setanta ans, que lei senhors de Luberon lei cridavon per descampassir, la Vau Cluson monte lei Barbas te digueron que faliá pas contestar leis autoritats, e cercar pas venjança... Lo salut es en Dieu, e dins nautres es nòstra perta.
Passeres per Champsaur, monte de fraires apreparon venjança. Dison que lo jorn es pas luenh que davalaran sus la Baissa, coma de bodragas, e chaplaran tot, que dins aqueu terren de la Baissa, vèn ren. Fau eissartar. Apòstols de la guerra. Alora grelharà la religion nòva reformada...
Cu a rason ? E de que li diras ai subrevivents, que pauc cha pauc an tornat faire sa vida, fidèus ? De que li diras ?
Renat MERLE "

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP