La Seyne sur Mer

Accueil > Regards sur le monde contemporain > Amérique latine > Frontera verde, mini série.

Frontera verde, mini série.

samedi 2 janvier 2021, par René Merle

Je ne sais pas si vous suivez les nouvelles séries « internationales » que Netflix ajoute discrètement à son catalogue : Brésil, Espagne, Israël, Turquie, et j’en passe.
J’ai regardé récemment, sans savoir de quoi il s’agissait, une série colombienne, Frontera verde (la frontière verte) et je ne l’ai pas regretté.
Une intrigue policière, située aux limites de la Colombie et du Brésil, frontière de contact entre la « civilisation » et l’Amazonie vraie, qui veut approcher charnellement l’envoûtement de la selva madre, les savoirs et les mystères des cultures indigènes, la quête des origines, le rapport à la Nature.
Message qui réjouira, à juste titre, les écologistes. Cri de désespoir devant la forêt massacrée par la déforestation et le profit. Une forêt qui, comme la femme, est à l’origine du monde, et l’on ne peut séparer les deux. La femme ressentie comme émanation de cette force vitale et pour cela douloureusement combattue par les forces du mal, c’est-à-dire celles de la modernité dégradante, des narco trafiquants et la prégnance lointaine d’un État impuissant et corrompu.
Mais le mal est ici représenté aussi par cette secte mystérieuse qui veut nourrir la civilisation européenne, dans ce qu’elle a de plus abject (le nazisme), des savoirs d’un groupe d’immortels, détenteurs des forces de la vie. Chamanisme
On entre ici évidemment dans un autre monde, qui pour d’aucuns ressortira à la BD et pour d’autres présentera une vision mystique essentielle.
Je dois cependant faire une réserve de taille. Même si nous sommes ici plus au sud des immenses zones de combat, rien sur la Colombie déchirée par la guerre civile. Il est vrai que le sujet n’est pas facile à aborder devant l’officialité colombienne...

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP