La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > Seconde République > Baudin communiste

Baudin communiste

samedi 30 janvier 2021, par René Merle

N’ayez crainte, je ne vais pas vous proposer la totalité de la Biographie des 750 représentants élus en mai 1849. Un regard cependant sur celle de Baudin, dont on connaît le destin tragique en décembre 1851. Ses sympathies pour le communisme cabétiste ont été rarement mises en avant dans la geste républicaine autour de la Seconde République.

« - AIN. BAUDIN (Alphonse), élu le cinquième par 46,739 voix. Médecin à Paris [1], âgé de trente-cinq à quarante ans. Avant la révolution de février, il parlait souvent dans les loges maçonniques. Il y manifesta un talent oratoire très remarquable : il défendait en économie politique les doctrines du communisme [2]. Après la révolution, il devint un des principaux orateurs des clubs. Démocrate et socialiste, il siège à la Montagne. »

Faut-il rappeler que, tentant de rallier à l’insurrection des ouvriers goguenards qui le brocardaient sur son indemnité de député, il était monté sur la barricade en lançant son fameux « Vous allez voir comment on meurt pour 25 francs ! » (montant de l’indemnité journalière des parlementaires [3]). Il fut abattu par la Troupe.
Dans Notes d’une frondeuse, ouvrage publié en 1894 (Paris, H. Simonis Empis), la grande journaliste Séverine a consacré cet épisode de la mort de Baudin un article décisif, à propos de l’indifférence des ouvriers parisiens à la tentative d’opposition démocrate au Coup d’État du 2 décembre 1851.
Le livre est consultable sur Gallica.
Jean-Paul Damaggio a donné le texte de Séverine :
« Séverine et Baudin »
http://la-brochure.over-blog.com/article-statue-baudin-vue-par-severine-91856814.html

Notes

[1Baudin était initialement médecin à Nantua, Ain

[2Sur la variété des opinions communistes à la veille de la Seconde République, voir la rubrique 1828 -1847. Néo-Babouvistes et Communistes, et particulièrement les articles consacrés à Cabet

[3Rappelons que cette indemnité avait été instituées par la Seconde République pour permettre à tout citoyen d’exercer la fonction de député, réservée jusqu’alors à des notabilités fortunées

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP