La Seyne sur Mer

Accueil > Personnel : écriture, souvenirs > Écriture personnelle : nouvelles, romans, poésies, préfaces... > Bûcherons, Boscatiers... Poème

Bûcherons, Boscatiers... Poème

jeudi 3 décembre 2020, par René Merle

Je continue à alimenter en archives ma rubrique Écriture personnelle : nouvelles, romans, poésies, préfaces...
Voici un poème écrit en 1977 à la fois en français et en occitan, Bûcherons, Boscatiers.

Au moins profond de la forêt à coups de haches
Quelles vérités vous visitent bûcherons
Amis d’un moment de longtemps d’apéritifs
En quête habituellement de spécialistes
Pour éloigner de vous les maux irréparables
Sur le grand champ de bataille des songes
Vous pourfendrez à l’aveuglette et votre cœur
Supportera ce qu’il faut de mercurochrome
Je sais bien que vous voulez faire place nette
Pour qu’il n’y ait plus d’arbres sur lesquels monter
Et découvrir au soir la lumière de l’ogre
Vous supporterez votre fagot de petit bois
Moi aussi j’ai voulu me chauffer à ce feu
Mais je ne partagerai pas votre assurance qui dit
C’est la vie tout passe et vient il le faut bien
Etc j’avais des ailes et je les ai perdues
Pendant que ceux qui sont en quête s’enorgueillissent
d’ôter les jarretières de la femme masquée
Comment voudriez-vous que l’Autre vous advienne
Quand vous rencoignez l’espoir d’une vie différente
Dans l’entre-temps dérobé aux choses sérieuses
Le temps d’un grand vol d’étourneaux sur les platanes rogatons de la vie véritable
le temps qu’un enfant fasse ses devoirs
Où chacun fait son tour et ne sait
Que dénouer le filet des désirs
Clé trouvée avant de disparaître
Petite douleur petit point de côté
Quand je voudrais déplier mes os
Que ma peau craque aux jointures
J’avancerai les jambes mal assurées
Plus loin que la forêt bûcherons
De grands chevaux dans la plaine voyez
Que jamais vous n’attraperez nuages coureurs
La poitrine tendue de désir

La version occitane a été publiée en 1989 dans Lo Radèu de la Meduso [1]

Notes

[1Au mens prefond dau bòsc ’me la destrau
Qualas vertats vos trevan boscatiers
Amics leugièrs d’un còp d’aperitius
Boscaires abituaus d’especialistas
Qu’aluencharan lei maus irreparables
Sus lo grand prat batalher dei pantais
D’a cluchons perfendetz que vòstre còr
Endura se va fau mercurocròm
Sabi que voletz faire plaça neta
Que l’ague plus d’aubres monte quilhats
S’agacheriá de nuech lo lum de l’ògre
Suportaretz lo fais de bòsc pichon
Mi cauferi tanben ieu d’aqueu fuech
Mai dirai pas ’me vautrei boscatiers
Tot passa e ven va fau aquo’s la vida
Patin cofin meis alas son perdudas
Mentre que leis furnaires s’espompissan
Que descambalhan la dau faus visage
Coma voletz que l’Autre vos advengue
Qu’encantonatz l’esper d’una autra vida
Dins l’entre-temps au seriós desraubat
D’un vòu grand d’estornèus sus la platana
Au rebalum de la vida vidanta
Lo temps qu’un mossi fague sei devers
Cadun li fa sa vòuta e va saup pas
Que desnosar lou malhum dei desirs
La clau trobada avans que de clucar
Ponhedissa pichona empachativa
Quora foudriá lo desplegar deis òsses
Lo bèu grandir estrassat de la pèu
Lo trantalhar dei gambas mau seguras
En delà de la sèuva boscatiers
De chivaus grands dins la plana veiretz
Qu’agantaretz jamai nivas correires
Lou piech tesat de desideri

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP