La Seyne sur Mer

Accueil > Histoire, de la Préhistoire à aujourd’hui > XIXe siècle (jusqu’en 1914) > XIXe siècle (jusqu’en 1914) - Auteurs > Anatole France, "Monsieur Bergeret à Paris" et l’Affaire Dreyfus.

Anatole France, "Monsieur Bergeret à Paris" et l’Affaire Dreyfus.

jeudi 21 janvier 2021, par René Merle

En 1901, l’Affaire qui a violemment divisé le pays s’est achevée sur une décision tristement opportuniste. Alors que l’innocence de Dreyfus est maintenant solidement prouvée, mais qu’un second procès l’a une fois de plus injustement condamné, le Président de la République Émile Loubet gracie Dreyfus en septembre 1899. Pour autant, la profonde fracture qui avait partagé l’opinion demeure.
En 1901, Anatole France, dans Monsieur Bergeret à Paris dénonce violemment, mais ironiquement – ce qui rend la dénonciation encore plus forte - ce nationalisme xénophobe, antisémite, ultra réactionnaire, qui paradoxalement, au nom du respect de l’Armée de la Nation, se réclame de la République pour mieux l’assassiner. Il témoigne, sans illusions, de la perméabilité de l’opinion publique, et particulièrement celle du monde de la Boutique, à cette idéologie que propagent les privilégiés de la naissance et de la fortune (y compris celle de la « banque juive » ralliée honteusement aux anti dreyfusards ! [1] et « n’a jamais accepté la République.
On ne peut lire ces pages prémonitoires sans penser à la revanche meurtrière qu’assureront à partir de 1940 ces « Blancs » parés de tricolore pétainiste. Quand le cri de « Mort aux Juifs » sera mis en pratique par le régime pétainiste de la Révolution nationale.
Et on ne peut que s’interroger sur l’héritage actuel de cette vieille droite ultra conservatrice, ultra cléricale, ultra militariste, qui n’hésite pas à se réclamer des valeurs républicaines pour mieux abattre la République.
L’ombre, et le képi, de l’Homme fort à la Boulanger plane aujourd’hui sur l’élection présidentielle.

Cependant, tout consterné que soit Anatole France devant la perméabilité de l’opinion publique aux thèses nationalistes, mais tout lucide qu’il soit devant l’incapacité de cette opinion à dépasser l’éternelle attitude protestataire, purement verbale, il n’en affirme pas moins sa confiance dans la partie saine et sûre du peuple, qui, croit-il, finira bien par l’emporter.

Je donne ici quelques lignes qui illustrent bien cette amertume et malgré tout cette confiance. M. Bergeret et son ami Mazure dinent dans un élégant restaurant parisien, non loin de la baronne de Bonmont et de son jeune admirateur (et conspirateur) royaliste et nationaliste.

« —Nous avons dîné bien agréablement, dit M. Mazure en se levant de table. Ce restaurant est fréquenté par les gens les plus huppés.
— Toutes ces huppes, répondit M. Bergeret, n’étaient peut-être pas du plus haut prix. Cependant il y en avait d’assez pimpantes. J’ai moins de plaisir, je l’avoue, à voir des gens élégants depuis qu’une machine a mis en mouvement le fanatisme débile et la cruauté étourdie de ces pauvres petites cervelles. L’Affaire a révélé le mal moral dont notre belle société est atteinte, comme le vaccin de Koch accuse dans un organisme les lésions de la tuberculose. Heureusement qu’il y a des profondeurs de flots humains sous cette écume argentée. Mais quand donc mon pays sera-t-il délivré de l’ignorance et de la haine ? »

Notes

[1Un des personnages principaux est madame la baronne de Bonmont, « juive de naissance, chrétienne de fait », écrit France

2 Messages

  • Bonjour.
    En fait ce ne fut pas seulement en 1901 mais jusqu’au bout c’est-à-dire en 1906, que l’opportunisme continua de prévaloir : en France la justice -qu’elle soit civile ou militaire- ne reconnaît pas si facilement ses torts ! Aussi et plutôt que de reconnaître l’innocence de Dreyfus on procéda par la voie la plus minimaliste qui pouvait exister c’est-à-dire par la cassation -de pure forme- puis on décida que PUISQUE, rien ne subsistait de l’accusation d’origine, donc il n’y avait pas matière à rejuger.
    A fortiori aucune sanction ne fut prise contre les coupables, même si bien sûr on peut considérer comme une forme implicite de sanction le suicide de Henry...

    Répondre à ce message

    • Et on peut même dire que ce désaveu de l’innocence de Dreyfus se poursuivra jusqu’à la Libération de 1944. Il n’est que de lire la presse d’extrême droite des années trente et bien sûr la presse collaborationniste. La chasse aux Juifs sera la revanche de ces salauds, dont bien peu furent condamnés en 1945-46, et la plupart des condamnés seront amnistiés cinq ans après.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

| Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP