La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Seconde République > Européens d’Algérie, 1848. Parti de l’Ordre et xénophobie

Européens d’Algérie, 1848. Parti de l’Ordre et xénophobie

dimanche 31 janvier 2021, par René Merle

Encore un mot sur le mépris xénophobe, qui s’abat ici sur les premiers "Pieds-Noirs". L’auteur est un journaliste du Parti de l’Ordre de la Seconde République, conservateur bien sûr, tristement connu pour ses dénonciation : Alphonse Lucas, Les Clubs et les Clubistes. Histoire complète, critique et anecdotique des clubs et des comités électoraux fondés à Paris depuis la révolution de 1848, Paris, Dentu, 1851 (seconde édition).

" COLONS ALGÉRIENS (Comité des), rue de la Chaussée-dAntin, 10, fondé en février 1848. Président, Couput ; secrétaire, X.Durrieu. Membres principaux : Ardoin, Victor Delafont, Delafont-Delaunay, Duchassing, Antoine Raynaud, Ch.Gravier, Vincent Nétis de Corny, Maure, Suquet, Chasseriau, Lussac, Floret, Triboulet, Berthier de Sauvigny, Pourtauborde, Branthome, Monjol, etc., etc.
Le Comité des colons algériens s’était donné la mission de veiller dans la métropole aux intérêts des habitants français de l’Algérie.
Le citoyen Couput, juge au tribunal de commerce d’Alger, fut, peu de temps après l’organisation de ce comité, nommé par le citoyen Ledru-Rollin commissaire-général en Algérie. Son premier soin, lors de son arrivée dans la capitale des possessions françaises en Afrique, fut de rassembler tout ce que cette ville renferme d’Italiens, d’Allemands, d’Espagnols et de Maltais, et de faire planter sur la place du Gouvernement par ces citoyens français un arbre de la liberté, surmonté d’un magnifique bonnet rouge. S’il faut croire le journal "la Presse", M. le général Cavaignac, alors gouverneur général de notre colonie, se serait résigné à saluer de son épée le sinistre emblème des saturnales de 1793. Mais tout ce qui est affirmé par le citoyen Émile de Girardin [1] n’est pas heureusement parole d’évangile
. "

Voilà comment les "bons Français" chromosomiques de la France conservatrice du temps traitaient les premiers Européens d’Algérie, presque tous, effectivement des étrangers poussés par la misère. Les premiers Français arrivés en masse furent les insurgés de Juin 1848, déportés dans de très dures conditions.
Quand je pense aux positions xénophobes de certains de leurs descendants, je me dis qu’ils ne doivent pas très bien connaître l’histoire de leurs aïeux...

Notes

[1Émile de Girardin dirige alors un quotidien très répandu, La Presse

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP